Mise au point après le désastre

par Ryuuketsu

Cela faisait maintenant cinq mois que Kyuubi avait attaqué Konoha. Cinq mois durant lesquels les dommages matériels (les habitations et autres infrastructures s’entend) subis par Konoha avaient été tous réparés sous la supervision personnelle de l’Hokage qui, soit dit en passant, passait le plus clair de son temps à noyer son chagrin dans le travail et le saké, ne rentrant que rarement chez lui et dormant souvent dans son bureau. Il ne voyait pratiquement pas son fils. Quand Tsunade le lui reprocha il répondit qu’il lui rappelait trop sa mère. Ce ne fut que quand Danzô suggéra que son éducation lui soit confiée entièrement que Minato se reprit un peu et commença à passer une ou deux heures par jour avec son fils.

En ce matin du onze mars, Minato eut la surprise de voir arriver dans son bureau Hiruzen, Jiraiya et Tsunade. C’est quand il vit à leur suite Homura, Koharu et Danzô qu’il sut que la journée allait être mauvaise, pour lui tout du moins. Il avait déjà du souci avec son fils dont le développement était plus rapide que la normale pour ne pas que ses conseillers en rajoutent.

C’est donc la mine grave qu’il les salua d’un bonjour de ses mauvais jours. Il n’eut donc pas de round d’observation. Ce fut Koharu qui lança les hostilités.

- Minato-sama, cela fait plusieurs mois que le drame s’est produit. Quand tu nous as demandé, que dis-je, ordonné de mentir sur le scellement de Kyuubi en Naruto ton fils et ensuite sur la mort de celui-ci, nous n’avons pas posé de questions au vu de votre chagrin et avons fait le nécessaire. Mais aujourd’hui nous exigeons de savoir la vérité sur ce qui s’est passé cette nuit du dix octobre, à la naissance de votre fils.

- Pour qui vous prenez-vous ? Explosa Minato sous la surprise de tous, aucun n’ayant prévu qu’il réagisse ainsi. Qui êtes-vous pour exiger quoi que ce soit ? Je suis le Hokage et vous faites ce que je vous dis et non le contraire. Vous êtes mes conseillers et vous n’avez pas à remettre mes décisions en cause ni mes motivations. Ou me serais-je tromper en vous maintenant à vos postes ? Je ne suis pas Hiruzen-sama qui a été trop gentil avec vous et vous a laissé faire tout ce qui vous passait par la tête. Sachez où est votre place.

- Calmez-vous Hokage-sama, fit diplomatiquement Homura. Je suis d’accord avec vous, nous n’avons rien à exiger de toi que de protéger le village ce que tu fais déjà très bien. Nous sommes tes conseillers et loin de nous l’idée de remettre en cause tes décisions ou douter de tes motivations. Nous savons que tu aimes le village, tu as même sacrifié votre femme pour sa sécurité. Ce que Koharu voulait dire c’est que tous autant que nous sommes dans ce bureau, nous aimerions comprendre ce qui s’est passé ce jour-là pour que tu en soit arrivé à de telles décisions, termina le second conseiller en espérant avoir rattrapé la bourde de son collègue alors que Jiraiya essayait tant bien que mal d’étouffer un fou rire pour lequel il reçut d’ailleurs un coup dans les côtes à vous couper le souffle de la part de Tsunade.

- C’est vrai, continua Hiruzen d’un ton calme et apaisant, je te connais Minato et tu n’es pas du genre à prendre de telles décisions sans raisons. Nous voulons juste comprendre.

Au bout de quelques minutes de réflexion, Minato prit la parole, cette fois calmement.

- Hiruzen-sama, Tsunade, Jiraiya-senseï, vous n’avez rien remarqué sortant de l’ordinaire en combattant Kyuubi ? leur demanda-t-il.

- Moi, fit Tsunade, je ne suis pas resté longtemps. Je suis revenu très vite pour m’occuper des blessés comme tu me l’as ordonné, donc je n’ai rien remarqué, non.

- De mon côté, j’étais plutôt occupé à éteindre les incendies qu’il allumaient un peu partout dans Konoha et ses alentours avec mes invocations, donc je ne peux pas vraiment dire, s’excusa Jiraiya, désolé de ne pas pouvoir apporté de réponse à la question.

- Maintenant que tu en parles, commença Hiruzen, j’ai cru voir des Sharingan dans les yeux de Kyuubi cette nuit-là.

- Des Sharingan ? S’étonna Tsunade

- Le clan Uchiha serait donc derrière l’attaque de Kyuubi, fit gravement Koharu.

