Ce n'est plus un secret

par croro

Chapitre 5

- Merde, merde et merde ! S’exclama-t-elle en balançant son sac sans délicatesse par terre.  Comment je vais faire ?

 

Elle se posait cette question tout en faisant les cent pas. Marchant de long en large dans le salon, Hinata cherchait désespérément une solution mais rien ne lui venait en tête. Il fallait absolument qu’elle y aille et le fait d’être bloquée commençait à la paniquer. Passant près d’une fenêtre du salon elle s’arrêta net. Une personne dehors venait d’attirer son attention. C’était monsieur Taichi, le SDF dont elle venait de faire la connaissance la veille. Il était en train de se diriger vers l’immeuble, probablement pour s’installer sur les marches.

Et si cet homme était la solution qu’Hinata cherchait ? Pouvait-il lui rendre service en gardant l’appartement pour qu’elle puisse rejoindre l’hôpital ? Plus elle y pensait plus Hinata voyait la fin de son problème.  Mais est-ce vraiment raisonnable de faire entrer un homme qu’elle connaissait depuis peu dans un appartement qui n’était pas le sien ?  Elle passa quelques minutes à réfléchir, à étudier la situation. Pouvait-elle lui faire confiance ? C’était plutôt ça qu’elle devait savoir et être sûre d’elle. Mais elle n’avait pas vraiment le temps de tergiverser et le fait qu’elle n’avait pas le choix, l’obligea à prendre cette responsabilité. Elle sortit de l’appartement déterminée à ramener monsieur Taichi. Après l’avoir salué poliment la jeune femme lui expliqua sa situation. L’homme était vraiment surpris par sa demande et refusa en premier lieu. Mais Hinata, sachant que c’était sa seule chance, insista encore et encore le suppliant du regard. Elle n’eut pas beaucoup à faire pour lui faire changer d’avis. Il était quand même un peu réticent mais il était question de la santé du père de la jeune femme et ça il en comprenait l’importance. Acceptant à contre cœur, il suivit Hinata jusqu'à l’appartement.

Dans le salon, elle l’invita à s’installer et à faire comme chez lui. Elle lui expliqua que le frigo était à sa disposition, il pouvait se servir comme il voulait. Elle l’autorisa à profiter de la salle de bain. Et pour qu’il ait des vêtements propres, elle sortit de sa chambre un ou deux pulls que Naruto ne mettait pas et lui permis de les porter s’excusant en même temps de ne pas pouvoir lui donner de pantalon.  Elle lui répéta plusieurs fois qu’il devait profiter à fond de l’appartement, puis  elle prit ses affaires et ouvrit la porte. Elle s’arrêta soudain quand l’homme lui posa une question.

- Vous avez vraiment confiance en moi ?

- Oui, j’ai entièrement confiance en vous. Rien n’est plus important que l’état de santé de mon père alors même s’il vous prend l’idée de partir avec quelque chose en poche,  ça m’est égal… j’ai besoin d’y aller ! ajouta-t-elle en appuyant bien sur le mot « besoin ».

- Et monsieur ? S’il rentre il ne sera pas content de me trouver ici.

- Je serai de retour avant lui, ne vous inquiétez pas…  et ce soir je vous ferai un diner pour vous remercier.

Elle quitta l’appartement sans plus attendre. L’hôpital n’était qu’à quelques minutes de marche mais elle ne pouvait pas se résoudre à perdre encore du temps en marchant. Elle se mit donc à courir et arriva à destination rapidement. Sans se reposer et donc complètement essoufflée elle pénétra dans l’établissement et demanda son chemin.  On lui indiqua l’étage où elle devait se rendre. Inutile d’attendre l’ascenseur pour deux étages à gravir, la jeune femme emprunta les escaliers. Elle poussa une porte et se retrouva dans un couloir. Reconnaissant aussitôt Emiko assise sur une chaise contre le mur elle se précipita vers elle. Celle-ci se leva lorsqu’elle vit la jeune femme venir vers elle.  La vielle dame se mit soudain à pleurer comme si le fait de voir Hinata lui permettait enfin de se lâcher. Hinata dut la calmer avant de pouvoir obtenir une explication sur la situation. Qu’avait eu son père ? Comment allait-il ? Où était-il ? Pouvait-elle aller le voir ?

Elles s’assirent toute deux et Emiko commença son récit.  Ils avaient appelé les urgences parce que Mr Hyûga se plaignait d’une difficulté à respirer et d’une douleur au cœur. Après un malaise et une perte de conscience les médecins avaient réussi à le stabiliser. Comme explication on leur avait dit que Mr Hyûga avait été victime d’un petit infarctus. Une petite crise cardiaque qui aurait pu s’avérer grave. Pour l’instant il allait mieux. Installé dans une chambre, il devait se reposer et donc pour cette raison les visites n’étaient pas autorisées.  Un moment de silence s’installa entre les deux femmes, Emiko tentait de se calmer quant à Hinata elle ne pensait qu’à une chose : aller voir son père. Soudain une porte au fond du couloir s’ouvrit laissant apparaitre Hanabi. Elle marchait d’un pas déterminé vers Hinata qui se leva en la voyant. Hanabi semblait très énervée. Elle s’arrêta devant sa sœur et prit la parole :

- Qu’est ce qui t’as pris autant de temps pour venir ? lui demanda-t-elle sur un ton agressif. Où étais-tu ? Ajouta-t-elle un ton plus haut.

- J’ai eu un petit problème… lui répondit Hinata. Mais maintenant je suis là, alors…

- Tout est de ta faute !!!!  L’interrompit Hanabi en criant.

- De ma faute ? Je n’étais même pas là !

- Justement, c’est ça le problème !  

Hinata fixa sa sœur qui en faisait de même. Mais pourquoi était-elle dans cet état-là ?

Espérant calmer la jeune femme, Emiko prit la parole.

- Melle Hanabi ce n’est pas le moment pour…

- Pas le moment ? L’interrompit celle-ci bien décidée à s’expliquer. Bien sûr que c’est le moment… il faut qu’elle sache que ses mensonges ont mené papa à l’hôpital !

- De quoi tu parles ? l’interrogea Hinata.

- De quoi je parle ? Répéta Hanabi. De ce que tu nous caches ! De la raison pour laquelle tu ne dors plus à l’auberge ! … oh, ne fait pas celle qui ne comprend pas !! Ajouta-t-elle en voyant le visage interrogateur de sa sœur.  Tu croyais nous le cacher combien de temps encore ? … tu te rends compte un peu de ce que tu as fait ? Apprendre de la bouche de notre fouineuse de voisine que ta fille est mariée. Comment crois-tu qu’il a pris cette nouvelle ?... et bien ça la amené tout droit, ici !!!! Jusqu’à ce fichu hôpital ! Et le pire encore, c’est que tu prends ton temps pour venir ! Est-ce que ta nouvelle famille est plus importante que ton propre père ?!!

- Arrête ! s’écria Hinata. Arrête de dire n’importe quoi ! 

Hinata en avait assez d’entendre tout ça. En plus c’était totalement faux, elle avait tout fait pour venir le plus tôt possible. Mais elle savait que rien de ce qu’elle pouvait dire ne serait une bonne excuse pour sa sœur.

Emiko qui ne pouvait supporter ce spectacle, profita de cette petite pause pour tenter d’apaiser les esprits.

- Calmez-vous… S’exclama-t-elle en se positionnant entre les deux filles. Nous sommes dans un hôpital, ce n’est ni l’endroit ni le moment pour régler vos comptes. Venez plutôt vous asseoir… 

Mais ces mots n’eurent pas l’effet escompté. Ni l’une ni l’autre ne bougea.  Hanabi s’était quand même finalement calmée. Sa colère n’était pas totalement retombée mais elle reprit sans crier.

- Pourquoi ?  Pourquoi tu ne nous as rien dit ?

- Je … je ne voulais pas vous embêter avec ça…

- J’y crois pas, c’est ça ton excuse ?  Tu ne voulais pas nous embêter ? s’exclama Hanabi. Je n’ai jamais rien entendu d’aussi con. Pourquoi tu ne dis pas simplement que t’as honte de nous ? Honte de ton père, de ta pauvre vie d’aubergiste ! Que nous inclure dans ton mariage aurait sûrement tout gâché.

- Non… ce n’est pas ça… répondit Hinata. Ce n’est pas vrai…

- Je croyais qu’on se disait tout ? On est sœur !!!!  Alors comment t’as pu me cacher ça ?... je t’ai souvent admirée tu sais, mais maintenant tu me dégoutes !

Sans attendre Hanabi se tourna et quitta le couloir. Elle avait passé ses nerfs sur Hinata, en lui disant tout ce qu’elle avait à lui dire. Ce dont elle avait besoin maintenant c’était de prendre l’air. Un air pur sans la source de sa colère.

Le calme était enfin revenu dans le couloir. Depuis le départ d’Hanabi aucun mot n’avait était échangé.  Emiko ne voulait pas en rajouter et elle voyait très bien qu’Hinata était assez perturbée, inutile donc d’essayer de lui parler.

Les paroles de sa sœur tournaient en boucle dans sa tête. Elle n’en revenait pas. Comment cette voisine avait pu être au courant pour le mariage ? Shikamaru lui avait pourtant dit qu’il n’y avait aucune chance que l’info vienne jusqu'à eux. Maintenant ils savaient tous qu’elle était mariée. Mais comment leur faire comprendre pourquoi elle l’avait fait en cachette, sans leur dire la vérité ? Elle n’avait absolument aucune excuse à leur donner. Rien ne pouvait justifier un mariage aussi rapide auquel la famille n’est pas invitée. Qu’allait-elle pouvoir leur dire ? Le pire c’était que la culpabilité était de plus en plus en train de la ronger. Comme lui avait répété Hanabi, si son père était à l’hôpital aujourd’hui c’était à cause de cette nouvelle. Donc c’était de sa faute à elle. Oui elle se sentait coupable et appréhendait beaucoup le moment où les visites seraient autorisées. Le moment où elle devrait des explications à son père. Ce dont elle était sûre, c’est que malgré ce qui venait d’arriver, elle ne regrettait absolument pas ce qu’elle faisait. Cette argent allait leur servir, ils en avaient réellement besoin. Si c’était à refaire elle le referait aussitôt même si son mari s’avérait être plus insupportable que Naruto. Elle faisait ça pour une bonne cause, pour l’avenir de l’auberge.

