Le Premier Test

par Asawari

Chapitre 4 : Le Premier Test

 

 

Pendant qu’ils attendaient l’arrivée de l’élève de l’Hokage, cette dernière et Sawari discutaient tranquillement. Tsunade avait su ce qui l’intéressait, mais elle posa à l’adolescent quelques questions sur la façon dont sa famille vivait dans les montagnes, sur son père, et sur d’autres sujets. Sawari répondait à toutes les questions, et en profitait pour en poser à son tour quelques une sur le fonctionnement de Konoha. Au bout d’un moment, ils entendirent toquer à la porte. Tsunade demanda à l’arrivant d’entrer, et Sawari se retourna pour voir une fille de son âge faire son apparition dan le bureau de l’Hokage. Elle avait des cheveux d’une étonnante couleur rose bonbon,  assez courts pour une fille,  descendant juste au dessus de son cou, avec deux larges mèches encadrant son visage. Son bandeau frontal était mis comme un serre-tête, ainsi que de grands yeux verts. Son front était un peu plus grand que la normale, mais cela n’enlevait rien à son charme. Elle était vêtue d’un haut rouge sans manches, d’un short noir sur lequel était mis une sorte de jupette entièrement fendue sur les deux côtés. Elle avait aux pieds une paire de bottes noires montant jusqu’en dessous du genou, ainsi que des gants en cuir épais de la même couleur, et des coudière violettes. Outre son bandeau, on reconnaissait en elle une kunoichi à l’étui à shuriken et kunaï qu’elle portait sur la jambe droite. L’adolescente disposait en plus d’une petite sacoche, peut-être pour y ranger quelques médicaments, car Sawari savait par l’Hokage que la jeune fille était une médic-nin. Même si Sawari savait qu’il ne fallait  pas toujours se fier aux apparences, elle avait un air gentil qui lui plut, et il lui adressa un sourire quand la jeune fille croisa son sourire. Celle-ci fut un peu étonnée de voir dans le bureau de sa senseï un garçon de son âge qu’elle ne connaissait pas ; elle nota l’absence apparente de bandeau frontal, mais l’étui qu’elle vit sur la jambe droite lui indiqua que l’adolescent était sans doute un ninja, malgré tout. Elle se surprit à le trouver « mignon », avec ses longs cheveux blonds et surtout ses incroyables yeux bleus. Elle lui rendit son sourire, mais ses yeux verts indiquaient une certaine surprise. Elle réussit quand même à détourner son regard du garçon, et salua Tsunade. Cette dernière s’adressa ensuite à elle :

-Bonjour Sakura. Le garçon que tu vois ici est un nouveau venu au village. Il est le fils d’un ancien ninja de Konoha, un ancien ami à moi. Il s’appelle Sawari, et s’il est ici, c’est pour à son tour devenir un shinobi de la feuille. Sa présence ici est la raison de la mission que je vais te confier. Il s‘agit d’une mission de rang D, à deux objectifs.

La jeune fille acquiesça, attendant la suite, qui ne tarda pas.

-Tout d’abord, Sawari a été blessé récemment, à deux endroits. Il a fait de son mieux pour soigner ses blessures lui-même, mais ce n’est pas un médic-nin, et de plus il est toujours plus difficile de se soigner soi-même. Je veux donc que tu jettes un œil à ses blessures, et que tu fasses tout ton possible. D’après lui, ce n’est pas des blessures majeures, mais il vaut mieux ne prendre aucun risque. 

-Oui Hokage-Sama, je vois. Et le deuxième objectif ?

La blonde à la poitrine généreuse sourit avant de répondre.

-Sawari vient juste d’arriver à Konoha, et il ne connaît donc rien de notre village pour l’instant, excepté mon bureau. Je veux donc que tu lui fasses découvrir tout ce qui fait le charme de Konoha pendant cette journée… Y compris ses habitants !

La rose se sentit vexée un instant ; l’Hokage la prenait pour une guide touristique ou quoi ? Puis elle se calma, se disant que Sawari avait sans doute besoin d’être accueilli le mieux possible à Konoha, et qu’il avait l’air gentil et… mignon, pensa-t-elle une nouvelle fois, en rougissant très légèrement. Elle se demanda pourquoi il ne venait ici que maintenant, avant de chasser cette question de ses pensées. Si jamais l’occasion s’en présentait, elle lui demanderait, mais elle ne voulait pas être indiscret.  

