la seconde épreuve

par oceans realm

Dans une grotte sombre, à la frontière du pays du vent :

 

-Ca faisait une éternité que nous ne nous étions pas tous rassemblés, commenta une silhouette sombre dont on ne pouvait discerner les traits, excepté pour sa large carrure et ses petits yeux noirs.

 

-C’est exact, murmura une autre. Mais maintenant, nous pouvons enfin débuter la seconde phase de notre plan.

 

-Alors, qu’en est-il de notre espion ? demanda une image floue de forme humaine, une grande hallebarde suspendue à son dos.

 

-Il est parvenu à s’infiltrer dans la place ! Déclara d’une voix grave une autre image, des cercles concentriques dans les yeux.

 

-Ce petit artiste de pacotille a donc réussi à passer la première épreuve, commenta une troisième ombre. Il a été aidé je parie.

 

-Je lui ai fourni toute les informations concernant sa cible, avoua de nouveau celui semblant tenir la position de leader. De plus, il a également subi un test pour déterminer ses aptitudes concernant sa mission, et les résultats ont été très encourageants.

 

-Quant est-il des faibles qui l’accompagnent ? demanda une voix caverneuse.

 

-Les trois équipes sont passées…répondit de nouveau la forme indistincte.

 

-Devons nous nous diriger vers eux ? Questionna une autre ombre. Si on n’y arrive pas à temps, nous risquons d’échouer. Et vous savez bien que le temps, c’est de l’argent !

 

-Pas tout de suite, annonça posément le dirigeant. Attendez les ordres pour le moment ! Nous agirons en fonction de l’évolution de la situation.

 

 

 

 

Konoha, forêt de ma mort :

 

-C’est sympa comme endroit je trouve, jugea le démon.

 

Tu parles ! Il y a pas l’ombre d’un ramen à l’horizon, répliqua mentalement Naruto.

 

Se baissant pour éviter une branche, Naruto s’arrêta net devant ses coéquipiers.

 

-Bon ! Ca va faire au moins dix minutes qu’on cherche, et on n’est pas encore tombé sur une équipe ! S’impatienta le jinchuriki. Je propose donc que nous trouvions un coin tranquille, pour qu’Haku détecte des cibles potentielles avec ses pouvoirs.

 

Approuvant l’idée de leur frère benjamin, les trois compagnons se dirigèrent vers le clapotement d’une rivière. Le terrain était couvert de galets, et Naruto s’amusa à faire des ricochets avec sur l’étendue liquide en face de lui. Kimimaro se contenta quant à lui de faire tremper ses pieds dans l’eau glacée, regardant sans vraiment y faire attention les prouesses de son coéquipier blond.

De son côté, Haku fermait les yeux, tentant de se concentrer malgré le bruit que faisait son jeune frère, et exécuta une série de signes.

 

-Hyôton, miroir de création, murmura-t-il calmement.

 

Aussitôt, un miroir de verre se forma au dessus de l’eau devant le jeune manipulateur de glace. Sa surface était lisse, sans aucune imperfection et si claire que l’on pouvait y apercevoir son reflet. Puis, Haku effectua une autre série de signes et apposa ses deux mains sur le miroir.

 

-Invocation, le jardin de cristal, s’exclama-t-il.

 

Soudain, il apparut, sortant du miroir précédemment formé, une myriade d’animaux, allant d’une nuée d’hirondelles à une armée de souris, d’un banc de poissons à une colonie de taupes en passant par un grand cerf royale, sans oublier bien sûr un aigle majestueux, et tous étaient formés de glace. Quand tous les animaux se posèrent devant le manipulateur de glace, les poissons dans l’eau, les taupes à moitié enfoncées sous terre, les hirondelles, l’aigle, le cerf ainsi que les souris sur l’herbe, Haku forma un unique signe, puis porta sa main au niveau de son œil droit.

 

-Le partage du premier sens, la vue, lança-t-il.

 

Suite à ces paroles, les yeux de chaque animal se mirent à briller et une douce lumière dorée commença à s’en dégager. Puis, Haku s’avança à travers ses créations, admirant leur élégance, leur taille, leur forme, qu’il avait dû maintes et maintes fois améliorer. Il analysa le champ de vision de chacune de ses statuts, observant s’il parvenait à voir à travers leurs yeux. Remarquant que tout semblait parfait, il sourit.

 

-Lancez vous à la recherche des personnes présentes dans la forêt, informez-moi de leurs emplacements, et ne les quittez pas des yeux. Quand vous aurez fini, vous pourrez repartir dans votre miroir, annonça le brun. Maintenant…allez-y !

 

En un seul battement d’aile, les hirondelles s’envolèrent au dessus de la forêt, vite rejoins par l’aigle royal. Les taupes disparurent sous le sol tandis que souris et cerf s’enfonçaient dans les frondaisons. Finalement, le banc de poissons se divisa en deux groupes, l’un remontant la rivière et l’autre la redescendant.

Observant les créations de son compagnon qui vinrent le déranger pendant ses ricochets, Naruto s’autorisa un sourire victorieux lorsque l’une d’entre elles traversa sans le savoir l’image immatérielle de son démon qui ne tarda pas à se plaindre de la température des sculptures de glace.

 

 

 

 

Tsuna regarda de droite à gauche, agaçant sans le vouloir ses deux coéquipiers. Il savait bien pourtant qu’il n’avait rien à faire à l’examen chûnin. Il n’avait accepté d’y participer que sous les provocations de ses camarades de classe, le narguant pour ses capacités trop risibles.

Lui, ce n’était pas un génie. Bien qu’il ait une tête assez remplie, ses aptitudes sur le terrain, pendant les missions ainsi que lors des entraînements avec son équipe, prêtaient plus à rire qu’autre chose.

Trébuchant sur une racine, il se remit sur pieds sous les remontrances de ses deux compagnons. Eux, c’était des véritables ninjas, bourrés de talents malgré leur jeune âge. Ils méritaient leurs places ici. Après tout, c’était le grand Minaru Uchiwa ainsi que sa grande sœur, la terrifiante Fumi. Bien que membres éloignés de la famille principale du clan Uchiwa, ils étaient des génies comme il en existait peu. Un grand brun et une brune imposante…Que pouvait-donc faire un petit blond à lunette avec ces deux-là ?

Mentalement, Tsuna s’en voulut pour sa faiblesse, conscient de n’être qu’un fardeau pour son équipe. Il baissa la tête, ruminant dans ses pensées. C’est alors que, étonné, il s’arrêta de marcher.

Sous ses pieds venait d’apparaître une magnifique taupe en cristal, les yeux lumineux tels des rayons solaires. Se baissant pour l’attraper, celle-ci s’enfonça alors, disparaissant de sa vue à son grand regret.

 

-Qu’est-ce que tu fiches à rester planter là ? L’interpella furieusement la jeune fille Uchiwa.

 

-Mais, il…il y avait un…

 

-Un cafard à poix rouge, le coupa le garçon brun. On sait ! Bon, on peut y aller maintenant ? S’exclama-t-il. T’es peut-être pas au courant, mais on a des bandeaux à rassembler. Alors magne-toi-le derrière !

