En plein coeur du chaos

par Jill

Naruto Crisis

 

Chapitre 26 :

 

 

Passé:

 

Une... deux... trois... quatre... cinq... six chandelle! Unanimement, je peux affirmer sans dire de bêtise qu'il y a bien six chandelles qui gravitent mollement autour de ma tête, leurs flammèches se mêlant aux incendies des alentours... et en parlant de brûler j'ai aussi la tête en feu...

Oubliant purement et simplement ma course-poursuite avec Sasuke, je hurle comme un psychopathe ma façon de penser au crétin sans nom qui m'est rentré dedans :

_ Tu peux pas regarder où tu vas sombre et funeste nouille!

Et c'est une voix féminine en furie qui me rétorque :

_ Tu peux parler sale espèce de demeuré!

Un peu surpris tout d'abord en constatant que je m'adressai à une fille, je suis ensuite totalement ébahie en me rendant compte de quel "genre" de fille :

_ AAAAAAAAAAAH! LA FOLLE AUX SERPENTS!!

_ AAAAAAAAAAAH! L'ENFANT RENARD!!

Significativement surpris par cette inopportune rencontre... ou plutôt carrément terrifié, je me relève en un dixième de demi moitié de seconde et je fais comme si rien ne s'était passé, continuant mon chemin presque en sifflotant...

_ Hélas!

Anko se relève aussi vite, ci ce n'est plus, et m'agrippe par le col en me beuglant dans les tympans :

_ Tu crois quand même pas que tu vas t'en sortir comme ça?!

Excédé, je me débat hargneusement tout en répliquant sur le même ton :

_ Lâche-moi la grappe pauvre folle! Je suis pressé!

En disant ça, je ne pensais pas à mon combat contre Sasuke mais juste à une excuse pour partir au plus vite.

Courroucé, elle me secoue de plus belle comme si elle espérait que je lâche des châtaignes :

_ Moi aussi! Et pourtant, je regarde devant moi et je ne rentre pas dans les gens comme une tarée!

_ Pas la peine! Tu es déjà tarée!

_ Répète un peu! Bigleux!

_ Va crever! Sourdingue!

 

Présent:

 

Je ne peux m'empêcher d'esquisser un sourire en visionnant la scène qui se déroule devant Anko, Aniki et moi. Je peux en effet constater que mes disputes avec Anko remontent à plus loin que cette fameuse et inoubliable rencontre sur la route de Taki no Kuni...

Apparemment, nous avions tous les deux subitement oublié le cadre apocalyptique dans lequel nous nous trouvions et nous nous balancions allègrement des civilités comme nous en avions le secret...

Cependant, tandis qu'un semblant de chaleur ne réchauffe le coeur, Anko, elle, est visiblement au bord de l'évanouissement, je la vois jeter des coups d'oeil stressés aux alentours, de toute évidence...

... elle sait qu'il va arriver quelque chose... et au vue de sa tête, c'est tout sauf une bonne chose...

Aniki, lui, se contente d'alterner son regard entre moi, Anko et la scène de mon passé, en souriant évidemment...

Je reporte mon attention sur la fameuse scène, faisant disparaître mon maigre sourire...

Je sens que je ne vais pas aimer ce qui va suivre...

 

 

 

Passé:

 

_ Quand bien même tu aurais une once d'intelligence dans ton crâne suintant de bêtise, ce ne serait jamais suffisant pour apprendre à faire tes lacets!

_ Je te ferai remarquer sale psycho-mito-parano-débilo-crétine que quand on est pas foutu de regarder où on va, on a au moins l'humilité d'admettre qu'on est une attardée totale!

Cela fait maintenant dix bonnes minutes que nous enchaînons les joyeusetés dans le même genre et rien ne semble être en mesure de nous arrêter, ni les flammes, ni les cris,...

Et puis, aussi soudainement que ça a commencé, l'expression du visage d'Anko change du tout au tout, passant de la moquerie et de l'énervement, à l'incompréhension, la consternation et même... la peur?

Je remarque que ses yeux sont tournés vers quelque chose se passant derrière moi... alors je fais ce que n'importe quel être doué de plus de 5 de Q.I. ferait... je me retourne...

