Mensonge

par jainas

Mensonge

 

Les rayons pâles du soleil filtraient à peine à travers les branches sombres des rares arbres, et une mince couche de givre recouvrait la surface de l'eau des rizières, blanchissait la végétation. Le jour naissant ne dissipait pas encore la froidure du matin clair, mais la lumière se prenait dans les cristaux de givre, et où que se porte le regard les reflets multicolores scintillaient dans la pureté matinale. Sous les pas, l'herbe et les feuilles mortes gelées par la nuit craquaient avec un bruis sec, et l'atmosphère était si pure que depuis un point de vue élevé, on aurait pu voir jusqu'aux frontières du Pays du riz, et peut être même au delà.

S'il avait été homme à s'émerveiller de la beauté de la nature, cette aube froide et claire aurait été idéale.

 

Mais évidemment il ne l'était pas. Ce n'était pas ce genre de… beauté qui l'intéressait. Pas cela qui expliquait sa présence en équilibre sur ce toit glissant à une heure aussi indûment précoce du jour.

Il s'immobilisa à mi-pente, et affermit sa position sur les tuiles instables par une infime touche de chakra, si discrète et maîtrisée qu'il aurait fallu un Byakugan pour la percevoir…

Chose qu'ils n'avaient assurément pas.

 

En contrebas, inconscients du fait qu'ils étaient observés, les jeunes hommes se fixaient dans un silence tendu et menaçant. Comme des chats tombés nez à nez, prêts à bondir dès que l'un d'entre eux ferait mine de bouger une oreille.

Uchiha se tenait droit, avec sur le visage une expression de dédain absolu –mépris toutefois contredit par le fait que sa main ne s'éloignait pas de sa poche d'arme.

Face à lui, tout aussi roides, se tenaient un petit groupe de chuunins du Son qui le toisaient sans aménité aucune.

"Hé, Uchiha, excuses toi."

Ledit Uchiha dévisagea avec morgue celui qui avait parlé, un jeune homme un peu plus grand que lui dont les cheveux sable étaient tirés en arrière par une queue de cheval.

"Ce serait plutôt à toi de t'excuser d'être un ninja tellement médiocre que tu te cognes dans les gens en te déplaçant."

Le groupe s'agita de manière menaçante, mais un geste de celui qui semblait être leur chef les apaisa.

 

L'homme sentit un sourire satisfait et amusé étirer ses lèvres. D’où il était placé, il ne pouvait voir son visage, mais la crinière sable et la surveste rouge sombre étaient bien suffisants pour identifier sans peine le meneur des Otonins, sans même avoir besoin de se fier à la signature bien particulière de son chakra : c'était Shenlong Sejiro.

Il était originaire de Kiri, avait un an –ainsi qu'un grade- de plus que l'Uchiha, et un caractère notoirement belliqueux. C'était le premier de son clan à avoir rejoint le Saninn, deux ans avant tout les autres. Mais c'était aussi un jeune homme brillant, et qui possédait suffisamment de charisme pour avoir rassemblé sans rencontrer trop d'opposition les autres chuunins autour de lui.

Mon dieu mon dieu… Qu'avons-nous donc là ?

Il passa sa langue sur ses lèvres. Les réactions humaines étaient tellement prévisibles… Encore et toujours les mêmes boutons qui  motivaient les mêmes actions… Encore et toujours les mêmes ficelles, les mêmes émotions inutiles qui les faisaient courir, les rendait si aisément manipulables…  Prêts à tout pour obtenir l'approbation du plus fort, pour grappiller la moindre parcelle de pouvoir et de reconnaissance…

Vraiment, il ne s'en lasserait jamais.

 

Sejiro croisa les bras avec défit, et rendit son regard hautain à Sasuke (mais avec un poil moins d'efficacité : il fallait bien l'avouer, le regard 'Tu-Vaux-Moins-Encore-Que-La-Terre-Que-Je-Foule'(™) estampillé Uchiha était imbattable dans le domaine). 

