Chapitre 17

par Sermina

Chapitre 17 :

 

 

Le soleil venait d’atteindre depuis peu son zénith. Pourtant malgré la luminosité ambiante qui régnait, un homme debout appuyé contre l’écorce d’un arbre restait caché dans l’ombre de deux grands chênes. Seul, immobile, s’il n’y avait pas eu la légère respiration qui se perdait avec le bruissement des feuilles au vent, on aurait pu le croire mort. Son masque en forme de spirale cachant son visage ouvrant au final sur un seul de ses yeux, l’imposante cape noire et rouge recouvrant tout son corps et remontant haut dans sa nuque et ses doigts gantés de noir, dénotait beaucoup avec le lieu encore désert de vie humaine. Malgré la chaleur qui commençait à se faire sentir en ce milieu de journée, il ne semblait pas en souffrir. Il resta ainsi des minutes durant sans faire un mouvement trahissant sa présence au sein de cette immense forêt.

Ce n’est qu’au bruit à peine audible d’un léger craquement qu’il releva la tête vers une branche plus en hauteur devant lui. Sa seule pupille rouge sang et noire se posa sur l’étrange créature qui sortait la tête de l’écorce. Les deux hommes se fixèrent du regard un instant. L’homme présent en ces lieux ne parut pas étonné par l’arrivée de cet étrange être.  Pourtant tout dans son apparence avait de quoi surprendre. Son visage se divisait en deux, d’un côté blanc et de l’autre noir alors que sa tête se trouvait entourée par deux excroissances évoquant les mâchoires d'une plante carnivore.

— Les choses se compliques un peu… commença le visage bicolore.

Moi, je trouve au contraire qu’elles deviennent plus attrayantes, renchérit la même personne mais d’une voix différente.

Le silence reprit un instant ses droits avant que l’homme toujours debout appuyé contre l’arbre ne se mette à se relever dénouant ses muscles laissaient jusqu’alors en léthargie. Il releva sa pupille vers le visage coupé au cou par une branche, demandant par ce simple mouvement des détails.

— Sasuke Uchiwa a réussi à pénétrer à l’intérieur de Nokiana, expliqua calmement l’homme/plante.

Il s’est même fait une allier qui semble l’aider avec succès pour le moment, rajouta une voix joyeuse provenant du même homme.

Cette révélation ne semblait au premier abord avoir réussi à déstabiliser l’homme à l’unique prunelle pourtant sous son masque, ses sourcils se froncèrent alors que sa bouche forma une grimace agacé. Néanmoins il se reprit très vite :

— Cela n’a pas d’importance. Ils nous livreront quand même Kyuubi, le reste ne nous intéresse pas, expliqua-t-il calmement.

Pourtant l’étrange créature perchée sur sa branche ne se laissa pas berner. Il savait ce qui s’était passé des années plus tôt. La rancœur que possédait son supérieur à l’égard du cadet Uchiwa était grande depuis que Sasuke avait osé le trahir en retournant à Konoha alors qu’il lui offrait une place de choix au sein de son organisation. Toujours perché sur sa branche, juste après que le jeune homme ne se soit évanouit sur le corps sans vie de son frère, il avait vu Tobi s’approcher pour récupérer le corps du cadet Uchiwa mais un certain jeune homme à la chevelure blonde était arrivé le premier devant Sasuke. Cependant Tobi était patient, il avait attendu alors quelques mois avant de trouver le bon moment, où loin de son équipe le jeune homme qu’il convoitait fut enfin seul pour l’approcher. Caché dans un coin sombre de la caverne que son supérieur avait choisi, il avait écouté toute la discussion… ou plutôt le monologue de Tobi sur Itachi face à un jeune Sasuke prit de doutes. Cela avait été très instructif et à la place de l’Uchiwa, il aurait accepté la proposition de son supérieur mais Sasuke ne l’avait pas fait.  Il avait préféré retourner dans le village qui avait condamné son frère ainé et commandité le meurtre de tout son clan. Cependant si l’étrange créature n’avait pas compris les raisons de la décision du cadet Uchiwa, il avait été témoin de la colère et la haine de Tobi de voir son plan tomber à l’eau. C’est pourquoi malgré l’attitude stoïque de son chef, il n’en pensa pas moins.

— Je retourne voir comment vont évoluer les choses…

… qui j’espère amèneront plein de complications, renchérit la même personne sur une voix différente.

