Chapitre 9

par minouchemi

Bonsoir à tous,

 

Tout d’abord je vous prie de m’excuser (ça ce n’est pas nouveau) pour mon retard (ça c’est encore pire, à croire que ça n’est que tout les quatre mois que je trouve l’inspiration).

Enfin bref j’ai eu un gros trou sur cette fic mais finalement j’ai eu une idée qui va me servir.

 

Donc sans plus attendre voici le chapitre 9 corrigé par les bons soins d’emimix3 que je remercie (elle le mérite pas vue les accusations qu’elle fait sur moi). (emimix3 : y’a de quoi, tu viens d’écrire « émimix3 ». Ca s’écrit avec un « e », ça se lit « eu ». Fuck’.). rooo toujours là pour te plaindre ;)

 

Bonne lecture ! 

 

 

 

 

 

 

Notre Histoire

 

Chapitre 9

 

Ce soir là était un soir comme les autres, enfin….

 

Il rentrait enfin chez lui après deux semaines de mission non-stop. Il se mit à sourire en pensant à sa fiancée qui devait sûrement l’attendre chez eux, imaginant déjà le sermon qu’elle lui ferait en rentrant : « Deux semaines sans nouvelles ! Es-tu inconscient ou veux-tu ma mort ? ». Un petit rire s’échappa de ses lèvres et il se hâta jusqu’à chez lui, pressé de revoir celle qui avait réussi à captiver et capturer son cœur.

Quand il arriva devant leur appartement, il fut surpris de ne voir aucune lumière allumée, il n’était pourtant pas tard, à peine vingt heure, il fronça les sourcils, Yuka n’était pas du genre à dormir si tôt, et si elle était sortie il y aurait un mot devant la porte signalant son absence. Il pénétra silencieusement à l’intérieur. Le silence ambiant le mettait légèrement mal à l’aise pour une raison qui lui était inconnue, il avait un mauvais pressentiment, et, se mettant à héler le nom de sa tendre moitié, il se dirigea rapidement vers leur chambre. Une fois à l’intérieur et après avoir éclairé la pièce, il découvrit une enveloppe mise en évidence sur leur lit.

S’asseyant, il commença à lire rapidement, devenant blanc au fur et à mesure de sa lecture.

« Quand tu liras cette lettre, je ne serais déjà plus dans ce village. Tu te demandes sûrement pourquoi ?  Et bien pour tout dire j’en avais assez de jouer cette pesante comédie… oui, il était temps que je m’en aille. Chaque jour resté auprès de toi devenais insupportable ; sourire, jouer la femme amoureuse, Dieu que je haïssais ce rôle ! Mais cela avait eu du bon car enfin, oui enfin j’allais pouvoir venger ceux que ta famille avait assassinés sans remord. 

Tu as sûrement compris n’est ce pas ? J’ai dérobé le Cristal de Jade, symbole de  royauté d’Uzu Kagure no Sato, si chère à tes yeux. Jamais je ne te laisserais accéder au trône, ce pays restera plongé dans le chaos ! Après tout ce n’est que justice !

Tu as fait l’erreur de me faire confiance, tu ne peux t’en prendre qu’à toi-même !

Adieu prince d’Uzu ! »

 

Ce fut à partir de ce jour, que cet homme ne fit plus confiance aux femmes, hormis sa sœur jumelle…. 

 

***************************************

 

Accoudé à la fenêtre de l’appartement prêté par l’Hokage, Kouno, le regard vague, contemplait sans le voir l’aube se lever, il avait encore rêvé de cette nuit là, le soir où Satoko l’avait trahi. Il la haïssait pour s’être servie de lui et de l’avoir trahi de la plus pernicieuse des façons mais surtout, il se haïssait lui car malgré tout il l’aimait encore. Il avait encore cet espoir fou qu’elle pourrait l’attendre quelque part, qu’elle regrettait son geste. Un pli amer se format sur sa bouche, décidément l’amour rendait vraiment aveugle et bête par-dessus le marché.

 

-          Tu comptes prendre racine ici Kouno ? demanda sa sœur qui venait d’arriver.