 "Tu peux parler, Uchiha… Tu ne dois qu'a ton nom d'être devenu le nouvel animal de compagnie d'Orochimaru-sama…"

 

Nous y voilà…

Il suffisait d'un mot, et les véritables motifs étaient découverts… Ce n'était pas vraiment une querelle à la suite d'une bousculade, n'est-ce pas ? Les chuunins étaient tout simplement jaloux de l'attention que récoltait ce nouveau venu, ce traître à la loyauté questionnable, plus jeune et moins gradé qu'eux, et qui pourtant était le centre de toutes les attentions. La jalousie… Un motif tellement simple, et pourtant tellement puissant…

Ils ne prendraient pas le risque d'attaquer Sasuke de front, parce ce que cela aurait été encourir de manière totalement stupide la colère de leur maître.

Mais ils pouvaient tenter de le provoquer, et le pousser à attaquer en premier…

Orochimaru sourit silencieusement. C'était la tactique intelligente : manipuler les gens pour les faire agir comme on le souhaitait, les emmener exactement là ou on les voulait…

Evidemment, dans le cas des chuunins qui s'agitaient nerveusement en contrebas, c'était terriblement maladroit et irréfléchi. Cela tenait même bien plus de la peur d'attirer son courroux que de la moindre réflexion réellement consciente…

Mais malgré tout ce serait sans doute bien suffisant.

Parce que la plupart du temps ce genre de bouton basique se révélait être bien assez pour provoquer la réaction de Sasuke. Et que même s'il voyait au travers de la pathétique tentative, sa confiance –en toute honnêteté plutôt justifiée- en ses propres capacités pouvait parfaitement le pousser à relever le gant.

Et plus encore parce que ce matin là, avant même qu'il ne croise la route des chuunins, tout son être avait été tendu d'un bouillonnement intérieur et d'une mauvaise humeur à peine dissimulée. Et maintenant qu'on la lui offrait sur un plateau, il n'allait certainement pas laisser passer une telle occasion de se défouler.

Et puis Sasuke pouvait probablement survivre en étant traité "d'animal de compagnie d'Orochimaru" (l'inventivité de la formule lui donna envie de rire), mais gare à qui bafouait son nom…

Tellement prévisible…

 

Le genin aux cheveux d'ébène se tendit soudain, et bondit dans la direction des chuunins, qui s'éparpillèrent pour laisser place à Sejiro.

Les kunaïs se rencontrèrent avec le claquement sec de l'acier contre l'acier, une note pure et haut perchée, qui dura bien après la fin de la passe, alors que les deux jeunes gens s'étaient de nouveau séparés.

 

Avec un frisson d'expectation, il changea de position pour avoir une meilleure vue sur les jeunes ninjas. Il passa de nouveau sa langue sur ses lèvres, incapable de contenir tout à fait son excitation naissante face aux deux puissances antagonistes qui se déployaient : cela, c'était Beau.

Il n'avait pas prévu de les faire s'affronter. Les deux étaient des ninjas talentueux, extrêmement prometteurs, et des pions tout aussi utiles. Mais sur des échiquiers différents.

Cela dit, s'ils avaient décidé de se battre… Qui était il pour les en empêcher? Ils ne s'entretueraient probablement pas, et le spectacle promettait d'être… distrayant.

 

Sasuke avait atterri gracieusement à son point de départ, tandis que le jeune Shenlong s'était réceptionné avec tout autant de fluidité dans la position du Tigre, main tendue et crispée devant lui, et l'Uchiha haussa un sourcil railleur.

"Ca alors ! Toi et tes copains ne vous contentez pas de vous promener sans regarder ou vous mettez les pieds et en cherchant la bagarre ? Tu sais aussi tenir un kunaï ?"

L'autre grinça des dents, et avec un cri de rage se lança vers Sasuke.

Le jeune homme para, et contre attaqua avec souplesse, parvenant à placer un coup de pied que Sejiro encaissa sans même paraître le sentir.

Le chuunin bondit, forma quelques sceaux, et soudain des bras de glace jaillirent du sol, tentant d'immobiliser Sasuke. Mais les yeux de ce dernier brillaient de l'éclat rougeoyant du Sharingan, et avec une facilité déconcertante il se contenta de brefs mouvements de côté, et les mains se refermèrent dans le vide tandis qu'il se lançait à son tour en l'air.

"Ne me dit pas que c'est tout ce dont tu es capable," gronda t'il en direction de l'autre. "Si tu veux me faire perdre mon temps, autant que ce soit de manière utile... Oh, et merci pour la technique."

L'expression normalement ouverte de Sejiro était à présent déformée par une grimace de colère, et avec un rugissement, il se jeta de nouveau dans la bataille.