 

Sans chercher à répliquer, Tsuna se leva et rejoignit ses deux compagnons, honteux. Dix minutes plus tard, ils arrivèrent dans une petite plaine proche d’une rivière.

Tsuna respira l’air ambiant. Il aimait être en présence d’eau et de nature. Cela l’aidait d’une part pour ses techniques pourtant négligeables et le rassurait mentalement d’autre part. S’approchant de la rivière, il laissa sa main droite rejoindre l’eau glacée.

Il soupira…et constata enfin l’irrégularité de la chose. Même en début d’hiver, la température de l’eau ne devrait pas être aussi basse. Intrigué, il pencha sa tête vers l’étendue liquide et remarqua d’étranges poissons transparents, les yeux brillants d’une faible lumière. Il se releva à toute vitesse et appela ses deux compagnons un peu en amont.

 

-Minaru-kun, Fumi-san, éloignez vous de l’eau ! cria-t-il dans leurs directions.

 

Le regardant comme une bête de foire, les deux Uchiwa pâlirent quand, sortant de l’eau, apparut une immense vague de glace. Précipitamment, Tsuna se dirigea à leur rencontre et se plaça devant eux avant d’exécuter une série de signes.

 

-Doton, mur de terre, s’exclama-t-il tandis qu’un mur de boue et d’eau venait s’opposer à la vague de glace.

 

Puis, tel un seul homme, les trois ninjas de Konoha s’éloignèrent de la rivière, prenant leur distance avec la forme qui commençait à apparaître de la mer de cristal.

 

 

Se détachant de sa technique, Haku se plaça devant les trois genins face à lui, une expression amusée sur le visage.

 

-Vous pouvez remercier votre compagnon, lança-t-il aux deux bruns accompagnants le jeune blond à lunettes. Sans lui, vous seriez déjà à ma merci et vos bandeaux ne seraient plus qu’un vague souvenir.

 

L’air rageur, les trois genins pâlirent lorsque tout autour d’eux apparut des pics aux formes étranges et à la blancheur éclatante.

Sans préambule, les quatre piliers qui étaient apparus à chaque extrémités de leur position se mirent à développer des sortes de branches, s’enjoignant mutuellement les unes aux autres avec celles d’un pilier voisin. Il se forma alors une grande prison, constituée uniquement des barreaux blancs encadrant en leur centre les trois ninjas de Konoha.

 

-Shikotsumyaku, art des Kaguya, la cage d’os, articula Kimimaro en sortant du sol devant l’équipe adverse.

 

Incrédules, les deux Uchiwa de l’équipe de Konoha pestèrent sur leur situation. Puis, ils exécutèrent tous deux une longue série de signes, terminant simultanément par celui du tigre.

 

-Katon, la grande boule de feu, cria le garçon.

 

-Katon, le souffle du dragon, ajouta sa coéquipière en crachant une langue de flammes pour accompagner celle de son petit frère.

 

Les deux souffles brûlants traversèrent sans mal la barrière d’os poreuse et se dirigèrent vers les ninjas de Kiri, qui ne bronchèrent nullement lorsque ces derniers vinrent à leur contact.

Cependant, avant qu’ils n’aient pu achever leurs courses, un troisième ninja aux cheveux blonds portant l’insigne de Kiri se plaça entre le feu et ses deux compagnons, puis, sans le moindre signe, expectora à son tour une gigantesque boule de feu, aussi volumineuse que la combinaison des deux attaques.

A la rencontre des deux techniques, un souffle chaud se dégagea de l’épicentre, tandis que les flammes s’atténuaient déjà sur l’aire de combat.

Quelques secondes plus tard, Naruto s’approcha de la prison d’os pour constater qu’elle ne contenait que du vide, un trou creusé en son centre témoignant d’une technique Doton pour s’en échapper. Analysant le terrain, le jinchuriki vit apparaître près de la rivière un second trou, d’où sortirent en premier le garçon blond à lunette, suivit par ses deux coéquipiers Uchiwa.

Souriant, il s’approcha d’eux, entouré par Haku et Kimimaro.

 

-Vous êtes assez puissants, reconnu calmement le fils caché du quatrième Hokage. Alors, pour vous prouver ma reconnaissance, je vous laisse ce choix. Donnez-nous vos bandeaux, et aucun mal ne vous sera fait. Si vous refusez…

 

-Tu peux rêver, clama le brun. Si tu n’es pas au courant, tu as en face de toi deux des membres les plus brillants du clan Uchiwa. C’est pourquoi, moi, Minaru Uchiwa, vais vous prendre vos bandeaux.

 

-Comme l’a si bien précisé mon imbécile de frère, en tant que Fumi du clan Uchiwa, il est de mon devoir de faire honneur à ma famille. Aussi, abandonner n’est pas notre volonté.

 

Souriant à pleine dent, Naruto dirigea ensuite son regard vers le troisième membre de l’équipe de Konoha. Bien que pas rassuré, il semblait animé d’une détermination à toute épreuve, et paraissait prêt à affronter sa peur en face.

 

-Laissez-moi les, murmura-t-il à ses deux frères.

 

Lentement, le jinchuriki du démon à neuf queues tendit sa main devant lui. Fermant les yeux, il rassembla progressivement les particules d’humidité présentes dans l’air ambiant et une épée de cristal très pur apparut entre ses doigts. Il rabaissa prestement sa rapière improvisée et se lança à toute allure à la rencontre de ses trois adversaires.

Malgré sa vitesse phénoménale, il fut intercepté par les deux bruns qui se placèrent sur sa route, kunai en main. Surpris, Naruto se pencha sur le côté pour éviter le contre de ses opposants, mais, comme s’il l’avait prévu, le garçon Uchiwa effectua un croche-pied que Naruto évita avec grand mal en prenant appui sur le sol avant de s’écarter de ses ennemis. Un plouf l’informa que sa lame de glace venait de tomber dans l’eau de la rivière, puisqu’il avait été obligé de la lâcher lors de son esquive.

A une dizaine de mètres de ses ennemis, le fils caché du quatrième Hokage exécuta une courte série de signe. Allant de surprise en surprise, il vit ses mouvements entièrement mimés par la fille Uchiwa.

 

-Futon, la lame du vent, articulèrent en simultané les deux ninjas.

 

Deux distorsions d’air se rencontrèrent alors au milieu des deux protagonistes, s’annulant mutuellement et causant une légère brise sur la prairie. Plus loin Kimimaro et Haku regardaient l’affrontement, un air imperturbable pour le premier et moqueur pour le deuxième.

 

-C’est donc ça le Sharingan, déclara Naruto en remarquant les yeux de ses deux interlocuteurs, deux tomoes encadrées par des pupilles rouges sang à la place du noir de précédemment. Un attribut plutôt intéressant… Je comprends maintenant pourquoi le clan Uchiwa est l’un des clans les plus réputés à Konoha.

 

-Tu devrais comprendre alors que tu n’as aucune chance de nous battre, s’exclama fortement la brune.

 

Souriant encore plus, Naruto effectua une longue série de signes, imité dans ses mouvements par l’Uchiwa face à lui.