... et je le vois...

_ Bonsoir à toi... petite soeur...

Deux Sharingans roulent dans leurs orbites et viennent se poser sur moi :

_ Et bonsoir à toi... Naruto...

Une chair de poule inexplicable m'enveloppe... enfin, peut-être pas si inexplicable que ça... surtout si ce type aux cheveux roux vif qui se tient droitement devant moi, possède le même visage que le Yondaime Hokage... enfin, pas tout à fait, d'abord, à moins que personne ne m'ai rien dit, le Yondaime n'a jamais eu de Sharingans, de plus, il paraît plus jeune que sur les photos que j'en ai vue... et il ne souriait pas du tout de la même façon...

Lui, il possède le genre de sourire qui ferait frémir n'importe qui...

_ Euh... bonsoir!

Je ne sais pas quel genre de bêtise m'a poussé à répondre ça, mais je n'ai pas le temps de réfléchir sur la question qu'il enchaîne :

_ Dégage de là, petite soeur.

Malgré son aspect calme, on ne peut omettre le ton très menaçant que prend sa voix.

Je me retourne vers l'ex élève d'Orochimaru en lançant, dubitatif :

_ Petite soeur?! Mais, elle est plus vieille que toi!

_ Non.

Cette simple réponse me prend de cours, tandis que Anko n'a pas bougé d'un pouce depuis l'apparition de l'autre rouquin...

_ C'est ma dernière sommation, Anko... dégage... ou tu mourras.

La kunoichi frémit. Passablement énervé, je rappelle tout ce beau monde à l'ordre :

_ De quel droit tu la menaces?! Essaye seulement de la toucher et je te dégomme!

Je ne savais pas trop pourquoi j'avais dit ça mais, tout ce qu'elle me répond en retour, ce sont ces quelques bégayements :

_ Tu... Uzumaki... tu... fuis!

_ Hein?

_ Fuis! Pars! Tire-toi! Cours!

_ Holà! Hey, du calme! Il est si balèze que ça pour que tu flippes comme ça?

Elle mis sa main devant sa bouche, comme pour éviter de dire un blasphème et hoche la tête avec véhémence.

_ Mais... comment ça? Donne-moi une échelle de comparaison!

Elle reste silencieuse, me regarde avec des yeux ronds... et murmure presque :

_ En... comparaison... Oro... Orochimaru... n'est rien.

_ Rien?! Comment ça "rien"?

Son teint blanc habituel est à deux doigts de devenir transparent, elle finit cependant par avouer :

_ Rien... du tout...

Véritablement douteux de son état mentale, je me retourne vers l'autre qui n'a pas pipé mot depuis tout à l'heure... et qui est maintenant à moins de 20 centimètres de mon visage.

Un sursaut plus tard, je me rends compte que je ne l'ai pas du tout senti approcher.

_ Hey! Me fiche pas les jetons comme ça toi!

_ Désolé... je t'ai fait peur?

_ Plutôt oui!

_ Vraiment navré... écarte-toi.

_ Pourquoi?

Il reporte son regard sur la jeune femme derrière moi.

_ Je vais juste honorer une vieille promesse...

_ Ah? Laquelle?

Il ne fait pas attention à moi et parle à Anko sur un ton mielleux :

_ Tu te souviens, hein? Petite soeur... si je te revoyais sur mon chemin... il ne faudrait pas venir pleurer...

Voyant parfaitement où il veut en venir, je me place juste entre lui et la kunoichi, lançant d'un ton cinglant :

_ Si tu la touches... je peux te jurer que tu ne retrouves plus ta main.

Le sourire inquiétant sur son visage devient carrément sadique et un ricanement s'échappe de sa bouche.

_ La toucher? La toucher?!

Là, il devient carrément hystérique.

_ Oui, la toucher, c'est ce que j'ai dit, pourquoi?

_ Pourquoi? Mais parce que c'est déjà fait! Et en profondeur qui plus est...

_ Je... quoi?!

