L'Entrainement de la Sadique

par knight_brotherhood

L’Entrainement de la Sadique

 

La première journée à Ko fut purement fantastique pour Naruto. Après le petit déjeuner, Aiko alla montrer sa nouvelle chambre à Naruto. Toutes les chambres se trouvaient au deuxième étage et celle de Naruto se trouvait juste au tournant du couloir. Naruto savait déjà que sa chambre allait être incroyable mais, malgré ça, il ne put cacher sa surprise face à cette chambre qui lui appartenait désormais. Elle était si spacieuse qu’elle faisait la taille de son ancien appartement à Konoha. Il y avait un bureau avec des étagères en bois cérusé et une veilleuse, un magnifique tapis marron, un fauteuil confortable en chintz, une grande armoire et un énorme lit qui se trouvait en face d’une porte-fenêtre donnant à un superbe balcon qui avait vu sur le reste du village. Un lustre en cristal pendait du plafond en bois de la chambre.

- C’est… Fit simplement Naruto. Contente que la chambre ne plaise à Naruto, Aiko fut d’autant plus excité à l’idée de faire les emplettes avec lui. Elle le força d’abord à prendre un bon bain qui le revigora. Portant un short bleu et un débardeur blanc d’Akira, Naruto, en compagnie d’Aiko, se dirigèrent donc vers la boutique de vêtements. Ils traversèrent un pont suspendu puis descendirent quelques marches qui serpentaient autour d’un hêtre géant. Située sur une plateforme à mis tronc, la boutique Bosu était le royaume du vêtement. En y entrant, Naruto observa des groupes d’acheteurs qui voletaient d’un rayon à un autre tels des abeilles se délectant de nectar. Il fallait reconnaître aussi que ce que la boutique proposait était visiblement de qualité. Malgré le fait que Naruto n’y connaissait rien en vêtement, il put admirer là un vrai travail de professionnel.

- Les vêtements Bosu sont très durables et résistants sans pour autant être sans manque de goût. C’est vraiment une grande marque de vêtements. Elle est internationale ! Elle est au moins basée dans les cinq grandes nations ! S’extasiait à raconter Aiko qui, Naruto le décela bien rapidement, avait une grande passion pour le vêtement.

- Suis-moi, je crois que j’ai aperçu mon amie Takada-chan ! S’exclama-t-elle. « Takada-chan ! Takada-chan ! » S’écria ensuite Aiko en se trémoussant presque. L’intéressée se retourna et, avec une excitation aussi bruyante que son amie, elle s’avança vers eux.

- C’est donc lui le nouvel habitant de notre charmant village ? Demanda Takada-chan en regardant Naruto avec un grand sourire. Naruto l’observa. Cette Takada-chan lui faisait penser à un chat… ou plutôt une chatte. Elle avait de grands yeux gris, une chevelure blonde bouclée et un sourire de matou. Il ne lui manquait plus qu’une queue et quelques miaous pour être digne des gouttières. Naruto réprima un rire face à l’image qui venait de naître dans son esprit et se contenta simplement de sourire poliment.

- Donc, fit Aiko après que les salutations bruyantes ne soient terminées, comme je te l’ai dit dans mon message, c’est toute une garde-robe qu’on va lui faire !

Les deux femmes regardèrent Naruto avec de grands sourires. Naruto comprit alors qu’il était à leur merci. « C’est parti ! » S’exclama Takada-chan et les achats commencèrent. Vu son ancien survêtement orange et bleu, Aiko avait pu constater que ces couleurs allaient bien à Naruto, surtout l’orange. Ainsi donc, elle prit un grand plaisir à lui choisir des vêtements de ces couleurs-là. Ils ressortirent de Bosu avec plusieurs sacs et durent même demander de l’aide aux vendeurs assistants qui les accompagnèrent jusqu’à la maison, moyennant quelques billets. Ils remercièrent Aiko avec des sourires jusqu’aux oreilles et des révérences exagérées avant de se retirer.

Nina se trouvait au séjour du premier étage en train de lire un livre. Ichiro, lui, assis en position du tailleur, semblait en pleine méditation.

- Où est votre père ? Demanda Aiko.

- Ché pas, répondit Nina. Surement un truc de Kokage.

Aiko soupira mais retrouva vite son sourire lorsqu’elle accompagna Naruto dans sa chambre pour l’aider à ranger ses nouveaux vêtements.

- Pour la toilette, il n’y a pas de problèmes, expliqua-t-elle. Nous avons des serviettes en plus ainsi que des brosses à dents de réserves, tu n’auras qu’à te servir. Si tu as besoin de quoique ce soit, tu n’auras qu’à me demander.

- Merci beaucoup, dit Naruto. Vraiment. Je vis un rêve en ce moment.

- Ah ! Content d’apprendre ça !

Naruto passa le reste de la matinée dans son lit à contempler les motifs engravés dans le plafond de bois. Son esprit gambadait. Il y a quatre jours de cela, il était à Konoha et avait raté son examen pour devenir Genin. Et voilà qu’il se retrouvait dans un autre village, dans un confort jamais espéré auprès de sa famille. Car oui, il s’agissait bien de son oncle, de sa tante et de ses cousins. C’était des Uzumaki comme lui. Naruto n’en revenait toujours pas.