 

-Yôton, pluie de météores, annonça-t-il en crachant par la bouche un jet de lave dans l’atmosphère, qui redescendit brutalement sous la forme d’une pluie de roches en fusion.

 

Voyant que rien ne se produisait après sa copie de signe, Fumi recula vivement et se jeta à l’eau, précédée quelques secondes auparavant par ses deux compagnons, pour éviter les projectiles ardents. A travers la fumée causée par les météores, Naruto put voir qu’elle bascula violemment avant d’atteindre le refuge aqueux.

Une fois l’attaque passée, l’équipe de Konoha ressortit de la rivière, les vêtements en cendre et le dos entièrement brûlée pour l’unique fille du groupe, peinant à se mouvoir. Ils se positionnèrent tant bien que mal devant leur adversaire blond, et le brun ragea à sa vue.

 

-Comme je le pensais, même le Sharingan ne peut copier cette technique, analysa posément Naruto.

 

-Enfoiré ! hurla le garçon Uchiwa. Je vais te réduire en miette !

 

Sans qu’il ne puisse rajouter le moindre mot, son souffle fut coupé par un coup au thorax de la part de son opposant, suivi par une frappe marteau sur le haut du crâne, l’envoyant proche de l’évanouissement. Alors que Naruto allait enchaîner par un balayage de sa jambe gauche, Tsuna s’interposa, attrapa le membre de Naruto et le projeta un peu plus loin, sans réellement le blesser.

Se relevant lentement de sa chute, le jinchuriki analysa la situation. Les deux Uchiwa étaient à bout, et seul leur troisième coéquipier semblait apte à combattre.

Sans se presser, il s’approcha des trois ninjas face à lui. C’est alors qu’il remarqua ce qu’il n’allait pas. En effet, il s’enfonçait peu à peu dans le sol, et ne pouvait plus faire le moindre pas pour atteindre ses adversaires.

 

-Doton, les marécages de boue, déclara le blond à lunette, sa concentration maintenue à l’extrême.

 

Observant autour de lui, Naruto remarqua plus loin Haku, un sourire moqueur sur le visage devant la situation critique dans laquelle son compagnon se trouvait.

Il soupira. Il va falloir passer aux choses sérieuses, songea le jinchuriki.

 

-T’as besoin de moi ? S’étonna l’image du démon renard.

 

Je m’en sortirais tout seul, Kyu-chan. Ce n’est pas ce minus qui va m’arrêter.

A moitié enfoncé sous terre, il ferma les yeux et se concentra sur ce qu’il voulait faire. C’est alors que des étincelles apparurent tout autour de la technique de boue de son opposant.

 

-Katon, Hoderi*, s’exclama-t-il.

 

Soudain, un cercle de feu apparut autour de son corps. Progressivement, l’anneau de flamme engloba toute la technique Doton et solidifia entièrement la boue, mettant fin à son enfoncement dans le sol.

S’appuyant sur ses membres supérieurs, il s’extirpa de terre et s’avança à nouveau vers ses trois adversaires, visiblement à bout de forces.

Sans aucune parole, il saisit par le col le blond de son âge.

 

-T’as fait un beau combat, déclara Naruto souriant. Cependant, t’as perdu. Et comme le précisent les lois de l’examen, les vainqueurs gagnent les bandeaux de leurs adversaires.

 

Tout en disant cela, il détacha le bandeau de Konoha du bras de son adversaire, puis procéda de même sur les deux autres Uchiwa, et ce malgré leur air hostile.

Il quitta ensuite la plaine, entouré par ses deux frères, et disparut de la vue de l’équipe de Konoha, vaincue.

 

 

 

-Alors, Haku-chan ? Une autre équipe en vue ? Questionna Naruto.

 

-Il semblerait qu’il y ait un combat entre deux équipes plus au Nord de notre position, annonça calmement le manipulateur de glace, l’index et le majeur de son bras droit recouvrant son œil couleur noir de jais. Une d’Ame et une autre de Suna.

 

-C’est très bien, sourit Naruto. Ca nous fera un mélange de bandeaux et trois équipes battues en tout. On va l’avoir le cadeau !

 

Contaminant ses deux compagnons par sa bonne humeur, Haku et Kimimaro sourirent à leur tour. C’était étrange comme des fois, leur frère benjamin pouvait passer d’un caractère de gamin à celui d’un adulte.

 

 

 

-Vous feriez bien de vous rendre, pitoyables genins de Suna, conseilla Meishô

 

-Sinon, vous serez très vite écrasés, menaça Hitori.

 

Komei soupira. Décidément, ses deux compagnons réfléchissaient plus avec leurs muscles qu’avec leurs têtes. Et ce n’était pas leurs physiques qui prouveraient le contraire. Les deux frères jumeaux Meishô et Hitori étaient de vraies brutes sur le terrain, mais d’une capacité à la réflexion plutôt limitée. Et dire qu’on l’avait obligé à participer à l’examen chûnin avec ces deux crétins. De retour à Ame, il se plaindrait auprès de son supérieur.

Je prouverais à Konan-sama que moi aussi, je fais partie de l’élite, songea amèrement Komei. Ainsi, je lui montrerais ma véritable valeur !

 

-Vous nous faites pas peur ! clama un ninja de Suna. Alors approchez un peu histoire de vous faire éclater, bandes de monstres.

 

Sans préambule, les deux montagnes de chairs s’élancèrent sous les insultes qui venaient d’être dites à leur propos.

Reculant d’un pas, les trois ninjas de Suna lancèrent chacun un shuriken vers leurs ennemis, puis effectuèrent une série de signes.

 

-Multiclonnage des shurikens, annoncèrent-ils d’une même voix tandis que les étoiles de métal se multipliaient entre eux.

 

Sans vouloir s’arrêter, les deux ninjas d’Ame foncèrent dans la volée d’armes volantes, et, malgré les multiples écorchures qui étaient apparus sur leur corps, ne ralentirent pas l’allure, à la surprise de leurs adversaires. Armant chacun un bras en arrière Meishô et Hitori écrasèrent d’un geste ample leurs trois ennemis, qui, au contact du sol, s’enfoncèrent sous la puissance du coup. Au bruit produit par le choc, Komei devina que les trois ninjas de Suna étaient déjà hors d’état de nuire, ayant probablement de multiples fractures et côtes cassées.

Pourquoi donc l’avait-on mis avec ses deux crétins ? Fut la pensée qui traversa son esprit quand il vit ses deux coéquipiers revenir, les bandeaux de Suna en leur possession, en souriant sous leurs visages maculés de sang. Et pas que du leur, analysa Komei. 

Il soupira, prit les trois bandeaux à l’insigne de Suna pour les fourrer dans sa veste noire et remit une mèche de ses très long cheveux bleus derrière son oreille. Bleu…comme ceux de l’ange messager, se souvint-il nostalgique.

