Une semaine de repos

par Cel

Chapitre 9 :

        Le souffle court, les mains moites, le shinobi était en proie à une terrible décision. Son instinct ne lui était plus d‘aucun secours, son cerveau semblait comme déconnecté. Seul sa peur l‘avait mené jusqu‘ici mais sa fierté venait de réapparaître, l‘empêchant de continuer. Il essaya alors de repenser à la situation pour trouver une solution convenable, mais plus il y réfléchissait, plus il était évident qu‘au mieux, il ne pourrait que repousser l‘échéance. Résigné, il opta pour ce qu‘il espérait être la moins pire. Il inspira à plein poumon et frappa une première fois. Rien ne se produisit alors il recommença. Toujours rien, mais lorsqu‘il arma son poing pour un troisième coup, un déclic sonore se fit entendre le mettant face à son destin et le jeune ninja ne put que prononcer ces quelques mots :

— Pitié, aide moi.
— Sasuke! s‘étonna Naruto. Qu‘est-ce qui se passe ? Il est trois heures du matin !
— Belle journée n‘est-ce pas?
— Tss, soupira le blond, comprenant la situation. Entre j‘vais t‘faire un thé, dit-il en baillant.

        L‘Uchiha s‘exécuta, ne sachant pas véritable comment gérer la situation. Son coéquipier, dont l‘esprit était embrumé et n‘en ayant pas l‘habitude, prit du temps pour faire la boisson. Ils burent en silence le liquide encore chaud, l‘un se calmant et l‘autre se réveillant entièrement. Sasuke détailla rapidement le pyjama du blond, orange avec des petits renards rouges un peu partout.

— Pourquoi tu m‘as réveillé ?
— Écoute, je crois que j‘aurais dû accepter ton offre.
— C‘est un peu tard Sasuke.
— Je sais mais aide moi.
— Mais qu‘est-ce qui t‘fait croire que je peux t‘aider ?
— J‘t‘en pris, je t‘ai bien vu l‘autre jour, lorsqu‘on a rencontré l‘équipe de Suna.
— De quoi tu parles ?
— Me prends pas pour un idiot, tu l‘as draguée.
— Tout de suite les grands mots, je lui ai juste fait un compliment, dit-il en regardant ailleurs.
— Écoute Naruto, même si tu resteras toujours moins bon ninja que moi, j‘admets que pour le moment tu es légèrement meilleur dans les relations humaines.
— J‘sais pas comment je dois le prendre, si je savais pas combien ça te coute d‘être ici... Donc la base pour une relation de couple...
— Je veux pas sortir avec elle ! interrompit Sasuke.
— Tu veux quoi alors ? s‘étonna Naruto
— Je veux faire en sorte que ça ce passe bien mais sans plus quoi.
— Une sortie entre ami donc ?
— Wè, enfin pas proche de l‘amitié... Disons camarade ou collègue... Tu crois que je dois lui offrir un kunai ?
— Ok, soupira le renard. Y a du boulot. Bien Sasuke, nous avons six heures et vingt deux minutes. C‘est court mais on va faire avec. Sache que je m‘apprête à te révéler un des plus terrible secret, déclara Naruto d‘une voix extrêmement sérieuse. Moi-même, je ne devrais pas en avoir connaissance. Ne prends pas cet avertissement à la légère, lorsque tu seras initié plus aucun retour ne sera possible. Aussi, je te le demande, es-tu prêt à en subir les conséquences ?
— Oui, répondit-il sans réfléchir.
        Le porteur du démon renard se leva de sa chaise et prit la direction de sa bibliothèque. Il retira quelques livres puis appuya sur la paroi du fond, enclenchant alors un mécanisme secret. Le blond rangea les précieux tomes à leur place pendant qu‘une trappe s‘ouvrait sur le mur, prêt du frigo. Naruto s‘approcha, il jeta un rapide coup d‘œil pour s‘assurer que personne ne les épiait et il sortit un coffret qu‘il posa devant Sasuke.
— Dans cette boite se trouve toutes les informations concernant les " Femmes ". Et souviens t‘en jamais ! jamais ! elles ne doivent savoir que tu as eu ce coffret. Le pouvoir qu‘il renferme remise entre de mauvaise mains serait catastrophique.
        Naruto ouvrit la boite pour en montrer le contenue à Sasuke qui aurait lâché une exclamation si le blond n‘avait pas posé sa mains sur sa bouche pour l‘en empêcher.
— Ne prononce surtout pas ces mots ! J‘t‘ai prévenu, Sasuke, c‘est le prix de la connaissance. Maintenant, il est temps, cette épreuve, tu dois la traverser seul, mais quoi qu‘il arrive ne prononce jamais son nom.

