Chapitre 1 : Libération

par naruXsaku200

 

Naruto : Akuma-Yôkai-Sennin

 

Chapitre 1 : Libération

 

Dans ce monde, il existe plusieurs dimensions dont les caractéristiques varient de l’une à l’autre. Entre ces dimensions est un endroit, un lieu fait de vide sans fin, un vide parcouru par des couleurs irisées se mélangeant pour former une toile qui semble s’étendre à l’infini dans toutes les directions. Ce fossé entre les dimensions est vide, dépourvu de toute matière. Une chose existe en ce lieu cependant, de l’énergie, une énergie si puissante, sombre et destructrice qu’elle anéantirait instantanément quiconque oserait s’aventurer dans cet endroit. C’est un lieu dans lequel rien n’est censé exister. C’est du moins, ce que pense la plupart des personnes qui connaissent l’existence de ce lieu.

 

La vérité est tout autre car cet endroit inaccessible et invivable pour la plupart des êtres est la demeure de deux entités. Deux êtres dont la puissance dépasse l’entendement, deux créatures si puissantes que chacune d’elle pourrait détruire la Terre sans trop se fatiguer. Il y a très longtemps, ces deux êtres se sont retirés dans l’Ecart Dimensionnel et au fil du temps, leur existence a été oubliée. Désormais, les seules traces qui restent de leur passage sont quelques vieux écrits. Ces récits relatent toute sortes d’histoires sur ces deux êtres mais personne ne sait si ces récits sont vrais et si ces créatures existent réellement. Avec le temps, tout le monde a fini par les considérer comme des mythes, des légendes, de simples contes pour enfants. Et pourtant, ces créatures sont bien réelles, simplement absentes du monde depuis des temps immémoriaux.

 

Ces deux entités sont le Dieu Dragon de l’Infini nommé Ophis ou encore le Dragon Ouroboros et le Vrai Dragon nommé Grand Rouge ou encore le Dragon Apocalypse. Ces deux entités sont, depuis des milliers d’années, dans une bataille constante pour le contrôle du fossé dimensionnel. Tout a commencé lorsque Grand Rouge s’est installé dans le fossé dimensionnel qui était à ce moment-là la maison d’Ophis. Le Dieu Dragon de l’Infini s’est retiré dans le fossé dimensionnel il y a très longtemps pour certaines raisons et y vivait seule depuis lors. A cette époque, elle ne se souciait pas de l’évolution du monde extérieur. Cependant, lorsque la Grande Guerre s’est déclenchée, Ophis a décidé de retourner sur Terre pour observer le conflit et décider si elle devait intervenir ou non, elle a donc quitté temporairement son habitat et s’est rendue sur Terre pendant un certain temps. Après avoir observé longuement les évènements, Ophis a décidé de ne pas intervenir et de laisser les trois factions régler leur conflit. Elle est retournée dans sa maison après plusieurs années d’absence pour se rendre compte qu’une mauvaise surprise l’y attendait sous la forme de Grand Rouge. Le Vrai Dragon s’était dans l’Ecart Dimensionnel durant son absence et a refusé de partir lorsqu’elle lui a demandé de quitter son territoire. Ophis aurait accepté de partager le fossé dimensionnel avec quelqu’un d’autre, après tout c’est un lieu qui s’étend à l’infini dans toutes les directions, il y a suffisamment de place pour deux êtres aussi gigantesques soient-ils. Elle aurait accepté si c’était une autre entité que le Vrai Dragon. N’importe qui d’autre aurait fait l’affaire comme colocataire mais elle ne peut tout simplement pas tolérer la présence du Dragon Apocalypse, sa simple présence la perturbe.

 

En effet, le Vrai Dragon est un être très puissant, plus puissant qu’Ophis et le plus gros problème est qu’il laisse son puissant pouvoir fuir son corps tout autour de lui et en continu. Ce simple fait cause une migraine constante à Ophis car ses sens de détections surdéveloppés sont sollicités en permanence, captant la puissance de Grand Rouge sans interruption. Sentir ce pouvoir en permanence est comme entendre une voix dans sa tête, résonnant sans arrêt, encore et encore. Depuis ce moment-là, Ophis a cherché un moyen de débarrasser sa maison de son envahisseur afin de retrouver le silence qu’elle aime tant, elle voulait que ses migraines incessantes cessent une fois pour toute et le seul moyen d’y arriver était que Grand Rouge quitte sa maison. Malheureusement pour elle, le problème qui subsistait et qui subsiste encore est que Grand Rouge est plus puissant qu’elle ne l’est et cela l’empêche d’utiliser la force pour se débarrasser du Vrai Dragon. N’ayant jamais trouvé d’autres moyens, Ophis a continué à défier Grand Rouge encore et encore dans l’espoir de le battre et ainsi retrouver le calme dans sa maison mais elle n’a jamais réussi.

 

Actuellement, après une autre bataille avec son ennemi juré, Ophis vole à travers l’Ecart Dimensionnel réfléchissant à une nouvelle stratégie à utiliser contre l’envahisseur de son territoire. Elle a encore perdu, ce n’est pas nouveau pour elle et la défaite bien que encore amère n’est plus douloureuse, elle a accepté, il y a bien longtemps, la différence de puissance entre elle et Grand Rouge. Cela fait plusieurs heures qu’elle parcoure l’espace coloré du fossé dimensionnel, quelque chose qu’elle ne fait pas souvent, préférant généralement rester dans sa forme humanoïde qu’elle trouve plus confortable.

 

En continuant d’avancer toujours droit devant elle, Ophis remarque alors quelque chose d’étrange, quelque chose qui ne devrait pas être possible. Là, non loin de sa position se trouve une grande sphère lumineuse faite d’une énergie différente de celle présente dans l’Ecart Dimensionnel. Envahie par une vague de curiosité face à cette anomalie, le Dieu Dragon de l’Infini s’approche rapidement de l’endroit. C’est en se arrivant à quelques mètres de la sphère qu’elle ressent autre chose, une énergie familière piégée à l’intérieur de la sphère.

 

L’énergie présente à l’intérieur de la sphère de lumière lui rappelle celle de l’Ecart Dimensionnel mais en beaucoup plus concentrée, cela lui rappelle l’énergie d’un être à la puissance inégalée même par elle et Grand Rouge. Cette énergie lui rappelle le Dieu Dragon de la Création, le Dragon à dix queues, son créateur et père.

 

Ophis reprend rapidement sa forme humanoïde et se rapproche une nouvelle fois, s’arrêtant cette fois à moins d’un mètre de la barrière en forme de sphère, elle fronce les sourcils tentant de comprendre comment une telle situation est possible. Pour commencer, la présence de cette barrière lumineuse et sphérique est étrange, l’énergie qui la compose lui paraît un peu familière mais elle est pourtant sûre de ne l’avoir jamais ressentie dans le fossé dimensionnel. Mais ce fait n’est rien comparé à la présence de l’énergie de son père, enfermée à l’intérieur de la barrière. C’est d’autant plus troublant que le Dieu Dragon de la Création a disparu depuis des temps immémoriaux.