Soudain, il se redressa et se mit sur ses gardes. Des frissons lui remontaient le long de l’échine. Et quand il avait ça, ce n’était jamais bon signe. Instinctivement, il rapprocha sa main de son étui à shurikens sur sa jambe droite. Fusillant du regard ses deux coéquipiers qui parlaient à tue-tête, il ferma les yeux, posa la main à terre et inspecta les environs grâce à son pouvoir spécial. Ce qu’il sentit le pétrifia sur place. Des centaines de sources de chakra, bien qu’assez faibles, étaient présentes sous et sur terre, ainsi que dans les airs et plus loin dans la rivière. Il rouvrit les yeux et tourna son regard vers la forêt qui entourait la plaine, scrutant attentivement chaque parcelle de terrain.

Une souris étrange était présente sous un caillou juste à ses côté, et c’était l’une des minuscules sources d’énergie qui peuplaient la zone numéro quarante quatre. Peu après, il distingua un cerf semblant fait de cristal, et ses prunelles de lumière lui intimait de se tenir à l’écart de l’animal. Un cri perça le ciel, faisant sursauter le jeune homme. Il leva la tête et aperçut une bonne dizaine d’hirondelles transparentes, ainsi qu’un aigle majestueux le transperçant de son regard de cristal.

Il ne savait pas pourquoi, mais il était persuadé que ces présages annonçaient un problème.

Doucement, Komei se rapprocha de ses coéquipiers et leur ordonna de se taire, chose qu’ils firent sans discuter pour une fois.

Tout à coup, des applaudissements rompirent le silence pesant qui s’était installé. Surpris, les trois ninjas d’Ame se retournèrent et purent observer face à eux trois ninjas. L’un avait des cheveux or mi-long encadrant des yeux océans pétillant de malice. Le second à l’aspect androgyne semblait partiellement irrité par son coéquipier, ce que transparaissait ses yeux noirs profond encadrés par ses long cheveux bruns. Le dernier avait quant à lui un regard vert clair indiffèrent et ses cheveux blancs lui tombant jusqu’au bas du dos s’accordaient avec la couleur neige de son kimono.

Sans qu’il ne puisse expliquer comment, Komei sentit que ces trois garçons étaient redoutables.

 

 

-Le fait d’avoir vaincu cette équipe de Suna en si peu de temps est un exploit, avoua le blond en direction des participants à l’examen d’Ame. A peine trois heures se sont écoulées depuis le commencement de l’épreuve, qui est sensée durer cinq jours, et vous avez pourtant récolté la moitié de ce que vous devez obtenir pour la suite de l’examen.

Nous sommes donc deux équipes en possession de la moitié du stock de bandeaux qu’il doit acquérir. C’est pourquoi, nous allons décider qui est digne de continuer, et qui ne l’est pas. J’espère que vous êtes prêts !

 

- Laisse-les-nous, Naruto ! Le pria le brun. Tu as déjà dépensé beaucoup d’énergie, et même si je sais que tu n’en as cure, j’aimerais pouvoir me dégourdir un peu les jambes.

 

-Une tournée de ramen en échange ! exigea le blond.

 

Acquiesçant d’un mouvement de tête, Haku s’avança en compagnie de Kimimaro pour se positionner à une dizaine de mètres des ninjas d’Ame. De toute façon, l’argent des trois garçons était regroupé en un seul tas. Dire qui payait quoi n’avait aucun sens. Mais Haku savait que son frère benjamin devait toujours trouver une excuse pour ne pas avouer son épuisement.

D’un geste sec, il posa sa main au sol et ferma les yeux. Quelques secondes plus tard, les créatures de glaces terrestres ou aériennes qu’il avait précédemment invoquées se regroupèrent, encerclant la plaine où se trouvait les ninjas de Kiri et ceux d’Ame, ainsi que plus loin les trois garçons de Suna à terre, inconscients.

 

 

Komei grimaça. Alors c’était ce garçon le responsable de ces animaux étranges. Quelles étaient donc ces techniques sortant de l’ordinaire ?

Le genin d’Ame ne fut pas le moins du monde perturbé lorsque ses deux compagnons chargèrent tels des taureaux, inconscients de la dangerosité de leurs ennemis.

Imbéciles, songea-t-il.

Mais grâce à ça, il pourrait peut-être découvrir les capacités de ses adversaires.

 

Lorsque les montagnes de muscles percutèrent les deux jeunes hommes, Komei considéra le combat comme terminé. Bien qu’il n’avait aucune sympathie pour ces deux crétins, il reconnaissait volontiers qu’ils possédaient tout deux une force herculéenne, et nul n’avait encore réchappé à un coup direct de leur part.

Regardant attentivement ses deux compagnons, Komei fut étonné lorsqu’il entendit crier Hitori, qui avait atteint le brun. S’approchant des quatre combattants, il put voir qu’un cocon de glace avait remplacé le bras de son coéquipier. Il tourna la tête à droite, en direction de Meishô et écarquilla les yeux quand il vit que l’homme que son compagnon avait percuté se tenait toujours debout, une armure osseuse recouvrant son corps intégralement.

 

 

-L’armure du mort, murmura Kimimaro, peinant à contenir la force démentielle de son ennemi.

 

Sans sommation, le Kaguya sauta hors d’atteinte du géant qui l’avait attaqué et qui s’écrasa au sol, n’ayant plus de support sur lequel s’appuyer.

Haku atterrit lestement à ses côtés, abandonnant le second géant qui lui avait foncé dessus et qui lui aussi percuta le sol.

 

-Ce sont des forces de la nature, commenta Kimimaro en sueur suite à l’important effort qu’il venait de fournir.

 

-Mais ils ne semblent dotés d’aucun esprit, et se reposent essentiellement sur leur force brute, ajouta Haku. Ce n’est pas un combat à ton avantage, lança-t-il à son aîné. Laisse moi m’occuper de ces deux tas de viandes, et prend le dernier membre de l’équipe.

 

-D’accord, chuchota le manipulateur d’os. Fais attention comme même.

 

-Toi aussi ! Ton adversaire paraît diffèrent des deux costauds, et son cerveau n’est certainement pas celui d’un rat. Alors sois prudent !

 

Sans répondre au manipulateur de glace, Kimimaro appliqua ses deux mains au sol. Aussitôt, une barrière d’os se dressa et sépara les deux géants et le garçon aux longs cheveux bleus d’Ame.

 

 

Côté Haku :

 

Haku s’élança face à ses deux adversaires qui venaient à peine de se remettre sur pied. Il composa un signe de sa main gauche et tous les animaux de glace le rejoignirent, entourant le lieu du combat.

Ces deux là ne sont bons qu’en force brute. Il faut absolument que j’évite de me faire toucher, songea le manipulateur de glace en exécutant une courte série de signes.

 

-Hyôton, la tempête de plumes, s’exclama le brun tandis que tous les oiseaux, hirondelles et aigle se plaçaient à ses côtés.

 

Aussitôt, les volatiles de cristal partirent à la rencontre des deux géants qui s’écartèrent de leurs trajectoires. Néanmoins, les oiseaux de glace pivotèrent dans leurs courses et vinrent enfin s’exploser sur les deux hommes. A leur contact, Hitori et Meishô virent leurs membres geler, jusqu’à transformer leurs corps entier en statue de cristal. Se préparant à rejoindre Kimimaro, Haku se retourna à l’entente d’éclats de glace tomber à terre. Les deux géants venaient de se libérer par la force de leurs muscles de leurs prisons de cristal.