 

A midi, ce fut l’heure de déjeuner. L’ambiance fut similaire qu’au petit déjeuner. Mais déjà, Naruto se sentait plus à l’aise. Il aimait bien parler avec Akira qui, le plus calme des trois, avait des réflexions intéressantes. Et alors qu’Akira lui parlait de sa passion de grimper aux arbres, Hiro prit la parole.

- Naruto, je voulais simplement que tu saches que je suis très content que tu fasses à présent parti de notre famille et de ce village.

- Ce qui m’arrive est incroyable ! S’exclama Naruto avec un grand sourire éclatant. Hiro ricana.

- Il y a cependant quelques détails qu’il faudrait mettre au point. Premièrement et plus important, il faudrait faire de toi un ninja car tu n’as pas encore de diplôme. Akira a déjà passé son examen de Genin mais je ne l’ai pas placé dans une équipe parce que je veux qu’il fasse équipe avec toi. J’ai aussi déjà sélectionné un troisième membre qui, je crois, sera parfait pour la dynamique du groupe, surtout avec le sensei que vous aurez.

- Qui sera notre sensei ? Demanda Akira.

- Ce sera une surprise.

- Mais une chose est sure, tu vas tomber de haut, dit Ichiro avec un clin d’œil. On dit qu’il est super fort. Le meilleur Jûnin qu’il y ait peut-être à Ko.

- Je n’irais pas jusque là, railla Nina.

- Enfin bref, continua Hiro en mettant terme à la tirade entre ses deux enfants ainés, il faudrait que tu passes ton examen, Naruto, et que tu le réussisses. Tu as un énorme potentiel, étant donné que tu aies un Uzumaki et que tu as l’esprit du Kyuubi no Yoko en toi.

- Trop cool ! S’exclama Ichiro. Je n’arrive toujours pas à croire que mon cousin à un démon en lui. Ah, si seulement j’avais un démon en moi, toutes les filles me courraient après. Même si c’est déjà le cas, ha, ha, ha !

- Ce n’est pas aussi super que tu le penses, dit Naruto en baissant la tête. Ichiro, comprenant sa bêtise, s’excusa.

- Désolé, Naruto, j’avais oublié que… Désolé.

Hiro lança un regard sévère à son fils ainé qui baissa la tête, puis continua :

- Konoha a été vraiment lamentable en ce qui concerne ton éducation. Mais cela va changer. Le prochain examen aura lieu dans un mois. D’ici là, tu devras apprendre toutes les bases à la perfection, car ce qui fait un bon Genin, c’est sa maîtrise complète des bases. Beaucoup de ninjas débutants oublient ça. Ici à Ko, tu n’es pas un Genin tant que tu n’as pas maîtrisé toutes ces bases. Ensuite, tu t’entraineras au travail collectif avec ton équipe et cela inclus des missions bien sûr. Il y aura aussi un entrainement spécial avec moi.

Naruto fut pris de surprise. Les autres Uzumaki aussi étaient surpris.

- Un entrainement spécial ? S’étonna Ichiro.

- Oui, même si je n’ai pas encore fait le test, je suis quasiment sûr que Naruto et moi avons la même nature de chakra. Aussi, il a besoin de contrôler le démon renard, chose que seul moi peux lui apprendre. Donc, voilà comment se passera ton apprentissage en général : pendant le mois qui suit, tu apprendras toutes les bases avec Nina qui est une Jûnin spécialiste qui excelle dans ce domaine. Elle t’apprendra aussi les techniques de bases du clan Uzumaki. Ensuite, après avoir passé ton examen, si tu n’es pas en mission ou en train de t’entrainer avec ton équipe, tu t’entraineras avec moi. Est-ce clair ?

- Oui ! Répondit Naruto avec détermination. Hiro sourit. Il se tourna ensuite vers son fils cadet, Akira.

- J’espère que tu ne m’en veux pas de ne pas t’entraîner toi aussi comme je l’ai fait avec ton frère et ta sœur, mais tu dois comprendre que je ne peux pas.

- Je sais, dit simplement Akira.

- Hé, attendez, intervint Naruto. Pourquoi ne peut-il pas s’entrainer avec moi ?

- Parce que j’ai déjà appris les bases et il n’y a rien que mon père puisse m’apprendre qui sera compatible avec la nature de mon chakra, répondit Akira.

- Hein ? Fit Naruto.

- J’ai hérité d’un pouvoir spécial que je ne maitrise pas très-bien. Mais j’y travaille.

- Un pouvoir spécial ?

- J’ai une affinité avec les Jutsus invocatoires et mon chakra est de nature explosive, je peux utiliser le Bakuton.

Naruto cligna des yeux. Il n’était pas sûr d’avoir tout compris. Nina, enchaîna alors :

- Tu dois peut-être déjà le savoir mais il existe plusieurs autres natures spéciales à part les cinq principales natures élémentaires. Le Bakuton, qui est l’art de manipuler les explosions, fait partie d’une de ces autres natures spéciales.

Naruto cligna encore des yeux, une expression confuse sur son visage. Hiro ricana tandis que Nina soupirait.

- Ça va être plus difficile que prévu, chuchota-t-elle à son père.

- Je crois bien qu’il peut te surprendre, répliqua ce dernier.

- Ok, fit Naruto. Donc, si j’ai bien compris (ce qui n’est pas vraiment le cas), t’as une sorte de chakra spécial.

