La rencontre avec Hebi.

par miss_maiiny

Chapitre 1 : La rencontre avec Hebi.

 

Ils se faufilèrent rapidement dehors, ils étaient trois, l’une tenait le poignet d’un autre et le tirait : il semblait dormir à moitié, et le dernier fermait la marche en jetant des regard furtifs derrière lui : apparemment personne, mais il fallait se méfié. La nuit était déjà bien avancé et le village de Konoha semblait s‘être assoupis. Les trois personnes arrivèrent devant le palais de l’Hokage, ils entrèrent et bousculèrent quelques gardes aux passage.

«  Nous devons voir l’Hokage, dit rapidement l’un des trois en continuant sa route. »

Ils arrivèrent vers une porte, ils semblaient la connaître, sans prendre la peine de frapper la fille y pénétra, réveillant la femme qui était affalé sur le bureau, cette femme était blonde, elle avait une allure jeune, ses cheveux coiffé en deux couette basse et une poitrine opulente. D’un mauvais air, d’abord, Tsunade regarda les jeunes qui étaient entré dans son antre sans cérémonie, puis, elle les reconnus , deux garçons et une fille, l’un était la réplique du Yondaime, il était blond, ses cheveux retombant indiscipliné sur sa nuque, avait des yeux azur pétillant et trois « moustache » se formait sur chacune de ses joues, il était habillé d’une veste et d’un pantalon noir très simple, l’autre était roux, teint rosé, jarre dans le dos, avait un air mystérieux et sur son front se dessinait un kanji de l’amour, il portait un pantalon noir par-dessous une tunique pourpre relié par une cuirasse beige et la jeune fille avait des cheveux ébène qui jouait avec le bas de sa nuque et deux yeux d’un très étrange violet, elle arborait un pantacourt noir par-dessous une jupe de la même couleur que ses pupilles et une veste noir se stoppant à l’avant bras. Ils étaient tous les trois à peu près de taille égale, taille assez petite si l’on considérait qu’ils avaient dépassé les quinze ans. La blonde se leva et passa devant eux pour fermé la porte puis elle revint à leurs hauteurs et les re-jaugea :

- Naruto, Gaara, Sayuri, les espions du Sandaime depuis, euh…9 ans, je me trompe ? Je ne vous attendais pas ce soir.

- Nous non plus, fit remarqué Naruto en baillant.

- Problème de parcours ? demanda l’Hokage en souriant.

- On va dire ça comme ça.

- Très bien, nous allons passé les détails de cette évasion prématuré avant que l’autre ne lance ses troupes dans Konoha et ne viennes me souhaiter une bonne journée. Le Sandaime m’a laissé une mission pour vous, de quoi vous éloigner du village le temps qu’on arrange les choses avec Danzo et le conseil.

- Laquelle ?

- Détruire Akatsuki.

- Akatsuki… Akatsuki… ça me dit quelque chose, remarqua le blond en faisant mine de réfléchir.

- C’est… euh… Ceux qui veulent notre peau, je crois…ajouta la Kunoichi en se prenant au jeu de son ami.

- Donc, si j’ai bien compris il voulait qu’on aille voir ceux qui veulent nos bijuus et qu’on les tues, au risque qu’ils nous capturent, c’est vrai que c’est intelligent, termina Gaara.

- Il a dû bien s’amuser avec vous le troisième si vous n’arrêtiez pas de le contredire. Mais il avait dû prévoir votre réaction. Vous ne serez pas seul, enfin, y’a juste un petit bémol : votre futur coéquipier a déserter.

- Un petit bémol ? s’égosilla Naruto.

- Oui, mais, point positif il ne sera pas si dur que ça à trouvé, il a été aperçut vers le village de Kirigakure ces derniers temps, et, on a la certitude qu’il va passer vers le pays du feu, vous pourrez le coincé par là, vers la frontière. Il se déplace avec trois autres personnes.

L’Hokage leur tendit deux rouleaux de parchemin.

- Dans le premier vous trouverez quelques infos pour vous aidez à trouver Uchiwa Sasuke, le second contient toutes nos infos sur Akatsuki. Bref, dépêchons-nous avant que Danzo ne rapplique, je vous ouvrirais les portes du village, vous pourrez sortir sans trop vous faire remarquer.