-Très bien, Hokage-Sama !

 

La Cinquième se tourna ensuite vers le jeune garçon, qui n’avait pas prononcé le moindre mot depuis l’arrivée de Sakura :

-Sawari, Sakura est mon élève, et elle est presque aussi forte que moi en sciences médicales, ce qui honnêtement, n’est pas rien. Tu es donc entre de bonnes mains. Si tu as la moindre question à lui poser sur Konoha, n’hésite pas. Passes-me voir en fin d’après-midi, je te dirais où tu pourras loger !

-Oui, Hokage-Sama, merci.

-Bonne journée tout les deux, leur souhait Tsunade, indiquant qu’ils devaient la laisser.

            Les deux adolescents sortirent du bureau, et commencèrent par se diriger vers la sortie. Aucun des deux ne parlaient, ne sachant pas vraiment quoi dire. Ce fut Sawari qui rompit le silence le premier :

-Euh… Sakura, c’est ça ? Je suis désolé de cette mission. Je ne pense pas que servir de guide soit quelque chose de très attractif pour toi.

La Rose fut surprise de cette phrase. Elle sentait la sincérité dans le ton du garçon, et elle en fut étonnée. Un garçon doté d’un peu de psychologie ? Ce n’était pas quelque chose de courant dans le village, se dit-elle. Une fois de plus, des questions sur l’histoire de Sawari surgirent dans son esprit, mais elle les repoussa, et sourit au garçon :

-Ne t’inquiète pas. J’ai déjà fait des missions plus importantes bien sûr, mais je sais que ça ne doit pas être évident pour toi d’arriver comme ça dans un village où tu ne connais rien ni personne. Je vais faire mon maximum pour que tu t’y sentes bien, ne t’inquiète pas… Sawari, c’est ça ?

Les deux eurent un petit rire, et continuèrent leur marche en silence, Sawari suivant la jeune fille. Ils arrivèrent rapidement à l’hôpital de Konoha, un long bâtiment de couleur rose et aux balcons orangés. Ils entrèrent en silence, et Sakura se dirigea vers la réceptionniste, une jeune brune à lunettes guère souriantes, et lui demanda si elle pouvait accéder à l’infirmerie. La jeune kunoichi était de toute évidence une habitué des lieux, et c’est à peine si elle attendit la réponse pour se diriger vers une porte, faisant signe à Sawari de la suivre. Le jeune garçon s’exécuta, et tout deux arrivèrent dans une infirmerie classique, même si Sawari n’en avait jamais vraiment vu, plus habitué à se faire soigner par sa mère, voire sa sœur. La pièce était entièrement blanche, que ce soit les murs ou le sol. Une trentaine de lit étaient disposés, chacun avec une chaise et une table de chevet, sur laquelle trônait un vase rempli d’eau, sans doute destiné à recevoir des fleurs de la part de ceux qui rendaient visite aux blessés. Il y avait également dans la pièce plusieurs armoires blanches remplis de divers médicaments, quelques bureaux… L’odeur de médicament était présente, mais elle était moins obsédante que dans les couloirs d’un hôpital. L’infirmerie était vide, ce qui était plutôt bon signe pour le village.

            La jeune fille indiqua à Sawari sur quel lit il devait s’allonger. Celui-ci obtempéra, et pris place sur le lit désigné. Anticipant la prochaine demande de la jeune fille, il releva la jambe gauche de son short, permettant à Sakura de distinguer un bandage serré juste au dessus du genou de Sawari. Elle constata qu’il avait été bien fait, ni trop serré ni pas assez. Elle alla se laver les mains, commença à le défaire, arrachant ainsi un petit spasme de douleur à Sawari. Une fois le bandage enlevé, elle examina la plaie. Celle-ci était assez profonde, mais il n’y avait pas l’air d’avoir eu d’importants dégâts internes. Sakura constata que la blessure avait été bien désinfectée, et qu’elle ne pouvait pas faire grand-chose de plus. Elle alla quand même chercher un onguent de couleur blanche, qu’elle étala avec précaution sur la blessure. Ses mains étaient douces et elle prenait le plus de précautions possible ; elle leva la tête pour voir Sawari, lui sourit, et lui expliqua :

-Cet onguent permettra à la plaie de cicatriser bien plus rapidement que normalement. C’est une de mes amies, qui a de très bonnes notions en potions et herbes médicales, qui le confectionne elle-même… Et les propriétés de cet onguent m’ont toujours étonné, ajouta-t-elle avec un clin d’œil destiné à rassurer le garçon, qui n’avait de toute façon pas l’air inquiet.