•••••

        Sasuke avançait tranquillement vers la maison de Sakura, il réfléchissait à ce qu‘il s‘était produit. Ce qu‘il venait d‘apprendre le laissait sans voix, mais désormais il était plus serin face à ce rendez-vous. Il n‘avait pas encore complètement clos le sujet, mais le travail de fond était fait. Il constata fièrement qu‘il était à l‘heure, puis frappa à la porte. Il fut accueilli par la mère de sa coéquipière, auprès de qui, il se présenta. Treize ans, certes, orphelin peut-être, mais fois d‘Uchiha, personne — sauf Naruto — ne remettrai en cause son éducation.

        La jeune fille se présenta dans une robe blanche avec un gilet rouge, pour ce début de matinée encore fraiche. Pour l‘occasion, elle avait opté, en guise de coiffure, pour un chignon chic mais sobre avec un fin ruban assorti à ses vêtements qui lui donner cette air mignon qu‘on les enfants. Elle représentait parfaitement cette étape de la vie entre l‘enfance et l‘age adulte qu‘on appel l‘adolescence. Son idole, lui, s‘était contenté d‘un pantalon en lin blanc et d‘une chemise bleu nuit et n‘avait pas fait d‘effort concernant sa coupe de cheveux.

        Cette journée portait toutes les caractéristiques de l‘été, qui n‘avait pourtant commencé que six jours plutôt. Heureusement, le village était construit près d‘une rivière et plusieurs parc, bien entretenu par les genin, était à la disposition des habitants. C‘est dans l‘un d‘entre eux, qu‘ils s‘installèrent pour savouré le pique-nique préparer par la rose. L‘essentiel des mets était dans la pure tradition, cependant un plat sortait de l‘ordinaire. Sasuke, qui jusque là réussissait à éviter de parler entrainement, mission, examen ou de tous ce qui touchait au monde des shinobi grâce à des banalité un poile ennuyante, fut ravi de pouvoir discuter cuisine.

        Le sujet était idéal puisque Sakura avait parfaitement réussi la préparation de leur déjeuner, et tous le monde apprécie être complimenté pour son travail. De plus, il montra un intérêt pour la recette du plat particulier qu‘elle lui avait servit. Le secret de ce plat était la sauce qu‘elle tenait de sa grande sœur, qui travaillait en tant que psychologue animalier au près des Inuzuka et des Aburame. Pour la réaliser, il fallait des lardons, un ognon, un peu de fond de veau, de la crème fraiche et surtout du fromage — pour ce plat c‘était du parmesan — . L‘adolescente remarqua alors que son idole si connaissait plus qu‘elle ne l‘aurait crus dans ce domaine et elle se rappela qu‘il vivait seul depuis la tragédie qui avait touché son clan. Il était donc normal qu‘il est apprit un minimum à cuisiner.

        Le jeune garçon profita le plus longtemps possible du sujet, mais rapidement la conversation finit par revenir sur le monde des ninja par le biais des différents couteau de cuisine ou de certain plat plus infecte que du poison. Globalement, l‘Uchiha fut satisfait de cette journée qui, il ne l‘avouerai jamais, l‘angoissait au début. Pour Sakura, tous c‘était bien passé, malgré un peu de gène du fait de cette nouvelle situation, mais pourtant quelque chose clochait. Certes, tous ne s‘était pas passé comme elle ce l‘imaginait pour son premier rendez-vous, mais elle ne changerait rien à ce qui venait de ce dérouler. Elle s‘aperçut qu‘elle était loin de connaître le brun. Il est vrai qu‘en temps normal Sasuke parlait surtout pour s‘en gueuler avec Naruto ou lorsqu‘il s‘agissait des différentes tactiques qu‘ils mettaient au point. Elle n‘arrivait pas à mettre le doigt sur ce qui la dérangeait, mais elle ne poussa pas plus sa réflexion préférant aller prendre un bon bain.

