Confontation(s).

par goldenpair

Long Way To Go.

 

Chapitre 18 : Confrontation(s).

 

Ils étaient tous assis dans leur parc, celui qui avait fait naître tant de souvenirs. Il ne manquait plus Neji et Tenten. Les filles rattrapaient le temps perdu, surtout la rose. Sakura voyait Hinata épanouie, libre et heureuse. Naruto avait retrouvé son regard pétillant et son sourire rayonnant. Shikamaru était toujours aussi blasé et il dormait sur les genoux de Temari. Cette dernière essayait de le réveiller mais en douceur. Ino était constamment accroché à Kiba.et Kiba avait le nez plongé dans les cheveux de la blonde en lui murmurant je ne sais quelles idioties pour que la blonde ait le sourire aux lèvres comme jamais.

Et Sasuke, observait comme Sakura tout ce beau monde, leurs amis. Leurs regards se croisèrent. Ils s’observèrent. L’un la trouvait encore plus belle qu’avant. L’autre trouvait qu’il paraissait triste et mélancolique. Elle entendit le portable d’Hinata sonner. Elle prit l’appel et s’éloigna quelque peu du petit groupe. Non loin de nos amis et quelques minutes auparavant, dans un immense manoir, deux personnes discutaient tout en se préparant pour sortir à l’extérieur. C’était une jeune fille du nom de tentent et un jeune homme du nom de Neji. Le réveil de ce matin ne fut pas sans surprise pour nos amis.

 

Flash Back :

 

Tenten se sentait apaisée, calme. Reposée et au chaud dans les bras de Neji. Les bras de Neji ?! Elle ouvrit les yeux brusquement et se redressa très rapidement. Ce qui eu pour conséquence de réveiller le brun, qui ouvrit difficilement les yeux. Tenten ne bougea pas d’un pouce, tétanisée, ne sachant pas comment réagir face à la situation. Elle aperçu alors l’heure afficher sur le cadran du réveil :

_ Quoi, dix heures quinze ! S’écria Tenten.

_ Bon sang Tenten, ne cries pas, dit Neji toujours pas véritablement réveillé.

La phrase fit alors tilt dans l’esprit de Neji : « Tenten ?! ». Il ouvrit complètement les yeux pour rencontrer ceux chocolats de celle avait qui il avait partagé son lit. Ils se regardèrent pendant un moment qui sembla une éternité. Puis sans crier gare, Tenten éclata de rire. Neji sourit, la première fois depuis des lustres :

_ Cela te prends souvent de rire comme ça ? Questionna Neji.

_ Tu verrais ta tête ! Ria-t-elle.

Elle continua son fou rire, avant de reprendre :

_ Le grand Neji Hyuuga, décoiffé, mima-t-elle avec ses mains, et un léger filet de bave, finit-elle.

Neji tiqua à « décoiffé et filet de bave », il s’empara d’un coussin et le lança droit sur le visage de Tenten. Celle-ci se stoppa net et fit un regard des plus noirs à Neji. Elle prit alors le coussin que Neji lui avait lancé et se rua sur lui son arme à la main. Une bataille de coussins s’entama.

Après avoir massacré tous les coussins et polochons de la chambre, Tenten ne s’avoua pas vaincu. Mais lorsqu’elle fonça sur le brun, elle se prit les pieds dans les draps qui traînaient suite à la bataille. Elle fut rattrapée in-extremis par Neji. Ils étaient dans les bras l’un de l’autre et s’y sentaient bien. Tenten avait la tête posée sur le torse du brun et n’osa pas bouger de peur de briser cet instant et qu’il se termine. Elle releva timidement la tête pour croiser le regard laiteux de Neji. Un regard où elle perçu du désir mais aussi de la retenue. Elle ne bougeait plus. Neji vit dans les yeux de la brunette de l’hésitation. Elle ne savait pas ce qu’elle devait faire. Elle ne savait plus quels étaient les sentiments de Neji à son égard, si sentiments existaient toujours. Elle se frappa mentalement. S’il ne l’aimait pas un minimum, il l’aurait rejeté ce matin. S’il la détestait ; il ne serait pas là à se regarder dans le blanc des yeux pour savoir quoi faire. Tout doucement Tenten rapprocha son visage ou plutôt ses lèvres de celles de Neji. S’il ne l’aimait plus, autant en avoir le cœur net. Elle ferma les yeux et continua de s’approcher du visage de Neji. A quelques centimètres l’un de l’autre, Neji craqua et embrassa Tenten.

 

Fin Flash Back.