 

Hanabi était revenue quelques minutes plus tard. Sans le moindre regard vers sa sœur ni même une parole, elle s’installa sur une chaise dans le couloir en veillant bien à se mettre à bonne distance. Elle paraissait calmée mais on voyait bien qu’elle avait toujours une dent contre sa sœur.  Entre les deux sœurs, Emiko tentait tant bien que mal de détendre l’atmosphère  mais elle abandonna rapidement. Elle connaissait ces deux jeunes femmes comme si c’était ses filles, elles se disputaient souvent et c’était tout à fait normal. Les chamailleries entre frères et sœurs sont monnaie courante dans une famille et entre filles c’est encore pire. Elles se crêpent le chignon pour des broutilles et le lendemain tout revient dans l’ordre comme si rien ne c’était passé.  Il fallait donc laisser du temps à Hanabi pour se calmer réellement et passer à autre chose.

Plusieurs heures passèrent sans qu’elles aient la moindre nouvelle du malade puis enfin une infirmière autorisa les visites et les invita à la suivre. Elles franchirent une porte qui débouchait dans un autre couloir puis elles longèrent le couloir.

- Chambre 202… leur indiqua l’infirmière en s’arrêtant devant une porte affichant ce numéro.  Il est plutôt fatigué alors ne restez pas trop longtemps. Sur ces mots elle partit laissant les trois femmes.

Hanabi poussa aussitôt la porte pressée que son père passe un savon à Hinata. C’est tout ce qu’elle méritait. Hinata quant à elle, aurait préféré faire demi-tour mais le choix ne lui était pas possible. Elle était obligée d’affronter son père. Poussées par Emiko, elles pénétrèrent dans la chambre.

L’infirmière n’avait pas tort, car assit sur son lit Mr Hyûga affiché un visage blême, les traits tirés par la fatigue. Emiko se précipita tout de suite vers lui.

- Mr Hyûga comment allez-vous ? Vous nous avez terriblement inquiétés… lui dit-elle d’une traite ne lui laissant pas la chance de pouvoir répondre. Je vous avais dit de ne pas trop en faire, mais vous avez quand même voulu…

- Ça va Emiko… la coupa-t-il. Je vais mieux maintenant. Et merci de vous être occupé de moi…

- C’est normal monsieur. J’ai eu tellement peur quand je vous ai vu tomber… elle s’arrêta en s’apercevant qu’il ne la regardait plus. Il avait les yeux fixés sur Hinata restée en retrait, espérant passer inaperçu en fixant le sol.

Un lourd silence s’installa. Hinata leva les yeux comprenant qu’elle ne pouvait plus y échapper. Elle croisa le regard de sa sœur qui arborait un petit sourire de triomphe. Puis elle s’obligea à affronter le regard de son père. Quelques secondes passèrent avant que Mr Hyûga prenne enfin la parole.

- Est ce que c’est vrai ce que j’ai entendu ? Est-ce que tu as vraiment fait ça ?

Hinata hésita un peu avant de répondre timidement.

- … Oui …

- Tu n’as rien d’autre à dire ? Lui demanda-t-il essayant de lui soutirer des explications.

- Non… lui répondit-elle seulement.

 Elle n’avait réellement rien à dire pour expliquer ça. Alors à quoi bon essayer d’inviter une excuse ? Cette réponse négative était la seule chose qu’elle pouvait dire. Maintenant elle était prête à l’entendre crier et à en prendre plein la figure. Hanabi jubilait déjà. Sa sœur allait en prendre pour son grade, elle n’allait pas sans sortir indemne après ce qu’elle venait de leur faire.

Elles étaient suspendues aux lèvres de leur père attendant la suite des évènements mais ce dernier resta silencieux une longue minute. Puis enfin, il prit la parole.

- D’accord… dit-il seulement. Maintenant sortez s’il vous plait, j’aimerais me reposer.

Hinata resta bouche bée. Voulait-il vraiment s’arrêter là ? Emiko trouvait cette décision plutôt sage, ce qui est fait et fait. Crier et s’engueuler à propos de ce mariage étaient chose inutile. Répondant à sa demande elle ouvrit la porte et se tourna vers les filles quand soudain Hanabi prit l’initiative d’intervenir.

Pour elle c’était un énorme choc que son père ne veuille pas aller plus loin. Non ! Cette menteuse ne méritait pas autant de clémence.

- C’est tout ??!! s’écria-t-elle de nouveau en colère. D’accord ? C’est tout ce que tu as à lui dire ? Et tu vas la laisser partir comme ça ??

- Hanabi ! lui répondit son père.  Tu…

- Non !! Le coupa-t-elle sans l’écouter. Ce qu’elle a fait est très grave, elle ne s’en tirera comme ça !!! Pourquoi tu ne dis rien ?

- Parce que je l’ai décidé !!! cria-t-il aussi fort qu’elle. Maintenant ça suffit !!! Tu te tais et tu sors !!!

La jeune femme ne put rien ajouter. Le ton sévère de son père venait d’empêcher toute répartie. Contrainte d’abandonner elle quitta la salle en bousculant Emiko et sa sœur au passage. Elle fonça dans le couloir rouge de colère suivit par les deux autres femmes.  Pourquoi avait-il décidé de ne rien dire ? C’était impossible que ça se finisse de cette façon. Soudain elle s’arrêta net et se tourna.

-Ça n’aurait pas dû finir comme ça !! fit-elle en s’adressant à Hinata. Tu méritais beaucoup plus ! T’as de la chance. Mais ne compte pas sur moi pour faire comme lui. Moi je n’oublierai jamais ce que tu as fait !!! 

Et c’est sur ces belles paroles qu’elle quitta le couloir. 

Emiko n’était pas très fière de ce qu’elle venait d’entendre. Toute cette méchanceté contre Hinata la peinait beaucoup, alors fidèle à elle-même elle tenta de minimiser la situation.

- Melle Hinata, pardonnez lui ses paroles s’il vous plaît…  fit-elle à Hinata qui regardait encore la porte par laquelle sa sœur venait de filer. Je suis sûre qu’elle ne le pense pas vraiment. Demain tout ceci sera oublié…

- Non, elle a raison… répondit la jeune femme. Pourquoi n’a-t-il rien dit ? Il aurait dû m’engueuler. C’est comme s’il avait accepté ce que j’ai fait…

- Ce n’est pas comme si, mais il a bel et bien accepté. Lui fit remarquer Emiko.

- Pourquoi ? Ça ne lui ressemble pas d’être aussi indulgent.  

- Votre père n’est pas  aussi mauvais que vous le pensez. Il a toujours était sévère mais c’était pour votre bien à vous et votre sœur. Si aujourd’hui il a décidé de ne rien dire, c’est qu’il a ses raisons. Votre père prend toujours les bonnes décisions, j’ai confiance en ses jugements.

- Et toi Emiko ? Tu ne me demandes pas pourquoi j’ai fait ça ?

- Je ne veux pas le savoir. Je vous connais. Je sais que vous êtes une fille sérieuse. Vous avez vos raisons, si vous vous êtes marié à cet homme c’est que vous l’aimez, n’est-ce pas ?

Obligée de répondre, Hinata continua ses mensonges en répondant «  oui ».

 - Vous l’aimez c’est l’essentiel.  Ça reste votre vie, votre décision. Je suis heureuse si vous l’êtes aussi. Et je pense que votre père serait d’accord avec moi.

- Mais je vous l’ai caché et aujourd’hui si papa est là c’est de ma faute. C’est en apprenant ça qu’il a…

- Non c’est faux ! Il aurait pu faire ce malaise n’importe quand. Ça n’a aucun rapport avec vous. Vous savez très bien qu’il en fait trop, il fallait bien que ça arrive. Ne vous rendez pas coupable. Vous n’y êtes pour rien… oubliez ça ! Il va bien et vous verrez demain ça ira beaucoup mieux.

 

Emiko ne voulait pas quitter l’hôpital. Elle préférait rester sur place, pour éviter de payer les allers retours en train. Elle incita Hinata à rentrer chez elle, c’était inutile qu’elle reste elle aussi. D’ailleurs Hanabi allait sûrement revenir alors il valait mieux séparer ces deux-là pour le moment. Quasiment jetée dehors, Hinata céda et quitta l’hôpital. Finalement sortir de cet endroit étouffant n’était pas une si mauvaise idée. Elle avait l’impression que sa tête allait exploser et qu’un poids énorme était posé sur ses épaules. Le mensonge, la culpabilité. Même si Emiko avait essayé de lui dire le contraire, Hinata savait que c’était de sa faute. Son père aurait pu mourir à cause d’elle. Comment ne pas s’en vouloir ? Elle avait retenu ses larmes depuis le début malgré les mots de sa sœur mais là, marchant de rue en rue, vers l’appartement Hinata ne put les retenir plus longtemps. Ça faisait trop mal de les garder. Comme un bébé, elle se laissa aller séchant ses larmes petit à petit pour ne pas attirer l’attention sur elle. C’est à deux pas de l’appartement qu’elle pensa enfin à autre chose en se rappelant que monsieur Taïchi l’attendait. La porte en bas de l’immeuble était ouverte elle en profita pour y pénétrer. Avant de monter les escaliers, elle sécha une dernière fois son visage pour essayer d’afficher une mine tout à fait normale à son entrée. Enfin prête et sûre d’elle, elle monta. La porte s’ouvrit avant même qu’elle puisse sonner dévoilant monsieur Taïchi. Toutes ses affaires en main, Hinata comprit qu’il était en train de partir.