Les trois adolescent la remercièrent rapidement. Le jour commençait à se dévoiler. Tsunade les conduit aux portes du villages pour qu’ils puissent en sortir. Elle ordonna aux gardes, surpris, de les ouvrir, et les jeunes quittèrent ainsi et sans regret le village caché de la feuille.

- Bon, l’un de vous peut se repérer sur une carte, moins j’y comprend rien à se charabia.

- Baka, Tu comprend jamais rien de toute façon, lui dit la Kunoichi brune en prenant le parchemin des mains du blond.

- C’est quand même pas de ma faute si on a jamais quitté le village.

- Oui, mais quand il s’agit de trouvé un restaurateur de Ramen même la carte est inutile, susurra Gaara dans un ton chargé de sous-entendu.

Naruto grimaça au très mauvais souvenir auquel son ami venait de faire allusion. La brune regarda quelques minutes la fameuse carte puis un sourire se dessina sur ses lèvres.

- Par-là, annonça-t-elle.

Les jinchuurikis commencèrent, donc, leur longue route pour trouver leur dernier coéquipier, dans un petit silence appréciateur. Lorsque le jour fut complètement levé et le soleil à son zénith aucun d’eux n’avait encore ouvert la bouche.

- Je ne cerne pas trop l’histoire de l’Uchiwa, commença Gaara.

- Pourquoi ? demanda Sayuri.

- Son frère assassine tout son clan, Sasuke cherche à obtenir de la puissance pour le tuer….

- Jusque là… interrompit Naruto.

- Mais, ce que je comprend pas c’est pourquoi il a déserter.

- Bah, la puissance, Baka ! recoupa le blond.

- Mais en désertant il a fait exactement comme son frère, non ?

- Et c’est ça qui te dérange ?

- Oui.

- Et ben tu lui posera la question quand on sera devant lui, lança, amusé, la Kunoichi.

- J’y compte bien.

- On doit encore marcher loooongtemps ? se plaignit Naruto.

- Laferme !!

- C’est pas gentil d’insulter tes coéquipiers, Sayu-chan, je croyais que le vieux Sarutobi te l’avait fait comprendre.

- … Il me manque, pas vous ? interrogea la brune, après un silence, yeux fixé résolument sur la route.

- Si. C’est grâce à lui qu’on a échappé à Danzo, je me rappelle encore de la première fois qu’on la vue, on été terrorisé qu’il aille le voir et lui raconte que nous étions sortis sans son accord, dévoila nostalgiquement Gaara.

- Oui, j’était une adepte du « Danzo-sama » à cette époque, rigola Sayuri.

- Il ne serait pas mort je m’occuperai bien de ce Orochimaru, déclara Naruto en serrant les poings.

Flash Back :

Sayuri, Naruto et Gaara se trouvaient sur le terrain d’entraînement à la nuit tombante, aujourd’hui Konoha venait d’essuyer une attaque, vite repousser, heureusement, mais les trois apprentis du Sandaime avait hâte d’entendre parler des détails. Mais le Sandaime n’arriva pas… à la place un homme d’environ une cinquantaine d’année, une masse de cheveux blancs surprenant et une tenu ridicule blanche, rouge et grise s’approcha d’eux. Le premier réflexe des trois enfants de treize ans fut de ce mettre en positions de combat :

- Qui êtes vous ? interrogea Gaara.

- Je suis Jiraiya, et vous, vous êtes les espions du troisième. J’étais son disciple, aucun risque que j’aille voir Danzo, calmez-vous les enfants.

- Pourquoi n’est-il pas venu, lui ?

- Il est mort.

- QUOI ?! s’exclamèrent dans un ensemble les trois shinobis.

- Pouvons nous, seulement, vous faire confiance ? continua le roux la voix tremblante.

- J’étais son disciple, je viens de vous le dire. Et pour la confiance il faudra bien, je prends votre entraînement en charge à partir d’aujourd’hui.

- Qui…qui l’a tué ? demanda Sayuri en essuyant ses yeux d‘un revers de main ne laissant pas le loisir à ses larmes de perler.