 

Orochimaru ricana pour lui-même : aussi étonnant que cela puisse paraître, Sasuke ne s'était pas laissé prendre à la provocation. Mieux, il avait fait preuve de suffisamment de finesse pour retourner celle-ci à son avantage, et c'était à présent son adversaire –certes d'un tempérament facilement inflammable- qui se laissait aller à la colère.

C'était surprenant, parce que la plus grande faiblesse du cadet Uchiha (et aussi son plus grand intérêt aux yeux d'Orochimaru) était sa propension à laisser parler sa haine et sa fierté.

Il avait beaucoup progressé sur ce plan là, Orochimaru y avait personnellement veillé : il ne pouvait pas se permettre qu'un coup de sang le prive de son futur corps parce que ce dernier se serait jeté tête la première dans la bataille.

Mais la haine n'en était pas moins là et c'est ce qui le rendait si aisément contrôlable, malgré tous les progrès qu'il avait pu faire dans ce domaine.

Ou peut-être pas contrôlable -personne ne pouvait réellement prétendre contrôler Sasuke Uchiha- mais du moins si facilement manipulable, malléable : au final sa haine pour son frère était plus grande que tout le reste.

C'était un garçon incroyablement brillant, dans lequel sommeillait un pouvoir considérable; comme son frère en vérité.

Le pouvoir de l'aîné avait été hors de portée d'Orochimaru –c'était triste à dire, mais Itachi était tout simplement trop fort pour qu'il puisse espérer le vaincre en confrontation directe, et aussi bien trop intelligent. Sous bien des aspects il était excessivement prudent, froid, trop insensible. Il restait une trop grande énigme, même pour le Saninn : malgré une étude approfondie de son cas, ce dernier n'avait trouvé aucun levier visible. Itachi Uchiha était simplement bien trop difficile à manipuler.

Ce qui n'était pas le cas de Sasuke.

L'ironie de la chose n'échappait pas à Orochimaru, et il la savourait avec une délectation certaine : au final, c'était Itachi lui-même qui était responsable du point faible de son petit frère, et peut-être qu'après tout cela était parvenu à tirer une réaction de l'impassible Uchiha.

Il regrettait presque de n'avoir pas été là lorsque ce dernier avait appris la nouvelle.

 

"CA, tu ne pourras pas le copier, Uchiha."

Sejiro tendit ses bras devant lui, et de la brume sembla jaillir de sa peau, flottant autour de lui et brouillant sa silhouette.

Cela ne suffit pas pour tromper le Sharingan de Sasuke, mais alors qu'un nouveau coup de pied tournant aurait du traverser le voile moiré, le tibia du jeune homme fut arrêté bien avant de rencontrer la chair. Le brouillard s'était solidifié, formant comme des écailles de fumée aux reflets bleu et grisés, d'une texture à la fois dense et étrangement vaporeuse.

Le temps que Sasuke ramène sa jambe d'un mouvement sec, une partie de la brume s'était de nouveau modifiée, formant des lances aux formes aigues qui faillirent transpercer le membre. Il esquiva, mais l'attaque laissa tout de même dans son pantalon une large déchirure dont les bords commencèrent à s'imbiber de rouge.

 

Un nouveau rictus étira les lèvres du Saninn. Les choses devenaient intéressantes… C'était cela qui avait valu la mise en autarcie du clan Shenlong au pays de la brume.

Et qui expliquait son intérêt pour un clan autrement miteux : leur capacité héréditaire à manipuler dans une certaine mesure l'eau de leur corps, et à en faire spontanément une sorte de brume qu'ils pouvaient solidifier pour en faire des protections ou des armes plus dures encore que des écailles de dragon.

Le lignage s'était dilué au cour des générations : peu même parmi ceux du clan possédaient pleinement ces capacités. Et parmi ceux-là, c'était certainement chez Sejiro qu'elles étaient le plus développées.

Sa mère avait été violée par un ninja de la Brume et pour cela, parce qu'il n'était pas de sang pur ainsi que pour de stupides raisons d'orgueil, le fils issu de cette union n'avait jamais été pleinement accepté par le clan.

L'année de ses quatorze ans il avait retrouvé son père, et l'avait tué.

Puis il avait pris la fuite, un peu au hasard, avant que les anbu de la Brume n'arrivent.

