Prolongement de notre amour

par fanficxfleurdecerisier

La jeune femme regarda le petit bout de plastique entre ses mains. La boite indiquait deux minutes d'attentes, enfin elle n'avait pas vraiment besoin de lire les indications. Après tout, ce test de grossesse n'était qu'un parmi une longue série.

C'était devenue un rituel. Dès qu'elle avait ne serais-ce qu'une journée de retard un test était acheté dans la foulée. Après tout quand ça faisait un an qu'on essayait d'avoir un enfant ça pouvait vraiment peser.

Sakura sortit de la salle de bain et se servit un verre d'eau dans la cuisine. Cuisine aménagée, appartement de 200 m² en plein Tokyo, on pouvait dire qu'elle avait tout pour être comblée. En plus de ça, elle avait l'honneur d'être la femme du grand Sasuke Uchiwa, l'héritier de l'empire Uchiwa. Ils s'aimaient et étaient heureux la plus part du temps mais à 32 ans ils souhaitaient avoir un enfant.

Sakura se dirigea vers le salon et regarda les photos disposées sur la cheminée. Des photos d'elle et lui, de leurs amis mais pas d'enfants.

Sakura et Sasuke se connaissaient depuis qu'ils étaient enfants, ils étaient tous deux issus de l'aristocratie. Elle, avait toujours eu un faible pour lui alors qu'il la repoussait sans arrêt et ce jusqu'à leur 13 ans où il alla dans une école privée à New York. Après cette séparation, la petite fille qu'elle était, était passée à autre chose. Elle avait oublié le brun et était sortie avec quelques garçons sans jamais avoir l'impression de les aimer véritablement.

A ses 17 ans, Sasuke était revenu et ayant le même cercle d'amis ils s'étaient de nouveau fréquentés. Sakura ne l'approchait pas trop, le garçon voyant ça comme un défi avait tout fait pour qu'elle tombe dans ses bras. Elle n'avait pas pu résister. Ce qu'un Uchiwa veut, un Uchiwa a.

Ils avaient joué un jeu ne s'impliquant pas sentimentalement jusqu'à ce que la rose en tombe véritablement amoureuse. Finalement avec le temps, Sasuke l'avait aimé lui aussi puis un jour lui avait demandé de l'épouser.

Au début, quand leurs amis avaient commencé à avoir des enfants, eux pensaient avoir suffisamment de temps. Puis leur parents leur avaient mis la pression disant qu'il fallait un héritier à l'empire dont ils allaient hérité. Là encore ils avaient repoussés leurs attentes arguant qu'ils étaient jeunes et avaient le temps. C'était toujours le cas, après tout ils n'avaient que 32 ans mais quand on voulait réellement un enfant l'attente était plus dure, les attentes des parents et les plaisanteries des amis plus difficiles à repousser.

Sakura regarda sa montre et se dirigea vers la salle de bain où elle avait laissé le test. Négatif. Encore. Tout en luttant pour ne pas laisser s'échapper quelques larmes elle se regarda dans la glace. Des cheveux roses plein de santé, des yeux émeraudes pétillant de santé, des joues pleines, une peau pâle, un corps assez petit mais bien proportionnée, elle était en parfaite santé alors qu'est ce qui n'allait pas chez elle pour qu'elle ne puisse pas avoir d'enfant ?

Elle avait proposé plusieurs fois à Sasuke d'aller voir un médecin mais celui-ci rétorquait toujours qu'ils n'en n'avaient pas besoin, qu'ils n'avaient aucun problème. Elle commençait à se demander si elle n'était pas stérile.

Ça ne pouvait pas venir de Sasuke après tout cet homme était l'incarnation de la virilité. Un corps sain et vigoureux, athlétique, un visage presque féminin par sa perfection mais dont on ne pouvait douter qu'il était masculin, des yeux aussi noirs que l'encre, des cheveux de jais, non cet homme ne pouvait pas être la cause de leur problème, ça venait d'elle et de son imperfection, son front trop grand par exemple.

La rose avait toujours eu peur que son mari puisse lui reprocher de ne pas être capable de lui donner un fils. Ou une fille du moins.

Elle sentit son portable vibrer et lu le message de son cher et tendre. « Préviens-moi quand tu sauras. Sasuke ». Il était toujours si formel, si froid. Elle savait qu'il l'aimait mais il était comme ça, pas du genre à se dévoiler à tout moment, les seules fois où il lui avait avoué ses sentiments se comptaient sur les doigts de la main et en même temps, ça ne les rendait que plus précieuses.

