Bonus-Hors Série- Le tigre et le serpent

par Gregorianne

C'était un jour maussade aujourd'hui.

Tiga était restée chez eux, c'est à dire au QG, avec Max, pendant que tous étaient partis vagabonder par ci par là.


La pluie la déprimait et elle se sentait d'humeur nostalgique.


-Dis Max ...


Elle eu pour toute réponse un ronflement heureux à côté d'elle.


-Max !


Elle envoya un coup de pieds dans le bassin du garçon à côté d'elle qui se réveilla avec des envies de tuer.


-Oui, Ô ma chère maîtresse Tamera, ironisa t-il

-Ne m'appelle pas comme ça, c'est du passé grogna t-elle

-J'y appartiens à ce passé alors laisse moi t'appeler comme je veux.

-Non, Tiga c'est mieux. Et puis tout le monde m'appelle comme ça maintenant.


Il rechigna un peu mais se tourna vers elle, toute ouïe.


-Donc je disais, avant que Monsieur ne s'endorme en plein milieu de notre discussion.

Dis Max, est ce que tu te souviens de nos années lycée ? Avant le gang ?


Le grand brun se laissa aller sur le canapé troué. Et un fin sourire anima ses lèvres alors qu'il s'allumait une cigarette.



-Ah ... Comment oublier ? souffla t-il


-Impossible répondit-elle en riant.


-Je crois que je n'avais jamais autant ri que le soir du bal de terminale, continua t-il en soufflant la fumée


-Tu parles de la fois où....


OoO Exactement 7 ans plus tôt. OoO


-Maaaaxxx! Viens m'aider je vais étouffer!!


La jeune fille avait pris appui sur le mur avec son pieds et gesticulait comme un asticot.


- Quoi encore ? Mais tu ne sais pas enfiler une robe toute seule où quoi ?


Le jeune homme, déjà très grand à l'époque accouru pour aider la blonde à fermer se robe.


Si on pouvait appeler ça une robe.

En tout cas ce que Max savait, c'est que c'était très court, très moulant, et très.... très..... cuir.

C'était "une robe" bustier en cuir noir qui s'arrêtait un peu au dessus des genoux.


- Mais aussi pourquoi t'as pris un truc aussi court, serré, vulgaire et.... et..... cuir ...?


- Je vais faire baver tous ces petits connards qui m'ont traitée de fille grossière et de garçon manqué toutes mes années lycée. Dit-elle en plaçant ses mains sur ses hanches, un sourire ambitieux et fier aux lèvres.


Aussitôt la robe remontait pour presque dévoiler ses sous vêtements. Elle la rajusta


- Bon ! Il suffit que je n'écarte pas les jambes, que je ne me baisse pas, et tout ira pour le mieux ! Ca doit quand même être une torture de porter ça tous les jours...


-Autant dire il suffit que tu restes immobile et que tu fasses des pas de fourmis pour marcher, et tout ira bien c'est sûr.


Elle lui enfonça son coude dans les côtes avant de repartir, satisfaite, vers la salle de bain.

Elle en ressorti magnifiquement maquillée, les yeux charbonneux et un rouge à lèvre rouge sang.


Ses longs cheveux blonds légèrement bouclés car encore humides lui tombaient le long du dos.

Elle enfila des talons très classes et sobres.


Avait-elle seulement conscience de son immense beauté ?


- Prêt à affronter les regards vicieux de ces petits cons pour la dernière fois? cria t-elle, une lueur de défi dans le regard.



Max maugréa quelques paroles incompréhensibles.

Il était extrêmement séduisant dans son costume noir.


Autant dire qu'ils formaient un magnifique couple tous les deux.


Même si en y regardant de plus près, on aurait plutôt dit un majordome et sa maîtresse.


Aussi longtemps qu'il se souvienne, Max avait toujours été là pour veiller sur son petit bout de femme, et Tiga de même. Ils ne s'étaient jamais séparés.


Elle était forte mais tout de même fragile. On lui en avait pas mal fait baver à cause de lui depuis toujours. Aussi bien à l'école primaire,qu'au collège, qu'au lycée. Max avait toujours eu beaucoup de succès auprès des filles de son âge, parce que très séduisant, très grand, et musclé.


Tiga avait toujours été à ses côtés et les autres filles ne lui avaient pas fait de cadeau. Elles étaient jalouses de la relation que la jeune fille avait toujours entretenu avec lui. Parce qu'en fait, Max n'était toujours resté qu'avec elle, ne regardant même pas les autres quand Tiga n'était pas impliquée.


Il l'avait toujours protégée autant qu'il avait pu, mais parfois les paroles ne peuvent être arrêtées et blessent.


Ça l'avait endurcie, et fait d'elle la jeune femme rayonnante et forte qu'elle était aujourd'hui.


Oui, il se dégageait d'elle une puissance féline fascinante.


La blonde passa ses doigts dans l'épaisse chevelure brune et bouclée de Max pour lui arranger une coupe de dernière minute.


- Nous sommes partis ! Lança t-elle, enthousiaste. C'est la dernière fois que je vois ces faces de pet, on va s'amuser et leur montrer.


OoOo


Ils entrèrent côte à côte dans la pièce où se déroulait le bal. De nombreux couples y étaient entassés et discutaient joyeusement.


Quand nos deux amis firent leur entrée, un grand silence marqua la salle. Des chuchotements l'animèrent ensuite.


