Chapitre 9

par Kyubi-san

Naruto : le descendant du sage

Chapitre 9

            Naruto pénétra dans son minuscule appartement, seul habitation décente que le Sandaime avait pu lui fournir sans s’attirer les foudres du conseil et des villageois. Mais le jeune genin était déjà bien content de l’avoir, en tout cas pour le moment. Le blond préférait voir uniquement les avantages liés à la position de son appartement. Il était complètement à l’écart du reste du village, personne n’y vivait, personne n’y venait lorsqu’il était présent, et surtout, le blond avait commencé à agrandir secrètement le minuscule espace de vie dont il disposait, en faisant des travaux de démolition sur les murs de son appartement. Il avait déjà pulvérisé la totalité des murs de l’appartement voisin, et, à l’aide du Doton, avait scellé la porte de cet appartement définitivement.

            Le gamin blond se dirigea vers la cuisine, et après avoir fait réchauffer un plat de ramens, il se dirigea vers la minuscule table qui trônait au centre de l’espace de cuisine. Sur le meuble traînait des dizaines de parchemins recouverts de sceaux, ainsi que de nombreux livres sur l’art du Fuinjutsu, dans lequel le blond cherchait à améliorer ses capacités depuis plusieurs semaines. Pendant qu’il mangeait, Naruto discuta avec le renard aux neuf queues sur l’épreuve finale de l’examen chûnin, qui aurait lieu dans un mois.

            - Je vais devoir affronter un génie Nara, qui va certainement se préparer au pire, pour notre affrontement. Sachant qu’il sait que je peux manipuler la gravité, et le Doton, il va mettre en place une stratégie afin de m’en empêcher. Et en plus, connaissant Kakashi-sensei, il a dû parler de mon Dojutsu. Je dois donc absolument développer le deuxième pouvoir caché du Rinnegan, qui est la manipulation et la cristallisation du chakra, me permettant de créer d’étranges bâtons noirs, extrêmement résistants. Qu’est-ce que tu en penses, Kyu-san ?

            - Je suis d’accord avec toi, il faut que tu développes le deuxième pouvoir caché, afin de mieux le maîtriser ! Sinon, il faudrait que tu te trouves un professeur pour le reste du mois, car je ne pense pas que cette espèce d’épouvantail va t’entraîner ! Il va surtout se concentrer sur la formation de cet Uchiwa, qui est comme tous ceux de son clan, ennuyant à mourir !

            - Si tu le dis, Kyu, marmonna le blond, le seul problème, c’est de savoir où je vais trouver un professeur pour le mois ! Car je te signale que la plupart des Junins ne m’aiment pas, et les autres vont être occupés à former leurs élèves qui ont sélectionnés pour la dernière partie de l’examen chûnin. Donc, il faut que je demande au Sandaime s’il connaît quelqu’un qui pourrait m’entraîner pour le mois !

            Au fin fond de l’esprit du jeune genin, le renard grommela son acquiescement à cette idée, puis repartit dormir, puisqu’il n’avait que ça à faire. De son côté, Naruto jeta la boite en carton qui avait contenu son repas et se remit à son travail de démolition. Décidant qu’il avait des choses plus importantes à faire, il utilisa ses affinités élémentaires pour détruire l’appartement qu’il visait. Les murs de ce dernier ne tinrent pas longtemps, à peine deux minutes, l’Uzumaki ayant décidé d’utiliser le Raiton, et le Doton. Après en avoir terminé avec la démolition, il passa à la construction, en utilisant l’élément Doton. Rapidement, il créa de nouveaux murs. Il s’empressa de se construire une nouvelle chambre, la sienne étant trop exposée aux jets de pierres des villageois.

