Chapitre 1

par pouki

Chapitre 1

 

Comment avait-elle atterri là?

Les hommes qu'elle avait vu à la sortie du village l'avaient donc emmenée pour en faire une esclave...

Elle repensa au village, LE VILLAGE!!  HINATA!!

Ce fut comme un flash pour elle. Elle se jeta sur la grille qui fermait sa cellule, demandant des explications, tapant les barreaux, criant pour que quelqu'un l'entende et l'aide;

Hinata, que lui était-il arrivé, et le village, les habitants...

Elle revit les flammes danser autour d'elle, la cendre voler dans ses cheveux, la fumée lui brûlant les yeux, le sang....

Le sang.... sa mère, maman.....

A l'évocation de ce souvenir, une boule se forma dans sa gorge, ses vêtements étaient encore tâchés du sang de sa mère, les images de son corps étendu sur le sol, agonisante, ne voulaient pas quitter sa tête.

 

Elle frappa une nouvelle fois la grille, mais cette fois ci, quelqu'un arriva vers elle, sûrement un gardien.

Gardien: C'est quoi tout ce rafus, tu vas te calmer!

Aux vues de son regard, il n'avait pas l'air très patient, et il était plutôt imposant.

Gardien: maintenant tu te calmes si tu ne veux pas sentir mon fouet...

Il se retourna et se dirigea vers la sortie, sans un regard de plus.

« - Attendez!! L’interpella t-elle.

« -Je t'ai dit de te calmer!! » Cria le gardien visiblement  peu patient.

Elle n'en avait que faire du fouet, elle voulais savoir ce qui était arrivé à Hinata, si elle était ici elle aussi.

« - Mon village, et Hinata, elle est ici? Est ce qu'il y a quelqu'un d'autre que moi de mon village!!?? Dites le moi je vous en pris! »

Une légère bille d'eau se dessina au coin de son oeil. Elle ne sentait même plus les battements de son coeur tant elle attendait la réponse.

Gardien: Ton village est détruit, il ne reste plus rien. Et tu es toute seule ici. Tous les autres sont morts. Maintenant je ne veux plus t'entendre!!

« - NON? VOUS MENTEZ, HINATA N'EST PAS MORTE!

- LA FERME!!!!!! »

Un claquement du fouet retentit à travers l'air. Le bras levé, les yeux remplis de colère, il était près à

la battre, quand une main se posa sur son bras, le baissant.

L'homme venant d'arriver ordonna au gardien, d'un mouvement de tête, de sortir de la salle, et de les laisser.

« - Calme toi et dis moi ce que tu veux savoir. » Dit il d’une voix pausée.

Son visage était impassible, mais il ne possédait pas la haine de l'autre homme.

« -Dites moi ce qui est arrivé à mon village, aux habitants, il y a t-il des survivants, et Hinata?

- Je ne sais pas pour les habitants. Tout ce que je peux te dire, c'est qu'il ne reste plus rien de ton village, et que nous n'avons croisé personne, sauf des cadavres. Tu es la seule que nous ayons ramenée. S'il y avait eu des survivants qui auraient pu nous servir, ils seraient ici avec toi. Considère donc qu'ils sont tous morts. » acheva t-il sur un ton qui semblait indifférent.

Sur ces mots il sortit à son tour, la laissant au fond des abysses de son désespoir.

Morte, Hinata était morte.

Morte...

Cela n'était pas possible, et pourtant, si elle n'était pas là, c'est qu'elle n'avait pas survécue.

Elle pleura une fois de plus, une fois de trop se disait-elle.

 

Plus tard dans la soirée, on vint la chercher pour la laver et lui changer ses vêtements, sinon aucun acheteur ne voudrait d'elle.

Elle fut habillée d'un simple kimono noir lui arrivant au dessus des genoux, et de sandales toutes simples, noires elles aussi, et fut ramenée dans sa cellule, dans l'attente de la venue de son future patron.

 

Sa nouvelle condition, elle s'en moquait. D'ailleurs elle se moquait de ce qui pouvait bien lui arriver.

