Redevenir vivant

par Kitow-sama





** Chapitre 2 **


Redevenir vivant





Le silence retomba dans la plaine, inondant le jeune ninja d'un malaise lourd et palpable. Sous le regard de Tsunade, il essayait de comprendre, de mettre en place ce puzzle inextricable dans lequel il s'était perdu. Mais rien ne lui vint à l'esprit, rien de cohérent ni de probable. Était-ce la un rêve ? Non les sensations étaient trop réelles. Alors que se passait-il donc ici... Tsunade observait toujours le jeune homme en proie au profond doute qui le tiraillait. Voir ainsi cet homme qui se dit être Naruto Uzumaki aussi troublé quand à la vue de cette stèle, avait plongé son cœur dans une hésitation désagréable. Elle ne pouvait croire aux paroles de cet homme, elle avait elle même assisté à sa mort, spectatrice impuissante de son dernier souffle. Elle avait elle même procédé à la mise en terre sous le regard détruit du petit comité qui lui rendait hommage.


Maintenant, si vous pouviez me dire votre véritable nom... fit-elle à voix basse.

Comment veux-tu que je te donnes un nom qui ne serais pas le mien. Je ne changerais pas ce que j'ai dit... Je suis et j'ai toujours été Naruto Uzumaki. Et si il le faut je peux te le prouver.


Il se releva et fit face a la Cinquième Hokage qui observait avec attention ses mouvements. Il lui fit un signe pour lui dire que tout allait bien se passer puis sans un mot il enleva sa veste, ouvra son blouson noir et releva son chandail montrant son abdomen à l'Hokage. Un sceau apparut sur le nombril de jeune homme, surprenant l'Hokage qui recula un regard horrifié sur le visage. Soudain trois AMBU surgirent et se placèrent entre les deux ninja.


Tsunade, dis à tes hommes de ne rien faire, tu ne cours pas le moindre danger.


La surprise passée, elle congédia sa garde qui disparut aussi vite qu'elle était venue. Elle s'approcha du jeune homme qui conservait son ventre à l'air, une mine légèrement renfrognée. Elle tendit sa main et frôla du bout des doigts le sceau. Un léger courant de chakra lui traversa les membres, la faisant légèrement sursauter.


C'est un vrai....

Tu me croies maintenant ? Ou bien faut-il que je sorte le renard de sa cage pour te le prouver.


Une lueur de panique traversa le regard de Tsunade qui plongea ses yeux dans celui de son interlocuteur. Mais au lieu d'y voir une quelconque menace, elle y lu la malice et l'amusement. Un regard pétillant et vivant, qu'elle n'avait pas vu depuis des années. Elle mit sa main devant sa bouche, le regard embuée.


Alors il disait vrai... il es vraiment vivant... mais comment était-ce possible...


Elle secoua sa tête et sans crier gare, elle empoigna le jeune homme l'emmenant dans ses bras, l'enlaçant d'une étreinte violente et insatiable. Elle le retrouvait, après toutes ces années et même si ce retour était au delà de toute compréhension, elle s'en fichait. Des choses inexplicables arrivaient, et le retour du jeune homme en était une, mais qu'importe. Elle retrouvait la un jeune garçon qui avait su la sauver, qui s'était battu pour elle et son village, et qui est maintenant devenu un homme. Naruto ne fit rien pour la repousser, il se laissa faire sentant que cette peine était réelle et profonde. Il n'y avait pas la non plus la présence d'une vaste plaisanterie. Il était vraiment mort dans un sens et cela lui faisait bizarre.


Au bout de quelques secondes elle se sépara de lui, essuyant les rares sillons qui traversaient son visage. Elle avait acceptée son retour, mais maintenant comment expliquer cela aux conseillers et à ses anciens amis. Elle se repris rapidement et invita le jeune homme à se rhabiller et de la suivre jusqu'à son bureau. Avant de partir, elle appela un Ambu et lui demanda de ramener Inoichi Yamanaka et Ibiki Morino. Devant le regard pleins d'interrogations de Naruto, elle s'expliqua.


Bien que j'accepte ce fait, même si j'ai encore du mal à le croire, les membres du conseil eux ne l'accepteront pas aussi facilement. Ces deux hommes sont des ninja loyaux et de confiance au sein du village, si eux même attestent ton identité, ils seront obligé de reconnaître ton nom.