•••••

        Kakashi avait présenté l‘examen comme étant individuel et non par équipe. Et puisqu‘il s‘octroyait sous ce prétexte une semaine de congé, Sakura, Naruto et Sasuke avaient décidé de faire de même et, bien qu‘aucun ne l‘ait dit, ils savaient que personne ne manquerait à l‘appel le jour de l‘inscription. Hors-mis durant la journée du mercredi, chacun profita seul de ses vacances. 
        Sasuke partagea son temps entre cuisine, entraînement minimum et le coffre. Sakura, quand elle n‘aidait pas à l‘hôpital, s‘organisait des séances de commérage au salon de thé avec Ino, toujours suivi par un peu de shopping. étrangement elle ne s‘était pas vantée d‘avoir obtenu deux rendez-vous avec leur idole et ce malgré que la Yamanaka ne lui répète qu‘à sa place, elle aurait depuis longtemps conquis Sasuke.
        Naruto était sans aucun doute celui qui prenait vraiment au pied de la lettre le mot "vacance". Le lever : pas avant midi. Il se baladait dans Konoha jusqu‘à trouver un arbre confortable pour faire la sieste —car c‘était bien connu, ne rien faire était un art fatiguant —ensuite il s‘invitait pour le repas chez les Akimichi où il était toujours le bienvenu. D‘abord, parce que pour les membres de ce clan il y a toujours à manger pour une personne de plus. Ensuite, car le caractère bon vivant de Naruto leur plaisait. Et enfin, parce qu‘il était le seul non Akimichi qui finisse un de leur repas. Il concluait ses soirées en passant par l‘académie où il laissait quelques farces de son cru à l‘intention de son ancien professeur, Iruka ; c‘est que le blond voulait s‘assurer qu‘on oublie pas qui était le plus grand cancre de l‘histoire de l‘école.

        Le grand jour arriva enfin, c‘était un lundi. Naruto avait l‘impression de se préparer pour une rentrée des classes. Comme le jour où il quittait les bancs de l‘école pour devenir un véritable aspirant sous la tutelle de Kakashi. Le blond prit tout son temps pour se confectionner l‘ensemble qui dirait " je suis le meilleur ". Il allait se la jouer façon bad boy. Le cheveux en bataille dans un classique " je sors du lit ", une pair de lunettes de soleil noir et le sourire en coin, parce qu‘il le vaut bien. Une chemise noir sans manche laissant apercevoir un tatouage tribal sur ses deux bras qui s‘arrêtaient avant le coude. Bien sur il ne boutonnait pas entièrement la chemise pour que tous puisse remarquer un bout de son pendentif. Il prit un short en jean auquel il avait rajouté une chaine sur laquelle il accrochait son bandeau. Une pair de gants noirs dont il avait découpé les doigts ornait ses mains, cachant les deux sceaux de stockage qui contenaient tout son matériel. Enfin il portait de simples tongs en guise de chaussures. Une touche de parfum, de déodorant et le voilà parti vers son point de rendez-vous.

— Dans la catégorie, je viens en touriste et je me prends pas pour de la merde, la palme reviens à....Uzumaki Naruto ! déclara Sasuke, hésitant entre un air blasé et un fou rire total.
— Merci ! Merci, commença leur coéquipier sous les acclamations de ses propres clones.
— Le pire, c‘est que je ne suis même pas surprise, commenta Sakura.