Elle ne voulait pas lui répondre tout de suite que c'était une fausse alerte, qu'elle allait avoir ses règles dans pas longtemps et donc qu'un enfant n'était pas en préparation en elle.

Elle prit tout de même son courage à deux mains et tapa rapidement « Fausse alerte, je vais encore t'avoir un peu à moi toute seule avant de devoir te partager. Je t'aime. Sakura. » avant d'appuyer sur envoyer.

Puis elle attendit. Elle attendit que son mari lui envoie un quelconque réconfort. Tout en sachant qu'il ne viendrait pas. Sasuke n'était pas chaleureux. Il n'était pas du genre à consoler quelqu'un. Et du réconfort elle ne pouvait en trouver de personne puisque personne n'était au courrant de leur situation. Sasuke trouvait ça dégradant. Il ne voulait pas voir la pitié dans les yeux de leurs amis, il ne voulait pas entendre les remontrances de leurs parents. En fait, Sakura avait l'impression que la seule chose qu'il accepterait à propos d'enfants ce serait qu'elle lui annonce être enceinte. Pas de confidence à ses amis. Pas de visite chez le médecin.

Elle comprenait d'ailleurs moins son acharnement à refuser d'aller consulter. Peut-être avait il peur qu'on lui annonce qu'il était incapable d'avoir jamais des enfants. Pourtant Sakura était persuadée que le problème ne venait pas de lui. Elle soupira et alla s'allonger espérant trouver un peu la paix dans le sommeil.

 

 

 

 

Sasuke soupira. Encore une fois un espoir déçu. Il en venait à souhaiter qu'elle ne lui annonce plus quand elle avait du retard, qu'elle vérifie elle-même sans lui en faire part et si elle n'était pas enceinte il n'aurait pas à souffrir de la déception mais en même temps ce serait égoïste de laisser Sakura s'inquiéter toute seule.

Un an qu'ils essayaient d'avoir des enfants, c'était long. Très long. Surtout quand il voyait que son meilleur ami en était déjà à son deuxième. Et puis quand sa mère n'arrêtait pas de faire des petites allusions du bonheur qu'elle aurait d'être grand-mère, quand son père lui disait carrément clairement qu'il fallait qu'il ait un fils rapidement. Et c'était dur. De voir Sakura baisser les yeux après ses remarques et de la voir sourire faussement et cacher son chagrin.

Il n'avait jamais été très chaleureux, il ne savait donc pas comment la soulager. Il savait qu'en ce moment même elle devait être en larmes, mais comment la soulager alors qu'il savait qu'elle devait lui en vouloir de ne pas réussir à lui donner un enfant ?

Sasuke s'enfermait donc dans son silence encore plus que d'habitude. Puis après quelques jours quand elle retrouvait le morale, il redevenait lui-même. Il recommençait à la toucher, à lui parler, un peu.

Il savait que s'enfermer chacun dans sa peine n'était pas la solution mais il ne savait pas gérer sa douleur autrement. Il avait toujours fuis pour panser ses blessures seul.

Alors Sakura devrait gérer les siennes comme elle le pouvait.

Il savait qu'elle voulait essayer d'aller consulter mais comment réagirait-il quand le médecin annoncerait qu'il était stérile. Comment affronterait-il le regard de cette femme qu'il aimait tellement à présent. Ils devraient avoir recours à un donneur de sperme et il ne savait pas s'il était capable de gérer le fait de voir le ventre de Sakura s'arrondir puis de voir l'enfant d'un autre naître, un enfant qui serait reconnu comme le sien mais qui ne serait pas le sien.

Le téléphone retentit interrompant ses pensées.

- Oui ? Demanda t-il de sa voix grave.

- Sasuke c'est moi ! Hurla une voix.

- Naruto. Soupira t-il. Que veux-tu ?

- Ce soir, Hinata et moi on aimerait sortir et vu que Yuki fait ses nuits on s'est dit qu'on pourrait vous les laisser à toi et Sakura. Je passerais les récupérer demain avant le boulot, huit heures au plus tard. Alors tu peux ?

Le brun soupira avant d'acquiescer puis de raccrocher rapidement. Naruto avait vraiment le don de tomber au mauvais moment. Il fallait qu'il leur demande de garder ses enfants justement aujourd'hui. Il savait que s'il avait refuser Naruto ne l'aurait pas lâcher il s'était donc résigner.

Il prit le téléphone et appela chez lui.