- Il s’appelle Orochimaru.

- Il n’est pas mort ?!

- Mal en point, tout au plus, mais ce n’est qu’une question de temps, je pense, à en croire vos tête, mais, restez sage, ce n’est pas encore l’heure d’exécuté le plan, disons que vous aurez le loisir de vous en occupé dans quelques années. Maintenant je vais vous apprendre à invoquer des animaux, et toi, Naruto, il y a une technique que tu peux maîtriser que j’aimerais t’enseigner, plus tard. Je ne suis pas aussi disponible que le Sandaime, je ne serais pas là chaque soir, mais, vous devrez vous entraîner lors de mes absences quand même…

Fin de Flash Back.

- Moi aussi, déclara évasivement le roux.

- A votre avis, ce sera comment quand on rentrera à Konoha ? J’veux dire, on connaît rien là-bas à part les endroits où Sarutobi-Ojii-chan [NDLA : sauf aberration de ma part « papi/grand-père Sarutobi » ] nous emmenaient…

- Bah ! T’inquiète pas pour ça Sayuri, on sera intégrer au village, comme des shinobis normal, on aura des missions et tout.

- Oui, je pense aussi, appuya Gaara. Et puis la nouvelle Hokage, Tsunade, elle a l’air de savoir ce qu’elle fait quand elle dit qu’elle va « arranger les choses » avec Danzo.

- Mouais, j’espère en tout cas, car après « la vie caché aux yeux de tous » j’ai franchement pas envie de passer à l’épisode « la vie de ninja rejeté de leur village pour éviter l’influence d’un manipulateur-qui-veut-prendre-le-contrôle-de-Konoha avec l’appuie du conseil. » , ironisa la Kunoichi.

- Il est long le titre de ton deuxième épisode, rigola le blond. Par pitié, une pause, j‘en peux plus de marché moi.

Les deux coéquipiers de Naruto le regardèrent, et, sous son regard azur suppliant les deux ninjas consentirent à s’arrêter. La brune regarda la carte où les notes de l’Hokage leurs indiquaient le chemin pressentit pour « croisé » leur partenaire.

- Si on ne traîne pas trop et que l’Hokage ne c’est pas trompé, avant ce soir on les retrouvera, finit par lâché Sayuri.

- Allons-y alors, qu’est-ce qu’on attend ?

- Je te rappelle que c’est pour toi que nous nous reposions, répliqua la jeune fille en regardant d’un air faussement outré le blond.

Puis, d’un accord qui sembla commun, les trois jinchuuriki éclatèrent de rire. Ils reprirent leurs route, mais, le sérieux dont-ils avaient fait preuve jusque là n’y était plus. Désormais ils donnaient plus l’air d’être une bande de trois adolescent se promenant dans la joie et la bonne humeur plutôt que trois adolescent qui avaient pour but et mission faire tomber une organisation de criminel de rang S en risquant de se faire capturer, par cette même organisation, et tuez en se faisant dépossédé de leur colocataire respectif.

Leur bijuu… scellé dans leurs corps depuis leurs plus jeunes âges, les trois jeunes personnes ne s’en formalisait plus. Après quelques heures de marche et rire entre frères et sœurs, après n’avoir que croisé des marchands et des touristes, après avoir pris une bifurcation par un sentier menant dans une forêt, c’est après tout cela qu’ils rencontrèrent quatre personnes passablement en pleine dispute, qui contrastait parfaitement avec leurs état de joyeuseté soudaine. Les jinchuurikis dévisagèrent les personnes leurs faisant face : trois homme et une femme, des adolescent aussi, peut-être certains plus âgés qu’eux, la jeune femme était grande, rousse et avait des lunette à contour noir, le second avait des cheveux blanc, des yeux bleu-gris et une dentition apparente à celle d’un requin, le troisième était d’un roux banal et son visage reflétait un air serein et apaisant, et enfin, le dernier était à l’écart, et ne prenait pas part à la discutions, il était grand, musclé, ses cheveux était de jais, ses yeux était passé d’une couleur noir sombre, onyx, à celle de rouge sang formé avec trois virgules, l’équipe Hebi au grand complet. Deux des membres de cette dernière s’étant levé et préparé à un combat possible.

