Chapitre 29 : Changements à Konoha

par Kyubi-san

Naruto Namikaze Uzumaki

Chapitre 29

            Assis dans le siège qui lui était réservé au conseil de Konoha en tant que chef du clan Uzumaki, Naruto appréciait avec un léger amusement les discussions qui se déroulaient sous ses yeux entre conseillers issus de la partie non-shinobi du village ou entre les chefs de clan. Le Sandaime avait convoqué cette réunion une semaine après le mariage de Naruto et de Yumi, la nouvelle de la survie du fils du Yondaime commençant à se répandre à travers l’ensemble du continent élémentaire, afin d’officialiser la nouvelle position de Tsunade comme Godaime Hokage, et discuter de la guerre qui menaçait d’éclater d’ici peu de temps et qui allait bouleverser la paix et la quiétude du village.

            Une soudaine vague d’intension de tuer oppressa alors la salle, affectant principalement les civils présents dans la pièce, pendant que le côté shinobi l’ignorait sans problème. Tournant ses yeux vers la source de la perturbation, Naruto vit Hiruzen Sarutobi et ses trois élèves entrer dans la salle, avant de s’asseoir à leurs places respectives.

            - Bien, maintenant que j’ai votre attention, commença le Sandaime Hokage, j’aimerais vous annoncer que je me retire de ma place d’Hokage, et que cette position sera désormais occupée par mon ancienne élève, Tsunade, suite à cette réunion.

            Le choc et la surprise étaient visibles sur les visages des chefs de clans du village, des conseillers civils et des trois Anciens de Konoha, bien que cela fût difficile à dire pour Danzo, dont le visage était impassible en permanence. Naruto, de son côté, n’avait eu qu’un léger moment de stupéfaction, avant de reprendre contenance. Il savait que le Sandaime se retirerait, pour laisser la place à un de ses trois anciens étudiants, mais il ne s’attendait pas à ce qu’il fasse l’annonce de son départ durant la réunion du conseil de Konoha.

            Il aurait plutôt pensé que le vieil Hokage aurait annoncé son départ à l’ensemble du village lorsque ce dernier était réuni pour une annonce aussi importante. De son point de vue, cela était étrange que le Sandaime Hokage annonce cela au conseil du village. De ce qu’il savait, aucun Hokage n’avait procédé ainsi auparavant.  

            - Pardonnez-moi de vous demander cela, Hokage-sama, mais pourquoi vous retirez-vous en ce moment ? demanda Gosaburo Hirako, un conseiller civil, ayant fait fortune grâce au commerce d’un alliage utilisé pour la fabrication des armes utilisées par les shinobis du village.

            - Je tiens à vous signaler, conseiller Hirako, commença le Sandaime, que je ne suis plus de toute première jeunesse. J’ai atteint un âge très avancé pour les shinobis. Dans le monde dans lequel nous vivons, rares sont les shinobis qui atteignent le même âge que moi. De plus, les récents rapports de nos réseaux d’espionnage me font craindre qu’une guerre n’éclate dans les prochaines semaines. Je préfère donc laisser ma place à un Hokage plus jeune, et qui pourra mener notre village à la victoire durant cette guerre.

            - Je te trouve bien pessimiste Hiruzen, commenta Danzo. Aucun village n’oserait nous déclarer la guerre ! Pas avec la présence des Sannins et de nos autres ninjas talentueux au sein de Konoha. Sans compter le fait que…

            Un léger toussotement interrompit le discours du vieux faucon de guerre. Les têtes se tournèrent vers l’origine du bruit, et tous, des chefs de clan aux conseillers de l’Hokage, furent surpris de voir qu’il s’agissait de Naruto qui avait interrompu Danzo.

            - Je suis désolé de vous décevoir, Danzo-san, déclara Naruto, mais Iwa se prépare à la guerre contre Konoha depuis près de cinq années. La nouvelle de ma mort les a encouragés à envoyer leurs troupes en direction du Pays du Feu, soutenues par les shinobis de Kusa et les survivants du village caché du Pays des Bois, détruits par vos soins lors de la Deuxième Grande Guerre shinobi.  De plus, même si Konoha dispose désormais de shinobis pouvant à nouveau manier le Mokuton, je me permets de vous rappeler que Yumi n’a pas encore atteint le niveau du Shodaime dans ce domaine.