- En quelque sorte, oui. Et donc, il me faut un maître en Bakuton, et ça ne court pas les rues. Le seul encore en vie que je connaisse est un ninja spécial de Iwa nommé Deidara. Et je ne crois pas qu’il acceptera de devenir mon maître.

- Il y a au moins la Chimère qui t’entraîne aux invocations, n’est-ce pas ? Demanda Aiko.

- Ouais, fit Akira en posant sa joue sur sa main. Mais ce vieillard est vraiment timbré.

- Sanji la Chimère est l’un des plus puissants shinobis que je connaisse, dit Hiro. Je crois que tu es un peu trop sévère.

- Si tu l’dis, marmonna Akira.

Hiro afficha un sourire paternel envers son fils qui semblait bien ennuyé.

- Bien, reprit Hiro. Naruto, la première étape de ton entrainement commence demain à cinq heures du matin, te sens-tu prêt à devenir un grand shinobi ?

- Tu rigoles ? Je n’attends que ça !

Naruto l’avait dit avec tellement de conviction que le reste des Uzumaki ne purent s’empêcher d’afficher un sourire en coin.

- Hé, Akira, tu devrais présenter Naruto à ta bande d’amis. Allez donc vous promenez et faites visiter le village à Naruto.

- Ça marche, dit Akira. Les jumeaux vont adorer.

- On les a croisé en venant ici, dit Hiro. Ils avaient encore causé du tord à ce pauvre épicier.

Akira éclata de rire. Naruto sentit qu’il y avait bien là quelque chose de bien plus drôle que ne savait Hiro. Le regard complice d’Akira le lui confirma.

- Oh, ils vont t’adorer, répéta Akira.

 

Après le déjeuner, Naruto et Akira aidèrent Aiko à faire la vaisselle puis sortirent. L’après-midi était encore naissante et on pouvait voir certains paysans avec leurs chapeaux de pailles et leurs tiges de blé dans la bouche qui faisaient la sieste aux pieds de certains arbres.

- Suis-moi, dit Akira qui courait déjà à travers un pont couvert de feuillages. Naruto le suivit.

- On fait la course ? Défia Akira en sautant du pont où il était sur une plateforme qui faisait le tour d’un arbre. Naruto, content de se dégourdir les jambes, fit de même, courant aussi vite que son cousin. Ce dernier sourit et accéléra. Naruto fit de même. Ils sautèrent de ponts en ponts, de branches en branches, de toits en toits, de plateformes en plateformes. Naruto sentait le vent automnal lui fouetter le visage avec vigueur. Une joie indescriptible le comblait. Il n’avait jamais fait ça avant. Faire la course avec un ami pour le simple plaisir de courir.

- Tu es lent, cousin ! Cria Akira qui sauta une nouvelle fois pour atterrir cette fois-ci au sol. Il prit ensuite un tournant pour s’enfoncer dans une ruelle. Naruto accéléra et le suivit. Akira était déjà bien loin et bientôt, il disparut. Il est vraiment rapide, constata Naruto en débouchant sur une clairière qui était légèrement à l’écart des habitations. Il s’arrêta et regarda autour de lui. Où était donc Akira ?

- Par ici, dit alors la voix d’Akira. Naruto leva les yeux et vit qu’il était perché sur une branche.

- C’est lui ton cousin, dit une autre voix, cette fois-ci, derrière Naruto. Il se retourna immédiatement et vit les deux garçons de ce matin qui lui avaient souri. Il s’agissait bien des jumeaux. Leur sourire espiègle n’avait pas quitté leurs lèvres. Akira sauta de sa branche et atterrit à côté de son cousin.

- Naruto, je te présente Ôku et Rôku Shirudô. Ce n’est pas très difficile de les différencier. Ôku, c’est celui qui est un peu plus grand, qui a les cheveux marron et un piercing à l’oreille gauche et Rôku, celui avec les cheveux noirs et un piercing à l’oreille droite.

Naruto remarqua les différences. A part la couleur de leurs cheveux, leur taille et l’emplacement de leurs piercings, ces deux garçons se ressemblaient comme deux gouttes d’eau, leurs yeux noirs, plein de malice.

- C’est donc toi, Naruto Uzumaki, le garçon au démon ? Dit Ôku avec intérêt. Naruto s’attendait immédiatement à voir des regards haineux surgir et les trois garçons lui donnant des coups mais cela n’arriva pas. Ôku lui tendit la main.

- A partir de maintenant, dit-il, nous sommes amis.

Naruto regarda simplement cette main tendue ainsi que les sourire sur les visages des trois garçons. Naruto sourit à son tour et serra la main d’Ôku.

- T’as l’air tout surpris, dit Rôku avec un ton moqueur alors qu’ils s’installaient sur une branche qui était assez large pour accueillir dix personés. On dirait que t’avais pas beaucoup d’amis à Konoha.

- Aucun, répondit Naruto en agitant ses pieds dans le vide. Ils me détestaient tous.

- Konoha est vraiment stupide, dit Akira en remuant légèrement la tête. Ça n’se fait pas de traiter les gens comme ça.

- T’inquiète, nous on est cool, dit Ôku en faisant un clin d’œil. Et toi t’es encore plus cool que nous ! T’as un putain de démon en toi !