            Elle finit de soigner la blessure, puis se tourna vers Sawari, lui demandant du regard où était la deuxième blessure. Celui-ci hésita un instant, puis redressa son torse afin d’enlever son pull beige, puis un t-shirt d’un blanc immaculé. Sakura put alors contempler d’un œil appréciateur le torse finement musclé du shinobi. Celui-ci avait un autre bandage, lui serrant le bas du ventre sur tout le tour. Le garçon l’enleva lui-même, rapidement, dévoilant une autre blessure, placé au même endroit qu’une cicatrice de l’appendicite. Elle était moins profonde que celle placée sur la cuisse de Sawari, et Sakura n’eut une nouvelle fois qu’à étaler l’onguent sur la plaie. Une fois que cela fut fait, elle entreprit de refaire le bandage à la jambe du garçon, après avoir attendu que l’onguent ait séché. Puis, elle pris une compresse orange, qu’elle mit sur la cicatrice ventrale, avant que le garçon se rhabille, puis se lève, un sourire aux lèvres :

-Merci beaucoup, Sakura. Tu es vraiment douée, et je m’y connais un peu, la complimenta-t-il, entraînant un léger rougissement de la kunoichi.

-Ce n’est rien Sawari, lui répondit-elle. Tu dis que tu t’y connais en sciences médicales ?

-Je ne m’y connais pas spécialement personnellement, mais ma sœur notamment est très douée…

« Ma mère aussi l’était… »  ne put s’empêcher de penser le nouveau shinobi de Konoha, avant d’écarter cette pensée.

-Bon, tu me fais découvrir Konoha ?

-Avec plaisir !

            Les deux adolescents sortirent de l’hôpital, et passèrent le reste de la matinée à visiter Konoha. Sakura montra à Sawari divers monuments de Konoha, comme la bibliothèque, l’académie... Ils se baladèrent dans les rues de Konoha, bien plus animées que lorsque Sawari les avait parcourues seul à l’aube, franchirent les nombreux ponts qui enjambaient la rivière de Konoha. Sakura voulut aller à la boutique de fleurs des Yamanaka, afin de présenter Sawari à son amie Ino, et ainsi avoir un nouveau sujet sur qui discuter pendant leurs soirées entre filles, mais celle-ci était absente. Enfin, ils allèrent à la gigantesque arène de Konoha, où Sakura avait passé l’examen Chuunin. Ce souvenir l’envahit, et elle sourit à cette pensée. Puis les deux shinobis repartirent, leurs estomacs commencèrent à se faire entendre, et la jeune fille guida Sawari jusqu’à l’enseigne du magasin de ramens Ichiraku. Les deux jeunes s’installèrent au comptoir, commandèrent deux bols de ramens au miso, et commencèrent à discuter tranquillement, Sakura lançant la conversation :

-Alors, que penses-tu du village de Konoha ?

-C’est très impressionnant… Tout est si grand ! Surtout pour moi qui vient d’un endroit un peu paumé pour tout dire.

-Pourquoi ? Tu vivais où ?

-Dans les montagnes entre le pays du Feu et le pays de l’Eau, à l’écart d’autres habitations.

-Et pourquoi es-tu à Konoha maintenant ?

Le visage de Sawari s’assombrit un peu, et c’est avec un peu de tristesse qu’il répondit :

-Mes parents sont morts il y a peu, et mon père m’a dit de me rendre à Konoha pour me mettre sous les ordres du Hokage.

La Rose se sentit un peu mal d’avoir posé la question, mais le garçon anticipa ses prochains mots :

-Ne t’inquiète pas, tu n’as pas à être désolée ! J’allais bien devoir te le dire à un moment ou un autre, et puis tu ne pouvais pas savoir. En plus, mes parents n’auraient pas aimé que je me morfonde !

Sakura esquissa un petit sourire :

-Oui, tu as sans doute raison. Mais si tu as besoin de parler de quoi que ce soit, n’hésites pas !