Et sans un mot de plus, comme il était arrivé, il disparut dans l’écorce de la branche. L’homme au masque resté sur place, ne bougeait plus. Les minutes passèrent doucement avant que dans un éclat de rage son poing vint frapper avec force l’écorce de l’arbre à ses côtés sans écorcher ne serai-ce qu’un peu le gant à sa main mais qui entama assez fortement le tronc du chêne centenaire. Puis dans un écran de fumée, l’homme disparut.

 

************************

 

Cela faisait deux heures que le nouveau couple circulait dans les ruelles plus ou moins grouillantes de monde du village. Sasuke avait très vite comprit la stratégie de la jeune femme et s’était pris au jeu. Leurs pas étaient calmes, anodins mais jamais ils ne s’arrêtèrent une seule fois. Karin prenait avec un sérieux déconcertant la visite du village. Passant d’un bout à l’autre des cinq sommets du pentacle que formaient Nokiana en développant son Histoire en passant par l’explication et l’utilité de chaque monument de la ville.  Même si cela ne faisait que partie du plan pour le faire intégrer le village plus facilement et donc avoir accès illimités au quatre coins de la ville, Sasuke, sous l’apparence du jeune châtain arrivé la veille, écoutait avec attention toutes les explications de la jeune femme à ses côtés. Il encra avec minutie le plan de Nokiana dans sa mémoire, repérant les gardes du village, leurs rondes et les visages de cette vingtaine d’hommes et de femmes dont l’aura puissante et pesante montrait la force non négligeable de ces ninjas d’élite. Puis elle partit sur l’utilité du village, sa position centrale au sein du monde ninja et les raisons non négligeables de garder ce village caché aux yeux de tous.

Pourtant malgré cet accoutrement et la présence de la jeune femme, ce qui devait arriver, arriva. Trois gardes atterrirent dans un souffle devant eux, alors que celui se trouvant au centre se tenait droit, les deux autres hommes, un pas légèrement en arrière, avaient posé leurs mains à leur ceinture prêt à attaquer. Sasuke se mit, par réflexe, aussitôt sur la défensive alors que le cœur de Karin s’accéléra un instant avant de reprendre un battement normal. C’était l’élite, jamais elle n’avait vu des ninjas aussi forts, elle savait que la moindre petite parcelle de changement dans son corps serait tout de suite détecté par ces hommes, alors elle se calma le plus rapidement possible.

—Karin ! prononça le chef du groupe.

— Messieurs, salua de façon impassible la jeune femme.

Le soldat le plus en avant encra son regard sur l’homme au côté de Karin avant de demander sans lâcher du regard Sasuke.

— Qui est-il ?

Le son de sa voix était dure et autoritaire… si différente du ton employé quelques heures auparavant face à son supérieur : Ichiro.

— C’est Ulrich Mitria, le déserteur du pays de la foudre dont je vous avais parlé.

— Tu avais pourtant dit que tu ne pensais pas qu’il rejoindrait nos rangs ?

Un nouveau silence suspicieux s’installa un instant.

— J’ai juste dit qu’il avait besoin de réfléchir…

Les deux hommes ne s’étaient pas lâchés du regard depuis le début de l’interrogatoire. Après de longues minutes qui semblèrent interminables à la jeune femme, le chef du groupe posa simplement :

— J’espère que tu te plairas parmi nous, Ulrich.

— Je l’espère aussi… finit par répondre Sasuke les yeux toujours encrés dans ceux de son homologue face à lui.

Puis aussi vite qu’ils étaient apparu les trois gardes disparurent pour réapparaitre quelques mètres plus loin. Du haut d’un arbre, un visage bicolore caché par les branchages avait assisté à toute la scène et avant de disparaitre, il eut le temps d’entendre :

— Je veux trois hommes qui le surveillent non stop

— Vous doutez de Karin, patron ?

— Pas spécialement mais c’est demain que tout se joue et je ne veux pas qu’il y ait le moindre problème, c’est clair ?

Les deux autres hommes acquiescèrent avant de disparaitre à nouveau, laissant leur chef seul.