            - Peut-être, mais cela ne compte pas, déclara Koharu Utatane alors que le jeune chef de clan reprenait son souffle. Vous disposez de la maîtrise de l’Hiraishin, qui peut permettre de décimer une armée en quelques minutes, cela seul devrait suffire à faire reculer Iwa. Sans compter que nous avons appris lors de votre mariage, Uzumaki-san, que votre cousin, Nagato, dispose lui aussi du Rinnegan. Ce faisant, Konoha dispose désormais de deux utilisateurs du plus puissant des Dojutsu, comme vous avez révélé le votre durant les examens Jonins.

            Le blond poussa un soupir d’ennui.

            - Les plus grands cerveaux d’Iwa ont cherchés un contre à l’Hiraishin. Et je pense qu’ils sont parvenus à découvrir une manière de limiter l’efficacité du jutsu. Sans compter que leur village dispose de près de trente milles shinobis en armes. Konoha dispose de la moitié de ce chiffre. De plus, comparé à Iwa, nous disposons de moins de…

            - Je me permets de vous rappeler jeune homme, le coupa Danzo, que vous n’avez jamais participé à une véritable guerre !

            Un éclair de colère passa dans les yeux de Naruto à ces mots. Il avait connu la pire des guerres shinobis. La Quatrième Grande guerre avait vue la mort de plus de quatre-vingt milles hommes, et cela uniquement pour arrêter le projet d’un homme fou, même si ce dernier était en vérité son propre grand-père. Naruto avait affronté un homme dont les pouvoirs étaient à la limite du divin, et seul l’aide de ses amis et la chance avaient permis d’en finir.

            - De plus, Konoha dispose de nombreux alliés, avec eux nous pourrons largement contrer les troupes d’Iwa.

            - Danzo, intervint Shikaku Nara, nous savons seulement que notre ennemi compte actuellement trente milles shinobis en armes. Mais nous ne savons pas combien d’hommes sont en réserve pour Iwa. De plus, Kusa s’est allié à Iwa, et ils disposent d’environ cinq milles shinobis. Sans compter un nombre inconnu de shinobis du Pays des Bois. Nous ne pouvons pas nous lancer dans une guerre sans être préparés !

            L’intervention du chef du clan Nara, commandant en chef des forces shinobis de Konoha, juste en-dessous de l’Hokage, rappela à tous la situation dans laquelle ils se trouvaient : Konoha devait faire face au village d’Iwa, le village caché comptant le plus de shinobis.

            - J’ai bien peur que notre commandant Jonin n’ait raison, déclara Naruto à la surprise de tous. En plus de cela, Iwa s’est adjoint les services d’une organisation de Nukenins de rang S, l’Akatsuki, dont fait parti Ishida Senju, qui commande plus de trois milles Nukenins, tous au moins de rang C.

            - Et cette…Akatsuki, demanda Izune Senju, à quel point est-elle puissante ?

            - Elle compte actuellement dix Nukenins de rang S, tous actuellement embaucher par Iwa, afin de lutter contre nous. Parmi ces déserteurs, on compte le célèbre marionnettiste Sasori ou encore Kisame Hoshigaki, un homme assez puissant pour lutter contre le Sanbi et faire jeu égal. Affronter cet homme, et le vaincre, nécessiterait l’emploi de nos trois Sannins ensemble. Et je me permets de vous rappeler que Konoha ne compte actuellement pas autant de shinobis de rang S d’une puissance équivalente.

            Les conseillers civils semblaient sceptiques face à une telle nouvelle. Pour eux, des ninjas d’une puissance pareille étaient impossible. Leur force devait certainement être beaucoup moins importante, et les histoires qu’on racontait sur leur compte devaient être enjolivées.

            - Je peux vous assurer que la puissance de ces hommes n’est pas amplifiée, les assura Naruto comme s’il avait lu dans leurs pensées. De plus, Iwa dispose du soutien des rebelles de l’autoproclamé « Godaime » Raikage, qui en échange de son soutien envers Iwa pour nous affronter, sera soutenu par son allié lorsqu’il cherchera à reconquérir Kumo. Même s’il ne s’agit que de trois milles shinobis, ils ont tous luttés dans une guerre civile.

            - Dans ce cas, Kumo nous soutiendra certainement dans cette guerre ! proclama avec joie Gosaburo Hirako. Leur Raikage ne laissera certainement pas passer l’occasion d’éliminer cette menace !