 

Non pressés, ils avaient déjeuné tranquillement. Cet après-midi, ils n’avaient pas cours et ils allaient en profiter. Ils allaient donc flâner dans le centre ville. A peine avaient-ils franchi le seuil de l’immense manoir que Tenten reçu un message d’Hinata lui indiquant qu’ils s’étaient tous installés dans le parc. Elle le signala à Neji et ils partirent finalement en direction du parc. Arrivés à l’entrée de ce dernier, Tenten appela Hinata pour savoir où il s’étaient installés :

_ Hinata ? Demanda Tenten. Oui on est à l’entrée du parc, vous êtes où ? , …, Ok, …, non Ne…atte, …, ne put-elle dire coupée dans son élan par les lèvres de Neji.

A l’autre bout du fil, Hinata se posait de réelles questions sur la santé mentale actuelle de son cousin :

_ Tenten ?! Tenten ?, …, elle soupira, NEJI VEUX-TU BIEN LACHER TENTEN CINQ SECONDES, QUE JE PUISSE LUI EXPLIQUER OU L’ON SE TROUVE ?!!!! Cria-t-elle pour être sûre que son cousin l’entende, ce qui fit sursauter toutes les personnes à proximité, surpris d’entendre quelqu’un crier et surpris d’entendre Hinata crier après son cousin de lâcher sa normalement « ex-petite amie ».

Elle entendit un rire grave à l’autre bout du fil, avant d’entendre de nouveau la voix de Tenten bégayante qui cherchait de s’expliquer de la situation. Hinata lui expliqua finalement le chemin à prendre pour le rejoindre.

Après cinq minutes les deux tourtereaux arrivèrent sous les sourires, les sifflements et les applaudissements de tout le groupe. Tenten était des plus gênée et Neji affichait un regard rieur et heureux, pas plus. Glaçon un jour, glaçon toujours.

En apercevant Sakura dans les rangs, Tenten se jeta à son cou comme au bon vieux temps.

La fin de l’après midi passa rapidement sous les rires de notre groupe d’amis de nouveau réunis. Tenten expliqua sa situation et fut soulagée de se savoir soutenue par ses amis. Sakura raconta son année passée avec son grand-père. Mais les pitreries de Naruto et de Kiba remirent tous le monde de bonne humeur.

De son côté Sakura craignait la confrontation avec son grand-père. Elle était très en colère contre ce dernier, elle s’est sentie trahie par le dernier membre de sa famille. Mais elle avait aussi peur  de ce qui allait se passer. Elle craignait de ne jamais pour revoir ses amis. Elle rentra donc chez elle presque à reculons. Son nouveau téléphone vibra, elle le regarda et vit que c’était un message de Temari  et Shikamaru. Elle souri, ils ne séparaient plus d’une semelle :

De : Temari.

A : Sakura.

Message : «  Courage, ma fille ! Montres-lui qui est la patronne ! Galère, on est derrière toi ! »

 

Son téléphone vibra de nouveau, plusieurs messages arrivèrent :

 

De : Hinata.

A :  Sakura.

Message : «  Fais lui sa misère ! Naruto. Ne crains rien, tu es forte ! Hinata. »

 

De : Tenten

A : Sakura

Message : « Vas-y Saku, t’es la meilleur ! Tenten. Hn, Neji »

 

De : Ino

A : Sakura

Message : «  Si ce vieux schnock ne veut pas te lâcher, tu viens à la maison ! Ino. Je te souhaite bon courage, Kiba. »

 

De : Sakura

A : Temari, Shikamaru, Tenten, Neji, Hinata, Naruto Ino, Kiba

Message : Merci à tous, ça me touche énormément ! Saku.

 

Elle était devant le bureau de son grand-père. Elle inspira une grande goulée d’air avant de frapper trois coups à la porte en bois massif. Elle entendit la voix de son grand-père crier un « entrez » sonore. Elle ouvrit la porte, prête à en découdre. Son grand-père leva les yeux de ses feuilles. Ce dernier remarqua que quelque chose avait changé dans le regard de sa petite fille :

_ Sakura ! Que me vaut l’honneur de ta présence dans mon bureau ? Demanda-t-il.

_ Oh c’est très simple, je voulais savoir pourquoi tu détournais mes mails et y répondais à ma place ?

_ De quoi parles-tu, voyons ! Dit-il en fronçant les sourcils.

_ Arrêtes de te moquer de moi ! Tu n’as pas réussi à prendre le contrôle de la vie de maman, alors tu te venges sur moi ! Tu as voulu faire de moi quelqu’un comme toi ! Tu as voulu m’éloigner de mes amis ! Et pour ça je te ne le pardonnerais jamais. Tout ce que tu cherche à faire c’est détruire la vie des gens ! Tu étais ma seule famille ! Celle qui me restait ! Mais tu ne m’a jamais considéré comme tel, je n’étais qu’un bout de viande qui te servais de marionnette !

 

Des larmes de rage était apparues sur le visage de Sakura :

_ Je fais mes valises et je m’en vais ! Adieu grand-père, dit-elle sèche.