- J’aimerai bien le voir, moi.

- Il se pourrait qu’il vous dévore, qui sait ? Se moqua Naruto.

- Ah ouais ?

- Hé ouais ! Je suis son maître et si je lui dis de te croquer tout cru, il le ferra.

- Arrête de fanfaronner, Naruto, railla Akira en ricanant. Tu n’as aucune emprise sur lui. Mon père va lui apprendre à le contrôler.

- Tu m’as bien eu, imbécile ! Lança Ôku alors que les trois autres riaient.

- Qu’est-ce qu’on fait aujourd’hui ? Demanda ensuite Rôku.

- On pourrait aller pêcher et ensuite grimper les Mugens*, proposa Akira.

- C’est quoi ça encore ? Demanda Naruto.

- Les Mugens sont les arbres les plus gros et les plus grands de toute la région. Encore plus grands que ceux de Ko. Et n’oublions pas que ceux de Ko sont aussi grands que des immeubles.

Naruto eut les yeux ronds.

- Des… Des arbres plus grands que ceux-ci.

- Hé ouais, dit Akira qui, en bon grimpeur, se voulait expert en la matière.

- Moi, ça me va, dit Ôku. Allons chercher Gin, il doit se faire chier chez lui.

- Gin est aussi un membre du groupe, expliqua Akira. Il a des parents très strictes alors on doit tout le temps l’aider à se faufiler hors de chez lui.

- C’est drôle de voir l’expression de ses parents à chaque fois qu’il rentre, ricana Ôku.

Ainsi, ils se mirent en route pour le quartier où vivait le dénommé Gin. Le quartier était celui du clan Haitaka* dont Gin faisait parti. Dans ce quartier, à l’inverse du centre du village où il y avait autant de maisons au sol que perchées, toutes les maisons se situaient dans les arbres à au moins cinquante mètres du sol, connectées par des ponts. Naruto regarda le sol et vit que toute la zone était complètement recouverte de marécages.

- Il paraît qu’il y a des monstres dans ces marécages que seuls les Haitaka connaissent le secret, dit Akira. On a demandé à Gin mais il ne sait pas si la légende est fondée.

- Je crois bien que quoi qu’il y ait dans ces marécages, ils ne pourraient pas rivaliser avec le démon renard, assura Ôku. Naruto ne put s’empêcher de rire.

- Si tous les gens à Konoha adoraient autant le fait que j’ai un démon en moi, je serais déjà Hokage !

Cela causa le rire général. Après quelques minutes, ils arrivèrent enfin devant une maison entourée du feuillage rouge et or des branches.

- Elle… Elle n’est pas très grande, la maison, ne put s’empêcher de dire Naruto.

- Ouais, le père de Gin n’est pas un membre très important du clan. Ce n’est même pas un ninja. Bon, allons-y. Oh hé ! Gin !

Après avoir crié, tous se cachèrent. La porte de la maison s’ouvrit à la volée et le père, gros, avec un ventre rond, sortit en criant :

- Bandits ! Garnements ! Laissez mon fils tranquille ! Où êtes-vous, que je vous montre, moi !

Ôku guetta ce qui se passait et vit que la fenêtre d’une des chambres venait de s’ouvrir. Un garçon du même âge qu’eux fit son apparition et se mit à regarder aux alentours.

- Hé ! pssst ! Fit Ôku, assez fort pour que Gin le repère, ce qu’il fit. Et alors que le père beuglait toujours, Gin sauta de sa fenêtre, attrapa une branche, puis sauta une nouvelle fois pour atterrir où ils se trouvaient.

- Je me demandais quand est-ce que vous viendrez ! Dit Gin. Aujourd’hui, il me forçait à écouter ses soit disant prouesses avec les femmes quand il était jeune. Comme s’il pouvait se faire une buche. Quel pauvre type, je vous jure. Dès fois, je me demande comment il a pu se marier avec maman. Ah, t’es qui toi ?

Gin venait de remarquer le blond.

- C’est mon cousin, Naruto. Naruto, je te présente Gin Haitaka.

- Salut, dit Naruto qui détailla Gin. Ce dernier avec les traits fin, une beauté légèrement androgyne et des yeux et des cheveux argentés.

- Enchanté, dit Gin. Je n’savais pas qu’Akira avait un cousin.

- Il vient de Konoha, il a un démon en lui ! Dit Ôku qui, visiblement, ne pouvait plus attendre pour balancer l’information.

- Un démon tu dis ? Ça doit être assez intéressant, dit simplement Gin.

Naruto, une fois de plus, surpris par un manque de haine, rit simplement avec gêne en se grattant la nuque.

- C’n’est pas aussi cool que tu crois, ha, ha, ha !

Il commence à y prendre goût, pensa Akira avec un sourire en coin.

- Bon, c’est quoi le plan ? Demanda Gin.

- Aujourd’hui c’est pêche et escalade des Mugens ! Annonça Ôku.

- Super, ça fait un moment que j’avais envie de faire ça. Allez, allons-y avant que mon père finisse de gueuler et réalise que je ne suis plus là.