Quand l’un d’eux s’approcha du brun, celui-ci érigea une grande barrière de glace entre lui et son adversaire. Lorsque ce dernier projeta son poing sur le mur épais, il vibra de toute sa longueur, s’émietta, puis se brisa. Cependant, le géant resta un moment coincé entre les morceaux de glace, et tomba en glissant sur une plaque de verglas au sol.

Haku sourit. Il savait maintenant comment mettre hors d’état de nuire ses adversaires. S’approchant d’eux, il posa ses mains au sol et un grand tapis de glace recouvra la surface les entourant. Puis, il exécuta une longue série de signe.

 

-Hyôton, le tombeau des glaces éternelles, articula-t-il.

 

Soudain, le tapis se souleva de façon circulaire, prenant pour épicentre l’endroit où se trouvaient les deux brutes. Levant les mains au ciel, Haku érigea une colonne creuse de près de dix mètres de hauteur contenant ses adversaires. Il baissa alors brutalement les bras vers le sol et la colonne s’enfonça entièrement sous terre dans un grand bruit sourd.

S’approchant de sa fosse improvisée, Haku put voir dix mètres plus bas les deux hommes tentant par tous les moyens de remonter la pente verticale de glace.

Peine perdue, pensa le jeune homme au visage androgyne. Les parois sont tellement glissantes que même l’adhésion par le chakra ne servirait à rien. De plus, les murs font presque un mètre d’épaisseur. Seule une aide extérieur pourrait les faire sortir…Ou alors, ils devront attendre quelques jours, le temps que la glace fonde.

Abandonnant ces pensées désormais futiles, Haku rejoignit Naruto pour observer en détail le combat opposant celui qui semblait être le chef de l’équipe d’Ame et Kimimaro.

 

 

Coté Kimimaro :

 

Aussitôt après la construction du mur d’os, Kimimaro s’était élancé vers son adversaire. Son style de combat étant essentiellement du Taijutsu, il se devait de mettre tous les atouts de son côté en provoquant le combat rapproché.

Arrivant à une vitesse extraordinaire sur son adversaire, il pivota pour projeter sa jambe gauche sur le ventre de ce dernier. Etrangement, le ninja d’Ame ne broncha pas quand il se reçut l’uppercut, et agrippa le membre du manipulateur d’os. D’un geste souple, il se pencha en avant, bascula le Kaguya sur son dos, puis l’envoya voler quelques mètres plus loin.

Surpris, il se réceptionna sur les deux mains avant de toucher sol, culbuta et se remit sur pied. Il regarda plus en détail son adversaire. Comment donc avait-il fait pour se protéger ? Quand il baissa son regard vers ses mains, il remarqua une faible lueur se dégageant d’une des cinq bagues qu’il portait à chaque doigt. Analysant plus intensément la situation, il constata que, en tout, dix bagues ornaient les mains de son ennemi. Cinq de forme carré aux couleurs bleu, rouge, jaune, blanche et marron, et cinq de forme triangulaire, elles-aussi des cinq couleurs précédemment citées. Lors de son mouvement contre son adversaire, c’était la bague marron de forme carré qui avait brillé, puis s’était lentement ternie.

Soudain, son adversaire composa une série de signes avant de s’écrier :

 

-Fûton, le souffle du dragon des cieux.

 

Aussitôt, une impressionnante déformation de l’air prévint Haku qu’un vent destructeur s’approchait de lui. D’un simple réflexe, il appliqua sa main au sol et une barrière osseuse s’interposa entre lui et l’attaque de son opposant pour la bloquer. Sans temps mort, Komei apparut derrière lui et exécuta une nouvelle série de sceaux.

 

-Katon, le souffle du dragon de feu, s’exclama-t-il.

 

Peinant à esquiver, Kimimaro se pencha sur le côté, et d’un bond, sauta hors d’atteinte des flammes ardentes, se brûlant au passage le bas du kimono ainsi que le bas des jambes. Atterrissant avec souplesse devant un petit cours d’eau, il pesta. Comment donc un genin pouvait maîtriser trois natures de chakra ? Car il était évident que pour se défendre précédemment, il avait utilisé une technique Doton pour solidifier son corps. Et il avait en plus utilisé des techniques de vent et de feu.

Lorsque le garçon d’Ame aux cheveux bleus recommença une série de signe, le Kaguya écarquilla les yeux.

 

-Suiton, le grand étang, lança ce dernier.

 

Aussitôt, l’eau présente derrière Kimimaro s’anima et recouvrit tout le terrain. Cherchant une explication à cet enchaînement de techniques, Kimimaro remarqua que les bagues triangles de couleurs bleu, rouge et blanche s’étaient ternies, de la même façon que la bague carré marron suite la défense Doton. Quand son ennemi composa de nouveau une série de signes, la bague triangle de couleur jaune diffusa une faible lueur avant de ternir à son tour.

 

-Raiton, les crocs de la foudre, déclara le genin d’Ame en sautant hors de contact de la surface aqueuse.

 

Cette fois, Kimimaro comprit. Cependant, lorsqu’il voulut réagir pour se mettre hors d’atteinte de la décharge d’électricité, il était déjà trop tard. En un instant, le choc dégagea un grand nuage de fumée, qui dissimula de la vue des spectateurs le frère du jinchuriki du Kyubi.

Plus loin, Komei atterrit sur la terre ferme, et remarqua les deux compagnons de celui qu’il venait d’affronter.

Ces deux crétins ne sont même pas parvenus à se débarrasser ne serait-ce que de l’un d’entre eux. C’est plutôt problématique…Il ne me reste que cinq bagues, ainsi que mon attaque ultime. Tel que c’est parti, je vais être forcé de m’en servir pour sortir vainqueur.

 

-C’est à votre tour maintenant, lança Komei en direction des deux ninjas de Kiri.

 

-Je ne crois pas, sourit Naruto. Tu es toujours en plein combat contre mon partenaire, et il serait injuste de te combattre à trois contre un.

 

-Que veux-tu dire ? Questionna le genin d’Ame. Ton coéquipier est déjà…

 

Mu d’un doute, le garçon aux cheveux bleus se retourna vers la fumée qui se dissipait, à l’endroit de sa précédente attaque. Une brise timide balaya la plaine et dissipa le nuage de poussière, révélant Kimimaro entièrement recouvert par une armure osseuse. Petit à petit, la défense d’os se résorba à l’intérieur du corps du Kaguya, et toutes les plaies causées par la technique disparurent, comme si elles n’avaient jamais existé. D’un pas lent et maîtrisé, il s’avança en direction du genin d’Ame, ses cheveux blancs en bataille dissimulant toutes expressions sur son visage.

 

-L’électricité perd toute son efficacité quand elle traverse une surface non conductrice, expliqua calmement le manipulateur d’os. Je n’ai eu qu’à créer une armure puis la séparer de mon corps par une couche d’air pour créer une zone de haute pression dissipant ton éclair. Il se tut un instant.