- Ne nous précipitons pas, voulez-vous, coupa Danzô sous la surprise de tous sauf de Minato, lui qui, il y a un temps serait le premier à fustiger le clan Uchiha et à l’accuser de tous les problèmes de Konoha, le voilà qui prenait leur défense. « On aura tout vu à Konoha », pensa Jiraiya. Continuez, je vous prie Hiruzen-sama.

- Je te remercie Danzô-san. Je disais donc que j’ai cru voir des Sharingan et ce qui m’a fait douter et m’a fait penser que c’était peut-être une illusion, c’était leur forme : ce n’était pas ses Sharingan ordinaires avec trois tomoes ou toute autre forme bizarre faisant penser au Mangekyo mais c’était des Sharingan avec six tomoes.

- Six tomoes ? C’est sûrement une illusion, dit alors Tsunade. Mais ça soulève une question aux implications très graves.

- Laquelle Tsunade-san ? Voulut savoir Koharu.

- Qui est assez puissant pour faire tomber le Kyuubi dans un Genjutsu et surtout le maintenir pendant un temps aussi long ? Non, c’est improbable, c’est impossible que ce soit un Genjutsu ? conclut Tsunade.

- Il y a cependant la légende selon laquelle le Kyuubi serait sensible au Sharingan, rappela Hiruzen conscient de la tournure fâcheuse (pour les Uchiha) que prenait la discussion.

- Pourtant il n’y a aucun Uchiha suffisamment puissant et vivant au jour d’aujourd’hui capable de pareil exploit, défendit Jiraiya.

- Et s’ils s’y étaient pris à plusieurs ? Accusa Koharu.

- Qu’avez-vous exactement contre les Uchiha ? S’insurgea Tsunade. Vous n’êtes pas sans savoir qui était l’ancienne Jinchûriki du Kyuubi, et vous croyez que si les Uchiha étaient impliqués là-dedans Hokage-sama aurait déjà fait ce qu’il fallait ?

- Pourtant c’est bien un Uchiha qui est à l’origine de ce désa… commença Minato avant d’être coupé par Koharu.

- Vous voyez, qu’est-ce que je disais, ce sont bien les Uchi…

- Ca suffit Koharu ! Tonna Danzô en se levant et en frappant le sol de sa canne. Assez ! Coupez une seule fois encore la parole à Hokage-sama et je vous rappellerai personnellement quelle est votre place. Dit-il autoritairement avant de se rassoir tranquillement, laissant à Minato le loisir de continuer.

Quelques instants de silence accueillirent ce rappel à l’ordre quelque peu inhabituel de la part de Danzô. A croire que Koharu et Danzô avaient changé de personnalité.

- Je disais donc que c’est bien un Uchiha qui est à la base de ce qui s’est passé en Octobre mais personne du village n’est en cause, fit Minato mystérieusement, comme s’il ne voulait pas leur dire la vérité. Ce fut Danzô qui lâcha la bombe.

- Ainsi donc, il est toujours vivant. Ce qui veut dire aussi que la légende du véritable Sharingan est aussi vrai ; voici qui annonce de grands changements pour l’avenir. Je comprends votre réticence à en parler Hokage-sama, approuva-t-il tout aussi mystérieux que son chef.

- De qui parlez-vous à la fin ? Explosa Tsunade, lassée d’autant de mystères.

- D’Uchiha Madara, lâcha enfin Minato.

- Quoi ?!? Furent la réaction de tous sauf des deux déjà au courant.

- Il n’est pas censé être mort à l’issu de son combat contre Shodaïme-sama ? demanda Jiraiya

- Pourquoi croyez-vous que la Racine a été créée à l’origine par Shodaïme-sama et Nidaïme-sama ? leur demanda Danzô son seul visible à moitié ouvert. Après son combat contre Madara, Shodaïme-sama et Nidaïme-sama ont cherché en vain son corps ; ils auraient dû le trouver s’il était vraiment mort.

- Pourtant mon grand-père a déclaré avoir brûlé son corps, voulut défendre Tsunade.

- Qu’auriez-vous voulu qu’il dise ? Qu’il n’est pas sûr d’avoir tué Madara pour que le Clan Uchiha prenne cela comme prétexte pour se rebeller et qu’il y ait une guerre civile au sein de Konoha ? Vous pouvez être sûre, Tsunade-san que les autres Nations en auraient profité pour détruire et réduire à néant ce qui fait aujourd’hui notre fierté. Ils ont plutôt  préférer donner naissance à une entité capable de poursuivre les investigations tout en assurant, dans l’ombre et dans la clandestinité, la sécurité de l’arbre qu’est Konoha. Nidaïme-sama ne voulait pas révéler au grand jour l’existence de la Racine mais les circonstances de son sacrifice l’ont conduit à m’en confier les rênes devant un public même si je le secondais déjà depuis bien des années.

