Chapitre 10 : Un vol étrange

par tookuni

 

 

 

Chapitre 10 : Un vol étrange

 

 

« Récupérer le ramen en or massif de Sai ! »

 

Temari hésita, Itachi continuait de chantonner, enthousiaste, Tenten marmonna :

 

« C'est-à-dire que…

– Galère…

– Là, je ne comprends pas… » remarqua Kiba.

 

Gaara, comme à son habitude, fit silence, neutre au possible, tandis que Neji affichait une mine oscillant entre l’inquiétude et l’étonnement. Naruto, évidemment, finit par réagir dans le sens inverse de ses petits camarades :

 

« Ouais ! Ca c’est une mission ! Ramen ! Ramen !

– Tu rigoles ! C’est quoi cette histoire ? s’offusqua Sasuke.

– Attendez ! Laissez-moi vous expliquer… rétorqua Tsunade, sûre d’elle. C’est une mission d’Etat, c’est crucial. Contrairement à ce que vous pensez, ce n’est ni une blague ni une folie d’artiste. Ce jeune homme a créé cette œuvre dans l’unique but de glisser, à l’intérieur, des documents confidentiels sur les anciens plans du village de Konoha. Il y a tous les souterrains, toutes les allées, les faiblesses du sol, de la roche du mont Hokage, il y a de quoi faire sauter la ville toute entière si on s’y prend comme il faut. Cette œuvre a été volée à son propriétaire et gardien au cours d’une soirée. Elle a mystérieusement disparu de sa place aux yeux du tous les spectateurs. »

 

Le silence s’était installé dans la pièce. Seule la radio de Kakashi continuait de scander un vieux tube des années soixante. Tsunade se racla la gorge et reprit d’un air motivé :

 

« Get Backers ! Votre mission si vous l’acceptez…

– Tsu-chan je veux bien mais là… marmonna Naruto d’un air navré.

– Désolée il fallait que je vous la fasse un jour !

– T’aurais pu t’abstenir de la faire devant autant de monde, ça fout la honte… pleurnicha Naruto.

-D– s ! Hé ! s’énerva Tsunade, qui c’est qui confond la Vénus de Milo et la Statue de la Liberté ? »

 

Sasuke se passa une main sur le visage d’un air désespéré, Ino éclata de rire, la plupart des Volts esquissèrent un sourire et Tenten pouffa.

 

« Enfin, donc, votre mission est de découvrir qui, comment, pourquoi le bol a été dérobé, et de le ramener au plus vite.

– Et bien sûr comme c’est gouvernemental, on ne peut pas voir la tronche des clients c’est bien ça ?

– C’est ça Sasuke ! Comme pour la mission au Mugenjô. Et sois un peu plus poli tu veux ? »

 

Ce à quoi Sasuke répondit d’un « Peuh » sonore en se retournant, ignorant superbement la remarque.

 

« Hm… grogna quelqu’un en se rappelant de mauvais souvenirs tandis que Temari se rapprochait un peu de lui pour le rassurer.

– C’est bon Shikamaru. On ne t’en veut pas pour ça ! C’est vrai qu’au Mugenjô, il y a des trucs qu’ont est un peu obligés de faire…

– Tu n’aurais jamais fait un truc aussi stupide que de créer une bombe pour menacer les types du dessus de tout faire sauter pour qu’ils nous laissent tranquilles Naruto…

 Lui le jour où il aura assez de cerveau pour créer une bombe de toute façon… commenta Sasuke. Quand on a essayé de lui expliquer à titre comparatif, il a cru qu’on pouvait faire péter une ville avec un micro ondes…

– Ecoute, on ne revient pas là-dessus, fit Naruto, ignorant la remarque de Sasuke comme il pouvait. Comme tu le dis souvent, toi c’est toi et moi c’est moi. Pour l’instant, on a une mission et moi, elle me plait bien.

– Forcément ça parle de ramens…

– Gaara ? Tu as enfin appris à faire de l’humour ?

– Hé oui Kankuro ! Depuis que Shikamaru lui a dit qu’il ne risquait pas de rigoler avec lui, il est vexé… expliqua Neji.

– Pff… siffla finalement Sasuke. Naruto à l’air d’apprécier cette mission. Moi, cette affaire de gouvernement, ça ne me plait pas trop, mais on a besoin de thune, donc on accepte. Je ne te demande même pas combien on sera payés, je n’ai pas envie d’être déçu alors qu’il y a des chances qu’on échoue… Tout le monde est d’accord ?

– Ne te prends pas non plus pour le chef Uchiha ! lança Kiba.

– Tu crois que tu serais mieux dans ce rôle là ? »

 

Les deux garçons se foudroyaient du regard, la tête très proche l’une de l’autre, penchée sur le côté.

 

« Hein ? grogna Kiba, ses crocs crissant dangereusement.

– Alors ? lança Sasuke, ses mains enfoncées fermement dans ses poches, ses lunettes remontées, adoptant sa pause nonchalante habituelle.

– On dirait des yakuzas… commenta Tenten.