Il acquiesça d'un simple mouvement de tête et suivit Tsunade, une légère grimace sur le visage. Il allait se faire sonder le crâne et il appréhendait déjà cette intervention. Ils ne mirent pas longtemps à revenir au bureau de Tsunade. Il prit place dans un siège et attendit que les deux hommes se montrent. Et si il y avait bien une chose qu'il détestait c'était attendre. Néanmoins à son plus grand soulagement, les deux Shinobi ne furent pas longs à venir et après un court topo de leur chef, Inoichi se plaça derrière le jeune homme et posa sa main sur son crane tandis que Ibiki s'asseyait devant lui.


Bien commençons... Dites-moi vos nom, prénom, âge, grade et village.

Naruto Uzumaki, 22 ans, Hokage du village de Konoha.


Les deux hommes haussèrent un sourcil et s'apprêtèrent à réagir lorsque l'Hokage leur intima l'ordre de faire leur boulot. Inoichi, ferma les yeux et une seconde plus tard, les réouvrit, une certaine surprise dans le regard.


Il ne ment pas.

Bien, Qui à été votre maitre et chef d'équipe lors de votre promotion de genin.

J'ai d'abord été assigné a l'équipe sept sous la responsabilité de Hatake Kakashi. Puis durant plus de deux ans, je fus sous l'aile de ero-senin.

Ero-senin? Interrogea Ibiki.

Jiraya-sama, lança Inoichi qui continua. Il ne ment pas.

Bien, si vous êtes vraiment Uzumaki naruto pouvez-vous me dire quel est votre statut particulier.

Jinchuriki de Kyubi.

Il ne ment pas.


Lentement, les questions continuèrent sous le regard de plus en plus sure de l'Hokage. Il en savait trop pour être un imposteur, ses mots, sa gestuelle, son timbre de voix, tout était Naruto. Chaque question répondue renforçait ses certitudes. Pour achever cette tache elle indiqua a Ibiki qu'elle voulais parler.


Très bien une dernière question. Connais-tu l'identité de tes parents ?


Cette question était celle qui lui montrerais tout, Naruto ignorait qui étaient ses parents et donc si c'était bien lui il s'étonnerait et lui poserais la question dans l'autre sens, avide de connaitre ses origines. C'était une question risquée car après cela, elle devra lui dire la vérité sur son sang. Mais après toutes ces années il avait le droit de savoir et...


Oui je sais qui ils sont.


Tsunade se tendit imperceptiblement. Elle gardait visiblement contenance, mais intérieurement elle était chamboulée.


Il ne ment pas.

Dis moi leurs nom et prénom alors.

Minato Namikaze, Kushina uzumaki. C'est grâce eux que je suis devenu l'homme que je suis maintenant.


Une fine gouttelette de transpiration coula le long de la tempe de Inoichi. Il venait d'apprendre un gros secret, et il était difficile pour lui de rester imperméable. Néanmoins il se rappela de sa tache et entrepris de voir si c'était la un mensonge.


Il ne ment pas.


Tsunade fit une mine sombre que les trois hommes purent sans peine déceler. Elle demeura silencieuse de nombreuses secondes se remémorant de toutes les réponses, de tous les éléments. Le secret de l'ascendance généalogique de Naruto était un secret farouchement tenu. De tous les ninja de Konoha, ceux qui connaissaient ce secret se comptaient sur les doigts de la main...Kakashi, elle même, Jiraya, et peut-être les doyens du conseil.


Comment as-tu su tes origines ? Qui t'a informé de ce secret ?

Mon père.


Elle sursauta devant cette réponse. C'était impossible, il devait absolument mentir cette fois ci...


Il ne ment pas.


Cette fois, Tsunade était complètement perdue. Du début a la fin, il n'avait pas menti, et même si certaines réponses relevait de l'inconcevable, il disait la vérité. Pourtant même si sa présence elle même était impossible, il était la, bien vivant, alors peut-être.... Devant le conflit intérieur qui dévorait la cinquième Hokage, Naruto décida d'agir.


Mamie Tsunade, il a des choses que tu dois savoir....




***




Dans le bureau de l'Hokage quelques heures plus tard, les deux doyens du conseil sortirent, une mine renfrognée sur leur visage abimé par le temps. Sur celui de Tsunade, un soulagement visible trônait. Elle avait fait le plus dur pour le moment, faire revenir d'entre les mort un shinobi était très délicat car bien souvent ils étaient soupçonnés de désertion. Mais devant les arguments de l'Hokage et le témoignage des deux Ninja, ils n'eurent pas d'autres choix que d'accepter. " N'oubliez pas de garder ceci secret pour le moment, je sais que des espions de l'akatsuki sont infiltrés au village, ils ne doivent pas être au courant de son retour. "


Elle se frotta le front, se remémorant la discussion avec Naruto, une migraine pointant le bout de son nez. Elle soupira. Elle allait devoir faire des recherches.