 

Celui-ci soupira, triste, il n’avait vraiment pas envie de partir de ce village ; il s’y sentait si bien. Kiara de son côté ressentait la même chose, mais ils n’avaient pas vraiment le choix, leur priorité était de retrouver ce qui leur avaient été volé.  Kouno se retourna face à la fenêtre, pensif.

 

-          Kiara, admettons que nous retrouvions ce que nous cherchons, que ferons nous après ?

-          Nous en avons déjà discuté Kouno…, soupira elle.

-          ….Ne peut-on pas… juste….

 

Elle ne répondit pas tout de suite, comprenant ce qu’il pensait en cet instant, elle-même y ayant songé.

 

-          Nous avons une promesse à tenir Kouno, murmura-t-elle tristement.

-          Je le sais bien mais…

-          Tu voudrais rester près de Naruto n’est-ce pas ?

-          C’est si évident que ça ? demanda-t-il avec fatalisme.

 

Elle ne pu que lui sourire en réponse, ce qui le fit soupirer.

 

-          Il nous a fallu si peu de temps pour nous attacher à lui, murmura Kouno avec tendresse.

-          Oui, Kushina n’a tout de même pas sacrifié sa vie pour rien, elle a enfanté un magnifique garçon qui deviendra sans doute un grand homme plus tard.

-          Hn, beaucoup d’obstacles se dresseront sur sa route, tout en sachant que le plus grand sera sa nature cachée. Finalement c’est bien que tu l’aies placé sous la protection des Hyuuga, je préfère le voir là bas que tout seul dans l’ancien appartement de Kushina et Minato…..

 

Ils restèrent la en silence un bon moment avant de se décider à quitter cet endroit, malgré leur envie de rester. Cette promesse qu’ils avaient faite à leur défunte sœur mais aussi à eux même, ils étaient prêts à mourir pour l’accomplir, afin que celle qui les avait élevés soit fière d’eux.

 

 

*****************************************

 

 

Le soleil était à son zénith quand le petit blond ouvrit les yeux, un peu hagard. Il mit un certain temps avant de se rendre compte qu’une jolie fleur de lys se trouvait à ses côtés. Il rougit admirablement quand il se rendit compte qu’elle l’avait enlacé dans son sommeil, cela le troubla au plus profond de lui-même. Tout ça semblait si irréel, pourtant la douce chaleur qui émanait de ces bras lui faisait comprendre que tout n’était que la réalité. Doucement, il se dégagea de son étreinte et descendit du lit.

A peine avait-il fait trois pas que la porte s’ouvrit à la volée, réveillant en sursaut la petite brune et figeant le blond. Une infirmière au regard mauvais entra dans la chambre, attrapant avec force et brutalité le bras du petit et le faisant s’asseoir durement sur une chaise, si la Hyuuga fut surprise de ses gestes, il n’en était pas de même pour l’Uzumaki, il était habitué depuis le temps, alors quand elle lui refit ses bandages c’est à peine s’il grimaçait sous la douleur.

Quand finalement elle s’en alla -non sans lui avoir lancé quelques insultes supplémentaires au visage- la brunette s’approcha de son camarade :

-          E…Est-ce que ça va ? demanda-t-elle, inquiète de son silence.

Il sursauta légèrement.

-          Oh oui ça va ! fit-il en lui souriant, afin de ne pas l’inquiéter d’avantage.

-          T…tu es s…sûr ?

-          O…oui, bafouilla-t-il, peu fier de lui mentir.

 

C’est à ce moment qu’une petite envie de pipi s’introduit dans cette chère tête blonde. Il sautilla sur place, s’excusant auprès de la brunette en rougissant avant de filer vers les toilettes.