            L’Uzumaki secoua la tête devant la bêtise des civils. Ils n’auraient jamais dus être admis dans le conseil d’un village caché. Encore aujourd’hui, il avait du mal à comprendre le raisonnement qui avait mené le Nidaime Hokage à prendre la décision d’inclure les civils dans la direction de Konoha.

            - Kumo n’interviendra pas si une guerre éclate, intervint l’Uzumaki. Ils sont encore en train de récupérer de leur guerre civile. Et même si cela fait un peu moins de deux ans que cette guerre est terminée, il leur faudra encore quelques années pour récupérer et combler les pertes que les affrontements ont occasionnés. Nous ne pouvons donc pas compter sur les shinobis de Kumo durant cette guerre. D’un autre côté, cela veut aussi dire que nous ne serons pas attaqués par Kumo alors que nous livrons bataille contre Iwa.

            - Cela vaut aussi pour Kiri, rappela Jiraya. Ils sont également occupés à récupérer de leur guerre civile. D’après les informations qu’Orochimaru et moi-même avons pu rassembler, Kiri ne pourrait participer à une guerre que d’ici deux à trois ans. Au pire, si Kiri intervient contre nous, leurs shinobis seraient en sous-nombre. Même si une intervention de leur part nous obligerait à diviser nos forces, nous ne serions pas autant en danger que si leurs troupes étaient à leur pleine capacité.

            Naruto poussa un soupir, ces discussions faisaient perdre un temps précieux. Une guerre était sur le point d’éclater, une guerre dans laquelle Konoha était sérieusement désavantagée, et lui-même avait beaucoup mieux à faire que discuter avec des civils. Il aurait largement préféré préparé l’arrivé de ses compatriotes Uzumaki ou passer du temps avec sa famille.  Mais non, il devait être présent à cette réunion inutile, où aucune décision ne serait prise.

            - Je ne voudrais pas paraître impoli, débuta Naruto en se levant de sa chaise d’une voix où perçait l’agacement, mais peut-être vaudrait-il mieux nous concentrer sur les décisions à prendre dans le cas où une guerre avec Iwa éclaterait ? Je ne vois pas en quoi le fait de décider d’une situation militaire doit impliquer des civils ne connaissant rien aux affaires militaires, et qui ne servent qu’à retarder les décisions à prendre pour un conflit qui s’annonce imminent !

            Les paroles du jeune chef du clan Uzumaki jetèrent un froid sur l’assemblée. C’était la première fois que tous ceux présents pouvaient observer le dégoût du blond pour le conseil civil, qui avait transformé son enfance en calvaire. Les chefs de clan voyaient maintenant la froide colère de celui qui était l’un des plus puissants, peut-être même le plus puissant shinobi, du village de Konoha. Alors que Koharu, l’une des anciennes coéquipières du Sandaime, se levait pour réprimander le jeune chef de clan, ce dernier ne lui laissa pas le temps de prendre la parole.

            - Tout comme le fait que d’anciens shinobis qui ne s’occupent que des affaires politiques du village soient présents, poursuivit le blond avec un regard foudroyant dans la direction des deux anciens du village.

            Un léger sourire, un amusé, était présent sur le visage de Danzo. A ses yeux, il était amusant de voir des shinobis ayant plus de cinq décennies d’expériences sur leur interlocuteur, se faire réprimander comme des enfants. Ce à quoi il ne s’attendait pas en revanche, fut d’être lui aussi l’une des cibles du chef de clan.

            - Tout comme une personne ne suivant pas les ordres qui lui sont donnés ne devrait pas être présente au conseil ! continua Naruto, son regard se portant sur Danzo. N’est-ce pas Shimura-san ?

            Les traits du visage du chef de la Racine se crispèrent. Le jeune homme avait osé s’attaquer à lui, la personne qui avait empêché la chute du village dans les années de conflits grâce à sa division Racine, lui qui avait empêché que les ennemis de Konoha ne soient trop puissants pour son village. Comment cet enfant osait-il s’attaquer à lui ? Ne savait-il pas ce qu’il avait accompli pour protéger son village bien-aimé ?

             - Je ne vois absolument pas de quoi vous voulez parler Uzumaki-san, répondit calmement le Shimura. J’ai toujours fidèlement obéi aux ordres des différents Hokages de Konoha.