C'était Orochimaru qui l'avait trouvé et accueilli, séduit par l'absence de remords et d'attaches ainsi que par les capacités latente du jeune bâtard ; et l'avait marqué comme sien…

 

---

 

La nouvelle menace ne paru pas déstabiliser l'Uchiha. Il ne se départie pas de son intense concentration. Après quelques tentatives supplémentaires et une poignée de shurikens gâchés sans résultat apparent, il prit du large pour éviter toute échauffourée, et forma quelques sceaux.

Un torrent de feu noya Sejiro avant que ce dernier n'esquive totalement, mais les flammes glissèrent sans dommage sur les plaques de brume étroitement encastrées qui apparurent autour du corps du jeune homme. Ce dernier eut un sourire féroce, et forma à son tour une série de signes, au moment même ou Sasuke achevait un enchaînement compliqué et plaquait sa main au sol.

"Invocation : les Crocs de la Terre !"

"Nimpô : les Dix queues du Dragon !"

La brume tout autour de lui se dilata de nouveau, et des filaments acérés jaillirent dans la direction de Sasuke à l'instant même ou le sol autour de Sejiro s'ouvrait. Une multitude de petits serpents rouges striés de noir jaillirent de la terre gelée en direction de leur proie.

Par réflexe le chuunin bondit de côté pour les éviter avec un juron coloré alors que Sasuke en faisait autant, virevoltant avec souplesse pour esquiver les pointes de brume aiguisées qui le pourchassaient.

À l’instant ou son Sharingan lui indiquait qu'il était hors de portée, un nouvel aiguillon jaillit derrière lui, hors de sa vue : seul son sixième sens et des réflexes fulgurants lui épargnèrent de finir embroché, mais la brume aiguisée emporta l'une de ses protections d'avant-bras et traça un sillon rouge dans sa chair.

Pendant ce temps Sejiro avait échappé à l'amas grouillants de reptiles en trouvant refuge dans un arbre. Des dizaines de crocs à venin s'étaient refermés sur ses jambes, mais aucun n'avait transpercé l'armure d'écailles éthérée…

"Quel gâchis stupide de chakra Uchiha… tu es vraiment pitoyable tu sais ?"

Sasuke se contenta de répondre par un regard hautain, avant de se replonger dans le combat sans un mot.

 

La puissance de chakra dégagée par les deux garçons était énorme, et empoissait l'air, provoquant chez Orochimaru les frissons d'une excitation presque douloureuse tandis qu'il observait Sasuke bondit, esquiver et feinter.

Il avait bien grandi, et son corps c'était développé au-delà de ses espérances. C'était une arme parfaite et létale, un équilibre entre puissance brute et maîtrise qui ne pouvait qu'être admiré.

Sejiro Shenlong menait, certes, et le cadet Uchiha  était sur la défensive, mais même là on pouvait sentir, on sentait, la puissance à fleur de peau. Sejiro était bon, mais bien moins que le niveau que Sasuke pourrait atteindre.

De nouveau la stimulation et l'impatience se firent presque trop fortes à l'idée que le corps du jeune homme, tout ce potentiel, serait à lui. Serait lui.

Encore un peu de patience, que le fruit soit à point et le moment propice. Et après…

Il faudrait jouer finement, parce que Sasuke savait ce que voulait son maître, et s'il avait un tant soit peu d'esprit analytique, il saurait que ce dernier ne le laisserait jamais affronter Itachi : il ne prendrait pas le risque de voir son futur corps revenir gravement endommagé –voir ne pas revenir du tout. Le risque était juste trop grand pour le saninn.

Et puis plus prosaïquement –et cela Sasuke l'ignorait- c'est que le saninn déserteur n'était pas capable de vaincre Itachi à la régulière, et que si lui le pouvait, il deviendrait non plus un pion rétif, mais un sérieux danger.

 

Le rythme de combat avait subitement changé, et Sasuke qui s'était jusque là contenté de s'économiser en esquivant durci soudain la cadence.

Lièvre. Lapin. Singe.

Chidori.

Une nouvelle lance de brume jaillit vers le jeune homme alors qu'il chargeait, mais il se contenta de l'éviter, et bondissant, prit appui dessus pour la remonter à toute allure.

Sejiro chercha à esquiver, mais même s'il en avait eu le temps, face au Sharingan c'était inutile.

Le Chidori entra en contact avec les larges plaques thoraciques au niveau du cœur.

