Le début de la décadence.

par Muliana

 

Tenten et Hinata se dirigeai vers un jeune homme d’un peu prés leur âge. Il possédait les mêmes yeux nacre que la belle gothique, et les mêmes cheveux longs, maintenus par une queue de cheval. Il avait un corps de rêve, on pouvait apercevoir son torse bien fait à travers sa chemise légèrement entrouverte. Une attitude arrogante et incroyablement sensuelle. Un coureur de jupons se disait Tenten. Hinata, elle savait que son cousin avait beaucoup d’aventures mais ne s’en ai jamais trop occupé. Elle savait qu’il était très beau, pas étonnant qu’on lui coure après.

« Salut Neji »

«  Hn on y va ? » répondit le concerné.

Comme d’habitude, Hinata put constater la différence entre le Neji qu’elle connaissait et celui qui laissait apercevoir aux autres.

« Ouaip mais je te présente Tenten, elle prend le même chemin que nous, elle est dans ma classe. » enchaîna Hinata.

Neji se tourna afin d’apercevoir cette fameuse Tenten. Il la scanna de haut en bas durant quelques secondes, ce qui a eu don de l’énerver.

« Tranquille je te gêne pas j’espère ?! » demanda-t-elle au jeune homme, qui releva sa tête vers son visage, surpris.

«  Hn, salut » répondit Neji en reprenant son masque impassible.

Il ne prit même pas le temps de l’écouter le saluer, il partit devant. Cette fille n’était pas intéressante, elle portait des vêtements très large, donc complexé, donc ne couche pas. Et trop bizarre, elle s’était énervé parce qu’il l’examinait, sans faire par la suite une allusion perverse ou autres, ni même un petit air gêné, juste de la colère. Décidément, ce n’était pas une fille pour lui, espérons qu’elle soit au moins gentille avec Hinata. Enfin, elle sait se défendre maintenant.

« Il est toujours comme ca ton cousin ? » demanda tenten, loin derrière Neji, aux cotés de Hinata.

« Je suis désolée, il est comme ca avec pratiquement tout le monde. Il y a que avec moi et ses amis les plus proche qui montre qui il est vraiment...»

« Hum je vois. »

Elle avait détesté son regard lorsqu’il avait prit le temps de la dévisager. Derrière sa grande gueule, Tenten se sentait terriblement mal. Elle avait l’impression d’avoir été déshabillé sans avoir eu son mot à dire. Quelle sensation désagréable. Le pire est qu’elle avait senti avoir été « examinée » puis « recalée » par ce gars. « Tellement grosse » pensa-t-elle, pour la énième fois de la journée, « Il en a du être choqué. »

 

***

 

« Et pourquoi je ferais ca ? » Demanda le dénommé kiba

« Ben ca craint pour toi aussi non ? »

« Si j’le raconte, c’est toi qui aurait le plus à perdre. Un coureur de jupons est tout de même plus respecté qu’une fille facile n’est-ce-pas ? Alors je reformule ma question, tu me donnes quoi en échange de mon silence ? »

Ino n’en revenait pas. Kiba s’en foutait de sa réputation ! Et en plus il avait raison, cette histoire n’aurait pas le même impact sur leurs images. Ino est censé être l’adolescente parfaite. Jolie, intelligente et tout le tralala. Mais surement pas une trainée. Non à aucun prix elle le laissera gâcher la seule chose dont Ino est un tantinet fier.

« Tu veux quoi ? »

«  Hum. Je ne sais pas encore. Je te le ferais savoir quand j’aurai trouvé. En attendant, je ne dirais rien. Bye miss. » Dit-il en s’éloignant vers la sortie.

Ino soupira de soulagement, même si elle ne savait pas ce qu’il lui réservait, pour l’instant elle avait la paix. Et sa réputation aussi pendant qu’elle y était.

 

***

 

Temari se dirigeait vers le bar appelé « Au bon plaisir des crapauds », il paraît qu’il recherchait une serveuse. C’était son dernier recours étant donnée tout les autres postes pour lesquelles elle avait été postulé ont tous déjà été pris. Elle entra et devina qu’elle genre de bar c’était. Elle vit quelques hommes affalés sur le bar, des chômeurs ou des divorcés  pensa-t-elle. Elle eut pitié d’eux, il n’était que 16H… elle tourna la tête et vis une scène où groupes ou chanteurs devaient surement jouer le soir afin d’animer l’endroit.