- Ainsi donc Madara Uchiha est en vie, constata amèrement Hiruzen. C’est vraiment problématique. Et je suppose qu’il voulait le Kyuubi en cette nuit, demanda-t-il en se tournant vers Minato.

- Oui, il était venu avec l’intention de prendre Naruto en otage de nous obliger à lui donner le Kyuubi, mais les choses ont pris une tournure qui n’était pas du tout prévu et, finalement, il s’est retrouvé avec non seulement la vie de Naruto entre ses mains mais aussi la mienne, celle de Kushina ainsi que tout Konoha entre ses mains. Il avait l’occasion de tous nous affaiblir sérieusement en une seule occasion mais apparemment obtenir le Kyuubi lui paraissait plus important, beaucoup plus important. Expliqua Minato

- Dites-leur exactement ce qui s’est passé Hokage-sama, peut-être comprendront-ils mieux pourquoi les choses sont ce qu’elles sont aujourd’hui, conseilla Danzô.

Et il leur raconta ce qui s’est passé dans la grotte cette nuit fatidique, de l’apparition de Madara à sa disparition dans ce qu’il a identifié comme un Jikukan  Ninjutsu conduisant à leur arrivée plutôt brutale dans son bureau.

Un silence religieux suivit son récit, comme s’ils craignaient de parler. Ce fut Danzô qui le rompit cette fois.

- C’est après avoir consulté les archives à propos de vieilles légendes concernant le Sharingan, ayant moi-même vu les yeux du Kyuubi, que j’ai approché Hokage-sama et lui ai fait part de mes craintes. Il m’a raconté ce qui s’est passé et j’ai réalisé que j’ai failli à la mission première de la Racine, j’ai fait honte à Shodaïme-sama et à Nidaïme-sama. J’étais persuadé que c’est en accédant au poste de Hokage que je remplirais au mieux la mission qui m’avait été confié ; j’étais tellement obsédé par le poste de Hokage que j’en ai perdu de vue mon objectif premier en acceptant de diriger la Racine : protéger Konoha. Et à cause de ma faiblesse, Konoha a été attaqué par son pire ennemi et la Racine n’était pas là pour l’en empêcher. C’est pourquoi, continua-t-il en mettant un genou à terre et tête baissée à la façon des Anbus, je vous jure ici et aux yeux de tout le monde présent que la Racine toute entière à travers ma personne se met à vos ordres exclusifs et attends vos directives.

Cette scène choqua beaucoup l’assistance surtout les deux conseillers qui n’avaient jamais pensé qu’ils verraient leur ami un jour reconnaitre ses fautes encore moins se soumettre autant à l’Hokage. Hiruzen fut le moins surpris de tous puisqu’il arborait un joli sourire et semblait vraiment que son vieil ami revienne à de meilleurs sentiments.

- Relevez-vous Danzô, vous n’avez pas besoin de vous mettre à genou devant moi pour me prouver votre bonne foi, d’autant plus que je vous ai cru la dernière fois. Pour ce qui des directives, je n’ai pas besoin de vous en donner, vous savez ce que vous devez faire ; je demande seulement à connaitre les raisons de vos actions et ce avant leurs réalisations, répondit Minato, le sourire aux lèvres.

- Il en sera fait selon vos ordres, Hokage-sama, fit Danzô.

- Eh bien Danzô-sama, vous êtes bien do…

- JI-RAI-YA !! Fit Tsunade des veines palpitant nerveusement sur son front, tu finis ta phrase et tu peux être sûr que je t’envoie à l’hôpital pour au moins trois mois, menaça-t-elle en brandissant son poing. L’heure n’est pas à la plaisanterie. Bien maintenant que cet idiot a compris le message, dites-nous en plus Danzô-sama sur la légende dont vous parliez tout à l’heure, demanda-t-elle en se calmant.

