Formation

par Satine42

Les Cinq Dragons

Chapitre 19 : Formation.

 

 

Mon bla bla bla :

 

        Bonjour !

J’espère ne pas avoir été trop longue pour la publication de ce chapitre !

Mesdames et messieurs, nous allons atterrir. J’espère que le vol « voyage dans le temps » vous aura plu. Retrouvez dès à présent nos héros à l’âge de dix huit ans.

En vous souhaitant une bonne lecture.

Cordialement, le personnel de vol.

* Je sors, je sors *

        Bonne lecture !

 

 

 

 

-         Sakura, il est l’heure.

-        

-         Sakura, il faut se lever.

-        

-         Sakura, tu vas être en retard.

-        

-         Sakura, lève-toi.

-        

-         Sakura, debout !

-        

-         Sakura !

-        

-         SAKURAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !!

 

La rose se leva directement, droite comme un I sur son lit. Elle était à moitié réveillée et regarda Tsunade d’un œil encore endormi, puis, elle fila à la salle de bain, tout en traînant.

La blonde frappa du pied, Sakura finirait vraiment par être en retard si elle continuait à traînasser comme ça.

Un petit quart d’heure plus tard, Tsunade appela une nouvelle fois Sakura. Cette dernière descendit, fraîche comme la rosée.

-         Alors, Sakura. Comment te sens-tu ?

-         Endormie, répondit la belle.

 

Tsunade rigola et invita Sakura à partir, il était temps.

-         Les garçons ne te manquent pas, demanda Tsunade tandis que la rose marchait à ses côtés.

-         Hn.

-         Oui ou non ?

-         Non.

-         Ça fait un vide, je trouve.

-         Hn.

-         Tu vas les retrouver aujourd’hui, ils ont réussi le test également.

-         Je sais.

-         Tes amis ont tous réussi, à vrai dire.

-         Je sais.

-         Il n’y a qu’une seule chose qui me tracasse.

-        

-         Karin et Tayuya ne se sont pas présentées.

-        

-         Je sais qu’elles n’étaient pas des élèves modèles et se fichaient un peu des cours mais cela m’étonne, elle voulait tout de même y aller, à ce test.

 

Sakura fronça les sourcils, qu’est-ce que cela cachait.

-         Ne t’en fais pas. Je vais me renseigner aujourd’hui.

-         Tu ne l’as pas fait avant ?

-         Non. Je verrais si elle se présente ou non à la formation des équipes, on ne sait jamais.

-         Hn.

-         Je te laisse, nous sommes arrivées. On se retrouve là-bas.

 

Sakura acquiesça vaguement.

Une fois seule, elle balaya la salle du regard. Elle vit des chaises et des tables disposées comme au théâtre. Sakura soupira, beaucoup de place était déjà prises et ses amis n’étaient pas là, apparemment.

Elle constata un attroupement de filles vers l’un des bureaux. Elle décida d’aller voir et elle ne fût pas surprise en voyant Sasuke, toujours aussi froid et n’acceptant pas que l’une des groupies s’asseye à côté de lui.

Sakura se glissa parmi elle et se posa sur la chaise à côté du ténébreux, sans mot. Il tourna la tête vers elle, prêt à riposter. Quand il se rendit compte de son identité, il sourît légèrement avant de dire :

-         Tiens, Tsunade a réussi à te réveiller.

-         Hn.

-         Dégages ton bras de là, ordonna-t-il à l’une des filles.

-         Mais, Sasuke-kun … laisse-moi m’asseoir à côté de toi.

-         C’est déjà pris, intervint Sakura, glaciale.

-         Toi, on ne t’a pas parlé, cracha l’inconnue.

-         Allez, va-t-en, dit une voix derrière elle.

-         Ino ?

-         Exactement, allez oust !

 

La fille déguerpît aussitôt, Ino afficha un sourire pour ses deux amis puis elle s’installa derrière. Le reste du groupe arriva progressivement. Naruto, cinq minutes en retard, évidemment.

Il fût soulagé en voyant que tous ses amis étaient là, il ne s’était jamais remis du départ de Temari, qui avait pourtant eût lieu deux ans auparavant.

Tsunade apparût, suivirent d’autres personnes. L’hokage parla :

-         Bonjour. Vous êtes ici car vous avez réussi le test d’aptitude personnel. Nous avons formé des équipes de trois, équilibrées. Chaque équipe aura un sensei. Ce sensei sera là pour vous enseigné tout ce que vous ne savez pas. Bien sûr, il s’agira d’entraînements intensifs. Pendant deux ans, vous ne ferez que cela, mais croyez-moi, vous ne verrez pas le temps passer. Après ses deux ans, vous ferez un test en équipe, vous deviendrez alors chunnin. Pour le moment, vous n’êtes que genin. Revenons-en aux équipes. Ce seront des équipes mixtes, composées de trois personnes. Nous avons fait des équipes équilibrées, je le répète. Elles devront être solides car vous resterez ensemble longtemps, au moins trois ans, croyez-moi. Sauf cas exceptionnel, vous n’aurez aucune mission. Est-ce clair ?

