Vers un début de changement

par croro

Chapitre 9

Le  lendemain matin, Hinata se leva avec une bonne heure d’avance. Un bruit l’avait réveillée et elle n’avait pas pu se rendormir. Après avoir étiré son corps dans toute sa longueur, elle sauta du lit.  C’était lundi matin, une nouvelle semaine commençait. Et elle débutait plutôt bien car la jeune femme avait très bien dormi. C’est donc en pleine forme et de très bonne humeur qu’elle sortit prendre son petit déjeuné. Assise, accoudée au bar, un verre de jus d’orange en main, Hinata pensait à la journée qu’elle allait passer. Elle avait hâte de retrouver tout le monde car aujourd’hui allait être une journée différente. Elle le savait à partir de ce jour tout allait se passer à merveille à l’auberge. Etant donné qu’Hanabi et elle s’étaient enfin réconciliées, l’ambiance allait redevenir comme avant.

Une petite heure plus tard, Hinata et Tobi étaient prêt à partir.  Elle voulait profiter de cette avance pour arriver à l’auberge avant que tout le monde commence le travail afin de les aider plus que d’ordinaire. Elle n’allait pas laisser toute l’énergie qu’elle avait aujourd’hui au placard et comptait bien s’en servir le plus possible pour avancer les travaux. En passant l’entrée et en apercevant les chaussures de Naruto, elle se rendit compte qu’il n’était pas encore parti travailler. C’était bizarre pour un lundi matin. Peut-être était-il en retard contrairement à elle.

Penser à lui pendant ces quelques secondes lui remémora son attitude durant la scène qu' Hanabi lui avait faite la veille.  Au lieu de rester passif et la regarder se battre contre sa sœur il était intervenu. Hinata ne se faisait pas de fausses idées, s'il avait fait ça c'était seulement pour interdire l'accès à sa chambre. Son intention n'était certainement pas de lui venir en aide mais c'était finalement ce qui s'était passé. Sans lui, elle n'aurait jamais pu tenir sa sœur plus longtemps devant cette porte. Ce petit épisode lui rappelait ce qui s'était passé à l'auberge lorsqu'il avait été invité à prendre le thé avec eux.  Il avait répondu  aux questions à sa place, soulageant Hinata et sauvant son mensonge par la même occasion. Elle avait ressenti la même chose devant cette porte, poussée par Hanabi et à court d'arguments elle avait ressenti un énorme soulagement. Oui elle n'avait aucun mal à admettre qu'il avait eu une réaction plutôt gentille. D’ailleurs la veille, avant d'aller se coucher monsieur avait de nouveau ouvert la bouche pour en sortir un « bonne nuit » sur son ton habituel. A deux doigts de répondre, Hinata avait vite retenu ses mots en mettant la main devant sa bouche. Elle avait presque oublié qu’elle s’était promis de ne plus lui parler. Ce qu'il pouvait être agaçant quand même. Après tout ce temps il se décidait maintenant à faire preuve de politesse. Et pourquoi après autant de tentative infructueuse insistait-il à ce point ? Pourquoi ne laissait-il pas tomber ?   

Comme prévu, à l'auberge les choses se passaient de mieux en mieux. Kosuke fidèle à lui même ne fit aucune remarque. C'est comme si leur visite de la veille n'avait jamais eu lieu.  Malgré un ciel plutôt nuageux et la pluie qui menaçait à tout moment de stopper le travail, cette journée se passa à merveille. Et ce n'est pas le retour d'Hanabi qui changea la donne.  Emiko trouva d'ailleurs très étrange le comportement de celle-ci qui était tout à coup très différent. Que lui était-il arrivé ? Elle venait de saluer sa sœur et maintenant face à elle, se tenait ces deux jeunes filles en train de discuter et plaisanter ensemble. Elle ne savait pas ce qui s'était passé entre ces deux-là mais ce qui est sûre c'est qu'elle était plus que ravie de les voir enfin  de nouveau ensemble. C'est avec le sourire aux lèvres qu'elle laissa les deux sœurs se retrouver tranquillement. Après le conflit qui les avait séparées, elles avaient certainement beaucoup de choses à se dire. Ce n'est pas Hanabi qui allait la contredire. A peine avait-elle quitté la pièce qu'elle changea aussitôt de sujet. Elle n'était évidemment pas venue pour parler chiffon mais bel et bien de ce mariage.

C'est dans la chambre d' Hanabi, loin de toutes les oreilles indiscrètes qui les deux sœurs continuèrent leur conversation. Hanabi posait des questions, Hinata s’efforçait d'y répondre.  Elle se demandait comment cette histoire avait commencé ? Comment ça se passait ? Est ce qu'il n'était pas trop insupportable ? Leur conversation dura quelques heures, le temps d'assouvir la curiosité d'Hanabi. Après s'être fait promettre qu'Hinata n'aurait plus le moindre secret pour elle,  Hanabi pensa enfin à ses cours et se plongea dedans aussitôt que sa sœur fut partit.

La journée touchait à sa fin. Il n'était pas tombé une goutte de pluie dans la journée mais voyant le ciel se couvrir de plus en plus Hinata sentait que ça n'allait pas tarder. Elle préféra quitter l'auberge assez tôt afin de ne pas se faire surprendre par cette menace venue du ciel. D'autant plus qu'elle n'était absolument pas équipée pour braver la pluie. Un coup de tonnerre confirma ses doutes ; il était temps de rentrer.

Si la jeune femme était prévenante ce n'était pas le cas de Naruto. De retour au domicile vers 22h, le jeune homme pénétra dans le salon complètement trempé.  Essoufflé par les quelques mètres qu'il avait parcouru espérant passer entre les gouttes, Naruto reprenait son souffle. Une grande flaque était déjà en train de se former sous ses pieds. Dans la cuisine Hinata le regardait un peu peiné pour lui.  Il n'avait pas eu autant de chance qu'elle.  Arrivés une bonne heure avant que le déluge se mette à tomber, Tobi et elle n'avaient eu aucun problème. Étant donné l'état désespérant dans lequel Naruto se trouvait elle était plutôt contente d'y avoir échappé. La jeune femme laissa son colocataire patauger dans sa flaque pour aller se coucher. Il était inutile qu'elle lui propose de l'aide car il aurait certainement refusé.

Le lendemain matin, Hinata se réveilla aussi bien que le jour précédent. Elle s'était habituée au lit et à la présence de Tobi qui dormait maintenant toujours avec elle. Prête à commencer sa journée après une petite douche matinale, la jeune femme avala un verre de jus d'orange fraîchement sortit du frigo. Puis sans perdre de temps elle se dirigea vers l'entrée afin d'enfiler ses chaussures quand soudain un bruit non identifié attira son attention vers le salon. 

Pensant que le chien y était pour quelque chose, Hinata regarda dans sa direction. Il se tenait assis devant le canapé, droit comme un chien de garde il ne semblait pas du tout avoir bougé. Tout à coup elle entendit de nouveau quelque chose accompagné par une sorte de petit gémissement. Mais qu'est ce que ça pouvait bien être ? Très curieuse et surtout intrigué Hinata se pencha sur le canapé. Que pouvait bien regarder Tobi ?  Elle y trouva Naruto en position allongé un bras sur son visage comme s'il essayait de réduire la lumière de la pièce. Que faisait-il là ? Avait-il dormi ici toute la nuit ? En le regardant bien, elle comprit tout à coup pourquoi il n'était pas déjà parti travailler.  Il semblait avoir très chaud car son visage était un peu rougi et transpirant. Le bras sur son front prouvait qu'il avait certainement mal à la tête. Naruto était malade.  S'il était dans cet état c'était probablement la conséquence directe de la douche surprise qui lui était tombée dessus la veille.

Se rappelant tout à coup que son train n'allait pas l'attendre, Hinata partit vers l'entrée. Enfilant ses chaussures, elle ne put s’empêcher de penser au jeune homme malade. Avait-il pris un médicament ? Est ce qu'il faisait quelque chose pour se soigner ?  Il lui revint en tête une chose qu'Emiko lui avait répété tant de fois lorsqu'elle était petite : « Si quelqu'un tombe, aide le à se relever. Qu'il soit fort ou faible, ami ou ennemi, prend soin de lui. Il te le rendra un jour. » Ce n'était pas étonnant d'entendre ce genre de parole venant d'Emiko, elle qui était gentille et bonne avec tout le monde. A chaque fois qu'elle en avait l'occasion elle le répétait aux filles afin de leur apprendre le respect envers les autres. Emiko pouvait être fière de son éducation car Hinata ne pouvait maintenant plus se résoudre à partir. Si elle le faisait, tout ce que cette femme lui aurait appris n'aurait servit à rien.

Retournant vers le malade Hinata se pencha de nouveau au dessus du canapé.

- Est ce que ça va ? Lui demanda-t-elle

Naruto qui n'avait absolument pas senti la jeune femme arriver, sursauta avant d'ouvrir de grands yeux.