Héhéhé, je sens que je vais m’amuser… » ricana Itachi.

 

Tous les regards se tournèrent vers lui. Il souriait en coin, un rictus typiquement Uchiha, et regardait la petite troupe d’un air sadique.

 

« Toi ! s’exclama Sasuke en le prenant par le col sans que l’autre ne réagisse, t’as pas intérêt à nous mettre des bâtons dans les roues !

– C’est une mission ensemble ! Nous sommes collègues… Je ne vois pas pourquoi je vous empêcherais de faire quoi que ce soit… » répliqua Itachi de son ton mielleux, plus calme que jamais face à l’animosité de son frère.

 

L’échange tendu avait de nouveau lié les langues. Dans la camionnette que Tenten avait empruntée à Lee pour l’occasion, le silence était pesant. Mais Naruto était parvenu à rallier Kiba et Kankuro à sa cause et ils faisaient un concours de blagues, sous l’air exaspéré de la conductrice, le sourire doux de Neji et Temari, le rictus d’Itachi, l’air blasé de Shikamaru et les éclats de rire Tsunade, pendant que Sasuke, à l’avant, critiquait la façon de conduire de son ex-coéquipière qui lui donnait des coups de poing en même temps qu’elle tournait le volant d’un air rageur.

 

Ils arrivèrent rapidement aux portes d’un grand manoir. Un major d’homme accueillit avec dédain ce qui lui semblait être une bande de junkies, mais l’opulente poitrine de Tsunade et la superbe de la femme le forcèrent à se tenir correctement et à les introduire au maître des lieux, qui n’état autre que l’ancien équipier temporaire de l’équipe 7.

 

Le groupe suivit le jeune homme auquel Tsunade lançait des regard intéressés, se faisant houspiller par Sasuke qui refusait qu’elle jette son dévolu sur un petit jeune et le pervertisse. Ce à quoi elle répondait en lui demandant pourquoi, alors, il lui pelotait toujours les seins, et le brun se justifiait en disant que c’était juste pour l’emmerder, ce qui n’était pas loin d’être le cas, mais il en profitait quand même… Qui n’en profiterait pas ?

 

Une immense salle s’offrit soudain à leur vue quand on en ouvrit les portes. Les yeux de Sasuke s’agrandirent sous la beauté et la richesse des lieux. Ceux de Tenten regardèrent tous cela d’un œil expert, appréciant chaque œuvre d’art, comme la plupart de ses camarades, sauf Naruto qui commentait qu’ils auraient du emmener Ino parce qu’elle aurait été ravie de se trouver dans une salle de bal, Kankuro qui regardait le buffet avec insistance et Gaara qui s’en foutait royalement et restait les bras croisés. Saï les fit avancer dans la pièce, au centre duquel un coussin rouge entouré d’un épais globe de verre trônait sur un socle doré. Il leur expliqua que le bol était là lors d’une soirée, puis que, soudain, ils avaient vu de la fumée à l’intérieur. Lorsqu’ils avaient réussi à enlever le couvercle, le bol avait disparu.

 

« On a étudié le tout et on a trouvé ceci, mais aucune empreinte, aucun indice autre, déclara Saï en montrant aux Get Backers un petite ampoule brisée. Il doit rester quelques résidus de liquide dessus, mais je n’ai pas les moyens d’analyser ça. » acheva-t-il en lança une oeillade langoureuse à Tenten, laquelle répondit par un regard assassin, au moment ou Sasuke remontait ses lunettes comme s’il s’apprêtait à lancer le Jagan sur un potentiel ennemi.

 

« Je connais ces verreries ! s’exclama Neji.

– Ah ouais ? T’es calé en médecine Neji maintenant ? demanda Kankuro.

– Oh non. Mais des amis à moi utilisent ce genre de choses pour guérir les blessures et autres. Cette forme n’existe et ne se vent qu’au Mugenjô. J’aimerais y faire un tour avec quelqu’un.

– Je viens avec toi, s’empressa de dire Gaara, pendant que Shikamaru se destituait d’un signe fatigué de la tête.

– Moi aussi ! lança Naruto. J’ai envie de revoir Iruka-sensei ! Ca lui fera plaisir !

– Tu ne reverras pas que lui, déclara Neji d’un ton mystérieux. D’ailleurs, je ne sais pas si lui, tu le reverras… »

 

Itachi ricana une fois de plus et susurra :

 

« Le Mugenjô à l’air d’être un endroit passionnant… Je viens avec vous… »

 

Naruto avala de travers mais se tut. Il faudrait bien qu’il accepte Itachi s’il voulait arriver à travailler. Il fut décidé que les autres resteraient là pour étudier les lieux à fond, même si Kankuro restait plus pour la charmante serveuse en tenue qu’il avait vu passer quelques instants plus tôt, sous le regard amusé de Kiba. Alors que l’équipe de Naruto s’éloignait, Sasuke soupira un peu et retourna son attention sur le coussin rouge devant lui. Tenten vit bien que cela l’ennuyait de voir son ami s’en aller, mais elle ne dit rien. Il n’était pas du genre à crier ses sentiments haut et fort, elle ne voulait pas le taquiner non plus. Quelque chose attira alors l’attention de Temari. Elle indiqua un courant d’air qui soufflait légèrement sur les poils du coussin, au bord.