 

Les élèves acquiescèrent, attentifs au moindre mot de l’hokage.

-         Bien. Commençons.

 

Un léger silence s’installa, Tsunade commença :

-         Equipe 1 : Giichi NAE, Inari MEA, Kaiza NIN, votre sensei sera Bikuki.

 

Les élèves désignés se levèrent et sortirent de la salle, suivis de leur, à présent, sensei. Tsunade repris :

-         Equipe 2 : Ema NE, Fusuaaki KENIMA et Haya NEOLI, votre sensei sera Goro.

 

Les élèves firent pareils que ceux avant et Tsunade continua.

-         Equipe 3 : Gin MAREO, Gotaro NIN et Hitoshi MIMI, votre sensei sera Kameko.

-         Equipe 4 : Katsuko YING, Kiyoshi YANG et Leiko YONG, votre sensei sera Madoka.

-         Equipe 5 : Neji HYUUGA, Rock LEE et Tenten HITORA, votre sensei sera Gai.

-         Equipe 6 : Rikyu TANAKA, Noriaki ÔTA et Ochobo MORI, votre sensei sera Saniiro.

-         Equipe 7 : Naruto UZUMAKI, Sasuke UCHIWA et …

 

Plusieurs soufflements se firent entendre, les deux garçons soupirèrent. Tsunade ria intérieurement, il y allait avoir des déçues.

-         Et, reprit-elle, Sakura HARUNO, votre sensei sera Kakashi.

 

Plusieurs jérémiades se firent entendre, une fille protesta :

-         Vous aviez dit des équipes équilibrées. Kyubi, Le Sharingan et Les Cinq Dragons, je n’appelle pas ça de l’équilibre !

-         Assis-toi. Tu n’auras l’autorisation de te lever seulement quand viendra ton tour.

 

Elle obéit et les trois partirent suivant Kakashi à l’extérieur.

-         Equipe 8 : Hinata HYUUGA, Kiba INUZUKA et Shino ABURAME, votre sensei sera Kurenai.

-         Equipe 9 : Choji AKIMICHI, Shikamaru NARA et Ino YAMANAKA, votre sensei sera Asuma.

-         Et enfin, équipe 10 : Akio KIMURA, Chizu AOKI et Yuki IKEDA, votre sensei sera Sadakata.

 

La dernière équipe se leva et sortit. Tsunade se retrouva seule dans la salle, elle sourit. Ça, c’est fait, pensa-t-elle, maintenant, allons voir dehors ce qu’il se passe. Elle sortit à son tour.

Le groupe s’était rejoint, les senseis n’avaient fait que suivre.

-         Hinata-chan, je suis bien content que tu ais réussi, dit Naruto.

-         Merci, Naruto-kun, mais tu le savais déjà.

-         Oui, répondit-il joyeusement.

 

Ils parlaient de choses bénignes quand Kakashi les interrompît :

-         Les jeunes, on y va.

 

L’équipe 7 acquiesça et Naruto-kun se sépara à contre cœur de Hinata, avec qui il s’était beaucoup rapproché.

Ils arrivèrent dans une grande plaine, avec trois troncs d’arbres en plein milieu.

-         Okay, les jeunes, vous allez vous posez sur ses troncs d’arbres et ne plus bouger.

-         Ça va nous servir à quoi, demanda le blond.

-         Séance yoga.

-         Du yoga, répéta-t-il, en plein cagnard ?!

-         C’est le but, intervint Sasuke.

-         Oui, acquiesça le sensei. Vous ne devrez en aucun cas parler.

-         Quoi ?!!!!

-         Et oui, Naruto. Cet exercice risque de t’être difficile …

-         Ils sont avantagés, c’est pas juste.

 

Sakura fronça les sourcils, c’était bien la première fois qu’on lui disait indirectement qu’elle était avantagée sur son passé. Naruto, comprenant sa gaffe, s’excusa au près de sa meilleure amie.

Ils se placèrent sur les troncs et l’exercice débuta, Kakashi sortit un livre de sa poche et commença à le lire. Naruto mourrait d’envie de lui demander quel était son livre, mais il ne voulait pas échouer l’exercice.

Une heure plus tard, Naruto commençait à s’impatienter, ils n’allaient tout de même pas rester la journée entière sur ce tronc en plein soleil, d’autant plus qu’il commençait à avoir faim. Il jeta un rapide coup d’œil à ses camarades. Sasuke était debout, main dans les poches, à regarder au loin. Sakura, elle, était assise en tailleur et fermait les yeux, une vraie posture de yoga. Naruto souffla fort, Kakashi envoya un kunai que le blond esquiva de justesse.

-         Non mais ça va pas !!!!, hurla-t-il

-         Naruto, tu as perdu. C’est bon les autres, vous pouvez arrêter.

Sakura se releva tandis que Sasuke descendit du tronc.