- Mais vous êtes malade !!! S'écria-t-il

- Moi ? Non je vais bien. Répondit Hinata. Par contre vous ça n'a pas l'air d'aller très fort.

- Je vais très bien alors laissez moi tranquille.

Les paroles du jeune homme ne collaient absolument pas à ses gestes. De nouveau une main sur son visage, il effectuait une sorte de massage sur son front.

- Vous avez mal à la tête ? Le questionna-t-elle de nouveau.

La seule réponse à laquelle elle eut droit fut un fort et long soupir. Bien sûr, elle n'eut aucun mal à traduire cette expression. Comme il s'était si bien exprimé auparavant, il souhaitait qu'elle le laisse tranquille. Malheureusement pour lui elle en avait décidé autrement.

- Vous semblez avoir chaud ? Vous avez pris un médicament ? Continua-t-elle.

- Ca ne vous regarde pas. Allez-vous-en.

- Répondez-moi d'abord ! Je veux savoir si vous avez pris quelque chose ? Vous devez au moins essayer de calmer la douleur en attendant d'aller mieux.

- J'en ai pas besoin. Lui répondit-il.

- Vous devez prendre quelque chose ! Ce n'est pas en restant comme ça que vous allez guérir. D'ailleurs j'ai l'impression que c'est plus qu'un mal de tête. Vous avez certainement de la fièvre. Conclut-elle avant de pousser la main de Naruto afin d'avoir accès à son front.

Un geste qui évidemment ne plut pas au jeune homme.      

- Hé!!! Qu'est-ce-que vous faites ? S’écria-t-il en éloignant la main d'Hinata.

- Je veux savoir si vous avez de la fièvre ? Répéta-t-elle

- Comment faut-il que je vous le dise ? Demanda Naruto exaspéré. Allez-vous-en et fichez-moi la paix !!

- C'est dommage pour vous mais vous allez devoir me supporter. Je ne peux pas partir en vous laissant comme ça. Lui expliqua la jeune femme avant d'attraper la main gênante de Naruto. Je vais m'occuper de vous, que vous le vouliez ou non !

La deuxième main d'Hinata plaquée sur son front fit immobiliser le jeune homme. Il n'avait pas vraiment envie de résister dans son état. Si elle y tenait tant et bien qu'elle le fasse.

- Vous êtes bouillant... Constata-t-elle. J'avais raison vous avez sûrement de la température.

- Vous êtes médecin maintenant ?

- Jusqu'à ce que vous alliez mieux. Où se trouve votre boite à pharmacie ?

- J'en ai pas... Je ne suis jamais malade.

- D'accord. Je vais en chercher... Ne bougez pas de là, je reviens.

Aussitôt dit aussitôt fait. Hinata attrapa son sac et sortit à la recherche de la pharmacie la plus proche. Elle n'y avait jamais pensé mais c'est vrai qu'elle n'avait pas vu l'ombre d'une boite de médicament depuis qu'elle vivait dans cet appartement.

Elle ne mit pas longtemps à trouver ce qu'elle cherchait. Elle avait tellement marché dans ses rues auparavant qu'elle avait eu le temps de visiter et savait maintenant parfaitement l'emplacement de chaque boutique. La pharmacie se situait à coté de la boulangerie sur la place du marché. Hinata acheta tous les médicaments que la pharmacienne lui conseilla et fut de retour auprès du malade qu'une vingtaine de minutes plus tard.

Un verre à la main contenant un médicament, elle rejoignit Naruto qui n'avait pas bougé.  

- Vous êtes encore là ? ! S'exclama celui-ci avant qu'elle ne puisse prendre la parole.

- Bien sûr, je vous ai dit que je revenais.  Vous n'avez pas entendu ?

- J’espérais que vous auriez changé d'avis...

- Et bien non... Buvez ça ! Lui ordonna-t-elle en lui tendant le verre.

- Je n'en veux pas ! Et combien de fois faut-il que je vous le dise ? Allez emmerder quelqu'un d'autre et Laissez moi en paix !!

- Et moi je vous le répète encore une fois... Commença Hinata... si vous voulez vous débarrasser de moi, vous feriez mieux de faire ce que je vous demande. J'ai compris... vous en avez ras le bol de moi. Mais vous n'avez pas le choix. Je vous demande juste de me supporter aujourd'hui. Vous êtes malade et je ne vois pas l'ombre d'un médecin ici. Je n'insisterais pas si quelqu'un s'occupait déjà de vous.

- J'ai besoin de personne... ça va passer...

- Buvez ça !! Insista la jeune femme de nouveau.

- vous m'emmerdez…Conclut le jeune homme avant de capituler en acceptant le verre.

Elle était décidément très têtue. Pourquoi voulait-elle autant l'aider ? Il n'avait pourtant rien demandé. Il avala le verre d'un trait et lui rendit aussitôt.

- Voilà ! Vous êtes contente ? Vous pouvez y aller maintenant...

- Non, je n'ai pas terminé. Expliqua Hinata avant de partir vers la cuisine.

- Vous ne travaillez pas aujourd'hui ?

- Si, mais ils sont prévenus ne vous inquiétez pas. Répondit-elle en remplissant une petite bassine d'eau.

Sans la moindre discrétion, Naruto soupira. Il aurait tout donné pour être enfin tranquille. Mais pourquoi fallait-il qu'il soit malade maintenant? Pourquoi en présence de ce boulet de femme ? Et pourquoi ne pouvait-elle pas tout simplement l'ignorer ? Elle arriva près de lui les mains chargées d'une bassine pleine d'eau et d'une petite serviette.

- Qu'est-ce-que vous allez faire avec ça ? Lui demanda t-il aussitôt.

- Il faut faire descendre votre température. Ça vous fera du bien, vous allez voir. Lui répondit la jeune femme en posant son chargement. Vous pouvez vous décaler s'il vous plaît ? Juste un peu, j'ai besoin de m'asseoir ... merci... Conclut-elle après avoir obtenu ce qu'elle demandait.

Après avoir trempé la petite serviette dans l'eau, elle la posa sur le front du jeune homme qui au contact de l'eau froide fut parcouru par un frisson. Elle n'avait pas pu trouver de thermomètre mais à en croire la serviette qui devint très vite aussi chaude que lui, sa fièvre devait était très élevée.

Elle n'avait pas eu tord. Naruto n'eut d'autre choix que de l'admettre. Avec ce linge sur son visage il se sentait mieux. La sensation de froid endormait complètement la douleur. C'était comme si son visage était entouré de glace. Ce bien être lui donnait même envie de s'endormir.

- Vous me faites penser à ma sœur. Commença Hinata. Vous avez beau avoir mal quelque part, vous ne prenez rien pour vous soulager. Pour ça vous vous ressemblez beaucoup.  

- Oh non, je ne crois pas. Je vous ai dit que je n'étais jamais malade et je refuse d'être comparé avec cette mal-élevée. 

- Ravie de constater que vous êtes de nouveau vous même.

- Hein ?

- Ben oui, ça fait quelques jours que vous vous comportez bizarrement. Je me disais que vous étiez certainement tombé sur la tête.

Le jeune homme n'était pas sûr de comprendre. « Se comporter bizarrement ». Peut être faisait-elle allusion aux efforts qu'il s’évertuait à faire à la demande de  Shikamaru.

- Ca ne vous ressemblez tellement pas. Continua-t-elle. C'était comme si quelqu'un vous avez payé pour...

Se rendant compte tout à coup de ce qu'elle était en train de dire, Hinata interrompit sa phrase.  « Quelqu'un qui l'aurait payé pour être gentil avec elle » la seule personne à pouvoir faire ça était Shikamaru. Mais il  n'avait pas pu fait ça ?  Il lui avait promis de ne pas intervenir.

- Ne me dites pas que c'est vrai ? Demanda-t-elle avec un début de colère dans les yeux.  Il n'a pas fait ça ?

- Il ne m'a pas payé... il m'a juste demandé de...

- … me dire « bonjour » et « au-revoir » tous les jours ! Termina Hinata en maltraitant la serviette dans l'eau. Et bien sachez que vous êtes un très mauvais acteur parce que ça n'avait pas tout l'air naturel ! 

- Je le sais...

- Quelle tête de mule celui là. Je lui ai pourtant répété dix fois que je ne voulais pas qu'il intervienne !   S’exclama-t-elle avant de plaquer sans délicatesse le linge sur le visage de Naruto.

- Hé oooh !! Se plaignit aussitôt celui ci. Inutile de passer vos nerfs sur moi. C'est à cause de vous s'il a eu cette idée. Vous passez votre temps à vous plaindre.

- Oui et c'est à cause de qui, à votre avis ?