-Merci, Sakura. Et merci pour ce matin aussi ! Dis-moi, j’ai pensé à quelque chose après avoir vu l’arène ce matin, mais il va sans doute falloir que je prouve ma valeur aux dirigeants du village si je veux pouvoir participer aux missions. Il y a un examen Chuunin prévu pour dans pas longtemps ?

-A Konoha non, mais nous avons une alliance avec le village caché de Suna, et nous allons envoyer les genins que leurs senseïs estiment prêts pour l’examen à celui qui aura lieu au Pays du Vent, dans deux mois. Tu aimerais y participer ?

-Je pense que ça serait une bonne occasion pour que les responsables des ninjas de Konoha puissent m’évaluer, tu ne penses pas ?

-Oui bien sûr ! Mais le problème est que cet examen se déroule habituellement par équipes de trois… Tu pourrais peut-être obtenir une dérogation, je ne sais pas.

-D’accord… Tu l’as passé il y a longtemps, toi ?

-Je l’ai passé la première fois il y a plus de trois ans, mais je n’ai pas été promu. Je n’ai réussi qu’à la deuxième tentative, il y a…

            Sakura fut interrompue par l’arrivée d’un ninja aussi blond que Sawari, aux yeux également bleus, et à trois marques étranges sur chaque joue, faisant penser à de petites moustaches d’animaux, qui arriva dans le restaurant et interpella dès qu’il vit Sakura :

-Hé, Sakura-chan !

-Salut, Naruto… répondit la jeune fille d’un ton à la fois chaleureux, amusé, et ennuyé. Le nouveau venu allait prendre un siège à côté d’eux, mais s’arrêta lorsqu’il remarqua la présence de Sawari… Un peu décontenancé, il tendit quand même la main à Sawari, que celui-ci serra sans hésiter.

-Euh bonjour, je m’appelle Naruto, et je suis le futur Hokage !

-Enchanté, moi je suis Sawari. Je suis un nouveau venu au village, que Sakura m’a fait découvrir ce matin.

Toujours un peu interloqué, Naruto se tourna vers Sakura :

-Je ne dérange pas ?

-Mais non, Baka, répondit la jeune fille en souriant, tu tombes bien même, tu va pouvoir m’aider à intégrer Sawari dans le village !

-Ah, ça tombe bien, avec Kiba, on comptait se retrouver avec tout le monde ce soir au restaurant de barbecue… C’est l’anniversaire d’Hinata-Chan aujourd’hui ! Normalement, elle devrait rentrer avec son équipe de mission aujourd’hui, et on a vu avec maître Kurenaï pour qu’elle les invite au restaurant… Et là… Surprise ! On y sera tous, Sawari tu n’as qu’à venir, on te présentera tout le monde ! S’écria Naruto d’un ton enjoué, tout en faisant signe à Ichiraku pour avoir ces ramens habituels.

-C’est gentil à vous… Mais vous préférez sans doute rester entre vous, je ne vais pas vous déranger !..., commença Sawari, un peu gêné.

-Ne t’inquiète pas ! Tu n’as pas l’air d’être associable, loin de là ! Je suis sûr que tout se passera très bien ! intervient la Rose, d’un ton qui ne souffrait aucune contestation, et la discussion s’arrêta là.

            Les trois jeunes continuèrent de discuter pendant un très long moment, bien qu’ils aient finis leur bol (au pluriel pour Naruto) de ramens depuis un certain temps. Le courant passaient bien entre les deux blonds ; Les deux étaient des garçons particulièrement gentils, et si Naruto était bien plus expansif et bavard que Sawari, ce dernier n’hésitait pas à questionner ses deux interlocuteurs sur leurs personnes. Il apprit ainsi qu’ils faisaient équipe ensemble depuis leurs sorties de l’académie, et que le troisième membre de l’équipe, en quête de puissance, avait déserté Konoha, et rejoint le tristement célèbre Orochimaru, dont Sawari avait déjà entendu parler par son père. Mais de tout évidence, Naruto et Sakura n’avaient nullement renoncé à ramener leur ami à la raison.

            Bien sûr, Naruto fit la même « gaffe » que la Rose sur les parents de Sawari, mais celui-ci le rassura de la même manière. Naruto étant lui-même orphelin de naissance, cela ne fit que rapprocher encore les deux garçons.    

