1ère semaine de Septembre, ou, Qui a besoin d'une psy ?

par hidamari

1ère semaine de Septembre

Qui a besoin d’une psy ?

 


Choji jeta un œil par-dessus son épaule. Shikamaru dormait profondément, impassible au regard consternés que lui lançait Sakura. Choji sourit. Cette fille avait été la meilleure amie d’Ino, et, apparemment, leur amitié recommençait tout juste à se reconstruire. «Les filles n’ont pas la chance de connaître l’amitié entre mecs !» pensa Choji. Car, entre Shikamaru et lui, il n’y avait jamais eu de disputes ! Pourquoi se disputeraient-ils d’ailleurs ? Shikamaru avait été le seul à l’accepter comme il était, c’est-à-dire, un garçon rondelet, rejeté par ses camarades et sans aucune confiance en lui. Mais aussi un garçon au cœur tendre, généreux et optimiste. Choji soupira. Une psy ! Non mais quelle idée ! Les psy sont pour les sans amis !

«Qui, dans ce lycée, pourrait bien avoir besoin d’une psy ?»


***


Kakashi soufflait sur son café. Il ne survivrait pas sans cette boisson caféinée. Il s'installa confortablement dans un des sièges de la salle des profs et regarda autour de lui. La psychologue scolaire était assise face à la fenêtre. Kakashi remarqua vite son air grognon.

- Qu’y a-t-il , Shizune ? Tu as trop de travaille ?

- Non ! A une semaine de la rentrée, toujours pas un élève !!

- Oh, Shizune ! Tu veux que je m’occupe de ta campagne publicitaire ? Hurla tout d’un coup, Gai, professeur de sport et de judo.

- Non merci, Gai ! Dit-elle précipitamment.

Il n’y avait pas eu besoin de plus d’un an pour faire comprendre à Shizune qu’il ne fallait jamais laisser Gai se charger de quoi que ce soit.

- Mais, pourtant, tu leur avais fait de l’effet ! Je suis sur que tu vas bientôt avoir une foule devant chez toi !

- Mais oui, c’est ça ! J’aurais dû y réfléchir à deux fois avant d’accepter ! Un lycée de riches ! Franchement, personne n’a besoin d’une psy ici !


***


Lorsque quelqu’un frappa à la porte de Shizune, cette dernière sursauta. Qui donc était venu la voir ? Kakashi, pour lui soumettre une autre idée délirante ? Tsunade, pour lui dire qu’elle ne pourrait pas la payer ce mois ci non plus pour remboursé les travaux de l’école, bien entendue, et pas une partie de poker, comme elle le pensait ? Ou Gai, pour la supplier de l’engager comme manager, car il faisait tous cent fois mieux que Kakashi ? Qui que ce fut, elle s’y prépara et déclara le plus calmement possible : « entrez ! »

Mais jamais, au grand jamais, elle n’aurait put ce préparer à voir une tornade jaune débouler dans son bureau en criant «  Bonjours Shizune-san !!!!!»

- Na…

- Naruto Usumaki pour vous servir !!! Continua le blond, un sourire éclatant sur les lèvres.

- Mais… Quelle bonne surprise ! Mentit Shizune. Que me vaux le plaisir de ta visite ?

Soudain, le sourire du jeune homme disparue, laissant place à un air d'embarras.

- En faite… Je suis un pupille de l’État et… ils veulent que je vienne voir un psy, vous voyez ?

Shizune ignorait qui «ils» étaient, et elle s’en moquait. L’important et qu’elle avait sous les yeux un de ces rares enfants qui n’ont personne et qui s’éduquent eux-mêmes.

- Ah… euh… Assis-toi, je t’en pris !

- Merci, Shizune-san ! Cria-il.

- Alors… Comment vas-tu Naruto ?

- Bien ! Enfin, j’ai un peu peur de ce qui m’attend.

- Qu’est-ce qui t’attends ?

- La galère ! Je suis pas vraiment intelligent, et j'ai besoin d'aide. Je vais avoir trop du mal à suivre ! Mais j’y arriverais ! C'est pas quelques devoirs de maths galères qui vont m'empêcher de me débrouiller ! Puis j'ai Sasuke et Sakura avec moi  ! J'ai connu bien pire que quelques contrôles difficiles ! Vous savez ce que c'est mon rêve  ? Être un leader  ! Un de ces types géniaux qui mobilisent les foules et mettent en marche des Révolutions  ! Et je me battrais pour la paix éternelle sur Terre  !

