prologue

par hatsu

" - 1020, Konoha, magnifique continent habitant des êtres humains, des fées, des elfes. Chacun de ces peuples possédaient des magiciens. Le continent était divisé en d'innombrables petits royaumes où régnait la bonté et le bonheur jusqu'à l'arrivée dans leur vie d'abominables créatures, mi-homme mi-démons : les akatsukiens.
Ces derniers étaient de grands conquérants possédant une énorme force physique mais aucun pouvoir magique excepté leur chef, le démoniaque Pein. Aussi, les akatsukiens possédaient leurs propres sorciers, des magiciens ayant mal tournés, reconverti pour faire le mal et adorant presque autant que les akatsukiens déversés peur et malheur sur les peuples asservis. Les akatsukiens en cette année que fut l'an 1020 jetèrent leur dévolu sur Konoha.

Pour contrer ses créatures maléfiques, les humains, les fées et les elfes durent s'alliés et par les pouvoirs de leurs magiciens, former des soldats magiciens. Ces soldats étaient d'abord volontaires puis au fil des mois, les magiciens imposèrent cette tache à chaque homme d'âge mur se présentant sur leur chemin ou plutôt étant m'y contre leur gré sur leur chemin.

Les akatsukiens débarquaient par la mer, leur continent à eux étant très éloignés de Konoha, ils firent souvent halte dans des petites iles et en profitèrent pour semer désordres et malheurs sur leur passage. Ils lancèrent de nombreuses attaques contre Konoha sans jamais en gagner une seule.
Au fil des mois, Pein passa un pacte avec le diable pour obtenir plus de semi-démons, son vœux fut exaucé.

En juin 1020, le 13, environ 10 000 akatsukiens débarquèrent sur différentes plages de Konoha mais face à eux plus de 20 000 hommes, elfes et fées les attendaient armes et facultés magiques au point.
Nous pouvons dire que ce fut la plus mémorable et ravageuse bataille que n'eût jamais connu le peuple de Konoha. Les konohiens gagnèrent cette dernière bataille grâce à l'aide d'un immortel, un être plus dieu qu'humain, envoyé des dieux pour nous protéger des démons que sont les akatsukiens. La bataille fit rage pendant 4 jours, 4 jours où hommes, elfes et fées combattirent sans repos jusqu'à l'extermination du dernier akatsukien sans réussir à avoir Pein.

A la fin de la guerre, les magiciens se retrouvèrent devant un sérieux problème : que faire de tous ces soldats incontrôlables ? En effet, les soldats ayant pris goût aux pouvoirs s'entretuaient pour en obtenir encore plus.
L'immortel ayant participé à cette donation de pouvoir rétablit la situation à sa manière âpres qu'un soldat dénommé Edwin tua un roi pour prendre sa place, l'immortel pris la décision de détruire tous les soldats qui refuseront de se défaire de leurs pouvoirs magiques. La plupart ne prirent pas la menace au sérieux et périrent sous les flammes de l'immortel.

Les hommes, elfes et fées finirent par se séparer de nouveaux le continent mais en trois royaumes distincts : le royaume d'or appartenant aux hommes, le royaume des fleurs appartenant aux elfes et enfin le royaume naturel appartenant aux fées.

En l'an 1220, soit 200 ans plus tard, la reine humaine Tsunade décide de recréer des soldats magiciens mais cette fois ci d'une autre manière : les enfants ayant des facultés magiques seront menés avec accord de leur parent à son château pour recevoir un enseignement magique et militaire qui les fera devenir les fervents protecteurs du continent, de vrais chevaliers de Konoha.

C'est pour cette raison que vous êtes ici entrain de m'écouter et sans plus attendre nous allons passés aux choses sérieuses : l'apprentissage du code de chevalerie."

Maître Kakashi se retourna et promena son regard sur la douzaine de gamins de 8 ans qu'on lui avait confié un peu plus tôt dans la journée pour en faire de magnifiques chevaliers de Konoha. Son regard s'arrêta sur un gamin aux cheveux brun entrain de dormir

-Mr Nara se croit-il assez intelligent pour louper ainsi mon premier cour grogna t-il

Le petit Nara n'entendait rien de cela, des l'instant ou maître Kakashi avait ouvert la bouche, le pauvre enfant affecté par la séparation brutale paternelle s'était tout bonnement endormis. Il rêvait de sa foret, de ses magnifiques cerfs, de ses jolis nuages et était loin de se douter que dans quelques instants il subirait les foudres de son nouveau maitre de magie.