« Bonjour ma belle, besoin de quelque chose ? » demanda une voix derrière son dos.

« Le « ma belle » tu te le rentre la ou je pense, et sinon oui, je voudrais savoir ou se trouve le patron de ce foutu bar ! » répondit-elle, légèrement énervé par l’attitude très familière de cet homme.

« Haha c’est qu’elle a du caractère la minette ! C’est moi le patron vois-tu, donc en quoi puis-je t’aider ? » Déclara l’homme avec un petit sourire ironique.

Temari se retint pour lui mettre deux baffes. Pense a Gaara, gaara, allez contrôle toi…

« Je recherche un boulot, et je voulais savoir si vous aviez besoin d’une serveuse ou autre. » répondit Temari, froidement.

« Huum »

L’homme détailla Temari de haut en bas. Elle était belle, très belle. Elle allait plaire, il en était sur. En plus, l’autre rousse de l’a dernière fois l’avait lâché, il avait réellement besoin de quelqu’un. C’était parfait.

« D’accord, mais je te préviens, port de l’uniforme obligatoire, horaires pas négociable sauf si très bonne raison, c’est clair ? »

« Sans problème monsieur. »

« Appel moi Jiraya, je t’en pris. »

Temari regarda ce Jiraya. Grand, long cheveux gris, avec de drôles de tatouages sur les joues, et un regard de gros pervers. Il lui inspirait pas confiance.

« D’accord Jiraya. »

Il l’emmena ensuite vers les vestiaires, et lui donna un casier. Temari faillit s’en décrocher la mâchoire lorsqu’elle a vu l’uniforme. C’était une jupe courte avec un corset blanc qui remontait bien les seins. De quoi elle aura l’air l’a dedans ??

« Tu peux commencer ce soir ? » lui demanda le patron

« Euh oui oui a quelle heure ? »

« 20H et sois pas en retard, et en tenue ! »

« Justement monsieur en… »

« Jiraya je t’ai dit » le coupa-t-elle.

« Oui donc Jiraya, je suis obligé de porter cet uniforme ? Je ressemble a une putain la dedans, sans vous vexer cela va de soi. » Demanda timidement Temari.

« Qu’est-ce que je t’ai dit tout à l’heure. L’uniforme est OBLIGATOIRE. Désolé mais c’est comme ca, si t’es pas contente va voir ailleurs. »

« Non non, c’est bon, d’accord. Merci, a tout a l’heure mon… euh nan Jiraya ! » S’exclama Temari en fermant son casier et se dirigeant vers la sortie.

 

***

 

Hinata venait de terminer une nouvelle chanson, qu’elle chantait accompagné avec sa guitare.

Only Fooling Myself (http://www.youtube.com/watch?v=mSx_ihYzpnc)

I stop to catch my breath - And I stop to catch your eye
No need to second-guess - That you’ve been on my mind
I dream days away, but that’s okay -
It’s like I want to hear a silent sound - And then hold it in my hand
But a rose won’t blossom from a ground - Of desert sand, but I like to pretend that


One day I’ll turn around - I’ll see your hand reach out
I’m only fooling myself, oh, - But maybe when you smile
It means you’d stay awhile - Just maybe you’d save me now

Well, now it’s etched in stone - That I can’t survive alone - You have the missing piece
That I need so desperately - Yes, I slip away to a day that’ll never come
It’s like a splash of water to my face - When I suddenly realize - That you could never find a place
For me in your eyes, and I don’t know why I keep thinking

One day I’ll turn around - I’ll see your hand reach out
I’m only fooling myself, oh, - But maybe when you smile
It means you’d stay awhile - Just maybe you’d save me now

It’s love in disguise - I’m lost in your eyes - I’m lost in your eyes

One day I’ll turn around - I’ll see your hand reach out
I’m only fooling myself, oh, - But maybe when you smile
It means you’d stay awhile - Just maybe you’d save me now - Save me now
Just maybe you’d save me now.

