Le pouvoir de la glace

par RêveBleu

Le pouvoir de la glace

 

*********************

 

 

 

La nuit était tombée depuis longtemps maintenant, les rues étaient désertiques, et les lumières de certaines habitations commençaient à s'éteindre. C'était une nuit comme tant d'autres à Konoha. Pourtant si on y regardait d'un peu plus près, on pouvait voir que la patinoire était encore ouverte. En effet de la lumière était encore présente. Ce n'était pas un oubli ou quelque chose d'autre dans le genre, puisque la patinoire était occupée.

 

Sur le sol gelé, se trouver une jeune femme aux cheveux étrangement rose. Elle se situer au centre de la pièce, vêtus d'un de ces justes au corps que porte ces grandes patineuses, c'est yeux étaient fermer et elle était entourée de divers objets, qui bizarrement n'avais rien à voir avec le patinage, (artistique ou non). On pouvait apercevoir, des ballons, bâton de majorette, pompon, ruban etc. C'est alors qu'une musique s'éleva, d'abord douce, puis elle fut plus rapide. Ce fut d'ailleurs à ce moment-là, qu'elle ouvrit brusquement les yeux, laissant apparaître deux émeraudes, avant de s'élançait sur la piste, elle fit quelque figure simple avant de faire apparaître un bouquet de roses orange et jaune qui se changèrent en un papillon étrange de couleur rose légèrement transparent, il avait sur chacune de ces ailes, deux symboles. Sur l'une il avait, un carreau et un pique, alors que sur l'autre il avait un trèfle et un cœur. Elle le fit s'envoler dans les aires. Elle plongea sa main dans sa poche est alors qu'elle effectuait un saut où elle faisait le grand écart, elle souffla une poudre blanche qui était dans sa main en direction du papillon. Au moment où les particules de poudre touchèrent les ailes du papillon celui-ci disparut pour laisser place à des flocons de neige. Ensuite elle alla au bout de la patinoire tout en enchaînant des mouvements simples et pourtant très fluide, elle prit un bout de carton qui y était plié et l'emmena jusqu'au centre tout en faisant apparaître des bulles tout autour d'elle. Comme par Magie ! Les bulles flottaient partout dans l'immensité de la salle sans jamais touchais le sol, ni éclater. Pourtant ce n'était rien d'autre que de simple bulle de savon, sa ce voyait rien qu'en les regardants. Une fois replacer comme elle le souhaiter, elle fit déplier le carton. Le monta elle-même, fit comme s'il y avait un publique, fit voir qu'il n'y avait aucun truquage, puis entra dans la boite et referma la porte. Quelques secondes passèrent sans que rien ne se passe. Soudain comme si quelqu'un tiré un coup de feu, un bruit assourdissant retentis couvrant la musique, les bulles éclatèrent se transformant en pétale de fleur de cerisier qui vint se déposer sur le sol froid, créant un tapis de pétale rose gelé. Le carton s'effondra au moment même où le dernier pétale de fleur se déposa, laissant apparaître un jeune homme un peu plus âgé que la jeune femme qui y était entré quelque instant plus tôt, aux cheveux rouge sang et aux yeux de la couleur des rubis. Et alors qu'il s'apprêtait à partir, il perdit l'équilibre et se retrouva les quatre fers en l'air, sont fessier rencontra de façon brutale le sol froid de la patinoire. Il ne put retenir un juron :

 

 P'tain de merde !

Ça va Sasori ? Cria la jeune femme aux cheveux rose qui arrivait en glissant rapidement jusqu'à lui, un balai et une pelle à la main.

–  À ton avis ? Putain, tu le sais pourtant que je ne tiens pas plus de dix secondes sur ces machins-là ! Déclara le jeune homme en montrant les patins à glaces qu'il avait aux pieds.

Bon tes encore en vie et tu râles donc tu n'as rien de cassée, déclarât-elle en s'arrêtant juste devant le tapis de fleur. Puis commença à rassembler tous les pétales sous les yeux indignés du jeune homme.

Quoi ? ! C'est tout ce que tu trouves à dire alors que j'aurai pu me blesser très sérieusement ! Qu'elle sœur indigne !

– Oh c'est bon ! Arrête ton cinéma tu veux ! Souffla la rose. Tu ne vas avoir qu'un tout petit bleu, ce n'est pas la mer à boire non plus ! Tu es bien sûre d'être un garçon ?

Très drôle, je suis mort de rire là ! Railla son frère. Non mais sérieusement Sakura pourquoi tiens-tu temps que ça à faire ton numéro sur la glace ?

Sasori je te l'ai déjà dit je veux crée une atmosphère et puis tu es déjà allé voir des spectacles sur glaces ? C'est vraiment magnifique ! De plus je ne serai pas toute seule, du moins pas tout le temps, je partage la vedette avec de vraies patineuses ! Ça va être vraiment super ! S'écria Sakura toute exciter d'être déjà le soir de la représentation.

– Mouais, fit Sasori pas vraiment convaincu. Il était toujours assis par terre, semblant avoir oublié où il était. Il regardait sa sœur ramasser et faire un tas de tous les pétales qui étaient répandus au sol. Dit pourquoi tu t'embêtes à les ramasser ?

Écoute Sasori ! À tu une idée de quelles saisons on est ? Je vais te le dire moi ! On est en automne ! Va trouver des fleurs de cerisier en cette saison toi ! Celles-ci mon coûter une vraie fortune alors elles ont enterrées a durée ! Et sans parler de sa on nous prête la patinoire propre alors on la rend propre ! Aller relèves toi, on va recommencer depuis le début !

 

Sasori poussa un soupir. Sa sœur était infatigable. Quand il était question de magie il était impossible de la ramener à un autre sujet. Depuis aussi loin qu'il puisse se souvenir Sakura a toujours était attiré par la magie. Pour elle tout était magique, dans chaque fait et geste que quelqu'un faisait, il y eut même une période ou elle croyait que la télé était un objet magique capable de nous transporter dans un autre monde ! Ces parents et lui avaient beau lui expliquer que ce n'étais pas possible elle répliquait que si, que c'était juste parce qu'elle n'avait pas trouvé le bon bouton. (À chaque fois elle appuyait sur tous les boutons et à chaque fois la télé tombée en panne, heureusement pour eux cette période fut plutôt courte). Mais cette époque est depuis longtemps révolue au plus grand malheur de Sasori qui aurait voulu que sa sœur reste une éternelle petite fille à la recherche d'une porte secrète qui la conduira dans un autre univers rempli de fée, de lutin et autre merveille.

 

– Sakura il est presque deux heures du matin ! Je suis crevé et toi aussi d'ailleurs. De plus demain on part pour Tokyo, si on ne veut pas rater notre avion il vaut mieux retourner se coucher ! Ordonna presque Sasori.

 

Il faut dire qu'ils y étaient depuis presque six heures. Et n'avait fait que de très courte pose depuis qu'ils avaient commencé.

 

– Mais Sasori, je ne serais jamais prête si on arrête maintenant ! Après tout je peux très bien faire une nuit blanche et dormir dans l'avion ! Répliqua la sœur.

Et ton matériel ? Attends Sakura on embarque tôt demain, enfin je veux dire aujourd'hui ! IL faut vraiment que tu arrêtes ! Tu auras tout le temps de répéter quand on sera à Tokyo ! Bon sang le spectacle n'est pas prévu avant le vingt-deux décembre soit le premier jour de l'hiver, on est en mis octobre Sakura, maintenant tu vas m'écouter, on va tout ranger dans les cartons et après on ira se reposer.

 

Alors que la jeune femme aller répliquer il reprit :

 

Stop, tu n'as plus ton mot à dire ! Je suis ton grand frère et même si tu es majeur, il est obligatoire que les plus jeunes obéissent à leur aîné ! Exécution ! Son ton avait été si ferme que Sakura ne répliqua pas et commença à ranger sont matériel.

 

Alors que tout était rangé et emballer dans les cartons ainsi que bien mit dans la camionnette, Sasori et Sakura aller refermer les portes arrière quand soudain ils se firent percuter par un homme, d'environ la même taille que Sasori mais qui dans l'ombre de la nuit paraissait bien plus imposant. Aucun des deux ne vit correctement son visage, pourtant Sakura nota machinalement qu'il avait une très belle veste en cuir de couleur marron et dont le bouton de manchette était de couleur argenter et au design particulièrement singulier représentant un lion qui tient dans la gueule un oiseau. Elle ne sut par contre pas de quel oiseau il s'agissait ne connaissant rien dans ce domaine. Comment pouvait-elle avoir vu tout ça ? Tout simplement parce qu'en les bousculant, l'homme avait fait tomber Sakura, qui en cherchant désespérément une prise c'était raccrocher à la première chose qui lui tomber sous la main, entraînant l'homme dans sa chute. Elle, se retrouva couchée sur le dos tout contre le bitume froid du parking, lui, juste au-dessus d'elle. Grâce à la faible luminosité du croissant de lune elle avait donc pu voir ses détails. Il n'en était malheureusement pas de même pour la personne qu'elle avait au-dessus d'elle. Son visage était caché par une capuche. Capuche relier sûrement à un sweat-shirt qui sera sous la veste en cuir. Son haleine fouettait le visage de Sakura, celle-ci la trouva fraîche et il dégageait de lui un parfum que la jeune femme trouver enivrant. La rose crue y déceler un mélange de menthes poivrées, de citron vert et un soupçon de paprika. Le cœur de la rose s'emballa sans que celle-ci ne sache vraiment pourquoi. Sûrement était-ce dû à cette soudaine proximité envers cet homme qu'elle ne connaissait pas ! Jamais elle n'avait été aussi proche d'un homme, pas même de son frère. Son cœur tapait si fort que Sakura le sentait jusque dans ses tempes, et elle était pratiquement sûre que l'homme aurait pu lui aussi le sentir si son frère n'était pas intervenu...