- Monsieur Taichi ? Vous partez déjà ? lui demanda-t-elle. Je vous ai dit que… elle stoppa sa phrase en comprenant pourquoi elle avait l’impression qu’il fuyait. A quelques pas de lui se tenait un Naruto, la mine sévère et les bras croisés.

- Et merde… laissa-t-elle échapper avant que Naruto prenne aussitôt la parole.

- Vous tombez bien ! Qu’est-ce que c’est que cette histoire ? que fait ce SDF chez moi ?

La jeune femme ne lui répondit pas et comme si elle l’ignorait elle s’adressa au monsieur.

- Asseyez-vous monsieur Taichi. Je vous ai promis un repas avec moi alors vous l’aurez.

- Mais…

- Restez ici, s’il vous plait ! Insista-t-elle en le poussant sur le fauteuil.

- Hé !! lui cria Naruto. Ne faites pas comme si je n’étais pas là. Je vous rappelle que vous êtes ici chez moi. J’ai quand même mon mot à dire ! Finit-il avant qu’Hinata n’arrive vers lui.

- Venez par-là ! lui fit-elle en le tirant par le bras.

- Et pourquoi je devrais vous suivre ? lui demanda-t-il. Sans opposer de résistance, il se retrouva dans la chambre de la jeune femme.

Elle lâcha le jeune homme et tout en reprenant la parole elle prit soin de fermer la porte.

- Ecoutez, je ne suis pas d’humeur à me disputer avec vous. J’ai eu ma dose aujourd’hui… alors si vous voulez bien…

- Vous croyez que vous êtes la seule à avoir des problèmes. Moi aussi j’en ai. Et là mon problème c’est vous et ce SDF !!! Un sans-abri se trouve dans mon appartement assis sur mon canapé, vous trouvez ça normal ? Lui demanda-t-il.

- Non ce n’est pas normal, je vous l’accorde. Mais je n’ai pas pu faire autrement, il fallait que je sorte. Sans les clefs ce n’était pas possible. Je vous avais demandé de me laisser les clefs mais vous ne l’avez pas fait, je n’ai pas eu le choix. 

- Dois-je comprendre que c’est ma faute si j’ai oublié de vous les laisser ?

- Oublié ? J’ai du mal à vous croire !

- Et pourtant c’est vrai !

Hinata regarda Naruto dans les yeux. Peut-être disait-il la vérité ? Enfin bon oubli ou pas c’était pareil. A part que si c’était vrai, ça faisait quand même une bonne action à noter sur son profil. 

- Cet homme est mon ami, j’ai confiance en lui. Il fallait que je sorte, je n’avais pas le choix. Alors il m’a gentiment rendu service.

- J’en ai rien à faire que vos amis soient des sans-abris, je vous interdis de les amener ici. En plus vous osez lui donner mes vêtements. Rien ne peut être aussi important pour laisser mon appartement aux mains d’un vulgaire SDF. Je pense que ce que vous aviez à faire aurait pu attendre.

- Vous n’êtes qu’un sale égoïste ! lui dit-elle en serrant les poings.

- Quoi ?

- Vous ne pensez qu’à votre petite personne ! lui dit-elle sur un ton plein de colère. Rien ne peut être aussi important ? Rien ? Vous pensez que je n’ai pas de vie moi aussi en dehors de vous ? Mon père est à l’hôpital… Cette phrase fit naître quelques larmes.

Les yeux embués elle continua :

- … Je ne pouvais pas y aller parce que j’étais bloquée ici… est-ce assez important pour vous ?

Naruto ne répondit pas à sa question. Ce qu’elle venait de lui apprendre n’était pas ce à quoi il s’attendait. Oui c’était une raison assez importante pour vouloir y aller à tout prix. Ça, il ne pouvait pas dire le contraire.

Hinata reprit :

- Vous devriez plutôt vous excuser de votre malheureux oubli… maintenant si vous permettez… cet homme est mon invité. Il partira quand on aura fini. Et ne vous inquiétez surtout pas je veillerai à ce qu’il vous rende vos fichus vêtements que vous ne mettez même pas…

Elle se dirigea vers la porte, prit soin d’effacer toute trace de larmes sur son visage et laissa Naruto dans la chambre.  Celui-ci ne savait pas trop quoi penser de tout ça. Et de lui-même aussi, de son comportement. En avait-il trop dit ? Était-il allait trop loin ? Est ce qu’il pensait vraiment qu’à lui comme elle l’avait dit ? Peut-être que sur ce coup là il avait exagéré. Mais elle l’avait quand même énervé en introduisant un sans-abri chez lui. Donc ce n’était pas sans raison qu’il s’était emporté. Son père était à l’hôpital. S’il était là-bas c’est que c’était sûrement grave. Il avait beau être méchant, il n’en restait pas moins sensible quand c’était un sujet aussi grave. Son père à lui aussi avait été malade, il connaissait parfaitement ça. Même s’il disait le détester il avait quand même vécu la fin de sa vie avec lui.

Il repensa au matin même lorsqu’il était censé lui laisser les clefs à l’appartement. Ça avait été un véritable oubli. C’est dans sa voiture sur le chemin du travail qu’il s’en était rappelé. Ce disant que ce n’était pas si grave il n’avait pas fait demi-tour. Il avait quand même décidé de passer dans la journée pour lui donner la possibilité de sortir mais il n’avait pas trouvé le temps de le faire. Alors finalement il était rentré plus tôt. C’est là que tombant nez à nez avec cet inconnu, il avait pété un plomb. Mais c’était justifié. Qui n’aurait pas été choqué de voir un tel individu sur son canapé ?

« Et puis merde elle me fait chier… » Se dit-il avant de se demander pourquoi il était toujours dans la chambre de cette idiote. Il quitta aussitôt la pièce et traversa le petit couloir. Passant devant la porte du salon, il entendit la jeune femme et l’homme inconnu discuter. Poussant un soupir agacé, il continua sa route jusqu'à sa chambre sans jeter un coup d’œil vers eux. Il était assez énervé comme ça. Mais arrivé devant la porte de sa chambre il s’arrêta subitement. Le vieil homme venait de poser une question à Hinata et la réponse qu’elle allait donner l’intéressait.

 «  Comment va votre père ? Avait-il demandé ».

- Il va bien… il était juste un peu fatigué… répondit-elle. Il le garde en observation quelques jours, au cas où. Ça lui permettra de se reposer un peu.

- Tant mieux, je craignais que ce soit grave…

- Il a eu beaucoup de chance, c’est ce que les médecins ont dit. Ça aurait pu être pire.

- Alors pourquoi êtes-vous si triste ? S’il va bien vous devriez être heureuse.

- Je m’en veux… je n’y étais pas alors je m’en veux beaucoup… mon père a failli mourir et j’étais ici à rien faire. J’aurais dû être avec eux !

- Les circonstances ont voulu que vous n’y soyez pas, ce n’est pas votre faute. Votre famille c’est très bien occupé de lui. Qu’auriez-vous fait de plus ? Vous avez tout fait pour y aller. Vous avez même laissé un SDF dans votre appartement, ce n’est pas rien ça. Je mettrai ma main à couper que votre père ne vous en veut absolument pas pour votre absence. Alors s’il vous plait, souriez un peu…

- Vous avez sûrement raison. Changeons de sujet vous voulez bien ? Alors… que voulez-vous manger ?  

Naruto se déconnecta du salon à ce moment-là. Savoir ce qu’ils allaient prendre dans son frigo ne l’intéressait absolument pas. Il lui fallut quelques secondes pour reprendre ses esprits. Et là tout à coup il se surprit lui-même en réalisant ce qu’il était en train de faire. Écouter une conversation concernant la personne qui l’irritait le plus depuis qu’il était marié. Mais qu’est-ce qu’il lui avait pris de faire ça ? Il était censé ne pas l’apprécier alors s’intéresser à sa vie n’était absolument pas bien placé. Le pire c’est qu’inconsciemment il s’était approché au plus près de la porte du salon pour entendre le mieux possible ce qu’ils se disaient. Il était là, le dos collé au mur à espionner. Dégouté par ce comportement, il entra en quatrième vitesse dans son antre. Et là juste pour calmer sa conscience, il se trouvait des excuses pour expliquer ça. «  Je voulais juste savoir ce qu’il avait, c’est tout. Y’a rien de mal à ça. C’était juste de la curiosité » se disait-il. D’ailleurs en y repensant il se rendit compte que finalement ce petit échange ne lui avait pas permis de savoir ce que le père de la jeune femme avait eu. Il savait que ce n’était pas grave mais à part ça, rien sur la raison pour laquelle il avait été admis à l’hôpital. Elle s’en voulait de ne pas avoir été sur place mais comme l’avait si bien dit le vieil homme, ça n’aurait rien changé. Elle pouvait bien pleurer, mais tout était uniquement de sa faute à elle. Si elle n’avait pas oublié ses clefs, elle n’aurait jamais été bloquée à l’appartement. Son oubli à lui était intentionnel, c’était bien réel. D’ailleurs il pouvait bien s’excuser mais ça ne changerait rien aux évènements. Il n’était donc pas fautif. Elle ne devait s’en prendre qu’à elle, c’est tout ! Est-ce que ces pensées traduisaient une pointe de culpabilité ? S’il lui avait laissé ses clefs elle ne serait pas là à pleurnicher. Est-ce que finalement ce qu’elle ressentait le touchait parce qu’il se sentait un peu coupable. Si c’était vrai, jamais il ne l’aurait avoué. Même pas à lui-même. Agacé par ses pensées qui n’avaient pas lieu d’être, il décida de sortir pour se changer les idées. Il prit les clefs de sa voiture et quitta aussitôt l’appartement.