- Pff... vous me fatiguez. Donnez-moi ça et allez-vous-en ! Ordonna-t-il en arrachant la serviette des mains de la jeune femme  et en l'éjectant d'un coup de coude du canapé.  Puis tout en recouvrant son front il continua. J'en ai marre de vous entendre geindre.  Vous devriez être satisfaite. Ce n'est pas ce que vous vouliez ?  Je vous imagine bien pleurer comme un bébé.

Il continua en modifiant sa voix afin de paraître plus féminin.

- « au secours Shikamaru aide moi ! Mon mari est méchant avec moi ! ». Et le jour où je m'emmerde à faire un effort vous ne daignez même pas me répondre. 

- Ca ne m’intéresse pas de parler avec quelqu'un qui n'en a pas réellement envie ! Répondit Hinata avant de partir vers la cuisine. D'ailleurs je vous rappelle que j'avais dit que je ne vous parlais plus.

- Ah bon ? Ben alors qu'est ce que vous êtes en train de faire là ?

- C'est juste parce que vous êtes malade. Lorsque vous irez mieux vous ne m'entendrez plus.

- Super. Faites comme si j’étais guéri alors !

Occupée dans la cuisine Hinata laissa le jeune homme avoir le mot de la fin.  Celui ci prêt à profiter enfin de son absence pour s'endormir dû se raviser à cause du raffut qu'elle provoquait. Coup de casserole par ci, bruit de vaisselle par là. Elle n’avait quand même pas décidé de faire du rangement maintenant ?  Mais bon sang pourquoi était-elle encore là ? 

Elle réapparut quelques minutes plus tard. Naruto ouvrit les yeux en entendant un raclement de gorge. Elle était de retour, une tasse à la main.

- Quoi ? L'interrogea t-il.

- C'est la dernière fois que je vous dérange. Expliqua-t-elle pour commencer. Je vous ai fais du thé.  Il n'est peut être pas excellent mais ça vous aidera à dormir... je vous le pose ici ! 

Elle déposa la tasse sur la table basse et s'agenouilla près de lui afin de remouiller pour la dernière fois la serviette. Naruto la laissa faire sans broncher. Elle avait terminé et allait enfin partir, il était donc inutile de la retenir avec une quelconque dispute.

- Je vous ai préparé quelque chose à manger pour midi… Reprit la jeune femme. Bien sûr vous n’êtes pas obligé de le manger … mais n’oubliez pas de vous nourrir. Ça ne vous aidera pas de rester le ventre vide.

Elle lui avait préparé à manger. Voila pourquoi elle faisait un tel raffut dans la cuisine. Mais comment pouvait-elle encore être sympa avec lui ? Comment, alors que lui n’était pas tendre avec elle?  Naruto était très surprit. Il ne comprenait pas pourquoi elle voulait absolument s’occuper de lui. Lui, qui ne le méritait certainement pas. Si les rôles avaient été inversés, il n’aurait jamais eu la moindre compassion pour elle. Il l’aurait purement et simplement ignoré. Ça n’aurait pas été son problème. « Chacun sa merde » aurait-il pensé. Il ne se serait jamais soucié d’elle et pourtant elle, elle le faisait. Comment pouvait-elle venir en aide à quelqu’un qu’elle n’appréciait pas ?

C’était vraiment perturbant. Que devait-il en penser ?  Lui en être reconnaissant ou faire comme si de rien n’était ?

- Comment faites-vous pour faire ça ? L’interrogea-t-il tout à coup.

- Hein ?

- Ça ? Comment faites-vous pour vous occuper de quelqu’un que vous détestez ?  

- Je ne vous déteste pas… Lui répondit-elle.

- C’est pourtant ce que vous avez dit la dernière fois.

Elle n’eut pas besoin de temps pour que ce souvenir pas très lointain revienne à la surface. Oui il avait raison elle avait bien dit ça, mais il y avait une raison. 

- C’est de votre faute si j’ai dit ça…  à cause de votre comportement envers moi depuis que je suis arrivée ici… vous ne m’aimez pas et vous ne savait même pas pourquoi. Je pense que ça me donne le droit de vous apprécier autant que vous.

- Alors pourquoi vous êtes là ? Pourquoi vous n’ignorez pas quelqu’un comme moi ?

- … Je n’ai pas été éduquée de cette façon. Répondit la jeune femme. Si je le faisais, tout ce qu’on à pu m’apprendre n’aurait servi à rien. Et ça je ne peux pas l’accepter. Je ne changerai pas ma façon de faire à cause de vous…

- Vous êtes bizarre…

- Non, je suis simplement différente de vous. Je donne un peu de mon temps pour aider quelqu’un. Ce n’est pas compliqué ni bizarre… Ouvrez les yeux, regardez autour de vous. Vous verrez que vous êtes loin d’être le plus malheureux…

Il savait tout ça, inutile de lui faire la leçon. Simplement, le malheur des autres ne l’intéressait pas. Sa vie et ses problèmes lui suffisaient.

 - Je vous laisse maintenant, reprit-elle en se levant. Ma bonne action s’arrête là…  Viens Tobi, ton maitre doit se reposer !

Elle attrapa le chien par son collier et l’entraina dans l’entrée.

 

Une heure plus tard, ils étaient tous deux dans la cour de l’auberge chacun assigné d’une mission. Hinata s’occupait du linge tandis que Tobi, autorisé à faire la sieste, était étalé dans l’herbe. C’était plutôt pas mal la vie de chien. Il courait un peu, s’épuisait et se reposait aussitôt après. Rayant de ses pensées l’envie de faire de même, la jeune femme  passa à autre chose. Ce n’était pas le travail qui manquait aujourd’hui. Elle enchaina tellement les missions que la journée passa en coup de vent. Complètement épuisée, elle s’endormit dans le train sur le chemin du retour. C’est Tobi, qui en parfait compagnon de voyage la réveilla à temps pour ne pas rater son arrêt. Elle avait hâte maintenant de parcourir les quelques mètres à pied qui la s’éparaient de l’appartement. Une bonne petite douche et elle filait aussitôt au lit. Voilà ce qu’elle souhaitait le plus.

 C’est en montant les escaliers menant à l’appartement qu’Hinata se souvint tout à coup du malade. C’est vrai, cette journée ne lui avait pas permis une seule seconde d’avoir une pensée pour quoi que ce soit. Elle avait tellement était occupée qu’elle en avait oublié le pauvre Naruto. Allait-il mieux ? Avait-il mangé ? Elle fit aussitôt une petite inspection rapide du salon. Il n’y avait pas l’ombre du malade. Le canapé était vide et la tasse de thé qu’elle lui avait fait aussi. Il l’avait finalement bu. Elle jeta un coup d’œil vers la chambre du jeune homme, celle-ci était fermée. Peut être était-il allé se coucher ?

 Elle continua ses découvertes dans la cuisine. L’assiette contenant le déjeuné qu’elle avait préparé était également vidé de son contenu. Le sourire aux lèvres, Hinata était ravie que son aide n’est pas était vaine.  Elle appréciait vraiment l’effort qu’il avait dû faire pour manger ce qu’elle avait cuisiné pour lui. C’était sympa de sa part. Elle ne pu d’ailleurs s’empêcher d’ouvrir la poubelle afin de vérifier s’il n’avait pas tout simplement jeté la nourriture. Elle voulait bien croire en lui mais sait-on jamais. Mieux vaut être méfiant. Vérification faite, elle n’avait maintenant aucune raison de douter de lui. Ce soudain changement de comportement donnait un petit espoir à Hinata sur la suite de leur cohabitation. Était-il enfin devenu plus aimable ou était-ce à cause de la maladie ? La perspective de pouvoir passer les deux derniers mois en bon terme avec Naruto l’enchantait beaucoup. Même si elle avait promis de ne plus lui adresser la parole elle préférait terminer le contrat dans une ambiance plus agréable. Il ne lui restait plus qu’à attendre qu’il sorte de sa chambre pour savoir comment leur futur allait être fait. Cela prendrait certainement du temps, peut être dans la soirée ou le jour suivant. C’était à son bon vouloir. Il avait maintenant toutes les cartes en main.

Reprenant le cours de sa soirée, la jeune femme se dirigea vers la salle de bain afin d’effacer le travail et la fatigue de la journée. Une petite douche rapide lui suffisait. Elle attendait impatiemment de pouvoir s’étaler sur son lit et fermer les yeux pour ne les ouvrir que le lendemain. Il y avait des jours comme ça où elle n’hésitait pas à sauter le diner afin d’aller dormir le plus tôt possible. 

Elle poussa sans ménagement la porte entrouverte de la salle de bain. Soudain la vision qu’elle eut face à elle stoppa net ses intentions. Celui qu’elle pensait enfermer dans sa chambre était debout au milieu de la salle de bain, complètement nu.