 

Oui Sasori, trouvant qu'ils étaient restés trop longtemps dans cette position, (qui aurait pu faire susciter pas mal de questions, reconnaissons-le) avait pris l'homme mystère par le bras et l'avait relevé sans plus de cérémonie :

 

Bouge de la toi, grogna-t-il

 

Mais alors qu'il le relevait, l'inconnue avait sa chaîne emmêlée à celle de Sakura, associée à un pendentif impossible à voir dans le noir. Au contraire de celle de Sakura qui était éclairée par un rayon de lune. C'était une fine chaîne en argent agrémenté d'un pendentif porte photo en forme de fleur de cerisier. La chaîne était entremêlée par le médaillon que porter l'homme. Sous la pression les chaînes cédèrent et tombèrent au sol. Leur bruit retentit réveillant quelque peu la personne que Sasori tenait. Il se dégagea rapidement, ramassa les deux chaînes et partis comme un voleur, disparaissant dans les recoins sombre de la nuit, tel un fantôme il s'éclipsa sans bruit comme il était apparu.

 

Ma chaîne ! Elle n'est plus là ! S'exclama Sakura.

– Tu te les fais voler par cet homme alors !

– Mais Sasori c'était celle de... Mais la rose ne put terminer, un nœud s'étant formé dans sa gorge.

– Je sais saku. Aller vient ! Demain avant de prendre l'avion on ira voir la police pour déclarer le vol. Dit-il d'une voix calme

Et c'est tout ce que ça te fait ! Tu ne t'alarmes pas ?

–  À quoi bon il est déjà loin maintenant ! Et puis tu ne peux t'en prendre qu'à toi-même, tu n'avais qu'à m'écouter quand je te disais qu'il faillait y aller !

– Mais bien sûr ! Maintenant c'est de ma faute ! Tu sais quoi Sasori la prochaine fois n'ouvre la bouche que pour dire quelque chose de sensés ! Et que si, et uniquement si, tu as quelque chose de pertinent à dire ou alors des arguments irréfutables ! Répliqua sèchement la rose en se redressant.

Mais qu'ai-je fait au ciel pour mériter un tel spécimen comme sœur ! Tu pourrais être plus gentille avec moi ! Et puis comment fais-tu pour être encore en forme à une heure pareille ? Fit Sasori faussement indigné.

- Que veux-tu dire par Spécimen ?

– Je veux parler de toi et de ta couleur de cheveux des plus bizarres, du fait que tu es un véritable estomac sur pattes ! Que tu es infatigable quand il est question de « magie » ! Et enfin pour couronner le tout que tu n'es toujours personne dans ta vie alors que tu as vingt-deux ans ! Énuméra Sasori tout en haussant un peu le ton.

– Et alors ou est le problème ? Demanda innocemment Sakura

Le problème est que j'aimerais bien être tonton avant d'avoir l'âge de la retraite !

– Oh arrête un peu de te plaindre OK ! Et puis pourquoi tu comptes sur moi ? C'est vrai quoi pourquoi souhaites-tu te contenter d'être tonton alors que tu adores les gosses ! ? T'a qu'à en faire, ainsi le temps que tu t'en occupes tu ne me casseras pas les pieds ! Répliqua la rose tout en montant dans la camionnette

– Ba moi je veux bien le problème c'est Emi ! Reprit plus doucement Sasori en se mettant côté conducteur. Elle ne se sent pas prête pour être maman !

C'est normal, après tout tourne autour du bébé tu sais ! C'est toute ta vie que tu mets entre guillemet pour l'enfant ! Et puis elle ne veut peut-être pas faire des nuits blanches car tu peux être sûr et certain que sa c'est ce qui arrivera les premiers temps ! Elle ne veut peut-être pas non plus arrêter son travail, Emi est une femme assez indépendante il faut bien le reconnaître !

Ce n'est pas comme si elle serait toute seule, je serais là pour l'aider, l'épauler !

– Et peut-être est-ce parce qu'elle a tout simplement peur qu'une fois le bébé présent tu ne veuilles plus d'elle ! Acheva Sakura.

 

Sous le choc Sasori freina brusquement ! Heureusement pour eux il n'y avait aucune voiture dernière.

Quoi mais c'est ridicule enfin ! S'exclama Sasori

Vraiment ? Pourtant ça arrive plus souvent qu'on ne le croit tu sais ! Des gars qui disent à leur copine « bien sûr que non, je ne t'abandonnerais pas, je t'aime tu sais » pour finalement les laisser tombé quand enfin ils comprennent ce qu'un bébé veut dire ! Plus de soirée entre pote ! Couche, biberons, surveillance vingt-quatre heures sur vingt-quatre et nuit blanche à répétition ! Quand enfin ils comprennent qu'un bébé, qu'un enfant ce n'est pas seulement au début qu'il faut en prendre soin, s'en occuper, que ce n'est pas un poupon mais bien un être vivant dont il faudra s'occuper à vie ! Quand ils comprennent bien les responsabilités que tout cela implique... Il est trop tard le bébé est là et tout ce que la plupart trouve à faire c'est d'abandonner la mère et l'enfant. La mère est dans la plupart des cas jeune et doit souvent choisir entre l'enfant et elle (sa carrière). Il arrive aussi que ce soit l'inverse même si c'est assez rare.

– Je comprends ce que tu veux dire saku, mais moi je ne suis pas comme ça, tu le sais ! J'ai toujours pris mes responsabilités ! Et Emi le sait aussi !

– Oui peut-être mais le savoir ne suffit pas toujours Sasori, Tu devrais le savoir mieux que qui quiconque, il nous faut parfois des preuves.

– Des preuves hein !

 

Puis ce fut le calme plat jusqu'à l'hôtel ! L'appartement de saku aillant déjà était vendu depuis longtemps pour pouvoir en payer un autre à Tokyo il ne lui restait plus que cette solution. Toute c'est affaire y était arrivé dans l'après-midi. Il n'y avait plus que quelque objet appartenant à son inventaire de magie ainsi que ses valises.

 

 

 

*&*&*

 

 

L'avion atterri vers les dix heures trente à l'aéroport de Tokyo. Finalement Sakura n'avait pas déclaré le vol de son collier. À quoi cela aurait-il pu servir de toute façon ! Pour la police ça n'aurait été qu'un simple vol comme il y en a tant d'autres, il se serait penché sur l'affaire durant les premières quarante-huit heures pour finalement boucler le dossier au bout de quatre jours. C'est du moins ainsi que Sakura voyais les choses. De plus elle n'aurait pas été d'une grande aide lors de la description du voleur, vu qu'elle ne savait pas à quoi il ressemblait et elle doutait qu'avoir pris la peine de noter la beauté de sa veste et la particularité de son haleine puisse faire avancer l'enquête. Pourtant elle n'arrivait pas à se remettre de la perte de son médaillon. Ça peut paraître exagérer d'avoir une telle réaction, après tout ce n'était qu'un collier, mais voilà pour Sakura s'était plus, beaucoup plus qu'un simple collier ! D'ailleurs il était des plus banale, la chaîne était en argent, quant au pendentif il était fait en or fin, composé d'une perle nacrée et de pierre rose pâle au reflet quelque peu plus foncer comme le magenta. Il ne valait pas très cher d'un point de vue financier en tout cas c'est ce que lui avait dit l'expert qui avait examiné le pendentif. La perte de ce collier, perturber vraiment Sakura, a un point tel qu'elle avait oublié, complètement oublier, ces tours de magie. En effet durant le vol elle aurait dû se pencher sur de nouveau tour à effectuer sur la glace, elle aurait dû se pencher aux différents rêves qu'elle voulait donner à son public. Mais la rose n'avait rien fait de tout cela.

 

Ce n'est qu'une fois arriver dans son nouvel appartement que la jeune fleur se décida enfin à rallumer sont portable. Il n'était pas allumé depuis deux minutes qu'elle reçut un appel de son meilleur ami : Naruto. La fleur eut un moment de réflexion ne sachant pas si elle était disposée à écouter son ami parler encore et encore. Naruto avait beau être un garçon, la rose le soupçonner d'avoir été une fille dans une vie antérieure. Ce n'était pas normal d'être constamment excité pour un rien, de parler pour ne rien dire ! Ce fut finalement au bout de la sixième sonnerie que la rose craqua :

 

Oui Naruto ? Fit Sakura

Ben comment t'a deviné que c'était moi ? Demanda son ami à l'autre bout.