 

Évidemment, Ophis est un être d’une puissance inouïe pour le commun des races du monde surnaturel et ses capacités de détections sont les meilleures du monde, c’est un domaine dans lequel elle bat Grand Rouge et de loin, pas que cette compétence l’a aidée à gagner contre lui cependant. Dans n’importe quelle dimension, Ophis aurait été capable de sentir l’énergie de son créateur sans effort peu importe la distance ou les barrières qui la retiennent. Néanmoins, dans les circonstances actuelles, même ses capacités de détection supérieures ne peuvent ressentir l’énergie provenant de l’intérieur de la barrière sans être à quelques mètres de celle-ci. C’est l’une des particularités du fossé dimensionnel, son espace est surchargé de l’énergie du Jûbi, le dragon à dix queues, ce qui a perturbé ses sens et l’a empêché de ressentir la concentration d’énergie dans la barrière.

 

Réfléchissant à la situation, Ophis se pose plusieurs questions, tournant principalement autour de l’énergie de son créateur piégée à l’intérieur de la barrière. Son esprit fonctionne à plein régime tentant de savoir quoi faire dans cette situation. Et si son père était enfin de retour ? Ses yeux habituellement inexpressifs se teintent d’une lueur d’espoir à cette pensée.

 

Prenant sa décision et sans plus de réflexion, elle tend une main vers la barrière et la pose à la surface de la sphère de lumière tout en concentrant son énergie à travers sa main. Il ne faut pas attendre longtemps avant que plusieurs fissures n’apparaissent à la surface de la barrière qui finit par se briser après quelques secondes.

 

XxxXxxX

(Peu de temps avant à l’intérieur de la barrière sphérique)

 

Si sombre… Tout n’est que ténèbres autour de lui. C’est un lieu dans lequel la lumière n’a pas sa place, un lieu où seule l’obscurité règne. C’est dans un tel endroit qu’il se trouve actuellement, un endroit où il est enfermé, seul. Depuis combien de temps est-il ici ? Il ne peut le dire. Cela pourrait faire un an comme cela pourrait faire dix ou même cent ans. De toute façon, cela n’a pas d’importance dans ce lieu car les concepts de temps et d’espace n’existent pas. Pourtant, cela ne l’a pas empêché de se poser cette même question encore et encore, même si aucune réponse ne peut être apportée à sa question, cela lui donne l’illusion qu’il est vivant. Eh bien, ce n’est pas vrai non plus car dans ce lieu les concepts de vie et de mort n’existent pas non plus, il n’y a que deux états, l’existence et la non-existence, seuls ces deux concepts comptent, rien d’autre.

 

Il ne peut pas voir, car la lumière est inexistante. Il ne peut pas écouter, car dans le vide aucune son ne peut se faire entendre. Il ne peut pas toucher, car il n’y a aucune matière à toucher. Il ne peut pas sentir, car nulle odeur ne peut se propager. Il ne peut pas non plus goûter, car il n’y a rien qui puisse être goûté. Aucun sens ne peut lui servir dans cet endroit mais ce n’est pas important parce qu’il le sait, il est, il existe. Il n’est pas quelque chose de physique, car aucune matière n’existe. Il est simplement, il existe. Il n’a aucun but, aucun objectif, une existence sans aucun sens mais il existe.

 

Soudainement, perçant les ténèbres, quelques rayons de lumières aux couleurs variées existent, ce devrait être impossible, aucune lumière ne devrait pouvoir pénétrer cet endroit et pourtant, ils sont bien là, éclairant l’obscurité, la dissipant peu à peu. Les rayons s’épaississent, formant des brèches à travers les ténèbres, des fissures tout autour de lui, cela aussi devrait être impossible car il n’y a rien à percer dans un vide infini et pourtant, des brèches lumineuses fracturent l’obscurité ambiante pour révéler quelque chose. Quelque chose de visible, quelque chose d’audible. Une réalisation lui apparaît alors, il peut voir, entendre, sentir, goûter et toucher, ses sens fonctionnent à plein régime, tentant de traiter l’arrivée massive de stimuli. C’est étrange pour lui, il y a encore quelques instants, il existait simplement et maintenant tout a un sens, tous les concepts qui n’existaient pas quelques secondes plus tôt existent maintenant. Il est vivant, possède un corps physique, ses sens fonctionnent, il a la notion du temps et de l’espace. Que se passe-t-il ? C’est la seule question à laquelle il peut penser en ce moment.

 

XxxXxxX

(A l’extérieur de la sphère de lumière)

 

A l’extérieur de la sphère, Ophis regarde la barrière de lumière se briser lentement mais sûrement. En quelques instants la barrière s’écroule sur elle-même, se brisant en milliers de particules de lumière qui disparaissent presque instantanément, absorbées par l’énergie de l’Ecart Dimensionnel.

 

Alors que la barrière disparaît totalement, une violente vague d’énergie s’échappe de l’endroit où la sphère se trouvait quelques instants auparavant. La vague d’énergie s’étend dans toutes les directions et se mélange rapidement à l’énergie ambiante du fossé dimensionnel. N’étant pas affectée par l’énergie, Ophis laisse la vague d’énergie la traverser, fermant les yeux pour ressentir pleinement la sensation de cette énergie si familière et agréable pour elle.

 

Alors qu’elle ouvre enfin ses yeux après plusieurs minutes à profiter de l’énergie qui la traverse, le Dragon Ouroboros observe l’endroit où se trouvait la sphère et ce qu’elle voit alors fait battre son cœur plus fort. Juste devant elle, à quelques mètres, une immense cage imposante se dresse de toute sa hauteur. Les six côtés de la cage cubique sont faits de barrières d’énergie carrées de couleur jaune. Les barrières sont partiellement transparentes, permettant ainsi Ophis de voir à l’intérieur de la cage. Enfermé dans les barrières de lumière est un immense dragon noir enchaîné par plusieurs chaînes de lumière enserrant chaque partie de son corps. Le dragon possède dix queues qui sont également enchaînées et maintenues sur le sol de la cage par des pieux de lumière enfoncés au bout de chacune d’elles. La bête pousse un énorme rugissement faisant trembler les barrières composant la cage.

 

Ophis qui regarde la scène ne peut empêcher ses yeux de s’écarquiller de surprise à la vue devant elle. Elle n’arrive pas à croire ce qui se passe sous ses yeux et dans sa surprise quelques mots s’échappent de ses lèvres, « Père, est-ce toi ? ». Le dragon dans sa forme humanoïde se rapproche de la barrière devant elle à toute vitesse. « Comment est-ce possible ? Tu as disparu il y a tant de temps, comment peux-tu être ici ? », bien que les paroles du Dieu Dragon soit dites à voix haute, ces questions ne s’adressent pas au grand dragon mais à elle-même. Ces mots coulent d’elle sans réfléchir. En ce moment sa capacité de réflexion est brouillée par les milliers de pensées qui encombrent sa tête. Un mélange d’espoir, de joie et d’excitation se répend sur son visage.

 

Ne pouvant plus supporter la vue devant elle, le Dragon Ouroboros concentre une grande quantité d’énergie dans sa main et frappe la barrière d’un simple coup de poing. Lorsque son petit poing de jeune fille rentre en contact avec la barrière celle-ci se brise immédiatement laissant une nouvelle vague d’énergie déferler tout autour de la créature enchaînée. Ne prenant pas le temps d’en profiter cette fois-ci, Ophis se précipite vers les chaînes, avec de simples coups elle réussit à les casser, les brisant en particules de lumière. Une à une les chaînes de lumière entravant la créature sont détruites laissant la bête commencer à se mouvoir pour briser les autres chaînes oppressant son corps massif. Ophis voyant cela se dirige vers les queues encore entravées pour les libérer de leurs liens. Aussitôt chaque queue se met à se mouvoir battant l’espace et envoyant des bourrasques d’énergie voler partout autour d’elles. Alors que les dernières chaînes sont brisées par la créature elle-même, Ophis se retrouve à nouveau devant le grand dragon, volant à la hauteur de son museau le Dieu Dragon de l’Infini s’approche sans crainte. Elle demande, « Père, c’est moi, Ophis, me reconnais-tu ? ».