        L‘équipe s‘était retrouvée quelques heures avant celle indiquée sur les formulaires pour deux raisons. La première, Sasuke avait emprunté les lames de combat de Naruto pour s‘entraîner avant d‘avoir ses épées. Aussi fallait-il qu‘il lui rende et de préférence suffisamment tôt pour éviter de dévoiler une information concernant l‘Uzumaki. Ensuite, ils voulaient tous s‘assurer qu‘aucun d‘eux ne se serait désisté à la dernière minute car même si Kakashi leur avait dit que l‘examen était individuel, ils restaient une équipe. De plus, le brun avait remarqué que malgré la déclaration de leur maître, tous les genins des autres villages qu‘il avait croisé durant la dernière semaine étaient venus en trinôme. Hors il doutait que leur cohésion de groupe soit tout aussi bonne que la leur. Sakura laissa entendre que Kakashi souhaitait sans doute les tester en leur faisant croire que cette examen était individuel. Ne sachant pas vraiment à quoi s‘en tenir, ils décidèrent de partir du principe que pour eux, cela serait en équipe qu‘ils passeraient leurs épreuves. Ils se mirent donc d‘accord pour dévoiler le plus tard possible leurs capacités afin de garder le maximum de carte dans leur jeu.

        Ils passèrent le reste de la journée sur le terrain d‘entraînement. Sasuke testait ses armes et Sakura racontait tous les derniers potins appris auprès d‘Ino. Lorsqu‘il fut quinze heure, l‘équipe se mit tranquillement en route vers l‘académie. Ils devaient rendre leur formulaire pour seize heures, dans la salle trois cent un. Au bout d‘une demi-heure, ils pénétraient enfin dans le bâtiment et se dirigèrent vers la classe adéquat. Sakura, qui avait énuméré tous les ragots qu‘elle avait en stock, écoutait à présent Naruto raconter une anecdote qui lui était arrivée cette semaine.

— Jeudi dernier, j‘ai recroisé Konohamaru.
— Le petit fils de l‘Hokage ? interrogea Sasuke.
— Oui, celui-là. Donc je prends rapidement de ses nouvelles — normal — et je continue mon chemin. Sauf que le petit commence à me suivre. Je m‘suis dit au début qu‘on allait dans la même direction et qu‘il était encore un peu intimidé par le coup de la dernière fois. Mais comme je m‘baladais juste et qu‘il était toujours derrière moi, j‘en ai eu marre.
— Qu‘est-ce que t‘as fait encore ?! interrompit Sakura.
— Non mais ! Pourquoi vous croyez toujours que j‘ai fait une connerie ? s‘indigna Naruto.
— D‘accord, c‘est donc un hasard si le professeur Iruka est venu à plusieurs reprises à l‘hôpital parce qu‘une certaine personne a piégé son bureau ou sa salle de classe tous les soirs depuis le début de nos vacances ?
— Pff... C‘est petit ça, si on a même plus le droit de s‘amuser pendant nos vacances.
— Et sinon tu as fais quoi pour le gosse ? demanda Sasuke qui souhaitait entendre la fin de l‘histoire.
— J‘suis allé lui parler. En faite, il voulait savoir si j‘étais sérieux lorsque j‘ai déclaré être le prochain Hokage. Je lui ai dis oui et il m‘a avoué qu‘il souhaitait lui aussi obtenir ce titre. Et après il m‘a demandé de devenir son prof.
— Non, s‘étonna Sakura.
— Si, faut croire qu‘il a apprécié ma prestation la dernière fois.
— Tss, t‘as rien fait à part parler, commenta le brun.
— Oh pauvre Sasukette, la jalousie est un vilain défaut, lança-t-il pour se moquer.
— Ah non ! Vous n‘allez pas commencer tous les deux.
Enfoiré, répondit l‘Uchiha.
— Oui maman, répondit Naruto en prenant une voix de gamin.

        Le porteur du démon renard aurait bien repris le cours de son histoire mais il venait d‘arriver devant une salle où était attroupée une foule de genins. En se rapprochant, l‘équipe sept put voir ce qui se passait. Deux aspirants bloquaient l‘accès à ce qui semblait être la salle où les participants à l‘examen devaient remettre leur formulaire d‘inscription. Une des personnes qui, à priori, souhaitait forcer le passage, avait été repoussée violemment s‘il on en croyait les hématomes sur son visage.