Je suis devin, répondis Sakura exaspérer par la stupidité dont faisait parfois preuve sont ami

Sérieux ? Alors pourquoi je t'appelais ? Vu que tu es devin tu dois déjà le savoir ! Fit Naruto

Espèce de Baka ! Tu crois vraiment que si j'avais pu le savoir à l'avance j'aurai décroché ? S'énerva Sakura

Ba c'est toi qui as dit que tu étais devin, non ?

– Naruto ! Souffla Sakura

Oui bon je t'appelais pour te dire que finalement je ne pourrais pas venir te voir ce soir, je mange avec mon meilleur ami et...

– Attends tes pas sérieux là ? La coupa Sakura

– Ba si ! ? Dit Naruto ne comprenant pas la réaction de la rose

Attends Naruto tu n'as pas le droit ! Comment je vais faire moi si tu te décommandes ! Je n'ai personne d'autre pour te remplacer, de plus ton meilleur ami comme tu le dis si bien tu la vue hier si je me souviens bien il ne t'en voudra pas si vous ne vous voyez pas aujourd'hui !

– Non on ne sait pas vu, on sait parler au téléphone ce n'est pas pareil. Contra-t-il. Il arrive ce soir à l'aéroport. Je lui ai dit que je viendrais le chercher. De toute façon je ne vois pas en quoi ça t'embête, tu as bien Sasori non ! Ton frère voudra sûrement t'aider !

– Ce n'est pas le problème Naruto ! Tu avais promis ! Je croyais que tu ne revenais jamais sur ta parole ? À moins que cela soit un mensonge ? Tu dis que tu ne l'as pas vue depuis un moment ? Mais moi alors ? Cela faisait six mois que j'étais parti pour essayer de percer dans le milieu de la magie et maintenant que j'y suis parvenu tu me laisses tomber tel une vieille chaussette toute trouer et bonne à la poubelle ? Mon frère ne peut pas venir ce soir et puis de toute façon je comptais sur toi !

– Je suis désolé Sakura, je me suis mal fait comprendre. L'ami dont je te parle était parti depuis presque six ans vivre à l'étranger, en Angleterre plus précisément. Saky tu sais très bien que je ne suis pas du genre à manquer à ma parole, mais là j'ai fait elle idiot. Bien sûr que tu es importante pour moi Saky n'en doute jamais, mais il y a aussi...

D'accord arrête de te fatiguer j'ai compris ! Je vais appeler quelqu'un d'autre ! Mais je puis t'assurer Naruto que si tu n'es pas là après-demain à dix-neuf heures pile, tu auras affaire à moi. Me bien fais comprendre ?

– cinq sur cinq Saky ! Je t'adore tu es le meilleur ! Cria presque Naruto.

Naruto arrête de hurler je ne suis pas sourde tu sais !

– Oui bon, je te laisse Saku et encore désoler hein !

– T'inquiète pas pour cela Naruto, dit doucement la rose, je ne t'en veux déjà plus. Continua-t-elle tout en affichant un drôle de sourire sur les lèvres.

Super, alors à lundi, bisous.

– Bisou Naruto, dit la rose avant de raccrocher.

 

Si Naruto pensait vraiment pouvoir s'en tirais ainsi il se trompait, car Sakura était bien décider à lui faire payer. Enfin ceci serait pour plus tard car maintenant elle devait trouver quelqu'un en urgence pour remplacer Naruto ce soir. Et Sakura ne connaissait qu'une seule personne dans son entourage assez gentil pour la dépanner... Elle regarda dans son agenda pour y trouver le numéro de la personne et le composa sur un téléphone à cadran (si vous ne savez pas ce que c'est aller sur Google et taper téléphone a cadrant), téléphone très vieux, il faut bien le reconnaître puisqu'elle le tenait de son grand-père, et bizarrement Sakura avait toujours aimer ce fixe, il la rendait nostalgique. Sans doute devait-elle être la seule à avoir encore ce genre de téléphone mais pour Sakura il valait bien plus que n'importe quel téléphone moderne. Quand enfin Sakura eut terminé de composer le numéro, on décrocha au bout de la troisième sonnerie : la personne qui répondit avait une voix remplie de douceur et de fragilité :

 

– Allô ?

– Hinata ? C'est Sakura à l'appareille ! Comment vas-tu ?

– Sakura, ça faisait longtemps ! Depuis la fac non ? Et je vais bien et toi sa vas aussi ? Répondit la jeune femme d'une voix fluide.

Moi, ça va, ça va. Et oui cela doit bien remonter à juin ! Que l'on ne sait ni vu ni parler !

– J'ai été étonné de ne plus te voir en cours et particulièrement à l'examen ! Tu ne m'avais même pas prévenu de ton départ. Je m'étais sérieusement fait du souci pour toi tu sais heureusement que ton frère m'a prévenu lui au moins. Reprit la femme à l'autre bout du fil

Je sais, et je suis désolé d'être partis comme une voleuse, tu sais à quel point cela allait mal à ce moment-là, avec le décès des parents et tout. Enfin bref, si je t'appeler, c'est pour te demander deux petits services !

– Tu n’es pas culottés, tu m'appelles après six mois sans nouvelle et tu oses me demander des services ! ? Pourquoi est-ce que je ferais ça ? Demanda Hinata

Parce que je suis ta meilleure amie, que je t'ai manquée et parce que tu es trop gentille pour me refuser quoi que ce soit, répondis Sakura un sourire dans la voix.

D'accord tu m'as eu, alors c'est quoi comme service ?

– Tu es un amour, mais je préfère te le demander en face, par téléphone cela ne le ferait pas trop et puis si je veux te convaincre le mieux serais que l'on se voit !

– D'accord on se retrouve où ?

– Au café habituel, qu'est-ce que t'en dit ?

– Pas de problème pour moi, on s'y rejoint dans une heure ?

– OK c'est parfait merci Hina !

– De rien Saky, à toute ! Déclara Hinata avant de raccrocher.

 

Bon maintenant que tout ceci était fait Sakura pouvais se concentrer sur ses futures tours de magie. Pendant presque une demi-heure elle dessina tout ce qu'il lui passa par la tête, elle barra certain d'entre eux, en entoura d'autres et coloria ceux qu'ils lui plaisent vraiment. Le plus dur n'étant pas de les imaginer mais bien de les mettre en application. Tout particulièrement pour l'un d'entre eux ou il lui faudra un assistant terriblement compétant pour faire la différence le mieux serais qu'il est quelque base d'illusionnisme, et de préférence qui sache tenir sur des patins au contraire de son frère. Car bien que Sakura arriver toujours à se dépanner pour les entraînements elle n'avait toujours pas d'assistant officiel, pourtant elle savait que si ce problème n'était pas réglé très rapidement il y allait avoir des complications.

 

Dix minutes avant l'heure du rendez-vous Sakura se prépara, mis tous ses croquis et idée dans une pochette, enfila un manteau rouge, des bottines à talon noir, prit son sac, ses clés sans oublier la précieuse pochette, puis partis en direction du café. Elle avait cinq minutes de retards quand elle arriva au café des Délices. Cette atmosphère familière lui avait énormément manqué, des souvenirs du passé lui revinrent en mémoire tel une douce brise d'été. Un sentiment de nostalgie s'insinua sournoisement en elle. Elle était partie de Tokyo voilà six mois maintenant mais rien n'avait changer, tout était resté tel ses souvenirs. Sauf peut-être ce serveur hypercraquant qui n'était pas là avant son départ. Remarqua-t-elle.

 

Hinata était assise à une table pour quatre, près de l'immense baie vitrée, leur table favorite quand elles étaient encore toutes les deux à la fac. Elle fit un léger signe de main à Sakura pour être repéré. Hinata était une superbe jeune femme de vingt et un ans, elle était plus jeune de Sakura d'un an, pourtant il était clair que des deux c'était elle la plus mature. Sakura tout en s'asseyant devant son amie la dévisagea, quelque seconde, pour venir à la conclusion que son amie n'avait pas changée. Elle avait toujours ses longs cheveux bruns reflétant des nuances de violet tirant parfois sur le bleu nuit. Une légère franche sur le front. Elle avait des yeux de la couleur des perles, un visage fin, angélique. Sakura nota toutefois que sa jeune amie avait quelque peu maigrie depuis son départ. Elle était plus... Affinée.

 

– Cela me fait plaisir de te revoir Sakura, Commença Hinata. Tu commandes quelque chose ?

– Moi de même Hinata, si tu savais tous ce qui m'aie arrivé ! Mais commençons d'abords par toi. Comment ça s'est passé après mon départ ! ? Et je prendrai bien un Orangina !