Le peu de couleur qui reste sur le visage d'Anko se volatilise, elle entrouvre la bouche, mais aucun son ne sort.

Paniqué, je demande :

_ Qu'est-ce que... tu veux dire?

Une fois encore, son regard va vers Anko :

_ Tu devrais le savoir, petite soeur... j'avais quel âge à l'époque... 16 ans, non? Et toi, tu en avais 12? Et bien, un adolescent comme moi à toujours certains... "besoins"...

Je sens aussi mon teint devenir livide au possible.

_ ... et quand un adolescent comme moi à pour compagnie une très jolie et mignonne jeune fille comme toi... ainsi qu'une bouteille de somnifère dans la main droite... tu peux comprendre qu'il se passe... certaines "choses"...

 

 

Présent :

 

Saleté... saleté... saleté... SALETE!

Je lance tous les éclairs que je peux en direction d'Aniki dont le sourire m'exaspère à mort.

_ Tu n'es qu'une saleté!!

Anko ne bronche pas... mais je vois bien qu'elle se sent très mal.

Aniki passe sa langue sur ses lèvres et susurre allègrement :

_ Oublie ce genre de menus détails... et intéresse-toi plutôt à ce qui va suivre...

_ Me... MENUS DETAILS!!

Malgré mon état d'énervement que je parviens à contenir, je lui obéis et reporte mon attention sur le passé :

 

 

Passé :

 

Je ne réfléchi plus, je fonce!

_ RASENGAN!!

Je fouette l'air de mon attaque... seulement l'air en fait, car par une esquive incroyablement rapide, ma cible m'échappe et réapparaît dix mètres plus loin... je profite de ce laps de temps pour créer trois autres clones... et je me met au boulot...

_ FUUTON! RASEN SHURIKEN!!

Un rasengan géant, en forme de shuriken apparaît dans ma main... bon, je vais raser tout autour de moi... mais si il est aussi fort qu'elle le dit... mieux vaut ne pas y aller de main morte...

_ Toi... je vais te crever!!

Je me met à courir dans sa direction, mes clones autour de moi, et une fois arrivé à sa hauteur... il se volatilise une nouvelle fois! Pour réapparaître dix autres mètres plus loin.

... parfait...

_ Maintenant!

Un clone cacher là préalablement... non... pas un clone, mais le vrai moi, armé d'un vrai Rasen Shuriken, que j'abat prestement contre le rouquin... qui, même en se désintégrant, n'arrête pas de sourire..

La fumée se dissipe... un cratère énorme apparaît... je suis au milieux... mais plus aucune trace de l'autre énergumène... c'est pas plus mal...

En haut du cratère, j'aperçois Anko, toujours sous le choc...

_ Hey! Ca va aller!?

_ Il...

_ Quoi?

_ Il est... mort?

_ Ben... j'pense bien...

Soudainement... une impression... terrifiante... qui me fiche une trouille de tout les diables... et elle l'a senti aussi... dans un murmure terrifié, la kunoichi frémit :

_ Non... il... il est toujours là!

Une lueur d'un bleu profond apparaît tout autour de moi... une énergie terrible se dégage du sol... la lumière se soulève... se regroupe, se rapproche d'Anko qui recule devant cette chose devant elle... cette chose...

C'est lui!

Son corps retrouve son teint blanchâtre et ses cheveux rouges... d'un coup vif, il assomme Anko qui est propulsé vers un mur des alentours... en plus de ça... la lueur bleue ne disparaît pas complètement... elle forme quelque chose dans son dos... des queues!!

Une... deux... trois... cinq... dix... plus!

Tout en dégageant une aura à faire trembler toutes la terre, il lance d'une voix caverneuse et en même temps aigu au possible :

_ Bien... va-t-on pouvoir discuter tranquillement entre personnes civilisées?

 

 

Un monstre... c'est tout...

 

Ce n'est rien d'autre... qu'un monstre...

 

Je suis toujours là, au fond du cratère crée par mes soins et j'observe... j'observe cet être...

Je sais ne le connais pas... lui apparemment me connaît très bien...

J'hésite sur la conduite à adopter, je pourrais foncer, je pourrais m'enfuir...