            Aucune émotion ne se manifesta sur le visage du chef du clan Uzumaki, malgré le fait que Danzo ait si calmement réfuté ses accusations. Après tout, il ne s’attendait pas à ce que ce dernier avoue qu’il dirigeait toujours la Racine devant l’ensemble du conseil de Konoha, après que la dissolution de cette organisation ait été ordonnée.

            - Dans ce cas, Shimura-san, vous pourrez certainement m’expliquer la raison pour laquelle j’ai dû éliminer une unité de vos Anbus issue de votre division Racine alors qu’ils tentaient de s’infiltrer dans mon domaine il y a à peine deux jours de cela ? Après tout, si je me souviens bien, la dissolution de cette division que vous dirigiez avait été ordonnée par un décret émanant de deux Hokage différents.

            L’œil visible de Danzo se plissa, montrant à tous que ce dernier était pris au piège par le jeune chef du clan Uzumaki. Le chef de la racine ne s’attendait certainement pas à être piégé par Naruto. Désormais, tous ceux présents dans la pièce observaient Danzo d’un œil prudent. Personne ne savait quelle serait la réaction du vieux ninja.

            - Et quelles sont vos preuves, Uzumaki-san ? répliqua le membre du clan Shimura. Mis à part de soi-disant cadavre de shinobis appartenant à une organisation dissoute. Après tout, il est facile d’accuser quelqu’un sans preuves ! Cette tactique nous a permis de faire douter nos ennemis de leurs commandants durant la précédente guerre !

            Tous les conseillers se tournèrent vers Naruto, dont le visage ne présentait aucune émotion. Ce dernier se contenta de sortir un rouleau de scellement de sa veste, avant de l’ouvrir. La fumée s’échappant du rouleau masqua la vue des témoins pendant quelques instants, avant de révéler quatre cadavres désormais présent sur la table du conseil. Des cadavres dont la langue portait le sceau si caractéristique des membres de la division Racine, les empêchant de parler de quoi que ce soit relié à leur division.

            - Danzo ! hurla Hiruzen. Le Yondaime et moi-même t’avions ordonné de mettre fin à ces opérations et de dissoudre la Racine ! Comment as-tu osé désobéir aux ordres qui t’ont été donnés ? Toi qui te targue d’obéir aux ordres du village !

            Alors que le vieux shinobi ouvrait la bouche pour se justifier, Sarutobi ne lui en laissa pas le temps.

            - Anbus ! Arrêtez Danzo et mettez-le dans une cellule en attendant que son sort soit décidé !

            Répondant à l’ordre de leur leader, une unité de quatre membres des forces spéciales du village entoura le vieux shinobi, avant de le saisir et de le menotter et d’appliquer un sceau l’empêchant d’utiliser son chakra et un autre restreignant sa capacité de mouvements. L’instant suivant, les cinq hommes avaient disparus de la pièce, les anbus emmenant leur prisonnier en cellule.

            - Bien, continua Hiruzen. Maintenant que cette affaire est réglée, nous pouvons reprendre la réunion ! Naruto, pourquoi désires-tu que les civils ne soient pas membre des décisions militaires prises par le conseil en cas de guerre ?

            Le blond se relaxa dans son siège, faisant courir son regard le long de la pièce. Les civils le fixaient avec colère, pendant que les chefs de clan et commandants des forces de Konoha semblaient des plus intéressés par sa réponse.

            - Ma réponse est très simple, Hokage-sama, commença le blond. Nous sommes dans un temps où la guerre menace d’éclater. Les civils ne connaissent rien aux affaires militaires, et ne servirons qu’à nous retarder dans la prise de décisions importantes si nous devons faire face à une offensive ennemie inattendue ! De plus, nous pourrions certainement augmenter notre temps de réaction en créant un conseil de guerre spécial, composé de l’Hokage, des commandants Anbus et Jonins et de deux personnes supplémentaires choisies par l’Hokage. Ce conseil devrait prendre les grandes décisions militaires et pourrait ensuite transmettre les décisions prises aux commandants se trouvant sur le terrain !

            Les paroles du jeune chef de clan laissèrent sans voix les membres de la chaine de commandement des shinobis. Jamais aucun d’eux n’avaient pensés à une telle idée. La proposition de Naruto pouvait leur permettre de réagir avec, au minimum, deux fois plus de rapidité aux attaques et aux mouvements de troupes de leurs ennemis.