-         Toute façon, c’est débile vot’jeu, bouda Naruto.

-         Ce n’était pas un jeu, intervint Kakashi.

-         Ça sert à rien, continua Naruto.

-         Naruto, tais-toi. C’est pour nous entraîner à l’espionnage, fit Sakura.

-         Exactement Sakura.

-         Vous pouvez développez, dit Naruto, toujours boudeur.

-         Et bien, c’est simple. Imaginez que vous ayez une mission d’espionnage, vous ne devrez faire aucun bruit, malgré les conditions et le temps à passer. La prochaine fois, rappelles-t-en, Naruto.

 

Naruto approuva, se rendant compte de son erreur.

-         Bien, vous devez vous doutez que vous n’êtes pas l’une des équipes les plus équilibrées.

-         Ça, je suis d’accord, coupa Naruto. Et si on allait manger ?

-         Pas le temps.

-         Humph.

-         Commençons par toi, Sakura. Je connais tes capacités et je me doute bien que je n’ai plus grand-chose à t’apprendre, cependant, nous devrions nous baser sur autre chose que tes dragons, ils sont trop instables pour le moment.

-         Hn.

-         Tu comptais t’entraîner pour les maîtriser ?

-         Hn.

-         Bien, s’énerva Kakashi, Sakura et Sasuke, que se soit clair, répondez au moins par oui ou non.

-         Hn.

-         Donc, Sakura, si tu veux, par moment, nous essaierons. C’est okay ?

-         Oui.

-         Mais, tu devras souvent faire preuve de patience et de sang froid.

-         Hn.

-         Okay, soupira-t-il. Naruto, à toi. Tu sais très bien que lorsque Kyubi prend le dessus sur toi, tu deviens aussi dangereux pour tes ennemis que pour tes amis ou même pour toi. Nous allons donc pour commencer travailler ton impulsivité. Il faut que tu restes calme à toute épreuve.

-         Okay, mais quand on aura manger.

-         On verra ça plus tard. Sasuke, finit-il, le Sharingan peut t’apporter de la puissance, certes. Mais, tout comme Sakura, nous ne nous baserons pas dessus. Est-ce clair ?

-         Oui.

-         Okay, pour aujourd’hui, ce sera tout. On va commencer doucement. Demain, soyez là à 10h, à l’entrée du village.

Les élèves partirent, laissant Kakashi seul avec son livre. Naruto engagea la conversation :

-         Et si on allait au restaurant de ramens ?

-         Hn.

-         Okay, lets go !

 

 

Le lendemain, à dix heures, les trois furent à l’entrée du village, attendant patiemment leur sensei.

Une autre équipe les rejoignît, l’équipe 5, composée de Neji, Tenten et Lee. La brune aux macarons avait particulièrement l’air de mauvaise humeur. Elle se posta à côté de Sakura, sans un bonjour ou autre chose à l’encontre de quelqu’un. Elle croisa les bras et fronça les sourcils. Neji s’approcha, pas vraiment confiant.

-         Allez, Tenten, c’est bon, arrêtes de faire la tête.

-        

-         On ne savait pas que tes parents étaient chez toi, continua Lee.

-         Ben, c’est chez eux aussi, je te rappelle !!!

-         Oui, mais … laisse tomber.

 

L’équipe 7 était restée muette, ne comprenant pas leur échange, même Naruto s’était tu.

-         Tenten, ça suffit. Ne fais pas ta tête de linotte, ajouta Lee.

 

Il se reçu un coup de poing de la part de Neji, ce n’était vraiment pas la chose à dire à une fille comme Tenten. Sakura s’aperçut alors que Lee avait beaucoup changé. Il arborait à présent une combinaison moulante, verte. Elle n’était pas des plus jolies, mais c’était tout de même plus approprié que ses larges baggies qu’il portait autrefois. Il avait aussi laissé une coupe au bol remplacé ses innombrables casquettes. Par contre, son visage était toujours autant assombri pas ses énormes sourcils noirs. Côté comportement, il avait également changé. Sauter les filles n’était plus à son programme, maintenant, il n’était intéressé que par une seule chose, l’amour. Ou plutôt, Sakura. Et puis, bien sûr, son entraînement.

-         Bonjour Sakura, lui dit-il.

-        

-         Qu’est-ce que vous faîtes ici, demanda-t-il.

-         On attend Kakashi, répondit Naruto à la place de la rose, sachant très bien qu’elle ne le ferait pas.

-         Ah, bien. Nous on attend Gai-sensei.

-         Ton idole de toujours, railla Naruto.

 

Lee ressemblait effectivement beaucoup à Gai. Ce qui n’était pas forcément avantageux.

-         Tenten, excuse-nous. On ne voulait pas te blesser, intervînt Neji, coupable.

-         Humph, répondit la concerné avant de partir plus loin s’isoler.

 

Neji souffla, cette fille était vraiment …

-         Qu’est-ce que vous lui avez fait, interrogea Naruto.

-         Ben, on lui a fait une mauvaise blague.

