Prologue

par elane

Premier jour

 

Mon Dieu pourquoi ! Neji a beau retourner encore et encore la question, la réponse est toujours aussi désespérante. En soupirant, il lève les yeux sur Tenten qui est affalée sur la table à côté de son bol de ramen fumant, recouverte de terre, les cheveux défaits, la tunique en lambeaux. Lee, quant à lui, est à moitié assommé par le poing rageur de Tenten et ronfle sur sa chaise, une expression de parfaite béatitude étalée sur le visage. 

Et il doit bien admettre que lui-même n’est pas en meilleur état.

Mais quelle mouche l’avait piqué ce jour-là ! En regardant son élève s’avancer dans l’arène, persuadé de sa victoire face à son frère, il s’était emporté. Lui. Neji Hyûga. Emporté.

Sur le papier, c’était plié. Perle est supérieure à son frère. Tous attribuent au seul nom de génie les capacités de la jeune Hatake. Lui connait les sacrifices et le sérieux de sa jeune élève. Son frère par contre, à part ces frasques idiotes reportées par Tenten et les colères de sa mère, il n’en connait pas grand-chose. Il avait d’ailleurs été vraiment surpris de voir de ses yeux à quel point le protégé de Tenten se débrouillait bien dans l’arène. Mais ce jour-là, face à sa sœur, il n’avait aucune chance. Encore aujourd’hui, il en est persuadé.

Puis Tenten avait affirmé, aussitôt été appuyé par Maître Gaï que le côté « académique » ne résisterait pas bien longtemps à l’inventivité de son élève. Et cela l’avait fait sortir de ses gonds. Littéralement. Un bref instant, il avait pris ces mots de façon personnelle.

Ce duel entre les deux jeunes Hatake avait un arrière-goût de déjà-vu, la réminiscence d’un vieux souvenir aussi important que désagréable. La confrontation d’un génie arrogant et froid et d’un blondinet survolté. En voyant Perle et son frère s’affronter du regard, il avait l’impression de pouvoir enfin assister à cette revanche à laquelle il n’avait jamais eu droit.

Perle ne pouvait pas perdre.

Perle ne devait pas perdre.

En trouvant un écho favorable chez l’Uchiha, il avait tenu tête à Tenten et Maître Gaï  avec autant d’énergie qu’ils en déployaient pour soutenir leur protégé. Il avait même été jusqu’à recourir à la mauvaise foi et la surenchère. Et jusqu’à faire ce pari stupide.

Quel idiot !

Une semaine à répondre à tous les défis de Maître Gaï, quels qu’ils soient.

Et lorsqu’ils avaient refusé de se battre, ils en avaient perdu le fil de ses pensées, incapable d’articuler le moindre mot. Il avait toujours cru que seul Zéphyr était capable de surprendre mais il avait sous-estimé les capacités du frère et de la sœur une fois réunis… Force est de constater qu’ils avaient bien tous les deux perdu leur pari.

Une semaine entière à répondre à tous les défis tordus de leur Maître.

Et à l’instant où il se tourna vers Tenten, la lueur amusée qui brilla dans ses yeux le cloua sur place. Depuis le jour où ses anciens équipiers étaient passés junin, Tenten aussi bien que Lee avaient changé.  

Tenten, depuis qu’elle a la charge de sa jeune équipe s’est comme métamorphosée. A la tête des trois genins, elle semble rayonner d’une assurance insolente et d’une force des plus impressionnantes. Personne n’a le droit de s’en prendre à un de ses élèves, enfin personne d’autre qu’elle. Et mener la vie dure à « ses sales gosses » comme elle les appelle avec un sourire qui à lui seul dément l’offense est devenue une vraie passion. Elle les avait adoptés ses trois gamins, Akiko, la brunette qui n’a pas la langue dans sa poche, Takeshi, son timide cousin qui prend peu à peu de l’assurance et la mesure de ses capacités sous son œil bienveillant et enfin le terrible Zéphyr Hatake. Comment ce garçon qui ressemble tant à son père peut à ce point se montrer turbulent et imprévisible ! Voir la façon dont elle a réussi en quelques sourires à gagner le respect et l’admiration de celui qui avait fait trembler tous ses professeurs avant elle est pour le moins déroutant. Elle est sûrement un bien meilleur Maître que lui pour soulever un tel enthousiasme chez ses élèves.

Lee, à sa droite est toujours aussi enthousiaste et excentrique que d’habitude mais l’éclat de son sourire s’est un peu terni avec les années. Il a rejoint Kuro dès qu’il avait été reformé parce que Kuro regroupe l’élite et qu’il avait toujours voulu prouvé sa valeur aux yeux du monde.