            - C’est une proposition des plus intéressantes, Uzumaki-san, déclara après un long silence Shikaku Nara. Dès la fin de cette réunion, et la passation de pouvoirs envers notre nouvelle dirigeante effectuée, je me pencherais sur la mise en place d’une telle chaîne de commandement sur le terrain.

            - Dans ce cas, interrompit Tsunade, en tant que future Hokage, je pense pouvoir affirmer que les civils ne seront plus présents dans des conseils où doivent être prises des décisions militaires ! Ils ne seront désormais présents qu’aux conseils qui superviseront les affaires internes du village, et certains accords commerciaux avec des partenaires extérieurs ! Je tiens également à vous rappeler que le procès de Ken Senju se tiendra dans deux jours ! Et, je rappelle également à Naruto que, même s’il sera présent en tant que membre du conseil, il ne pourra voter durant le verdict, tout comme toi Izune, car vous êtes considérés comme trop impliqués dans cette affaire !

            - Sur ce, déclara Hiruzen, cette réunion est levée ! Vous pouvez tous aller vaquer à vos occupations !

 

            - Comment s’est déroulé la réunion du conseil ? demanda Yumi alors que son époux pénétrait dans l’un des salons de leur manoir, où elle était occupée à nourrir leur fille, la jeune Shizuka.

            Embrassant son épouse, Naruto s’installa ensuite à ses côtés, prenant Shigeru dans ses bras, se relaxant, observant la vue qui s’offrait à lui. Cette pièce était ouverte sur le jardin se trouvant à l’intérieur de la forteresse dans laquelle se trouvait le manoir. Le bruit de la rivière qui coulait dans le jardin, et le chant des oiseaux au printemps et en été faisaient de cette pièce l’une des plus relaxante du complexe abritant le chef de clan et sa famille. 

            - Plutôt bien, répondit-il. Tsunade-sensei a été nommée comme Hokage, et je suis parvenu à envoyer Danzo en cellule. Et aussi à écarter les civils des décisions militaires ! C’est une excellente journée !

            Yumi sourit aux paroles de son compagnon. Elle savait que, en tant normal, il était rare que des matières aussi sensibles que l’arrestation d’un Ancien du village soient révélées par un chef de clan à qui que ce soit avant l’annonce officielle par l’Hokage. Que Naruto le lui dise montrait à quel point il lui faisait confiance.

            - Un message est arrivé du clan Uchiwa pendant que tu étais au conseil, lui dit-elle alors qu’elle terminait de nourrir sa fille. Saya Uchiwa doit venir te voir cette après-midi. Puis-je en connaître la raison ?

            Le blond sourit en entendant la question de Yumi. Il pouvait y percevoir la jalousie, et également une légère inquiétude. Même après leur mariage, Yumi continuait de craindre que Naruto ne la quitte pour une autre femme.

            - J’espère que tu ne crois pas que je vais te quitter pour elle ? la taquina-t-il, et le sourire de sa compagne le rassura. Fugaku m’a demandé de la prendre comme apprentie et de la former pour devenir Jonin. Il me demande cela comme une faveur personnelle, afin de faire en sorte que sa petite fille ait les moyens de survivre à la guerre qui se profile.

            - Je vois. Lorsqu’elle sera ici, continua Yumi, je désire lui parler !

            - Pourquoi ? s’enquit l’Uzumaki avec un sourcil levé.

            - Je sais parfaitement que tu accepteras de l’entraîner. Mais je sais aussi qu’elle a le béguin sur mon mari ! Et je compte bien lui faire comprendre que tu es à moi et à moi seule !

            Un léger sourire orna les lèvres de Naruto.

            - Serais-tu jalouse Yumi-chan ? J’ai l’impression que tu es possessive à mon encontre.

            - Et alors ?

            - Rien… Je trouve tout simplement cela adorable.  Et je ne vois aucune raison de te refuser ce que tu me demandes, puisque je voulais que tu l’aides sur certaines questions qui ne concernent que les kunoichis !

            Yumi foudroya Naruto du regard. Elle avait beau l’aimer de tout son cœur, elle n’aimait pas qu’il tire son amusement d’elle. En revanche, le fait qu’il la rassure dès qu’elle éprouvait des doutes sur les sentiments qu’il entretenait pour elle lui permettait d’oublier sa possessivité à l’encontre de Naruto.