- Oh mon dieu !! S’exclama-t-elle stupéfaite. Sans attendre une seconde de plus elle referma la porte sur elle et formula aussitôt milles excuses pour cette intrusion gênante. Pardon ! Je suis désolée ! Je ne savais pas que vous étiez dans la salle de bain. La porte était ouverte et je n’ai pas entendu de bruit. Je croyais que vous étiez dans votre chambre. Je suis désolée…

- C’est bon, y’a pas de mal… entendit-elle de l’autre côté de la porte. C’est de ma faute, j’ai oublié de fermer la porte… Vous avez besoin de la salle de bain ?

- Oui mais je vais attendre. Prenez votre temps.

- Non ça va. J’ai finis… Expliqua le jeune homme.

Dans le couloir Hinata essayait de reprendre son calme. Quel choc ! Elle s’en voulait d’être entrée dans la salle de bain comme une sauvage. A cause de ça, elle n’avait pas pu tendre l’oreille pour y entendre une quelconque présence. Il faut dire pour sa défense, qu’elle avait trouvé la porte de la salle de bain ouverte et celle de la chambre du jeune homme fermée. Cette situation l’avait induite en erreur. En toute logique il aurait dû être dans sa chambre en train de se reposer à cause de sa fièvre. D’ailleurs en se rappelant de ça c’était l’occasion de lui demander s’il se sentait mieux. 

- Euh… puisque vous êtes là… commença Hinata en regardant la porte… je voulais savoir si vous alliez mieux maintenant ? 

La porte s’ouvrit aussitôt qu’elle eut finit sa phrase dévoilant un Naruto les cheveux en bataille vêtu d’une chemise blanche déboutonnée et d’une serviette en guise de bas.

- Oui ça va mieux. Je pense que je n’ai plus de fièvre. Lui répondit-il en s’avançant vers elle. S’arrêtant à sa hauteur il ajouta en baissant son visage vers elle. Vous voulez peut-être vérifier ?   

S’attendant à une réponse négative de la part de la jeune femme, Naruto ne s’attarda pas. Après quelques secondes il se redressa prêt à retourner dans sa chambre. Soudain une action inattendue stoppa le jeune homme. Elle avait pris sa question au sérieux et voulait effectivement vérifier. Au contact de la main posée sur son front le jeune homme se figea. Trop surpris pour réagir, il la laissa faire. Face à lui la jeune femme concentrée sur sa tâche essayait d’évaluer sa température. Quelques secondes s’écoulèrent en silence jusqu’à ce qu’elle prenne la parole.

- Oui, en tant que médecin je vous confirme que votre température a baissé… Remarqua-t-elle avant de baisser la main.  Je suis contente que ce soit terminé. Vous guérissez plutôt vite.

- C’est normal je ne suis jamais malade ! Répondit aussitôt Naruto avec son ton habituel. Puis il reprit plus calmement. Et … j’ai eu un bon médecin…

Surprise par ce qu’elle venait à l’instant d’entendre, Hinata ne sut quoi dire. Elle observait le jeune homme en se demandant si elle n’était pas en train de rêver. Il venait de parler d’elle. Le médecin, c’était elle!? C’était donc un compliment. Le regard fuyant, Naruto semblait très gêné et il n’y avait rien d’étonnant à cela. Lui, qui avait comme habitude l’ignorance et la méchanceté venait de changer littéralement. Est-ce que la jeune femme avait raison d’espérer? Est-ce que sa fièvre l’avait rendu sympathique ?  

- Merci… continua-t-il sur sa lancée avec une certaine difficulté… pour le déjeuné… et le thé… et aussi… les médicaments.

- De rien… répondit la jeune femme en luttant pour ne pas afficher un sourire sur son visage. Il venait de répondre à ses interrogations. Oui, il avait bel et bien mangé ce qu’elle lui avait préparé. Pensez à moi la prochaine fois que vous serez malade…

- Y’aura pas de prochaine fois. Répondit Naruto en commençant à s’éloigner.

- Oui je sais. Vous n’êtes jamais malade.   

Arborant un grand sourire sur son visage, Hinata le regarda disparaitre dans sa chambre. Elle était contente de l’échange qu’ils venaient d’avoir. Il lui avait fait un compliment et mieux encore il l’avait remercié. Il avait fait honneur au plat qu’elle lui avait préparé. Il avait même bu le thé immonde qu’elle avait concocté. Elle était consciente des efforts énormes qu’il avait dû faire et appréciait son comportement. Est ce qu’elle venait enfin de faire la connaissance du vrai Naruto. Cet homme décrit par ses amis. Ce collègue de travail proche de Shikamaru. Ce patron admiré par l’employé qu’il maltraitait. Ce fils toujours protégé par sa mère malgré son mauvais caractère. Montrait-il enfin son vrai visage ou était ce juste passager? 

Toutes ses questions rappelèrent à Hinata les paroles que Kushina lui avait dites le jour de leur rencontre. «  Laisser du temps à Naruto pour s’ouvrir à elle et qu’il avait toujours du mal à communiquer au début » Peut-être avait-il eu enfin assez de temps pour se faire à cette situation ? Peut-être l’acceptait-il enfin sous son toit ?  Elle n’avait qu’un seul espoir maintenant. Que ce changement puisse durer jusqu’à ce que le contrat touche à sa fin.

Allongé sur son lit, Naruto admirait le plafond de sa chambre. Non pas qu’il le trouvait absolument magnifique, non. Il avait juste la tête ailleurs. Depuis qu’il était revenu dans sa chambre ses pensées étaient occupées par ce qu’il venait de se passer avec sa colocataire. Il se remémorait la scène. La main posée sur son front, il repensait à celle de la jeune femme un peu plus tôt, au sentiment bizarre qui l’avait parcouru à ce moment-là.  Son corps s’était raidi, une sorte de frisson l’avait parcouru, ça l’avait comme paralysé. Etait-ce à cause de la surprise par ce geste inattendu qu’elle avait eu ? Oui certainement.  Comment un simple contact avec elle pouvait lui faire cet effet si ce n’était pas ça ? Il n’était quand même pas aussi sensible.

Après avoir chassé ce petit épisode de son esprit, les pensées du jeune homme repartirent de plus bel sur Hinata. Si ça continuait comme ça il allait certainement rêver d’elle cette nuit. Comment pouvait-elle agir de cette façon avec quelqu’un comme lui ? Il savait qu’il n’était pas très tendre avec elle, que certaines fois il n’aurait pas été étonné qu’elle le maudisse. Pourtant malgré ça elle avait absolument voulu s’occuper de lui. Lorsqu’il l’avait interrogé elle avait parlé de son éducation. Elle agissait ainsi car elle avait été éduquée de cette façon. Même avec la meilleure des éducations, Naruto lui même n’aurait jamais pu faire la même chose. Ça revenait à aider son pire ennemi. Lui, l’aurait plutôt regardé crever la bouche ouverte. Le comportement d’Hinata était donc plutôt admirable, il fallait bien le reconnaître. D’autant plus qu’elle avait vraiment insisté jusqu’au bout même après qu’il lui ait ordonné de s’en aller. Beaucoup de personnes auraient abandonné mais elle était quand même restée. 

C’est pour cette raison qu’il avait fait l’effort de la remercier. L’aide qu’elle lui avait apporté lui avait été bénéfique. Après le départ de la jeune femme, Naruto n’avait pas tardé à boire la concoction qu’elle lui avait donné. Après être rentré sous cet orage il avait passé une nuit atroce. Il voulait se sentir mieux à tout prix et ce n’était pas un thé puant qui allait lui faire peur. Si ça lui promettait la guérison il était prêt à boire n’importe quoi.  Et finalement Hinata ne lui avait pas menti. L’effet fut presque immédiat. Dans l’heure qui suivi,  la fièvre s’apaisa et il pu enfin s’endormir. Réveillé par la faim, il avait gouté le contenu du plateau laissé par la jeune femme et finalement terminé ne laissant aucunes miettes. Il avait refusé son aide au début mais il en avait finalement profité.

Il s’était senti plutôt bien toute l’après midi et il savait que c’était grâce à elle. Les remerciements qu’il lui avait dits un peu plus tôt étaient vraiment sincères. Il avait apprécié son aide et l’obstination dont elle avait fait preuve. C’était la première fois que quelqu’un s’occupait de lui comme ça. A part sa mère, personne n’était près de lui lorsqu’il lui arrivait d’être malade. Aujourd’hui sa femme avait pris soin de lui et ça lui avait bien rendu service.

 

Ce fut le début du changement. Sans l'avoir prémédité, avec ce petit événement, Hinata avait  permis à leur relation d'évoluer dans le bon sens. C'est dès le lendemain qu'elle s'en rendit compte. Naruto allait vraiment mieux. La « maladie » avaient complètement disparue. Récupérant de la journée fatigante qu'il avait passé la veille, il se leva plus tard que d'habitude.  Le travail pouvait bien attendre il avait trop besoin de dormir.