Il se souvient du jour où il était tombé sur lui avec son équipe de genins lors d’une mission de routine qui s’était révélée plus dangereuse qu’elle n’aurait dû. Et lorsqu’il avait débarqué de nulle part dans son uniforme ANBU dissimulé derrière son masque de fauve, il ne l’avait pas reconnu. Enfin pas tout de suite parce que s’il avait troqué sa combinaison verte ridicule pour l’uniforme, sa gestuelle et ses paroles elles, n’avaient pas changé. Perle, habituée aux frasques similaires du parrain de son frère n’avait pas été dupe une seule seconde.

Il avait gardé son masque, ce jour-là.

Les missions réservées à l’ANBU ne sont pas celles d’un simple junin et si Lee est heureux et fier de suivre les pas de son Maître, de s’être fait accepter par l’élite,  il a parfois été surpris de voir les reflets d’un regret ou d’une certaine lassitude dans ses yeux si noirs. Seuls Tenten et Maître Gaï l’avaient perçu ce subtil changement. Il avait essayé de lui parler mais Maître Gaï l’avait retenu avec quelques mots qui l’avaient rendu perplexes.

Certaines leçons sont faites pour être apprises et d’autres pour être comprises.

Finalement, accepter les conséquences de ce pari idiot auquel Lee s’était naturellement rajouté n’est pas une mauvaise chose. Une façon de renouer avec les membres de son ancienne équipe.

Et Maître Gaï les avaient gâtés pour leur premier jour ! Il n’attend pas demain avec une impatience délirante…

-          Maître…

Neji et Tenten se relèvent dans un même mouvement pour affronter les regards à la fois étonnés et inquiets des deux jumeaux Hatake qui détaillent avec la même lueur incrédule l’état de leurs maîtres respectifs, Naruto dans leur sillage qui relève à peine la tête de ses nouilles pour les observer. Mon Dieu, pense Neji, on est tombé en pleine réunion de la famille des adorateurs de ramen et maintenant même nos élèves nous prennent en pitié !

-          Il vous a embarqué dans quoi pour que vous soyez dans cet état?

Il sont surpris de se retrouver devant l’œil moqueur d’Hatake Kakashi qui les examine sous toutes les coutures avec un petit sourire en coin à peine dissimulé sous son masque. Tenten relève la tête en le toisant d’un œil noir…

-          Dans quoi ? Dans un truc complètement dingue qui a bien failli mal tourner et tout ça à cause de qui, dit-elle en se tournant vers Lee qu’elle réveille en faisant trembler la table en faisant claquer son poing contre le bois.

-          Mais on a réussi, dit Lee d’une petite voix peu convaincue.

-          On a fait un petit tour dans les anciennes carrières à l’est du Village, dit Neji.

-          Les anciennes mines d’or, je vois, dit Kakashi en hochant la tête d’un air entendu.

-          Maître Gaï avait trouvé je ne sais où, et franchement je ne préfère pas savoir comment, une vieille carte menant au trésor perdu d’un ancien mineur. Le défi était de retrouver, tous ensemble, le pécule du mineur, dit Tenten

-          Au début, je le trouvais presque agréable ce défi, dit Neji du bout des lèvres. Un objectif à atteindre tous ensemble. Un peu comme si c’était une mission pour notre ancienne équipe.

-          Et vous ne l’avez pas trouvé ? demande Kakashi.

-          Oh si, nous l’avons trouvé, rétorque Tenten en posant sur la table un gros sac de toile noir en piteux état. Mais…

Etonné, Kakashi ouvre du doigt leur trouvaille avant de sourire devant l’air dépité de ses enfants qui ouvrent de grands yeux.

-          Non seulement on est tombé sur le mineur le plus stupide qui ait jamais existé, mais…

Cette fois, Zéphyr rigole franchement en détaillant les liasses de billets humides et surtout périmées depuis des lustres du sac pendant que Perle affiche une attitude plus mesurée.

-          … emporté par son enthousiasme lorsqu’enfin nous avions trouvé le trésor, Lee a tout envoyé balader d’un geste ! explose Tenten. L’eau, les vivres, la lumière… et la carte !

-          Quatre parfaits idiots, perdus à plusieurs dizaines de mètres sous terre, sans lumière ni carte, ni rien, dit Neji. Et pour couronner le tout avec un trésor qui vaut pas un clou sur le dos…

Et dire qu’ils lui avaient demandé s’il ne pouvait pas les orienter grâce à son byakugan, pense Neji… Dans le noir complet, mes yeux ne sont pas plus efficaces que les autres. Ils me prennent pour quoi, une lampe torche !