 

Le serveur hypersexy que Sakura avait repéré arriva et prit leur commande, une fois qu'il fut parti se fut Hinata qui prit la parole en premier :

 

Hé ben j'ai réussi à convaincre père de me laisser faire un essai. J'ai un an pour faire mes preuves, huit mois maintenant depuis juillet en vérité. Mais ses beaucoup plus difficile que je ne me l'imaginer. Je ne suis pas très connue alors obligatoirement je n'ai pas beaucoup de commandes. Mes meilleures ventes ont été ce mois-ci vers le cinq ou j'ai pu vendre cinq articles. Je continue de participer à des concoure ou j'arrive dans les cinq premiers à chaque fois. Enfin je dis ça mais ma meilleure place était en troisième position ! Déclara Hinata, en soufflant un soupir de lassitude.

 

Hinata fessait partis de la famille Hyuga, une des plus riches et influentes familles du vingtième siècle, sa famille était également la seule de tout le japon à compter dans leur rang des nobles de l'air Edo. C'était une famille ancienne, dans tous les points de vue. Aussi bien dans leur coutume, leur tradition, leur environnement, leur habit, leur convenance. De ce fait Monsieur Hyashi Hyuga, le père d'Hinata avais eu beaucoup de mal à laisser sa fille aînée, faire ses propres choix au lieu de suivre la voie que lui et sa femme avait tracer pour elle. Si elle réussissait le défi qu'il lui lancer, l'entreprise familiale reviendrait à son neveu Neji. Étant donné que sont autre fille était encore vraiment trop jeune pour pouvoir supporter une telle pression sur ses épaules. Hinata avait eu beaucoup de mal à faire changer d'avis ses parents, mais à force de patience et de persuasion ainsi que beaucoup de compromis, elle y était arrivée. Il ne reste plus qu'à réussir haut la main le pari lancer par son père pour qu'Hinata soit enfin libre de voler librement dans le ciel qu'elle aura choisi. Sakura était certaine qu'il ne s'agissait que d'une formalité pour la belle Hyuga.

 

– Je trouve que pour un début tu t'en sort plutôt bien ! Ce n'est pas le moment de te démoraliser sinon tu n'arriveras à rien !

– Oui tu as raison, dit Hinata en souriant, et toi de ton côté ?

–  C'était génial, fantastique super ! Tu sais à quel point j'aime la magie n'est-ce pas ? Ben c'est pour cette raison que je suis parti il y a six moi, pour percer dans le monde de la magie, qui est un cercle assez fermer encore pire que le monde du show-biz ! Enfin bref j'y suis parvenu et tu veux savoir comment ? Aller dit moi que tu veux savoir je sais que tu en meurs d'envie ! Reprit Sakura de plus en plus exciter.

Et comment tu y aies parvenu ? Demanda Hinata heureuse de voir que son amie n'avait pas du tout changer en six mois.

Et ben figure toi que je suis allé à Okinawa justement bon... Dès que je suis parti c'est la première chose que j'ai faite ! Donc je suis allé à Okinawa car il y avait une audition pour faire quelque tour de magie et si on était pris on serait passé à la télé pour une émission pour enfant. Et devine ce qui c'est passe ? Demanda Sakura à son amie un immense sourire aux lèvres.

Tu l'as eu ! Déclara Hinata

 

Et c'est à ce moment-là que Sakura partis dans un fou rire.

 

Absolument pas je n'y ai même jamais pointé à cette audition, dit-elle entre deux soubresauts.

Je ne comprends pas, déclara Hinata. En quoi est-ce si drôle ?

Laisse-moi tout expliquer, quand j'en aurai fini tu ne me croiras sûrement pas mais bon, enfaîte quand je suis arrivé à Okinawa mon train avais du retard, si bien que je n'avais plus beaucoup de temps pour aller à l'audition, donc le temps que je prenne le peu d'affaire que j'avais prise avec moi et de sortir de la gare j'avais déjà perdu dix minutes, ensuite c'est moi qui me suis perdu pour aller à l'audition je n'avais plus une minute à perdre puisque j'avais encore cinq minutes devant moi et quand j'ai enfin réussi à trouver la bonne rue et immeuble c'est à ce moment-là qu'un chien est arrivé à toute bise et me renverse, s'en est suivi d'une enfant d'environs sept ans qui m'a carrément piétiné, continua Sakura en rigolant puis elle se calma. Le vrai problème fut lorsque je réussis à me relever, je vis que le chien et la fillette aller vers la route, je rattrapai la gamine mais le chien lui... Il était déjà sur la route... Et tu sais comment roulent les gens même si on était en ville. La petite fille pleurer alors je lui ai dit de fermer les yeux et j'utilisai ma cape, tu sais celle que tu m'avais confectionnée pour un des numéros que j'avais imaginé pour l'école ? Et bien sûr en plus d'utiliser la cape je fis appel à mes dons de magicienne si je puis dire et je jetai la cape sur le chien au moment ou une voiture lui foncer dessus !

Tu as fait ce tour n'est-ce pas ?

– Oui deux secondes après que la cape est toucher le chien, toute les personne présente virent la cape s'effondrer comme s'il n'y avait jamais rien eu dessous, quant au chien il réapparut sous le pull de la petite fille comme par magie, dit Sakura avec un clin d'œil à Hinata. Quant à ta cape elle a évité de justesse de finir en un vulgaire bout de tissus. Je les récupérai dès que le feu passa au rouge.

Tu es vraiment une magicienne incroyable Saky, c'est donc pour cette raison que tu n'es pas aller à l'audition !

– En effet, répondis Sakura même si ce n'était pas une question. Mais ça ne s'arrête pas là bien au contraire. Comme à cause de ce qui c'était passer j'étais plus qu'en retards, je ne suis pas aller à l'audition et en réalité je crois que même si j'aurai voulu y aller je n'aurai pas pu, dit-elle avec un sourire, car vois-tu la petite fille ma tirer avec elle dans un immeuble jute à côté de l'immeuble de l'audition, bref. Elle m'a traînée avec elle quoi et là devine à qui elle m'a présenté ! ?

Je ne sais pas sa mère ? Répondit Hinata au hasard bien trop captivé par l'histoire rocambolesque de son ami.

Faut ! À sa tante qui est elle aussi une magicienne, mais pas n'importe laquelle ! Une magicienne reconnue et tu ne devineras jamais qui c'est !

– Ba dits moi ? Tu sais bien que je ne m'y connais pas autant en magie que toi ! Déclara la noiraude.

Tien toi bien alors, c'était Mikoto Uchiwa !

 

Mikoto Uchiwa ! La plus grande Magicienne du japon qui depuis six ans maintenant faisait des représentations a l'étranger et plus particulièrement en Europe. Elle était le modèle de Sakura, une véritable idole ! Hinata ne comptait plus le nombre de fois ou Sakura lui avait parlé d'elle. C'était bien simple il ne se passait pas une journée sans que Sakura ne parle de Mme Uchiwa surtout si en plus vous aviez eu le tords de la dirigez sur sa passion. À chaque fois que Mikoto réussissais un nouveau tour les yeux de Sakura brillait tels des diamants et s'extasier comme si c'était elle qui avait réussi ! C'était également une mère dévouer, épouse aimante, même si elle ne faisait pas beaucoup parler d'elle ou de sa famille en dehors de sa tournée de promotion.

 

Tu me fais marcher ! Fit Hinata Scotché.

Je t'assure que c'est vrai, tien regarde ! Rétorqua Sakura en montrant a Hinata une photo d'elle et de Mikoto.

– Eh ben dit donc...

– Et ce n'est pas tout, la petite fille lui a tout raconté, alors Mikoto ma demande si cela me déranger de lui faire une petite démonstration. Tu m'aurais vu j'étais dans tous mes états, mais bien évidemment j'ai accepté ! Ce n'est pas tous les jours qu'une personne comme elle va me demander de faire une démonstration de mes talents tu vois ? Donc je lui ai refait le cou du chien qui disparaît, personnellement je trouve que cela en jeter plus quand la voiture arriver, rigola légèrement Sakura. Plus deux trois autres tours tu vois. C'est à ce moment-là qu'elle ma demande mon nom et mes coordonnées ! J'étais au paradis, je pensais, qu'elle m'aiderait sûrement pour retenter ma chance pour l'audition mais c'était encore mieux que ça ! Trois jours après cette rencontre qui restera à jamais graver dans ma mémoire, elle m'a appeler en personne pour me demander si je serais d'accord pour devenir sont apprentis pendant six mois !

Et tu as accepté n'est-ce pas ? Questionna Hinata en souriant jusqu'aux oreilles.

Bien sûr que j'ai accepté même si je dois bien le reconnaître que je n'en revenais pas.

– Je suis contente que cela, c'est aussi bien passer pour toi !

 – Ce n'était pas toujours facile mais je dois bien avouer que je me suis pas mal éclaté, d'ailleurs Mikoto m'a confié une représentation, ce sera un peu comme un test d'évaluation tu vois ? ! Et c'est là que tu interviens.

– Comment ça, je ne comprends pas ! ? Fit Hinata.