            Une possessivité qui était née à cause de Hinata Hyuga. Cette fille ne cessait d’essayer de briser la relation qu’elle entretenait avec Naruto. Et ce depuis qu’ils avaient annoncés qu’ils étaient un couple. Et la situation avait empirée après l’officialisation de leurs fiançailles, et l’annonce publique de leur engagement devant les clans de Konoha, il y avait deux ans de cela. Sans compter que désormais, Naruto était le chef d’un clan de shinobis comptant plus de trois cents membres, dont la majeure partie était arrivée durant la semaine qui venait de s’écouler, et qu’il était l’héritier au trône du Pays du Feu et au Pays de la Foudre. Et par conséquent, l’héritière Hyuga cherchait à faire tout ce qu’elle pouvait pour faire en sorte que Naruto devienne sien, afin de devenir la femme la plus importante des Nations Elémentaires et pour renforcer l’influence de son clan qui avait perdu en puissance depuis l’annonce des fiançailles de Naruto et Yumi.

            - Ce n’est pas toi qui devrais être jalouse, Yumi-chan, déclara Naruto. C’est moi qui devrais l’être. Après tout, tu es la plus belle femme de tout le Pays du Feu et nombreux sont les hommes qui cherchent à être à ma place…malgré le fait que nous soyons mariés !

            La voix de Naruto avait fait sortir la jeune femme de ses pensées, et elle offrit un sourire à son époux. Se lovant contre ce dernier, sa fille toujours dans ses bras, la nouvelle matriarche du clan Uzumaki, et princesse du Pays du Feu et de la Foudre, profita de la chaleur de l’homme qu’elle aimait, se relaxant lentement. 

            - Excusez-moi de vous déranger tous les deux, déclara une voix inconnue, mais j’aimerais savoir où je dois déposer ceci ?

            Se retournant, Yumi et Naruto virent que Kensei Uzumaki, un shinobi spécialisé dans le Ninjutsu-barrière et dans le Fuinjutsu mémoriel, se trouvait dans la pièce, un tableau représentant le couple le jour de leur mariage, une activité annexe de l’Uzumaki.

            - Kensei-san, salua Yumi. J’espère que vous allez bien ?

            - Je ne me suis jamais senti mieux, ma dame ! Où dois-je placer le tableau ?

            Réfléchissant un instant, Yumi finit par décider que la peinture serait parfaite dans leur salon d’hiver. S’inclinant, l’Uzumaki quitta la pièce, accompagné par l’un des clones de son chef de clan, alors que le jeune couple se dirigeait vers la chambre des jumeaux pour coucher les deux enfants endormis.

           

            - Uzumaki-sama ! salua Saya Uchiwa.

            Naruto releva les yeux du rouleau sur lequel il était en train d’écrire les différentes étapes pour l’apprentissage d’un de ses jutsus Suiton personnels, et observa la fille du chef du clan Uchiwa.

            Mesurant environ un mètre soixante, les yeux noirs, qui correspondaient à sa couleur de cheveux, la jeune fille avait le corps d’une kunoichi parfaitement formée. Elle portait une jupe fendue sur les côtés de couleur verte, avec un haut beige. Elle portait des sandales de ninja réglementaires, et une pochette à shurikens était visible dans son dos. Un fin sceau de scellement était visible sur chacun de ses poignets, certainement pour les kunaïs, ces derniers étaient devenus à la mode parmi les forces shinobis de Konoha depuis que Naruto employait cette méthode.

            - Jolie l’Uchiwa, même si je les hais tous, commenta le Biju.

-De ce que ton frère m’avais dit, tu portais des protections supplémentaires, Saya-san, déclara Naruto en faisant fi des paroles de Kurama.

            - Uniquement lorsque je pars en mission ou que je m’entraîne avec une lame, répondit la jeune Uchiwa.

            Le blond hocha la tête, avant de voir son épouse pénétrer dans la pièce, leurs enfants dans les bras.

            - Nos enfants réclament leur père, Naruto ! déclara-t-elle en lui tendant leurs enfants. Bonjour Saya-chan.

            - Yumi-sama, déclara la jeune fille.

            Saya avait une grande admiration pour la kunoichi légèrement plus âgée qu’elle. Et elle savait aussi que cette dernière était certainement consciente qu’elle était amoureuse de l’homme qu’elle avait épousé.