-Bon sang c'est Tamera et Max ? Pour lui on savait, mais elle, elle cachait bien son jeu, elle est magnifique...


-Pff, elle est juste vulgaire oui... Regarde comme elle est fringuée, on pourrait croire qu'elle va faire le trottoir...



-Oh la bombasse !.....

-Mamamia

-Chaud, elle est avec Max, il va pas nous laisser l'approcher.

-Et dire qu'elle cachait des atouts si intéressants sous son jean militaire et ses rangers...

-J'avoue je la croyais pas si belle

-et ses yeux verts caca d'oie, ils ne sont pas si mal finalement...


La jeune femme pénétra un peu plus dans la salle, rayonnante et fière de l'effet qu'elle produisait, c'était le but.


Max la suivait de près, amusé par sa petite comédie. C'était encore une enfant .


Elle allait faire baver les mecs et enrager de jalousie les filles toute la soirée, mais n'allait pas leur adresser un regard, elle resterait comme d'habitude avec Max.


Elle s'approcha du buffet pour se servir un verre au hasard...Elle n'avait jamais vraiment bu d'alcool.

Elle l'avala d'une traite, devant le regard soucieux de son meilleur ami.

Ils s'apprêtaient tous deux à s'éloigner pour rejoindre un coin tranquille mais quelqu'un les interpella.


-Alors comme ça le garçon manqué se transforme en princesse, Cendrillon ? Murmura une voix bien connue.


C'était Melvin. Oh lui... Le petit riche de sa classe, "celui qui savait toujours tout, celui qui possédait tout, aussi bien les filles que le fric, celui qui s'était toujours tout permis, l'un des premiers à l'avoir rabaissée.". Un garçon moqueur, cruel et orgueilleux. Le pire de tous.


Tiga était.... heureuse, elle était même folle de joie que ce soit lui, particulièrement qui l’interpelle.


Il la relooka alors qu'elle s'était retournée vers lui.


- Alors, tu danses beauté ? Demanda t-il, en faisant balancer son verre d'alcool.


Max se crispa derrière elle, et elle entendit son poing craquer.

Alors, elle posa une main tendre sur la sienne pour lui signifier que tout irait bien.


Elle se pencha un peu vers Melvin avant de susurrer langoureusement.


- Sans façon...


A cet instant, ne pouvant contenir ses pulsions, Melvin passa une main sur les fesses de Tiga .


Et là, ce fût le paroxysme de sa joie.


Celle ci jeta sa tête en arrière et rit d'un voix mélodieuse dans toute la salle.


Elle ne pouvait être plus heureuse à cet instant, il avait fait exactement ce qu'elle avait attendu de lui, mais quel abruti !


Il venait enfin de lui donner tout ce dont elle avait besoin, un prétexte pour se déchaîner sur lui, cette raclure qui lui avait pourri la vie, un prétexte pour l'envoyer faire un tour du côté des morts.


Elle resserra sa poigne autour du poignet de Max qui avait levé le poing prêt à frapper, et se retourna vers lui, avec son regard le plus sincère, celui contre lequel Max n'avait jamais pu se battre.


- Laisse moi faire, murmura t-elle.


Elle se retourna, plaqua Melvin contre la table de buffet en un geste rapide, et lui envoya son plus beau coup de poing dans le nez.


Bingo, au bruit sourd qu'elle sentit sous ses doigts, elle compris qu'elle venait de le lui péter, et du premier coup en plus ! Elle recommença et cette fois, ce fût les dents.


Le pauvre garçon ensanglanté ne comprenait plus rien et hurlait. Elle se déchaîna sur lui puis se rabattit sur ses copains qui tentaient de l'attraper. Elle en envoya bien trois au sol, mais Max décida d'intervenir quand ils se retrouvèrent à quatre contre elle.


Tous ces gens immondes qui les avaient insultés parce qu'ils était tous deux différents, qui n'avait jamais loupé une occasion de les entraîner dans des magouilles, de les faire accuser à leur place devant les profs, de rependre de fausses rumeurs sur eux... Cette nuit, ils payeraient. Tous.


Tiga se battait avec une bestialité féline, griffant, mordant, cognant.

Max, lui était, malgré sa force brute, extrêmement gracieux et agile dans ses mouvements.

Rapide tel un serpent, il mettait à terre ses adversaires en un coup, tapant aux bons endroits. On aurait presque dit qu'il dansait plutôt que de se battre. Il gardait tout de même toujours un œil sur Tiga, prêt à bondir pour la protéger.


Au bout d'une bonne demi heure, nos deux lions enragés avaient mis à terre une bonne quinzaine de lycéens qui s'en étaient mêlés.


Les sirènes de la police se firent entendre et Max attrapa Tiga puis ils sortirent tous deux en courant si vite que personne ne les retrouva dans la nuit noire, ils étaient tous deux euphoriques et riaient à grands éclats en rentrant chez eux. Leurs tenues étaient trempées de sang, mais pas du leur.


A part quelques bleus et quelques blessures superficielles, ils n'avaient rien.


Le lendemain, il allait falloir assumer ça devant la police. Tiga allait devoir mettre en pratique ses talents de comédienne de tragédie.


La grande question qui les fit rire toute la soirée était: Arriveraient-ils à justifier le massacre d'une quinzaine de type pour une main aux fesses ?