 

Le Dragon noir la fixe pendant quelques secondes sans bouger, ses yeux rouges munis de six cercles concentriques et de neuf magatama la regarde intensément. Incertaine de ce qu’elle doit faire, le Dragon Ouroboros tend la main pour la poser sur le museau du dragon, espérant le calmer. Cependant, au moment où ses doigts fins vont entrer en contact avec le museau de la grande bête, quelque chose se produit. L’énergie noir et rouge entourant la bête s’évapore, rentrant dans le corps de son propriétaire alors que celui-ci se met à se transformer. Sa taille diminue grandement, ses écailles aussi noires que l’ébène disparaissent laissant place à une peau blanche légèrement halée. Le corps massif continue à dégrossir encore et encore pour laisser place au corps d’un Youkai.

 

Une nouvelle fois, le Dragon de l’Infini et tellement surprise que ses yeux s’écarquillent alors qu’elle réalise ce qui vient de se passer, le corps de son père a laissé la place à celui d’un Youkai qui semble avoir dix-huit ans, il possède des cheveux dorés, deux oreilles de renard dorées légèrement allongées vers l’arrière se dressent sur sa tête alors que neuf queues aux poils dorés s’enroulent autour de lui de manière protectrice. Le jeune Youkai est allongé sur la barrière qui était précédemment le sol de la cage.

 

En se rapprochant lentement, Ophis se pose juste devant le garçon Youkai et l’observe plus attentivement. Le Youkai possède de longs cheveux blonds hérissés et non coiffés, ils sont d’une bonne longueur, arrivants au niveau de ses omoplates. Son visage ovale aux traits fins et anguleux est marqué de trois fines marques sur chacune de ses joues. Ses yeux d’un bleu-océan sont profonds et montrent une grande quantité d’émotions intenses et contradictoires. Le corps du Youkai est finement sculpté et taillé pour le combat avec des muscles peu gonflés mais toniques, permettant d’allier vitesse et puissance.

 

En observant le haut du corps dénudé du Youkai, Ophis aperçoit de multiples sceaux plus complexes les uns que les autres, bien que pour elle ce ne soit pas grand-chose, elle n’est pas l’un des êtres les plus puissants et les plus expérimentés de ce monde pour rien après tout. En passant ses yeux sur le ventre du garçon, elle voit un sceau beaucoup plus ancien que les autres, en observant sa composition elle commence alors à réaliser ce qui se passe et ses yeux s’élargissent une nouvelle fois alors qu’elle comprend les implications de sa réalisation.

 

Une fois le choc passé, le visage d’Ophis reprend son inexpressivité habituelle alors qu’elle se baisse pour se mettre à genoux sur le sol et ainsi se mettre à une hauteur convenable pour parler au jeune mâle Youkai encore couché sur la surface de la barrière. Elle parle finalement d’un ton monotone, aucune émotion ne transparait dans son ton malgré la curiosité qui l’accable intérieurement, « Qui es-tu ? ».

 

« Naruto, Uzumaki Naruto, c’est mon nom », le jeune Youkai prononce ces mots avec une voix faible, presque inaudible mais suffisante pour que les sens surdéveloppés d’Ophis puisse saisir ses paroles. Le Youkai tente de se relever lentement. Il place ses bras devant lui et essaie de pousser sur eux pour se redresser, ce simple geste semble être très difficile pour lui à tel point qu’il échoue à quelques reprises avant de réussir.

 

Voyant cela, Ophis attend calmement qu’il se remette de sa transformation, son attitude extérieure est très calme mais intérieurement elle est agitée, le Youkai qui se trouve devant elle, il possède l’énergie de son père scellée en lui. Cela ne fait aucun doute et ce n’est pas tout, non seulement cette énergie spécifique est scellée en lui mais en plus il peut prendre la même forme que son créateur. Comment est-ce possible ? Qu’est-il arrivé à ce Youkai pour qu’il possède cette énergie en lui ? Finalement, quand elle le voit arriver à se redresser, elle s’exclame, désireuse d’en savoir plus, « Pourquoi as-tu l’énergie de père en toi ? Et que fais-tu dans ma maison ? ».

 

Le garçon, maintenant assit en position du lotus, observe la personne devant lui, elle est une jolie jeune fille d’environ un mètre quarante avec de longs cheveux noirs tombant dans son dos jusqu’à ses hanches. Son visage possède des traits fins et délicats mais ne montre aucune émotion. Ses yeux sont noirs avec des pupilles reptiliennes perçantes et sont tout aussi inexpressifs que le reste de son visage. Sa tenue consiste en une robe noire de style lolita gothique montrant un peu de peau et laissant un petit décolleté montrant une partie de sa petite poitrine parfaitement adaptée à son corps d’enfant. Ses autres courbes sont toutes aussi harmonieuses et bien proportionnées par rapport à son petit cadre. Finalement, le Youkai répond, « Je ne sais pas vraiment ce que je fais ici en fait, tout ce dont je me souviens, c’est d’être sur le champ de bataille, combattant les chefs des trois factions, puis plus rien, tout a disparu et je me suis retrouvé dans l’obscurité, c’était comme exister dans un endroit où rien ne doit exister, dérivant dans l’obscurité sans pouvoir faire quoi que ce soit, puis-je savoir comment tu t’appelles ? ».

 

La petite fille l’observe un instant, traitant les informations avant d’ouvrir ses yeux largement, « Tu n’étais quand même pas… », mais avant qu’elle ne puisse finir sa phrase les barrières encore debout autour d’eux se brisent d’un seul coup et immédiatement le Youkai se met à hurler de douleur alors que son corps est oppressé par l’énergie de l’Ecart Dimensionnel qui vient de tous les côtés, elle commence à ronger le corps de Naruto. Comprenant ce qui se passe Ophis tend les bras sur les côtés et une bulle faîte d’une énergie jaune-orangé se matérialise autour d’eux.

 

Ce n’est qu’une fois la bulle totalement formée que le Youkai arrête ses cris et tente de se relever à nouveau. Une fois stabilisé, il regarde la jeune fille devant lui avec un air confus. « Qu’est ce qui se passe ? Quel est cet endroit ? ».

 

Secouant brièvement la tête pour chasser temporairement ses propres questions de son esprit, Ophis pousse un petit soupir et commence à parler, « Nous sommes dans l’Ecart Dimensionnel, le fossé entre les dimensions et je suis Ophis, Dieu Dragon de l’Infini », sa voix est douce bien qu’inexpressive.

 

C’est au tour du Youkai d’écarquiller les yeux alors que l’être en face de lui se présente. Elle n’est pas n’importe qui, elle est un Dieu Dragon. Les anciens du village racontaient beaucoup d’histoires et parmi celles-ci il y avait celle de ces êtres surpuissants, des créatures prenant souvent l’apparence de grands dragons, des entités d’une puissance sans commune mesure, « Alors ça veut dire que ton espèce existe vraiment ? Je pensais que ce n’était que des mythes racontées par les anciens ». Le Youkai répond d’un ton surpris.