Après plusieurs sonneries, la voix de sa femme retentit enfin.

- Bonjour, Mme Uchiwa, qui est à l'appareil ?

- C'est moi.

- Oh ! Quelque chose ne va pas ? Demanda t-elle inquiète.

- Naruto m'a appelé, il va nous amener Shino et Yuki ce soir. Dit-il rapidement.

- Très bien. Je leur préparais une chambre.

- Hn.

- A tout à l'heure.

Et il raccrocha. Et ce fut comme s'il ne s'était rien passé. Enfin, il ne s'était rien passé et c'était ça qu'il déplorait.

 

 

 

 

Quand Naruto arriva, les chambres avaient déjà été préparée par la rose. Il remarqua qu'elle avait l'air un peu déprimé mais comme elle niait tout en bloc il préféra changer de sujet et après une rapide conversation, il partit rejoindre sa femme.

Shino était déjà dans la chambre en train de jouer. Ce n'était pas la première fois qu'il venait et à chaque fois Sakura l'avait installé dans la même chambre. Naruto n'hésitait pas à leur laisser les enfants, il savait que Sakura adorait passer du temps avec eux alors il n'hésitait pas à les taquiner leur demandant quand ils en auraient. Le pauvre, il ne savait pas que ses remarques étaient de profondes piques dans le coeur de ses amis.

La rose sourit attendrie devant la bouille de la petite Yuki. Elle avait à peine huit mois et il semblait à Sakura qu'elle était encore une petite poupée. Elle se dirigea vers la cuisine et réfléchit à ce qu'elle allait préparer à Shino.

Elle n'aurait jamais pensé qu'elle finirait femme au foyer. Durant son adolescence, elle avait été très intéressé par les sciences et plus particulièrement par la médecine. Elle avait travaillé à la Croix Rouge en tant que bénévole pendant l'été de ses quinze ans. Elle avait été prise en charge par une grande femme et elle avait sentie qu'elle était douée. Qu'elle aimait ça. Mais être une épouse Uchiwa et être médecin n'était pas compatible. Maintenant, elle était bénévole dans diverses associations, elle essayait de s'occuper comme elle le pouvait en dehors des réceptions auxquelles elle se devait de participer et qu'elle devait organiser.

Elle entendit Yuki se réveiller et pleurer, elle la prit donc contre elle et tenta de la calmer. La petite pleura encore plus fort. Elle tenta de lui chanter une chanson mais ça ne semblait pas fonctionner non plus. Le petit enfant au contraire semblait pleurer de plus en plus et ne semblait pas vouloir s'arrêter. Elle regarda si l'enfant était sale mais rien. Elle prépara un biberon de lait mais la faim n'était pas non plus la cause de cet épanchement.

Les larmes lui montèrent aux yeux. Elle entendit ensuite Shino venir déclaré qu'il avait faim. Sakura lui demanda d'attendre mais il ne semblait pas disposé à obéir puisqu'il se mit lui aussi à pleurnicher.

Sakura ne savait pas quoi faire quand Sasuke pénétra dans la salle de séjour.

La scène qui se jouait aurait pu lui arracher un sourire si Sakura n'avait pas l'air désespérée. Elle lui mit Yuki dans les bras et prit Shino avec la ferme intention de lui faire des ramens instantanés. Un point commun qu'il partageait avec son père. Et puis c'était rapide au moins. La rose avait pourtant l'intention de lui préparer un bon repas équilibré mais avec Yuki ce n'était pas possible. Une fois que le garçon fut nourrit, la rose lui mit un Disney et on ne l'entendit plus.

Sa soeur en revanche c'était une toute autre histoire. Sasuke ne savant que faire l'avait allongé sur le canapé et tenté de la distraire par divers jeux même s'il se sentait affreusement gêné de faire des choses aussi ridicules. Mais il avait vu Naruto les faire et ça avait calmé la petite mais celle-ci devait sentir que ce n'était pas sincère puisqu'elle cria de plus belle.

Sakura arriva à ce moment-là. Le brun leva la tête et lui demanda :

- Tu l'as nourris et changé ?

- Elle n'a rien dans la couche. J'ai essayé de la nourrir mais elle ne voulait rien. J'ai tout essayé chanson, promenade, je ne sais plus quoi faire. Dit elle au plus mal.

- Il doit bien y avoir quelque chose à faire pour calmer ce monstre. Au moins on est sûre qu'elle est bien la fille de Naruto. Marmonna t-il.