En tout cas, grâce à ce mouvement, j’ai enfin compris la nature de tes capacités à contrôler les cinq éléments. Chaque bague te sert à lancer une technique. Les bagues carrées pour les défenses, et les triangles pour les attaques. Les couleurs représentent quant à elles l’élément utilisé, le rouge pour le feu, le bleu pour l’eau, le jaune pour la foudre, le blanc pour l’air et finalement le marron pour la terre. De plus, si je me base sur les couleurs qu’ont pris les anneaux après chaque technique, je pense qu’une bague ne peut être utilisée qu’une seule fois. Par conséquent, plus le combat durera, plus tu seras désavantagé.

 

Komei ne broncha pas. Il savait que ses capacités étaient facilement interprétables pour ses adversaires, et ce n’était pas la première fois qu’on le démasquait. Et c’était justement pour cela qu’il n’avait encore jamais perdu. Persuadés que ses pouvoirs se limitaient aux bagues, on le sous-estimait et il en profitait.

Doucement, Komei posa sa main sur le col de sa chemise blanche, et tâta le collier qui y pendait…Son arme ultime, à laquelle personne n’avait pu se défaire. 

Il sourit sans s’en rendre compte, mettant la puce à l’oreille de son adversaire qui n’en laissa rien paraître. Discrètement, le Kaguya exécuta un signe à l’insu de son opposant, puis bondit en direction de ce dernier.

En pleine course, il fit apparaître un os sur le dos de sa main et lui fit prendre la forme d’un poing américain, puis approcha son arme du ninja d’Ame lorsqu’une barrière de foudre s’interposa. Persuadé d’avoir grillé son adversaire, Komei baissa sa défense, lorsque soudain, un autre Kimimaro apparut de derrière son dos pour le frapper d’un coup de pied au bassin, l’envoyant valser quelques mètres plus loin. Se remettant péniblement sur pied, le ninja d’Ame regarda avec étonnement le ninja de Kiri. Ou plutôt, les deux ninjas de Kiri, puisque une réplique exacte du garçon aux cheveux blancs se tenait à ses cotés.

 

-Qu’est-ce que ça veut dire ? l’interrogea-t-il mécontent.

 

-Kosshi bunshin, le clone d’os, se contenta le Kaguya.

 

-Quand ?

 

-Juste avant d’attaquer, quand tu serrais ton collier pendu à ton coup… Une autre de tes armes je présume ?

 

Komei écarquilla les yeux avant de sourire à pleine dent. Doucement, il arracha son pendentif, dévoilant les cinq couleurs qui le composaient. Cinq bâtonnets d’une dizaine de centimètres, accrochés par un fil noir, des mêmes couleurs que les bagues, luisaient dans sa main. Il sourit plus encore, lança son collier en l’air, exécuta trois signes et apposa ses deux mains sur le sol, à l’endroit où venait de tomber le bijou. Soudain, un large cercle se traça sur la terre et entoura non seulement Komei et Kimimaro mais également Naruto et Haku. D’un bond, Komei recula derrière le collier incrusté au sol et, avec un simple geste de la main de sa part, fit apparaître des sceaux sur les contours du cercle fraîchement inscrit. Une large lumière se dégagea du périmètre délimité et une barrière de lumière bleue recouvrit toute la surface de combat.

Naruto observa calmement ce qu’il venait de se passer. Qu’est-ce que c’était que cette technique ? D’un coup de pied, il propulsa une pierre sur la barrière translucide, qui fondit littéralement à son contact.

Ainsi donc, il nous a emprisonné…songea le blond. Le dôme doit bien faire trente mètres de haut pour cent de diamètre, et je doute qu’il y ait un passage sous-terrain. Qu’en penses-tu Kyu-chan ?

 

-C’est une cage de chakra scellé, révéla le démon. Par conséquent, c’est un espace complètement coupé du monde extérieur. Ce ninja d’Ame a dû dépenser une énergie folle pour la créer…

 

Comment peut-on la détruire ? demanda le jinchuriki au neuvième démon.

 

-Cette technique requiert une concentration continue de la part de son utilisateur, l’informa l’image immatérielle du renard. Par conséquent, si tu lui fais perdre cette concentration, par exemple en lui découpant quelques morceaux de chairs par-ci par-là, le dôme devrait s’effondrer de lui-même.

 

Je vois…

C’est étrange tu ne trouves pas ? Pourquoi donc aurait-il effectué cette technique alors que tout le désavantage. Il a tout de même perdu une quantité non négligeable de chakra et il se retrouve prisonnier tout seul contre nous trois.

Sans patienter davantage, Naruto et Haku vinrent rejoindre Kimimaro qui se trouvait au centre du dôme, face à son adversaire. Lorsque le blond reporta son regard sur le ninja d’Ame, il fut persuadé que quelque chose clochait réellement. Un sourire dément déformait les traits de leur ennemi, et un rire rauque, pas plus fort qu’un murmure, se faisait entendre en sa provenance.

 

-Les préparatifs sont enfin terminés, ricana le jeune homme. Je n’aurais jamais imaginé que je devrais dévoiler mon meilleur atout à ce stade de l’examen, mais tant pis. Désormais, votre destin est scellé.

 

Komei exécuta alors un unique signe, et le collier qui se trouvait à mi-distance entre lui et les ninjas de Kiri se mit à luire d’une faible lueur. Tout à coup, un nuage de fumée se dégagea, avec pour épicentre le bijou mystérieux, et une ombre se démasqua dans le voile de poussière. Tandis que Kimimaro se mettait en garde, Komei sauta dans la fumée et disparut de la vue des trois frères.

Un cri inhumain déchira le silence qui s’était installé et une bête noire de près de trois mètres de hauteurs pour cinq ou six de longueur apparut aux yeux des trois frères Kitsune. Le fauve des enfers se rapprochait de l’apparence d’un chien, si ce n’était les cinq têtes qui pendaient au bout de ses larges cous. D’immenses mâchoires surmontaient par d’impressionnantes canines donnaient au monstre une allure démoniaque et ses dix paires d’yeux, chacune d’une couleur différente, à savoir blanc, bleu, rouge, jaune et marron, fusillaient les trois garçons. Sur le pelage obscur de la créature, Komei se tenait fièrement installé, bien que la sueur qui lui coulait sur le visage vienne trahir son épuisement.

 

-Je vous présente mon petit animal de compagnie, Cerbère**, annonça le jeune homme d’un ton possédé. C’est la fin pour vous. Toute fuite est désormais impossible avec la barrière, et vous n’avez aucune chance contre mon animal.

 

-Cette invocation n’a rien de très impressionnante, commenta tranquillement Naruto.

 

-Ce n’est pas ce sale cabot qui pourrait m’impressionner en tout cas, approuva le bijû. Dépêche-toi de lui montrer qui est le maître, morveux !

 

Lentement, le benjamin parmi les trois frères Kitsune s’approcha, mais sa route fut coupée par son aîné aux cheveux blancs.

 

-N’intervient pas, Naruto, lança doucement Kimimaro. C’est mon adversaire ! Aussi, je vous demande à toi et à Haku-chan de rester de simples spectateurs pour la suite des événements.