Elle quitta le bureau et se dirigea vers sa chambre pour ses valises. Elle ne restera pas une minute de plus dans cette maison. Elle appela Ino pour savoir pour qu'elle lui donne un coup de main et surtout pour savoir si sa proposition de l'héberger tenait toujours. Une heure plus tard, Ino et Kiba l'aidaient à descendre ses valises. Son grand-père la regardait partir un sourire aux lèvres :

_ Elle est aussi caractérielle que toi ma fille, elle aurait fait une excellente chef d'entreprise, mais elle sera un grand médecin, je n'en doute pas.

 

Dans une autre majestueuse demeure, un conseil de famille avait été demandé et se tenait maintenant dans le salon  :

_ Nous avons une proposition à te faire, déclara le père. Que dirais-tu que de coprésider la Uchiha Corp. ?

_ Vraiment ? S'étonna le brun.

_ Oui, vraiment, dit le paternel.

_ C'est une idée de ton frère, informa Mikoto.

_ Je ne sais pas quoi dire, répondit Sasuke.

_ Accepte, dit sa mère en prenant ses mains dans les siennes.

_ Malheureusement je ne peux pas...

_ Et pourquoi ? Je croyais que le poste t'intéressait...

_ Il m'intéressait en effet, mais plus maintenant, aujourd'hui avec des amis je vais créer mon propre avenir. Merci de me faire confiance.

Il embrassa sa mère sur la joue et alla rejoindre sa chambre. Il alluma son ordinateur et consulta quelques vieux fichiers qu'ils devaient effacer, il tomba alors sur la lettre qu'il avait à peine commencer, il allait l'effacer quand il regarda la date et l'heure de la dernière mise à jour. Il cligna plusieurs des yeux pour être sur de voir ce qu'il y avait d'écrit. Cet idiot l'avait enregistrer dans son ordinateur. Il venait de signer son arrêt de mort. Il s'excuserait auprès d'Hinata pour ça. Comment avait-il oser lui donner ! De toute manière elle ne s'en souviendrait pas alors à quoi bon... Elle avait fuit la première fois elle fuirait la deuxième fois.

Il éteignit son ordinateur et alla s'allonger sur son lit, il venait de refuser le poste qu'il désirait depuis plusieurs années pour quelque chose qui n'existe pas encore et qui peut être n'existera jamais. Il s'endormit sur ses sombres pensées comme à chaque depuis près d’un an.

 

Ils étaient tous en classe et attendaient le début des cours. Sakura souriait de nouveau comme avant, tout comme le reste du groupe sauf Sasuke. Ce dernier lançait à un Naruto hilare des regards dès plus noirs. Hinata essayait de comprendre cette haine soudain envers son petit-ami, mais ne réussit pas à comprendre. Elle fit comprendre à son aimé ce qui se passait et regarda en direction de son meilleur ami et comprit enfin ce qui lui valait cette aura meurtrière:

_ Merde, je suis mort, murmura le blond.

Il se leva, suivit de près par le brun. Les deux amis se retrouvèrent dans les toilettes pour garçons, tant pis s'ils manquaient le premier cours :

_ Pour qui tu te prends ?! Cupidon ?! S'écria Sasuke.

_ Non ! Mais on en a marre de voir te morfondre ! De jouer les fantômes ! Quand elle était là, tu souriais, tu riais, aujourd'hui tu n'es plus que l'ombre de toi même ! Je voulais simplement t'aider ! Je suis ton meilleur ami mais ces derniers j'ai l'impression d'être un étranger ! Alors oui je le lui donner ! Qu'est-ce que tu as perdre, elle n'est même pas signée... Qu'est-ce qui c'est passé Sasuke, ce jour-là, avant l'accident ?

Sasuke avait l'esprit plonger dans ses souvenirs, il fut ramener à la réalité par une voix fluette :

_ Naruto ? Sasuke ? S'enquit la voix.

Sasuke voulait retenir Naruto de parler mais il n'en eu pas le temps :

_ Oui on est là, répondit le blond.

Sakura poussa doucement la porte des toilettes des garçons, se sentant comme une aliène dans ce monde d'homme. Naruto sortit rapidement sans laisser le temps aux deux autres de répliquer quoi que se soit.

Sakura n'osait pas le regarder dans les yeux, malgré tout elle commença à parler :

_ Tout va bien ? Questionna-t-elle un peu bêtement.

_ Hn.

_ Le cours va commencer, on devrait y aller, signala la rose.

Elle commença à partir à son rythme. Elle allait franchir la porte mais une main la retint…

 

Samuel Beckett a dit : « Essayes encore, échoues encore, échec profitable ». Sasuke devrait surement tirer de cette citation une bonne leçon…

 

Fin du chapitre 18 : Confrontation(s).