Hinata était debout depuis une dizaine de minutes. Dans la cuisine la tête dans le frigo elle était à la recherche d'un peu de vitamine. Un jus d'orange ou autre, peu lui importait, le temps que c’était un fruit. Elle mit la main sur un fond de bouteille. Il était temps qu'elle pense à aller faire quelque course.  Elle était en train de se servir lorsque Naruto fit son apparition. Leur regards se croisèrent quelques secondes et avant même qu' Hinata se demande si elle devait ou non lui adresser la parole c'est Naruto qui prit les devants.

- Bonjour ... la salua-t-il avant de se diriger vers la cafetière.

Surprise, Hinata regarda le jeune homme sans répondre. Elle n'avait pas l'impression qu'il continuait sa comédie comme les jours précédents. Aujourd'hui ce mot semblait naturel.

- … Bonjour. Répondit-elle.

C'était peut-être enfin le moment d'améliorer les choses entre eux. Elle ne pouvait donc plus l'ignorer. Le mieux était maintenant de le suivre dans cette voie en évitant de le mettre de nouveau en colère pour rien. Au grand dam d' Hinata cet échange matinal s’arrêta là. Le silence prit place autour du jeune homme. Il n'avait visiblement pas envie de discuter. A son tour Hinata préféra rester muette. Sa stratégie était en place. La discrétion était donc de mise. Naruto avait toutes les cartes en main. Il lui suffisait de parler et Hinata ferait de même.

Elle regarda Naruto préparer son café tout en pensant à ce qu'elle était en train de faire. Tous ces efforts pour cet homme. Quelle idée ! Pourquoi ne pas abandonner au lieu de faire ça ? Il ne méritait pas qu'elle en fasse autant. Mais quelque chose la poussait à continuer. Elle était curieuse de connaître le vrai Naruto d'autant plus que les changements qui avaient eu la veille n'étaient pas si mauvais. Même si leur vie était à l’opposée l'une de l'autre, Hinata était persuadée qu'une relation amicale était possible entre eux. Après tout Shikamaru avait bien réussit. Pourquoi ne le pouvait-elle pas elle aussi ?

La semaine passa et le week-end arriva sans qu'il n'y ait eu le moindre changement. Naruto continuait à être le même. Le couple se croisait comme d'habitude le soir et les seuls mots qu'ils échangeaient resté « bonjour, bonsoir et bonne nuit ».

Depuis que Naruto avait repris le travail après sa pause maladie, il enchaînait les heures au bureau afin de rattraper le temps perdu. Deux articles étaient en cours d'écriture par ses rédacteurs ainsi qu'une enquête gastronomique et une interview. A côté de ça il réfléchissait à une nouvelle formule qui permettrait de rafraîchir un peu sa rubrique. Il était donc très occupé en ce moment. L'heure d'aller se défouler à la salle de sport arrivait toujours à point nommé. Après des heures passées assis à son bureau devant son écran d'ordinateur, il avait plus que besoin de retrouver un peu d'action. Il rejoignit Choji déjà en sueur sur l'une des machines. Et presque aussitôt une conversation entre les deux amis anima leurs efforts. Naruto avait aussi besoin de ça. Parler avec ses potes, les écouter raconter leur vie lui permettait d'oublier la sienne. Par la suite Kiba se rajouta à la conversation. Seul Sasuke manqua à l'appel ce soir là. Où pouvait-il bien être? C'était la deuxième fois qu'il manquait un jour de sport. Se rappelant de la semaine précédente Naruto se rendit compte que c'était tombé un vendredi comme ce jour-là. Que faisait-il ? Il avait pourtant répété plusieurs fois qu'il avait besoin d’entraînement afin de surpasser Naruto. Les trois amis se questionnèrent sur le sujet pendant quelques minutes jusqu'à ce que Kiba trouve une conclusion que chacun d'eux approuva. Sasuke avait souvent l'habitude de disparaître de la circulation pendant plusieurs jours et à chaque fois c'était à cause d'une femme. Quand Sasuke ne donnait plus de nouvelle pendant plusieurs jours successifs c'est qu'il avait fait une nouvelle rencontre. Pourquoi ce comportement ? Quand, après une semaine sans nouvelles, Naruto lui fait part des changements observés, Sasuke n’avait su y répondre.  Naruto en conclut qu'il préférait passer du temps avec ses petites-amies plutôt qu'avec ses potes. S'il voulait vivre comme ça et bien c'était son problème. Mais ce n'était pas de cette façon qu'il allait progresser en musculation.

Après avoir dépensé leur énergie au maximum, les trois jeunes hommes prirent leur douche à la salle de sport. Ils n'avaient rien prévu ensemble ce soir là. Choji avait déjà prévu quelque chose avec sa copine, tandis que Kiba avait une obligation familiale. Naruto lui n'avait pas encore décidé ce qu'il allait faire. Peut être allait-il appeler une fille ce soir ou bien rester tranquillement devant la télévision. Arrivé chez lui, c'est Tobi qui l’accueillit dans l'entrée. A part lui, Naruto ne vit pas l'ombre de sa colocataire. Il comprit aussitôt qu'il avait l'appartement pour lui tout seul pendant toute la soirée. Il était déjà tard et Tobi était là, ce qui voulait dire que la jeune femme était sortie. Elle avait certainement une soirée de prévu quelque part. C'était une bonne nouvelle. Il retrouvait son appartement de célibataire, comme au bon vieux temps. Il ne lui en fallut pas plus pour décider ce qu'il allait faire. Tout d'abord il regarderait un bon film confortablement installé sur son canapé afin de se reposer un peu. Puis choisissant au pif dans son répertoire il appellerait une des filles pour finir la soirée dans le plaisir. 

Quelques minutes plus tard, installé devant son écran Naruto dévorait le sandwich qu'il venait de se faire avec une tranche de jambon. Il bu une gorgée de sa bière favorite quand soudain la sonnerie de l'appartement le fit sursauter. Qui pouvait bien venir à cette heure là ? Il répondit à l'interphone et attendit une réponse.

- Bonsoir, je suis Mr Makashima le médecin de .... il faut … c'est très important.

C'est ce message incompréhensible que Naruto entendit à travers l'interphone. Qu'arrivait-il à cette machine ? Il avait à peine compris la moitié des mots que devait contenir la phrase. Il appuya sur le bouton pour le faire entrer et attendit sur le palier de la porte la venue de cet homme.  Que pouvait bien lui vouloir un médecin ?

Montant les escaliers d’une allure trop lente selon Naruto, l’homme arriva enfin à la dernière marche après une minute d’attente interminable. C’est un homme petit, le crâne dégarni par l’âge et une paire de lunette ronde posée sur le nez qui se présenta devant Naruto. Vêtu d’un costume, il avait vraiment l’allure d’un médecin.

- Vous êtes Mr Uzumaki je présume ? Lui demanda t-il.

- Ouais…

- Je suis le docteur Makashima médecin de Mr Hyuga Hiachi. Je voudrais parler à sa fille. On m’a dit qu’elle vivait ici… vous devez êtes son mari ? 

- Ouais on vous a bien renseigné. Mais elle n’est pas là. 

En entendant cette phrase le médecin ne put cacher sa déception. Naruto le comprit aussitôt en voyant sa mine s’assombrir tout à coup.

- Est-ce que par hasard vous savez quand elle sera de retour ? demanda le docteur.  C’est très important. Je dois m’entretenir avec elle à propos de la santé de son père. 

- Non désolé. Je ne sais pas où elle est, ni à quelle heure elle rentrera. 

- Je vais l’attendre ici alors, parce que je n’arrive pas à la joindre au téléphone. S’exclama l’homme avant de continuer sa tirade comme si Naruto comprenait ce qu’il disait. C’est vraiment très important. Plus le temps passe et plus ça devient risqué. Je ne peux pas partir sans lui avoir parlé…

L’homme avait l’air vraiment désespéré. Etait-il arrivé quelque chose à Mr Hyuga? 

- C’est si grave que ça ? Le questionna Naruto. Il eut la réponse aussitôt par un hochement de tête du médecin. Il m’a dit qu’il était malade. Alors je suppose que c’est à propos de son cœur?

- Il vous l’a dit ? Mais je croyais que ses filles n’étaient pas au courant ?

- Il me l’a dit à moi! Répéta le jeune homme. Elles, elles ne savent rien. Sauf s’il a changé d’avis… Alors vous allez me dire ce qu’il se passe ? L’heure tourne et je suis en train de louper mon film.

- Mais c’est à sa fille que je dois parler.

- Elle n’est pas là et si vous devez l’attendre va falloir passer la nuit ici. Je ne pense pas que ce soit ce que vous souhaitez. Vous avez certainement autre chose à faire ?

- Euh… mais…

- Quoi ? Vous n’avez pas confiance en moi ? Je vous rappelle que je suis son mari. Et je suis la seule personne à qui Mr Hyuga en a parlé. Ça devrait vous suffire non ? 