Accoudée au bar de la cuisine, Hinata regarda passer le jeune homme. Comme un courant d’air il venait de quitter l’appartement. C’était dommage d’avoir un tel comportement mais elle ne pouvait pas vraiment le blâmer. Trouver un sans-abri sur son canapé, ça avait de quoi être choquant. Elle le comprenait tout à fait. S’il n’était pas rentré si tôt, ils n’auraient pas eu à se disputer. Mais cette fois elle n’était coupable alors des excuses s’imposaient. Et elle s’était promis de trouver un moment pour le faire.

Monsieur Taichi dérangea ses pensées en lui rappelant que la casserole était toujours sur le feu. Si elle ne voulait pas rater le diner valait mieux le surveiller correctement. Après quelques coups d’œil vers ce qui mijotait, elle reporta son attention sur son invité. Il était assis sur un fauteuil occupé à faire des caresses au chien. Elle était contente de le voir ici et de lui offrir ce diner. C’était un réel plaisir de lui permettre de vivre ça ne serait- ce qu’une journée. Elle fit un petit sourire en repensant à leur conversation un peu plus tôt. Il avait fait preuve de gentillesse, essayant de la consoler. C’était une belle attention de sa part mais il ne savait pas tout sur le sujet. Elle ne l’avait pas mis au courant de tout. Pour lui elle était la colocataire de Naruto, aucun mariage dans sa version. Alors il ne savait pas que le malaise de son père avait été provoqué par elle. Qu’elle était la cause de tout ça. Que si elle était si triste c’était parce qu’elle se sentait coupable. Elle passa donc sa soirée à mentir sur son état et sur sa vie. Ils partagèrent le repas puis après l’avoir remerciée dix fois pour ce qu’elle avait fait pour lui, il quitta l’appartement et sa nouvelle amie. Hinata le salua bien qu’elle avait un peu de mal à le laisser partir pour dormir dehors. Ça n’aurait rien couté de le laisser passer la nuit ici, rien qu’une fois. Mais ce n’était pas son appartement, alors elle devait mettre de côté ses envies et arrêter de prendre des initiatives susceptibles d’envenimer les choses entre eux.

Elle se coucha plus tôt que d’habitude. Parce qu’elle était particulièrement fatiguée mais aussi parce que le lendemain elle devait se lever plus tôt pour pouvoir partir avant lui. Toujours à cause de ses fichues clefs qu’elle n’avait pas. Son père allait rester quelques jours à l’hôpital mais elle avait décidé de ne plus s’y rendre. L’idée de se retrouver dans la chambre avec un père qui n’aurait même pas un regard vers elle ne l’enchantait guère. De plus, elle était sûre de croiser Hanabi là-bas et elle ne lui adresserait sûrement pas la parole. Alors inutile de vivre une telle ambiance. Elle prit soin de prévenir Emiko qui elle, avait décidé de rester jusqu’au bout à l’hôpital. Celle-ci promit à la jeune femme de lui faire part de quelques nouvelles de temps en temps. L’auberge et le travail qui attendait, étaient donc la destination d’Hinata.

 

Le matin du jour suivant Naruto trouva l’appartement vide à son réveil ce qui n’était absolument pas courant. Pas de femme à l’horizon, et son chien aussi manquait à l’appel. Pas de problème de clef. Il commença sa journée tranquillement. Une journée qui se passa sans aucun problème ni personnel ni professionnel. Occupé à boucler sa rubrique pour le prochain magazine, la journée passa relativement vite.

Du côté de la jeune femme il n’y eut aucun problème non plus. Elle reprit le travail avec les autres. Même si le patron était à l’hôpital il ne fallait pas abandonner le chantier. Mr Kenji avait pris les commandes quant à Hinata lorsqu’elle n’était pas avec eux, elle se trouvait dans la cuisine afférée à s’occuper du déjeuner ou des boissons. Elle devait tenir le rôle d’Emiko en son absence, c’était normal. De temps en temps Kosuke venait lui donner un  coup de main avec plaisir. Le travail n’était nullement perturbé par l’hospitalisation de Mr Hyûga. Niveau ambiance à l’auberge rien n’avait changé. Les trois travailleurs Mr kenji, Kosuke et Mr Harada étaient forcément au courant aussi pour le mariage. Mais ils ne le firent absolument pas paraitre. On ne lui posa aucune question sur le sujet. C’était comme s’il ne s’était rien passé. C’était une affaire familiale, alors ça ne les regardait pas. Voilà ce qu’ils pensaient.  Elle quitta l’auberge comme d’habitude, le chien en laisse et surtout ses clefs en main. Elle n’avait pas vu sa sœur et ce n’était pas pour lui déplaire. D’ailleurs elle redoutait bien le retour de son père et d’Hanabi à l’auberge. Ça allait être très dur de les côtoyer de nouveau.

Elle rentra à l’appartement et trouva Naruto affalé sur le canapé. Il était encore rentré plus tôt. Que lui prenait-il de changer ses habitudes ? Tobi le rejoignit aussitôt, heureux de voir son maitre. Il n’y eut aucune parole échangé entre eux donc aucune dispute. Il n’avait donc rien à lui reprocher aujourd’hui. C’était agréable après une journée comme celle-ci. Elle s’affala sur son lit morte de fatigue et s’octroya une petite sieste avant de passer dans la salle de bain. C’est en enfilant son short et sa chemise en guise de pyjama qu’elle se rappela les excuses qu’elle s’était promis de faire à Naruto. Et le moment était bien choisi parce qu’il était dans le salon devant la télé.

Même s’il semblait absorbé par le match affiché sur l’écran, c’était le moment ou jamais de lui parler.  Avant qu’il aille s’enfermer dans sa chambre et qu’elle n’ait plus la chance de le croiser. Elle hésitait quand même un peu. Il avait l’air de bonne humeur alors lui adresser la parole allait peut être changer cette ambiance. Mais en même temps elle voulait seulement s’excuser. C’était donc impossible qu’il prenne mal ses paroles et qu’il s’énerve pour ça. Décidée à y aller franchement, Hinata s’avança vers lui. Elle s’immobilisa à côté de la télé, face à lui. À cet endroit-là il était quasiment obligé de la regarder. Et c’est ce qu’il fit aussitôt surprit par son arrivée.  Sans attendre elle prit la parole.

- Je vous présente mes excuses pour ce que j’ai fait hier. C’est votre appartement je n’aurais pas dû sans votre permission… elle s’arrêta quelques secondes. Aucune réponse du côté du jeune homme mais il la regardait toujours, c’était plutôt bon signe.

Elle continua :

- Je suis désolée également pour tout ce que je vous ai dit. Je me suis énervée alors que vous n’y étiez pour rien… je suis désolée… répéta-t-elle encore une fois avant de s’arrêter. Elle n’était pas sûre qu’il mérite ses excuses mais c’était quand même mieux qu’elle le fasse.  Elle avait l’impression de lui lécher les bottes et d’excuser son comportement à lui en mettant toutes les fautes sur elle. Ce n’était pas qu’une impression parce que finalement c’était vrai. Mais  c’était bel et bien ce qu’elle devait faire si elle voulait que tout s’arrange entre eux un jour.

Elle attendit une réponse. Mais le jeune homme face à elle était comme figé. Il la regardait toujours mais elle avait l’impression d’avoir mis arrêt sur image. Pourquoi n’arrivait-il pas à répondre ? Est ce qu’il réfléchissait ou bien n’avait-il pas compris qu’elle l’invitait à s’exprimer ? En tout cas s’il voulait vraiment qu’elle le laisse tranquille il n’avait pas le choix car Hinata n’avait pas l’intention de bouger. Elle était sur le point d’ouvrir la bouche pour lui faire comprendre ce qu’elle attendait quand soudain monsieur sortit de sa transe. Il quitta le regard de la jeune femme et se mit à fixer la télé. Essayait-il de fuir toute réponse en lui montrant qu’il préférait regarder le match ? Elle eut sa réponse aussitôt car le jeune homme prit la parole.

- Je le suis aussi… lui dit-il presque inaudible.

- Quoi ? l’interrogea Hinata. Elle n’avait pas très bien entendu et en même temps elle n’était pas sûre d’avoir bien compris.

Il releva les yeux vers elle et répéta encore une fois. D’une voix dure et quelque peu agacé de devoir répéter cette phrase si compliquée et gênante à dire.

- J’ai dit… que j’étais aussi désolé… 

En entendant ces mots, la jeune femme tenta de cacher le petit sourire qui allait s’afficher sur son visage. Il était désolé… c’était incroyable d’entendre ça. Un premier pas pour arranger la situation entre eux.

- Ah ! ben… reprit-elle. On est deux alors.

- Ouais, ben c’est bon. On peut oublier tout ça maintenant… lui dit-il voulant clairement couper court à cette conversation. Il reporta aussitôt son attention sur la télé.

La jeune femme comprit le message. Il était gêné et donc il voulait se débarrasser d’elle. Elle partit donc vers la cuisine, très satisfaite de cet échange. Soudain elle eut une idée, ça s’était tellement bien passé qu’elle avait envie d’en profiter pour aller plus loin et pourquoi pas partager un diner pour la première fois. Peut-être que cette invitation allait gâcher les choses mais qui ne tente rien n’a rien alors autant essayer. De plus s’il n’en avait pas envie il lui suffisait de dire non tout simplement. Elle s’arrêta à mi-chemin et tout en retournant vers lui, elle prit la parole.

- Euh… je vais préparer quelque chose pour le diner… Alors je me disais qu’on pourrait manger ensemble ce soir.

