Faute avouée est à demi pardonnée

par Satine42

Mot de l'auteur :

Bonjour !

Ravie de vous retrouver pour ce deuxième chapitre (ou premier, si on ne compte pas le prologue). J'espère ne pas vous décevoir !!

Merci à tous ceux qui commencent à suivre mon histoire et à tous ceux qui l'ont commentée.

Alors, oui. Comme je l'avais promis, voici les âges des personnages présents dans ce chapitre (je vous préviens, cela n'a aucune grande importance, je rassasie les petits curieux, rien de plus) :

Sakura : Vingt ans. Sasuke : Vingt-deux ans.

Naruto : Vingt-deux ans. Kiba : Vingt et un ans.

Sai : Vint-deux ans. Temari : Vingt et un ans.

Tenten : Vingt ans.

Tout ces âges sont très proches, pour cause, ils sont tous de la même génération. Bon, et bien, il ne me reste plus qu'à vous souhaiter une :

Bonne lecture.




Préjugés

Chapitre 2 : Faute avouée est à demi pardonnée








Le lendemain des évènements, toujours au même endroit, le soleil ne s'était pas décidé à pointer le bout de ses rayons.

Sakura marchait, se réfugiait sous les balcons des immeubles. Elle s'arrêta à l'entrée d'un immeuble et attendit, le regard perdu dans le vide. Elle aimait observer la pluie tomber, comme chaque journée d'automne. Le bruit des gouttes s'écrasant au sol était bizarrement apaisant. Adossée au mur, elle pensait à énormément de choses ; sa conversation avec le nouveau venu dont elle savait si peu de choses, le comportement des garçons qui l'avait tellement déçue, les flics qui allaient bientôt faire une inspection générale du quartier comme s'il s'agissait d'une prison, la cité Nord qui tramait sûrement quelques choses.

Tant de problèmes pour une si jeune femme, n'est-ce pas ? Mais Sakura n'était pas une jeune femme banale. Cela se ressentait dans l'autorité dont elle avait fait preuve la veille. Sakura n'était plus une jeune femme banale, depuis la mort de son père, il y a deux ans. Elle avait été très violente ; un accident de voiture. Son père, Haruno-sama pour ceux de la cité, le chef. Son père était le chef de la cité, un très bon chef même. Les qualités guerrières dont Sakura faisait preuve lui venaient de son père, le chef. Lorsqu'il mourût, sur son lit d'hôpital, ces derniers mots furent pour sa fille, elle s'en souvenait encore : « Ma belle, prends le commandement de la cité, prends-le. Je te fais confiance ». Et il s'endormit, définitivement.

Elle avait fait exactement comme il lui avait demandé ; elle avait pris le commandement de la cité, avait profilé chacun des membres du Nord … avait acquis le surnom, une marque de respect : Haruno-sama, que ses amis n'utilisaient pas toujours, seulement lorsqu'elle était énervée et qu'ils devaient se faire pardonner. Tout comme son père avant elle, elle instaura le respect, l'amitié, la confiance.

Sakura frissonna, se rappeler tout cela n'était pas le meilleur pour elle. Elle serra son pendentif, un dragon, offert par ses grands-parents.

La porte du hall d'entrée de l'immeuble s'ouvrit et sortirent les trois hommes que Sakura avait réprimandés le jour précédent. Ils lui sourirent, hésitants sur les paroles qu'ils devaient prendre pour ne pas éveiller son caractère de feu.

« - Salut, lança-t-elle. »

Ils lui répondirent. Elle sourit vaguement puis reprit :

« - Bon. Soyons clairs, vous allez lui présenter vos excuses. Puis, vous essaierez de vous arranger pour la voiture. Je ne sais pas ce qui vous a pris hier, mais que ça ne recommence pas. On est d'accord ?

- Oui, répondit l'un d'eux. On est désolés.