Le médecin se laissa convaincre. Il en avait tellement marre de garder tout ça pour lui. Oui il avait confiance en lui. En tout cas il n’avait pas le choix. Le fait que cet homme face à lui soit déjà au courant de la fragilité du cœur de Mr Hyuga lui enlevait une épine du pied. Il avait promis à plusieurs reprises à son patient de ne parler de son cas à personne de sa famille. Mais la gravité de la situation ne lui permettait pas de garder le silence. Il avait beaucoup réfléchit avant de décider de rompre le silence en parlant à la fille. Ce n’était pas une décision facile. Il allait à l’encontre de sa volonté. Mais si Mr Hyuga l’avait déjà dit au mari de sa fille c’était plus facile pour lui d’en parler sans avoir de remord.

Invité à entrer dans l’appartement, Mr Makashima s’installa sur un fauteuil et soulagea sa conscience. Ça remontait à un moment déjà. Après la crise cardiaque de Mr Hyuga, les examens qu’il lui avait fait faire avait révélé une anomalie au niveau du cœur. Fragilisé par les années, le cœur de Mr Hyuga n’était plus en forme. Il était malade. Comme il lui avait dit la prochaine attaque serait certainement la dernière. Evidemment avec les progrès de la médecine de nos jours, il y avait une solution. Même deux solutions. Il existait tout d’abord un traitement assez fort pour permettre au cœur de retrouver la vigueur nécessaire pour vivre tranquillement. Ce traitement était tout nouveau sur le marché mais il avait fait ses preuves et montré des résultats chez certains patients très encourageants. Si le traitement fonctionnait le cœur retrouvait une forme suffisante pour reprendre une vie normale. La deuxième solution était l’opération. Ce n’était pas sans risque pour le patient. C’est pour cette raison que Mr Makashima préférait la première solution. Il croyait beaucoup en ce traitement. Le seul problème c’est qu’il était couteux. Evidemment c’était pour cette raison que Mr Hyuga refusait d’en entendre parler.  Le docteur avait réussi à réduire la somme comme il avait pu en prenant certaine chose à sa charge mais il n’avait pas pu aller très loin. La somme demandée était toujours trop élevée pour le malade qui refusait obstinément de sortir autant d’argent pour sa santé. L’auberge et le futur de ses filles passaient avant tout. C’est après une énième visite et une énième réponse négative, que le médecin qui ne pouvait accepter que son patient se laisse mourir, avait décidé d’en parler à sa fille ainée. Il était impuissant face au refus de Mr Hyuga. Il avait maintenant besoin d’aide.

Naruto n’était pas vraiment étonné par le refus du père de sa femme. Il l’avait entendu le dire de sa propre bouche lors du petit entretien qu’ils avaient eu à l’auberge. Il était vraiment très têtu. Même les paroles du médecin n’avaient pas réussi à le faire changer d’avis. Il n’avait peut-être pas vraiment compris la gravité de la situation.

- Alors vous avez juste besoin d’argent pour commencer le traitement. En conclut Naruto. Combien il vous faut ?

- Le montant du traitement est de 500000 yens mais j’ai pu le réduire à 400000 (un peu plus de 3000 euros).

- 400000 ? S’étonna le jeune homme.

- Oui, je suis conscient que c’est une grande somme mais…

- ridicule ! Le coupa Naruto. Il va mourir pour une somme aussi ridicule. Mon père a dépensé dix fois plus et il n’a même pas été fichu de rester en vie !!

- Pour cette famille cette somme est très importante. Ajouta le médecin pour défendre son patient.

- Bien pas pour moi ! Continua Naruto avant de se lever.  Il prit en main un petit papier cartonné qu’il trouva sur le bar de la cuisine et revint vers le docteur qui s’était également levé. Tenez c’est mon numéro. Appelez-moi demain. Je me charge de l’argent, vous n’aurez plus qu’à commencer le traitement.

Mr Makashima remercia Naruto et lui promit de l’appeler le lendemain. Il sortit de cette entretien plus que ravi. Si cet homme ne changeait pas d’avis son problème était enfin réglé. Mr Hyuga était sauvé.

Après le départ du docteur, Naruto tenta de reprendre le fil de son film mais n’y parvint pas. Il avait raté une bonne partie et surtout il avait la tête ailleurs maintenant. Comment cet homme pouvait mettre sa vie en danger pour une si petite somme ? Habitué à côtoyer les sommes à plusieurs zéros il n’avait pas conscience que les sommes qu’il trouvait ridicule étaient considérables pour certaine personne. Cette histoire lui avait rappelé des souvenirs pas vraiment appréciables. Son père, sa maladie, sa mort. Plutôt des choses qu’il avait envie d’oublier. A cause de ça, sa soirée était compromise. Il préféra passer à la seconde étape et appela une fille pour s’amuser pendant plusieurs heures et oublier ce sujet. Il rejoignit la fille à son travail dans un bar et termina la soirée chez elle. Ce fut vers 1 heures du matin qu’il rentra chez lui. Pour une fois, il devait rentrer tôt car le lendemain, même si c’était samedi, il avait prévu d’aller travailler.

Tout à coup arrivant devant son immeuble il tomba nez à nez avec une de ses connaissances. Face à lui venant en sens inverse il reconnut Sasuke.

- Sasuke ? Qu’est-ce que tu fais là ? Le questionna-t-il surprit de le voir dans son quartier.

Naruto n’était pas le seul à se poser cette question. Sasuke aussi. Pourquoi Naruto était là ? Il habitait ici, c’était une bonne raison. Mais pourquoi était-il rentré aussi tôt ? Ce n’était pas prévu. Passant la soirée avec Hinata comme presque tous les vendredis, Sasuke avait raccompagné Hinata jusqu’à l’appartement puis sachant que Naruto était absent et qu’il n’allait pas rentrer de sitôt, il avait accepté de continuer la soirée devant la télé avec elle. Profitant que la jeune femme commençait à s’endormir, Sasuke avait décidé de partir, il préférait prendre de l’avance afin de ne pas tomber sur Naruto. Mais voilà qu’aujourd’hui il venait de rater son coup. D’ailleurs à quelques minutes près il le prenait la main dans le sac, à la sortie de son immeuble. Il avait eu de la chance.

- Je… me promène. Répondit celui-ci plus que gêné. Je suis juste passé par là par hasard.

- Ah bon ?

- Ben… je te laisse. Je suis un peu pressé. Continua Sasuke afin de couper court et s’échapper au plus vite de cette situation. On se voit à la salle !

Sasuke se remit aussitôt en route en espérant que Naruto ait gobé son mensonge et qu’il ne comprenne pas d’où il venait réellement. Naruto trouva son ami un peu bizarre. C’est vrai qu’il n’avait pas l’air vraiment très bien. En plus se promener dans ce quartier à cette heure-ci était un peu dur à croire. D’où venait-il ? Est-ce que sa nouvelle petite amie habitait par ici ?

Mettant de côté le comportement bizarre de Sasuke, Naruto rentra chez lui. Il trouva Hinata endormie sur le canapé. Pourquoi dormait-elle ici ? La télévision était pourtant éteinte. Voir la jeune femme lui rappela Mr Hyuga. Devait-il lui dire ? Est-ce que c’était mieux de lui dire ou plutôt de la laisser dans l’ignorance ? S’il était à sa place il aurait évidemment préféré le savoir. La mort n’est pas vraiment un sujet banal. Surtout lorsque ça touche quelqu’un de notre famille.  Il n’eut pas besoin de réfléchir plus longtemps. Il allait tout lui dire même si Mr Hyuga lui avait interdit. Après tout le docteur Makashima l’aurait fait à sa place s’il n’était pas tombé sur lui d’abord. Il laissa la jeune femme dormir tranquillement. Ça pouvait bien attendre le lendemain. Même si c’était assez grave il était inutile de la réveiller et de perturber sa nuit déjà entamée.

Le lendemain, ayant oublié de mettre son réveil la veille, Naruto se leva en retard. L’horloge affichait 9h00 et il n’y avait déjà plus personne dans l’appartement. Hinata et Tobi étaient déjà partis. Ce qu’il avait à lui dire aller devoir attendre encore un peu.

Aussitôt arrivé au Seitai Mag et après avoir bu le café que Kaito lui avait préparé, Naruto s’affaira à répondre à la demande du docteur Makashima. Trouver la somme dont il avait besoin n’était pas compliqué. Il savait déjà où et comment l’obtenir.

- Michiru ! Fais-moi le numéro du comptable et passe-le-moi dans le bureau ! S’exclama le jeune homme en passant devant le bureau de sa secrétaire.

- Tout de suite ! Répondit celle-ci avant d’empoigner le combiné de son téléphone.

Michiru joignit le bureau du comptable et comme son patron venait de le demander elle lui transmit la ligne.

- 400000 yens pour la rubrique « cuisine » ? Répéta le comptable au bout du fils. C’est noté, je vais voir ça. Vous les voulez pour quand ?

- Aujourd’hui si c’est possible… Répondit Naruto. 