Les éclaires bleus crépitaient contre la brume gris perle, mais sans parvenir à la pénétrer, et Sasuke augmenta la pression.

Sa mâchoire était contractée par la tension, et ses yeux écarlates cherchaient ceux de son adversaire. Sejiro grimaça et détourna le regard tandis qu'il concentrait tout son chakra à renforcer sa protection. Sur sa nuque son sceau revint à la vie dans un frémissement d'encre brûlante, et les lignes brisées commencèrent à se propager sur son visage qui apparaissait floué par la couche de brume.

Comme en réponse, le sceau maudit que portait Sasuke s'enflamma à son tour, et les marques noires se répandirent, dévorant la peau pâle.

Les deux guerriers étaient arc boutés l'un contre l'autre, les pieds fermement ancrés au sol.

Sejiro grimaça, et articula avec difficulté.

"Idiot… Venir au contact alors que tu ne peux m'atteindre mais que tu es à découvert ? Orochimaru-sama perd vraiment son temps avec toi…"

"C'est toi qui est un imbécile si tu ne connais même pas les points faibles de tes propres techniques."

Et malgré l'effort qui tendait ses traits, Sasuke sourit froidement.

Sejiro pâlit soudain, et la volonté de chakra oppressant autour de lui disparu, comme la  flamme d'une chandelle mouchée par un courant d'air.

"Si tu veux pouvoir bouger, les plaques d'une armure ne peuvent pas couvrir l'intérieur des articulations," annonça sereinement Sasuke. "Et lorsque tu t'es concentré pour te protéger du Chidori et que ton sceau s'est activé, tu en as oublié de maintenir la protection supplémentaire que tu utilisait pour couvrir le creux du genoux… C'était une erreur."

Le Chidori se dissipa, et Sasuke recula tandis que leurs sceaux respectifs se résorbaient. Il dû lutter pour contenir le sien, alors que celui de Sejiro se dissolvait en même temps que son armure qui se dissipa en fins nuages immédiatement cristallisés par le froid.

Il tituba un instant, et tomba à genou.

"Tu n'aurais pas du mépriser la présence des serpents parce que tu pensais qu'ils étaient impuissants contre ton armure."

Il s'accroupit et posa une main en terre. Tous les serpents noir et rouge qui parsemaient la zone de combat disparurent, sauf un, qui s'enroula autour du poignet de Sasuke. Ce dernier le porta à hauteur de ses yeux et salua formellement.

"Merci pour votre aide."

Le reptile le foudroya du regard.

"Renvois moi, humain. Il gèle à pierre fendre ici."

Sasuke hocha la tête, et dans un nuage élégant le reptile se volatilisa.

"Ce sont des serpents de terre," informa aimablement le jeune homme en direction du Shenlong qui suffoquait. "Leur venin est foudroyant, et devrait finir de paralyser ton système respiratoire d'ici quelques minutes…"

Il toisa les chuunins restants qui se tenaient sur la périphérie du champ de bataille labouré par les jutsus, hésitant entre porter secoure à leur chef et laisser la querelle s'achever.

Avant que Sasuke n'ait pu ouvrit la bouche, une voix impérieuse claqua comme un fouet dans l'air redevenu silencieux.

"Emmenez le à Kabuto. Il a les sérums nécessaires."

En un éclair les chuunins et le corps de leur partenaire eurent disparu, et il ne resta plus que la silhouette soudainement rigide de Sasuke.

"Orochimaru-sama."

"Combat intéressant, Sasuke-kun."

Le jeune homme haussa les épaules.

"Il est fort, mais imprudent. Et il s'appuyait trop sur une seule et même technique."

Orochimaru siffla entre ses dents et se laissa tomber au sol.

"Toi aussi tu as fait des erreurs, Sasuke-kun," souffla t'il en tournant autour du jeune homme qui se contenta de fixer le vide droit devant lui. "Sejiro-kun avait raison, t'exposer si près alors qu'il avait les mains libres était risqué…"

"L'attaquer directement était nécessaire pour provoquer l'élément de déconcentration dont avait besoin le serpent. Il était persuadé de sa supériorité : les chances qu'ils ne réagisse pas en me poignardant étaient très élevées."

"Oh ? C'était un pari risqué."

"Mais qui s'est révélé payant. C'était un risque nécessaire et calculé. N'était ce pas ce que vous préconisiez Orochimaru-sama? 'Vois loin, lis ce que te révèlent les mouvements de ton adversaire, et tire en profit. Si cela est nécessaire, tu ne dois pas hésiter à mettre ta vie en jeu. Un guerrier qui hésite est un guerrier mort.'"