            Quand les trois adolescents se rendirent compte que la fin de l’après-midi approchait déjà, Sawari se rappela de son rendez-vous avec Tsunade. Naruto lui aussi devait aller voir l’Hokage, sans doute pour une nouvelle mission pensait-il. Ils décidèrent donc de partir, saluèrent le restaurateur, et sortirent du restaurant.

            Comme il leur restait un peu de temps devant eux malgré tout, Sakura et Naruto décidèrent de faire un détour par les terrains d’entraînements, afin de les montrer à Sawari. Alors qu’ils allaient arriver au terrain où Sakura et Naruto avaient effectué tant d’entraînements, ils virent les quatre membres d’une équipe de ninja devant eux, visiblement après avoir fini un entraînement. Il y avait là un ninja brun d’une trentaine d’année, d’assez haute stature, à l’affreuse coupe au bol et aux sourcils incroyablement épais, ainsi que trois jeunes de leur âge. L’un était l’exacte réplique, en plus juvénile bien sûr, de son maître ; il y avait également un garçon aux longs cheveux bruns et aux pupilles incroyablement blanches, et une jeune fille brune, avec des cheveux coiffés en « macarons » sur le dessus de sa tête, et vêtue d’une tunique chinoise. De toute évidence, l’équipe connaissait bien Sakura et Naruto puisque ses membres s’arrêtèrent pour les saluer :

-Bonjour Gaï-Senseï, Lee, Tenten, et Neji ! S’exclamèrent conjointement Naruto et Sakura.

-Bonjour les enfants, comment va votre ami Kakashi ? leur répondit avec un sourire effrayant de blancheur le chef de l’équipe.

Tenten, la « chinoise », et Neji, le garçon aux pupilles blanches, saluèrent leurs deux amis, tandis que le dernier membre de l’équipe, Lee, après avoir salué Naruto, se tournait vers Sakura, et commença son numéro :

- Bonjour, Fleur de mon Cœur, Etincelle de mes Rêves, Ô celle que je me suis juré de protéger, voudrais-tu bien…

Et plus Lee continuait, plus Sakura s’énervait à vue d’œil, ce qui fit sourire tout les autres ninjas présent, y compris Sawari qui commit l’imprudence de demander à la kunoichi si Lee était son « fiancé ». Sawari se rendit vite compte de son erreur lorsqu’il vit les yeux de la jeune fille lui lancer des éclairs, et recula instinctivement. Il examina ensuite la scène, et demanda, d’un air inquiet, si « la coupe de ces deux-là était la dernière mode à Konoha chez garçons », ce à quoi Sakura, Naruto et Tenten explosèrent de rire, et que Neji Hyuga lui-même sourit.

            Ce fut Lee, une fois qu’il eut fini son monologue, qui fit remarquer le premier la présence d’un garçon inconnu, en s’adressant directement à lui :

-Hé toi ! Je suis Rock Lee, le resplendissant fauve de jade de Konoha ! Je t’ai dit mon nom avant de te demander le tien, cela te va-t-il ?

Sawari sourit… L’enthousiasme dégagé par ce Rock Lee était impressionnant.

-Je m’appelle Sawari, je suis un nouveau shinobi du village de la feuille.

Un sourire semblable à celui de son maître fit son apparition sur le visage de Lee, qui s’exclama :

-Dans ce cas, je vais te prouver ma valeur ! Sawari, combats contre moi !

Celui qui était visé fut surpris par ces paroles. Sakura, à ses côtés, pris aussitôt sa défense :

-Lee ! Sawari a été blessé récemment, il ne serait pas raisonnable de combattre dès maintenant !

Sawari, un léger sourire aux lèvres, posa sa main sur l’épaule de la jeune fille et regarda Lee :

-Ne t’inquiète pas Sakura, mes blessures ne sont que bénignes, et puis, il faut bien que je montre au village ce que je sais faire ! Lee, j’accepte de te combattre.

Un nouveau sourire fit son apparition sur le sourire du « resplendissant fauve de jade de Konoha », qui indiqua de la main le terrain sur lequel ils allaient combattre. Sawari le suivit dans la direction indiquée, et ils se retrouvèrent tout deux au centre d’une grande clairière entourée de nombreux arbres. Au fond de la dite clairière, une rivière coulait sagement.  L’équipe de Lee, ainsi que Sakura et Naruto, s’installa à l’orée des bois, afin de ne pas gêner les deux combattants.