- Finalement c'est peut-être bien que je ne tombe pas enceinte. Je ne suis même pas capable de m'occuper d'un bébé de huit mois, comment veux-tu que je m'occupes d'un nouveau née et toute la journée ? J'en serais incapable. Fit-elle amèrement.

Elle se détourna de lui et le laissa seul avec Yuki. Le brun ne savait pas trop comment réagir mais de toute façon il avait déjà un problème à régler sur les bras. Il décida de la laisser se calmer et chercha comment calmer le monstre qu'il avait sur les bras.

 

 

 

 

Une fois que la petite se fut calmée, Sasuke alla rejoindre Shino dans sa chambre. Le garçon s'était endormit, il éteignit donc la télévision et alla rejoindre sa femme dans leur chambre. Sakura était allongé dans leur lit et semblait dormir, il se glissa donc à ses côtés et se serra à elle dans son dos. Il la sentit tressaillir et compris qu'elle était en train de pleurer.

Il savait parfaitement que Sakura souffrait de la situation. Le problème c'est qu'il ne savait pas comment la réconforter. Le seul moyen qui lui venait à l'esprit lui faisait peur parce que le détruirait. Il devait pourtant s'y résoudre et annonça :

- Tu prendras rendez-vous chez le médecin demain. Pour la semaine prochaine. Sauf le mardi j'ai une importante réunion mais sinon je serais libre.

Il l'a sentit acquiescer et se blottir encore plus contre lui.

 

 

 

 

Le lendemain, Naruto vint chercher les enfants tôt comme prévu puis Sakura retourna au lit se coucher. Le brun dormait encore mais elle savait qu'elle devrait bientôt le réveiller. Une fois qu'il serait parti elle se jetterait sur le téléphone et prendrait rendez-vous chez un médecin dont elle savait qu'il avait bonne réputation.

Sakura regarda son mari, il avait l'air d'un enfant quand il dormait. Toute la dureté, toute la froideur qui le caractérisait disparaissait pour laisser place à un simple homme. La rose se blottit contre lui et le sentit grogner légèrement.

Le réveil tout en douceur commençait. Sasuke avait toujours été grognon le matin, il fallait donc éviter les brusques réveils. Elle laissa ses mains glisser sur son torse d'une pâleur maladive et descendre petit à petit. Caresses après caresses elle sentit qu'il ouvrait les yeux puis il se pencha vers elle et l'embrassa passionnément.

Une demie heure plus tard, ils étaient dans la cuisine en train de prendre leur petit déjeuner. Ils mangeaient en silence comme toujours, Sasuke n'était pas quelqu'un de bavard alors le matin il fallait vraiment qu'il se passe quelque chose d'important pour lui décrocher un mot.

Une heure plus tard il était parti et Sakura fixait le téléphone. C'était elle qui voulait absolument qu'ils voient un médecin alors pourquoi hésitait-elle autant à appeler ?

La réponse était simple, elle avait peur. Elle avait peur qu'on lui annonce qu'elle ne pouvait pas avoir d'enfants. Elle avait peur de décevoir son mari. Elle avait peur tout simplement mais il fallait qu'elle soit courageuse ainsi elle prit bientôt rendez-vous pour le mercredi à quinze heures. Dans cinq jours elle verrait le médecin.

 

 

 

 

Le moment tant redouté arriva plus vite que ne le voulait le couple Uchiwa actuellement assis dans la salle d'attente du Dr Yogi. Ces derniers jours, ils avaient été assez distant l'un de l'autre, chacun ayant peur de ce qui ressortirait de cette consultation.

On appela leur nom et ils se levèrent crispés.

Le médecin se leva pour leur serrer la main et leur indiqua deux sièges devant son bureau. C'était un vieil homme mais il semblait assez bienveillant ce qui rassura Sakura quelque peu.

- Que puis-je faire pour vous ? Demanda le vieillard.

Sakura semble assez gênée mais se lança. Elle savait que jamais Sasuke ne répondrait si jamais elle pouvait répondre à sa place.

- Et bien, nous, nous souhaitons avoir un enfant. Ça fait un an qu'on essaie mais nous n'avons pas encore eu de résultats bafouilla la rose gênée.

- Un an vous dites ?

- Hum.

- Bien je vais d'abord vous faire des analyses afin de voir si aucun de vous n'est stérile puis nous pourrons voir les solutions qui s'offrent à nous. Vous savez ça peut-être un rien qui vous empêche de tomber enceinte mais mieux vaux se débarrasser de ce doute dès maintenant. Surtout que si ça fait un an sans résultat vos rapports ont du être plus tendus qu'avant non ?