 

« Tu as entendu parler de mon espèce ? Pourtant nous n’avons pas interagi avec d’autres races depuis bien longtemps », répond-elle en levant un sourcil à la déclaration du blond qui lui fait face. Elle est vraiment curieuse des mots du blond. Au fil du temps, la curiosité est une sensation devenue vraiment très rare chez elle. Premièrement, il possède l’énergie du Jûbi scellée en lui. Pourquoi ? Elle ne sait pas exactement mais elle commence à avoir sa petite idée sur la question. Ensuite, le jeune Youkai a entendu parler des Dieux Dragons, leur race n’a pas interagi avec les autres races depuis bien trop longtemps pour que quelqu’un se souvienne d’eux, alors comment a-t-il entendu parler d’eux ? Elle le regarde avec des yeux vides de toute émotion mais, intérieurement, elle est plus qu’intéressée d’en apprendre plus.

 

« Eh bien, les anciens de mon peuple ont conservé des écrits datant d’un âge oublié par la plupart des races surnaturelles, ces écrits contenaient beaucoup d’informations sur le monde surnaturel et certaines de ces informations concernaient les Dieux Dragons. Cependant, ce savoir n’a été transmis qu’à un nombre limité de personnes de mon peuple, étant donné ce qui s’est passé, je suis probablement l’une des seules personnes au monde à connaître votre existence », il réfléchit quelques secondes rassemblant ses souvenirs du livre secrètement gardé par son peuple, « Je me souviens que les anciens disaient que les Dieux Dragons sont les êtres les plus puissants du monde et qu’ils sont les créateurs de ce monde », explique le jeune Youkai en gardant un ton bas à cause de sa faiblesse persistante.

 

Ophis regarde le Youkai avec attention avant de finalement répondre de son ton monotone habituel, « Je suis assez étonnée que ces connaissances ne se soient pas totalement perdues au fil du temps mais s’il y a bien une race qui a pu conserver un tel savoir, c’est très certainement celle des Youkai et considérant le fait que tu as l’énergie de père en toi, j’imagine que tu fais parties des réceptacles Youkai, tu es un Jinchûriki, n’est-ce pas ? », malgré sa question, Ophis n’a que peu de doute à ce sujet. Contrairement à beaucoup, elle sait ce que sont les Bijû, pourquoi ils existent et pourquoi ils sont scellés dans des Youkai. Ce qu’elle ne comprend pas en revanche, c’est pourquoi ce Youkai possède l’énergie de Jûbi. La seule explication possible est qu’il possède les neuf Bijû scellés en lui en même temps. Mais c’est quelque chose qui ne devrait pas être possible, aucun Youkai ne devrait pouvoir contenir les neuf parties du Jûbi en même temps.

 

Naruto est un peu surpris par l’affirmation voilée de l’être devant lui mais décide qu’il ne sert à rien de cacher quoi que ce soit en ce moment. Il est encore très confus de ce qui lui est arrivé, la dernière chose dont il se souvienne est d’avoir décimé les rangs des trois factions sur le champ de bataille, ensuite le Dieu Biblique a posé sa main sur lui et puis plus rien, il ne se souvient plus ce qui s’est passé après ça. Il y a également le fait que dans ses souvenirs, il n’était plus dans son corps lorsqu’il a affronté les trois factions mais dans celui d’un grand dragon noir. Peut-être que Ophis pourrait l’aider, elle pourrait peut-être lui expliquer ce qui se passe. « Oui, c’est exact, je suis le Jinchûriki de Kurama, le Kyûbi no Yôko, je ne me souviens plus très bien de tous les évènements qui ont précédé mon enfermement, cependant je me rappelle que les autres Jinchûriki et moi avons combattus ensemble, puis ils sont tombés un à un, je ne pouvais pas les sauver, j’étais trop faible pour les protéger eux et tout le reste de mon peuple », à ses mots quelques larmes coulent du coin de ses yeux alors que des flashs de souvenirs lui reviennent en tête lui montrant la mort de ses compagnons Jinchûriki.

 

De son côté Ophis écoute attentivement tout en réfléchissant aux nouvelles informations, elle comprend alors, cela lui paraît évident maintenant, « Je comprends », murmure-t-elle, un air de réalisation se peint sur son visage alors qu’elle fixe le sceau sur le ventre du Youkai, « C’est impressionnant, je ne pensais pas cela possible, voilà donc la raison pour laquelle tu as l’énergie de père en toi », elle murmure plus pour elle-même mais le Youkai l’entend ce qui soulève de nouvelles questions dans son esprit confus.

 

« Hum, Ophis-sama, pouvez-vous m’expliquer, je ne comprends pas très bien ce qui se passe, de quelle énergie parlez-vous ? Vous avez mentionné votre père mais n’êtes-vous pas née de l’Infini lui-même ? », il demande d’un ton confus une fois de plus, tout ce qui se passe est vraiment trop pour lui en ce moment.

 

Le Dieu Dragon sort de ses propres pensées en entendant la question du jeune Youkai, elle pousse un petit soupir, « Très bien, je vais t’expliquer mais avant il faut que je te raconte l’histoire du monde », elle prend une longue inspiration et reprend, « Il y a très longtemps, à l’aube des temps, le seul lieu qui existait est l’endroit où nous nous trouvons, le fossé dimensionnel, c’était la demeure de la seule forme de vie existante, le plus puissant être que ce monde n’ait jamais connu, cette entité était un dragon noir possédant dix queues, le Jûbi, également connu sous le nom de Dieu Dragon de la Création ».

 

« Jûbi ? Ce nom me dit quelque chose, les anciens parlaient d’une bête du nom de Jûbi, ils disaient qu’il s’agit d’une créature plus ancienne que le monde lui-même, l’histoire qu’ils racontaient sur lui le décrit comme le créateur des neuf Bijû, les esprits sacrés que mon peuple a promis de protéger depuis des millénaires », l’interrompt Naruto. Ce qu’il vient d’apprendre est fascinant, non seulement le Jûbi n’est pas un mythe mais en plus il fait également partie des Dieux Dragons, c’est une information que les anciens eux-mêmes ne connaissaient pas.

 

Ophis ne montre aucun signe de contrariété à son intervention et continue en gardant sa voix monotone, « C’est partiellement vrai, pour être plus exact, les Bijû n’ont pas été créés par Jûbi, ils sont en réalités Jûbi lui-même dont les pouvoirs et l’esprit ont été divisés en neuf entités, il y a bien longtemps ».

 

« Quoi ? Que voulez-vous dire Ophis-sama ? », l’interroge Naruto avec de la confusion dans le regard, d’après ce que disaient les anciens de son village, les Bijû ont été créés par le Jûbi pour protéger leur peuple des autres races, il n’a jamais été question que les neuf Bijû soient une partie de Jûbi. Qu’est ce que tout cela signifie ?

