Hetzer

par mars

Hetzer

 

Hanabi sortie en douce de chez elle. Beaucoup de personnes croyaient que rentrer ou sortir de la sorte était impossible du fait que la totalité des habitants du domaine possédaient une vision spéciale. Mais ceux ci ne l’utilise pas tout le temps. Un par ce que ça consommé beaucoup de chacras, et deux, parce que sinon personne n’aurait de vie privé dans ce lieu. Imaginez vous vivre avec les regards de toutes votre familles sur vous vingt quatre heure sur vingt quatre. Tout en espionnant vos espions… De quoi devenir fou. Non gens de sa famille respect l’intimité des autres. Leur technique spéciale n’étaient utilisé qu’a l’entraînement. Bien sur si on leur posé la question ils aimaient laisser planer le doute.

La jeune fille n’avait pas prévenu qu’elle sortait, elle ne voulait pas qu’une garde quelconque la suive de loin, et surtout vu l’heure tardive, elle doutait fort qu’on lui autorise a sortir, elle n’avait encore que seize ans.. et hormis pour les missions, ses horaires de sortie rester assez strict.

 

La jeune fille fit le trajet d’une traite sautant habilement de toit en toit avant d’arriver la ou elle souhaitait. Elle regarda une dernière fois la pleine lune. Tout était claire dans son esprit elle était sereine pour ça dernière mission, car en cette instant elle s’apprêtait a mourir au combat.

Elle vérifia son armement une dernier fois, puis traversa la rue, monta normalement les escaliers de l’immeuble, et sonna à la porte du troisième étage.

Elle attendis des bruits de pas ce rapprocher de la porte puis le déclic de la serrure annonça que celle ci était ouverte. La porte s’ouvrir sur Konohamaru…

Celui ci fut étonnait de voir Hanabi au seuil de ça porte. Ce demandant visiblement ce qu’elle faisait là.

Hanabi regarda son future adversaire et fut des plus surprise… Celui ci ne portait qu’un bas de pyjama et semblait à moitié endormi, son bras droit était dans un plâtre et le gauche emplis de bandage qui semblait bloquer les mouvements de ce dernier, un large bandage recouvrait aussi son torse ne laissant apparaître que ces abdominaux assez bien sculpté…

Hanabi était venu ici pour ce battre, elle avait prévu de sauter sur son adversaire pour le forcer a un combat a mort ou elle devrait mourir, car cette fois il n’aurait pas le choix de la laissez vivante, si il voulait vivre il devrait utiliser ça technique au maximum, ce qui la ferait trépasser, mais au moins elle n’aurait plus ce sentiment de honte face a la pitié de ce type qui la ronger depuis plus d’un mois.

Sa famille l’avait consolé, lui avait expliqué que ce n’était pas grave de perdre, mais non rien n’y faisait, il lui fallait sa vengeance et sa mort.

Seulement la, voir son adversaire dans un état aussi pitoyable venait de lui faire changer subitement d’avis. Il ne pourrait jamais ce battre avec ses bandages elle remporterait la victoire a coup sur. Son plan s’effondrait sur lui même… que devait elle faire?

 

Konohamaru regarda comme un bêta la jeune fille qui se tenait planté sur son paillasson et qui semblait ce demandé ce qu’elle faisait là… Il réalisa que ça tenu n’était pas vraiment des plus convenable, mais il n’avait pas le choix, enfiler un haut lui était impossible avec tous ces bandages, de toute façon lever les bras lui était interdit. Petit avantage toute fois les bandages lui faisait comme un habit… mais peu être était-ce cela qui surprenait la jeune fille?

Toujours est il qu’il ne pouvait pas la laisser éternellement sur son palier. Il pris son courage a deux mains pour l’inviter a entrer, mais sa gorge se sécha instantanément … incapable de parler, il lui fit signe de rentrer d’un mouvement de tête.

Hanabi vit Konohamaru qui lui fit signe d’entrer de la tête et machinalement obéi avant de ce rendre compte qu’elle n’avait rein a faire là. L’appartement était assez petit composé d’une petite cuisine d’une chambre d’un séjours et d’une sale de bain. Le tout devait être a peine plus grand que ça chambre. Tout était bien rangé a quelques exceptions prêt. Le ménage fait correctement mais pas parfaitement.. Elle s’assit sur le canapé du salon là ou Konohamaru lui avait indiqué une place et celui ci fit de même a l’autre bord du canapé… il n’avait qu’un canapé de toute façon. Les deux ninjas ce regardèrent silencieusement, chacun ce demandant ce qu’il faisait là?

Après deux longue minutes de silence pesant, le bruit de l’eau qui déborde ce fit entendre… Konohamuru bondit alors et alla a la cuisine et Hanubi remarqua qu’il boité un peu.

Non menti la jeune fille.

J’ai fait du riz, c’est tout ce que je peu faire avec une main, si tu en veux met toi un couvert, ils sont dans le placard a gauche.