Des éclairs noirs hein....


Elle pris quelques cachets d'aspirine et se leva de son fauteuil. Le soleil lentement se couchait au loin, inondant le village d'une lumière orangée. Elle pressa le pas vers la bibliothèque de la ville ou son entrée fut des plus remarqués. Elle salua de la tête les fonctionnaires présents ainsi que les quelques villageois présents avant de partir dans la section des phénomènes naturels. Une nuit blanche l'attendait.



***



Le soleil se levait, éclairant de sa douce lumière la forêt de Konoha. Assis au milieu du bois, un homme méditait. Il était calme et se concentrait sur ce qui l'entourait. Les oiseaux chantonnant un réveil mélodieux, des lapins a quelques mètres sortaient de leur terriers, les chouettes qui rentraient dans leur nids. Il ressentait de tout son corps, la vie environnante. Ainsi lorsque les premiers rayons touchèrent son village un léger sourire de bienêtre se dessina. Étrangement ce n'était qu'en état de méditation qu'il parvenait à oublier ses souvenirs, ses peines et ses angoisses. Car même si jamais il ne les montre, quelques angoisses habitaient le jeune homme. Certaines s'étaient réalisées, d'autre purent être évitées. Il se sentait serein, calme et reposé...


Jusqu'à ce que des bruits d'armes ne résonnent le sortant de sa quiétude. Il ouvrit un œil, puis l'autre, un air légèrement grognon. Il était tôt, très tôt, et il n'aimait pas être dérangé de si bonne heure. Il tourna la tête vers l'origine du bruit et constata qu'il venait d'un terrain d'entrainement. Il repris position et s'immobilisa. Il sentit l'énergie naturelle autour de lui, aussi fluide et intenable que l'eau. Il parvint a la capturer et lentement le chakra s'immisça dans son corps l'ouvrant sur le plan des ermites. Une fois éveillé, il ouvrit son champ de perception jusqu'au terrain d'entrainement situé a plusieurs centaines de mètres.


Il sentit le chakra de plusieurs individus, se battant avec rage et respect. Volant, sautant, disparaissant comme une nuée de lucioles la nuit. Il parvint à reconnaître les signatures de chakra et un léger sourire se dessina de nouveau sur ses lèvres. Il lut leur chakra, devinant leur humeur, plusieurs fois il rit, amusé par ce qu'il ressentait. Il ignorait le sujet ou la racine de ce qu'il se passait, mais apparemment cela les rendait heureux. Puis un nouveau chakra apparut a côté d'eux, un chakra calme et vibrant dont la sensation ne lui était pas inconnue. Il ouvrit ses yeux, stupéfait par ce qu'il venait de ressentir. Il se leva et s'apprêta a s'avancer vers le groupe lorsqu'un AMBU apparut devant lui.


Maitre Hokage désire vous voir.


Naruto regarda l'Ambu de son regard implacable et remarqua un léger essoufflement ainsi que certaines perturbations dans son chakra. Il ricana avant de descendre du rocher sur lequel il se tenait. Il jeta un coup d'œil à l'Ambu qui se mit a marcher devant lui.


Ca n'a pas été facile de me retrouver n'est-ce pas ?


Le shinobi ne répondit rien, mais la perturbation de chakra que ressentit le jeune homme répondit en lieu et place à de simples mots. Il ricana de nouveau, et emboita le pas du ninja. Ils se dirigèrent vers le bureau de l'Hokage en silence. Une fois arrivé le shinobi s'avança, frappa à la porte et entra suivit par Naruto qui s'imaginait encore devoir répondre à des questions stupides. Mais lorsqu'il ressentit le chakra accompagnant Tsunade, son cœur rata un battement. Il se mordit la lèvre tandis que Tsunade en pleine conversation, lui jeta un coup d'œil. Elle lui fit signe de s'approcher tandis qu'elle acheva son échange. Les deux personnes se tournèrent alors vers le jeune homme, confirmant le doute qui lui tiraillaient le cœur.


Je n'aurais jamais cru te revoir un jour gamin.


Gamin...


Il l'avait toujours appelé ainsi, depuis leur rencontre jusqu'à la dernière fois qu'il l'avait vu. Devant les souvenirs qui surgissaient des tréfonds de sa mémoire, le regard du jeune homme se recouvra d'un voile de nostalgie. Une larme s'échappa sur sa joue, qu'il essuya immédiatement.


— Je pourrais dire la même chose pour vous... ero-sennin.