 

*****************************

Dans une chambre dont la fenêtre se trouvait face à la grande place du village, un jeune homme blond faisait les cent pas. Le soleil était déjà levé depuis quelques heures et depuis son réveil agité, le démon tournait en rond. Il tournait en rond et il détestait ça. Même privé de chakra, il avait gardé la totalité de ses sens et il ne fallait pas être devin pour savoir que le moment M devenait très proche. Il avait senti déjà légèrement lors de la visite de sa proie Akiko la veille, ainsi que sur les quatre gardes qui étaient, ce matin même, venus le voir pour vérifier qu’il était toujours là et lui apporter à manger et maintenant cela se sentait dans le cœur remplis de soulagement de tous ces hypocrites d’insectes qui peuplaient ce village. Bon, certes il devait l’avouer le monde était dans la merde. Si ce problème de chakra ne se résolvait pas, c’est la planète entière qui en pâtirait mais étrangement cette constatation l’avait fait sourire. Cela serait plutôt marrant un monde d’anarchie où lui pourrait aisément s’amuser à droite et à gauche avec ces abrutis de microbes tout en jouissant d’une liberté totale. Un monde où seuls les plus forts parviendraient à survivre en récoltant les rares denrées d’eau et de nourriture qu’ils resteraient dans certains lieux encore légèrement traversés par du chakra viable et stable. Cet aspect là lui plaisait beaucoup, et l’idée de faire échouer le merveilleux plan « remplis de guimauve et de bonheur avec pour but de préserver la planète telle qu’on la connaissait », l’enchantait énormément… mais le problème restait le gamin. Parce que bon, si l’Uchiwa arrivait à faire revenir le môme à la réalité juste le temps d’enlever ce bijou de malheur, il savait très bien que même s’il reprenait le contrôle du corps de l’Uzumaki, cet  idiot serait cette fois pleinement conscient de ce qui se passait dehors… un peu comme lui depuis maintenant vingt ans et connaissant le bougre, il allait le faire chier pas mal à ce niveau là.

Il s’arrêta alors au centre de la chambre, revenant à son problème de départ… enfin ses deux problèmes de départ alors qu’il se demandait s’il allait avoir assez de temps. Il avait pensé voir débarquer Akiko comme chaque matin mais plus les minutes passaient plus les chances que cet abruti apparaisse se réduisaient. Or, il avait besoin de s’amuser encore un peu avec lui avant toute chose. Après tout, et malgré ce qui s’était passé, il savait qu’une seule autre confrontation devrait mettre Akiko de son côté. Il avait déjà son plan en tête, il ne manquait que cet insecte qui n’était toujours pas là.

D’un geste brusque, il reprit sa marche d’un bout à l’autre de la pièce. Le deuxième souci était que l’Uchiwa n’était toujours pas devant lui et lui aussi avait intérêt à ramener ses sales petites fesses blanches ici très vite parce que sinon il allait tout faire foirer. Cependant ce point l’inquiétait moins… Après tout il avait depuis longtemps comprit ce qui se tramait dans l’esprit de cet humain. Il se demandait souvent comment personne ne le voyait : c’était tellement évident… quoi que en vue de certains regards sur Sasuke de l’Hokage avant que le gamin se fasse enlever, il était tout-à-fait possible que Tsunade en sache plus que ce qu’elle en disait.  D’ailleurs, Kyuubi était certain que la fuite de l’Uchiwa pour retrouver son coéquipier avait été faite avec l’aval de la Cinquième.

Mais d’un coup, il s’immobilisa alors qu’un étrange sourire apparaissait sur son visage.

 

***********************

 

Karin respira plus librement une fois que les trois hommes eurent disparu avant de soupirer en se tournant vers son amant.

— Bon, on a passé le plus dur. Apparemment on a été assez convainquant, expliqua-t-elle tout sourire face à un Sasuke stoïque.

Un couple passa alors à côté d’eux les saluant d’un signe de tête que la jeune femme rendit.

— Et maintenant, je vais te faire visiter le lieu sacré auquel on doit notre vie sur cette planète, continua-t-elle en reprenant sa marche vers l’imposant bâtiment au centre du village.

Sasuke la suivit sans un mot mais alors qu’il passait sur la place du village, il sentit un regard lourd peser sur ses épaules. C’est pourquoi sans arrêter son pas, il tourna la tête légèrement, scrutant les alentours. Ne voyant personne, il fronça les sourcils avant de lever un instant son regard et là il se figea une seconde. Des prunelles rouge-orangés le fixaient avec force. Sous l’intensité du regard, il fut parcouru d’un frisson avant de reprendre sa marche délaissant les yeux qui l’observaient. Le tout avait duré moins d’une seconde mais un homme légèrement en retrait n’avait rien loupé de la scène et le sourire un peu trop  satisfait sur le visage de Kyuubi n’annonçait rien de bon, c’est pourquoi calmement, il laissa quelques directives aux deux espions avec lui avant de disparaitre.