Chapitre 1 - "Monstre"

par Mlle_YoYo

N’aime que toi

Chapitre 1 - « Monstre !»

 

Paradoxalement, la vie d’Usumaki Naruto prit fin le jour de sa naissance. C’était pourtant une soirée des plus tranquilles qui avait débuté à Konoha. Rien de laissait présager une telle tragédie…

Dans le bâtiment médical, une jeune femme était sur le point d’accoucher. Les contractions étaient toutes plus douloureuses les unes que les autres et de plus en plus rapprochées au fil des minutes qui passaient. La naissance de cet enfant s’avérait particulièrement difficile à cause des complications qui se profilaient. Le cordon ombilical était enroulé à la manière d’un serpent autour du petit cou fin du nouveau né et l’intervention chirurgicale était le seul moyen de lui donner une chance de vivre.

Les médecins venaient d’achever avec brio la césarienne quand l’agitation s’empara du village. Des hurlements provenant de toutes parts retentissaient jusque dans le bâtiment pourtant as sonorisé. Un sinobi fit irruption dans la salle d’opération pour évacuer les civils le plus vite possible tandis qu’au même moment, les moniteurs où s’affichaient les constantes de la jeune mère s’affolèrent. La dernière chose qu’elle prononça fut le prénom de son petit garçon.

« - Naruto … » murmura-t-elle.

L’enfant pleurait de concert avec les cris de douleur, d’effroi et de panique qui résonnaient à l’extérieur. Une infirmière l’emmitoufla dans une couverture et suivit le jounin qui la guidait vers l’abri le plus proche.

Dehors, tout n’était que désolation et destruction. Les maisons, pour la plus part partiellement démolies, semblaient avoir essuyées les assauts de quelques produits hautement explosifs, de nombreux corps inanimés ou encore blessés jonchaient les rues d’à peu près tout le village.

Soudain, sortit de nulle part, un gigantesque renard roux à neuf queues apparut devant eux. D’un puissant et magistral coup de patte, il envoya le shinobi s’encastrer dans un mur tout en refermant sa gueule aux crocs acérés sur la pauvre infirmière qui n’avait eut le temps que de faire d’un rempart de son corps pour protéger le nourrisson. Une giclée de sang éclaboussa le bébé qui se mit à hurler et à pleurer aussi fort que ses petits poumons et ses cordes vocales le lui permettaient.

Les yeux flamboyants du renard rencontrèrent ceux azurs du bébé qui le fixait avec le plus grand calme, tendant ses petits bras nus comme s’il voulait l’attraper. Les neuf queues de Kyubi fouettaient l’air mais il ne faisait aucun mouvement, dardant son regard dans celui du petit être innocent qui riait à présent. Y voyant une occasion inespérée d’arrêter le biju avant que tout le village ne parte en fumée, le quatrième Hokage composa une série de signe avec toute la rapidité dont il était capable.

Tout fut très vite terminé: Yondaime annonça sa technique et scella le démon dans le corps de l’enfant. Avant d’achever complètement sa technique et ainsi de rendre son dernier souffle, il déclara que jamais cet enfant, qui avait sauvé le village, ne devrait être utilisé comme une arme et que tous devraient lui être reconnaissant et le traiter en héros.

Au fil des ans, le village fut entièrement reconstruit et les traces de cette funeste nuit ne furent plus présentes que dans les souvenirs encore à vif des villageois. Le nourrisson nommé Naruto par sa défunte mère avait bien grandi lui aussi et bien que les autres enfants de son âge ne semblaient pas avoir conscience de la situation, ils appliquaient scrupuleusement ce que leurs parents leur disaient.

Sa petite enfance ne fut ponctuée que de regard haineux, méprisants ou froid d’une indifférence glacée. Même les enfants, dont les hauts dirigeants de Konoha avaient fait en sorte qu’ils ne soient au courant de rien concernant la particularité de leur camarde le traitaient froidement ou avaient peur de lui à cause de l’influence parentale.

Malgré les protestations de la majeure partie des shinobis haut gradés, Naruto fut autorisé à entrer à l’Académie des Ninjas, mais là encore, il se retrouvait constamment seul ou surveillé. Petit à petit, une haine farouche pour les villageois naquit en lui. Au début, lorsqu’il entendait les mères de ses camarades de classe dire à leurs enfants de ne pas s’approcher de lui ou encore le traiter de « monstre » dans des murmures et des chuchotements, son cœur se serrait et une incommensurable tristesse mêlée d’incompréhension l’envahissait mais petit à petit, une haine farouche pour les villageois naquit en lui.

Vers l’âge de huit ans, ni l’indifférence des uns, ni le mépris des autres ne l’atteignait plus. Son joli regard azur s’était mué en un regard de glace aussi froid qu’un iceberg et sa parole était devenue dure même s’il était devenu rare d’entendre le son de sa voix.

De tous les enfants de son âge, seul Uchiwa Sasuke osait encore s’approcher de lui. Il semblait tout aussi esseulé et profitait du fait que les autres avaient peur de lui pour échapper aux piaillements incessants des filles. Lorsqu’ils se retrouvaient comme ça, tous les deux, aucun d’eux n’ouvrait la bouche. Ils ne s’adressaient jamais la parole sauf en de très rares occasions. Le ténébreux qui, contrairement à Naruto, ne supportait plus de recevoir autant d’attention de la part des autres, que se soit des filles ou des adultes qui le regardaient avec pitié et compassion n’avait plus en tête que sa vengeance à l’encontre de son frère aîné, Itachi, et trouvait son compte sous le regard givré et durcit d’indifférence du blond.