Voyant que le jeune homme la regardait avec un air surprit, elle ajouta :

 - Vous n’êtes pas obligés, seulement si vous avez faim…

Malheureusement elle n’eut pas la chance d’entendre sa réponse. A peine avait-elle fini de parler que la sonnerie de l’interphone retentie. Surprise Hinata n’eut pas le temps de bouger pour aller répondre, Naruto qui prit les devant. Peut-être attendait-il quelqu’un ? Il répondit et appuya aussitôt sur le bouton pour ouvrir la porte en bas de l’immeuble. Il ouvrit la porte et attendit quelques secondes avant d’accueillir le nouveau venu.  

Hinata se décala au milieu de la pièce afin de pouvoir savoir qui ça pouvait être.

- Tu m’as manquée mon chéri ! S’exclama une voix féminine avant de prendre Naruto dans ses bras.

- T’es en avance. Lui dit-il à son tour. Le match n’est même pas terminé.

- J’avais hâte de te voir ! Ça fait tellement longtemps que tu m’appelles plus ! Elle pénétra dans l’appartement et aperçue Hinata. Bonsoir ! lui dit-elle tout naturellement.

- Bonsoir… répondit une Hinata totalement surprise. 

La jeune femme suivit Naruto jusqu’au canapé où il s’assit. Elle s’installa aussitôt sur ses genoux et commençait déjà ce pourquoi elle était là sans faire attention à Hinata. Comme si elle faisait partie du décor, sa présence ne la gênait absolument pas.

- Attends… lui dit Naruto en l’arrêtant avant qu’elle n’aille plus loin. Le match d’abord…

La jeune femme fit aussitôt preuve d’obéissance et se cala à côté de lui, le bras du jeune homme la tenant près de lui.

Hinata se réveilla tout à coup de sa transe. Si elle continuait à rester là, elle allait vraiment faire qu’un avec la tapisserie. D’ailleurs vu qu’il était plutôt bien accompagné maintenant, son invitation à diner ne servait plus à rien.  Elle se dirigea vers la cuisine et s’arrêta derrière le bar. Alors c’était ça, il attendait bien quelqu’un. C’était prévu et elle venait de se ridiculiser en l’invitant à manger. Il aurait pu quand même avoir la gentillesse de lui répondre au moins un « non j’attends Melle X pour m’éclater ce soir ». En faite n’importe quelle réponse aurait suffi. Au moins elle n’aurait pas eu à assister à ça.

L’envie de cuisiner venait tout à coup de lui passer. Mais elle n’avait quand même pas l’intention de s’effacer et disparaitre dans la chambre. Après tout, elle était transparente pour ces deux-là collés l’un à l’autre, alors pourquoi devait-elle s’empêcher de vivre tranquillement ? Elle se fit réchauffer des restes trouvés dans le frigo puis elle s’installa sur l’une des chaises du bar. Tout en mangeant elle continuait à les regarder. C’était la première fois qu’elle voyait cette jeune femme, encore une qui n’était là que pour le satisfaire cette nuit. Elle ressentait du dégout pour cet homme qui ne faisait que s’amuser avec elle. Comment pouvaient-elles toutes accepter ça ?

Elle arrêta ses pensées lorsque la nouvelle conquête de Naruto prit la parole.

- Je vais t’attendre dans ta chambre. Lui dit-elle avant de l’embrasser comme une sauvage. Ne sois pas trop long.

Il lui répondit un petit « ouais » puis elle s’éloigna vers la chambre.

Voyant ça, Hinata ne put s’empêcher de se dire qu’elle au moins avait le droit de pénétrer dans son antre. Peut-être fallait-il être l’une de ses conquêtes pour avoir ce privilège ? «  Oh non je n’en serai jamais une. Pensa-t-elle en le regardant de nouveau. Jamais jamais. D’ailleurs je ne vois pas pourquoi j’ai pensé à ça, idiote ! » 

Une quinzaine de minutes plus tard, le match toucha à sa fin. Naruto éteignît la télévision et sans un mot il rejoignît sa belle dans sa chambre. Pas étonné Hinata commençait déjà à réfléchir à ce qu’elle allait bien pouvoir faire de sa soirée. Elle allait passer son vendredi soir devant la télé pendant que son pseudo mari colocataire prenait son pied juste à côté. Elle s’installa sur le canapé et commença à passer en revue toutes les chaines. Malgré le son assez élevé elle ne tarda pas à entendre le couple d’à côté en action. C’était vraiment énervant. Pourquoi devait-elle partager sa vie privée ? Malheureusement elle devait si faire et surtout s’y habituer parce que ça n’allait surement pas être la dernière fois qu’elle allait devoir endurer ce genre de soirée. Elle s’endormit finalement assez vite de fatigue devant la télévision, la plus efficace des berceuses. Elle se réveilla en pleine nuit et comme un zombie rejoignît son lit afin de finir sa nuit correctement.

 

Le lendemain, une journée des plus normales l’attendait. Elle ne vit pas Naruto avant de quitter l’appartement alors elle fut plutôt de bonne humeur. Le travail à l’auberge avançait à petit pas. Son père n’était toujours pas rentré mais Emiko était quand même passée à l’auberge. Abandonnant l’hôpital quelques heures, elle était venue prendre quelques affaires et faire un petit rapport sur l’état de Mr Hyûga. Quant à Hanabi, Hinata l’avait vue à plusieurs reprises mais elle ne fit que la croiser. Elles n’échangèrent aucune parole. Hanabi était toujours très remontée contre sa sœur et ça se sentait. Elle ne croisait jamais son regard et elle s’arrangeait pour ne pas être dans la même pièce qu’Hinata. Celle-ci n’essaya même pas d’arranger les choses, elle savait très bien qu’elle ne voudrait pas l’écouter. Si seulement ils n’avaient pas tous appris ce qu’elle avait fait, tout serait encore comme avant. Voilà que maintenant le seul endroit où elle se sentait vraiment bien était devenu étouffant. Sa propre maison presque invivable pour elle et avec le retour de son père ça n’allait qu’empirer. Tout ça pour de l’argent. Elle n’avait jamais imaginé que cette histoire fasse autant souffrir les membres de sa famille et elle-même par la même occasion. C’était quand même à la base pour les aider. Ça ne devait pas se passer comme ça. L’ambiance à l’auberge était donc devenue horrible pour la jeune femme, Hanabi ne lui parlait pas, les travailleurs faisaient comme si de rien était mais c’était évident qu’ils la jugeaient. Seule Emiko était restée la même, elle lui avait exposé son avis sur le sujet, elle savait donc ce qu’elle pensait de tout ça. Parler avec elle n’était pas du tout gênant, tout était normal. Mais elle ne la voyait plus souvent étant donné qu’elle restait au chevet de son patron. A la fin de la journée elle quitta cette ambiance là pour en retrouver un autre pas plus appréciable. Mais ce soir-là, une soirée différente l’attendait. Des rencontres, des connaissances et des conversations qui allaient animer son samedi soir. Naruto avait invité sa bande de potes à passer la soirée à l’appartement. Cette même bande de pote qu’elle avait déjà rencontré auparavant à la salle de sport.

 

En faite, Naruto ne les avait absolument pas invités. Il avait d’ailleurs était contre, préférant qu’ils se regroupent plutôt chez quelqu’un d’autre. Tous les quatre devaient se réunir pour passer la soirée tranquillement. Une soirée bière- jeux vidéo entre homme.  Naruto n’avait pas envie de faire ça à son appart. Sa raison était tout simplement la présence de sa pseudo femme mais Sasuke n’était pas d’accord. Il avait bizarrement une forte envie de passer la soirée dans cet appartement-là. L’idée de revoir Hinata l’enchantait beaucoup. Alors il fit tout son possible pour que ce soit le cas. Prétextant plusieurs excuses comme le fait qu’il faille le meilleur équipement adapté pour jouer ou que c’était plus agréable d’être dans un appartement plus grand. Tout ça évidemment ne se trouvait pas autre part que chez Naruto.  Pas du tout aidé par les deux autres qui finalement était d’accord avec Sasuke, Naruto n’eut pas d’autre choix. Son appartement était donc le lieu de la soirée entre homme qui n’en était finalement plus une car une femme s’y trouvait déjà.

Ce fut une surprise pour Hinata de les voir tous débarquer.  Assise sur un fauteuil un livre en main, elle ne s’attendait pas à voir Naruto ce soir-là. Elle était persuadée qu’il allait passer sa soirée dehors mais finalement elle avait eu tort. Malheureusement sa soirée tranquille à elle venait d’être ruinée.  Elle quitta son livre des yeux et les regarda envahir l’appartement avec grand bruit. Deux d’entre eux discutaient ou étaient en pleine dispute parce que le ton semblait monter. Naruto était déjà à la cuisine alors que les trois autres venaient de réquisitionner le canapé. Ils saluèrent la jeune femme en lui lançant un « bonsoir », ce qu’elle répondit également. En voyant l’un deux allumer la télé et préparer la console de jeux, elle comprit à quelle activité ils allaient s’adonner. Regardant son livre elle se demandait si elle devait ou pas s’en aller ? Vu la situation et ce qu’ils avaient l’intention de faire, il lui était impossible de continuer sa lecture dans ce lieu. Tout à coup l’un deux prit la parole. Ce tenant debout devant la jeune femme il s’adressa à elle.

- Alors tu te rappelles de nous cette fois ?

- Oui bien sûr, lui répondit-elle après avoir levé la tête vers lui. Sasuke…

Elle venait de se rappeler son prénom.

- C’est ça ! Confirma-t-il. Il s’assit sur le canapé près du fauteuil de la jeune femme, au plus près d’elle et reprit la parole.  Qu’est-ce que tu lis ?

Hinata ferma son livre et lui montra la couverture.  Le jeune homme prit en main le bouquin et l’admira. Il avait posé cette question mais en faite pour dire vrai il n’en avait rien à faire. Le titre sur cette couverture ne lui disait rien et pour cause il n’était vraiment pas un adepte de la lecture. D’ailleurs ça faisait très longtemps qu’il n’avait pas tenu de livre dans ses mains. Il avait seulement voulu entamer une conversation et c’était la seule chose qu’il avait trouvé. Mais maintenant il n’avait pas le choix et devait continuer sur ce sujet-là.