- Je sais. Bon, on y va. »

Sakura s'avança vers un autre immeuble, regarda sur les boites aux lettres le nom de Sasuke Uchiwa – Troisième étage. Ils montèrent les escaliers en silence. Arrivant dans le couloir, Sakura alluma la lumière et commença à longer les portes, à la recherche du nom Uchiwa. Elle s'arrêta devant, lorsqu'elle trouva, et toqua. Juste avant d'entendre des pas, elle s'empressa de murmurer :

« - Dernière chose, vous pouvez lui parler du système hiérarchique, vous devriez même, mais ne lui dîtes pas que c'est moi, la chef. »

Ils firent un signe de tête, prouvant qu'ils avaient compris. A ce moment-là, Sasuke ouvrit la porte et ne parut pas tellement surpris de voir Sakura et les trois inconnus qui avaient détruit sa voiture. Sakura afficha un sourire solaire avant de s'exclamer :

- Bonjour ! ”

Sasuke resta immobile, ne laissant émaner aucune émotion. Elle le remarqua et son sourire s'effaça ; cet homme était si froid, si vide. Sakura le scruta, se taisant également. Quelques secondes plus tard, elle eut un léger petit rire que personne ne pût comprendre. Elle pointa le doigt vers l'un des garçons, d'une pâleur extrême. Il était mince et de taille moyenne, des cheveux noirs mi-courts. Elle indiqua :

« - Voici Sai. »

Personne ne réagit, elle décida de continuer, désignant cette fois le grand blond qui avait été le seul à parler la veille :

« - Lui, c'est Naruto. »

Toujours aucune réponse, elle commençait à perdre patience mais, contre toutes réparties, elle finit :

« - Et enfin, Kiba. »

Elle montra de la tête un jeune homme brun, les cheveux hérissés. Il avait des sortes de tatouages sur les joues et tenait un petit chien dans ses bras. Ce dernier jappa, Sakura rigola. Elle ajouta :

« - J'ai failli t'oublier. Akamaru, le meilleur des petits chiens. »

Elle le caressa en riant mais elle s'arrêta bien vite. Le silence imposant qui régnait depuis plusieurs minutes et qu'elle brisait n'était pas à son goût.

« - On peut entrer, demanda-t-elle en jetant un coup d'œil à l'intérieur. »

Sasuke se décala, leur laissant à peine la place de se faufiler. Les garçons se dirigèrent vers la palier, s'immobilisèrent en constatant que Sakura n'avançait pas. Celle-ci avait changer d'allure, elle semblait agacée, voire même énervée.


Une autre porte du même couloir s'ouvrit et deux filles sortirent, deux blondes assez grandes aux allures de mannequin. Elles rigolaient en chantonnant une chanson, la discrétion n'était probablement pas leur point fort. Elle cessèrent de marcher en voyant Sakura les bras croisés face à un inconnu. Brusquement affolées, elles se placèrent aux côtés de celle-ci et découvrirent leurs amis.

« - Bonjour les filles, clama Sakura, changeant d'air, heureux et enjoué désormais.

- Salut, répondit l'une des deux, détendue à présent.

- Je vous présente un nouveau venu, Sasuke Uchiwa. Il a emménagé hier.

- Enchantée, s'exclamèrent-elles en cœur. »

Il répondit d'un bref signe de tête. Sakura reprit ;

« - Sasuke, je vous présente Temari, elle désigna une fille aux yeux verts forêts, et Ino, cette fois, elle indiqua une blonde aux yeux bleus.

- Les garçons, devina Temari, qu'est-ce que vous avez encore fait ?

- Mais rien, se plaignit Naruto. »

Sakura fut prise d'une violente toux, presque exagérée.

« - Ils ont démoli ma voiture, parla pour la première fois Sasuke. »

Les deux filles éclatèrent de rire, ne parvenant plus à se contrôler. Sakura sourit, elles étaient toujours comme ça, joyeuses et rigolant à la moindre sottise sortie ; jeta un rapide coup d'œil à sa montre et comme si elle venait de se rappeler quelque chose, elle prit chacune des filles par un bras et annonça, l'air grave :

« - Les filles, on doit aller voir Hinata, vous n'avez pas oublié ? »

Les deux se calmèrent immédiatement et prirent le même air que Sakura. Les garçons baissèrent la tête, seul Sasuke ne comprenait pas.

« - Je peux venir, supplia Naruto.

- Non, n'oublie pas pourquoi tu es venu voir Sasuke. Tu iras une autre fois.

- Mais, tu sais très bien qu'elle se sent mieux dès qu'elle me voit !

- Tu as raison. Mais la réponse est non, plus tard. Ca t'apprendra à détruire les voitures des gens.