-         Toi, Neji HYUUGA, tu as fait une blague ? Mauvaise qui plus est, se moqua Naruto.

-         Très drôle.

-         Non, sans rire. C’était quoi cette blague ?

-         Et ben …

-         On est allé chez elle et on a frappé comme des dératés, pensant qu’elle était seule chez elle. Puis, moi, j’ai sorti des trucs qu’elle n’a pas aimés, continua Lee.

-         Ça m’étonne pas de ta part, dit Naruto. Bien sûr, vous n’avez pas pensé qu’il y avait ses parents.

-         Ben non, d’habitude, ils sont toujours en mission.

 

Naruto soupira, de la part de Neji s’était très étonnant. Il devait vraiment apprécier cette fille pour faire des choses aussi bêtes pour elle.

Sakura se leva et rejoignit Tenten, qui pleurait en silence. La rose s’assît, sans rien dire.

-         Ils … ils ont tout raconté, sanglota Tenten.

-         Hn.

-         Sakura, si tu savais ce que Lee a dit …

-        

-         Tu le sais déjà ?

-         Non.

-         J’avais tellement honte de devoir les présenter à mes parents.

-        

-         J’avais l’impression de déshonorer ma famille, c’était horrible.

-        

-         Neji, lui, n’a rien fait de spécial.

-         Pourquoi tu lui en veux, puisqu’il n’a rien fait ?

-         Parce que, justement, il n’a rien fait.

-        

-         Il aurait dû dire à Lee d’arrêter.

-        

-         Si tu savais …

-        

-         Ils n’ont pas crié des choses trop horribles non plus, mais tout de même. Pas devant ma famille !

-        

-         En plus, je n’ai pas été capable de me défendre. En voyant l’air décomposé de Neji quand il m’a vu arrivé furax, suivant mes parents, j’étais incapable de me défendre.

-        

-         Lee à crier : Allez, Tenten, on se lève !!! Petite marmotte va ! Tu es paresseuse, t’es pas en hibernation au moins !

-        

-         Et mes parents ont ouvert la porte à ce moment-là.

-        

-         Mon Dieu … C’est mon équipe depuis hier et ils me font déjà pleurer.

-        

-         Tu crois que je dois leur pardonner ?

-         Hn.

-         Sakura, tu sais, d’habitude j’adore parler avec toi, même quand tu fais tes hn, mais là, j’ai besoin de plus !

-         Tu devrais leur pardonner.

-         Ce serait mieux, tu crois ?

-         Oui.

-         Bien, dit Tenten en reprenant son sourire jovial.

 

Elle se leva et retourna vers les garçons. Neji était totalement désemparée, même s’il essayait de ne pas le montrer. La brune s’approcha et lui déposa un tendre baiser sur la joue. Neji tourna la tête, dubitatif. Tenten lui sourît. C’est mignon, pendant un moment, il a rougi, pensa-t-elle.

-         Et moi, exigea Lee.

-         Toi, on verra après, répondit Tenten.

 

A ce moment-là, les senseis arrivèrent. Naruto leur lança qu’ils n’étaient pas ponctuels et pour seule réponse, Kakashi tendit une fine corde.

-         C’est quoi, demanda Naruto.

-         Une corde, répondit Kakashi.

-         Ça, j’avais compris.

-         Alors, ne pose pas cette question.

 

Naruto croisa les bras, mécontent.

-         Bien, nous vous avons réuni car nous allons faire un exercice qui va nous prendre la journée. Nous allons attacher deux personnes à cette corde, ils devront passer la journée ensemble, sans rouspéter une seule fois. Compris ?

 

Ils acquiescèrent.

-         Donc, commençons par ses dames. Tenten, tu seras avec Neji.

-         Bien, approuva cette dernière en souriant face à l’air perplexe que Neji avait depuis la bise qu’elle lui avait faîte.

-         Sakura, tu seras avec Sasuke.

 

Sakura fit un hochement de tête.

-         Et moi ?!

-         Toi, Naruto, tu seras avec Lee.

-         Non ! Je veux pas être avec gros sourcils !

-         Je m’appelle Lee !!

-         Avez-vous déjà oublié le but de cet exercice ?

 

Ils baissèrent la tête.

-         Ceci est pour vous obliger à accepter votre équipe, quelle qu’elle soit ! Compris vous deux ?!

-         Oui, dit Naruto en attrapant la corde que Kakashi lui lançait.

 

Sakura prit elle aussi une corde, elle s’attacha le poignet gauche et tendit l’autre bout à Sasuke qui s’attacha, lui, le poignet droit. Ils allaient être soudés pour la journée. Tenten fit de même avec Neji.

-         Sakura, je t’en supplies, fais quelque chose, supplia Lee.

 

Sakura lui lança un regard glacial avant de répondre :

-         Je plains surtout Naruto.

 

Lee eût l’impression de se briser en mille morceaux tandis que Naruto rigolait.