- J’ai jamais aimé la lecture… lui dit-il très sincèrement. Je crois que je n’ai pas la patience et j’aurais plutôt tendance à m’endormir dessus…

Cette phrase décrocha un petit sourire à la jeune femme.  Ce qui rassura Sasuke qui avait eu peur durant quelques secondes que sa sincérité le rende nul et inintéressant à ses yeux.

- Tu aimes lire alors ? Lui demanda-t-il comme s’il voulait confirmer ce qu’il avait déduit.

- Oui j’aime bien. Ça fait passer le temps et  ça me permet de penser à autre chose…

Des cris du côté de Kiba et Choji attirèrent l’attention des deux jeunes gens.

- Désolé.  Mais avec nous dans les parages tu ne risques pas d’être tranquille. C’est soirée jeux vidéo et je peux te dire qu’il va y avoir du bruit.

Ils regardèrent les deux jeunes hommes face à eux qui commençaient vraisemblablement à se chamailler gentiment.  Elle n’avait pas besoin de plus pour le croire. Cette soirée promettait d’être animée.

- Les bières ! Fit une voix  en posant sans délicatesse un bon stock de bouteilles sur la petite table devant le canapé.

Hinata perdit son sourire en reconnaissant Naruto. Elle ne l’avait absolument pas vu arriver. Elle n’eut besoin que de quelques secondes pour comprendre le message que ses yeux lui envoyaient. Son regard, comme toujours menaçant, espérait qu’elle déguerpisse de là pour les laisser tranquille et il n’avait pas tort parce que de toute façon elle n’avait pas envie de rester là. D’ailleurs il n’avait pas besoin de lui faire remarquer, elle n’était pas bête. Il s’apprêtait à passer une soirée entre homme, sa place n’était donc pas ici et elle respectait ça.

Sasuke quant à lui n’en avait rien à faire que Naruto soit là. Il le regarda à peine poser ses bières et répondit un petit « ouais… » Comme pour confirmer qu’il avait bien reçu le message puis, décidé à continuer sa discussion avec la jeune femme, il se tourna de nouveau vers elle. 

Mais celle-ci avait déjà décidé de s’en aller.

- Je vous laisse tranquille… leur dit-elle. Elle se leva,  récupéra le livre que Sasuke avait toujours dans les mains et conclut avant de s’éloigner. Passez une bonne soirée !

Sasuke la regarda partir sans pouvoir répliquer. Il ne s’attendait pas à ce qu’elle s’en aille et surtout pas aussi vite. Lui qui voulait faire sa connaissance venait de voir son plan tomber à l’eau. Le pire c’est qu’elle était allée droit jusqu’à sa chambre. Comment allait-il pouvoir lui parler si elle allait s’enfermer là-bas ? Il était fortement dégouté mais ces quelques minutes à parler avec elle lui avait au moins permis de connaitre un de ses passe-temps. Une chose qu’ils n’avaient absolument pas en commun tous les deux. Mais rien n’était perdu, son opération séduction venait à peine de commencer.  D’ailleurs avec un peu de chance elle pointerait le bout de son nez avant la fin de la soirée et à ce moment-là il repasserait à l‘attaque.  Pour le bonheur de monsieur c’est ce qui arriva.

Elle ne souhaitait pas les déranger, mais elle avait quand même besoin de se rendre dans la cuisine. Inutile de se faire la plus discrète possible. Ils faisaient pas mal de bruit entre eux alors son apparition passa totalement inaperçue. Elle voulait seulement prendre une bouteille d’eau et peut être un petit encas à grignoter pour après retourner aussitôt dans sa chambre se replonger dans son livre mais finalement sa curiosité prit le dessus. Attirée par le jeu vidéo affiché à l’écran, elle s’installa sur une chaise. Qui avait-il de grave à les regarder jouer ? Rien tant qu’elle restait dans son coin. Et c’est ce qu’elle avait prévu. Kiba était le seul à avoir une manette en main. Il était aux commandes d’un match de foot. Ce jeu était vraiment plus que réaliste. Si on ne faisait pas attention au premier regard on aurait pu croire à un vrai. C’est plein d’admiration qu’elle suivit de loin la fin de ce match.

Puis après avoir énuméré un bon nombre de jeux, ils en choisirent un et c’est Sasuke qui fut chargé du changement de disque. C’est grâce à ça qu’il put apercevoir la jeune femme accoudée au bar. Heureusement pour lui c’était Kiba et Naruto qui commençaient ce jeu qui n’était autre qu’un jeu de combat. Profitant de ça et du fait que Naruto était occupé, Sasuke se dirigea aussitôt vers elle. Il s’en suivit une conversation de quelques minutes. Pour le premier contact Sasuke commença par l’interroger sur le bruit qu’ils faisaient. Etait-il trop bruyant ou avait-elle réussit à lire tranquillement ? Puis la conversation dévia sur le jeu. Hinata lui fit part de ses remarques sur le jeu de foot puis sur ce jeu de combat qui semblait dur. Puis enfin ce malin de Sasuke glissa quelques phrases ce qui permit à la conversation de prendre le chemin qu’il désirait, c'est-à-dire parler du mariage. Il voulait savoir ce qu’elle pensait de tout ça. Comment ça se passait pour elle. Et surtout ce qu’elle pensait de Naruto. Sasuke avait la version de Naruto, d’ailleurs ce dernier n’en disait pas beaucoup sur le sujet alors il lui fallait également connaitre celle d’Hinata. 

Entamant ce sujet-là, il informa la jeune femme que tous les trois ici présent étaient au courant pour le contrat. Ce faux mariage monté de toute pièce pour toucher l’héritage. Hinata fut aussitôt étonnée par cette nouvelle. Ils savaient tous les trois pour ce faux mariage. Ils étaient sûrement de très bons amis pour qu’ils les mettent au courant. Mais alors… se souvenant d’un détail pas très glorieux, la jeune femme mit sa main devant sa bouche comme horrifiée.

- Mais alors… commença-t-elle rougissant de honte… ça veut dire que…ce que j’ai dit à la salle de sport…

- Quoi ? La questionna-t-il ne comprenant absolument pas où elle voulait en venir.

- Oh non … je me suis totalement ridiculisée. Vous avez du bien rigoler en m’entendant dire toutes ses bêtises… quelle idiote je suis ! Dire que c’est lui que je voulais ridiculiser et finalement c’est moi qui…

- Mais de quoi tu… ah, je vois ! Intervint Sasuke après mure réflexion.  Tu parles de ce qui s’est passé à la salle ? La dispute entre vous deux ? Voyant Hinata acquiescer de la tête il reprit afin de la rassurer. Tant fais pas tous les trois on a pratiquement rien compris à ce qui s’est passé. Votre dispute et tout ce que vous vous êtes dit, pour nous c’était du charabia. D’ailleurs je ne me rappelle plus de ce que tu as dit. Alors je t’assure que tu ne t’es pas du tout ridiculisé. Tu peux me croire !

- Vous auriez pu me dire que vous étiez au courant. A Votre façon d’en parler j’étais persuadée que vous pensiez qu’il était vraiment mon mari… ça m’aurait évitée de dire toutes ses bêtises…

Sasuke ne savait pas quoi dire. Il n’avait absolument pas pensé à la mettre au courant de ce détail. Elle semblait prendre ça très au sérieux au vu de sa mine déçue. Mais pourquoi le prenait-elle comme ça ? Elle ne s’était pas ridiculisée et c’était vrai, parce qu’ils en avaient absolument pas reparlé. Seul le sujet qu’elle avait abordé à la fin n’était pas passé aux oubliettes. Les compétences de Naruto abordées par une femme qui en plus en parlait en négatif, ça les avait fait bien rire de voir Naruto aussi mal à cette instant-là. Et ils avaient été contents de ne pas être à sa place.  

Sans le vouloir en abordant ce sujet, il venait de la mettre un peu en colère. Fallait maintenant qu’il rattrape le coup avec autre chose. Et c’est finalement  Choji en criant son prénom qui lui permit de passer à autres chose.

- Sasuke ! C’est à toi de jouer contre Naruto !

- Ouais j’arrive ! lui répondit celui-ci un peu déçu de devoir la quitter. Il se tourna vers elle pour l’informer qu’il allait revenir donc qu’elle ne devait pas bouger d’ici. Quand soudain il lui vint une idée. Et si tu jouais à ma place ? Lui demanda-t-il

- Quoi ? S’exclama-t-elle étonnée par la demande.

- Je te laisse jouer à ma place ! Viens ! lui dit-il tout en la tirant de son tabouret.

- Je ne pense pas que ce soit une bonne idée ! lui dit-elle tout en se faisant tirer vers  les autres. Je suis déjà très occupée et en plus je ne sais absolument pas jouer !

Sasuke ne fit volontairement pas attention à ce qu’elle disait. Il prit la manette que Choji avait en main et la donna à Hinata. Mais celle-ci essaya de lui rendre aussitôt.

- Vas-y ! Joue à ma place ! lui dit-il en refusant la manette.

Hinata regarda Sasuke puis la manette. Elle n’avait jamais joué à ce jeu, c’était une mauvaise idée de la laisser y participer. Mais surtout la raison pour laquelle elle ne pouvait pas rester là, c’était lui. Toujours assis sur le canapé, sa manette de jeu en main Naruto était le seul à ne pas la regarder. Il devait sûrement être furieux contre elle. Mais ce n’était pas de sa faute, c’est ce Sasuke qui insistait. Son but à elle c’était de ne pas s’immiscer dans leur soirée et là il l’incitait à faire ce qu’elle ne voulait pas.

- C’n’est pas une bonne idée, l’un de vous devrait le faire… leur fit-elle remarquer tendant toujours la manette à Sasuke.