Lui ne bouge pas, il sourit...

Au vue de la dose incommensurable de chakra qu'il dégage, des dizaines de queues qui se balancent souplement derrière lui et de cette imposante et lumineuse aura bleue qui l'entoure entièrement, je préfère tenter une approche plus... subtil que ne le serait un rasen-shuriken. Je fais donc quelques petits pas dans sa direction et je lui demande :

 

_ Tu... qu'est-ce que... je veux dire... je... je... enfin, tu... veux quoi?

 

Un rire démoniaque me répond, j'ai tellement la chair de poule que je peux sentir mes cheveux trembler de peur. Il engage un pas dans ma direction, puis un autre, il entreprend de me rejoindre au fond du cratère. Pendant un quart de seconde, je me demande comment va Anko, mais cette pensée me quitte aussi rapidement qu'elle m'était venue lorsque je me rend compte que l'autre est maintenant tout proche de moi.

 

_ Je veux... ce que tu caches en toi...

 

Cette voix... j'ai tellement envie de dégobiller que j'en ai mal à la tête... en plus d'avoir déjà mal à l'estomac et... au reste de mon corps...

Je n'ai pas la moindre idée de ce qu'il veut dire... ce dont je suis certain en revanche...

 

_ C'est... des... bijuus... hein? Je lui demande en pointant du doigt les innombrables queues qui s'agitent dans son dos.

 

Il me répond d'un signe de tête par l'affirmative, je ne peux m'empêcher de vouloir en savoir plus :

 

_ Et... tu en as combien?

 

Cette dernière interrogation le fait hurler de rire et il finit par me répondre en me montrant ses deux mains... et huit de ses doigts tendus vers le haut...

Je met un certain temps à réaliser ce qu'il veut dire... je parviens néanmoins à articuler :

 

_ Hu... huit... tu en as... huit?!

 

Pour confirmer ses dires, je le vois retirer sa veste et son haut de combinaison... et ce que je découvre alors me coupe la parole, le souffle et le coeur...

En effet, il disait vrai, je peux voir... huit... huit sceaux de la mort, identiques au mien, un sur son coeur, un sur son estomac, deux sur ses épaules, deux au-dessus de ses hanches et je devine qu'il doit en avoir aussi deux derrière son dos, mais ça, il ne me le montre pas. Il se rhabille... et le déclic se fait dans mon esprit...

... je sais ce qu'il veut...

 

_ Kyuubi...

_ Tout juste, me dit-il, je veux le neuvième démon...

_ Pourquoi faire!

 

Sa tête penche de gauche à droite, ses cervicales font un bruit d'os pilé proprement insupportable, puis il grince :

 

_ Ce n'est pas important.

 

Etant donné que nous ne partageons pas (Du tout) le même avis sur cette question, je décide d'employer un ton un peu plus agressif :

 

_ Et qui t'as dit que je vais accepter?

_ Et qui t'as demandé ton avis?

 

Il dit cela avec tellement de sadisme que ça en devient glaçant. Pourtant, si il y a bien une chose dont je suis sûr dans ma vie, c'est ma détermination à ne pas laisser Kyuubi entre n'importe quelles mains. J'exécute donc un pas en arrière, pour mieux jauger mon adversaire et j'en profite pour gagner du temps :

 

_ Si tu as Ichibi... ça signifie que tu l'as pris à l'Akatsuki... comment tu as fait?

_ Disons que... j'y ai mes entrées...

_ Qu'as-tu fait... aux autres jinchuuriki?

_ Je les ai...

 

Il stop sa phrase, réfléchie un moment... et finalement, il reprend :

 

_ ... désossé... enfin ça dépend... la plupart du temps je broie mais une fois je me suis emporté et je l'ai... fait exploser...

 

Un atroce frisson me parcourt l'échine.

 

_ Alors... tu comptes... faire pareil avec moi?

_ Oui... cependant... j'aurais aimé te dire que ça n'avait rien de personnel, comme pour les autres... malheureusement, ce n'est pas le cas, j'ai personnellement une envie pressante de t'occire très lentement...