 

« Laisses-moi continuer mon récit et tu comprendras », répond le Dieu Dragon de sa voix inexpressive. En voyant le Youkai hocher la tête en acceptation à sa demande, le dragon reprend donc son histoire, « Père était une entité qui errait dans le vide de cet espace où nous nous trouvons, son pouvoir était si grand que son propre corps ne pouvait pas le contenir, ainsi son énergie s’écoulait en continu de son corps et se répandait dans le fossé dimensionnel, au fil du temps la quantité d’énergie répandue est devenue si concentrée que cela a eu pour effet de donner vie à plusieurs êtres, les Dragons. J’ai été la première entité créée de cette façon, d’autres m’ont suivi, mes frères et sœurs. Avant même de le savoir, nous étions une race composée de plusieurs centaines d’individus », elle prend une nouvelle inspiration et Naruto peut sentir un peu de tristesse provenant d’elle malgré qu’elle le cache bien par son inexpressivité habituelle, elle reprend son récit d’une voix légèrement tremblante comme si raconter ces événements lui rappelle de mauvais souvenirs, « Nous avons vécu longtemps en harmonie cependant avec le temps, l’énergie que répandait Jûbi devenait à nouveau trop concentrée à tel point que certains Dragons n’ont pu supporter la pression et sont morts. En voyant cela, père a créé des dimensions tout autour de cet espace, il nous a dit que nous aurions chacun notre dimension autour de son domaine afin que nous puissions tous venir le voir si nous en avions besoin. Chacun des Dragons s’est retrouvé à vivre séparément et certains d’entre nous ont créé leur propre monde dans la dimension qui leur était assignée. C’est ainsi qu’ont été créé les dimensions du Ciel, de l’Enfer, de l’Univers et des autres dimensions que tu connais ».

 

Naruto n’ose pas interrompre le Dieu Dragon et ainsi il écoute son récit, portant une grande attention à celui-ci, il est très curieux d’en apprendre plus sur l’origine des Bijû, après tout Kurama est son meilleur ami et en savoir plus sur lui et son histoire est toujours intéressant.

 

Sans laisser plus de temps passer, Ophis continue son histoire, « Certains Dragons, les plus puissants, ont fini par créer la vie en utilisant les pouvoirs hérités de père, ainsi sont nés les premières races surnaturelles et les Dieux des différents panthéons. Pour ma part, je me suis occupée de créer ce qu’on appelle la dimension des humains ou encore le monde humain, j’ai créé l’Univers et aussi les premiers humains dans la dimension où je vivais », elle prend une pause à nouveau, rassemblant ses souvenirs pour rendre le récit aussi précis que possible. Ce qu’elle n’a pas remarqué c’est que ses émotions cachées derrière son masque sont parfaitement ressenties par son interlocuteur.

 

« Ophis-sama, vous n’avez pas à me raconter tout cela si c’est trop difficile pour vous », lui souffle Naruto, « Votre histoire est fascinante et j’ai envie d’en savoir plus mais pas si cela doit vous forcer à vous remémorer de mauvais souvenirs », à peine finit-il de parler qu’il peut alors apercevoir une expression se graver sur le visage du Dieu Dragon de l’Infini, elle est visiblement choquée qu’il puisse deviner ses émotions sans qu’elle les exprime.

 

Puis, aussi vite que cette expression de surprise est apparue, elle a disparu pour laisser de nouveau la place au visage inexpressif du Dieu Dragon. Après quelques secondes, Ophis reprend la parole, « Ta capacité d’empathie est assez impressionnante, malgré que le chakra de père soit totalement scellé, tu arrives encore à l’utiliser », le dragon s’interrompt à nouveau puis reprend, « A cette époque, la paix régnait, chaque dimension était gardée par un Dragon, certaines habitées par d’autres races et d’autres non, mais ce fut de courte durée, les Dieux commencèrent à être avide de pouvoir et commencèrent à se battre entre eux pour acquérir plus de pouvoir, les guerres commencèrent à se répandre dans chaque dimension où des races avaient été créées, nous avons tenté d’intervenir dans chacune de nos dimensions respective », une fois de plus Ophis fait une pause, reprenant sa respiration elle continue, « Nous ne pouvions pas empêcher le chaos de s’installer et bientôt, Père est intervenu et cela a déclenché le début de la première guerre inter-dimensionnelle que ce monde a connu. D’un côté, il y avait les races surnaturelles que nous avions créé, jaloux de nos pouvoirs et de la puissance de père. De l’autre côté, il y avait les Dragons qui sont restés fidèles à père. Cette guerre fut violente et meurtrière, principalement pour le camp des anti-Dragon, rapidement la guerre a tourné à notre avantage, beaucoup de membres des races créées et de Dieux ont perdu la vie dans la bataille. De nôtre côté, seuls les plus faibles Dragons sont morts ».

 

Naruto contemple les paroles du Dieu Dragon, écoutant son histoire avec attention. Son histoire est véritablement intéressante pour lui. Quand il était plus jeune, il écoutait les histoires racontées par les anciens du village et il a toujours secrètement rêvé de découvrir la vérité sur ces histoires, même si à l’époque cela lui semblait impossible. L’histoire concernant les Dragons fait partie de ces histoires dont il rêvait de connaître la vérité malheureusement à l’époque il ne pouvait pas trouver d’informations sur cette histoire étant donné que les informations concernant les Dragons étaient très peu nombreuses. Alors apprendre la véritable histoire sur eux et qui plus est de la bouche de l’un d’eux, c’est un rêve qui se réalise pour Naruto.

 

Ophis de son côté est vraiment intriguée par le jeune Youkai devant elle. Après tout ce temps, après une vie si longue, elle a perdu toute trace d’émotion, celles-ci disparaissant au fil du temps pour laisser placer à l’ennui, pourtant en quelques minutes, elle s’est retrouvée à exprimer plus d’émotions que durant les dix milles dernières années, peut-être plus. Bien sûr, il n’est pas totalement responsable de cela, mais toute la situation autour de lui l’intrigue. Pour la première fois depuis longtemps Ophis se retrouve à désirer quelque chose, ressentir plus d’émotions. Se remémorer ses souvenirs et raconter son histoire a réveillé des sentiments enfouis au plus profond de son codeur et les ressentir à nouveau est étrangement agréable. Pouvoir partager son vécu, l’histoire de son peuple est quelque chose qu’elle n’a encore jamais expérimenté et c’est un sentiment enivrant. Tout en pensant à ces nouvelles sensations, le Dieu Dragon de l’Infini continue son récit, « La guerre a continué encore et encore, peu importe leurs pertes les autres races et les Dieux revenaient sans cesse à l’assaut. Même si notre puissance était bien supérieure, nous avons perdu du terrain face au nombre d’adversaire toujours grandissant. Les autres races se reproduisaient et revenaient à l’attaque encore et encore. A l’inverse, nous n’avons pas été conçu avec la faculté de nous reproduire et par conséquent, même si les pertes de notre côté étaient faibles, nous aurions finis par perdre à cause de notre nombre décroissant. Pour remédier à cela Père créa une nouvelle race, les Youkai, avec votre race, la guerre s’est rééquilibrée. La guerre a ensuite continué longtemps et au fil du temps nous prenions de nouveau l’avantage. Nous étions prêts du but, la victoire était proche et nous allions enfin répandre à nouveau la Paix. Cependant, les Dieux menant les autres races étaient prêts à tout pour gagner. Avec l’aide de leur magie, ils ont réussi à prendre le contrôle de plusieurs Youkai qu’ils avaient capturé sur le champ de bataille. Ils ont ensuite forcé ces Youkai à utiliser leur art secret pour vaincre père et contre toute attente, ils ont réussi », elle s’arrête alors qu’elle voit l’air de réalisation sur le visage du Youkai.

 

« L’art des Sceaux ! Comme ils ne pouvaient pas battre Jûbi, ils ont préféré le sceller », s’exclame le jeune blond. C’était donc ça, le Jûbi a été scellé si ce que Ophis a dit précédemment est vrai et il y a peu de doute que ce soit faux, alors cela veut dire qu’il a ensuite été divisé en neuf parties, les neuf Bijû.