- Pourquoi ? demanda celui-ci.

- Je ne sais pas jouer. Il est évident que je vais perdre. Alors ça ne sert à rien.

- Mais si, tu te seras un peu amuser. Ça m’est égal si tu perds, c’est juste un jeu.

- C’est vrai ! ajouta Choji. Sasuke a raison. Vas-y éclates toi !

- En plus Naruto n’est pas si fort que ça. Lui fit Kiba à son tour. Je suis sûr que t’as tes chances. Allez vas-y !!

Ils étaient maintenant trois à insister pour qu’elle joue. Que pouvait-elle leur sortir encore pour y échapper ? Face à ses trois-là Hinata était coincée. Mais lui…

- Qu’est-ce que vous attendez ! Intervint Naruto s’adressant à elle. Faites-le, qu’on en finisse !

Il la fusillait du regard et ce qui venait de sortir de sa bouche sonnait clairement comme un ordre. Mais en même temps il lui donnait le feu vert et ça débloquait tout à coup la situation. Mettant de côté cette méchanceté, Hinata obtempéra. Ce n’était pas de l’obéissance, elle voulait seulement faire plaisir aux trois hommes qui désiraient qu’elle s’amuse. Après ça, promit elle disparaitrait d’ici.

- Je vais t’expliquer comment jouer ! lui dit Sasuke.

A chaque touche sa fonction. Sasuke lui énuméra rapidement puis il l’aida à choisir un personnage et enfin la partie put commencer. Naruto était toujours assis tranquillement près à l’écraser en quelques coups quant-à Hinata elle avait préféré rester debout. Comme si ça pouvait l’aider à être plus forte. Ce ne fut pas si facile que ça pour Naruto car malgré son inexpérience Hinata avait quand même réussi à toucher son personnage plusieurs fois. Mais elle n’était quand même pas sur le chemin de la victoire. Car Naruto était à deux doigts de conclure l’affaire.

- C’est pas mal, vous ne trouvez pas ? demanda Choji aux deux autres. Pour une débutante elle se défend plutôt bien !

- Et si on lui donnait un coup de main ? proposa Kiba.

Ils se regardèrent tout deux et après un « ouais «  en cœur ils rejoignirent Naruto. Leur mission : le déconcentrer afin qu’Hinata puisse frapper. Tous les moyens étaient bons.

- Dégage Choji ! Naruto se leva tout en criant sur son ami qui s’était soudain mis entre lui et la télé.  Allez, je ne vois rien ! Dégage de là !

Du côté de Naruto c’était bataille générale alors que du côté d’Hinata les choses semblaient plus sérieuse. A côté d’elle Sasuke l’encourageait à battre son adversaire. Grace à eux elle réussit finalement à en venir à bout. Kiba laissa échapper un cri de joie lorsqu’il vit sur l’écran que le personnage d’Hinata était vainqueur.

- T’as réussi ! Tu l’as écrasé ! Lui cria-t-il.

- Bande de crétins ! Vous avez triché ! s’exclama Naruto.

- Oh oh ! Mauvais perdant ! fit remarquer Kiba

- Il a raison, c’est de la triche. Confirma Hinata qui les avait vu faire.

- Mais non ! Ne l’écoutes pas. Tu as gagné ! lui dit Sasuke.

- Savoures ta victoire Hinata, tu l’as méritée ! Intervint à son tour Choji qui affichait un grand sourire.

- A moi de jouer contre la gagnante !! S’exclama Kiba en prenant la manette de mains de Naruto.

- Si c’est pour la laisser gagner, je ne vois pas vraiment l’intérêt! fit remarquer celui-ci avant de prendre une bière en main et de s’installer sur le canapé.

Naruto avait vu juste car bizarrement la débutante gagna encore un autre round. Mais malgré le fait qu’il l’avait laissé gagner, elle avait trouvé ces moments très agréables. Elle s’amusait, c’est bien ça qu’ils voulaient qu’elle fasse. Et bien avec eux impossible de s’ennuyer.

Après ce combat les duels continuèrent. Ils comparaient leurs performances. Chacun voulant surpasser l’autre. Cette ambiance lui fit totalement oublier que sa lecture l’attendait dans sa chambre. Sasuke s’efforçait d’ailleurs à l’intéresser par n’importe quel moyen pour ne pas qu’elle s’ennuie et qu’elle veuille partir. Il la faisait participer le plus possible et lorsque c’était à son tour de jouer, il lui demandait d’admirer son jeu. Avec ça il était sûr que les yeux de la jeune femme étaient rivés sur lui.

Forcé de subir sa présence, Naruto fit comme si de rien n’était. Ouvrir sa bouche et donner son avis sur le sujet n’auraient fait qu’attirer les foudres de ses amis vu leur comportement avec elle.  Cette présence féminine ne les dérangeait pas, alors il allait faire avec. Pas d’autre choix se présentait à lui. Il lui était impossible d’oublier qu’elle était là parce que toutes les dix minutes l’un deux était là pour lui rappeler. Hinata par ci, Hinata par-là ! N’avaient-ils que ça dans la bouche ? Et Sasuke était pire que tous. Constamment collé à elle, essayant à chaque fois de montrer sa force et sa supériorité par rapport aux autres lorsqu’il jouait. Il fanfaronnait voilà tout, fidèle à lui-même quand une femme est dans les parages. Les bières qu’il s’enfilait les unes après les autres n’arrangeaient pas son cas. Vers la fin de la soirée, il avait même exigé un duel contre Naruto expliquant déjà à Hinata qu’il allait en sortir vainqueur.  Si son intention était de prouver à la jeune femme qu’il était meilleur que Naruto, ben c’était perdu d’avance. Parce que celui-ci  accepta le duel et malgré le fait que son ami n’avait plus vraiment les yeux en face des trous, Naruto prit un malin plaisir à le détruire en quelques coups. Fier de lui il retourna s’assoir tout en regardant Hinata.  Celle-ci comprit aussitôt qu’il lui passait un message. Le plus fort n’était pas Sasuke mais lui. Comme si leur performance l’intéressait.

- Je suis un peu… bourré… fit Sasuke en revenant s’assoir près d’elle. C’est pour ça qu’il a gagné… il fit un mouvement de bras assez brusque et accidentellement toucha la jeune femme en plein visage.

- Oh pardon… ! lui dit-il en se tournant aussitôt vers elle.  Celle-ci avait porté sa main sur son visage et était en train de masser une de ses joues. Excuse-moi... Fait voir je vais te soigner !

- Non non ça va ! S’exclama-t-elle

Mais Sasuke continua de plus belle lui sommant de lui montrer sa blessure. Il se penchait de plus en plus sur elle en essayant d’enlever la main de la jeune femme. Tellement que celle-ci pour y échapper ne put que se baisser de plus en plus et se retrouva quasiment allongée.

- Arrête Sasuke c’est bon ! Lui cria-t-elle en essayant de le repousser.

 Tout à coup il s’arrêta net comme s’il lui avait obéit. Une main entourant son cou le redressa aussitôt. Naruto se trouvait derrière lui, pressant sa main suffisamment fort pour créer un choc chez son ami l’obligeant à se lever pour libérer la jeune femme.

- Stop !! T’as assez joué !! lui dit-il. Puis toujours en le tenant il se tourna vers Kiba et Choji qui jouaient encore et n’avaient pas entendu ce qui se passait derrière eux. Les gars !! On arrête pour ce soir !

- Attends on a pas… commença Choji avant de s’arrêter en voyant leur ami tenir Sasuke. Qu’est ce qui se passe ?  

- Il a eu sa dose. Faut le ramener.

Les deux jeunes hommes regardèrent la scène et voyant Hinata qui semblait un peu choquée sur le canapé, ils comprirent aussitôt.

- Il a encore remis ça ! s’exclama Kiba. On aurait dû plus le surveiller…

- C’est toi qui devais le faire Naruto. Lui fit remarquer Choji.

- Je sais, mais j’avais totalement oublié.

Choji attrapa Sasuke qui se laissa faire comme un pantin. Il le tira jusqu'à la porte que Kiba avait déjà ouverte. Celui-ci les bras chargés de leurs affaires laissa Choji sortir en premier puis avant de faire de même il se tourna vers la jeune femme.

- Désolé Hinata. Il n’était pas vraiment lui-même alors j’espère que tu ne lui en voudras pas trop. Bonne nuit. Conclut-il avant de disparaitre.

Le couple marié regarda la porte se fermer. Ils n’avaient tous les deux pas bougés d’un pouce. Hinata assise sur le canapé se remettant de ce qu’elle venait de vivre et essayant de comprendre le reste, Naruto debout à deux pas de celle-ci s’en voulant d’avoir failli à sa tâche. Il se tourna vers elle et prit la parole.

- Ça va, il vous a rien fait ? Lui demanda-t-il.

- Non, ça va.  Merci…

Il n’ajouta rien de plus, et alla directement éteindre la télé puis il se baissa et commença à ranger les jeux et la console. La jeune femme se leva et brisa le silence qui était sur le point de s’installer.

- Merci, pour tout à l’heure !

Naruto regarda la jeune femme quelques secondes étonné d’entendre ça. Puis il prit la parole tout en continuant ses affaires.

- Comme viens de le dire Kiba, il n’était pas lui-même… Il suffit qu’il boive plus que de raison et il se met à faire n’importe quoi…on peut dire qu’il a l’alcool mauvais…et malheureusement c’est les femmes qui trinquent la plupart du temps…

- Et c’est vous qui intervenez à ce moment-là… ajouta Hinata qui s’était baissée à sa hauteur. Elle le regardait en lui tendant des boites de jeu qu’elle venait de trouver sur la table.

Surprit par sa venue Naruto la fixa sans rien dire puis voyant les boites qu’elle lui tendait, les prit en main pour les poser avec les autres. Se redressant il reprit :

 - Je ne vois pas pourquoi je vous ai dit tout ça ! Ça ne vous concerne pas… oubliez simplement ce qui s’est passé…

Elle se redressa à son tour sans ouvrir la bouche.