            Sawari et Lee se faisaient face, comme s’ils voulaient se défier du regard. Sawari eut un nouveau sourire et s’adressa à son adversaire :

-Dis-moi Lee, pourquoi combats-tu ?

Le brun leva le poing en direction du ciel, et cria bien fort :

-Je veux prouver que l’on peut être un grand ninja sans se servir de ninjutsu ou de genjutsu ! Et toi, Sawari ? ajouta Lee après un instant.

Comme dans le bureau de Tsunade, Sawari sembla se concentrer, préférant regarder par-dessus la cime des arbres que de fixer son adversaire, avant de répondre simplement :

-C’est un noble but que le tien. Moi, je veux simplement être quelqu’un de bien. Quelqu'un capable de protéger ceux qu’il aime.

Il marqua une pause avant de continuer :

-Nos buts ne sont guères aisés à atteindre, non ? Je te souhaite pourtant de parvenir à réaliser ton rêve, tout comme j’espère atteindre le mien.

D’un hochement de tête, Lee approuva, avant de se mettre en position de combat. Immédiatement, Sawari en fît de même, écartant un peu les jambes, pliant les genoux, et mettant ses bras en garde.

            Les spectateurs n’hésitèrent pas à commenter la scène, notamment Naruto, Gaï, et Tenten ; Ce fut celle-ci qui fit remarquer que la position de combat du blond était sensiblement différente de celle qu’on apprenait à l’académie. Ce fut Gaï, en tant qu’expert en Taijutsu, qui lui répondit :

-En effet, il est plus bas que ce que l’on vous apprend. Ainsi, il abaisse son centre de gravité, ce qui lui permet de pouvoir réagir plus rapidement en théorie. Par contre, il est plus difficile de porter des coups d’attaque ainsi. C’est donc une position un peu plus défensive que celle qu’on vous apprend.

            Pendant ce temps-là, Lee avait commencé à tourner à une vitesse incroyable tout autour de Sawari. Celui-ci ne sembla pas paniquer, n’essayant même pas de suivre Lee des yeux. En fait, en y regardant bien, on pouvait voir que…

-Bon Sang, je rêve ou il a les yeux fermés ? s’écria Sakura, interloqué.

-En effet, lui répondit Naruto, qu’est-ce qu’il mijote ?

« J’ai l’impression qu’on ne va pas tarder à le savoir… » pensa Neji. En effet, Lee, fonda soudainement sur Sawari, le poing prêt à frapper. Mais celui-ci se retourna en un éclair, les yeux ouverts, et para le coup de poing de Lee avec ses avant-bras. Celui-ci ne se laissa pas abattre et enchaîna avec son autre main, mais Sawari para de la même façon, semblant nullement gêné par la vitesse d’exécution de Lee. Ce dernier enchaîna les attaques à une vitesse impressionnante, mais ne réussit pas à trouver la faille dans la garde de Sawari. Sawari justement, profita d’un léger répit, pour s’éloigner d’un saut arrière, se réceptionnant parfaitement. Les deux garçons étaient un peu essoufflés. Le silence s’instaura, vite rompu par Lee :

-Comment as-tu fait pour deviner mon attaque ? Tu avais les yeux fermés.

Une fois de plus, l’habituelle sourire de Sawari se dessina sur ses lèvres, et il répondit calmement :

-J’ai vite compris que ta vitesse m’empêcherait de suivre tes déplacements de l’œil. J’ai donc fermé les yeux afin de mieux me concentrer sur un autre des cinq sens, l’ouïe. Quand tu te déplaces, tes pas sont suffisamment bruyants pour que je puisse te repérer à l’oreille. J’ai donc entendu le moment où tu as arrêté ta course en cercle, et j’ai pu anticiper.