 

            Le lendemain, Naruto marchait dans les rues du village, se dirigeant vers le bâtiment administratif du village où le Sandaime avait son bureau. Après avoir reçut l’approbation du puissant Biju, la veille, il était bien décidé à obtenir un professeur qui l’entraînerait pendant le mois qui allait passer. Le genin toqua à la porte du bureau de l’Hokage, et attendit que ce dernier l’autorise à entrer. Lorsque ce fut fait, il ouvrit la porte et pénétra dans la pièce où travaillait le chef du village. En entrant dans la salle, Naruto se rendit compte que le Sandaime n’était pas seul. Dans la pièce se trouvaient quatre autres personnages. Le premier d’entre eux était l’ancien rival du Sandaime pour le poste de Hokage, Danzo. D’après ce que Naruto avait pu lire dans les rouleaux laissés par son père, le vieil homme dirigeait une section secrète de l’ANBU.

            De l’autre côté de la pièce, en face de Danzo, se trouvaient les doyens du village, anciens coéquipiers du Sandaime : Homura Mitokado, et Koharu Utatane. Ces derniers étaient les conseillers de l’Hokage, et également des membres du conseil du village, qui lui pourrissait la vie depuis sa naissance. Derrière le bureau du Sandaime, se trouvait une personne inconnue de Naruto. Un vieil homme aux longs cheveux blancs, et vêtu d’étranges vêtements. Il portait également un long trait rouge sous chacun de ses yeux.

            - Hokage-sama, déclara Naruto en s’inclinant.

- Ah ! Naruto ! déclara Hiruzen. Nous parlions justement de toi.

            - Exact, déclara Danzo, nous discutions du professeur que nous allions t’assigner pour le mois de préparation, étant donné que le sensei chargé de l’équipe de genins dont tu fais partie préfère s’occuper de Sasuke Uchiwa, qui va devoir combattre…

            - Le jinchûriki d’Ichibi, je sais, leur apprit Naruto.

            La surprise se lut sur le visage de tous. Comment cet enfant pouvait-il être au courant de la situation du jeune genin de Suna ? Mais là n’était pas la question pour le moment. Le plus important était de trouver un professeur compétent pour préparer au mieux le jeune genin pour la phase finale de l’examen chûnin.

            - C’est exact Naruto, mais nous devons toujours te trouver un professeur, déclara le Sandaime. Au fait, pour quelle raison es-tu venu me voir ?

            - Je voulais vous demander si vous pouviez me trouver un sensei pour m’entraîner durant ce mois-ci, Hokage-sama ?

            Un léger sourire apparut sur le visage de Sarutobi. Ainsi, donc, le jeune fils du Yondaime désirait avoir un professeur qui l’entraînerait ? Comme c’était amusant.

            - Comme tu l’as certainement constaté, Naruto, nous étions en train de discuter sur ce sujet. Danzo et Jiraya se sont proposé de te former durant ce mois-ci. Et, comme nous n’arrivons pas à nous décider, tu vas devoir faire toi-même le choix de celui qui sera ton professeur.

            - Jiraya ? répéta Naruto. L’ermite des crapauds, l’un des trois Sannins de Konoha ?

            - C’est exact, Naruto, répondit l’intéressé. Je suis bien cette personne !

            - Ouais, c’est bien le pervers décrit par ton père, commenta le renard. Je me demande encore comment il est possible d’être un grand ninja et un pervers en même temps. Remarque, ton sensei est pas mal non plus dans le genre pervers qui ne s’assume pas !

            - Mon choix est fait Hokage-sama, je vais suivre l’enseignement de Jiraya-sama pour ce mois-ci. Le fait qu’il puisse m’enseigner les jutsus d’invocation liés aux crapauds m’intéressent fortement.

            Un grand sourire apparut sur le visage de Jiraya, qui s’empressa de saluer son ancien sensei d’équipe, et d’entraîner Naruto avec lui pour commencer l’entraînement du gamin. Naruto eut à peine le temps de saluer les conseillers et l’Hokage, que Jiraya et lui avaient disparus du bureau.

            - Jiraya a vraiment l’air motivé pour enseigner des jutsus à Naruto, constat Hiruzen Sarutobi.