 

« Le vieux truc du double fond… commenta Sasuke.

– Mais il est remarquablement bien fait, ajouta Shikamaru en glissant ses doits sur la fente que seule l’experte en fûton avait pu repérer.

– Qui avez vous embauché pour créer ce socle ? demanda Kiba à Saï.

– Une entreprise du nom de MAASU, très célèbre dans le milieu depuis quelques années.

– Eh bien il semblerait que ce soit eux qui vous aient roulé, ou qu’ils aient une taupe importante. Vous avez plus d’informations ?

– Ils sont venus à deux. Deux hommes, dont un assez fluet, le chef, je pense, vu qu’il était en costume alors que l’autre gardait un uniforme d’ouvrier, les mains dans les poches, et ne s’est pas privé de fumer. »

 

Shikamaru eut un sursaut. La description physique de l’homme confirma ses doutes.

 

« C’est Asuma. Le nom de l’entreprise est une anagramme, très peu recherchée, mais je pense que si, comme beaucoup d’autres, il s’est refait une vie ici, il ne pouvait pas se douter qu’il devrait jouer contre des personnes connaissant son identité de ninja... Quand à l’homme qui est avec lui…

– Il n’y a qu’une seule personne, un seul faussaire capable de faire un travail si professionnel… commença Sasuke.

Clayman ! achevèrent Tenten et Tsunade d’une même voix. »

 

 

Naruto, Neji, Gaara et Itachi arrivaient dans une ruelle sombre du Mugenjô. Naruto avait du mal à se repérer avec ses yeux, ces bâtiments pouvaient changer en un rien de temps, aussi utilisait-il le puissant magnétisme des lieux pour reconnaitre son ancien refuge, si l’on pouvait appeler ça comme ça. Itachi ricanait en sentant des ondes hostiles autour d’eux, Gaara fronçait légèrement les sourcils et Neji émit un léger sourire en entendant un cri de colère. Une porte s’ouvrit à la volée, un jeune homme aux airs pervers alla s’encastrer dans le mur opposé et le sourire de Neji s’agrandit.

 

« Dégage ! » s’exclama un fin jeune homme aux cheveux rose foncé qui se tenait à présent à l’entrée de ce qui semblait être une boutique.

 

L’homme se releva, foudroya le garçon du regard, puis se précipita vers lui, un couteau à la main.

 

« Tu va me le payer sale p… Aaaah ! »

 

Le cri de rage s’était transformé en un sursaut de stupeur quand il avait senti ses forces l’abandonner face à deux yeux d’un bleu plus pur que tous les cieux et qui le regardaient avec colère. Il hésita un instant, ressentant toujours les soubresauts de son corps sous les flux électriques puis prononça en tentant de se dégager de la poigne de fer qui le tenait par le col :

 

« Qu’est-ce que tu veux toi ? C’est pas ta gonzesse, lâche moi !

– Si ce n’est que ça c’est moi qui m’en chargerai, déclara Neji d’une voix froide.

– Les mecs ! s’exclama un autre, qui faisait le guet à l’entrée, en ouvrant des yeux ronds emplis de peur. C’est Neji Hyuga ! C’est les Volts ! On se casse !

– Et tu ne reconnais même pas leur chef, l’Empereur de la Foudre… » susurra Gaara sentencieusement.

 

Un groupe de trois hommes bouscula la fille qui se tenait atterrée à la porte et ils prirent la fuite. Naruto lâcha le dernier qui partit sans demander son reste, terrorisé, puis se tourna vers ce qui lui avait semblé être un jeune homme. Un hurlement de joie se fit entendre quand la jeune femme aux cheveux courts, habillée en garçon, vit son visage. Un instant plus tard, sous le regard un peu jaloux de Neji, celui peut-être amusé de Gaara, et surpris du blond, la fille se jeta dans ses bras et le serra très fort contre elle, du moins comme elle le pouvait face à la masse grande et musclée qu’elle tentait d’étouffer de son affection.

 

« Naruto ! »

 

 

Itachi revint alors en souriant de toutes ses dents, s’essuyant la joue où un peu de sang avait giclé.

 

 

 

A suivre

 

 

 

 

 

 

Edit : J’ai laissé le langage parlé a peu près tel quel. Je trouvais que ça allait trop bien avec la fiction pour les faire parler correctement. Ce n’est pas très joli, mais c’est beaucoup plus naturel, et toujours dans l’esprit GB. Ils parlent comme ça dans le manga comme dans l’anime… Je laisse un peu tomber la tentative de redressement du caractère de Sasuke, c’est quasi infaisable si j’ai un minimum de respect pour Ban… Et puis hein, le Sasuke de l’arc de l’examen chuunin était un peu comme ça ^^.