 

Lentement, Naruto dirigea son regard azuré dans celui de son aîné. Une détermination à toute épreuve était inscrite dans les pupilles émeraude du rescapé d’un clan aujourd’hui oublié, réconfortant de son aura protectrice son entourage. Le blond afficha un sourire fier, dévoilant par ce simple rictus son intention quant à ce combat.

 

-…Bien, approuva le fils de la quatrième ombre de Konoha, aujourd’hui défunte. Nous te laissons donc continuer, n’est-ce pas Haku-chan ?

 

-Je suis un mec, bandes de décérébrés du bocal. Mais sinon, pour ce qui est du combat, je n’y vois aucun inconvénient. Bonne chance.

 

Tandis que ses deux coéquipiers s’éloignaient à une distance respectable, Kimimaro fit surgir deux os de chacun de ses avants bras pour s’en servir comme des rapières, puis se positionna face à son adversaire monté sur son invocation.

 

-Vous avez donc décidé de continuer à vous battre séparément, ricana Komei. Quel dommage ! Vous auriez peut-être eu une chance de gagner la partie si vous m’aviez tous attaqué de front en même temps.

 

Sans faire de commentaires, Kimimaro plaça ses bras en arrière et se lança tel un missile sur le cerbère. Il esquiva un coup de mâchoire d’une des têtes et perfora la joue d’une deuxième avant de reculer de quelques mètres. La tête blessée poussa un profond rugissement, et une de ses bouches s’ouvrit pour déverser une mer de flamme devant elle. Surpris, le Kaguya sauta pour éviter l’attaque et remarqua que, comme il s’y attendait, c’était la bête aux yeux rouges la responsable du souffle ardent. D’un réflexe, il érigea une armure osseuse dans les airs pour protéger son corps du rayon de foudre en provenance de la tête aux yeux dorés. Atterrissant sur terre, il remarqua que le fauve des enfers ne comptait plus cinq têtes, mais quatre puisque la gueule aux yeux marrons avait disparu. Il recula d’un bond en arrière lorsqu’il sentit la terre se mouvoir sous ses pieds et esquiva le corps d’un chien d’une seule et unique tête avec la même carrure que l’invocation, mais ayant les yeux marrons. Tandis qu’il reculait, le fauve à gueule unique rejoignit la bête à quatre têtes et, comme par fusion, se fondit en elle.

 

-Comme tu as pu le constater, mon Cerbère a la capacité de se scinder en plusieurs parties, du moment que chacune d’entre elles possèdent au moins une tête, déclara Komei. De plus, chaque gueule a le pouvoir d’un élément, comme mes bagues, mais sans limites d’utilisation.

 

Kimimaro ne broncha pas. Il réajusta son kimono blanc, toujours immaculé malgré le combat, et jeta ses deux épées à terre. Lentement, il s’agenouilla et pris une position étrange, similaire à celles adoptées par des athlètes de haut niveau avant une course.

 

 

-Kimimaro sort le grand jeu on dirait, commenta Naruto à une trentaine de mètres du combat. Cela va enfin devenir intéressant.

 

-En effet, approuva doucement le manipulateur de glace. Il semble qu’il va enfin passer au niveau supérieur.

 

 

-Art des Kaguya : dégénérescence osseuse, souffla Kimimaro.

 

Sans qu’aucun changement extérieur ne se produise sur le corps du manipulateur d’os, Kimimaro s’élança à une vitesse extraordinaire sur le chien à cinq têtes. D’un retourné gracieux, il frappa du talon la tête à l’extrémité gauche du corps du fauve, qui se démembra dans un grand bruit du reste du corps. Tandis que du sang coulait le long du cou de la créature, le genin de Kiri disparut de la vue de son adversaire pour se retrouver quelques mètres derrière lui. Toujours avec cette même vitesse phénoménale, il s’agrippa aux pattes arrière de l’invocation et se courba brusquement, faisant voler par dessus lui le corps imposant. Sans laisser au cerbère le temps de se remettre à quatre pattes, Kimimaro sauta dans les airs et perfora le poitrail du fauve d’un os sorti du genou. En une fraction de seconde, il disparut du champ de vision du genin d’Ame et réapparut dans un nuage de poussière à l’endroit même où il avait commencé son attaque. Un anneau de particules rocheuses tournoyait autour de sa taille, et le vent faisait ballotter son kimono blanc immaculé. Aucune goutte de sueur ne coulait le long de son corps, et l’air inflexible qu’il arborait fit frissonner Komei. C’était l’impression d’un roi fier, noble et inaccessible, qui se dégageait du garçon.

C’est quoi ce type, pesta mentalement le jeune homme aux cheveux bleus. Comment peut-il se déplacer à une telle vitesse tout en possédant une telle force. Rien ne semble avoir changé sur son corps, et pourtant…Il est totalement différent de tout à l’heure.

Tandis que Komei rageait intérieurement, son invocation se remit sur pattes, et un corps à tête unique se détacha du corps principal. Cette dernière aux yeux marron s’effondra à terre, le poitrail déchiqueté et la gueule pendante le long de son large cou. Dans un nuage de fumée, le corps disparut, laissant une bête à quatre têtes indemne en tant que monture pour le genin d’Ame.

Doucement, Kimimaro s’approcha à une dizaine de mètres de son adversaire, l’air impassible et les cheveux ballottant dans le vent. Il fixa son regard émeraude implacable dans les yeux de son opposant, puis souffla avant de prendre la parole.

 

-Biologiquement parlant, la masse totale des os dans le corps humain est d’approximativement quinze pour cent de sa masse totale. Du moins, pour un être humain normal, murmura-t-il mystérieusement.

En effet, grâce à mes pouvoirs héréditaires, je peux faire varier le poids de mes os sans toutefois en modifier la taille ou la forme. De plus, la solidité est elle aussi conservée. Sais-tu ce que cela implique ?

 

-…Une variation de ton poids total ? s’exclama Komei.

 

-Exactement ! Pour mettre les choses au clair, ma technique est similaire à celle des ninjas qui s’accrochent des poids aux bras ou aux jambes puis qui les retirent pour augmenter leur vitesse.

 

-C’est impossible ! clama le concurrent à l’examen chûnin. Je veux bien admettre que ton poids puisse passer légèrement en dessous de ton poids habituel mais… comment cela se fait-il que tu aies accru ta vitesse à un tel point ? C’est totalement inimaginable de penser que faire varier un poids de seulement quinze pour cent puisse modifier autant la vitesse !

 

-Tu n’as pas écouté ? Mes pouvoirs me permettent de faire varier le poids de mes os, lança-t-il d’une voix forte. Par conséquent, si je peux le diminuer, l’effet inverse est également possible.

 

Un silence s’installa. D’un grognement sourd, la bête fit part de son anxiété pour ce combat. Une dizaine de secondes passa, et Komei écarquilla les yeux avant de comprendre.

 

-…Tu veux dire que… ?

 

-Tout au long du combat, le poids de mon corps mesurait environ le triple de mon poids ordinaire. Puis, après mon relâchement, il a été divisé par trois, et est même descendu en dessous de mon poids normal. Par conséquent, je pèse plus de trois fois moins lourd qu’auparavant, termina d’une voix calme le Kaguya.