Elle était désormais seule, avec ses souvenirs.

Elle ne reçut aucune visite d'acheteurs pendant plusieurs jours. Sa seule « visite» était le gardien antipathique qui lui apportait son «repas».

Les jours passaient sans passer. Tous se ressemblaient, mornes et vides.

Sa seule distraction venait des autres esclaves, qui bougeaient dans leur cellule, ou discutaient comme ils le pouvaient.

 

Pourtant, un jour, un acheteur s'approcha de sa nouvelle demeure, la scrutant de haut en bas.

Elle ne bougea pas, toujours assise les jambes relevée contre son buste, ses bras l'entourant, la tête baissée.

« - Celle là m'a l'air pas mal. Est-elle docile? » demanda t-il aux marchand.

- Elle ne bouge pas, mais possède un corps musclé. Elle peut servir pour les tâches difficiles. On ne l'a pas entendu depuis qu'elle est arrivée ici, sauf le premier jour, mais rien depuis. » fit il en s’inclinant légèrement, montrant bien qu’il désirait réussir à la vendre.

L'acheteur sembla intéressé. Elle était belle, d'apparence calme, et semblait robuste.

« -Combien pour elle?

- 5000 yens. C'est une bonne affaire, croyez moi. 

- C'est bon je la prend, tenez, faîtes la sortir. » Lança le jeune homme pour mettre fin à cette transaction.

Il lui tendit une bourse contenant l'argent nécessaire. Le vendeur ouvrit la cellule, et ordonna à Sakura de se lever. Celle ci ne bougea pas. Il s'avança vers elle, lui ordonnant à nouveau de se lever, quand la personne qui venait de l'acheter s'en approcha, et lui souleva le menton.

« - Suis moi. » Murmura t-il.

Il la regarda puis lui pris le bras et la releva, ne quittant pas ses yeux.

« - Au revoir monsieur.

- Au revoir monsieur, ce fût un plaisir de traiter avec vous. » s’extasia le vendeur heureux de sa journée.

Il s'inclina alors que les deux personnes quittaient cet endroit.

Elle marchait derrière lui, la tête baissée. Ca y est, elle avait quitté ce lieu, mais comment serait sa nouvelle destination? Pire? Meilleure? Qu'allait-il lui arriver maintenant. Elle appartenait à un homme qu'elle ne connaissait pas.

Celui ci la sortit de sa torpeur en lui posant une question:

« - Quel est ton nom? »

-Sakura Haruno. » Répondit-elle étonnée qu’il lui pose une question.

 Et d’ailleurs, ce fût la seule question qu'il lui posa. Il ne se présenta pas, marchant sans se retourner, le  visage droit, ses yeux noirs regardant devant lui.

Elle prit le temps de le détailler, bien qu'il était de dos. Il était assez grand, brun, les yeux très noirs, la peau pâle, habillé de noir, un katana accroché à sa ceinture.

 

Ils marchèrent pendant une bonne dizaine de minutes qui laissèrent le temps à Sakura  de regarder les alentours, histoire de savoir où elle était. Mais malheureusement, cet endroit ne lui disait rien.

Elle se trouvait dans une ville plutôt grande d'après ce qu'elle pouvait voir. Les rues étaient assez animées mais sans trop. Quelques commerces ici et là.

Ils quittèrent la rue principale et se dirigèrent vers une route qui menait à la sortie du «village», menant dans un petit sous bois à l'écart de la ville. Deux minutes plus tard, ils arrivèrent devant un grand manoir, très imposant, possédant un jardin lui aussi spectaculaire.

Elle n'avait jamais rien vu d'aussi grand. C'était à se demander si le jardin n'était pas aussi grand que son village.

Ils rentrèrent tous les deux longeant l'aller principale, arrivant enfin devant ce qui allait être son «chez elle».

« - Viens. »

Une fois rentrés, deux personnes se rapprochèrent, s'inclinant devant l'homme en noir.