- Ok. Je vous rappelle…

Et voilà, c’était réglé. Dans la journée, il allait obtenir la somme. Tous les rédacteurs en chef de chaque rubrique du magazine avaient le droit à une somme d’argent par mois pour mener à bien leur travail. Payer un voyage dans un pays voisin pour faire un article, les repas des employés, le matériel nécessaire pour les enquêtes. Ils étaient donc tous en droit de le demander et ce n’était pas la première fois que Naruto en faisait la demande. En revanche ce que Naruto ne savait pas c’est qu’il y avait évidemment un plafond aux sommes d’argent que le comptable avait le droit de donner. Celle que Naruto venait de demander dépassait à peine la limite. Mais pour ça le comptable devait obligatoirement en informer la direction. Plus particulièrement lorsque c’était Mr Uzumaki Naruto qui souhaitait cette somme.

Kushina avait fait une demande personnelle auprès du comptable au sujet de son fils. Elle ne pouvait pas laisser Naruto sans surveillance, faire ce qu’il voulait dans cette entreprise. Elle se devait donc de le surveiller. C’est difficile de faire confiance à quelqu’un qui dans le passé a accumulé les bêtises. Elle avait surtout peur qu’il abuse de son statut dans l’entreprise pour obtenir l’argent qu’il voulait. A chaque fois que la rubrique de son fils faisait une demande le comptable contactait la directrice afin d’en parler avec elle. Et pour l’instant elle n’avait jamais refusé de lui accorder car les sommes n’étaient pas excessives. Aujourd’hui ce ne fut pas la même réponse que le comptable pu obtenir de la direction. Elle préférait aller vérifier en personne auprès de l’intéressé si cette somme valait vraiment la peine d’être donnée.

Dans l’après-midi, Kushina débarqua dans le bureau de son fils qui était visiblement très occupé. En pleine discussion au téléphone, Naruto aperçut sa mère mais n’en fit pas vraiment attention et continua ce qu’il était en train de faire. La conversation prit fin quelques minutes plus tard, Kushina attendait assise sur la banquette installée dans le bureau. Les bras croisés, elle avait évidemment écouté la conversation.

- Félicitation ! T’as obtenu ce que tu voulais ! S’exclama Kushina à son fils occupé à prendre des notes. C’est le vieux restaurant familial menacé de fermeture dont tu voulais parler dans le prochain numéro ?

- Ouais. Répondit Naruto le nez toujours baissé sur sa feuille. Ça fait deux jours que j’essaie de les convaincre. Ils avaient du mal à comprendre que ça pouvait les aider.

- Tu vas juste faire un article ?

- Non, on va consacrer deux pages complètes pour eux. Une interview, un article et des photos. La totale…

- C’est une bonne idée. Ça aura plus d’impact.

- T’es pas venue pour me parler de ça ? demanda soudain Naruto. Qu’est-ce que tu veux ? J’ai encore oublié une réunion ? Ce matin peut-être ou bien hier ?

- Mais non voyons. Je n’ai pas le droit de venir te voir travailler de temps en temps ?                  

- Très drôle! Ce n’est pas toi qui dis toujours qu’avec le travail que tu as à la direction tu n’as pas temps de t’occuper de moi ?

- Oh ! Alors tu m’écoutes quand je te parle ? S’étonna Kushina.

- Ben ouais ! Qu’est-ce que tu veux alors ?

- J’ai parlé avec le comptable. Commença Kushina. Tu lui as fait une demande ce matin.

- Et alors ? Ça n’a aucun rapport avec toi ! Je n’ai rien fait d’illégal. S’énerva Naruto. D’ailleurs pourquoi il te l’a dit ? Tu me surveilles ou quoi?

- La somme dépasse le plafond autorisé, il était dans l’obligation de m’en parler. Lui expliqua-t-elle.

- Quoi ? Tu vas refuser de me le donner? Ce n’est pas comme si j’en demandais tout le temps. Je le fais pratiquement jamais par rapport à d’autre !!

- Calme-toi.  Je veux juste savoir à quoi va te servir cette somme ?

- Laisse tomber !  Je me débrouillerais autrement. Une avance sur mon salaire me suffira !

- Dis-moi plutôt pourquoi tu veux cet argent ?

- Non !!! S’écria tout à coup Naruto. C’est personnel !

- Personnel ? Je te rappelle que c’est l’argent de l’entreprise. Tu n’as pas droit de t’en servir autrement.

- Je le sais. Donne-moi une avance sur mon salaire alors ! Je n’ai pas cette somme sur mon compte.

- Tu n’as pas 400000 yens sur ton compte ? Ça ce n’est pas normal. Avec le salaire que tu touches chaque mois tu devrais avoir plus que le double. Voilà pourquoi c’est important d’économiser! 

- Je ne vois pas l’intérêt d’avoir de l’argent si c’est pour le stocker et ne pas s’en servir.

- Même aujourd’hui tu n’en vois pas l’intérêt? Demanda Kushina essayant de lui ouvrir les yeux sur ce sujet. Si tu les avais eu tu n’aurais pas eu à demander comme ça.

- Tu ne vas pas me les donner alors ? Redemanda Naruto un peu plus calme.

- Ca ne dépend que de toi. Tu as juste à me dire pour quel raison tu en as besoin.

Naruto souffla et s’enfonça au fond de son siège. Il ne pensait pas que ça aller être aussi difficile à obtenir. Sa mère lui donnait la possibilité de s’expliquer mais il ne voulait pas vraiment lui dire la vérité. Il savait que ce qu’il voulait faire de cet argent n’était rien d’autre qu’une bonne action. Mais ça n’avait pas besoin d’être crié sur tous les toits. Son image de mauvais garçon en prendrait forcément un coup et sa fierté en même temps. Il n’était pas habitué à faire ce genre de chose. Mais il avait promis au docteur et ne pouvait pas se résigner à laisser mourir Mr Hyuga. Il lui avait parlé quelques minutes ce n’était pas un mauvais homme et ses filles n’avaient pas besoin de vivre un malheur en plus. Un malheur que lui-même avait déjà vécu.

Naruto réfléchissait. Il avait du mal à savoir ce qu’il pouvait bien dire à sa mère sans évoquer la vérité. Comme si Kushina avait lu dans ses pensées elle prit la parole.

- Ne me ment pas Naruto, ça ne t’aidera pas.  Je te connais, je sais que tu ne feras pas n’importe quoi avec. Je peux te donner cet argent. Mais j’ai quand même besoin de savoir ce que tu vas en faire.

Face à autant de sincérité et de gentillesse, Naruto n’avait plus vraiment envie de mentir. C’était sa mère et malgré le caractère de cochon qu’il avait elle venait de confirmer qu’elle était prête à le croire et à l’aider.

- C’est pour… commença Naruto hésitant… payer un traitement pour un homme malade du cœur.  Il n’a pas de quoi se le payer lui-même… S’il ne se soigne pas il en moura.

- C’est pour ça ? s’exclama Kushina surprise.

- Quoi ? Tu ne me crois pas ? S’énerva aussitôt Naruto qui venait de mettre tout son sérieux dans ces explications difficiles à avouer.  Ça sert à quoi que tu me le demandes alors ?

- Mais calme- toi! Tu ne peux pas parler sans t’énerver ? Je te crois. C’est juste que je ne m’attendais pas à ça. Qui est cet homme ? C’est ton ami ?

- Pas vraiment… Je le connais c’est tout.

 - Si tu veux que je te fasse le chèque il va falloir que tu m’en dises plus. Qui est ce ? Comment il s’appelle ?

- Hyuga Hiashi.

- Je connais ce nom! Se rendit compte Kushina sans réussir à trouver d’où.

- C’est le père de ma… commença Naruto avant de s’interrompre… c’est le père d’Hinata.

- Ta femme ! Mais oui. C’est son nom de famille. Je ne savais que son père était malade ? C’est elle qui t’a demandé l’argent ? Demanda kushina toujours curieuse d’en savoir plus. Naruto se contenta de secouer la tête pour répondre « non ». Elle reprit. C’est son père alors ?

- Non. Ils n’ont pas l’argent nécessaire, alors j’ai décidé de leur donner.

- Tu as décidé de le faire. Répéta Kushina un large sourire affiché sur son visage. Tu m’étonneras toujours mon fils…

A peine eut-elle fini sa phrase que tout à coup Michiru tapa à la porte avant d’entrer aussitôt.

- Je suis désolée de vous déranger mais je viens d’avoir Hakko au téléphone. Mme la directrice vous avez un appel important en attente dans votre bureau.

- Important ? Répéta la concerné.

- Oui. Il semblerait que ça ne puisse pas attendre.

- J’arrive… lui répondit-elle aussitôt. Elle se tourna vers Naruto une dernière fois avant de partir. Je trouve ta raison suffisante pour accepter de te le donner. Ce ne sera pas prit sur ton salaire ni sur ta rubrique. Je te ferais le chèque personnellement.