-         Bien. Pendant cette journée, vous pourrez faire ce que bon vous semble. Deux seules restrictions : Ne brisez pas la corde et ne vous chamaillez pas, sinon, vous aurez échouez l’exercice.

 

Les élèves acquiescèrent une nouvelle fois et partirent dans le village. Naruto était bien décidé à réussir cet exercice, quelles qu’en soient les conséquences.

-         Et si on allait au restaurant de ramens, proposa-t-il.

-         Non, on va à la salle de gym.

-         Bien, accepta Naruto.

 

Neji et Tenten se baladait tranquillement, sans savoir où ils allaient. Ils discutaient juste.

-         Tu sais, Neji, je ne t’en veux pas vraiment. C’est plutôt à Lee que j’en veux.

-         Je crois bien que ses années badboy du lycée ont repris sur lui pendant un moment.

-         Probablement, rigola Tenten.

 

A l’autre bout du village, Sakura et Sasuke marchaient, en silence. Ils entendirent alors des petits cris puis ils furent entourés d’une horde de filles. Sasuke soupira. Les groupies l’avaient entouré, laissant Sakura à part, malgré le fil qui les reliait. Sasuke, ne voyant plus Sakura, tira sur la corde pour l’amener jusqu’à lui. Sakura ne s’arrêta malheureusement pas à temps et elle rentra à moitié dans Sasuke. Les filles furent hystériques. Sakura n’écoutaient pas un seul mot de ce qu’elles pouvaient bien raconter. Elles revinrent vite au brun et remarquèrent à ce moment-là le fil. L’une des groupies s’approcha, ciseaux en main. Sakura fronça immédiatement les sourcils, suivie de près par Sasuke. Malheureusement, ils étaient encerclés et ne pouvaient pas vraiment bouger. Les ciseaux s’approchèrent dangereusement du fil mais Sakura s’interposa.

-         Pousse-toi de là, railla la fille.

 

Sakura n’appréciant ni le geste ni la parole de cette dernière la décala violement, laissant un passage. Les deux se mirent à courir, à la vitesse que Sakura avait enseignée à Sasuke. En quelques secondes, ils arrivèrent en dehors du village, sur une plaine.

-         Désolé, s’excusa Sasuke.

-         Hn.

 

Sakura pensa qu’il n’avait aucune raison de s’excuser. Bien sûr, elle le garda pour elle. Ils retournèrent en ville, évitant soigneusement l’endroit où les groupies s’étaient attroupées. Ils arrivèrent dans une petite ruelle où n’étaient plantés que des magasins d’armes. Ils marchèrent, croisant des regards soupçonneux.

-         Sakura, chuchota Sasuke.

-         Hn.

-         On n’a pas l’air d’anbu ?

-         Non.

-        

-         Aurais-tu peur, intervînt Sakura.

-         Non, mais ses regards m’énervent.

-         Nous sommes jeunes.

-         Et alors ?

-         Et alors, des gamins comme nous n’ont rien à faire dans ce genre d’endroits.

-         Ce ne sont que des idées reçues.

-         Oui.

 

La discussion fût close. Sasuke s’arrêta devant un magasin où un magnifique katana était exposé devant la vitrine. Il ne remarqua pas que certains hommes s’approchaient d’eux. Sakura tira sur la corde mais Sasuke restait hypnotisé par cette arme. Elle remarqua ce qu’il fixait, sur le bout du katana, il y avait un éventail, le symbole du clan UCHIWA. Cependant, l’heure n’était pas aux questions. Sasuke fût interrompu dans ses pensées lorsqu’il fût poussé. Il fronça les sourcils et rejoignît Sakura.

-         Ben alors, les jeunes. On s’amuse à venir dans les quartiers pas fréquentables, parla l’un d’eux.

-        

-         Pas très bavards. Qu’est-ce que vous venez faire ici ?

 

Sakura et Sasuke n’étant pas décidés à répondre, ils se turent. Les hommes interprétèrent cela comme un manque de respect évident.

-         Ce katana avait l’air de t’intéresser, dit l’un à l’encontre de Sasuke.

-        

-         Il est spécial, c’est vrai. Il a une histoire.

-        

-         Et un prix, aussi, continua-t-il, les yeux pétillants.

 

Sakura tourna la tête vers le katana en question, à côté étaient posés deux kunais, avec le symbole du clan HARUNO. Sakura fronça les sourcils. Un des hommes s’approcha d’elle.

-         Alors, ma mignonne. Toi aussi tu as vu quelque chose qui t’intéressait ?

 

Sasuke fixa Sakura puis il pivota vers la boutique, il vît les kunais. Une chose était sûre, cette boutique renfermait quelque chose.

-         Vous n’avez pas de langue, s’énerva l’un.

-        

-         Pourquoi vous avez un fil qui vous relie, constata un autre.

-        

-         Bon, ma belle, tu vas venir avec moi, dit-il en saisissant Sakura par le bras.