« - Bon retour Sasuke-sama. » dirent-ils ensemble.

« - Occupez vous d'elle, c'est la nouvelle servante. Elle s'appelle Sakura. Je compte sur vous pour lui apprendre au plus vite les règles de la maison. » Lança t-il sèchement.

Sur ce, il grimpa les escaliers, laissant là les trois servants.

 

Les deux autres dévisagèrent Sakura, puis lui demandèrent de la suivre.

Ils se présentèrent. L'homme s'appelait Zabuza et était assez impression de part sa carrure. La femme, elle, s'appelait Shizune et avait l'air assez stricte, les cheveux bruns courts. Tous les deux portaient un kimono gris très simple. Ils se dirigèrent à travers les couloirs, vers ce qui allait être la chambre de Sakura.

Celle ci se situait au rez-de chaussée, près des cuisines. Elle n'était pas bien grande, meublée d'un lit, d'une étagère, et d'un chevet. Très simple elle aussi.

Puis s'en suivit la visite de la cuisine, où ils lui expliquèrent ce qu'elle devra faire, comment fonctionnaient les différents ustensiles....

Le reste de la visite de la maison fut très bref, lui indiquant les endroits qui lui étaient interdits, le lieu où l'on tirait l'eau, enfin tout ce qui confectionnerait sa vie.

 

Ce qui la choqua le plus, était qu'ils n'avaient croisé personne d'autre dans le manoir. Pas un bruit, pas un mouvement, rien. Juste le silence rendu pesant par la grandeur de cette maison.

Vide, voilà ce qui caractérisait le mieux cet endroit. Vide et triste.

Bien qu'elle ne se sentait pas à l'aise avec les 2 adultes, elle se hasarda quand même à poser la question qui lui brûlait les lèvres:

« - Où sont les autres habitants de cette maison? »demanda t-elle timidement.

Les deux personnes étonnées de l'entendre parler, ne lui répondirent pas tout de suite.

Puis se fût Shizune qui prit la parole:

« - Sasuke-sama vit seul dans cette maison. Sa famille a été tuée quand il était encore jeune. »

Cette phrase avait marqué Sakura. Alors il vivait seul dans cette grande maison! C'était peut être pour cela qu'il n'était pas très loquace. Mais une autre question lui vint:

« - Mais pourquoi a t'il besoin de trois personnes à son service dans ce cas? »

Elle savait que sa question était déplacée, mais la curiosité l'avait emportée sur la raison.

Cette fois ci, ce fût Zabuza qui lui répondit:

« - Sasuke-sama est l'héritier d'une grande famille de généraux puissants du pays, les Uchiwa. Aussi, il est souvent consulté en temps de guerre, et reçoit souvent des membres du gouvernement et de l'armée. Il faut donc s'occuper de toute la maison. Et vu sa superficie, nous ne serons pas trop de trois. Sans compter le jardin, les courses, l'écurie....C'est pour ça que tu es ici, à nous deux nous n'arrivions pas à nous en sortir. En plus, avec la guerre qui fait rage en ce moment, les réunions ici sont de plus en plus fréquentes. »

 

Elle comprenait mieux maintenant. Alors comme ça il descendait d'une grande famille de généraux.

Il est vrai qu'il avait l'air d'avoir de lourdes responsabilités.

 

« - Tu commenceras ton travail demain. Lève toi aux aurores, tu seras chargée de préparer le repas de Sasuke-sama, puis de nettoyer la cuisine, ainsi que les chambres du haut. Nous recevons des personnes importantes demain. Ne sois surtout pas en retard. Bonne nuit. » Sa voix était mornes, sans doute due à la fatigue accumulée, mais rien ne laissait voir une quelconque joie.

C’est sur ces dernières paroles qu’elle partit.

 

C'est ainsi que Sakura  entra dans sa chambre, s'affalant sur son lit, épuisée, repensant à cette journée qui marquerait un tournant dans sa vie.

Demain commencera son quotidien, au côté de Sasuke Uchiwa.