«Celui la, ce n’est pas l’ambition qui lui manque»

- Ce n'est pas facile, tu sais ?

- Ouais ! Et alors ? On dit aussi que c’est dur de vivre tout seul et de se suffire à soi-même, mais j’ai survécu ! En faite, je n’ai jamais connu mes parents. Ils sont morts dans un accident de voiture. J’avais deux ans. Aucune famille d’accueil n’a voulu de moi. Alors, j’ai grandis tous seul. C’est facile, en faite. Bon, il me manque peut-être les bases de la politesse et tous ça, mais, aujourd’hui, même les enfants élevés par leur parents ne sont pas toujours polis. Alors quand on me dit que tout le monde n'est pas fait pour devenir quelqu'un, ou qu'on ne naît pas leader, que c'est un don blablabla... Je répond que je m'en fiche ! Peu m’importe que ce soit dur où pas ! J’y arriverais ! Pour que plus personne d’autre n’ai à souffrir comme j’ai souffert.

Shizune devait vraiment faire une drôle de tête, car lorsque Naruto leva les yeux vers elle, il rougit légèrement et dit :

- Je me suis peut-être un peu emporté !

Shizune n’aurait jamais cru qu’un enfant de son âge puisse avoir autant confiance en des rêves aussi grands.

- Et bien, Naruto… saches que je ne pense pas comme ces gens là. Tu as toutes les chances de faire des étincelles.

Naruto lui offrit un sourire radieux.


***


Sasame soupira à nouveau. Cela faisait au moins une bonne demi-heure qu’elle essayait en vain d’attirer l’attention du prof sur sa main levée. Décidément, elle ne comprendrai jamais rien au maths.

- Asuma-sensei !!!!!! Hurla une voix que la classe toute entière avait prit l’habitude d'entendre au moins huit fois par heure.

- Oui, Naruto ? Soupira Asuma.

- Il y a une fille qui lève la main depuis looooooontemps !!

Asuma leva les yeux et remarqua la main discrète de Sasame.

- Oui… euh…

- Sasame.

Elle n’était pas vexée. Elle avait l’habitude qu’on l’oublie. Rares étaient les amis qu’elle réussissait à se faire, et, lorsqu’elle y parvenait, ils finissaient toujours par l’oublier et se détourner d’elle. Elle était, c’était le cas de le dire, l’absence personnifié. Elle aurait bien aimé aller parler à cette psy. Elle aurait peut-être l’impression d’avoir une amie. Ou alors, elle ennuierai profondément la pauvre dame.

Elle soupira intérieurement.

«J’ai vraiment besoin d’une psy !»


***


Idate regarda autour de lui. C'était un garçon aux cheveu bruns, attachés en queue de cheval. Il avait des yeux noirs et une tête ronde, ainsi qu'un corps d'athlète. Enfin, c'était un garçon de quinze ans normal, qui, à ce moment là, comme souvent en fin de compte, ne pensait qu'à une chose. Des jolies filles en grand nombre. Voilà pourquoi il avait tant voulu cette place au lycée de Konoha. La fille au cheveux roses surtout, lui avait carrément tapé dans l’œil. Et la blonde, Yamanaka. Un peu prétentieuse, mais très jolie. Et la petite Hyuga, et ses grands yeux blancs innocents. Et la belle Kin, avec ses yeux sombres et son air hautain. Et cette fille, là-bas, au fond. Personne ne l'avait remarqué, mais lui, en fin connaisseur, savait qu'elle était très mignonne, avec ses longs cheveux roux, et qu'elle serait facile à séduire vu le peu d'attention qu'on lui offrait. Sasame, hein ? Il tenterait sa chance avec elle et elle finirait par craquer, foi d'Idate.

Dans ce lycée, même les adultes étaient belles. La principale Tsunade, par exemple. Sublime. On raconte qu"elle a près de cinquante ans. On n'en lui donnerait pas trente. L'infirmière aussi, la belle et douce Tsunami. Même la psychologue scolaire avait du potentiel. Shizune. Dommage, qu'il n'ai aucune raison d'aller la voir, il aurait adorer lui rendre visite. En fait, personne n'irait la voir.

"C'est vite vu : dans ce lycée, personne n'a besoin d'une psy !"