*******************************

 

Entre temps le chef du clan Hyuuga réglait quelques formalités concernant l’emménagement du jeune blond dans les quartiers de la Soke. Il avait peu dormi depuis la veille, entre les anciens qui rechignaient à laisser entrer un étranger, qui plus est celui qui portait le démon Kyuubi en son sein dans leur demeure, mais aussi enterrer les corps sans vie des ninjas qui avaient péri lors de l’attaque surprise faite par sa traîtresse de femme. En repensant à elle, il senti la colère envahir son être, elle s’était laissée envahir par la soif de pouvoir et s’était alliée au pire être qui pouvait exister afin d’assouvir son envie. Le plus dur pour lui serait d’annoncer cette nouvelle à Hinata, un soupire las franchit ses lèvres, il n’avait vraiment pas envie de tout lui dévoiler mais il n’avait pas vraiment le choix, qui sait si sa femme n’attaquerait pas dans les jours qui viennent. Il savait déjà ce qu’il avait à faire pour protéger sa fille, il formera l’Uzumaki afin qu’il devienne le garde du corps et le bouclier de son enfant, car tel était son plan depuis qu’il avait remarqué l’attachement d’Hinata pour cet enfant.

 

**************************

 

Tout s’était déroulé comme il l’avait prévu. Quand il était entré dans la chambre qu’occupait le mini-kitsune, en compagnie de l’Hokage, ils avaient trouvé les deux enfants discutant avec entrain et bonne humeur, leurs deux mains enlacées, le chef du clan Hyuuga avait tiqué sur le moment mais il s’y était fait. Il avait laissé le soin à l’Hokage d’informer les enfants du départ de Kiara et Kouno, et l’on pouvait aisément deviner la tristesse de Naruto face à cette nouvelle, malgré le fait que le vieux singe lui ait affirmé qu’ils seraient bientôt de retour.  Une fois le vieil homme parti, Hiashi amena les enfants au domaine. Laissant sa fille au bon soin d’une des gouvernantes, il entraîna le blond à travers un dédale de couloirs pour arriver quelques instant plus tard dans une chambre bien éclairée par deux grandes fenêtres, un lit simple qui avait l’air très confortable, une grande armoire et un bureau. Le jeune garçon était intrigué, pourquoi l’avait-on amené dans une chambre ? Il n’eu pas vraiment le temps d’y penser car le Hyuuga lui posa une question des plus surprenantes.

 

-          Cette chambre te plaît-elle ?

 

L’Uzumaki le regarda attentivement, ne comprenant pas, il hocha cependant la tête en signe d’acquiescement.

 

-          Bien, sourit le chef satisfait. Désormais cette chambre t’appartient.

-          Qu…quoi ?! s’exclama le blond, ahuri.

-          Tu as très bien entendu, fit Hiashi avec calme. Kouno et Kiara t’ont placé sous la protection de notre clan le temps qu’ils reviennent.

-          M…mais pourquoi ? Et puis j’ai déjà une maison…

 

Hiashi grimaça. Il n’aurait pas appelé cet endroit une maison, vu les graffitis remplis d’insulte qui recouvraient l’entrée de l’appartement légué par feu son père et sa mère. Cet enfant vivait déjà par ses propres moyens à son âge, cela semblait invraisemblable, et pourtant…

 

-          Elle restera ta maison, nous n’y toucherons pas, et par ailleurs, je ne fais qu’accéder à la demande de Kiara et Kouno. Ils souhaitent te voir en sécurité, donc tu resteras ici le temps de leur absence. Tes affaires arriveront dans la journée et dès demain je t’entraînerai, pour devenir un ninja. Comme j’ai pu le remarquer tu as de nombreux livres sur le ninjutsu et les techniques ninjas. Je t’enseignerai tout cela mais pour l’instant tu dois te reposer, tes blessures doivent encore te faire mal. 

 

Après ces derniers mots il partit, laissant l’enfant s’habituer doucement à son nouvel environnement. Celui-ci d’ailleurs n’en revenait pas, un sentiment étrange se répandait en lui, orphelin de naissance, il n’avait jamais connu l’affection d’une mère ou d’un père. Il avait secrètement jalousé ceux qui avaient cette chance et pourtant, bien que lui n’ait passé que quelques heures en compagnie d’étrangers qui l’avaient réconforté et apaisé, il s’était senti comme l’enfant le plus heureux du monde, s’il avait connu ses parents il aurait voulu qu’ils soient comme eux deux, gentils et affectueux avec un regard rempli d’amour rien que pour lui… juste pour lui.

 

Tout à ses pensées, il n’entendit pas la porte s’ouvrir sur un petit garçon d’environ son âge au regard aussi blanc que celui d’Hinata et aux longs cheveux bruns.

 

 

A suivre…..