- Passez une bonne nuit… lui dit-il pour conclure.

- Vous aussi… répondit-elle à son tour.

 Chacun retrouva sa chambre respective pour passer une bonne et longue nuit. La journée du dimanche passa relativement vite. Hinata fit durer sa nuit jusqu'à midi, elle n’avait de toute façon rien à faire de la journée. De son côté, Naruto passa son début de journée à nettoyer le bordel qu’ils avaient mis la veille puis il sortit pour faire un petit footing accompagné de son chien. Enfin l’après-midi, il s’adonna au farniente, la télécommande de la télé à la main.

Même s‘ils avaient passé une soirée ensemble et échangé quelques mots, rien n’avait changé dans leur cohabitation. C’était comme s’il ne s’était rien passé.  Etant donné qu’il ne désirait pas lui parler, Hinata faisait de même.  Alors l’ambiance était aussi froide qu’à l’accoutumé.

 

Dans la semaine qui suivit, ce ne fut pas mieux mais il y eu quand même un point positif : aucune dispute n’était à déplorer entre eux.

Mr Hyuga fit son retour à l’auberge en milieu de semaine ce qu’Hinata redoutait le plus. Il reprit la direction du chantier mais pas les activités physiques qui lui étaient interdites. La prise de contact avec lui fut rude. Il ne la regardait plus comme avant ou quasiment pas. Elle tenta à plusieurs reprises d’aborder le sujet avec lui mais il fuyait aussitôt, prétextant avoir quelque chose à faire ou alors il changeait de sujet et l’envoyait travailler. Après deux tentatives elle abandonna, il ne voulait pas en entendre parler alors inutile d’insister. L’ambiance était donc tendue même s’il essayait de rien faire paraitre. Au contraire, Hanabi, elle, n’hésitait pas à faire des remarques jusqu’à ce que son père la sermonne, la contraignant à se calmer ce qu’elle fit qu’en sa présence. Hors champ de vision de son père, elle continuait à prendre un malin plaisir à retourner le bâton dans la plaie. Hinata essuyait des remarques de sa part sur ce mariage et ce mari inconnu à longueur de journée. Heureusement que ses cours lui prenaient une bonne partie de la journée. Hinata savourait ces moments avant que sa sœur pleine de haine revienne à l’attaque.

Voilà comment ressemblait ses jours de travail depuis que toute sa famille avait eu vent du mariage.   

Avant l’arrivée du week-end, la jeune femme reçut une visite inattendue.  En répondant à l’interphone ce jour-là, Hinata fut étonnée d’entendre Sasuke se présenter. Elle l’invita à monter et l’accueillit.

- Naruto n’est pas encore rentré mais si…

- C’n’est pas lui que je voulais voir. Je suis venu pour te parler à toi…  je voulais m’excuser pour ce que j’ai fait l’autre fois… ils m’ont raconté. Je suis désolé…

- C’n’est pas grave…on m’a dit que ce n’était pas vraiment de ta faute…

S’en suivit une discussion centrée sur le problème de Sasuke. Discussion entre ami où Hinata jouait la psy. Ce moment rassura Sasuke qui avait eu peur que son coté obscur face fuir la jeune femme mais elle le prenait plutôt bien. Elle ne lui en voulait absolument pas et c’était une bonne chose pour la continuation de son plan « séduction ». Après un long moment, il changea de sujet pour venir sur ce qui l’intéressait vraiment. Il interrogea la jeune femme sur sa famille, son travail, sa vie. Parce qu’il voulait la connaitre. Elle lui parla de sa vie à l’auberge sans indiquer son problème du moment puis il passa vite au sujet du mariage. Pourquoi avait-elle décidé de participer à ça ? Et le plus important, est-ce-que Naruto était supportable ? Est-ce-que la cohabitation se passait bien ?  Les réponses qu’elle lui donnait le réconforter. C’était peut être embêtant pour elle mais pour lui cette mésentente entre eux était plutôt un bon point.

Il resta en tout une heure et demie avec elle puis enfin, voyant l’heure tourner il partit. Sa principale préoccupation c’était de ne pas tomber sur Naruto. D’ailleurs il avait tout calculé avant même de venir. Les horaires de sport de Naruto, ses horaires de travail, tout avait été prévu pour qu’il soit seul avec elle. Et ça c’était plutôt bien passé. Il prévoyait déjà leur prochain rendez-vous et peut être même qu’à ce moment-là il allait passer à une étape supérieure en lui proposant une sortie.  Il ne lui restait plus qu’à réfléchir à la suite.

 

De son coté, Naruto passa plusieurs jours bien chargés. Pour la première fois depuis qu’il était entré dans cette entreprise il était très occupé. Et cette occupation était on ne peut plus sérieuse. Il avait prit la décision d’écrire un article de sa main. C’était une grande responsabilité mais il s’en pensait capable. Toutes ces années de rédacteur en chef à observer le travail de ses rédacteurs, lui avait fait acquérir une petite expérience dans le domaine.  Il n’avait pourtant jamais écrit d’article par manque d’envie certainement. C’était le moment, d’autant plus que maintenant il était spécialiste dans le domaine de la cuisine. Certes, il n’aimait pas cette rubrique, mais autant d’années à côtoyer tel ou tel légume, tel ou tel poisson, faisaient presque de lui un cuisinier. Cette initiative ne lui vint pas par hasard, c’était le résultat d’une énième remarque formulée par sa mère sur le merveilleux travail de Shikamaru. Agacé d’entendre ça, il avait voulu montrer qu’il en était également capable. Mme Uzumaki avait été étonnée d’entendre son fils dire ça. Que lui arrivait-il de vouloir tout à coup mettre son cerveau au travail ? Était-il devenu mature ? Avait-il compris l’importance de son poste ? C’était peut être bizarre mais pas une si mauvaise idée de le laisser faire. Et le voir aussi sérieux en plein travail à chaque fois qu’elle passait devant son bureau la ravissait. Elle ne l’avait jamais vu comme ça. Maintenant est-ce-que son article allait être à la hauteur ? C’était l’opportunité pour le savoir.

Il s’était donné aussi comme objectif d’augmenter la popularité de sa rubrique. Il avait changé certaine chose et avait donné à chacun de ses rédacteurs plusieurs sujets qu’il avait lui même choisi. Ils avaient tous un délai pour rendre leur travail et pour une fois le patron était dans le même bateau. Son sujet à lui était «  les biens-faits du thé ». Le titre en poche, il lui fallait maintenant commencer ses recherches.  Kushina lui avait laissé une semaine pour le boucler mais elle n’eut aucun retour de Naruto à la fin de la semaine.  Par sympathie et parce que c’était pour lui une première, elle lui laissa autant de jours qu’il avait besoin pour terminer. Ce n’était pas simple, après les recherches, les interviews, il fallait se mettre à l’écriture, puis pour peaufiner le tout on passait à la mise en page sur ordinateur. Enfin venait les dernières corrections et la relecture pour finaliser.  En milieu de semaine, c'est-à-dire trois jours après le délai,  il fut près à présenter son travail et celui de ses rédacteurs.  Kushina prit une journée pour étudier leurs travaux et fut agréablement surprise de la qualité de l’article de son fils. Il avait fait un travail de professionnel. Qu’il soit capable de faire ça de ses propres mains était dur à croire pourtant c’était bien de lui. Son article était bien construit et son sujet bien travaillé. Il avait apporté le témoignage d’un professionnel dans le domaine du thé et avait établit une liste complète des thés les plus utilisés en expliquant pour chacun les vertus qu’ils apportaient. Il avait été capable de faire un excellent travail. Elle s’était donc empressée de lui faire part de son avis. De tout le discours qu’elle lui avait fait, il n’avait retenu qu’une chose: la fierté qu’elle avait pour lui. Elle était contente de son travail et pour ne rien cacher il l’était également fier de lui. Il n’en n’avait jamais douté mais le fait que sa mère l’avoue également lui faisait deux fois plus plaisir.

 Il était à son bureau jubilant à l’idée de voir la tête que Shikamaru allait faire lorsqu’il lirait son magnifique article dans les pages du magazine quand Kaito, son assistant, frappa a la porte.

- Qu’est ce qui y’a encore ? Je ne peux pas être tranquille un peu ? lui dit son patron pour l‘accueillir.

- Je suis désolé, mais c’est à propos des recherches que vous m’avez demandé de faire sur votre femme.  S’expliqua Kaito avant de rectifier aussitôt.  Je veux dire sur … Melle Hyuga Hinata. J’ai trouvé ça…

Il tendit un papier à Naruto qui l’accepta et y jeta un coup d’œil.

- Une adresse ! affirma celui-ci.

- Oui c’est… commença Kaito.

Naruto ne fit pas attention au pauvre jeune homme et reprit la parole.

 - Ben dis donc vos mieux pas être pressé avec toi. Ça fait un bon moment que je t’avais demandé ça.

- Je sais… c’est que… avec le travail qu’on a eu,  je n’ai pas eu le temps…

- Ouais ouais c’est ça… t’as de la chance je commençais justement à m’ennuyer… Allons-y ! conclut-il avant de se lever.

- Moi aussi ? S’étonna Kaito

- Ouais, pourquoi t’as autre chose à faire ? Lui demanda t-il sur un ton autoritaire. Je n’ai pas envie de conduire alors tu vas m’y amener !

Kaito s’exécuta et, en bon chauffeur particulier, il accompagna son gentil patron à destination. Le GPS de la belle voiture de Naruto leur indiqua le chemin jusqu’en pleine campagne en dehors de la ville. Kaito arrêta la voiture à quelques mètres d’une bâtisse. Un petit portail clôturait un terrain sur lequel trônait  une grande maison de style japonaise.