 

Sakura, qui avait perdu toute notoriété pendant un instant, examina celui qui venait de l’attraper. Il la provoqua du regard, elle ne répondit pas. Elle se contentait juste de la regarder. L’homme commençait à frissonner, ce regard n’exprimait rien, c’était impressionnant.

Il détourna les yeux au niveau de la poitrine de la belle, il remarqua le pendentif.

-         Tu es du clan HARUNO, demanda-t-il, ayant soudainement perdu l’idée de la frapper.

-        

-         Si toi tu es une HARUNO … alors, lui c’est un UCHIWA.

 

Sasuke dévisagea celui qui avait parlé. Il se départageait bien du groupe, on aurait dit un vieux sage. Il avança, les autres s’écartant sur son passage. Sa vieille barbe blanche pendait jusqu’à son torse. Il était voûté et marchait à l’aide d’une cane. Le vieil homme s’avança et rigola tout en caressant sa longue barbe.

-         Vous vous demandez probablement comment je le sais.

-        

-         Je me nomme Saru SASAKI.

-        

Le vieil homme se tut, examinant Sakura et Sasuke d’un œil très observateur.

-         Je sais beaucoup de chose sur vous, Sasuke et Sakura.

Ils froncèrent les sourcils, comment ce vieux sage connaissait-il leurs prénoms ?

-         Ainsi que sur Nojiko et Itachi, continua-t-il.

-        

-         Effectivement, vous n’êtes pas bavards. Mes hommes prennent cela comme un manque de respect, vous savez.

-        

-         Cette boutique vous intrigue, je le sens. Il faut dire que des armes de vos clans respectifs y sont affichées.

-        

-         Vous avez des chakras très étonnants, tous les deux, dit le vieil homme, s’entremêlant les doigts dans sa barbe.

 

Sakura comprît à ce moment-là. Cet homme n’était qu’un senteur de chakra, prêt à tout pour enrôler des combattants dans ses rues bondées de criminels en tout genre.

-         Vous n’êtes qu’un vulgaire senteur de chakra, sortit Sakura.

 

Les hommes derrière le sage avancèrent, haineux que cette fille ait osé dire cela. Le vieil homme les arrêta d’une main. 

-         Ainsi, tu as compris. Il est vrai que j’ai le pouvoir de lire le chakra, de le sentir. Je peux le décrire. Comme le tien, les cinq dragons sont la plupart de ton chakra, mais bien entendu, tu ne l’ignores pas. Ma sagesse et ce pouvoir font que je décèle beaucoup de chose sur l’humain et sa mentalité. Je tire de mon pouvoir beaucoup de satisfaction. Quand j’eût été jeune, ma faculté était une redoutable arme. J’étais capable de voir le chakra qu’il restait à ma proie. Et je vois que vous en possédez une quantité astronomique. Vous devez cela à vos clans. Ce que je dis là, tu le sais déjà, Sakura … Tu es d’une extrême beauté et je comprends mes hommes lorsqu’ils veulent t’emmener dans un coin sombre d’une ruelle. Ils n’ont pas l’ombre d’une chance face à toi. Ta beauté est l’un des éléments qui font que beaucoup regrettent que tu aies voulu être une shinobi. Tes cheveux roses et tes yeux verts font de ton visage, un visage sain, parfait, délicat. Je suis trop vieux pour te faire d’autres compliments sur tes formes généreuses et je ne doute pas que mes hommes s’en chargeront dès que je serais parti. Pour en revenir à mon pouvoir, je suis bien curieux de savoir comment tu l’as décelé, me serais-je trahi dans l’une de mes phrases ?

-         Hn.

-         Allons, allons. Sakura. Je t’ai fait un long discours et tu ne me remercies que par ce seul son, j’en suis vexé. Douterais-tu de ma sincérité ? … Je peux très bien comprendre, vous n’êtes pas dans les quartiers chics de Konoha, ici. Nombre d’hommes logeant dans ses rues sont des criminels, ayant commis vols, trahisons, etc. Je ne ferais pas une liste entière. Il vienne se réfugier dans cet endroit où les gardes ne mettent pas un pied. Je ne suis qu’un vieil homme infirme que tu détruirais d’un claquement de doigt, j’en suis certain. De plus, ton chakra est presque inépuisable. Tes dragons prennent leurs forces sur les éléments, il n’y a que ton cinquième dragon qui puise son énergie directement à la source, toi. Je suis au courant de beaucoup de choses. Ton cinquième dragon sait maîtriser l’énergie. Incluant, l’électricité. Tu provoques également de terribles orages parfois. Tu fais preuve d’un grand sang froid, impassible à toutes épreuves. L’une de tes plus utiles qualités en tant que ninja. Tu es aussi très perspicace, tu remarques tous les détails, même inutiles. Tu enregistres et analyses tout d’une rapidité presque effrayante. Tes sens sont en alertes dès qu’ils perçoivent un danger, ce qui rejoint par moment ta perspicacité. Je suis sûr qu’en ce moment, ils viennent de doubler. En plus d’entendre mon discours, tu entends tout ce qu’il se passe à des mètres à la ronde. Si l’un de mes hommes bougent un pied, tu l’entends et tu le vois également.