 

J'avale difficilement ma salive... la situation est encore plus mal barré que ce que j'avais prévu... heureusement, j'ai un plan... mais j'ai aussi désespérément besoin de temps...

 

_ C'est bien beau mais... je peux savoir pourquoi?

 

Il me répondit par un brusque et strident sifflement, à la manière d'un serpent.

 

_ Je suis susceptible dès qu'on aborde ce sujet...

_ Ah... désolé...

 

Nous nous taisons tout les deux... jusqu'à ce que sa voix ténébreuse ne s'élève à nouveau :

 

_ C'est ridicule... tu n'as rien d'autre qu'une technique de permutation?

 

Merde. Un nuage de fumée plus tard, je me volatilise pour laisser place à un tas de briques

 

"SCHLARK"!

 

Un crissement caractéristique à un mélange de chair écorchée et de cervelle arrachée se fait entendre...

Il avait remarqué ma ruse, pendant que nous discutions, je me permutais et je me plaçais derrière lui, un kunaï dans la main, près à frapper... ce que j'ai fait, en plein dans son crâne et s'en ai fait de lui... mais je ne comprend pas... il avait deviné, il l'avait remarqué... alors pourquoi n'a-t-il pas esquivé?

J'arrête de ma poser toutes ces questions... il est mort et c'est tout ce qui compte. Je lâche le kunaï fiché dans sa tête... le sang coule à flot... les morceaux de cerv... j'vais vomir...

 

_ T'as fini?

 

Un électrochoc d'au moins 10 000 volt me frappe de plein fouet et je manque de m'écrouler lorsque... lorsqu'il se tourne vers moi.

Son rictus n'a pas bougé d'un iota, il sourit comme si de rien n'était... sauf que... le bout de la lame ensanglanté est là... juste entre ses deux yeux...

 

_ Tu... tu...

_ Tu as oublié Naruto? J'ai huit bijuus...

_ Tu...

_ Laisse-moi t'expliquer...

 

Le voir parler comme ça... aussi normalement alors qu'un flot de sang incontrôlable s'écoulait lentement le long de sa figure blafarde... c'est au-dessus de mes forces... j'ai la tête qui tourne...

 

_ Au cours de mes errements scientifiques, j'ai découvert que le pouvoir de guérison d'un bijuu ne dépendait pas de sa position au sein de la hiérarchie démonesque, ainsi, Kyuubi ne peut pas te régénérer plus vite qu'un autre démon comme Ichibi par exemple...

_ Je ne...

_ Le facteur régénérateur d'un bijuu ne change pas, il ne peut augmenter ou diminuer selon leur réserve de Chakra, ce qui fait que les huit bijuus ont exactement le même taux de renouvellement cellulaire entre eux.

_ Pourquoi tu me dis...

_ Dans mon cas... la présence de huit bijuus au sein de mon organisme m'assure en théorie une vitesse de cicatrisation huit fois supérieur au tiens... mais j'ai découvert... qu'il était possible via une série d'incision ultra précises, de faire se connecter les bijuus entre eux... est-ce que tu saisis ce que ça signifie?

 

Bien que je mettrais ma main au feu qu'en tout cas, ce qu'il dit est très mauvais pour moi, je dois me résoudre à répondre :

 

_ Pas... pas vraiment...

_ Je m'en doutais... pour faire court, tu dois connaître ce dicton "L'union fait la force"? Et bien dans le cas présent, la méthode de régénération d'un bijuu est toujours la même : cellules par cellules, il transforme son Chakra en cellules, un bijuu ne peut donc pas s'occuper de plusieurs plais en même temps, de plus, il lui est impossible d'utiliser le plus haut potentiel de son Chakra sur une blessure peu grave car il n'en a pas besoin pour régénérer une cellule en même temps, dans le cas contraire sur une plaie plus grave il parvient rapidement à saturation et doit renouveler son stock de Chakra de guérison, ce qui entraîne un énorme gâchis de temps et de rendement. Or, en reliant les démons entre eux, le surplus de Chakra des uns peut aller là où les blessure sont plus importantes... augmentant ainsi la capacité régénératrice de l'hôte... de façon exponentielle...