 

« En effet, grâce à un sceau très puissant, les Youkai sous l’emprise des Dieux ont commencé à sceller père. Voyant ce qui allait se produire et ne pouvant l’empêcher, père a utilisé son immense pouvoir pour séparer son chakra et scinder son esprit en neuf parties, les neuf Bijû, puis il scella chaque partie de son pouvoir dans un Youkai avant que son corps ne soit scellé par les Youkai contrôlés. Cela est resté inconnu des Dieux et depuis les Youkai sont les gardiens des Bijû », le dragon s’interrompt à nouveau, sa voix est toujours tremblante alors que les mauvais souvenirs de cette bataille lui reviennent en tête et pour la première fois depuis longtemps, les yeux du dragon laissent s’échapper des larmes. De petits sanglots emplissent l’espace à l’intérieur de la bulle d’énergie, alors qu’elle se rappelle la perte de son créateur, la tristesse immense qu’elle a ressentie ce jour-là.

 

En voyant le dragon sous forme humaine pleurer à la mention de son passé, il ne réfléchit pas plus et en se déplaçant lentement, aussi vite que ses membres engourdis par un millier d’années d’inactivité le permettent. Il se rapproche doucement et passe ses bras autour du petit corps de jeune fille et l’attire dans une étreinte réconfortante. Sans se soucier de qui est son interlocuteur, il enroule ses bras autour d’elle et la presse doucement contre lui en lui murmurant quelques mots réconfortants afin de la calmer. Ce qu’il ne réalise pas, c’est l’effet que cette simple action a sur le Dieu Dragon.

 

Ophis s’est mise à pleurer après avoir raconté son histoire, elle ne pensait pas pouvoir ressentir des émotions à nouveau et pourtant elle est maintenant là, ses larmes coulant librement sur ses joues. Ce qui se passe alors, elle n’en revient pas, le Youkai l’attire dans ses bras, la presse contre sa poitrine tout en lui murmurant des mots doux et c’est le plus étonnant c’est que c’est étrangement réconfortant. Elle est totalement stupéfaite, son étreinte, c’est exactement comme lorsque son père, Jûbi, la serrait contre lui. Une sensation de chaleur et de douceur qui apaise tout son être. Décidant d’en profiter quelques instants, le Dragon reste dans les bras du Youkai encore quelques minutes durant lesquelles un silence confortable s’installe entre eux. Après un petit moment, Ophis se retire doucement de l’étreinte et formule un simple mot, « Merci ».

 

Voyant que Ophis s’est un peu calmée, Naruto recule de quelques pas pour se repositionner à sa position d’origine et lui demande doucement, « Vous sentez-vous mieux Ophis-sama ? ». Il la regarde, fixant ses yeux dans les siens. Il garde un air inquiet en sentant le tourbillon d’émotions qui traverse le corps du dragon.

 

Ophis passe sa petite main sur son visage, essuyant les restes de ses larmes et déclare, « Je vais bien, encore merci », elle se tait pendant quelques secondes puis finalement elle reprend, « Après les événements que je t’ai racontés, la guerre a continué, devenant de plus en plus violente et meurtrière. Mais après ce qui s’est passé, je ne pouvais plus supporter cette guerre alors j’ai agi de manière drastique, j’ai scellé toutes les dimensions d’où provenaient les autres empêchant leurs renforts d’arriver, une fois ceci fait, nous avons éliminé les derniers ennemis qui restaient dans ma dimension, là où la bataille faisait rage. Les autres races ne pouvaient plus envoyer de renfort dans ma dimension et par conséquent la guerre s’est arrêtée, chaque camp était séparé, mettant fin à la guerre. Cela m’a coûté une grande partie de ma puissance d’origine mais c’était nécessaire pour rétablir une paix durable », elle reprend son inspiration et termine, « Après cela, j’ai laissé les Youkai vivre dans ma dimension, les chargeant de maintenir la paix alors que je me réfugiais ici. Depuis, je ne me suis plus impliquée dans les affaires du monde ».

 

« Je comprends, cette guerre a été terrible, vous avez perdu beaucoup de vos pairs. », répond-t-il d’un ton compatissant, il hésite quelques secondes et pose une nouvelle question, « Ophis-sama, savez-vous ce qu’il s’est passé lorsque j’ai été enfermé ici ? », répond le Youkai, ses propres souvenirs refaisant surface, lui montrant ses amis et sa famille mourir sous la main des trois factions. Un regard triste passe dans ses yeux bleus, quelque chose que ne manque pas de remarquer le Dieu Dragon.

 

« Comme je te l’ai dit, je ne m’implique plus vraiment dans les affaires du monde depuis la guerre entre les autres races et les Dragons. Je ne suis retournée qu’une fois dans le monde humain depuis, durant la Grande Guerre mais bien avant sa fin, je ne sais donc pas ce qui est arrivé, tout ce que je peux dire c’est que celui qui t’a scellé ici est le Dieu Biblique, l’un des nombreux Dieux dont j’ai empêché l’arrivée sur le champ de bataille, j’ai reconnu son énergie dans ces barrières qui te retenaient », déclare calmement Ophis. En regardant attentivement le Youkai, elle remarque qu’il semble abattu par ses paroles. Ne sachant trop quoi faire, elle demande, « Veux-tu bien me raconter ton histoire Uzumaki Naruto ? J’aimerais aussi comprendre ce qui t’es arrivé ».

 

Le jeune Youkai relève lentement la tête et répond, « Oui, je vais vous raconter mon histoire », le Youkai prend une grande inspiration et commence son récit, racontant comment les neuf villages des Youkai Shinobi sont intervenus durant la guerre des trois factions, comment ils ont aidé les blessés durant leurs interventions et comment ils ont essayé de négocier l’arrêt des combats pour ramener la paix. Il donne beaucoup de détails au Dragon, lui expliquant les différentes manières qu’ils ont employé pour négocier. Il se met alors à lui décrire comment les trois factions se sont retournées contre eux, les prenant par surprise et les abattant sans pitié, comment les factions les ont chassés et ont anéantis leurs villages, décimant les Youkai Shinobi jusqu’à ce qu’il ne reste que les Jinchûriki. Il explique ensuite, le désir des factions d’utiliser les réceptacles comme armes pour gagner la guerre et comment ses compagnons Jinchûriki ont péri au combat. Finalement il se met à expliquer ce qui s’est passé suite à la mort de ses camarades, « Alors que j’allais tombé moi aussi, j’ai eu le désir d’emporter les Diables restants avec moi, j’allais exécuter une technique suicidaire quand quelque chose s’est produit, je m’en souviens assez vaguement mais j’ai vu l’énergie des Bijû sortir du corps des autres Jinchûriki, je ne sais pas ce qu’il s’est passé exactement mais tout cette énergie est entré dans le sceau contenant Kurama et à partir de ce moment-là j’ai ressenti une immense douleur. J’ai ressenti une grande montée de puissance en moi, trop de puissance, je ne pouvais pas la gérer, c’était tout simplement trop. Après ça je n’ai que quelques flashs qui me reviennent en tête, mais je sais que je n’étais plus dans mon corps ou du moins mon corps était modifié. Le corps dans lequel j’étais était celui d’un grand dragon noir à dix queues, je suppose que le fait d’avoir le Chakra des neuf Bijû en moi a fait que j’ai pris la forme de Jûbi même si je ne comprends pas totalement comment tout cela s’est produit », finissant son histoire, il jette un coup d’œil à Ophis qui le regarde attentivement en retour tout en réfléchissant à ce qu’il vient de lui raconter.