-         Je vous trouve trop bavard, parla Sakura.

-         Je le suis, répondit l’homme en rigolant. Tu as beaucoup de mystères en toi, Sakura. J’essaie de répondre à tes questions.

-        

-         Suis-je capable de lire dans les pensées ?

-         Non.

-         Oh oh, comment le sais-tu ? Tu ne parlerais pas sans savoir, tu es bien trop intelligente.

-         Vos yeux, intervînt Sasuke qui s’était tu jusque là.

-         Sasuke. Je t’avoue, tu m’impressionnes par moment. Serais-tu capable de lire dans les yeux des gens s’ils disent la vérité ou non ?

 

Il marqua une petite pause.

-         Ce don ne t’est pas inné. Tu as su le convoiter parfaitement. Observer les gens, tu ne faisais que ça à longueur de temps. Mais, quand Sakura est arrivée, tout à changer. Cette fille était un amas de questions pour toi. Tu doutais de tout en la voyant, même de tes talents. Sakura a une grande présence dans tes pensées, cette émeraude t’est fascinante. Tu ne le nierais pas. Tu as dompté ce don au fur et à mesure où tu observais la réaction des gens face à Sakura et tu as su déceler ce pouvoir, rare. Malheureusement, il est limité. Ce ne sont pas les pensées qui passent à travers les yeux. Les yeux sont le miroir de l’âme, tu as vu l’âme de beaucoup de personnes. Tu es d’une force surprenante. Ton passé te hante et tu ne rêves que vengeance, tu es froid et distant. Calculateur aussi, mais ce n’est pas un défaut. Pas pour un shinobi. Tu veux faire vite et bien tout ce que tu entreprends. Ta beauté masculine te freine par moment. Ton visage est en effet d’une grande beauté, même si l’on dirait plus cela à une femme qu’à un homme. Tes yeux onyx sont profonds et l’on si perd dedans. Les filles en raffolent et tu n’aimes pas que l’on te colle, cela te freine, comme je l’ai dit.

 

Le silence s’était fait pendant que le sage parlait. Toutefois, les deux se méfiaient de lui.

-         Vous ne m’accorderez en rien votre confiance, je le sais très bien. Mais, je suis tout de même heureux que vous m’ayez écouté, j’avais hâte de vous rencontrer un jour, tout comme Nojiko et Itachi avant vous. Ces deux-là sont partis du village, c’est bien malheureux. Ils m’auraient été très utiles.

-         Vous ne faîtes qu’utiliser les gens, dit Sakura.

 

L’homme qui lui tenait le bras depuis le début serra l’étreinte mais Sakura l’envoya valser plus loin.

-         Calmez-vous, ordonna le vieil homme aux autres. Non, Sakura, je n’utilise personne. Je dirige ses rues sombres et sans pitié où il est risqué de venir si l’on n’a pas l’air mauvais. Ses hommes ont décidé de me suivre dans mes choix, je suis le plus âgé donc le chef. Quand je mourrais, je donnerais le titre à quelqu’un d’autre.

 

Sakura, qui avait détendu ses sourcils les re-fronça immédiatement, elle venait de comprendre quelque chose.

-         Vous êtes le père à Karin, lança-t-elle.

 

Le vieil homme parût étonné, tout comme Sasuke.

-         Comment le sais-tu ?    

-         Je le sais, c’est tout.

-         Je vois. Je suis le père à Karin, effectivement. Ma fille a toujours voulu cacher qu’elle venait de ses rues, elle s’y est plutôt bien prise, n’est-ce pas ?

-         Hn.

-         Elle a décidé, pendant ses vacances, de partir autre part.

-        

-         Je ne l’ai en rien retenu ici, elle voulait s’améliorer, gagner l’estime de Sasuke dont elle est follement amoureuse. Même si ce n’est plus physique qu’intérieur.

-        

-         Je vais vous dire son lieu de destination, si toutefois elle y est parvenue. Elle a décidé de rejoindre Orochimaru qui a un refuge secret depuis peu. Il lui a fallu du temps pour que ses blessures physiques se referment. De sacrés dégâts, je dois dire.

-        

-         Elle s’améliorera, tel est son but.

-         Vous ne vous demandez pas si elle est toujours en vie ?

-         Non, je lui fais confiance.

-         Cela dépasse la confiance.

-         Pas chez nous, Sasuke. Nous ne vivons pas toujours de la même façon que vous et n’avons pas la même philosophie.

-         Tayuya l’a suivie.

-         Ce n’est pas une question, Sakura, je ne l’ignore pas. Et bien, oui, Tayuya l’a suivie. Je dois dire que

-         Ils nous cherchent, coupa Sakura.

 

Une seconde plus tard, les hommes se retrouvèrent seuls.

-         SAKURA, SASUKE, hurla Naruto pour la énième fois.