            - Effectivement, constata Danzo. Il n’empêche que j’aurais pu former notre meilleur genin aussi bien que ton pervers d’élève Sarutobi !

            - Naruto a fait son choix. De plus, c’était la volonté de Minato que Jiraya prenne Naruto comme élève. Nous n’avons fait que respecter sa volonté.

 

            Dans la rue, alors qu’il était traîné par Jiraya vers les terrains d’entraînement, Naruto commençait à regretter son choix.

            - Danzo aurait peut-être été mieux finalement, dit-il au renard.

            - Prends cette relique du passé comme sensei, déclara le Biju, et je te jure que je l’étripe dans les cinq minutes qui suivent ! C’est compris ? !

            - Oui Kyu-san, déclara le blond. Tu aurais peut-être préféré Itachi Uchiwa !

            - J’ai oublié qu’il avait été ton professeur, pour développer ton Sharingan, avant qu’il ne massacre son clan, se remémora le renard. Je l’aime bien cet Uchiwa, gentil, intelligent, poli, drôle, et surtout modeste. Lui ça peut aller !

            Un sourire apparut sur le visage de Naruto au souvenir de son professeur Uchiwa. Ce dernier l’avait prévenu de son projet pour protéger Konoha, à savoir massacrer tout son clan, avant de le mettre à exécution. Il lui avait également parlé de sa grave maladie, à laquelle il n’avait pas trouvé de remède. Naruto avait supplié son professeur de l’emmener avec lui, dans le but d’échapper au traitement qu’il subissait de la part de la quasi-totalité du village. Mais Itachi était resté inflexible, et avait refusé d’emmener son élève avec lui. En dernier recours, il avait fini par promettre que, si jamais Naruto parvenait à trouver un remède à sa maladie, il l’emmènerait avec lui. L’Uzumaki était donc resté à Konoha pour trouver un remède au mal de son professeur, avant de pouvoir le rejoindre. Ce dernier le lui avait promis. Et justement, Naruto attendait désormais un signe de son premier sensei pour le rejoindre, puisqu’il avait enfin développé un jutsu médical grâce au Rinnegan et au Mokuton. Il avait en effet compris que le Mokuton permettait la manipulation de la vie, et, avec l’aide des pouvoirs de son Dojutsu, il n’aurait aucun mal à soigner son mentor.

            Jiraya lâcha soudainement le blond, et ce dernier regarda autour de lui. Ils étaient arrivés sur le terrain d’entraînement où l’équipe sept s’entraînait en temps normal. Le blond fixa l’homme. Ce dernier semblait réfléchir à quelque chose.

            - Bon qu’est-ce que vous allez m’enseigner, sensei ?

            - On va d’abord commencer par te faire signer le pacte d’invocation des crapauds. Ensuite, tu t’entraîneras à utiliser ce jutsu.

            Naruto signa donc le pacte lui permettant d’invoquer les crapauds, puis refit les signes que Jiraya lui montra. Ils apposèrent tous deux leurs mains sur le sol en même temps. Deux nuages de fumée apparurent. Lorsque les nuages se dissipèrent, Naruto était monté sur un immense crapaud, qui était un de la même taille que celui invoqué par Jiraya. Soudain, les yeux du blond se mirent à le brûler, et une intense douleur le fit tomber au sol. Se réveillant en catastrophe, Kyubi libéra ses réserves de chakra, et celui-ci recouvrit Naruto, le protégeant de la chute brutale qu’il fit sur le sol.

            En voyant la scène, Jiraya s’empressa de porter son élève jusqu’à l’hôpital dans le but de lui faire passer des examens complets, afin de comprendre ce qu’il venait d’arriver à son élève. Pendant ce temps, dans son esprit, Naruto discutait avec le plus puissant des Bijus. Ce dernier était allongé de tout son derrière les barreaux de la cage dans laquelle il était enfermé, et fixait son hôte tranquillement.