            - Mettons-les choses au clair, immédiatement, Saya ! commença Yumi alors que Naruto préférait rester en-dehors des affaires des deux kunoichis. Je sais que tu as le béguin pour mon mari, mais il est à moi ! Et je n’ai pas l’intention de le partager ! Tant que tu te souviens de cela, je n’aurais aucun problème avec toi !

            - Com…Compris, Yumi-sama ! bégaya la jeune fille face à l’aura terrifiante de son aînée. Et ne vous inquiétez pas, je ne suis pas comme cette Hyuga !

            Un sourire amusé se répandit sur les lèvres de la jeune femme.

            - Si tu partages la même opinion que moi sur Hinata, nous risquons rapidement de devenir de bonnes amies, Saya !

            Le brusque changement d’humeur de la fille aînée du chef du clan Senju perturba légèrement la jeune Uchiwa, qui ne savait pas quoi faire dans une telle situation.

            - Peut-être qu’il serait bon que je teste les compétences de ma future apprentie maintenant ? questionna Naruto à présent que les deux kunoichis étaient venues à un semblant d’accord.

            - Tout à fait, confirma son épouse alors qu’elle reprenait ses enfants dans les bras. Mais je m’attends à voir une mémoire de ce test ! Suis-je assez claire, Naruto ?

            - Comme du cristal, ma chérie, répondit le blond en faisant signe à la Chûnin de le suivre.

            Naruto et la jeune Uchiwa sortirent des murs de la forteresse, avant de se diriger vers l’un des terrains d’entraînement se trouvant au sein du domaine du clan Uzumaki.

            - SI tu te retiens durant ce test, Saya, déclara Naruto en prenant une position de combat, je peux t’assurer que tu ressortiras blessée de l’affrontement, et que je refuserais de t’enseigner quoi que ce soit !

            L’adolescente hocha la tête, se mettant en position, avant d’observer son adversaire. Le descendant du Yondaime était un combattant bien connu au sein des forces de Konoha. Il avait gagné le respect des shinobis plus âgés que lui, tant par sa connaissance des arts ninjas, que par son intelligence qui lui permettait de rivaliser certains membre du clan Nara.

            La garde du ninja blond ne laissait voir aucune faille, et Saya savait, par les discussions de ses frères et les rumeurs au sein des shinobis, que ce dernier était aussi efficace dans la défense que dans l’attaque. Son Ninjutsu et son Genjutsu étaient premier ordre, sans compter qu’il était le meilleur utilisateur de Fuinjutsu du village tout entier.

            L’attaque de Taijutsu du blond fut si soudaine que Saya ne put réagir que grâce à son Sharingan. Sans ce dernier, elle savait que le combat aurait été terminé dès que le chef du clan Uzumaki était passé à l’offensive.

            Les yeux de ce dernier étaient toujours aussi bleus, montrant qu’il n’utilisait pas son Dojutsu. Le fait qu’il puisse anticiper chacune des attaques de la jeune Uchiwa sans le Sharingan effrayait et fascinait cette dernière, puisque cela voulait dire qu’il était possible pour d’autres shinobis d’accomplir cette action. Les mouvements de Taijutsu de Naruto ne laissaient aucune place à Saya pour contre-attaquer et se dégager du combat.

            Faisant passer du chakra dans son poignet droit, elle activa le sceau se trouvant sur son poignet, lançant deux kunaïs en direction du blond. Ce dernier les esquiva en bougeant simplement sa tête pour le premier et en attrapant le deuxième d’un geste de la main.

            Saya profita de ce court répit pour entamer une série de mudras, afin d’utiliser la technique de signature de son clan.

            - Katon – Technique suprême de la Boule de feu !

            La jeune fille cracha une boule de flammes de cinq mètres de diamètre, et se dirigeant sur le blond. Naruto réagit instantanément, en composant deux mudras et en faisant apparaître un tourbillon d’eau autour de lui, créant l’eau nécessaire à son jutsu Suiton de type défensif à partir des molécules présentes dans l’air. La technique aqueuse éteignit les flammes instantanément, provoquant un nuage de vapeur d’eau.