Sakura ne savait pas comment répondre. C'est vrai que souvent quand Sasuke lui faisait l'amour elle se demandait si enfin elle allait tomber enceinte, vrai que quand elle pensait être proche de l'ovulation elle séduisait plus son mari. Elle optimisait ses chances mais elle savait que Sasuke savait qu'elle ne faisait ça que pour un bébé, et que ça le blessait.

- Oui parfois. Se contenta t-elle de dire.

- Vous me semblez encore très jeunes, quels âges avez vous ?

- Nous avons tous les deux 32 ans.

- Oui. Bien pour cette fois nous allons simplement faire des examens et nous verrons la semaine prochaine les résultats. On ne peut pas vraiment agir maintenant qu'on ne sait pas où chercher.

Sakura acquiesça et après avoir pris un autre rendez-vous avec la secrétaire elle se dirigea vers le laboratoire que leur avait conseiller le docteur. Finalement aujourd'hui n'avait pas été très inquiétant c'était la semaine prochaine qui serait inquiétante.

 

 

 

 

Maintenant qu'ils allaient enfin recevoir les résultats Sasuke se remémorait les examens qu'ils avaient du passer la semaine précédente. Prise de sang, d'urine et de sperme pour lui. Il en gardait d'ailleurs un très mauvais souvenir, on l'avait laissé seul dans une petite pièce qui contenait une table pleine de magazines pornographiques, un fauteuil installé devant une télévision diffusant des films à caractères eux aussi pornographiques. Debout avec à sa main un petit pot censé recueillir son sperme Sasuke ne savait que faire. Il pensait aux nombreux hommes qui avait du le précéder et trouvait glauque le fait de devoir se masturber dans cette salle.

Si on l'avait mis en présence de sa femme il était sûr que ça aurait parfaitement marché mais là. Il s'était pourtant résigner avait tourner le dos à tout ces moyens censé aider et avait penser à sa femme la dernière fois qu'ils avaient fait l'amour. Une fois qu'il avait fini il s'était senti honteux. Il avait l'impression d'être redevenu un adolescent qui avait le béguin pour une fille, un adolescent puceau.

Quand il était sorti il avait légèrement rougi en voyant une infermière attendre derrière la porte pour recueillir sa semence puis il avait rejoint sa femme et ils étaient partis, les papiers ayant été remplis pendant son absence.

Pendant la semaine, Sakura et lui n'avait pas été très proche, même pas du tout. Ils ne s'étaient pas touchés, ne s'étaient quasiment pas parler et presque pas vu. Il était rentré tard et le matin après l'avoir rapidement réveiller elle n'avait pas pris le petit déjeuner avec lui mais été rester au lit.

Il lui prit la main en attendant que le médecin finisse d'examiner leurs résultats.

- Bien, je vois le problème. Commença t-il.

- Oui et quel est-il ? Demanda Sakura en voyant qu'il ne continuait pas.

- Vous avez tous deux la possibilité d'avoir un enfant. Le problème est ailleurs. Mme Uchiwa vous avez un léger dérèglement hormonal, assez léger pour ne pas perturber votre cycle mais, voyons comment vous expliquer disons que ces hormones contrôlent entre autre la mise en place d'une barrière au niveau de votre col de l'utérus, une barrière qui chez les autres femmes devient quasiment nul au moment de l'ovulation ce qui permet le passage des spermatozoïdes, chez vous, la barrière reste presque aussi forte que le reste du temps ce qui empêche le passage des spermatozoïdes. Ceux de votre mari étant légèrement moins performant que la normal. Chez une autre femme, ça n'aurait aucune conséquence mais ces deux petits problèmes vous empêche d'avoir un enfant de façon naturelle.

- Alors il est impossible qu'un jour mon mari et moi ayons un enfant par voie naturelle ?

- Pas impossible, disons qu'il y a peu de chance mais c'est possible. De toute façon, il existe de nombreuses autres manières d'avoir un enfant.

- Nous ne voulons pas adopter. Intervint Sasuke. Nous voulons un enfant qui soit le notre, pas de mère porteuse, ni de donneur de sperme mais on dirait que de toute façon cette dernière solution n'est pas utile. Constata t-il.

Pourtant Sakura se prit cette remarque comme une gifle. Elle avait un problème, c'était de sa faute s'ils ne pouvaient pas avoir un enfant. Elle le soupçonnait déjà mais voir ses prédictions se réaliser était pire que tout et voir que Sasuke faisait remarquer que c'était sa faute s'ils ne pouvaient pas avoir d'enfant la tuait plus que tout.