Lee fut étonné par les propos de son adversaire ; il était si bruyant que ça ? Il en fallait plus pour qu’il se laisse abattre, et il se rua une nouvelle fois de plus à l’attaque. Les deux adversaires virevoltaient, sautaient, esquivaient. Si les déplacements de Sawari étaient bien plus lents que ceux de Lee, il arrivait à contrer toutes les attaques de celui-ci. En fait…

-Il n’est pas spécialement rapide, mais il est incroyablement vif, fit remarquer une voix derrière le groupe de spectateurs. Ceux-ci faillirent mourir de crise cardiaque simultanément, en particulier les deux filles et Naruto, et se retournèrent prêt à tuer celui qui les avait pris par surprise. Ce dernier était un ninja de trente ans, d’un mètre quatre-vingt environ, aux denses et touffus cheveux argentés. Vêtu de l’habituel tenue de juunin, son visage avait quelque chose d’intrigant : il était dissimulé sous un masque bleu marine, excepté son œil droit, qui semblait un brin endormi. Son œil gauche, habituellement caché par son bandeau frontal, était des plus étranges : rouge vif, avec trois virgules à l’intérieur de la pupille, et doté d’une cicatrice. Pour compléter le tableau, l’étrange personnage tenait à la main un livre guère recommandable.

-Kakashi-Senseï, vous pouvez pas arrêter un peu avec vos apparitions surprises ? Hurla Naruto.

-Je pensais que vous vous y étiez habitué à force… Mais de toute évidence ce n’est pas le cas, c’est navrant si peu de progrès, répondit d’un ton nonchalant le nouveau venu, ce qui mit Naruto dans tous ses états. Sakura préféra intervenir, bien qu’énervé elle aussi par l’arrivée éclair de son Senseï.

-Senseï, qu’est-ce que vous entendez par « vif  mais pas rapide» ?

-Sa vitesse lors de ses déplacements n’a rien d’exceptionnelle, il est dans la norme, mais par contre, la façon à avec laquelle il pare les attaques de Lee est impressionnante. Il est doté de réflexes nettement au dessus de la moyenne des ninjas, j’ai beaucoup du mal à distinguer ce qu’il fait, même avec mon sharigan.

-Il arrive certes à parer le taijutsu de Lee, mais il est toujours sur la défensive, il n’arrive pas à attaquer. Il va finir par fatiguer, fit remarquer Gaï, un peu vexé par le fait que son élève adoré n’arrive pas à prendre le dessus dans un combat de Taijutsu.

            Au même moment, Sawari sortit un kunaï de sa poche, et tenta, d’un grand geste circulaire de toucher Lee. Celui-ci en profita pour passé sous la garde de son adversaire, et lui décocha un uppercut violent. Sawari décolla du sol sous l’impact, lâchant son kunaï à quelques mètres de là Lee sauta de façon à se retrouver au-dessus le corps de Sawari pendant sa chute, et lui infligea un puissant coup de pied dans le ventre, éjectant celui-ci par terre. Le choc fut rude, et les spectateurs s’inquiétèrent immédiatement de l’état de santé de Sawari. Mais lorsque la poussière provoquée par l’impact fut dissipée, ils ne virent qu’un kunaï planté dans le sol à l’endroit où Sawari était tombé.

-Une technique de permutation ? murmura Sakura.

Pendant ce temps, Sawari, indemne, avait refait son apparition, à quelques mètres de là, juste devant la rivière, là où il avait lancé le kunaï lors de l’attaque de Lee. Un nouveau fin sourire apparut sur ses lèvres, et il s’adressa à Lee.

-Ton Taijutsu est incroyable Lee. J’arrive à le parer plus ou moins, mais tu ne me laisses pas le moindre temps mort pour attaquer. J’aurais fini par fatiguer, et tu aurais forcément pris le dessus. Au corps à corps, je savais que je n’avais pas la moindre chance, il me fallait donc prendre de la distance. J’ai donc effectué cette attaque grotesque pour pouvoir réaliser ma technique de permutation. Maintenant, c’est à moi d’attaquer.

Sur ces mots, le jeune garçon enchaîna quelques sceaux avec une grande habileté, puis s’écria :

-Suiton ! Bakusui Shoha no Jutsu ! La vague d’eau!

Derrière lui, le niveau de la rivière monta soudainement, jusqu’à s’abattre violemment sur le sol de la clairière. Sawari et Lee sautèrent pour éviter l’impact, mais alors que ce dernier était encore en l’air, le blond enchaîna une nouvelle combinaison de signe, et annonça :

-Fuuton ! Daitoppa !