C'est là que les deux faveurs que je t'ai demandées interviennent. Pourrais-tu venir ce soir à la patinoire de Tokyo de dix-huit heures jusqu'à vingt-trois heures ? Pour être mon assistante ?

– Ton assistante ? Tu n'as personne ?

– Bas, tu vois j'avais bien quelqu'un mais cette personne ma lâchement abandonner pour revoir un vieil ami ! Encore heureux que l'on ne soit pas le jour de la représentation je l'aurai tué, et puis ce n'est que pour ce soir. Le temps que je trouve quelqu'un...

 

Sakura s'arrêta nette elle venait peut-être d'avoir une idée mais n'étant pas sûre que cela marcherait préféra finalement ne rien dire à Hinata.

 

Mais c'est obliger que les entraînements soient si long ? Parce qu'avec mon magasin je ne peux pas trop...

– Juste pour ce soir Hinata je t'en prie ! Supplia Sakura. La représentation est pour le vingt-deux et je suis très, très loin du résultat final !

– Bon d'accords souffla Hinata, mais c'est vraiment parce que c'est toi.

 

Hinata sorti son agenda et nota le rendez-vous, avant de le refermer et de le poser sur la table.

 

Et qu'elle est ta deuxième demande ?

– Pourras-tu fabriquais mes costumes ainsi que mes robes de soirées ? Demanda Sakura un sourire espiègle aux lèvres. Sachant pertinemment comment réagira son amie.

Tu sais vraiment comment t'y prendre avec moi, fit la belle brune dont le sourire ne cesser d'augmenter, mais c'est d'accord ! Finit-elle par dire.

Je vais y aller, je t'expliquerai tout ce soir d'accords ?

– Pas de problème, à toute à l'heure Saky !

– A toute Hina !

 

Puis Sakura repartie en direction de chez elle, pourtant avant de rentrer elle fit quelque course pour les repas. Une fois rentrer chez elle, elle passa le plat tout préparer aux micro-ondes et se remit à bosser sur ses idées de tour. Ceux qu'elle avait trouvés n'étaient déjà pas si mal en soies mais étaient bien en dessous de ce dont elle était capable de faire. Elle fouilla dans sa mémoire et grâce à cela des idées lui vinrent à l'esprit, l'une d'entre elle était carrément de la pure folie, rien ne garantît du succès de ce tour, aurait-elle seulement le temps de tout mettre en place ? Mais pourtant c'était à tenter tellement c'était nouveau, du jamais vu ! Sakura se mis à bûcher sur sa toute nouvelle idée, elle combina quelque tour que Mikoto lui avait appris avec d'autres de grand illusionniste et les mélangea avec ses propres idées. Cela lui prit toute son après-midi pour mettre au point d'une façon purement théorique le tour qu'elle avait imaginé. De toute façon peu importe le nombre de fois où elle L'imaginera, elle ne pourra pas s'entraîner sans assistant fixe avec de très bonne base dans le domaine de l'illusion, elle n'arrivera à rien !

 

C'est à ce moment-là que Sakura se souvint de l'idée qu'elle avait eue en parlant avec Hinata. Elle se leva d'un bond regarda l'heure, il n'était pas loin de dix-sept heures trente. C'était peut-être un peu tard pour appeler d'autant plus que rien n'était sûr que cette personne accepte mais il faillait essayer. C'est donc dans cet esprit-là que Sakura composa un numéro qu'elle connaissait presque par cœur maintenant ! Au bout de la septième sonnerie Sakura raccrocha avant de rappeler. Ce n'était pas normal d'habitude cette personne décroche toujours au bout de la troisième sonnerie et en générale coupe sont tel au bout de la cinquième s'il ne peut pas répondre. Ce fut au bout de la quatrième tentative de Sakura que la personne qu'elle appelait daigna décrocher :

 

Salue Saky t'a intérêt à ce que cela soit hyper important ! J'étais en pleine répétition et tu sais bien à qu'elle point le coach est pointilleux ! Répondit une voix d'homme.

Ouais bref tu sais très bien que je ne t'appellerais jamais pour des broutilles ! J'ai besoin de toi et je n'accepterais pas que tu refuses !

– Cela fait à peine une semaine que tu es loin de moi et je te manque déjà ? ! Tu sais si ce n'est que ça fallait le dire plus tôt je t'aurai accompagné !

– Arrête de faire l'idiot d'accords j'ai besoin de tes compétences en matière de...

– Chérie si c'est pour le sexe, tu sais déjà que je suis d'accord depuis le temps que je te supplie d'être tout à moi ne serait-ce que pour une seule nuit !

– Sa suffis, souffla la rose, si je t'appelle ce n'est pas pour cela et tu le sais ! J'ai besoin d'un assistant compétant et il n'y a qu'en toi que j'ai confiance.

– Un assistant ? Tu fais une représentation ?

– Oui le vingt-deux décembre si tu veux tout savoir !

– Et pourquoi as-tu pensé à moi ?

– Tu es le seul que je connaisse capable de faire correctement ce que je te demanderais ! Pour l'instant je peux me démerder pour trouver des gens qui veulent bien m'aider à m'entraîne mais je n'ai pas encore pu faire les tours les plus importants. D'ailleurs en parlant de sa j'ai une idée presque révolutionnaire mais pour le faire j'ai besoin de toi ! Je t'en prie d'y moi que tu vas le faire !

Tu sais bien que je ne peux rien te refuser princesse !

– Tu es le meilleur !

– Les flatterie ne te mènerons nulle part ! Tu es dans quelle ville exactement ?

– A Tokyo, je loue la patinoire tous les jours sauf le mardi, le vendredi et le dimanche, de dix-huit heures à vingt-trois heures.

– Ok tu as de la chance que mon équipe reste ici jusqu'en janvier, sinon j'aurai été obligés de refuser même si cela m'avait brisé le cœur !

– Ce n'est pas de la chance. Je me suis souvenu que ton équipe jouait les qualifications à Tokyo, enfaîte ce n'est pas seulement ton équipe mais toutes les équipes du Japon puisque les éliminatoires du tournoi se déroulent ici.

– Tu as gagné ! On se trouve quand ?

– Pourquoi pas lundi ? !

– Lundi c'est parfait, bye princesse, sois sage en mon absence !

– T'inquiète pas mon prince je suis une princesse modèle tu devrais le savoir.

– Va dire ça a d'autre, répondis en rigolant l'autre personne l'autre bout du fil.

– A plus, dit Sakura avant de raccrocher.

 

Voilà c'était fait Sakura pouvais à nouveau respirais. Pourtant en voyant l'heure elle s'habilla rapidement. Mis dans sa voiture tout le matériel dont elle pourrait avoir besoin, puis partis en oubliant pas de fermer la porte à clef. Elle arriva piles à l'heure à la patinoire ou Hinata l'attendait déjà.

 

 

*&*&*

 

 

Le lundi arriva rapidement. Mais pour Sakura ce n'était qu'une journée comme tant d'autres. C'est-à-dire une journée à se concentrer sur la façon de travailler son illusion. L'idée qu'elle avait n'était pas mauvaise, excellente même mais terriblement complexe et de se fait Sakura avait beaucoup de mal a la mettre en pratique. Elle avait travaillé avec Hinata sur les tours les plus simples vu que comme Sasori, cette dernière ne tenait pas très longtemps sur des patins à glace. Sakura était totalement perdu dans ses pensées à essayer de trouver l'élément qui lui faisait cruellement défaut quand son téléphone fixe se mit a sonner, elle ne fit pas attention dans un premier temps croyant que c'était Naruto qui essayais sûrement de la joindre pour sûrement annulée et il n'en était pas question. Mais quand le téléphone sonna pour la sixième fois de façon continue elle se décida à décrocher.

 

Allô Sakura ?

– Oui, qu'y a-t-il Hinata ?

– J'aurai besoin de toi Saku !

– Pourquoi ? Questionna Sakura ne voyant pas en quoi elle pouvait aider sont amis !

Hé ben... En fait... Naruto m'a invité ce soir à une sortis. Il ne m'a pas dit ou il voulait aller mais j'ai accepté tu vois et...

– Et maintenant tu es toute angoissé n'est-ce pas ? C'est tout de même incroyable de voir à quel point tu es une femme forte juste, stricte et confiante dans ton travail mais tellement l'inverse dans ta vie priver... Quoi ? Naruto ta quoi ?

– Oh c'est bon ! Arrête de te moquer ! Et puis c'est normal que je te demande de l'aide à toi c'est ton meilleur ami après tout ! Et il m'a invité à sortir ce soir ! Pourquoi, il y a un problème ?

– Plutôt oui, ce n'est pas toi Hina, mais Naruto m'avait promis d'être présent ce soir à la patinoire pour m'aider à l'entraînement...

– Il ne... Me... La... Pas dit ! Je t'assure... Sa... Saky... Que... Paniqua Hinata

C'est bon Hinata calme toi, ce n'est pas de ta faute arrête de paniquer pour un rien, cet idiot a sûrement dû oublier. Mais vu que j'avais déjà prévu de me venger pour le coup qu'il m'a fait samedi est ce que tu seras d'accord pour m'aider ?