            - Heureusement que t’étais là, Kyu-san, déclara le blond. Sinon, j’aurais passé une à deux semaines dans l’hôpital. Mais c’est vraiment chiant que chaque fois qu’un cercle se rajoute à mon Rinnegan, toute mon énergie part en fumée d’un seul coup.

            - Je ne te le fais pas dire gamin, c’est moi qui dois faire tout le travail de réparation à chaque fois ! En revanche, je dois dire que je suis épaté de ton exploit ! déclara le renard. Invoquer l’un des plus puissants crapauds du mont Myoboku dès ton premier essai, ça prouve que tu es bien le fils de ton père ! Mais sinon, tu as déjà préparé tes affaires pour notre « petit voyage » qu’on a prévu de faire tous les deux ? Sans que personne ne soit au courant bien entendu !

            - Je n’ai pas oublié, lui annonça le gamin. Il ne me manque plus qu’un certain rouleau, un ou deux armes à récupérer, ainsi qu’un ou une medic-nin.  Ce n’est pas que je n’ai pas confiance en toi, mais il vaut mieux qu’on soit accompagnés durant notre voyage. Le problème, c’est de trouver quelqu’un qui voudra bien nous accompagner.

            - Avec la démonstration que tu feras lors de la dernière phase de l’examen, tu n’as pas à t’inquiéter, toutes les kunoichis de ta génération te poursuivront de leurs assiduités pour sortir avec toi, après, tu n’as plus qu’à choisir celle que tu voudras. Ainsi, on aura une medic-nin pour nous accompagner !

            - Ouais, t’a raison, lança le blond. Mais j’espère que t’es sûr de ton coup, sinon on va avoir du mal à regagner la confiance du vieux et de Kakashi-sensei. Et j’espère que tes infos ne sont pas erronées, sinon, ce n’est pas deux ans qu’on va passer hors du village, mais une décennie entière.

            - T’inquiète gamin, mes informations sont on ne peut plus sûres. Cet abruti de Madara a oublié que j’étais un maître en Genjutsu, et j’ai pu tranquillement lire ses projets dans son esprit, sans qu’il s’en rende compte. Quel abruti ! De ton côté, j’espère que tu maîtrises le jutsu crée par ton père, ça nous permettra de gagner du temps.

            Un sourire fit son apparition sur le visage du blond. Il est vrai que le renard adorait parler de ses exploits secrets. Mais il ne souriait pas que pour cela, le renard savait parfaitement qu’il maîtrisait la technique de son père, le Yondaime. Il s’était entraîné secrètement à ce jutsu, et il avait bien l’intention de l’utiliser si jamais la situation l’exigeait. Mais en vérité, la seule chose que Naruto attendait était de pouvoir enfin révéler sa véritable puissance lors du tournoi. Il pourrait enfin avoir une bonne occasion de rigoler en voyant les têtes que feraient les spectateurs, lorsqu’ils verraient celui qu’ils avaient mis au ban de la société exécuté des jutsus dignes des Hokages fondateurs du village.

            - Bon ce n’est pas tout ça, déclara le Biju, mais il est temps pour toi de te réveiller. J’ai rétabli tes réserves de chakra, mais je t’interdis de forcer trop sur ton entraînement pendant les deux prochains jours. Et, afin d’être sûr que tu ne feras rien de stupide, je t’aiderais à comprendre la théorie de fusion du Hyôton, afin que tu sois prêts à l’utiliser pour tes futurs combats. Ce sera un avantage supplémentaire de maîtriser un autre élément de fusion, si jamais tu dois utiliser le Mokuton !

            Naruto acquiesça, juste avant que le renard aux neuf queues ne le renvoi dans le monde réel. Naruto détestait être ainsi éjecté de son esprit, mais il savait que seul Kyubi pouvait encore le sortir de ses évanouissements. Alors qu’il ouvrait les yeux, le blond se rendit soudainement compte qu’il avait oublié de demander au Biju quel était le pouvoir qu’il avait obtenu lors de son éveil au quatrième cercle du Rinnegan.