 

« Je vois, comme je m’y attendais, les autres races n’ont toujours pas la sagesse nécessaire pour que la paix puisse régner. Lorsque j’ai observé la Grande Guerre, j’ai compris que quelques races dont j’avais scellé les dimensions ont réussi à briser le sceau. Au début, j’ai voulu m’impliquer pour stopper le conflit mais finalement j’ai abandonné, je pensais que de toute façon ils recommenceraient une guerre peu de temps après et que ça ne servirait à rien alors je suis revenu ici et je me suis désintéressée du monde depuis », le Dieu Dragon s’interrompt un instant avant de reprendre, « Quand je suis partie la première fois, j’ai confié aux Youkai la tâche de maintenir la paix mais de toute évidence au fil du temps beaucoup ont oublié cette mission. Je suis toutefois surprise qu’il existait encore un peuple de votre race qui a tout fait pour tenir sa promesse ».

 

« Mon peuple et celui des huit autres villages n’ont jamais oublié la mission que nous ont confié nos ancêtres, au cours de la Grande Guerre, nos villages ont tenté à plusieurs reprises d’intervenir mais ce fut un échec, nos peuples ne voulaient pas prendre part aux combats et nos interventions n’ont été que ponctuelles, ce n’est que trois ans avant mon enfermement ici, que nous avons décidé d’intervenir sur un plus long terme, nous espérions qu’une intervention prolongée apaiserait peu à peu les tensions entre les factions mais ce fut pire, à chaque tentative de négociation, aucune des faction ne faisait d’efforts pour arranger les choses entre elles, les dirigeants ne voulaient pas lâcher prise et les combats se sont intensifiés à chacune de nos interventions, jusqu’à ce qu’ils se retournent contre nous. Je me demande si nous avons fait la bonne chose », répond Naruto avec un regard triste en baissant la tête, « nous avons échoué dans notre mission et maintenant je suis le dernier des Youkai Shinobi ».

 

En voyant cela, le cœur d’Ophis se serra légèrement, même si cela fait des milliers d’années qu’elle n’a pas ressenti d’émotions, cela ne signifie pas qu’elle ne ressent rien et en ce moment le Dieu Dragon ne peut s’empêcher de ressentir de la tristesse et de la culpabilité, la culpabilité d’avoir causé indirectement la mort de tout un peuple à cause de la mission qu’elle leur a confié, elle aurait dû être là pour les soutenir, être la pour intervenir, mais non, elle s’est désintéressée du monde, préférant rester dans son silence, loin des problèmes du monde. Elle prend finalement la parole, « Je suis sincèrement désolée, je suppose que c’est en partie ma faute si ton peuple a été anéanti, vous avez tenté de remplir votre promesse malgré la difficulté qui s’imposait à vous, je ne peux que m’excuser pour cela, mes choix n’ont pas été les bons ». Ophis ne sait plus quoi penser, avec ce qu’elle a appris, elle se sent vraiment coupable.

 

Naruto la regarde en silence quelques secondes, « Ophis-sama, vous n’êtes pas responsable de ce qui s’est passé, les fautifs sont ceux qui ont voulu perpétuer le cycle de la haine, ceux qui ont voulu continuer cette guerre insensée, ce sont eux qu’il faut blâmer pour les évènements qui se sont déroulés », dit-il avec un peu trop de force dans la voix, « Je ne peux pas vous en vouloir d’avoir quitté le monde après la guerre que vous avez vécu, je comprends ce que vous ressentez », il s’interrompt à nouveau.

 

Ophis le regarde avec de la gratitude dans les yeux, « Merci Naruto, tu es vraiment quelqu’un de bien », prenant quelques secondes de plus pour se remettre de ses émotions elle reprend, « Tu es aussi un cas vraiment intéressant. Honnêtement, je ne sais pas comment ton corps a résisté à autant de chakra, au moment où les huit autres Bijû sont entrés en toi, tu aurais dû mourir ». Ophis réfléchit à cela, tentant de comprendre cette anomalie.

 

Naruto y réfléchit également de son côté, ce que dit le dragon est vrai, lui aussi pense que le fait de survivre au scellement des huit autres Bijû est quelque chose de techniquement impossible, pourtant il l’a fait. Comment ? Il ne le sait pas exactement, après quelques seconde de silence, il répond, « Eh bien, les membres de mon clan, le clan Uzumaki, ont toujours été dotés d’une force vitale et d’une endurance à tourte épreuve ainsi que de très grandes réserves de chakra. Les réserves de chakra d’un Uzumaki adulte et bien entraîné peuvent atteindre une quantité égale à celle de l’Ichibi. Kurama, le Kyûbi a été scellé en moi par mes parents à ma naissance. Je suppose que le fait d’avoir d’énormes réserves de Chakra et le fait de s’habituer à avoir le plus puissant des Bijû en moi durant toute ma vie m’a aidé à survivre. De plus, je soupçonne que le sceau que mes parents ont utilisé y est pour quelque chose aussi », explique le Youkai aux cheveux d’or.

 

« Je vois », répond le Dieu Dragon en analysant les informations, elle baisse les yeux vers le sceau contenant les Bijû et l’observe plus attentivement. Elle connaît la plupart des types de magie ou de technique, et l’art des sceaux inventé par les Youkai n’y fait pas exception, pourtant, elle a beaucoup de mal à comprendre entièrement le sceau sous ces yeux, « Je dois l’avouer, ceux qui ont fait ce sceau étaient vraiment très doués, même moi, je ne comprends pas entièrement le sceau qui enferme les Bijû, mais d’après ce que je vois, le sceau est sensé filtrer le chakra du Bijû hors du sceau en petite quantité et le mélanger à ton propre système de chakra. Cela peut expliquer pourquoi ton corps n’a pas été détruit par la puissance du chakra des neuf Bijû se mélangeant à ton système, toutefois, je me demande comment le sceau a pu tenir avec une telle quantité de chakra à l’intérieur, c’est vraiment impressionnant », elle finit de parler en relevant ses yeux vers ceux du Youkai.

 

Il sent que ses membres sont de moins en moins engourdis, lui permettant de faire des gestes lents. Naruto se gratte l’arrière de la tête, « Ma mère était une Uzumaki, en plus des autres avantages dont j’ai déjà parlé, notre clan était réputé pour son art des sceaux, nous étions probablement le clan le plus avancé dans ce domaine, mon père était très intelligent et apprenait très rapidement, quand ma mère lui a appris l’art des sceaux, il est rapidement devenu très doué dans le domaine. J’imagine qu’ils auront fait en sorte de me placer un sceau suffisamment résistant et puissant pour contenir les neuf Bijû ».

 

« Eh bien, c’est une explication je suppose, quoi qu’il en soit, maintenant que tu es libre, que vas-tu faire ? », demande le dragon. Elle est curieuse à ce propos et si elle doit être honnête, elle commence à avoir une idée en tête.

 

« Eh bien, ma vie n’a plus beaucoup de sens, tout mon peuple est mort, j’ai passé je ne sais pas combien de temps enfermé ici, le monde a probablement beaucoup évolué. Que devrais-je faire ? », demande-t-il rhétoriquement Naruto en regardant Ophis. Avant qu’elle puisse intervenir il continue, « Eh bien, je suppose que je peux toujours essayer de vivre une vie normale, sans m’impliquer dans le monde surnaturel, après tout avec la plupart de mes pouvoirs scellés, presque personne ne pourra se douter que je ne suis pas un humain ordinaire ».