- T'aider comment ?

-Et ben en fait j'ai déjà commencé, j'ai dit à Naruto de se pointer aujourd'hui à la patinoire ce soir, même si je lui ai trouver un remplaçant je compte le forcer à travailler et tu pourrais m’aider, en ne décrochant pas quand Naruto t'appelle. Le mieux sera carrément de le couper mais avec ton travail je ne sais pas si tu peux.

-Si c'est bon j'ai deux numéros de portable un pour le travail et un pour la maison. Mais pourquoi tu veux que je le coupe ?

-Eh ben voilà ! Je suppose que Naruto t'a donné une heure avec un lieu de rendez-vous, n'est-ce pas ?

– Eux oui évidemment ! Ce soir à dix-huit heures au cinéma, pourquoi ?

– Je sais que tu attendais ce rendez-vous avec impatience mais je tiens vraiment à me venger Hina, alors serait-il possible de se voir face à face pour que je puisse t'expliquer toutes les subtilités de mon plan ?

- Bien sûr, après tout il n'avait qu'à respecter sa parole donner n'est-ce pas ? On pouvait entendre un sourire dans la voix d'Hinata.

 

 

*&*&*

 

 

En début d'après-midi, Sakura se rendit de l'autre côté de la ville, en direction de la vieille église, elle s'arrêta en chemin chez le fleuriste, prendre un bouquet de fleurs de saison, puis repartis avant de s'arrêter sur le parking en face de la vieille église. Ferma sa voiture à clef et alla derrière l'église. Elle continua en traversant l'ancien cimetière depuis longtemps abandonner, passa le grillage de sécurité qui maintenant n'en porter plus que le nom, et traça jusqu'à un arbre, (un chêne en réalité) qui était fièrement dressé en haut d'une colline verdoyante. En arrivant vers l'arbre Sakura sue que bientôt elle ne pourrait plus venir ici. Tout en se tenant au tronc de l'arbre, elle se pencha juste un peu, mais cela était suffisant pour voir que la belle colline était rongée par les machines. Oui bientôt, très bientôt, tellement proche qu'il lui était difficile de l'admettre, Sakura ne pourra plus venir dans cet endroit qui lui était si précieux. Tellement de choses étaient liées à cette colline verdoyante, à cet arbre majestueux et fier. En effet ce lieu est symbolique pour Sakura, car c'est ce lieu que les pieds de sa sœur jumelle ont foulé pour la dernière fois.

 

Elles avaient quinze ans à l'époque quand le drame, c'est produit. C'était un accident... Mais Sakura, c'est toujours cru responsable de la mort de sa sœur : Haruka

 

– Pardonne moi petite sœur. Murmura la Rose en regardant l'horizon.

 

Ses mots furent emportés par le vent montant plus haut que le ciel lui-même pour atteindre les étoiles et leur transmettre ce message... Ou peut-être était-ce simplement l'imagination de Sakura qui travailler encore et encore...

 

*&*&*

 

Dix-huit heures avaient sonné et Sakura attendais toujours que Naruto se pointe. Après être passée « voir sa sœur », elle avait appelé Naruto, lui disant qu'il avait intérêt à se pointer à la patinoire à dix-huit heures tapante s'il ne voulait pas faire un petit séjour à l'hôpital ou pire dire adieu à sa descendance. Si Sakura devait s'avancer sur un quelconque pronostic, et a la voix avec laquelle Naruto lui avait répondu au téléphone, la menace avait marché. Ce qui voulait donc dire qu'il ne devrait plus tarder.

Sakura nue en effet pas à attendre longtemps qu'elle vit une voiture toute riquiqui se garer sur le parking de la patinoire. Elle vit descendre du véhicule, son meilleur ami Naruto. Elle se demanda comment un homme aussi grand que lui, un mètre soixante-quinze environ, et fort, soixante-dix kilogrammes de muscle, arriver à entrer dans ce genre de voiture. (Pour ceux qui ne voient pas, c'est une voiture sans permis.) Il avait l'aire tout de même un peu en colère, sûrement dû qu'à cause d'elle, si avait dû annuler son rendez-vous avec la belle Hinata. Sakura eut un léger sourire imperceptible dans la nuit noire. La vengeance était véritablement un plat qui se mangeait froids !

 

– J'espère que tu es fière de toi ! ? Lança Naruto en guise de bonsoir.

 

Ce n'était pas vraiment une question puisque Naruto connaissait assez Sakura pour le savoir. Sakura lui répondit avec un sourire narquois :

 

Je suis on ne peut plus fière en effet ! Mais tu le sais déjà, n'est-ce pas ?

– Il n'y a vraiment pas de quoi ! Tu sais combien il m'a été difficile de l'invité, surtout quand on sait à quelle famille elle appartient ! La famille HYUGA quoi ! Ce n'est pas n'importe qui ! Et puis Merde ! Sakura quoi ! Maintenant Hinata me fait la gueule ! Elle ne veut plus me voir ni m'adresser la parole tout ça parce que tu lui as dit que j'avais déjà rendez-vous avec toi ! Elle a tout compris de travers, ou tout du moins tu lui as parlé d'une façon si ambiguë qu'elle a compris ce que tu voulais qu'elle comprenne et maintenant grâce à toi je n'ai plus aucune chance avec elle ! Déclarât-il d'un ton de reproche.

Je ne m'excuserais pas si c'est ce que tu voulais. Tu allais me refaire le coup Naruto ! Comment aurai-je dû réagir d'après toi, quand Hinata ma appeler pour me dire que tu l'avais invité à sortir CE SOIR ! Repris Sakura en accentuant bien sur les derniers mots. Tu m'avais déjà laissé en plan une fois pour voir ton ami, ce que je pouvais comprendre, mais là, non ! Tu le sais pourtant Naruto que je ne suis pas du tout gentille avec ceux qui cherchent à me mettre des bâtons en travers de mon chemin ! Surtout quand ledit chemin est mon métier ou tout du moins ce que je cherche a changé en mon métier !

– Mais moi aussi j'ai une vie qu'est-ce que tu crois...

-Pas de ça avec moi Naruto ! Tu as eu six longs mois pour l'inviter, maintenant tu vas passer ce temps en MA compagnie !

-Tu n'es vraiment pas sympa !

-Et toi tu as changé, avant que je parte jamais tu n'as manqué à ta parole ! Jamais, pas une seule fois et là en l'espace de quatre jours tu as failli le faire à deux reprises ! Ou alors était-ce fait exprès ? ! L'as-tu fait pour me punir d'être partis sans t'avoir averti ? Je n'aime pas les au revoir, tu le sais bien ! Repris Sakura doucement.

Non-Sakura ce n'est pas ça ! Reprit Naruto contrits.

Alors quoi ? Demanda Sakura ne comprenant pas !

Je crois que... En fait, j'avais peur de te faire face ! Quand je t'ai eu au téléphone la dernière fois, tu avais l'air d'avoir tellement changer. Rien qu'au ton de ta voix je pouvais le dire. Alors que moi... Ba je suis moi quoi, et j'avais peur que tu te rendes compte de notre différence. Alors je t'ai rappelé pour annuler. Je savais que ce n'été que temporaire mais je ne savais pas quoi faire d'autre que de te fuir. Finit-il par dire, en plantant ses yeux bleus dans les yeux vert de Sakura

Ai-je l'air d'avoir temps changer que ça ? Demanda doucement Sakura au bout d'un petit moment de silence.

 

Naruto la dévisagea surprit avant de sourire de ce sourire qui n'appartiens qu'a lui. Qui fit voire c'est trente-deux dents d'un blanc éclatant et qui monter jusqu'à ses oreilles. Il vint vers elle, et ils se firent un gros câlin en signe cette fois d'un véritable bienvenu.

 

Tu m'as manqué ! Murmura Naruto.

 

Quand il s'écarta d'elle pour entrer dans la patinoire, elle le retint en lui disant mystérieusement :

 

– Reste là, on attend encore quelqu'un !

 

*&*&*

 

Une autre voiture arriva vingt minutes plus tard. C'était une voiture de type sport. Pouvant aller jusqu'à deux-cent-quatre-vingts kilomètres à l'heur si ce n'est plus. Il fit une entrée fracassante avant de se garer en travers du parking. La personne qui sortit du véhicule était un homme d'une trentaine d'années tout au plus. Il était presque aussi grand que Naruto et tout aussi musclé. Il avait de longs cheveux aussi noirs que les plumes d'un corbeau, attacher en une queue-de-cheval basse. Sa peau était lisse, les trais de son visage était beaucoup plus mature que son âge le laisser penser. Et ses yeux d'un noir de gaie n'avaient rien à envier au reste de son corps, de ses traits. Bien au contraire. Cet Homme qui venait d'arriver n'était autre que Itachi Uchiwa. Fils aînés de la famille Uchiwa et également un des meilleurs joueurs de football américain de l'État du Kansas dont sa famille et lui étaient originaires. Mais surtout, ce qui avait poussé Sakura à l'appeler, c'est qu'il avait souvent travailler avec sa mère dans la préparation de ses tours, qu'il avait été bercer durant toute son enfance de magie et d'illusion mais en plus, et c'était surtout ça ; il avait pendant longtemps fait du hockey sur Glace. Il savait donc tenir sur des patins. En le voyant avancer vers elle, Sakura afficha un large sourire.