La jeune fille ce leva est trouva les couverts a l’endroit indiqué et les posas a table puis s’assit en silence. Pourquoi faisait elle ça ? Elle ne le savait pas, mais partir maintenant serais impolis. En fait peu importe la politesse elle n’était pas venu pour ça. Mais l’habitude des bonne manière venait de frapper. Et trop tard pour partir, son hotte revenait avec un plein saladier de riz fumant dans la main.

Il la servi en premier puis lui souhaitât un bon appétit!

Hanabi mi un peu de riz dans sa bouche, et le trouva très bon, il n’avait pas le goût du riz familiale, et elle qui pensait avoir droit a quelque chose de fade et sans goût fut relativement surprise.

- ça te plaît? Demanda le garçon.

- C’est bon oui, tu a mit un truc spécial dedans?

- Recette familiale, je ne peu rien dire.

- Ha…

- Hanabi, pourquoi et tu venu ?

- J’ai certaine chose a te demander.

- Hum ? Vas y!

- C’est moi qui t’es infliger toute ces blessures?

- Oui…

- Désolé.

- C’est pas grave, puis je le mérite, a cause de moi tu t’es retrouvé a moitié nu devant tout le monde.

La jeune fille étouffa un petit rire, la punition était quand même disproportionné par rapport au préjudice subi.

- Et pour ton entre jambe ?

- Enuqué!

- La jeune fille paru horrifier.

- je je.. bafoua elle

- Je plaisante, tout vas bien de ce coté la . Il n’y que les bras qui me fond souffrir , heureusement que tes kunaïs non pas toucher de point vitaux, ça aurait était plus embêtant. Mais ça ma quand même empêché de gagner.

- A ce propos pourquoi a tu retenu ton coup a la fin? Lui demanda elle en mettant une pleine fourchette de riz dans la bouche.

- Je ne l’ai pas retenu, en fait c’est une attaque que je maîtrise pas encore. Avec mes bras blessés je n’est même pas pus tenir jusque au bout.

- Pourquoi la tu utilisé si tu la maîtrise pas? C’est stupide… Attends tu veux dire que ton attaque n’a pas fonctionner. Tu ne ma pas épargner?

- Non, c’est vrais que je ne voulais pas te blesser, mais retenir une attaque aurait était pire que de t’insulter.

- Alors pourquoi tu a tenter une attaque que tu métisser pas?

- Je sais pas moi même, sûrement pour … il se tu et baissa la tête qui virais au rouge.

- Pourquoi?

- Heu je ne sais pas vraiment moi même, ai ce vraiment important?

- Oui! je veux savoir pourquoi j’ai gagné alors que vu la puissance de ton coup j’aurais du perdre!

- Tu aurais gagné de toute façon je ne maîtrise pas cette attaque!

- Tu ment! tu aurais pu lancer une attaque que tu maîtrise pour me contrer et tu ne la pas fait fit Hanabi en hurlant!

- J’en sais rien. répondit assez fortement le blessé!

- Mon cul! tu ma épargné! mais je veux pas de ta pitié, elle me souille et me dégoûte!

- Ce n’était pas çà!

- Alors c’était quoi? crache le morceaux! c’est pour ça que je suis venu, je n’en dort plus la nuit! Ton humiliation publique gratuite me hante, je veux refaire ce combat ou mourir de ta main, car j’aurais du perdre hurla elle en larmes!

Hanabi eu que pour seul réplique une claque violenta sur sa joue!

- Idiote! tu te rend comte de ce que tu dit ?

- La ferme, je veux pas de ta pitié je préfère encore mourir! Et si ce n’est de ta main je sera de la mienne.

- Tu es cruelle !

- Cruelle? Moi, non ! c’est toi qui est cruel de humilier de la sorte!

- C’est faut, mon geste…je ne voulais pas te faire de mal!

- Pourquoi cela ? Me trouve tu faible, indigne de te combattre?

- Non, rein de cela!

- Alors quoi? Hurlât elle hystérique!

- Je t’aime

Hanabi s’était préparer a sortir une réplique cinglante, mais cet réponse inattendu la déstabilisa au plus haut point.

Hanabi se mi a pleurer. Les informations embrouiller sont esprit déjà bien fatigué et ne savait plus ou elle en était. Elle sentie l’étreinte de Konohamaru sur elle. Peu importe la personne, le fait d’être dans les bras de quelqu’un lui suffisait pour l’instant. Elle se laissa allez a ses sentiments et pleura un bon moment.

 

 

Elle se réveilla sur le canapé a moitié blottie contre Konohamaru qui ne dormait pas. Les rayons du soleil pénétré par les interstices des volets, et éclairé faiblement la pièce.

.