- Mais, Haru

- Naruto, cria Sakura. Mesures tes paroles ! Une autre fois, j'ai dit. Demain, peut-être. »

Le silence se fit, Naruto baissa la tête et murmura qu'il était désolé. Sakura lui saisit le menton, l'obligeant à la regarder dans les yeux, et lui assura qu'il irait le lendemain. Il retrouva son sourire, Sakura de même. Elle s'excusa auprès de Sasuke et certifia qu'il se reverrait, il acquiesça d'un léger sourire.

Les filles partirent dans les escaliers, parlant tellement fort que l'on n'entendait qu'elles. Sasuke ferma la porte de son appartement et invita les trois inconnus dans son salon.





Plus tard dans la soirée, Sakura était assise sur un banc, profitant d'un petit moment sans pluie. Elle pianotait un message sur son portable mais le referma dès qu'elle vit Sasuke marcher sur le chemin du parc. Elle l'invita à venir s'asseoir, ce qu'il fit. Son après-midi s'était bien passée et il s'était finalement rendu compte que les trois garçons n'étaient pas si méchants qu'ils en avaient eu l'air le jour précédent. Il avait également obtenu quelques informations sur la hiérarchie dans la cité et une curiosité folle se développait en lui à chaque fois qu'il pensait au chef que les hommes avaient décrits comme quelqu'un de très intelligent et subtil, qu'il devrait à tout prix rencontrer. Il exposa tout cela à Sakura, pris d'un élan de paroles qui se termina une fois qu'il s'en rendit compte. Elle lâcha un petit rire.

« - Ils ont vraiment dit ça sur le chef ?

- Hn, approuva Sasuke. »

Elle rigola à nouveau mais son rire n'était pas le même que celui que Sasuke avait entendu dans le couloir le matin-même, c'était un rire amer.

« - Vous le connaissez, demanda-t-il ?

- Si on veut, oui.

- Comment ça ? Je ne comprends pas.

- Vous comprendrez assez vite, Sasuke. »

Il ne répondit pas, perdu dans ses pensées. Qui était-elle ? Il s'était déjà posé cette question ; cette femme l'intriguait réellement.

« - Vous m'avez dit, hier, que vous étiez écrivain, coupa-t-elle du silence qui s'installait.

- Hn.

- Je vais vous paraître inculte, mais je n'ai jamais lu aucun livre de votre plume. Je suis navrée.

- Je vous prêterai l'un de mes ouvrages, alors. »

Elle le gratifia d'un sourire auquel il ne répondit pas. Une fois n'est pas coutume, elle s'en étonna, soupira.

« - Vous écrivez sur des sujets en particulier ?

- Si vous considérez la société comme un 'sujet', alors oui, répondit-il.

- Et vous êtes là pour écrire sur les cités, se méfia-t-elle directement. »

Il sentit sa méfiance et ne sut que répondre. Quelle serait sa réaction s'il lui disait la vérité ? Elle semblait dirigée les affaires du quartier, elle était probablement le bras droit du chef, ou quelque chose de similaire.

« - Non, riposta-t-il.

- Que venez-vous faire ici alors, questionna-t-elle, toujours sur ses gardes.

- Le métier d'écrivain ne paie pas tant que cela. »

Elle se détendit, après tout, il disait sûrement vrai. Prétextant une chose urgente à faire, Sasuke repartit chez lui, mais son esprit errait.

Pourquoi avait-il menti ? Serait-il bête ? Si elle s'en rendait compte, elle allait se venger et il allait souffrir, ça, aucun doute possible.

Pourquoi ne lui avait-il pas demander qui était Hinata ? Où était cette femme ? Pensait-il que Sakura allait avoir la même réaction que les garçons lorsqu'il leur avait posé la question ?



Pourquoi cette cité l'emplissait de curiosité ?







Mot de l'auteur :


Tadadam ! Fin du chapitre ! Alors ? Bien ou pas bien ?

Je sais qu'il s'agit d'un chapitre assez court dans l'ensemble par rapport aux chapitres immenses que j'ai pu faire dans le temps (on dirait une Mamie qui parle, non mais je vous jure !)

Si vous avez des questions, n'hésitez pas.

Pour ce qui concerne Hinata, vous saurez tout dans le prochain chapitre.


Biz'


Satine