            Enchaînant avec deux autres mudras, le chef du clan Uzumaki déchaîna un torrent d’eau sur l’adolescente, avant d’enchaîner avec une technique Futon pour dissiper la vapeur d’eau.  Saya, grâce à son Sharingan, put anticiper le prochain mouvement de son adversaire, et érigea un mur de terre après avoir esquivée le torrent d’eau se dirigeant vers elle. Sa défense venait à peine d’être érigée qu’un dragon aqueux venait percuter son mur.

            Dans l’instant qui suivit, Saya s’écarta d’un bond sur le côté, esquivant d’un cheveu le katana tenu par Naruto. En voyant le regard dans les yeux du shinobi, la jeune fille comprit que ce dernier coup aurait pu être mortel si elle n’avait esquivée.

            Faisant apparaître un kunaï dans chacune de ses mains, elle stoppa la lame se dirigeant vers elle, renforçant ses muscles avec du chakra, tout comme ses kunaïs, afin de pouvoir parer l’attaque de l’Uzumaki. Ce dernier força encore plus sur les armes de l’Uchiwa, la repoussant peu à peu grâce à sa force physique supérieure.

            Au moment où Saya sentit ses lames commençaient à céder, elle saute en arrière, laissant l’épée de Naruto s’enfoncer dans le sol, avant que ce dernier ne la retire, et, dans un grand geste horizontal, ne déchaîne une lame de vent dans la direction de l’adolescente qui s’aplatit au sol pour éviter d’être tranchée en deux.

            Alors qu’elle allait se relever, Saya sentit la pointe du katana sur sa nuque, indiquant la fin du combat. L’Uzumaki avait utilisé un Shunshin pour apparaître près d’elle, de la même manière que Shisui le faisait durant un combat.

            - Tu as perdu, déclara simplement Naruto en rangeant son arme. Sais-tu pourquoi ?

            Se relevant, la jeune fille répondit à la question qui lui était posée.

            - Vous êtes un adversaire beaucoup plus puissant que moi, et je n’ai pas votre expérience, ni vos capacités !

            - En partie, confirma le blond. D’autre part, même moi peut tomber face à un Genin si ce dernier parvient à m’attirer dans un piège. La raison pour laquelle tu as perdu, c’est parce que je t’ai imposé mon rythme du combat en attaquant en premier. En te dégageant de l’échange de Taijutsu, et en m’attaquant avec une technique Katon, tu as tentée d’imposer ton propre rythme. Cela aurait réussi si tu avais enchaînée immédiatement avec une autre technique de Ninjutsu.

            Le blond prit une pose, pendant laquelle il fit apparaître un clone qui partit immédiatement remettre le terrain d’entraînement en état.

            - Tu te reposes un peu trop sur ton Sharingan, et sans lui, tu aurais été surprise par mon attaque initiale et le combat aurait été terminé dès le début. Tu maîtrises déjà deux éléments, de ce que j’ai vu, et c’est une bonne chose. Je ne peux pas juger de ton Kenjutsu, mais tu sais te servir de ce que tu as à ta disposition. Mais il te reste du chemin à parcourir avant que tu ne puisses devenir une Jonin. De ce que j’ai vu, tu serais considérée comme une Tokubetsu Jonin, de par ta maîtrise du Ninjutsu et ton bon Taijutsu. Je ne peux rien dire sur le Genjutsu, puisqu’aucun de nous ne l’a utilisé !

            - Je comprends Naruto-sama, déclara Saya en abaissant sa tête, honteuse d’avoir été défaite aussi facilement. J’annoncerais à mon père que je ne suis pas prête à être votre apprentie, finit-elle en commençant à s’éloigner.

            La voix de Naruto l’arrêta dans sa marche.

            - Saya, annonça-t-il, présentes-toi à mon manoir demain matin à sept heures ! Dès demain, tu seras mon apprentie !

            - J’espère que tu sais ce que tu fais, Naruto, déclara Kurama alors que la fille du chef du clan Uchiwa rentrait chez elle, un léger sourire présent sur ses lèvres. Quand la guerre éclatera, tu ne pourras pas la protéger sur les champs de bataille ! Es-tu certain de pouvoir faire face à la mort d’un autre apprenti comme le petit-fils du Sandaime et ses amis ?

            - Certain, répliqua le blond avec de la fermeté dans sa voix. Plus aucun de mes apprentis ne mourra devant mes yeux parce que je n’avais pas assez de pouvoir pour les protéger !