Un réveil difficile

par belnonm

 

 

Le puissant renard avait l’impression de sortir d’un état de transe et il se demandait ce qui avait bien pu le mettre dans un tel état. Puis des souvenirs un peu flous lui vinrent sous forme de flashs. « SALOPERIE ! C’ETAIT QUOI CA ? » Ces images l’intriguaient car il avait l’impression de voir les souvenirs d’un autre mais en même temps il avait aussi la sensation d’avoir été aux commandes du corps de Naruto. Tout cela était très intéressant mais aussi très frustrant. « CA ME RAPPELLE AUSSI LA PREMIERE CUITE AU SAKE DU GAMIN » Son dernier souvenir clair remonte aux pulsations de la marque maudite. Il se concentra sur Naruto mais c’est alors qu’il le vit à terre au centre de la marque. Il n’avait visiblement pas bougé mais son état n’était pas fameux. Il se concentra alors davantage pour détecter les dégâts dont souffrait son porteur et là, quelle surprise ! C’était encore pire que dans ses souvenirs, son jinchuriki avait rouvert ses blessures au bras droit. Celles du visage étaient pour la plupart guéries bien que son œil droit n’était pas au mieux. Il fut tiré de son constat par le blond :

 

-     Kyûbi, témé, que m’as-tu fait faire encore cette fois ? (La douleur ne semblait pas avoir abandonné le jeune ninja)

-     RIEN… ECOUTE NABOT, JE CROIS QUE C’EST LA MARQUE QUI EST A L’ORIGINE DE NOTRE ABSENCE (pour une fois, le renard semblait calme)

-     « Notre » absence ? Quoi toi aussi tu ne te rappelles de rien ? (le ton du renard et la situation inquiétait vraiment le garçon)

-     JE CROIS QU’ELLE NOUS FORCE A NOUS METTRE DANS UN ETAT DE FUSION ASSEZ PARTICULIER… LE GOUHEI… (le ton du kitsune était très sérieux et en même temps assez agacé)

-     Gouhei ? Tu veux dire quoi ? (Naruto n’en menait vraiment pas large face à cette révélation)

-     CE QUE JE VEUX DIRE C’EST QUE NOUS AVONS FUSIONNE L’ESPACE D’UN INSTANT… DE QUOI TE RAPPELLES-TU MORVEUX ?

-     C’est flou comme d’un rêve mais j’ai l’impression que j’ai tué un gars d’Oto…

-     TU AS DONC VU QUE NOUS AVIONS DECOUPE UNE MOMIE POILUE…

-     Tu as l’art et la manière de présenter une horreur en scène comique, ça fait peur… (malgré ses dires, Naruto avait apprécié la blague mais ne l’avouerait jamais)

 

Un silence réfléchi tomba sur la discussion. Ils essayaient de mieux se remémorer les diverses scènes dont ils étaient les coacteurs d’une certaine façon. A regarder de plus près, chacun retrouvait une partie de soi dans cette fusion mais tous deux n’appréciaient que peu le résultat. Et comme pour marquer leur ressemblance, c’est à cause de leur fierté respective qui n’approuvait pas ce résultat. Sortant de ses réflexions, le bijuu rompit ce silence :

 

-      BON, JE VAIS TE SOIGNER DU MIEUX QUE JE PEUX VU QUE TES AMIS SONT PRESENTS. REFLECHIS A CE QUI VIENT DE SE PASSER, J’EN FERAIS DE MÊME… IL FAUT QUE L’ON SACHE QUOI FAIRE DE CETTE MARQUE

-     … (Naruto acquiesça d’un mouvement de tête avant de fermer les yeux pour se reposer avant de s’éveiller totalement)

-     « OROCHIMARU… SI JE TE COINCE… J’OFFRE UN SET COMPLET EN PEAU DE SERPENT AU PETIT !! »

-     Une minute ! (Le blond ouvrit si subitement les yeux que le renard eut un mauvais pressentiment, il connaissait cette réaction) Tu m’as dit que je ne me rappelais pas de tout… (la voix et le regard étaient clairement accusateurs et très fermes) Qu’ai-je oublié ? (le ton du jinchuriki était très clair, il voulait une réponse)

-     … (Le bijuu cherchait ses mots, il ne pouvait pas désobéir à Shinigami-sama)

-     Depuis quand le plus queutés des bijuus hésite-t-il ?

-     TU AS DIT QUOI LA ! ESPECE DE PUCEAU !