Ils fuirent donc les lieux et s’éloignèrent du quartier Haitaka pour se diriger vers leur endroit de pêche, une rivière. La rivière en question se trouvait juste à l’extérieur de Ko. Certains de ses affluents traversaient le village mais le corps principal dévalait entre les hêtres géants aux feuillages rouges et or qui bordaient Ko. Après avoir eux même fabriqué leurs cannes à pêche, ils commencèrent par apprendre à Naruto comment faire pour pêcher. Ce dernier s’avéra être plutôt doué. Naruto avait pensé que la pêche serait un exercice calme et reposé où ils passeraient leur temps à parler mais cela ne s’avéra pas être le cas. Les poissons qui habitaient ces eaux avaient un esprit bien plus combattif qu’on ne le pensait. Ainsi, cet exercice devint bien actif et distrayant. Entre résister au poisson, se taquiner entre ami ou se jeter dans l’eau pour une baignade improvisée, Naruto ne s’ennuya point. S’en était tellement amusant qu’ils finirent par reporter l’escalade des Mugens à une autre fois.

Lorsque le soleil se coucha, ils allumèrent un feu et étalèrent leurs vêtements sur les branches basses pour les faire sécher. Tous en caleçon, ils regardaient avec intérêt le feu braiser le poisson. Naruto prit ensuite la parole.

- J’ai passé treize ans de ma vie tout seul, à regarder les autres enfants du village de Konoha s’amuser. Jamais je n’aurai imaginé qu’un jour, je m’amuserais autant. Merci les gars.

- Pas de quoi, Naruto, dit Ôku. Et ce n’est que le premier jour. On a plein d’autres endroits super cool comme ça.

- Ah, je crois qu’il est prêt notre poisson ! S’exclama le blond. Allez, gouttons un peu à ce que nous avons attrapé !

- Bon appétit ! Dirent-ils en chœur.

 

Naruto et Akira rentrèrent assez tard. Toutes les lumières étaient éteintes dans la maison sauf celle du salon du deuxième étage où Hiro, assis sur un coussin, lisait un parchemin en buvant du thé.

- Salut, papa, dit Akira en le voyant.

- Ah, vous êtes rentrés. Comment s’est passée votre journée ?

- On est allé pêcher, répondit Akira. Je crois bien que Naruto a adoré.

- Ouais ! C’était super !

- Content d’apprendre ça. Naruto, va falloir que tu dormes à présent. Nina est très ponctuelle et sous ses apparences d’anges, c’est une vraie petite diablesse.

Hiro ricana puis continua à lire son parchemin. Naruto regarda Akira qui haussa les épaules puis les deux se dirigèrent vers leurs chambres.

- Bonne nuit, Naruto, dit Akira devant sa porte.

- Bonne nuit, répondit Naruto. Akira entra dans sa chambre et ferma la porte. Naruto fit de même.

***

- Alors, alors ? Dit l’un des trois frères démoniaques. As-tu trouvé un moyen pour mettre la main sur le Jinchuuriki ?

- Non, répondit l’intéressé. Il est bien trop protégé dans Ko. Il va falloir attendre que les défenses soient au plus bas ou qu’il sorte de la zone de ces défenses.

- Ça peut prendre des semaines…

-… Des mois…

-… Des années.

- Mais nous attendrons car lorsque nous mettrons la main sur lui, nous deviendrons invincibles !

 

***

- Débout, fainéant, il est cinq heures ! Dit une voix angélique mais autoritaire. Naruto ouvrit légèrement les yeux et vit Nina, portant un shôzoku de ninja rouge, sans manches dont le haut laissait deviner une poitrine plutôt développée pour une fille de quinze ans. Naruto chassa cette réalisation de son esprit et se retourna dans son lit, ignorant Nina. Cette dernière tiqua du sourcil et, toujours avec un sourire radieux, attrapa Naruto par le col de son pyjama. Puis, telle une furie, elle se mit à le secouer.

- NON MAIS DEBOUT J’AI DIT ! C’EST L’HEURE DE TON ENTRAINEMENT !

- Ahhh ! Fit Naruto, à présent réveillé. Désolé, désolé ! Je suis debout !

- Ah, tant mieux, dit Nina qui avait retrouvé son sourire. Je te donne dix minutes pour te préparer. Retrouves-moi au pied de la maison.

Et sur ce, elle tourna les talons et sortit de la chambre du blond. Ce dernier soupira et eut un faible sourire. Hiro avait eu raison. Ainsi, se rendant compte qu’il sombrait dans le sommeil, il se leva immédiatement et enfila un jogging orange et un T-shirt blanc avec un tourbillon rouge sur le dos. Il porta ensuite ses sandales de ninjas et, voyant qu’il allait être en retard, sauta de sa fenêtre pour atterrir sur le sol, à côté d’une Nina qui commençait déjà à tiquer du sourcil.

- Ah, juste à temps, dit-elle. Bon, suis-moi.

Aussitôt, elle se mit à courir. Naruto s’exécuta immédiatement. Le village était encore endormi. Seuls une poignée de lève-tôts comme eux pouvaient être aperçus. Nina quitta le sol pour atteindre une branche, puis une plateforme, puis un pont. Naruto s’efforça de la garder en vue. Mais cela était difficile car elle était beaucoup plus rapide que lui. Ce qui déconcertait Naruto, c’était qu’elle ne semblait pas fournir d’effort. C’était comme si elle était en promenade matinale. Naruto commençait à haleter. Nina accéléra le rythme. Elle atterrit à nouveau au sol, bifurqua dans une ruelle, emprunta des escaliers serpentant un chêne géant puis sauta sur un toit, puis sur une branche et continua de sauter de branche en branche. Essoufflé, Naruto la suivit du mieux qu’il ne put.