        Le jeune shinobi était vêtu d‘une combinaison verte moulante qui n‘était pas au goût de Sasuke, Sakura ou Naruto. Il portait une vieille coupe au bol bien rétro et d‘épais sourcils bien noirs. Des bandages recouvraient ses avant-bras et ses mains. Pour finir, de grandes chaussettes oranges rayées à la vertical allaient de ses genoux à ses sandales en recouvrant sa combinaison. Il portait aussi autour de la taille son bandeau à l‘effigie de Konoha, repeint en vert.
        Une jeune fille qui devait sans doute être de son équipe essaya à son tour de passer et fut cueillie par un magnifique coup de poing qui l‘envoya elle aussi au sol. Ses cheveux brun coiffés en deux chignons, son haut traditionnel sans manche et son pantalon standard de ninja lui donnaient un petit air de garçon manqué.
        Une troisième personne intervint alors pour les aider à se relever. Un garçon au long cheveux d‘un noir de jais et aux pupilles blanches. Sa veste beige, bien que commune, arborait les armoiries du plus grand clan actuel de Konoha : les Hyûga. à part cela, l‘équipe sept ne nota rien de particulier sauf qu‘ils pensaient que cette équipe faisait comme eux profil bas.

        Les deux perturbateurs expliquaient calmement à cette foule que l‘examen n‘était pas de la rigolade pour y avoir participé déjà trois fois. De plus comme à chaque fois beaucoup de participants ressortaient brisés mentalement ou physiquement, quand ce n‘était pas les deux, ils considéraient normal pour eux d‘empêcher ceux qui n‘avaient pas le niveau de participer. C‘est à ce moment là que Sasuke décida d‘intervenir :

— Je suis d‘accord avec ce raisonnement mais moi, je vais passer ! Alors dépêchez-vous d‘enlever votre illusion ! C‘est au troisième étage que je dois aller pas ici !
— Mais qu‘est-ce qu‘il raconte ? s‘interrogea une personne dans la foule.
— Et après c‘est moi qui me la pète, commenta Naruto.
— Oh oh ! Tu es le seul à avoir remarqué, répondit l‘un des fauteurs de trouble.
— Pas mal du tout, commenta le second. Mais la partie n‘est pas encore terminée.
Il tenta alors d‘asséner un coup de pied à Sasuke mais son attaque fut stopper par l‘aspirant à la coupe au bol dont toutes traces d‘hématome avaient disparu.
— Hé ! s‘exclama son coéquipier. C‘est pas ce qu‘on avait convenu. Je t‘avais dit de ne pas dévoiler ta force pour ne pas attirer l‘attention sur nous !
— Oui mais...
L‘adolescent rougit légèrement en regardant dans la direction de Sakura.
— Oh non ! soupira sa camarade qui visiblement comprenait où il voulait en venir.
— Le garçon vêtu de vert se dirigea alors vers la rose.
— Je m‘appelle Rock Lee, quel est ton nom ?
— Euh, Sakura.
Cette dernière grimaça en craignant comprendre ce qu‘il lui voulait.
— Sortons ensemble! Je te protègerai jusqu‘à la fin de mes jours !
Lee avait pris une pose pour sa déclaration : le pousse lever, un clin d‘œil et un sourire étincelant . Le tout combiné à son physique produisait un effet particulier.
— C‘est complètement... Hors de question. Tu es trop poilu. Lâcha-t-elle en affichant une mine de dégoût.
Sakura ne voulait pas être méchante mais Lee n‘était physiquement pas son idéal masculin. Naruto, lui, se tordait de rire dans un coin face à cette scène sans aucune retenu.
— Hé toi ! lança Le coéquipier de Rock Lee à l'adresse de Sasuke. Quel est ton nom ?
— Avant de me demander mon nom, tu pourrais te présenter, fit remarquer le concerner.
— T‘es un bleu pas vrai ? T‘as quel âge ? questionna le hyuga.
— Tss. On y va, lança Sasuke.

        Sasuke n‘avait pas jugé utile de répondre et préféra signaler mentalement à son équipe qu‘il reprenait le chemin. Ces derniers le rejoignirent mais le brun dut attendre avant de pouvoir parler : Naruto était encore plié de rire et Sakura horrifiée par cette demande.