- Et bien, vous pouvez essayer la fécondation in vitro. Ainsi l'enfant aurait votre patrimoine génétique à vous deux.

- Oui c'est une bonne solution.

- Bien je vais vous donner le numéro d'un des mes très bon collègues dans ce domaine. Vous irez le voir et il verra ce qu'il est possible de faire pour vous. Je tiens tout de même à vous avertir que le processus peut-être très long, parfois certains couples s'éloignent l'un de l'autre pendant le processus, il est important que vous restiez très uni.

- Bien sûr docteur. Dit Sakura tout en sachant très bien que cette année d'essaie les avait déjà un peu éloigné.

Ils quittèrent le cabinet en espérant que leur souhait devienne bientôt réalité.

 

 

 

 

Le retour se passa dans le silence. Sasuke pouvait être rassuré avec tout autre femme ça aurait marché, le problème c'est que ça ne marchait pas avec la seule femme avec qui il voulait avoir un enfant. Il devait avouer qu'il lui en voulait un peu de ne pas pouvoir porter ses enfants.

Il savait que ce n'était pas définitif mais il devait passer par une épreuve difficile pour qu'ils aient des enfants à cause d'elle. D'un autre côté, il tentait de réprimer sa réaction naturelle le plus possible. En effet, dans la situation contraire, s'il avait été stérile, il aurait suffisamment souffert sans savoir à rajouter les reproches de sa femme qui l'aurait anéanti.

Il tentait donc de réprimer au maximum sa colère et ne pouvait que se montrer distant.

Sakura de son côté n'osait pas dire un mot. Sasuke ne lui avait pas adressé la parole, ça n'aurait rien eu d'inquiétant s'il lui avait pris la main ou du moins s'il ne marchait pas deux pas devant elle. On pouvait penser que ce n'était rien mais elle connaissait bien son mari et savait qu'il était en colère contre elle.

 

 

 

 

Bientôt Sakura et Sasuke rencontrèrent le nouveau médecin et deux mois plus tard Sakura se faisait implanter le premier échantillon. Le médecin les avait prévenu que des effets secondaires pourrait être à déploré. Il était loin de la vérité, la rose ne supportait pas les injections journalières d'hormones et devenait irritable.

L'éloignement entre les deux Uchiwa s'accentuait de jours en jours. Leurs proches l'avaient remarqué mais n'avait pas voulu se prononcer, savant à quels points les deux étaient fusionnels et persuadés que ce n'était qu'une mauvaise passe pourtant les injections ne donnait pas d'effet et bientôt un an passa sans résultat.

 

 

 

 

Ça faisait donc deux ans que le couple Uchiwa tentait d'avoir un enfant. Sakura continuait les injections avec espoir pourtant parfois elle se demandait pourquoi subissait-elle les désagréables effets secondaires alors que son mari ne lui parlait plus. Elle avait parfois l'impression qu'ils étaient devenus de parfaits étrangers. Ils s'étaient disputés ces derniers mois. Beaucoup. Il lui avait annoncé qu'elle était responsable de leur parcours du combattant ce à quoi elle avait rétorqué qu'il n'avait qu'à se trouver une autre femme.

Sakura avait cru qu'à ce moment il allait la quitter et bien que la peur lui noue le ventre, elle se demandait si ce ne serait pas mieux parfois. Mais il était resté et depuis ils vivaient ensemble comme de parfaits inconnus. Ne se parlaient pas. Ne se voyaient pas.

 

 

 

 

Et Sakura commençait à en être plus qu'exaspéré. Elle en venait à se demander pourquoi ils cherchaient encore à avoir un enfant. Si jamais par miracle elle tombait enceinte aujourd'hui elle ne savait pas ce qu'ils feraient de cet enfant alors qu'ils vivaient en parfaits étrangers. Elle lui dirait je suis enceinte et après ?

Auparavant, la rose savait que Sasuke aurait été très heureux et un peu anxieux également. Maintenant elle ne savait pas. Elle ne savait même pas si cet homme l'aimait encore. Ou si elle l'aimait elle-même.

Sakura savait qu'ils devraient se séparer pendant un moment du moins. Prendre du temps chacun de son côté et voir ce que chacun ressent. Mais comment réagiraient leur proches ?

Elle secoua la tête exaspérée. L'important était leur couple. Elle devait parler à Sasuke. Et elle savait que ça ne serait pas une partie de plaisir.