 

Ophis le regarde un peu surprise, elle ne s’attendait tout simplement pas à ce qu’il veuille simplement vivre normalement comme un humain malgré qu’il détienne la plus grande puissance ayant exister en lui. En y réfléchissant cependant, elle comprend un peu ce que doit ressentir le blond, son rêve de paix reposait sur le fait de protéger son peuple, celui-ci n’étant plus, il ne veut probablement plus s’impliquer pour ne pas avoir à subir de nouvelles pertes. Autant elle veut lui demander de l’aider à se débarrasser de Grand Rouge, autant elle ne peut pas se résoudre à le lui demander, pas après avoir indirectement amené son peuple à disparaître pour une promesse qu’elle leur a demandé de tenir. Et de toute façon, tant que ses pouvoirs sont scellés, il ne pourrait pas faire grand-chose pour l’aider. Avec un soupir, elle acquiesce et lui répond, « Je vois, bien si tu es prêt, je vais te renvoyer dans le monde humain ».

 

« Je suis prêt, merci pour tout Ophis-sama », répond doucement le Youkai en se levant et s’inclinant respectueusement. Il n’y a pas d’autres mots entre eux. Ophis fait simplement un geste de la main et un portail s’ouvre à côté de Naruto. Il s’y engouffre rapidement, disparaissant en une fraction de seconde.

 

Le portail se referme après son passage et la bulle d’énergie dans l’Ecart Dimensionnel disparaît laissant une Ophis seule et pensive, « Peut-être que je devrais quand même le surveiller de temps en temps, il pourrait changer d’avis avec le temps et je pourrais alors lui demander de m’aider à me débarrasser de Rouge-baka ».

 

XxxXxxX

(Début avril, Kunugigaoka, Japon)

 

Kunugigaoka est une petite ville du Japon, assez proche de Tôkyô. Si ce n’était pas pour son école prestigieuse, la ville serait probablement méconnue de la plupart des Japonais mais seulement voilà, l’école Kunugigaoka High School est l’une des meilleures écoles du Japon. En seulement dix années d’existence, l’école a connu un essor grandiose, devenant une école prestigieuse et très recherchée par les parents qui veulent donner la meilleure éducation possible à leurs enfants. Cependant, comme toute chose, cette école a des défauts, une face beaucoup plus sombre. S’il est vrai que le taux de réussite est de quatre-vingt-quinze pourcents, ce n’est pas un hasard. En effet, dès sa création, l’école a mis en place un système efficace mais très controversé.

 

Dans cette école il existe cinq classes par année. Les élèves sont répartis dans les classes en fonction de leurs notes. Plus le niveau de l’élève est bon plus la classe dans laquelle il se trouve est propice aux études. A l’inverse si les notes de l’étudiant sont mauvaises il est rétrogradé à la classe inférieure. Ainsi, les élèves sont mis en constante compétition pour les motiver à travailler dur et ainsi être admis dans la classe A, la plus haute et celle permettant le plus d’avantages. Si cela s’arrêtait là, les choses ne seraient pas trop graves, après tout un esprit de compétition est un bon moyen de motiver les étudiants. Mais cela ne s’arrête pas là, car pour être sûr que la majorité des étudiants travaillent durement, le principal a mis en place la classe E, une classe où les élèves les plus mauvais se retrouvent intégrés. Les élèves des classes E sont stigmatisés par tout les autres étudiants de l’école, leurs conditions de travail sont mauvaises à tel point qu’ils sont isolés dans des bâtiments situés en plein milieu des collines entourant le campus principal. Ces élèves n’ont pas le droit de participer aux activités de club et n’ont pas le droit de manger au réfectoire comme les autres élèves. En bref, ils sont mis dans des conditions d’étude pitoyables les forçant à rester en bas de l’échelle, c’est ce qui fait la force de ce système. En stigmatisant les élèves des classes E, aucun étudiant ne veut y être admis et donc tout les autres étudiants de l’école travaillent beaucoup plus ardemment pour ne pas être relégué en classe E. C’est ce système qui vaut à cette école un tel taux de réussite malgré que les conditions d’études soient très difficiles.

 

Cependant, cette année est très différente pour les élèves de la classe 3-E de la Kunugigaoka Junior High School isolée dans l’un des bâtiments sur une colline, car cette année ils ne sont pas enseignés par un être humain mais par une créature tentaculaire et non seulement cette créature est leur professeur mais il est aussi et surtout leur cible à assassiner. En effet, cette créature est la cible numéro un des gouvernements du monde entier et pour cause, elle a détruit soixante-dix pourcents de la lune, ne laissant à celle-ci qu’un croissant qui est désormais visible dans le ciel même en pleine journée. Pour cette raison, les gouvernements tentent de tuer la créature, enfin cela et le fait qu’elle menace de détruire également la terre dans un an. Lorsqu’elle s’est présentée à la classe 3-E en tant que nouveau professeur et créature ayant détruit la lune, ceux-ci n’ont tout simplement pas compris pourquoi une telle créature voudrait donner cours à leur classe. Mais pourtant, au fil du mois de mars qui vient de s’écouler, ces élèves se sont rendu compte que la créature prend très au sérieux son rôle de professeur, les aidant à sortir de l’épreuve insurmontable qu’est la classe E. Malgré cela, il reste leur cible à abattre avant la fin de l’année, avant que la créature ne détruise la Terre. Cela et le fait que la prime pour son meurtre s’élève à dix milliards de yens suffit amplement comme motivation aux élèves pour devenir des assassins accomplis formés par nul autre que leur cible. On pourrait croire que la supériorité numérique suffirait largement pour abattre rapidement la créature, cependant elle n’est pas ordinaire à plus d’un titre puisque sa vitesse de déplacement peut atteindre vingt fois la vitesse du son, rendant ainsi très difficile le fait de toucher celle-ci avec une arme.

 

En cette matinée de printemps, les cours se déroulent aussi normalement que possible pour la classe 3-E, ils sont tous assis à leur place, écoutant attentivement le cours de leur professeur à l’apparence de poulpe. Alors que l’heure se poursuit, soudainement, un bruit assourdissant se produit à l’extérieur de la classe et après seulement quelques secondes et avant que quiconque ne puisse faire quoi que ce soit, le mur à l’arrière de la classe se brise en milliers de morceaux et une personne vole à travers la classe. Tout le monde regarde ébahi un flou jaune traverser la classe à toute vitesse et s’écraser en plein sur le professeur qui ne peut esquiver à cause de son temps de réaction trop faible du à la surprise. Alors que le silence s’installe dans la pièce, tout le monde voit le professeur, Koro de son nom, s’écraser sans dommage dans le mur alors qu’une silhouette assez grande est écrasé contre le professeur avant de retomber au sol.

 

« Merde, ça fait mal, qu’est ce qui s’est passé ? », dit la silhouette en se relevant doucement époussetant ses vêtements. Tout le monde peut alors le détailler du regard, c’est un jeune homme blond aux yeux bleus et au visage anguleux marqué de trois marques sur chaque joues. Il a un corps grand et bien défini qui est visible sous ses vêtements en lambeaux. Tout le monde cligne des yeux alors que le professeur sort lui aussi du mur, son sourire habituel ayant disparu en regardant le blond. Finalement la tension retombe et le blond se rend enfin compte de son environnement et observe tout le monde en clignant des yeux, il met une main derrière sa tête et frotte sa nuque timidement, « Euh bonjour, désolé pour le mur, ce n’était pas voulu ».