 

-          J’en avais tellement marre d’arpenter en long et large les couloirs étroits de la mine que j’étais prête à tenter ma chance et percer un trou jusqu’à la surface, dit Tenten.

Neji sourit en se rappelant qu’il avait fallu toute la force de persuasion de Lee et Maître Gaï pour l’empêcher de mettre sa menace à exécution ! Excédée, elle avait fait preuve d’une force détermination étonnante tout en s’emportant contre ces deux idiots en vert avec une verve fleurie particulièrement recherchée. Et il avait profité de l’obscurité pour sourire à son aise de ces expressions bien senties qu’elle leur avait assénées.

-          Gaï m’a déjà entraîné une fois dans ces galeries, dit Kakashi, quelques jours après que je sois passé chunin. C’est le premier et seul défi que nous avons jamais fini ex-aequo.

-          Ex-aequo ? reprend Neji avec curiosité.

-          Selon Gaï, un vrai ninja doit avoir se repérer et s’orienter dans n’importe quelle situation. Même dans un enchevêtrement pas possible de couloirs, à plusieurs mètres sous terre, sans boussole ni torche. Je ne me faisais pas trop de soucis, j’ai attendu d’avoir un peu d’avoir progressé dans la mine et j’ai invoqué Pakkun pour qu’il me sorte de là. Mais j’ai commis une erreur qui m’a coûté cher à l’époque.

-          Quelle erreur ? demande Neji.

-          Lorsque j’ai demandé à Pakkun de retrouver nos traces, il était déjà trop tard. Pendant le court laps de temps qu’il m’a fallu pour l’invocation, Gaï avait déjà parcouru en long et large une grande partie des couloirs de la mine. Du coup, le flair de Pakkun n’a pas réussi à trouver la bonne piste et la seule chose qu’il a pu faire, c’est tomber nez à nez avec Gaï. Littéralement. Nous avons mis près d’une journée entière à en sortir. Ensemble. Je ne vous dis pas comment mon père m’a reçu parce que j’avais un jour de retard au diner.

Pendant que Naruto éclate d’un rire franc, les deux jumeaux fixent le ninja copieur avec de grands yeux. Zéphyr s’amuse du fait que son père ait pu un jour se faire gronder par ses parents. Même si ce n’était pas vraiment de sa faute… Même si une telle chose devait être aussi rare qu’une pluie de grêlons en juillet ! Il décide d’oublier ses « si » et d’en rire avec son Oncle Naru. Tandis que Perle fixe avec des yeux ronds Kakashi, tout simplement incapable d’imaginer la scène et soufflée parce que jamais au grand jamais leur père ne leur parlait de son enfance, encore moins de son propre père.

-          Ah, les fameux retards de Maître Kakashi ! dit Naruto.

Le blondinet s’approche de l’équipe de Gaï, son bol vide repoussé sur le comptoir.

-          Pour le prochain défi, m’oubliez pas ! Vous pouvez compter sur moi !

Neji et Tenten se dévisagent incrédules. Cet hurluberlu avait-il réellement entendu le compte rendu qu’ils venaient de faire de ce premier fiasco ! En posant leurs yeux sur Lee qui exulte devant l’enthousiasme du blond, ils se demandent s’il avait réellement subi ce défi débile avec eux. Et lorsqu’ils sont rejoints par Zéphyr qui complète le tableau en regardant des étoiles dans les yeux le spectacle en tentant d’y intégrer sa sœur qui freine des quatre fers en essayant d’endiguer l’enthousiasme dévastateur de son frère, ils soupirent dans un parfait unisson désespéré.

Puis Tenten se redresse et fait un signe discret à Kakashi qui se rapproche avec curiosité. Laissant les deux excités déborder d’une énergie insupportable, Neji se rapproche avec intérêt de l’air de conspirateur qu’affiche son amie.

-          Maître Kakashi? dit Tenten. Vous survivez aux défis de Maître Gaï depuis tant d’années, vous êtes en quelque sorte un spécialiste…

Kakashi acquiesce en souriant… Un spécialiste des défis tordus, un mot qui lui plait bien. Et tout spécialiste qu’il soit, il doit bien admettre que Gaï fait toujours preuve d’une inventivité dans ses défis qui l’étonne encore régulièrement.

-          Vous avez forcement dû trouver des trucs pour y survivre…

 Le ninja au sharingan fait signe à Neji et Tenten de s’approcher et leur dit sur le ton de la confidence :

-          Il y en a un qui marche à tous les coups, dit Kakashi. Bien présenté, absolument n’importe quoi peut apparaître comme un défi.

Un conseil qu’ils n’auraient peut-être pas dû prendre au pied de la lettre…