        Derrière une porte les deux aspirants qui avaient causé toute cette histoire se révélèrent être en réalité des examinateurs qui effectuaient déjà un premier teste à l‘insu des candidats. Ils trouvaient l‘équipe sept et celle de Lee prometteuses et ils se dirent que même pour eux, cette examen ne serait peut-être pas aussi ennuyeux qu‘ils ne le croyaient au début.

— Donc, reprit Naruto comme si rien ne les avait interrompu. Comme je m‘ennuyais et que Konohamaru me fais tripper, j‘ai accepté de lui apprendre une technique.
— Tu as choisi quoi ? questionna Sakura.
— Le multi-clonage. Bien sûr il n‘a pas réussi à la maîtriser du premier coup mais après plusieurs heures, il a réussi à produire un clone.
— Pas mal, commenta l‘Uchiha.
— Comme il était épuisé, j‘en ai profité pour lui donner quelques conseils sur le chemin qu‘il arpente.
— C‘est vrai que toi aussi tu veux devenir Hokage, remarqua la rose.
— Non, moi je suis le prochain Hokage, nuance.
— Tss.
— Enfin bref. J‘ai expliqué à Konohamaru que le seul chemin pour devenir Hokage était celui de la persévérance et du travail acharné. Il m‘a alors répondu qu‘il ne voulait plus de moi pour maître et que désormais nous étions rivaux.
— C‘est un sage conseil que tu lui as donné ! interrompit Lee qui les avait suivi. Tu dois être fort vu la pertinence de ton conseil.
— Merci du compliment mais c‘est assez mal poli d‘écouter les conversations des autres.
— Toutes mes excuses. Recommençons à zéro : je suis le fauve de jade, Rock Lee !
— Uchiha Sasuke.
— Sakura Haruno
— Le futur Hokage, Uzumaki Naruto.
— Sasuke Uchiha, je te lance un défi! s‘exclama Lee. Battons-nous ici et maintenant! 
Lee prit alors une posture de combat :
— Je meurs d‘envie de tester ce que valent mes techniques face au descendant de la plus célèbre lignée de ninjas ! Et puis...
Son regard se tourna vers Sakura qui fut alors parcourue d‘un frisson tandis qu‘il lui envoyait un baiser.
— Je vous préviens, reprit il de nouveau sérieux. Face à moi, aucun de vous ne fait le poids. Et je vais vous dire pourquoi, c‘est tout simplement parce que je suis le plus fort parmi tous les aspirants de Konoha !
— Je vais te prendre au mots, Lee, répondit Sasuke. Si l‘occasion ne se présente pas durant cet examen alors je t‘affronterai le jour, l‘heure et dans le lieu de ta convenance. Mais tant que l‘épreuve n‘aura pas commencé, mes équipiers et moi avons décidé de ne pas dévoilé nos cartes.
— Je pense que tu nous comprends, intervint Naruto. Vu que ta propre équipe et toi avez fait ce choix.
— Bien,fit-il en soupirant de déception. Je comprends les raisons de votre refus, j‘espère pouvoir vous affronter rapidement.

        Sur ces mots, Lee retourna auprès de son équipe pendant que la team sept échangeait ses impressions sur lui. Mis à part son goût vestimentaire qui les faisait bien rire, tous étaient d‘avis que le fauve de jade devait probablement être un adversaire à ne pas sous estimer, comme ses partenaires. Ainsi, l‘examen n‘avait pas encore commencé que déjà, trois équipes avaient attiré leur attention.

        Ils arrivèrent enfin devant la salle trois cent une où ils eurent le plaisir de voir leur maître Kakashi. Ce dernier, après leur avoir demandé pourquoi ils n‘étaient pas venu plus tôt et réprimandé Naruto pour les farces qu‘il avait joué à son ancien professeur, leur expliqua qu‘en réalité l‘examen était par équipe et non individuel. Il leur avait menti pour être certain que tous viendraient de leur plein gré et non pour ne pas empêcher leurs camarades de passer l‘examen. Aussi, après s‘être excusé de cette supercherie, il les félicita et ils entrèrent dans la fosse au lion.