- Je suis déçu, déclara Naruto. Même pas besoin de les chercher.

- Qui êtes vous ? demanda le brun de Hebi.

- C’est lui l’Uchiwa ?

- Mais, regarde ces yeux, Baka ! signala Sayuri au blond qui avait, sans réfléchir, posé cette question.

- Maintenant que tu m’le dit.

- A moins que vous teniez à mourir, répondez à ma question, qui êtes vous ?

- Tu te penses supérieur à ce point ? ricana, sans conviction, le roux.

- Nous venons de Konoha… pour te parler.

- Je ne vous ai jamais vu là-bas, et puis, si c’est pour « essayer de me ramener » c’est franchement pas la peine.

- On veux pas te ramener, et on se serait passé de ce détour, mais, vo…notre nouvelle Hokage à une mission pour nous, disons que, si tu accepte, se sera ton passeport « retour » pour Konoha, informa la brune.

- Vous n’avez toujours pas répondu à ma première question, qui êtes vous ?

- Bon, les présentation, si tu y tiens, intervint Naruto. Je suis Naruto Uzumaki, lui c’est Gaara no Sabaku et elle, Sayuri Kitagaki, content ? Et dit à tes amis de ranger les crocs si ils veulent toujours être en vie dans une dizaines de minutes.

- « ils ont tous les trois un Chakra puissant voire inépuisable… et apparemment ils en ont même deux formes différentes, je ne les ai jamais vus à Konoha, qui sont-ils ? » songea Sasuke Uchiwa. Et cette mission ?

La réplique du blond n’avait pas calmer les ardeurs des deux membres prêt à se battre, portant respectivement les noms de Karin et Suigetsu, au contraire, ils semblaient y être encore plus engagé maintenant.

- Détruire Akatsuki.

- Ça ne m’intéresse pas.

- Et on est sensé faire quoi là ? s’exaspéra le blond en se tournant vers ses deux coéquipiers. On a essayé et échoué, tant pis, cette version est vrai et conviendra à l’autre vieille.

- Naruto !! Si, Ojii-chan a voulu qu’on l’ai pour coéquipier je pense que ce n’est pas pour rien, signala la brune. Quoi que… c’est quand même tentant de t’écouter.

- Pff! Le vieux Sarutobi a sans doute perdu la têéééé… sous le regard meurtrier que lui lançait la jeune fille, Naruto jugea préférable de ne pas terminer sa phrase.

- Sarutobi ? Le Sandaime Hokage ? interrogea le brun gardant son calme déconcertant.

- Oui, approuva Gaara.

- C’est pas que cette échange m’ennuis… en faite, si, il m’ennui, écoute Sasuke-kun, on te donne l’occasion de tuer ton frère et son organisation, choisis, mit à plat Naruto.

- Pourquoi voulez-vous les détruirent ? Ce n’est pas une simple mission, je me trompe ?

- Non. Et tu découvriras assez rapidement nos raisons, quelques soit ton choix, car tes deux amis attendent de nous sauter dessus, déclara, amusé, le roux. Alors ?

- C’est d’accord…

- Quoi ?! Mais Sasukeee, intervint Karin.

- Je vous suis, mais, j’impose une condition, je tiens à tuer moi-même Uchiwa Itachi et on s’occupe de son cas en premier, ensuite, je vous aiderais pour les autres. Quand à mes coéquipiers leurs choix est libre, je n’ai pas d’ascendant sur eux.

- Je veux toujours m’occuper de Kisame, rappela Suigetsu. Et je n’ai rien d’autre à faire de très intéressant. Je reste.

- Je reste aussi, déclara le seul de l’équipe n’ayant pas encore ouvert la bouche, Juugo.

- …Et toi Karin ? interrogea Sasuke devant le silence apparent de la Kunoichi.

- « …en même temps il y a Sasuke, mais… leur mission sera beaucoup plus longue… »

- Karin ?

- Je vous suis…

C’est ainsi que l’équipe Hebi se joignit à celle des jinchuurikis de Konoha. Dans un seul but : détruire Akatsuki. Ces adolescents mesuraient-ils la puissance de leurs futur adversaires ? … peut-être…