            - Des invocations, d’après ce que je sais, déclara la voix grave du renard au fin fond de son esprit.

            Le blond entendit alors des voix de l’autre côté de la porte de la chambre d’hôpital dans laquelle il se trouvait.

            - Mais puisque je vous dis qu’il n’est pas réveillé, hurlait le médecin.

            - Et moi, je dis qu’avec vos cris, vous l’avez réveillé, répondit Jiraya d’un ton sec. Je viens prendre le gamin, et il va partir avec moi pour s’entraîner pendant un mois ! De plus, il pourra peut-être m’aider pour certaines de mes recherches !

            Sur ces paroles, la porte s’ouvrit brusquement et laissa entrer un Jiraya ennuyé par un médecin, qui lui était furieux. En voyant que son élève était réveillé, le Sennin l’attrapa par le bras, et ils disparurent tous deux dans un nuage de fumée. Ils réapparurent un peu plus loin dans le village, sur la falaise des Hokages. Là, Jiraya se tourna vers son élève, et le blond comprit en voyant son regard, qu’il allait devoir fournir des explications.

            - Naruto, j’aimerais savoir pourquoi tu t’es soudainement évanoui ?

            - Vous êtes certainement au courant pour mon Dojutsu ? supposa le blond.

            Le Sannin hocha la tête.

            - Bien, alors il faut que vous sachiez que mes évanouissements ne se produisent que lorsque je gagne un nouveau niveau d’évolution de ma pupille. Et cela peut arriver n’importe quand. D’habitude, je parviens à prévoir la perte de conscience, mais cette fois, c’est arrivé parce que j’ai réveillé le pouvoir d’invocation du Rinnegan. Après, il faudra que je m’entraîne à le maîtriser, mais ce sera certainement plus simple qu’avec les autres pouvoirs.

            - Je vois, répondit Jiraya en hochant la tête. De toute façon, tu auras tout le temps de t’entraîner pendant ce mois-ci, puisque tu m’accompagnes en-dehors du village pour t’entraîner. Tu vas devoir m’aider dans ma recherche d’une certaine personne.

            - Qui est ?

            - Devine, lui lança Jiraya avec un grand sourire.

            Naruto baissa la tête pendant quelques instants, avant de la relever. Jiraya comprit qu’il avait fait une erreur, lorsqu’il vit le Rinnegan à quatre cercles briller dans les yeux de l’Uzumaki.

            - Tsunade Senju, votre coéquipière ? proposa le blond avec un sourire malicieux.

            - J’abandonne, déclara le Sannin, seule les Yamanaka et les spécialistes en Genjutsu pour résister à une telle analyse de pensées. Surtout faite par le Rinnegan.

            - Vous avez déjà croisé un Rinnegan ? demanda Naruto soudainement intéressé.

            - Un de mes élèves possédait ce pouvoir, lui apprit Jiraya. Il s’appelait Nagato. Mais sa pupille n’était pas aussi puissante que la tienne, et il n’avait pas autant de talents cachés.

            Le blond baissa la tête en rougissant sous le compliment. Il était tellement rare que quelqu’un lui fasse des éloges. Son seul réconfort était le renard, qui veillait sur lui comme un père l’aurait fait. Mais il n’avait pas encore abandonné l’idée de redevenir libre un jour. De son côté, Jiraya remarqua la gêne de l’enfant, et fit comme si de rien n’était.

            - Bon, quand est-ce qu’on part ? demanda Naruto.

            - Comme on n’a qu’un seul mois, on part dès aujourd’hui ! On se retrouve une heure après midi devant la porte du village. Et ne sois pas en retard, déclara le Sannin en disparaissant dans un nuage de fumée.

            - Si jamais il est à l’heure, déclara Naruto, je jure que je vais au restaurant de brochettes comme me l’a demandé Kyu.

            - Pari tenu, déclara le renard.