Il arriva bientôt dans une clairière près d’un ruisseau. Il s’arrêta de courir, totalement épuisé. Malgré la fraicheur du matin, il transpirait à grosse gouttes. Et le pire, c’est qu’il avait perdu Nina.

- Séance cardio, check, dit alors Nina qui apparut sur une branche. Elle sauta puis, avec grâce, atterrit devant Naruto, sans à peine faire un bruit.

- J’au… rai… pu… con… tinuer ! S’écria Naruto entre deux souffles. Nina ricana.

- J’adore ta hargne et ta détermination. Mais ton corps ne te suit pas, hélas. Cette course que nous avons faite était pour tester ton physique. Tous ces sauts, ses détours, haut, bas, gauche, droite, un ninja doit être capable de courir aussi longtemps avec autant d’effort physique sans s’essouffler. Cela n’a rien à voir avec le chakra, juste ton physique. Très cher cousin, je dois te dire que ton physique est pitoyable. Konoha ne t’a vraiment pas rendu service. Bon enfin, on va y remédier. Enlève ton T-shirt et ton jogging.

- Hein ? Fit Naruto qui rougit légèrement. 

- Crois-moi, Naruto, après les exercices que je te ferai faire, tu auras même envie d’enlever ta peau.

Naruto vit le sourire de Nina et comprit qu’une chose se cachait derrière ses airs tendres : du sadisme. Naruto imagina tout de suite une diablesse qui se saisissait de lui. Il frémit.

- Mais qu’est-ce que t’attends ?

- Euh… Ouais.

Naruto enleva son T-shirt et son pantalon, ne restant qu’en caleçon.

- Bon, dit Nina en s’asseyant au pied d’un arbre. On va commencer par des pompes.

- Hé, hé, hé, fit Naruto. Facile !

- N’est-ce pas ? Répliqua Nina, son sourire s’agrandissant. Elle plongea sa main dans une poche de son haut et fit son sortir un livre volumineux. La première de couverture affichait un homme musclé à moitié nu. « Allez, commence. Tu arrêteras lorsque j’aurai fini mon livre, et seulement lorsque je l’aurai fini. Si par mégarde tu venais à t’arrêter, je recommencerai tout à zéro. Et crois-moi, s’il faut qu’on y passe des jours, on le fera. Je ne passerai pas à l’étape suivante avant que tu n’aies réussis celle-ci. »

- Quoi ?! S’exclama Naruto. Non mais t’as vu la taille de ce bouquin ?

- Contesterais-tu mes règles ?

- Heu, non, non, non ! Pas du tout.

Naruto soupira et se mit à terre. Il ferma momentanément les yeux, sachant qu’il allait souffrir. Puis, il entendit : « commence ! » et il commença.

Naruto n’avait jamais autant physiquement souffert de sa vie. Lui qui pensait être capable de tout surmonter après avoir reçu la haine et les coups des villageois de Konoha, il s’était trompé. Nina Uzumaki était une vraie sadique. Elle avait recommencé le livre trois fois déjà après que Naruto se soit arrêté. Et elle l’avait fait avec le sourire. A présent, il comprenait qu’il n’y avait pas d’autres échappatoires que de terminer l’épreuve. Ainsi, il devait tirer en lui toute once de force pour pouvoir résister. Nina avait raison lorsqu’elle lui avait demandé d’ôter ses vêtements. On aurait dit qu’on l’avait aspergé d’eau tellement il transpirait. Même ses cheveux étaient trempés. Des gouttes de sueurs marquaient le rythme de ses mouvements de leurs «ploc, ploc ». Naruto persista, criant de douleur mais montant, puis descendant. Nina, tourna une page, sifflotant joyeusement.

- Tu es vraiment une tarée ! S’exclama Naruto alors qu’il montait, puis descendait.

- C’est exactement ce qu’Akira m’a dit lorsque je lui ai donné le même exercice lorsqu’il est entré à l’académie. Il avait sept ans. Naruto eut les yeux ronds. Sept ans ? Cela voulait dire qu’Akira était plutôt fort. Nina sembla deviner les pensées de Naruto car elle enchaina :

- Je pourrai dire qu’Akira a le niveau d’un Chûnin. Mais la raison pour laquelle il vient d’avoir son diplôme de Genin est parce qu’il est paresseux et passe trop de temps à s’amuser avec sa bande. Ils sont tous plutôt qualifiés. S’ils s’entrainaient sérieusement au lieu de tout le temps pêcher et grimper aux arbres, qui sait, peut-être deviendraient-ils déjà Junin comme moi je le suis devenu à treize ans.

Naruto n’arrivait pas à le croire. Alors que lui était encore à faire des pompes à treize ans, Nina à ce même âge était déjà une Jûnin, le plus haut rang ninja avant Kage. Et ses nouveaux amis étaient aussi forts que des Chûnins. Naruto fronça les sourcils. Il maudissait l’académie de Konoha pour ne pas s’être bien occupé de son entrainement. Il maudissait les professeurs et les élèves ! Je vais leur montrer, moi ! Aussitôt, le rythme de Naruto accéléra.