(Traduction : J'arrete de rattraper mon souffle
Et j'arrete d''attrapé ton attention
Pas besoin de supporter
Que tu es parti de ma tête
Je rêve des jours loin, mais ça va
 
C'est comme je voulais entendre le son du silence
Et après je le tenais dans mes mains
Mais une rose ne fleurira pas du sol
Du sable de désert, mais je fais semblant de
 
Un jour je tournerai en rond,
Je verais ta main tendu
Je me trompe seulement
Mais peu etre quand tu souris
Ca veut dire, tu resterais un peu
Peu etre juste tu me sauverais maintenant
 
Bien, maintenant c'est gravé dans la pierre
Que je ne peux pas survivre seule
Tu as le morceau manquant
Que j'ai besoin si désèspérément
Oui, je m'esquive à un jour qui ne viendra jamais
 
C'est comme une éclaboussure d'eau sur mon visage
Quand soudain je réalise
Que tu ne pourrais jamais trouver une place
Pour moi dans tes yeux, et Je ne sais pas pourquoi je continue à penser
 
Un jour je tournerai en rond,
Je verais ta main tendu
Je me trompe seulement
Mais peu etre quand tu souris
Ca veut dire, tu resterais un peu
Peu etre juste tu me sauverais maintenant
 
C'est l'amour déguisé
Je suis perdue dans tes yeux
Perdue dans vos yeux
 
Un jour je tournerai en rond,
Je verais ta main tendu
Je me trompe seulement
Mais peu etre quand tu souris
Ca veut dire, tu resterais un peu
Peu etre juste tu me sauverais maintenant)

Elle termina sa chanson en se disant qu’elle se sentait mieux qu’hier… Elle repensait au beau blond. Qu’elle effet il avait eu sur elle… Elle avait dessiné ses deux orbes azurs dans son cahier d’arts. Elle le transportait partout, pour être sur de pouvoir dessiné quelque chose qu’elle voyait et qui lui plaisait  n’importe quand. Mais elle était déçue de ce qu’elle avait produit… Il manquait le petit truc dans son regard, cela ne pouvait être retranscrit dans son dessin… Enfin a son niveau, se disait-elle. Quoi qu’elle fasse, elle pensait à lui… Comment est-ce possible ? Il l’avait tant envouté que ca ?

 

***

 

Sakura se rendait, tout sourire, vers son club de danse. Il était pour une fois sincère. Elle allait enfin pouvoir être elle-même. Elle avait deux heures de danse classique aujourd’hui. Elle avait aussi deux heures de danse moderne le mercredi et pour finir une heure de chaque le vendredi. Elle se dirigea vers les vestiaires, elle était, comme d’habitude, une des première à arriver. Elle salua ses camarades par pur politesse et commença à se changer. Elle s’habilla d’un justaucorps noir avec des ballerines et des guêtres. Elle entra dans la salle et commença ses échauffements.

Dix minutes plus tard, toutes les filles étaient prêtres et éparpillées dans la salle.

« Mesdemoiselles ! Je vous demande votre attention s’il vous plait. » Demanda une voix féminine.

C’était le professeur, toutes les têtes se tournèrent dans sa direction.

« Je vais vous annoncer une grande nouvelle. J’ai décidé de vous laisser participer au grand concours des quatre grands pays étant donné l’évolution de votre niveau. »

Un brouhaha de joie s’ensuivit de cette déclaration. Toutes les jeunes filles se sautaient dans les bras. Sauf Sakura, qui elle gardait son sang-froid habituel.

« JE N’AI PAS FINI !! » hurla la jeune femme. « Le thème est les couples cette année, et donc, que deux personnes pourront représenter Konoha. » reprenait le professeur « Et vous n’êtes pas aveugle, il n’y aucun garçon ici, ce qui est tout à fait normal étant donné que c’est un programme pour filles. C’est pour cela que j’ai fait un accord avec un autre professeur de la ville qui lui, n’entraîne que ca. Dorénavant, les cours de danse moderne se feront avec ses élèves. Après quelques temps d’entrainement, il y aura un examen, et mon nouveau collègue et moi choisirons les deux représentants de notre ville. Les cours de danse classique se passeront normalement par contre, puisque ces garçons n’en n’ont jamais pratiqué. Est-ce que vous avez bien tout compris ? »

« Oui Tsunade! » répondirent a l’unisson toutes les élèves. Elle connaissait leur professeur. Elle était blonde, pulpeuse, incroyablement jolie pour son âge mais extrêmement colérique. Autant l’énerver le moins possible, sinon c’était sur qu’elles allaient repartir toute courbaturées chez elles.

« Très bien ! A la barre maintenant. » Répliqua-t-elle.

 

 

Voila c’est fini, j’espère que ca vous a plus ^^. Laisser des comms svp, ca me ferait vraiment plaisir. Et merci a ceux qui en ont déjà mis, ca m’a fait très plaisir :D.

J’essayerai de mettre la suite ce week-end. Gros bisous à tous.