Le sannin le fixa un instant.

Et éclata de rire.

"En effet. Tu m'étonnera toujours Sasuke-kun…"

 

Soudain le ton badin disparu. En une fraction de seconde le ninja se trouve face au jeune homme, et agrippa son bras blessé, goûtant le sang qui suintait de la plaie.

"Il faudra soigner ça... » Il releva la tête. « Dis moi, Sasuke-kun. Que penserais tu de la mort simultanée de deux sujets d'expérimentation gardés dans un lieu d'accès totalement restreint?"

Le jeune homme se figea, et hésita avant de répondre.

"J'en penserais que c'est un peu étrange… Mais qu'il y a de fortes chances pour qu'ils n'aient pas survécu aux expérimentations. Surtout si c'est vous qui les meniez, Orochimaru-sama."

Le saninn sourit froidement.

"Haa… Réponse intéressante.... Et que dirais-tu si la nuit de la mort des deux sujets en question, un peu avant l'aube, les gardes avaient été dérangés par un serpent, suffisamment selon eux pour que quelqu'un puisse passer…"

"J'en dirais que ça serait peut être suffisant pour que quelqu'un entre, mais comment serait-il sortit ? » Il se tue un instant avant d’ajouter : « Et je demanderais si le serpent en question était une créature ninja ou non."

Orochimaru laissa peser le silence quelques secondes supplémentaires, et malgré son impassibilité apparente il sentit le jeune homme qui lui faisait face se tendre un peu plus. Il le dissimulait bien, mais la ligne raide de sa nuque, tous ses muscles contractés trahissaient l’effort qu’il faisait pour rester insensible.

La question était de savoir si cette tension était due à la conversation –l’interrogatoire-, ou si c’était une réaction à la fatigue du combat, et à sa propre proximité avec le jeune Uchiha.

Il siffla doucement.

"Admettons qu'il l'était. Et que d'après les gardes, c'était un serpent d'une dizaine de mètres de longs. Qui aurait menacé de les tuer parce qu'ils avaient effrayé sa proie."

Sasuke resta silencieux un instant.

"Quand était-ce ? Il ne s'agit pas d'un exercice théorique, n'est-ce pas ?"

"En effet, c'était il y a deux nuits. Peut-être as tu une explication à me fournir sur l'implication d'une invocation, Sasuke-kun ?"

Le saninn tournait de nouveau autour de lui, très –trop- proche, son souffle agitant faiblement les mèches plaquées par la sueur.

Le jeune homme inspira brièvement.

"Il y a deux nuits je n'arrivais pas à dormir, et je suis allé m'entraîner en forêt. Nanigi ne demande pas de sacrifices humains quand on l'invoque, mais la possibilité de chasser. » Sa voix était ferme. « Je l'ai donc laissée aller à sa guise après en avoir fini avec elle. J'ignorais qu'elle irait effrayer les gardes, Orochimaru-sama. Cela ne se produira plus."

Le saninn plissa les yeux. Il ne mentait pas ?

"… C'est une explication satisfaisante, Sasuke-kun. Donc d'après toi c'était une coïncidence ?"

Sasuke soutint sans ciller le regard jaune.

"Oui."

"… Bien bien…" Il passa son doigt dans la plaie et porta sa main souillée de sang à sa bouche, lapant la traînée écarlate qui gouttait entre ses doigts.

"Va faire soigner ça. Et qu'il soit clair que je ne tolèrerait pas d'autre pugila de cette sorte entre ninjas du Son."

"A vos ordres Orochimaru-sama."

 

Il ne quitta pas le jeune homme des yeux jusqu'à ce que ce dernier ait disparu. Même s’il aurait été stupide de ne pas s’en assurer, il n'avait pas vraiment douté de la non-implication de son protégé –cela n'aurait eu aucun sens.

Sasuke était bien trop dédié à la poursuite du pouvoir, trop obsédé par la nécessité de devenir fort et de tuer son frère pour prendre ce genre de risque absurde. Bien trop aveuglément dédié à la tache qu’il s’était fixé…

Tellement prévisible, et si fier…

Mon futur corps…

Il passa la langue sur ses lèvres.

Bientôt, très bientôt…