 

De son côté Naruto n'en revenais pas. Comment Sakura avait pu lui faire une chose pareille ! Naruto connaissez Itachi, plus par des « on-dit » que par véritable connaissance. Il savait donc qu'Itachi en savais nettement plus que lui en matière de magie mais qu'en plus lui savais tenir sur des patins. C'était donc bien par pur esprit de vengeance que Sakura l'avait forcé à annuler son rendez-vous avec la belle Hinata. Belle Hinata qui était maintenant durement fâchée contre lui. Mais plus que tout cette personne lui semblait diablement familière. Naruto eut beau se creuser la cervelle, il ne trouva pas pourquoi.

 

Salut ma beauté, comment vas-tu depuis le temps ? Je t'ai manqué ? Salua Itachi

Salut à toi aussi, alors comme ça pour toi dix-huit heures c'est dix-huit heurs trente ? Demanda la rose.

Désoler beauté mais le coach n'a pas voulu me lâcher. Répondit-il avec une grimace.

Tu es excuser pour cette fois. Reprit Saky avec un sourire, Naruto je te présente Itachi qui est un ami un peu excentrique mais avec qui tu devrais bien t'entendre je pense, vu que tu es pareil que lui, et Itachi je te présente Naruto, un peu Baka sur les bords mais c'est pour cette raison que c'est mon meilleur ami, ironisa Sakura.

Hé, je ne suis pas un Baka ! S'indigna Naruto.

 

Naruto et Sakura se regardèrent quelque seconde avant d'éclater de rire ensemble. Bon sang ! Que cela leur avait manqué cette complicité !

 

Reprenons sérieusement, fit Itachi, tu ne m'as pas appelé uniquement pour me présenter ton ami, n'est-ce pas ? Alors mettons-nous au travail.

– Tu m'as enlevé les mots de la bouche, continua Sakura, au fait Naruto ?

– Oui ?

– Hinata ne t'en veux pas, c'était juste une mise en scène. Lança la jeune femme avant de s'élancer en courant dans les dédales de labyrinthe qu'étaient les couloirs de la patinoire. Naruto mis quelque seconde avant de comprendre et d'enregistrer ce que Sakura venait de dire, puis il s'élança à son tour, pour poursuivre son amie.

 

 

Sakura attendait qu'Itachi réapparaisse dans la boite en carton ou en toute logique elle aurait dû se trouver. Mais voilà ; quand il est question de faire rêver les gens la logique dois disparaître. Elle fit attention à ce que leur prestation ne soit pas trop en avance, ni en retards sur leur musique, juste dans les temps. Le coup de feu retentira bientôt couvrant la musique pour faire diversion, les bulles éclateront pour laisser tomber des fleurs de cerisier. Tout ceci était minutieusement préparé à la seconde près. Le coup de feu retentis, les bulles d'eau éclatèrent et les pétales de fleur se rependirent transformant de façon assez spectaculaire le sol glacé de la patinoire en un tapis de fleur gelée. Ce spectacle était un véritable régal pour les yeux. Le carton s'effondra laissant apparaître Itachi au milieu du centre de la glace. S'il y avait eu un publique, toutes les personnes auraient eu les yeux river sur lui. La musique changea pour devenir « through the eyes of loves » Et alors que tous les regards auraient été braquer sur lui, les fleurs de cerisier s'élevèrent quand il fit un simple geste des bras. Comme si l'apesanteur n'était plus un problème pour lui. Les pétales de fleur vinrent tournoyer autour de lui, c'est alors qu'il partit en dansant sur le sol froid, glissant avec élégance et pureté, les fleurs le suivirent tel des partenaires de danse connaissant chaque pas de la chorégraphie qu'il exécutait. La vue de ce danseur sorti de nulle part virevoltant avec ce qui aurait pu être assimilé à un vent invisible s'il n'y avait pas eu les fleurs, sur ce slow, était tout simplement magique. Sur un seul geste du jeune homme les pétales de fleur changèrent de forme, passant du carreau à l'as de trèfle, puis de l'as de pique à l'as de cœur, enfin elles prirent la forme d'une jeune femme. La danse reprit de plus belle, le jeune homme guidant sa fragile partenaire dans une valse endiablé et sur la fin alors que la musique se calmait et que le personnage en fleur tournée autour d'Itachi, elles s'élevèrent dans les aires pour tournoyer sur elles-mêmes telle une minuscule tornade rose avant de  tout simplement disparaître, en une fraction de seconde il n'y eut plus aucune fleur sur le sol de la patinoire mais a leur place ce tenaient, une magnifique jeune femme à la chevelure rose pâle et aux yeux d'en vert enchanteur. Elle portait une longue robe de bal lui arrivant aux genoux, dont la couleur était aussi verte que ses yeux. Elle était parsemée de poudre d'or et d'argent, ainsi que de minuscules perles nacrées. Quand Itachi la fit tourner une nouvelle fois, on eut dit que la robe briller de mille feux, et qu'une nuance sans fin de vert prenait vie dans le rythme des mouvements de la fleur.

 

C'était un tour vraiment délicat, il fallait par conséquent un partenaire compétant. Car il ne fallait qu'un centième de seconde de retards pour que le tour soit fichu. Sakura le savait parfaitement pour l'avoir mis au point. Elle en avait eu l'idée un jour alors qu'elle regardait Mme Uchiwa effectuer l'un de ses nombreux succès lords d'un spectacle de bien aisance. Elle avait passé des semaines à le peaufiner et en était venue à la conclusion qu'elle ne le réussirait qu'avec un bon assistant. Pour l'instant, elle pouvait compter sur Itachi mais ce ne serais bientôt plus suffisant, elle le savait. Mais le plus dur n'était pas encore passé loin de là. Leur danse s'arrêta. C'est alors que le deuxième assistant, que n'importe qui pourra remplacer, arriva. Il portait dans ses bras un tissu d'un blanc immaculé.

 

Pourquoi je suis obligé de faire ça ! ? Se plaignis bruyamment Naruto.

Parce que d'un, tu m'avais promis de m'aider, de deux n'ayant pas tenu ta promesse il faut bien que je te punisse et de trois je n'ai pas encore d'idée de comment je ferais venir sur la glace ce bout de tissus. Maintenant passe le moi. Expliqua fortement la rose, las d'entendre Naruto se plaindre.

Bout de tissus c'est vite dit tiens, il doit bien mesurer six mettre sur six, tu veux faire quoi avec ? Demanda le blond

Ça ne te regarde pas Naruto.

– Et je peux savoir pourquoi tu es habillé ainsi ? Reprit-il ne tenant pas compte des paroles de Sakura.

Parce que lors de la représentation j'aurai une tenue similaire à celle-ci.

– Pourquoi pas celle-là, tu as l'air d'une reine là-dedans. Complimenta Itachi.

Tu es gentils. C'est Hinata qui me la faite, informa Sakura. Elle me l'avait confectionné pour la fête qui devait avoir lieu chez elle le jour de la remise des diplômes. La jeune femme eut un triste sourire. Je ne suis jamais allé à la fête n'ayant pas été présente lors de la remise des diplômes. Je ne sais même pas si je les eus et au final ce n'est pas si important... Je n'ai donc jamais porté cette robe.

En tout cas, le tour que tu as créé est impressionnant, je suis sûr que mère sera verte de jalousie quand elle te verra le faire. Changea de sujet Itachi. Même moi qui suis ton assistant, je n'ai pas compris comment tu fais. Pourtant c'est la septième fois qu'on le refait.

Alors je vais prendre ce que tu dis pour un compliment, sourie Sakura. Mais tu sais même s'il est compliqué ce n'est pas mon tour le plus dur à exécuter. Je trouve en tout cas que l'on a bien avancé. Tu ne savais rien des tours que je voulais faire, ni de la chorégraphie et tu les as appris rapidement.

– Ce n'est rien beauté, tu es un excellent prof et puis vus dans quoi j'ai été bercer, j'ai tout de même plus de facilité que les autres pour apprendre.

– Prends pas la grosse tête surtout ! Le rabroua légèrement Saky.

Bon ce n'est pas pour casser l'ambiance, mais je vais vous laissez. Déclara Naruto, il est vingt-trois heures passer et je me lève tôt demain.

– Pas de soucis Naruto, nous allions arrêter de toute façon, je voulais que l'on essaye de passer au tour suivant mais tant pis. Souffla Sakura.

En quoi consistait-il ? Demanda Itachi, curieux.

Tu le saura mercredi. S'exclama la jeune femme avec espièglerie. Aller on range tout.