 

 

 

 

Quand Sasuke entra dans le salon, la rose était assise dans un fauteuil en pleine lecture. C'était rare qu'il la trouve comme ça. Ou plutôt, ça c'était fait rare ces derniers temps. Il savait que Sakura et lui s'étaient éloignés mais il ne savait pas comment réagir. Il lui en voulait de ne pouvoir lui donner un enfant et en même temps il ne voulait pas la quitter et aller avec une autre après tout si son désir d'enfant était si fort c'est parce qu'il aimait Sakura à la folie. Il ne voulait pas un enfant. Il voulait le sien et celui de Sakura.

Il observa la rose poser le livre et lever la tête vers lui.

- Je crois qu'il faut qu'on parle, de nous. Commença sa femme.

- Hum.

- Écoute. Ça fait un an que les choses entre nous se dégradent. On veut avoir un enfant mais après tout ça j'en viens à me demander à quoi bon ? Je ne sais plus où j'en suis. Je pense qu'on devrait rester quelque temps chacun de son côté et voir ce que l'on veut faire. J'ai besoin de faire le point. De prendre du recul.

Sasuke sentit son coeur se serrer. Il ne voulait pas de cette séparation qu'elle présentait comme temporaire. Il l'aimait. Elle était sa femme, bon sang ! Il ne voulait pas la perdre. Pourtant il devait avouer que rien n'allait bien entre eux. Peut-être qu'un peu de temps leur serait bénéfique. Il demanda tout de même :

- Tu veux divorcer ?

- Non ! Tu veux toi ? S'exclama t-elle.

- Non. Je voulais être sûr qu'on soit sur la même longueur d'onde. Tu veux que je te laisses la maison ?

- Non je vais retourner chez mes parents. Un petit retour aux sources ne peut pas me faire de mal, je pense. Je ne sais pas si j'ai envie qu'on parle de nos problèmes à tout le monde.

- Hn, moi non plus. Nous n'avons qu'à dire qu'on a besoin d'une pause.

- Oui. Elle fit une pause. J'ai déjà fait mes valises. Je ne prends pas tout, après tout ce n'est pas définitif. Ajouta t-elle.

Il acquiesça et la laissa partir. C'était dur. Ils avaient beau avoir tellement de problèmes. Il avait beau pouvoir lui arriver de la haïr, il l'aimait plus que tout.

En un an, il ne l'avait pratiquement pas touché. Entre la libido de Sakura qui laissait à désirer à cause de ses injections et leur dispute, il n'y avait pas le temps pour les réconciliations au lit. Il avait eu de nombreuses fois la possibilité de la tromper mais n'avait jamais osé. Il l'aimait et la respectait beaucoup trop. Il aurait du également essayer de faire un pas vers elle pour qu'ils se réconcilient. Il aurait du agir avant qu'il ne soit trop tard mais il était un peu tard pour regretter maintenant, il n'y avait plus qu'à espérer qu'elle lui revienne.

 

 

 

 

Quand elle était arrivée chez ses parents à cette heure tardive avec une valise et son sac à la main à cette heure tardive, Sakura avait éprouvée un profond sentiment d'échec. En voyant le visage de leur fille unique, ses parents avaient gardé les explications pour le lendemain.

Maintenant, elle se trouvait dans la chambre de son enfance et ne parvenait pas à trouver le sommeil. Après tout après sept ans à dormir dans le même lit avec le même homme, se retrouver dans son lit d'enfance seule était quelque peu déstabilisant.

Étrangement, Sasuke lui manquait. Il était parfois parti une semaine en voyage d'affaire sans qu'ils ne s'appellent et après à peine trois heures de séparation elle voulait le revoir. Elle avait sentie sa peine quand elle lui avait annoncé qu'elle voulait partir. Il était resté parfaitement impassible mais elle le connaissait tout de même encore un peu.

La rose soupira et alla chercher une aiguille. Elle avait appelé le médecin dans la matinée et lui avait dit qu'elle voulait arrêter les injections mais il lui avait conseillé de continuer jusqu'à que se finissent celles qu'elle avait en sa possession.

 

 

 

 

Une semaine passa ainsi et les deux époux ne se parlèrent pas. Naruto avait tenté par tous les moyens de savoir ce qu'il se passait avec ses deux amis mais après une bonne dispute avec Sasuke il avait finalement laissé tomber.