- Oh ? Fit Nina en voyant un Naruto doubler d’effort. Voilà qui est intéressant, songea-t-elle. Il avait encore toute cette force en lui. Enfin tu montres que tu es un Uzumaki.

Naruto ferma les yeux et décida de se concentrer sur ses tractions. Je dois devenir plus fort ! Je dois combler ce faussé qui me sépare des autres. Ce fut avec cette motivation et détermination que Naruto tripla, puis quadrupla son rythme. Nina, quant à elle, ralentit de moitié son rythme de lecture. Mais Naruto s’en foutait. Il allait terminer cet exercice.

Après quatre heures de lecture, Nina poussa enfin un soupir de satisfaction et ferma son bouquin.

- Ce livre était une pure merveille ! Maître Jiraya c’est encore surpassé !

Naruto s’affala sur le sol, liquéfié. Il ne pouvait plus bouger ses bras. Mais il avait réussi.

- Voilà qui est intéressant. Je prévoyais qu’on reprenne demain si tu n’y arrivais pas au bout de cinq essaies mais tu as dépassé toutes mes espérances.

- Hein ? Rahh tu m’as eu !

Nina ricana.

- Bon, dit-elle en se rapprochant de Naruto. Pendant que tu récupères, je vais te parler de la suite de l’entrainement. Les pompes, c’était pour débloquer ton seuil physique, te pousser jusqu’à tes derniers retranchements. Il le fallait. Je vais te donner trente minutes de répit et je lirai un livre plus volumineux et cette fois-ci, tu feras des abdominaux. Ensuite, nous allons faire trois le tour du village en une course dans le même style que ce que nous avons fait ce matin. Nous ferons cela pendant une semaine. Puis, nous pourrons commencer avec le chakra.

A chaque mot de Nina, Naruto sentait comme si on lui enfonçait un pieu dans un cœur. Une vraie tarée ! Mais il savait que c’était pour son bien. Donc, il le ferait.

- Très-bien, dit Naruto en levant le poing. Je suis prêt à faire tous tes exercices de sadiques !

- Parfait. Ah, tiens, un peu d’eau et des gâteaux nutritifs de soldats. Maman fait les meilleurs. Avec ça et un régime sein régulier, en un mois, tu auras une condition physique similaire à Akira. Et peut-être à la mienne vu ta détermination débordante. T’es vraiment intéressant, cousin, se dit-elle ensuite.

Ainsi, après les trente minutes, ce fut le temps des abdominaux. Le livre était deux fois plus gros mais Naruto s’en foutait. Il fallait souffrir pour être fort. Après les abdominaux, trente minutes de répit et des gâteaux nutritifs, Naruto et Nina se mirent en course pour faire le tour du village. Déjà, Naruto ne se sentait plus aussi essoufflé et réussit à suivre Nina dans tous ses zigzags épuisants. Il était midi lorsqu’ils terminèrent. Incroyable, se dit Nina en regardant un Naruto essoufflé mais arborant un sourire fier. Seulement après ces deux exercices, il pouvait déjà me suivre. Ho, j’adore quand j’ai des élèves talentueux !  

- Bon, dit Nina, c’est l’heure du déjeuner. Maman va nous tuer si on ne rentre pas.

- OK !

- Comment ça se fait que t’as autant d’énergie après tout ça ?

- Hé  !

- On verra bien comment tu supporteras l’entrainement de demain.

- On a fini pour aujourd’hui ?

- Oui, il faut laisser au corps le temps de se reposer.

- Ha, maintenant que j’y pense, c’était du gâteau ton entrainement.

- Vraiment ? Oh tu ne perds rien pour attendre.

Lorsqu’ils rentrèrent, Naruto fila prendre une bonne douche puis rejoignit le reste de la famille à table.

- La bande demandait où t’étais aujourd’hui, dit Akira. Je leur ai dit que tu t’entrainais avec ma sœur. Ils ont dit : paix à ton âme.

Hiro et Aiko ricanèrent.

- Alors, comment était ce premier jour ? Demanda Hiro.

- Facile ! Répondit Naruto.

- Ce n’est pas ce qu’il disait lorsqu’il transpirait comme un porc, répliqua Nina.

- C’était pour te faire croire que j’étais faible pour ensuite mieux te surprendre, renvoya Naruto avec un sourire. Nina sourit à son tour.

- J’ai rien à dire alors.

- C’est bien la première fois que quelqu’un qualifie ton entrainement de facile, Nina, taquina sa mère. Serais-tu devenue trop indulgente ?

- Non, répondit Nina avec un sourire qui, Naruto le comprit bien plus tard à ses dépends, cachait un sadisme encore plus terrible que ce qu’il avait fait effraie. C’était mon cadeau de bienvenue à Naruto. J’attends de voir demain.

Et le lendemain fut terrible. Naruto versa des larmes. Nina ramena une encyclopédie et lui fit faire toute sorte d’exercice pendant qu’elle lisait mot par mot et leur définition. A la fin de la semaine, Naruto reconnut qu’il avait eu tord de se moquer d’elle et la supplia d’alléger l’entrainement. Elle fit l’opposée. Mais, après deux semaines, Naruto ne se plaignait plus.

- Bon, fit Nina en fermant son encyclopédie de dix-mille pages, je vois que ta condition physique est finalement prête. Naruto se releva. Il avait à peine transpiré.