- En fait c’est plus un ensemble de constatations faites un peu partout et surtout à Konoha  qu’une légende à proprement parler. Selon ses remarques la forme des Dôjutsus en général change au fil du temps. Pour être plus précis on va prendre l’exemple de certains shinobis. Vous ne trouvez pas bizarre que d’une génération à l’autre le niveau de nos ninjas ne soit pas équivalent au même stade d’une hiérarchie ? Par exemple vous Jiraiya quand vous étiez Chuunin votre puissance ne valait pas celle Hiruzen-sama quand il était Chuunin, et de la même manière la puissance de Sakumo Hatake-san ne valait pas la vôtre mais pourtant avant de rejoindre précipitamment ses ancêtres il rivalisait de puissance avec vous ; Minato-sama en tant que Chuunin était de loin plus puissant que vous Jiraiya et encore plus aujourd’hui ; le jeune Kakashi est Chuunin aujourd’hui et sa puissance n’égale pas la vôtre en votre temps, pourtant il est considéré comme un génie parmi ceux de sa génération, un génie comme on en a rarement vu. C’est aussi le cas du petit Itachi qui a à peine six ans mais est déjà plus puissant que certain Chuunins. Vous comprenez ce que j’essaie de vous expliquer ? demanda-t-il en scrutant le visage des membres de son auditoire.

Après quelques secondes de réflexion ce fut Tsunade qui répondit à sa question.

- Vous voulez dire que malgré qu’on ait de temps en temps des génies, le niveau général des ninjas diminue au fil des générations, n’est-ce pas ?

- Exactement, c’est la même chose avec les Kekkaï Genkaï, que ce soit en Ninjutsu ou Dôjutsu, confirma Danzô.  Et cela ne date pas d’aujourd’hui. Sans vouloir vous offenser Hokage-sama, aussi puissant que vous soyez vous n’êtes pas au niveau de Shodaïme-sama, votre spécialisation en Fuinjutsu et le Hiraishin vous donnerait peut-être l’avantage mais niveau puissance brute il serait largement au-dessus de vous. Concernant le Sharingan de Madara je suppose que c’est à l’issu de son combat contre Shodaïme-sama que la véritable puissance de ses yeux a commencé à se révéler à lui. Et au vu du nombre de ses tomoes, je peux dire qu’il a aussi réussi à le débrider totalement, du moins  de ce que nous en savons, et on peut en déduire vu la forme du Sharingan de nos jours que le Sharingan originel devrait compter six tomoes. Conclut-il.

- Et que peut-on y faire ? Je veux dire, si nous sommes en train d’en parler c’est sûrement pour y remédier n’est-ce pas ? Hasarda Koharu qui se faisait oublier depuis le rappel à l’ordre de Danzô.

- Nous allons y réfléchir chacun de notre côté et nous nous réunirons si quelqu’un a une idée, décida Minato.

- Il reste tout de même le sujet le plus important à aborder : Madara Uchiha. On ne sait pas ce qu’il est advenu de lui depuis ce jour, son corps n’a été retrouvé nulle part donc on peut supposer qu’il est toujours vivant et qu’il en a toujours après le Kyuubi, résuma Hiruzen. Au fait, dans ton récit tu as dit que Kushina lui aurait joué un mauvais tour ?

- Oui, elle a dit lui avoir laissé  un cadeau dont il se souviendrait longtemps s’il réussissait à s’en sortir toutefois, et elle a ri ensuite, se rappela Minato. Mais elle n’y a plus fait allusion après. Maintenant que j’y repense elle n’a pas vraiment semblé surprise de voir des Sharingan dans les yeux de Kyuubi, elle a même sourit avant de murmurer à Naruto qu’il le remercierait un jour pour le cadeau qu’elle lui faisait tout en scellant un peu de son chakra en lui.

- Elle a scellé son chakra en lui ? Pourquoi a-t-elle fait une chose pareille ? se demanda Tsunade

- L’a-t-elle fait pendant qu’elle dessinait le sceau sur son ventre ? Voulut vérifier Jiraiya.

- Oui, pourquoi ? fit à son tour Minato.

- Ah la petite maligne ! C’est une des particularités du chakra des Uzumaki. En faisant cela elle a scellé en Naruto une partie de son esprit en lui pour ainsi pouvoir l’aider depuis l’intérieur en cas de coup dur, expliqua Jiraiya euphorique de la prouesse de Kushina. Elle ne voulait pas laisser son fils affronter seul Kyuubi. L’amour d’une mère est vraiment une chose précieuse, un miracle.

Minato retrouva le sourire après cette révélation. Savoir que sa femme veillait sur leur fils depuis l’esprit même de ce dernier le réjouissait au plus haut point. Il prit à cet instant précis la résolution d’aimer leur fils pour eux deux. C’est donc sur cette note joyeuse que cette réunion improvisée prit fin.