 

 

 

 

Le brun quand à lui avait très envie de courir chez ses beaux parents et de supplier Sakura de revenir à la maison mais il ne le ferait jamais. Et puis c'était à elle de revenir quand elle serait prête.

 

 

 

 

Trois mois passèrent alors. Sakura était en train de faire du shopping avec Temari, sa meilleure amie. La blonde elle-même ne savait pas ce qui s'était passé entre le couple. Ce qu'elle savait par contre c'est que Sakura était passionnément amoureuse de Sasuke et que la rose n'attendait que Sasuke vienne lui demander de revenir. Pourtant le brun ne semblait pas bouger et elle trouvait que le temps commençait à se faire long.

Trois mois sans se voir, alors qu'ils étaient encore mariés c'était idiot. Ils fallaient qu'ils fassent quelque chose. Le préférable pour la rose serait qu'ils se remettent ensemble. Temari soupira et se tourna vers son amie qui voulait lui annoncer quelque chose.

- Tu sais avec Sasuke ça faisait pas mal de temps qu'on voulait avoir un enfant. Plus de deux ans c'est pour dire. Ça faisait un moment aussi que ça n'allait plus aussi bien qu'au début. On a essayé de nombreux traitements sans succès. J'en ai eu assez et je suis partie. Je ne savais même plus pourquoi on voulait un enfant. On s'était trop éloigné. J'ai du finir les dernières injections et maintenant qu'on est seuls je viens d'apprendre que je suis enceinte de deux mois et demis. Et maintenant qu'est ce que je dois faire ? Demanda la rose désespérée.

Temari était sans voix. Elle n'avait jamais su que le couple était passé par tant de difficultés. Elle même avait un enfant mais jamais elle n'aurait pu imaginer que Sasuke et Sakura désiraient être parents.

- Tout d'abord tu devrais aller le voir pour lui dire. Lui conseilla la blonde.

- Il va vouloir qu'on se remette ensemble. Répliqua Sakura.

- Ce n'est pas ce que tu veux ?

- Si mais je veux que ça vienne de lui. Je ne veux pas qu'on reprenne à cause de l'enfant. Pour que notre couple tienne il faut qu'on reparte sur de bonnes bases. Se remettre ensemble à cause de l'enfant ne nous aidera pas.

- Va quand même lui parler. De vous je veux dire. Monsieur Sasuke Uchiwa n'a pas l'air de vouloir mettre son orgueil de côté.

- Tu as peut-être raison. Soupira la rose.

Elles continuèrent ensuite leurs courses sur une note plus gaie.

 

 

 

 

La semaine suivante, Sakura et Sasuke se retrouvèrent dans un petit café intime. Un terrain neutre. Le brun semblait un peu fatigué mais n'allait pas trop mal alors que Sakura commençait avec les nausées matinal et était donc un peu pâle.

- Il faut qu'on parle Sasuke.

- Hn.

- On ne peut pas rester comme ça.

- Je suis d'accord. Tu devrais rentrer à la maison. Je crois qu'on s'est suffisamment laissé d'espace comme ça.

- Comment ça ? Tu crois que je vais revenir si on n'a pas régler nos problèmes ? Tu sais très bien que si je suis partie c'est qu'il y avait une raison.

- Les gens commencent réellement à jaser. Nous ne sommes pas n'importe qui alors revient à la maison Sakura.

- Alors c'est pour ça que tu veux que je reviennes ? Fit la rose indignée et blessée.

Elle sentit qu'elle avait également fait du mal à Sasuke. Il lui prit la main et lui murmura avec passion :

- Tu m'as manqué Sakura. Je me fiche des autres, je veux juste que tu reviennes chez nous et tant pis si on a pas d'enfant. C'est toi que je veux et si le désir d’enfant doit encore nous séparé, abandonnons mais reviens.

- Tu m'as manqué aussi. Fit-elle émue. Mais tu es certain de ne pas vouloir avoir d'enfant parce que je suis enceinte. Dit elle malicieuse.

- Oh. Fut sa seule réaction. Mais comment ? Demanda t-il, ses sourcils se fronçant d'appréhension.

- Pas avec un autre en tout cas. Les dernières injections ont portés leur fruit. Tu me fais confiance ? Demanda t-elle en voyant toujours ses sourcils froncés.

- Bien sûr. Rentrons. Dit-il en lui prenant la main.

Le couple repartit alors main dans la main, se promettant silencieusement de ne plus s'éloigner. Et quoi de mieux qu'un enfant qu'ils avaient tellement désiré et qui grandissait déjà près d'eux ?