- Nous allons passer à la deuxième étape de ta remise à niveau, l’utilisation du chakra. Sais-tu au moins ce qu’est le chakra ?

- C’est le machin truc là qu’on utilise pour faire des Jutsus.

- Le machin truc ? Je n’avais jamais entendu une telle définition. Je t’explique, alors, écoute bien. Le chakra est un mélange de ton énergie corporelle que nous venons de considérablement augmenter et de ton énergie spirituelle. L’expression «malaxer le chakra » vient du fait que lorsque tu t’apprêtes à utiliser une technique, tu utilises les mudras appropriés pour mélanger ces deux énergies, tu me suis ?

- Hum, je crois.

- Ce qui fait le talent et la force d’un ninja n’est pas seulement sa quantité de chakra mais aussi son habilité à bien la malaxer. Un ninja avec une quantité énorme de chakra qui peut la malaxer à la perfection sera beaucoup plus redoutable. Tu devrais te réjouir car, étant membre du clan Uzumaki, tu es né avec une grande quantité de chakra, ajoutes-y celle du démon renard et tu as là un puits infini de chakra. Reste plus qu’à savoir comment le malaxer à la perfection.

- Donc tu veux dire que si je réussis à maitriser comment mélanger mes énergies, je deviendrai invincible ?

- C’est ça.

- Super !

- Mais ce n’est pas aussi facile, figure-toi. Il y a trois étapes de contrôle de chakra. Première étape : le Mélange. C’est l’étape que doit maîtriser bien sûr tout ninja mais surtout tout Genin. C’est la base même du malaxage et cela te permet d’exécuter en gros toutes les techniques en général. Son inconvénient est qu’il n’y a pas d’affinement dans le mélange et les proportions ne sont pas respectées. Cela pourrait être problématique dans des combats plus sérieux où il faut utiliser techniques sur techniques. Si tu ne maîtrises que le Mélange, tu épuiseras très vite ton chakra et tu perdras.

Naruto cligna des yeux. Il n’était pas sûr d’avoir tout saisi. Mais Nina, dans son élan d’institutrice, ne le remarqua pas.

- La deuxième étape est justement la Proportion. Savoir malaxer la quantité exacte de chakra requise pour une technique. Cela rend la technique beaucoup plus efficace que si elle est utilisée avec les mauvaises proportions. Une technique ne marche qu’à cent pour cent si tu y mets la quantité de chakra requise, pas plus, pas moins. Ainsi, en maîtrisant la Proportion, tu deviens beaucoup plus efficace et tu peux causer plus de dégâts. La dernière étape est la Perfection. Ce n’est qu’un renforcement des deux premières étapes. Si tu maîtrises le Mélange et la Proportion parfaitement, alors tu as la Perfection. T’as compris ?

- Oh oui, bien sûr ! Répondit aussitôt Naruto qui au fond, n’avait compris que la moitié. Mais, il avait saisi l’essentiel. Il devait apprendre à malaxer son chakra à la perfection s’il voulait être très fort !

- Aujourd’hui, nous allons commencer par le Mélange. Mets-toi en position de tailleur et fait le mudra du bélier. Ensuite, commence par ressentir ton énergie physique, celle qui vient de tes muscles, de ton corps. Puis, ressens l’énergie spirituelle, celle qui vient de ta force de pensée, de ta détermination, de ta volonté. Puis, petit à petit, mélange les deux en imaginant un mouvement circulaire, un peu comme si tu mélangeais des ramens.

Naruto n’eut aucun mal à imaginer le mouvement. Nina commença déjà à sentir du chakra émaner de Naruto. Hé ben lui, il ira loin, se dit-elle avec un sourire.

 

A suivre…

 

 Mugen : Eternel

Haitaka : épervier

 

Voilà ce troisième chapitre bouclé. J’espère que vous avez apprécié. J’ai jugé important de montrer cette étape de la croissance de Naruto. Dans le prochain chapitre, Naruto et ses amis vont faire une petite escapade sur une île qui s’avérera être des plus… intéressantes, et Naruto va découvrir quelque chose de… merveilleux ! Ne ratez pas le prochain chapitre : L’île de Shakunage

 

Et maintenant, le portrait du jour !

 

 

Nom : Uzumaki

Prénom : Nina

Âge : 15 ans

Genre : Féminin

Naissance : 3 Septembre  

Cheveux : Rouges

Yeux : Verts

Taille : 157 cm

Poids : 47 kg

Classification : Jûnin spécial

Affiliation : Ko

Arme : Rouleaux de parchemins

Accessoires : ruban jaune pour ses cheveux

Famille : Aiko (mère)

                Hiro (père)

                Ichiro (frère)

                       Akira (frère)

                       Naruto (cousin)

Nina, aussi surnommée la diablesse de Ko, est une fille d’apparence gentille et angélique qui cache un véritable côté sadique. C’est une experte en Jutsus de bases et malgré son jeune âge, elle a enseigné bien des gens. Son entrainement est célèbre pour être très, très douloureux. Aussi, elle est un tantinet taquine mais a bon cœur. Très intelligente et observatrice, c’est un atout essentiel pour Ko et la fierté de son père. Nina a un faible pour les livres Ecchi de Jiraya qui vise la gente féminine.