Un vent puissant se leva, Lee n’ayant aucun appui pour résister fut projeté dans la grande flaque causée par la technique Suiton de Sawari. Il se releva trempé de la tête aux pieds, tandis que Sawari exécutait un nouveau Jutsu.

-Hyouton ! Hyourou no jutsu ! La prison de Glace !

Aussitôt, une colonne de glace monta de l’eau dans laquelle Lee se trouvait, l’emprisonnant totalement. Celui-ci tenta bien d’en sortir un instant, puis se résigna. Sawari s’approcha de Lee, sourit, exécuta une fois de plus quelques mudras, ce qui entraîna la fonte de la colonne, laissant sortir un Lee médusé. Sawari n’eut que trois mots :

-J’ai gagné.

Lee se reprit vite, arbora son plus beau sourire colgate blancheur, et pris une pose « Nice Guy » :

-Tu es très fort ! Mais je te dépasserai ! Dans notre rivalité, tu mènes désormais une victoire à zéro.

A ces mots, le sourire de Sawari disparut, et il se tourna vers le reste des ninjas présents, qui s’étaient rapprochés après la fin du combat. Discrètement, il se pencha vers Sakura :

-Ca lui arrive souvent, ces défis ?

-Son maître Gaï mène 50 victoires à 49 contre Maître Kakashi, si tu vois ce que j’veux dire… répondit la Rose.

Sawari soupira profondément, avant de se tourner vers Kakashi, qu’il n’avait pas encore vu. Celui-ci s’adressa à lui…

-Impressionnant… Tu es adroit en Taijutsu, tu sais déjà te servir de plusieurs natures de chakra, et tu es réfléchi. Qui es-tu ?

-Sawari Ashida, enchanté.

-Le fils de Kino ? demanda l’épouvantail, un brin surpris.

-Lui-même.

-Ca explique bien des choses… Il était plus vieux que moi, mais je me rappelle de lui comme d’un ninja particulièrement fort… Tu as l’air de marcher dans ses traces.

            Sawari se tourna vers Sakura et Naruto, et remarqua l’air un peu triste de ce dernier. Sakura et Kakashi se demandaient ce qui se passait, jusqu’à ce que le blondinet s’adresse à Sawari :

-Dis-moi, es-tu de la famille d’un certain Haku, du village de Kiri ? demanda-t-il, une pointe de tristesse dans la voix.

Sakura et Kakashi comprirent instantanément. La rencontre de Naruto avec ce jeune garçon au cœur si pur l’avait profondément marqué. Or, Haku était le seul ninja que Naruto ait déjà vu utiliser des techniques Hyouton… Avant Sawari. Celui-ci parut surpris par la question, puis répondit :

-Je ne connais pas grand-chose de ma famille, à part mes parents et ma sœur… Je sais juste que le clan de ma mère était divisé en deux branches assez éloignées désormais, qui autrefois n’en formaient qu’une… Celle de ma mère était du village caché de Taki no Kuni, l’autre était du village de Kiri justement. Il est donc possible que nous soyons apparenté avec ce Haku, mais je ne peux pas en être sur, désolé.

Kakashi enleva son regard de Naruto et fixa Sawari :

-Dis-moi, ton aptitude à utiliser les techniques Hyouton… Est-ce un don héréditaire ?

-Oui et non. Avant, le clan de ma mère pouvait manier la glace à sa guise. Mais avec le temps, cet aptitude s’est raréfié, jusqu’à disparaître presque complètement. Les ninjas de ce clan étaient désormais plus spécialisé dans l’élément Suiton, et ma mère ne faisait pas exception à la règle. Mais je suppose que son union avec mon père, un ninja dont l’affinité naturelle était le Fuuton, a réveillé ce don héréditaire en moi, ainsi qu’en ma sœur…

Kakashi hocha la tête, satisfait de la réponse. Sawari lui, regarda Naruto et Sakura, et tout trois se mirent en route pour aller au bureau du Godaïme Hokage.

 

 

 

 

Ps beaucoup de réactions pour le moment… J’aimerais bien en avoir un peu quand même, car c’est ma première fanfic, et j’aimerai donc beaucoup savoir ce que vous en pensez !

Je reprends les cours demain, donc je ne sais pas trop quand est-ce que la suite paraîtra… Mais j’espère que ça ne sera pas trop long !