 

En un instant, Kimimaro disparut de la vue de son adversaire pour se retrouver juste devant l’invocation de son adversaire. Des lames tranchantes sortant de chacun de ses bras, il découpa avec une précision chirurgicale le cou de la tête aux yeux bleus, qui partit dans un nuage de fumée.

Les yeux blancs de la tête du milieu parmi les trois têtes restantes se mirent à briller, et un mur de vent se créa entre les deux antagonistes, bloquant le Kaguya. Puis, une langue de flamme en provenance de la tête aux yeux rouges se dirigea vers le compagnon du jinchuriki de Kyubi, et le feu redoubla d’intensité lorsqu’il traversa la paroi d’oxygène. Néanmoins, au lieu d’éviter l’attaque, Kimimaro se jeta dans la mer de flammes, remonta jusqu’à sa source et ressortit juste devant la tête ayant pour maîtrise le Katon. Une armure d’os le recouvrait entièrement, mais contrairement à celle qu’il avait déployée auparavant, cette dernière était munie de lames au niveau des articulations des membres supérieurs et inférieurs. Les bras en croix, le Kaguya s’approcha et vint à ras du poil de la tête aux yeux rouges avant de tendre brusquement ses membres supérieurs, tranchant par la même occasion une troisième gueule, ne laissant plus que deux têtes au fauve des enfers.

A présent dans les airs, il se servit du cavalier comme d’un support pour effectuer un retourné acrobatique avant de perforer une nouvelle fois l’invocation qui rugit avant de s’écrouler plus loin. Dans la chute, Komei s’était décroché de sa monture et gisait près du corps de son invocation, qui se scinda une nouvelle fois. Tandis que la tête aux yeux dorés ressortait indemne, celle aux yeux clairs disparut à son tour dans un nuage de poussière, le ventre en lambeaux.

 

-La densité de mes os étant moins développée après ma perte de poids, je peux faire appel à plus de pouvoir puisque j’ai plus d’os à ma disposition, l’informa d’une voix neutre Kimimaro.

 

A nouveau, il s’élança à une vitesse extraordinaire sur son opposant, qui se plaça devant sa créature pour lui laisser le temps de se reformer entièrement après la perte d’une partie de son corps. Le Kaguya apparut tel une ombre sur Komei, lui faucha les jambes de son pied droit avant de lui envoyer un direct du gauche dans l’estomac, lui coupant le souffle et l’envoyant voler au loin. Conscient que la dernière tête maîtrisait la foudre, un élément dangereux lorsqu’il atteignait sa cible, Kimimaro plaça ses mains face à lui pour une attaque à distance.

 

-Shikotsumyaku, Hanabi***, s’exclama-t-il.

 

Aussitôt, Kimimaro exécuta de larges mouvements des bras, et ses phalanges furent propulsées à une vitesse supersonique sur le cerbère, qui se retrouva transpercé de toutes parts. Il sauta dans les airs et fit sortir ses côtes de son abdomen, qu’il lança pareillement à des kunai, perforant la créature. Puis, il positionna ses bras à l’arrière de son corps, atterrit au sol et frappa des deux mains, paumes ouvertes, la terre friable, à dix mètres de l’animal. Aussitôt, de grandes épées d’os sortirent de terre et encerclèrent le fauve, lui coupant tous moyens de retraite. Pour finir, un énorme pylône d’os surgit du sol, propulsant le fauve dans les airs, qui disparut dans un nuage de fumée avant de redescendre, tel une fusée de feu d’artifice.

Quand tout fut terminé, Kimimaro s’approcha du genin d’Ame encore à terre, tentant de se relever après cette cuisante défaite. Il le prit par le col et essuya d’un revers de la main les larmes de désespoir qui coulait sur le visage de son adversaire.

 

-Tu n’as rien à te reprocher, déclara posément le manipulateur d’os. C’est simplement dommage que tu ne puisses devenir chûnin, car je pense que tu as le niveau pour cela. Je dois dire que le seul défaut majeur que j’ai remarqué pendant ce match a été ton travail trop individuel. Si tes compagnons t’avaient soutenu, tu aurais pu améliorer tes attaques qui nécessitent pour la plupart une immobilisation de ton adversaire. Et pour cela, je pense que tes camarades devaient êtres de bons choix de partenaires.

 

D’un geste sec, le Kaguya assomma son opposant défait, lui retira son bandeau et fouilla dans sa veste pour y trouver les trois bandeaux des ninjas de Suna qui gisaient plus loin. Puis, sans aucun regard en arrière, il quitta le champ de bataille pour retrouver ses deux frères.

 

-C’était génial ! s’exclama Naruto. Enfin bref, ce n’est pas tout ça mais ce spectacle m’a donné faim… Ca fait au moins trois heures qu’on est dans la forêt après tout. On a combien de bandeaux maintenant ?

 

-J’en ai trois de Konoha et deux d’Ame, répondit Haku. Avec ceux qu’on vient juste d’obtenir, ça nous fait exactement trois paires.

 

-Parfait, s’enthousiasma le blond. On peut désormais partir en direction de la tour. L’objectif de la deuxième épreuve est accompli, et on va recevoir notre cadeau comme prévu.

 

La barrière de chakra ayant disparue suite à l’évanouissement du ninja d’Ame, les trois frères se dirigèrent d’un pas sûr vers le centre de la forêt, où se dressait la tour centrale de fin d’examen.

 

 

 

 

 

 

*Hoderi : Pour cette technique Katon, j’ai laissé le nom en japonais, chose que je n’aie encore jamais fait auparavant dans cette fic. Pourquoi aie-je fait cela ? Et bien, parce que Hoderi est le nom d’un dieu du feu mineur dans la religion shintoïsme, qui inspire certains noms d’attaques dans le manga Naruto (les meilleurs exemples sont bien sûr Amaterasu, Susano et Tsukuyomi chez les possesseurs du Mangekyou Sharingan. Dernièrement, il y a aussi Izanagi de Danzo pour ceux qui suivent les scans, et je vous pari n’importe quoi qu’on aura droit à une dernière technique du Mangekyou qui se nommera Izanami). En Français, Hoderi peut se traduire par « feu brillant», mais comme c’est également un nom de dieu, je l’ai laissé tel quel. Remarquez également que, pour cette forte attaque Katon, Naruto emploi le nom d’un dieu du feu…mineur.

 

**Cerbère : Pour ceux qui ne connaissent pas, le Cerbère est un chien gardant l’entrée des enfers dans la mythologie grecque. Dans la plupart des histoires (notamment Hercule), c’est un chien à trois têtes. Cependant, il est caractérisait dans d’autres mythes de chien à cinq têtes, à dix, à cinquante ou même à cent. Enfin bref, pour ce chapitre, Cerbère aura cinq têtes et puis c’est tout.

 

***Hanabi : non non, Kimimaro n’invoque pas du tout la petite sœur d’Hinata dans cette attaque. Hanabi est simplement un feu d’artifice au Japon, et comme ça sonnait mieux, je l’ai laissé en japonais.