 

Itachi murmura des paroles dans sa barbe. Telle un enfant capricieux qui n'avait pas eu ce qu'il voulait et qui en même temps ne voulait pas qu'on le gronde. Sakura, elle, était aux anges, les répétions se passer sans problème, et Itachi apprenait vite. Il lui aurait fallu deux heures de plus pour faire entrer les tours dans la tête de son meilleur ami. Une fois le matériel ranger dans un des locales qu'elle louait, ils sortirent de la patinoire et se dirigèrent vers le parking. Une fois Naruto et Itachi partis, le doute repris Sakura. Oui pour l'instant les répétitions se passaient bien, à merveille même et c'était ça le problème. Itachi n'est qu'un assistant temporaire, ce n'est pas son métier ! Comment fera-t-elle quand il ne sera plus là ? Comment trouver quelqu'un d'aussi bon que lui ? Voire plus douer que lui sur des patins ? Et qui s'y connais en illusionnisme ? En rentrent chez elle, Sakura avait le moral dans les chaussettes. Quand elle prit place aux creux de ses draps froids, elle se fit la réflexion qu'il ne servait à rien de s'inquiéter pour quelque chose qui n'était pas encore arrivé. Que chaque chose viendrait en son temps, et qui sais ? Un ange tombera peut-être du ciel pour lui venir en aide ?

 

*&*&*

 

Les jours passèrent rapidement se ressemblant. Sakura reprit les habitudes qu'elle avait avant de quitter cette ville. Elle se rendit dans le café ou elle et Hinata avait l'habitude d'aller après les heures d'étude. Rendis visite a ses parents sur leurs tombes, racontent tous ceux qui c'était passer, ce qu'ils avaient raté. Elle passait le reste de la journée à travailler sur des croquis d'illusion, puis Naruto lui téléphoner à la sortie de son travaille pour lui parler de tout et de rien. C'est ainsi qu'il lui apprit qu'il voulait qu'elle rencontre sont amis revenus de l'étranger. Et qu'avec Hinata cela aller beaucoup mieux. Naruto avait arrêté de l'éviter depuis qu'ils c'étaient expliquer. Et même si Sakura n'avait pas temps envie que cela de rencontrer son meilleur ami, (elle pensait dure comme fer qu'il devait sûrement ressemblais à Naruto), elle fit contre mauvaise fortune bon cœur et accepta de le rencontrer. Naruto avait organisé une sortie cinéma à quatre. Oui quatre, car Hinata sera présente. Pour l'occasion Sakura fit l'effort de se maquiller légèrement, mis un jean bleu, des chaussures a talon compenser de couleur rouge, un pull gris qui dessiner sa silhouette sans la boudiner, par-dessus elle mis un manteau de couleur marron clair, très apprécié en cette arrière-saison quelque peu fraîche. Elle prit son sac à main avec elle, puis alors qu'elle allait également prendre sa pochette de croquis, elle reçut un SMS de la part de Naruto lui interdisant formellement de prendre sa pochette. Sakura eut un sourire. Elle attrapa sa pochette, puis sortis de son appartement. Elle arriva devant le cinéma avec dix minutes d'avance. Alors qu'elles les attendaient passivement pour une fois. Une image s'imposa à son esprit sans qu'elle ne comprenne pourquoi. Elle se souvint de ce jeune homme qui lui avait volé son pendentif.

 

De l'autre côté de la rue, se déroulais une scène for cocasse. Deux être marcher dans cet aller peuplées de monde. L'un gesticulant, et criant a plein poumons. L'autre fessait tout simplement semblant de ne pas le connaître. L'un était blond aux yeux bleus, au physique athlétique et au sourire jovial. L'autre était tout son contraire...ou presque. Il avait des cheveux aussi noirs qu'une nuit sans lune, une peau légèrement plus blanche que la normal mais sans aucune imperfection visible, de quoi faire pâlir de jalousie toutes les filles. Il avait des yeux d'un noir profond et dont la profondeur n'avait aucun égal. Ses iris se confondent à ses pupilles. Il avançait d'un pas décider, les mains dans les poches, un air froid au visage mais pas dure pour autant si on devait se fier à ses petites étoiles dans ses yeux qui percer ses orbes noirs.

 

Cela fessait une semaine qu'il était revenu au pays. Âgé maintenant de vingt-cinq ans, il était sorti premier de sa promo, d'école de droit en Angleterre et avait également un permis de détective. À son retour il avait retrouvé comme il s'y était attendu son meilleur ami Naruto. Celui-ci n'avait pas changer d'un pouce. Toujours aussi bruyants. En partant ainsi à l'étranger ? Le jeune homme avait voulu se détacher le plus possible du nom de sa famille qui pesait lourd sur ses épaules. Tout le monde s'attendait à ce qu'il rentre dans le monde de l'illusion comme sa mère et qu'il la dépasse, temps il était doué dans cet art. D'autres penser qu'il reprendrait l'entreprise que son père avait forger de ses propres mains. Son nom était connu de tous, et il ne voulait en aucun cas les responsabilités que ce nom importer. Il avait été jusqu'à changer de nom pour étudier à l'étranger, empruntant le nom de jeune fille de sa mère. Il avait tout fait pour se détacher le plus possible de sa vie d'ici. Il avait même résolu quelque enquête qui, d'après lui, était sans grand intérêt. Il n'avait téléphoné que rarement à Naruto, n'étant pas un grand bavard dans l'âme au départ, il craignait de voir toutes ses résolutions ébranler s'il entendait la voix d'un ami ou encore de sa famille. Pendant tout ce temps il n'en avait rien montrant, préfèrent se protéger du monde en jouant l'être froids et sans cœur. Il n'y avait que deux personnes sur terre qui ne marcher pas dans ce jeu, sa mère et son meilleur ami. Mais voilà six ans venaient de s'écouler et après avoir montré à tous mais surtout à lui-même qu'il était plus qu'un nom, il s'était dit qu'il était temps de rentrer. Et le voilà dans cette rue si familière et si étrange à la fois. Tout était resté telle qu'il s'en souvenait. Mais tout était différent, ce n'était plus le même marchand de journaux, La boutique de bonbon n'était plus et avais laisser place à une boutique de vêtements. Pourtant le visage des gens heureux de ce cartier, le sourire dans leurs yeux. Tout cela n'avait pas changer. Toujours les mains dans les poches de son blouson, il tenait fermement serres dans la paume de sa main gauche (mais en toute discrétion), un pendentif en forme de fleur de cerisier.

 

Le collier n'était pas de belle qualité à proprement parler, les pierres étaient grossièrement taillées, mais l'artisan avait fait un travail diablement remarquable en plaçant les pierres de telle sorte qu'elle reflétait la lumière. Un bijou simple et complexe à la fois. Il se souvenait également à qui appartenait ce merveilleux pendentif. Cela avait été telle un coup de foudre pour lui. Il avait voulu couper par la patinoire cette nuit-là, ne s'attendant pas à y trouver qui que ce soit, voulant arriver à temps a l'aéroport pour ne pas rater sont avions en partance pour OKINAWA. Qu'elle ne fut pas sa surprise quand il sentit quelqu'un se cogniez a lui et plus encore quand il avait ouvert les yeux pour se rendre compte qu'il était assis dans une position délicate sur une jeune femme fors jolie. Il se rappelait encore avec exactitude de la taille fine qu'elle avait, ses cuisses et son bassin s'en souvenaient parfaitement. Le souvenir de sa poitrine qui se soulève à vive allure à cause de la frayeur qu'il lui avait causé lui fit fermer les yeux tout en marchant. Guider par la voix du blond. L'image de cheveux d'une couleur étrangement rose, paraisses pâle dans la lumière lunaire s'imposa à son esprit. Sa peau était, à la lueur d'un rayon de lune, de la couleur des pêches. Il lui avait fallu un effort surhumain pour ne pas la toucher. Ses grands yeux avaient été si expressifs, il avait lu successivement toutes la surprise, la curiosité, l'intérêt et autre chose qu'il ne saurait décrire, qu'il lui avait fait ressentir. Mais plus que l'expression qu'ils arboraient, c'était bien leur couleur qui l'avait paralysé. « Un tel vert ne devrait pas existaient » voilà ce à quoi il avait pensé. Comment autant de beauté pouvait émaner d'une seule personne ? Cela demeurer un véritable mystère pour lui. Mais ce qui avait été une véritable torture, c'était lorsque le vent frais du nord qui avait soufflé une légère brise vint lui porter son odeur. Un parfum de romarin et de lavande avait flotté jusqu'à lui. Deux odeurs bien particulières car pas forcément aimer de tout le monde et qui montrait combien cette belle femme était intéressante. Si l'autre homme n'avait pas été là... Oh Dieu, comme il aurait tant aimé la revoir encore une fois...

 

– Hé ! Tu m'écoutes ? Sasuke ! Hurla Naruto

– La ferme Baka ! Lâcha le brun en ouvrant les yeux.

 

Son nom ? Sasuke Uchiwa. Mais cela vous le saviez déjà, n'est-ce pas ?