Hanabi ferma les yeux avant que le garçon ne s’aperçoivent qu’elle était réveiller et tenta de faire le point dans ça tête. Tout n’était pas très claire… elle se souvenait d’être venu chez lui pour le combattre, mais devant son état lamentable avait renonçait, elle en avait profitait pour lui soutirer des informations sur ses motivations lors du combat, mais les réponses ne lui avait pas plus. Chacune d’elles détruisaient son raisonnent tortueux depuis des semaines et elle se rendait compte quand fait elle avait vraiment gagné la demi final, Ceci la rendu joyeuse en fait. Elle se souvient ensuite de la dernière phrase de Konohamaru. Ces simples motsqui l’avait a la fois emplie de joie et de peur, la faisant craquer nerveusement. Elle ne se mémorisait plus de la suite mais il semblait qu’elle avait passez la nuit dans ces bras. Elle ce demandât si il avait une chose qu’elle regretterait plus tard ou si il avait profitait de la situation? Elle sentit ses vêtements sur elle, il n’avait donc rien tenté.

Et maintenant? Elle l’ignoré … Elle était bien dans ces bras pour le moment, juste bien, et n’avait pas envie de bouger. Elle fit donc la feignante et se rendormi dans les bras de son hôte tout en ce demandant ce qu’elle éprouvait vraiment pour lui…

 

 

La soirée débutât et le soleil commença a décliner dans le ciel. Celui ci rougi doucement comme a son habitude. Naruto regardait ce spectacle les yeux dans le vide le dos accolé a celui de Sei qui était en train de peindre après une longue journée d’entraînement.

Sakura et Kakashi eux discuté un peu plus loin sur l’utilisation de technique médicale. Sakura c’était mi en tète de maîtriser le Chidori qui était un dérivé de traitement hospitalier. Son professeur n’y voyais pas d’objection jugeant que son élève posséder désormais assez de chacra pour y arriver. Pour l’instant c’était donc de l’étude théorique. Car Sakura contrairement a Naruto apprenez bien plus vite avec des cours théoriques que de la pratique.

- Excusez moi je cherche Naruto, est il là? Demanda une voix féminine.

Les deux ninjas se tournèrent pour faire face a la personne qui les questionnés. Ils découvrirent Tenten dans c’est habits traditionnel chinois. Elle semblait un peu nerveuse.

Merci fit la jeune femme avant d’avancer vers la direction indiqué.

Attends je viens avec toi. Fit Sakura avec un petit sourire.

Les deux fille marchèrent ensemble.. Kakashi lui préféra s’éloigner d’elles. Il ce doutait que les deux femmes allaient parler de chose donc il ne voulait pas connaître la substance…

- Ha? Comment ça? Il ne vas pas bien?

- Il est resté dans son coin toute la journée et n’a pas parlé, même pas pour répondre au provocations de Sai.

- Je vous pas en quoi ça te regarde. Fit Tenten glacial. De toute façon il n’a pas de chasse gardé sur lui que je sache!

- Cela me regarde! Naruto est mon meilleur ami, mon coéquipier et je ce considère comme mon petit frère. Je t’aiderais si tu veux le conquérir . Comme ça il arrêtera de me courir derrière. Mais que les choses soit claire, si tu le fait souffrir ou lui brisé le cœur, je te pulvérise sans hésitation. Je ne veux plus le voir comme ça!

- Tu crois m’impressionner avec tes menaces?

Les deux femme se lancèrent un regard glacial avant d’arrivé au pied de la colline et donc devant Naruto et Sai.

Sakura ne mentait pas. Naruto avait grise mine.

- Mais? Protesta Saï avant de comprendre que si il l’ouvrait, Sakura finirai de lui brisé la main qu’elle serait déjà bien trop fort.

Les deux coéquipiers de Naruto partirent assez rapidement. Le laissant seul avec Tenten.

- Salut Tenten.

- Quelque chose ne vas pas lui demandât elle en s’aillant a coté de lui.

- Je ne sais pas. Dit il sans la regarder. Et toi comment vas tu?

- Bien.

- Tu ne t’est pas fait grondé hier soir, tu était bien en retard pour ta fête?

- Ils non rien dit, j’ai fait jouer mon droit de pardon.

- Tu la perdu a cause de moi désoler.

- Ce n’est pas grave. je suis majeur maintenait je peu faire beaucoup plus de chose. J’ai déjà plein d’idée.

- Ha.

- Naruto on y vas?

- Ou ça?

- Te secouer les puces, on dirait que tu revient d’un enterrement!

- Tenten pourquoi tu fait ça? Pourquoi tu revient me voir alors que hier je t’es repoussé?

- Par ce que je t’aime Naruto, et que je suis pas du genre a lâcher prise! Puis tu ne pas dit un non franc!

Tenten ce leva et ce pensa pour mettre ces yeux en face de ceux du blondin.

Elle approcha doucement ces lèvres des siennes mais ne fit rien, il semblait complètement tétanisé et perdu a cette idée. Puis elle ne voulait pas voler leurs premier baisé.

Ne lui laissant pas le choix elle le tira par la main .

- Tenten… Je

- Tu?

- Je ne sais pas en fait , tu sais c’est assez compliquait pour moi cette histoire.

- Vraiment?

- Oui, Je ne comprend pas ce que je ressent en ce moment!

- Tu te prend trop la tête, vie le moment présent.

 

 

Pendant ce temps au parti communiste Français :