Kushina sortit du bureau de son fils, le cœur léger et le sourire aux lèvres. Ce qu’elle venait de découvrir lui plaisait énormément. En venant ici elle s’attendait à tout sauf à ça. Son fils voulait faire une bonne action. Elle ne lui avait pas dit mais elle était fière de lui. De jours en jours il changeait et montrait des facettes de lui qu’elle n’aurait jamais soupçonnées.

Ça avait été compliqué mais il avait enfin réussi. Il avait eu peur pendant quelques minutes. Peur de ne pas pouvoir donner au médecin ce qu’il lui avait promis. Grace à sa mère il allait pouvoir sauver Mr Hyuga. Oui, parce que c’était bien grâce à elle. Il le savait. Il était très chanceux. Elle était toujours là, à ses cotés pour l’aider. C’est dans ces moments-là qu’il s’en rendait compte. Pourquoi l’aidait-elle constamment alors qu’il lui en faisait baver depuis sa naissance? C’était la même chose qu’il avait ressenti à propos d’Hinata. Elle aussi s’obstinait à l’aider et être gentille avec lui alors qu’il n’en faisait pas tant de son côté. Elle était donc comme sa mère. Il avait beau être insupportable elle resterait quand même jusqu’à la fin. Comment faisaient-elles toutes les deux? Comment faisaient-elles pour le supporter?  

Kushina n’avait pas menti. Une petite heure plus tard, Hakko la secrétaire personnelle de la directrice amenait en main propre le chèque à Naruto. A la fin de la journée il reçut l’appel du médecin et put lui confirmer qu’il avait obtenu l’argent.  Le traitement de Mr Hyuga allait pouvoir commencer. Naruto indiqua au médecin qu’il était inutile de dire d’où venait l’argent. Il n’avait pas besoin d’en faire part à Mr Hyuga. Écoutant son avis Mr Makashima prit la décision de ne plus parler d’argent à son patient. Tel qu’il le connaissait il était capable de refuser de nouveau que quelqu’un paye pour lui. Peut-être fallait-il au moins en parler à ses filles ? Naruto accepta de s’en charger. Avant de raccrocher Mr Makashima promit à Naruto de lui donner des nouvelles sur l’état de santé de son patient. C’était quand même la moindre des choses.

Kaito eut aussitôt la mission de livrer ce courrier au cabinet du médecin avant la tombée de la nuit. Quant à Naruto après le travail il préféra annuler le sport pour être sûr de pouvoir parler à Hinata. S’il rentrait tard et qu’elle décidait de sortir ce soir, ils avaient toutes les chances de se louper.

Il fut de retour vers 19h00 et comme par hasard l’appartement était désert. Ce n’était pas si mal finalement car il avait besoin de temps pour trouver de quelle façon il allait bien pouvoir lui dire ça. «  Bonsoir, le médecin de votre père et venu hier. Il voulait vous dire que votre père est très malade et qu’il refuse de payer pour se soigner. Etant donné que votre famille est pauvre et que vous n’avez pas assez d’argent je lui ai fait un chèque. Non ne me remerciais pas, c’est normal » « salut, j’ai un message pour vous de la part de Mr Makashima le médecin de votre père. Il dit que sa prochaine attaque sera fatale. Il doit absolument faire un traitement spécial et pour ça il lui fallait 400000 yens. Ne vous en faites pas j’ai fait le nécessaire votre père est sauvé. Inutile de me rembourser je suis plein aux as. »  Retournant dix fois dans sa tête les mots pour pouvoir en faire la phrase idéale, Naruto commençait à se dire que c’était mieux qu’il oublie tout ça. Il ne pouvait quand même pas lui dire qu’il avait payé lui ? C’est comme s’il s’en vantait et il n’avait absolument pas envie de faire ça. Et s’il lui disait pour la maladie de son père sans évoquer l’argent. Si après Mr Makashima avait envie de lui dire la vérité ce n’était pas grave. Au moins ça ne sortirait pas de la bouche de Naruto. Oui, il allait faire ça.

Naruto n’eut pas vraiment de chance ce soir-là. Deux heures plus tard Hinata n’était toujours pas rentrée. Il avait eu le temps de prendre une douche, de manger et même de faire une vingtaine de fois le tour du salon. Mais que faisait-elle ? Qu’est-ce qu’elle attendait pour rentrer ? Prêt à entamer un vingt-deuxième tour il s’arrêta devant la fenêtre du salon et contempla l’extérieur. Il avait déjà perdu beaucoup de temps, annulé la salle de sport pour rien, raté une probable soirée entre potes. S’il continuait à attendre comme ça il allait complètement gâcher sa soirée. Jugeant avoir été plus que patient, Naruto décida de laissé tomber. Ce qu’il devait lui dire allait encore attendre un jour de plus. 

Il était prêt à abandonner la vue de sa fenêtre quand soudain elle apparut enfin devant l’immeuble. Hinata était de retour. Le soulagement qu’il ressentit en la voyant ne dura que quelques secondes car derrière elle venait d’apparaitre quelqu’un qu’il connaissait bien.

- Sasuke ? Laissa échapper le jeune homme collé à la fenêtre. 

Mais que faisait Sasuke ici ? Est-ce-qu’ils s’étaient rencontrés par hasard sur le chemin ou bien … ? La scène qui se présentait face à lui stoppa aussitôt ses pensées. Ils s’étaient arrêtés et rigolaient maintenant tous les deux ensembles. Tout à coup une action de la jeune femme lui prouva que ce n’était pas du tout un hasard. Toujours en donnant l’impression de s’amuser, Sasuke venait de présenter sa joue à Hinata qui aussitôt y déposa un baiser.  Cela ressemblait plutôt à un comportement familier. Ce n’était donc pas la première fois qu’il se voyait. Mais alors, la nuit dernière quand il avait croisé Sasuke dans la rue il sortait de chez lui ? Il avait passé la soirée avec elle. C’est pour cette raison qu’elle dormait sur le canapé lorsqu’il était rentré. Mais alors ça voulait dire que c’était elle sa nouvelle petite amie. A chaque fois que Sasuke était absent c’est qu’il était avec elle.

Il se détacha de la fenêtre et se dirigea vers sa chambre. Il n’avait pas besoin d’en voir plus ni l’envie d’ailleurs. Assis sur son lit, il était complètement sonné par ce qu’il venait d’apprendre. Sasuke sortait avec Hinata. Il n’avait même pas daigné lui en parler.  Depuis un moment, ces deux là se voyaient sans qu’il le sache.  Il avait bien remarqué l’intérêt que Sasuke portait à cette jeune femme. L’évènement de la salle de sport, la soirée jeu vidéo et tous les autres moments où il le questionnait sur elle.  Mais de là à les imaginer ensemble, non il n’y avait jamais pensé. Cette découverte était dure à avaler. Sasuke avait osé entamer une relation avec elle alors qu’elle était quand  même sa femme.

Le bruit de la porte d’entrée retentit. Tendant l’oreille, Naruto ressentit une sorte de soulagement lorsqu’il comprit qu’elle était seule. Il y avait quand même une chance sur deux que Sasuke monte avec elle. Tout à coup, comme s’il venait soudain de se réveiller, le jeune homme se figea. Il venait de se rendre compte que toutes ses pensées n’avaient pas lieu d’être. Elle n’était pas réellement sa femme, il l’avait suffisant répété à tout le monde. Elle n’était absolument rien pour lui. Alors si Sasuke avait jeté son dévolu sur elle qu’est-ce que ça pouvait bien faire ? Il était libre de sortir avec qui il voulait. Pourquoi avait-il l’impression que ces phrases sonnaient faux ? Bizarrement au fond de lui il avait la sensation de penser le contraire. Et le pire c’est qu’il n’arrivait pas à penser à autre chose. L’image d’Hinata rigolant avec Sasuke n’arrêtait pas d’apparaitre dans son esprit. Pourquoi était-il aussi perturbé par cette découverte ? Il y avait certainement une explication là-dessous. Pas de la jalousie évidemment mais peut-être un sentiment de trahison de la part de son ami. Pourquoi ne lui avait-il pas dit ? Pourquoi avait-il fait ça dans son dos ?

Agacé par tout ça, Naruto se leva. Il devait absolument oublier ce sujet et il connaissait un moyen efficace pour cela. Il allait sortir, s’amuser et finir la soirée en compagnie d’une charmante demoiselle. Au moins avec ça il était sûr de ne plus penser à eux. Il traversa l’appartement sans y trouver la jeune femme. Elle était sous la douche. On entendait l’eau couler dans la salle de bain. Sans plus attendre, il quitta l’appartement et n’en revient que trois heures plus tard en compagnie d’une jeune femme dont il venait de faire la connaissance. Comme prévu, la soirée se termina dans une parfaite ambiance. Il avait oublié ce qui le perturbait un peu plus tôt. Rien de tel qu’un peu de plaisir pour faire disparaître tous les soucis.