_ Je... n'ai pas très bien...

_ Je vois... si tu veux un exemple concret... toi-même... dans le cas éventuel où tu te ferais couper un bras, dit-il en souriant à pleines dents pointus, il te faudrait environ et en tout et pour tout 2 mois avant d'en récupérer un "neuf" et je ne parle pas de la rééducation...

 

La perspective de me faire couper un bras me fait frémir, même si je suis assez surpris d'apprendre que même un bras coupé peut repousser...

 

_ Déjà, 2 mois divisé par huit, on obtient 1 semaine... c'est déjà un temps considérable de gagné sans connecter les bijuus... et si on le fait... tu divise cette même semaine par un facteur approximatif jumelé à une probabilité corrélative... de plus ou moins 142 689...

 

Je tente tant bien que mal de faire le calcul dans ma tête, mais il me devance :

 

_ 4...

_ Quoi?

_ ... c'est le nombre de secondes qu'il faudra à ton bras pour être recréé... frais et dispos...

_ 4... secondes?!

_ Exactement... mes deux bras se régénèrent en à peu près dix secondes et pour mon corps entier... il me faut en tout et pour tout 35 secondes... sais-tu ce que cela signifie?

_ N... non...

 

Il s'avance, un pas, puis deux... je ne pense même pas à me reculer, il s'arrête à quelques centimètres de moi... et il me susurre :

 

_ Que ce soit au niveau biologique qu'au niveau psychologique... je ne... peux pas... mourir...

 

Son sourire... ce rictus... cette odeur... putride, il ne me reste qu'un pas avant de tomber dans les pommes... en un éclair, il met sa main derrière sa nuque et tire d'un coup sec sur le kunaï. La lame se retire dans son crâne avant d'en être extraite... je vais vomir... il regarde attentivement la petite arme, il l'amène à sa bouche et lèche goulûment le sang qui y est resté, le trou béant dans son front se referme dans une fumée bleu... je vais gerber...

Son regard se reporte sur moi... ses yeux... ses sharingans me fixent sans broncher... et une douleur me survient brusquement dans le bras gauche... il vient tout juste de me planter le kunaï dans le bras...

 

_ Urgh!

 

Je fais un bond en arrière et je retire illico la lame de ma chaire.

 

_ C'est bon? Tu es réveillé?

 

Je déchire un bout de ma manche avec mes dents et j'en fais un bandage de fortune, avant de me mettre en garde. Lui, il tend un bras en avant, la paume ouverte et déclare :

 

_ Donne-moi... Kyuubi!

_ Tu peux aller CREVER EN ENFER! SALE MONSTRE!

_ En enfer? Mais mon pauvre Naruto... on est en plein dedans! Achève-t-il joyeusement, avant de disparaître sous mes yeux.

 

Il se déplace, trop rapidement, derrière!

Je me baisse au dernier moment et je peux sentir le vent déplacé par son geste de fauchage vers ma nuque. D'un bond, je tente une fuite mais... il est déjà devant moi! La dernière chose que je vois avant de me prendre son poing dans la figure c'est son sourire démoniaque et son imposante aura bleu.

Je poursuis ma chute sur plusieurs mètres avant de parvenir à me relever en plein élan... il a encore disparu...

 

_ Ici!

 

Il est encore derrière moi...

 

_ Rasengan!

 

J’abats l'orbe tourbillonnant vers son crâne, mais il esquive et me fait un croche-patte, je m'effondre alors par terre, avec le Rasengan...

 

 

Une intense explosion retentit à l'intérieur de l'énorme cratère visible sur la place, assez intense pour réveiller une Anko à demi inconsciente, qui ne peut qu'observer les flammes émerger du trou béant... tout son corps lui fait mal... elle ne peut que murmurer :

 

_ ... Uzu... maki... 1412... Naru... Naruto...

 

Contre toutes attentes, une autre explosion, à sa gauche, fait voler un mur déjà enflammé en éclat... et deux silhouettes en émergèrent...

 

_ Uchi... wa...?

 

 

 

jill