 

Il était terriblement inquiet. Cela faisait dix minutes que Kakashi et Gai leur avaient annoncé qu’ils avaient perdu la trace des deux car ils avaient utilisé leur rapidité. Naruto était encore plus anxieux quand ses recherches l’amenaient de plus en plus vers les rues où il était déconseillé de se balader.

-         SAKURA, SASUKE !!!

-         Nous sommes là, Naruto, dit Sakura, toujours liée par ce fil à Sasuke.

 

Naruto se précipita vers eux et leur adressa un grand sourire soulagé.

-         On vous cherche depuis dix minutes !

-         Hn.

-         Bon, on va rejoindre les autres.

-         Naruto, qu’est-ce que tu faisais ici, c’est dangereux ?

-         Je vous cherchai, on s’est tous séparé dans un coin de la ville. Mais vous, qu’est-ce que vous faisiez ici ?

-         On est arrivé là par hasard, défendit Sasuke.

-         Bien, répondit Naruto.

-         Vous êtes ici, hurla Tenten. Je suis si contente.

-         Hn.

 

Ils firent le tour du village, trouvant les uns et les autres.

Une fois tous réunis, Kakashi prit une mine grave.

-         Où étiez-vous passé vous deux ? On vous cherchait !!!!

-        

-         Bien, vous ne voulez pas répondre ? Vous irez vous expliquer chez Tsunade.

-         Ce n’est pas de notre faute si vous avez perdu notre trace.

 

Kakashi se calma à cet instant, Sakura venait de relever un point de son incapacité. Il approuva la remarque et dit qu’il y avait plus de peur que de mal.

Il coupa ensuite la corde, annonçant que tout le monde avait réussi son exercice. Naruto sauta de joie et s’approcha de Lee qui, lui, s’approchait trop de Sakura à son goût. Naruto se posta devant lui :

-         Toi ! Gros sourcils !

-         Je m’appelle Lee !

-         M’en fous ! Pour réussir cet exercice, j’ai du me plier à la moindre de tes volontés et tu m’as embarqué dans des endroits horribles ! Tu ne m’as pas écouté une seule fois et ce n’est que grâce à moi qu’on n’a pas échoué ! La prochaine fois, je coupe le fil ! Je sais parfaitement de quoi je suis capable en équipe, je n’ai pas besoin de toi pour me le prouver. Je coupe le fil et je te défonce le crâne !!!

-         Naruto, calmes-toi, dit Sakura en le prenant par le bras.

 

Naruto, furibond, mit en temps indéfini pour se calmer.

En réalité, ce ne fût qu’une fois qu’il vit Hinata qu’il se calma et oublia Lee.

De son côté, Sasuke était avec Kakashi.

-         Vous connaissez Saru ?

-         Saru SASAKI ?

-         Hn.

-         Oui.

-         Qui est-il réellement ?

-         Il a été un grand professeur, quand j’étais enfant. Puis, il a fini dans les rues très peu recommandées du Sud de la ville. Il en est devenu le chef. C’est un senteur de chakra, très doué. Il est aussi le père de Karin. D’ailleurs, depuis quelques temps, Karin a disparu.

-         Elle est partie chez Orochimaru.

-         Je te demande pardon, fit Kakashi, affolé.

-         C’est Saru qui nous l’a dit, à Sakura et à moi.

 

Sakura rejoignit les deux à ce moment-là.

-         Vous … êtes allé dans les quartiers Sud de Konoha ?!

-         On ne savait pas vraiment où on allait, répondit Sasuke.

-         Vous avez parlé à Saru ?

-         C’est lui qui nous a parlé, continua Sakura, marqué par la bavardise de ce vieil homme.

-         Quoiqu’il vous ai dit, ne l’écoutez pas. Cet homme était un grand sage, mais il est dangereux.

-         Hn.

-        

-         Karin est partie chez Orochimaru, répéta Sasuke. Ainsi que Tayuya.

-         Mon Dieu, il les a enlevées.

-         Non, elles y sont allées de leur plein gré.

-         Il faut le dire à Tsunade.

-         Oui, mais cela ne servira pas à grand-chose, maintenant, nous ne les retrouverons pas, parla Sasuke, bien bavard ce soir-là.

 

Kakashi baissa la tête.

-         Vous en êtes surs ?

-         Hn, acquiesça Sakura.

 

Kakashi se sépara des deux pour filer au bureau de Tsunade.

Une fois seuls, le silence se fit. Sasuke leva la tête vers le ciel. Les étoiles l’illuminaient et la lune argentée le berçait doucement. Sakura, elle, fixait un point imaginaire.

Ce fût une douce soirée. 

 

 

 

 

Mon bla bla bla :

 

        Et voila, un chapitre en plus. J’avoue ne pas trop savoir quoi faire pour le prochain, mais l’inspiration viendra, point je n’en doute.

        REVOLUTION : Aujourd’hui, vous aurez l’occasion de me donnez un surnom xD

Ben quoi ? =D

 

Sur ce …

 

Biz’

 

Satine