 

Le vieux renard avait une impression de déjà vu et il se rappela alors d’une de ses discussions avec Naruto à propos du sexe. Dès lors, de nouvelles insultes avaient vu le jour entre les deux têtes de mules. Cependant, personne hormis eux ne pouvait vraiment les comprendre, de plus, ces insultes les avaient rapprochés d’une certaine façon même si aucun des deux ne l’avoueraient jamais ! Mais pour l’heure, l’ambiance était tendue entre les deux. Finalement, le renard reprit :

 

-     ECOUTE BAKA ! J’AI FAIT LE SERMENT DE NE RIEN TE REVELER. QUE FERAIS-TU A MA PLACE ? (le yohkô savait que présenter sous cette forme, son jinchuriki laisserait tombé, en tout cas, il l’espérait)

-     Je vois… C’est sûrement pour ça que Sasuke est toujours en vie… Bien, alors pour l’instant, je ne ferais rien mais si cet empafé nous trahit alors je n’aurais aucune pitié ! (Le regard et la voix dure qu’avait pris Naruto rappela certains souvenirs. Mais ils se demandaient toujours aujourd’hui s’ils étaient bons ou mauvais) Je le jure !

 

C’est sur cette promesse que les deux êtres rompirent leur discussion. Laissant un démon quelque peu troublé, il pouvait compter sur une seule de ses pattes le nombre de fois où il avait vu Naruto ressentirent de la haine. Et cette fois en faisait partie et comme pour tout, son porteur se montrait extrême. Tous ses sentiments exacerbés, son incapacité à maitriser ses pulsions étaient à la fois sa force et sa faiblesse. Pendant qu’il soignait de façon accélérée mais pas trop visible Naruto sous les yeux médusés des genins présents, le puissant démon se demandait si le fait d’être en état de Gouhei était une bonne ou mauvaise chose pour lui. C’était un état particulier, le jinchuriki et son démon donnaient naissance à une troisième entité. Cette entité résultait de la fusion du côté Yang du démon et du côté Yin du jinchuriki. Mais une telle alliance était très instable car tous les êtres doués de conscience évoluent au cours du temps et de leurs actes. Dans le cas présent, le côté d’ombre de Naruto était toutefois pondéré par son code de conduite, de même le côté ensoleillé de Kyûbi était contrebalancé par sa nature profonde et son incontrôlable envie de meurtre. La fierté de Kyûbi l’empêchait de tenter de briser la prison du Yondaïme via ce sceau qui l’affaiblissait. Il voulait que Naruto cède face à lui dans un combat psychologique digne et honorable. Se servir d’une trappe créée par ce vil serpent qu’était Orochimaru serait pour le puissant bijuu une honte insupportable ! Non, il ne devrait sa liberté qu’à sa propre force ! Il conseillera donc à son baka de porteur de ne plus recourir à cette puissance.

 

Dans le monde réel, les amis de Naruto l’encerclait jusqu’à ce Sakura leur demande d’aller plus loin afin qu’elle puisse le soigner plus tranquillement. Pendant ce temps, Tenten aida Lee à se soigner pendant que les autres surveillaient les deux survivants d’Oto ou fouillaient les cadavres des autres équipes pour récupérer des munitions, des rations et les fameux médaillons. De leur côté, les trois bruns réfléchissait à propos du phénomène Naruto qui les troublait énormément mais ne sachant pas à quoi ils avaient à faire, ils se lancèrent dans diverses hypothèses. Une fois tous réunis autour du jinchuriki, Neji prit la parole :

 

-     Bien que Sakura se démène pour le soigner, je crois qu’il n’en a pas besoin. Il semble guérir à vue d’œil… (on sentait que le Hyûga pesait ses mots) ce qui est étrange car cela ne semble pour autant pas naturel…

-     Sakura-san, Sasuke-san, savez-vous ce qui arrive à Naruto ? (Lee voulait remercier Naruto de l’avoir sauvé et aussi il voulait en faire un de ses rivaux ! C’est pourquoi il s’inquiétait de l’état du blond)

-     Non, c’est la première fois que nous assistons à une telle chose. (Sakura semblait vraiment dépassée et épuisée par sa nuit blanche et son combat, sans oublier les fortes émotions de cette matinée)

-     Sont-ce des brûlures ?

 

La question du Nara était toute naturelle. Tous avaient pu voir un déchainement de flammes dans la soirée et maintenant ils retrouvaient un ninja brûlé pas très loin de l’origine du phénomène. Cependant, Sakura et Sasuke hésitaient à répondre car s’ils en disaient trop, leurs alliés actuels pourraient prendre peur et décider de se retourner contre eux. Shikamaru comprit leur hésitation et tenta de les rassurer :

 

-     Ne vous en faîtes pas, aucun de nous ici présents ne s’attaquera à une équipe de notre village en si mauvaise posture, ce serait déshonorant… et peut-être dangereux après coup…

-     Avez-vous vu les flammes d’hier en début de soirée ? (Les mots étaient sortis difficilement de la bouche de Sakura, elle n’était pas sûre de faire le bon choix)

-     TU PARLES ! Toute la forêt a du les voir ! (Lee avait hurlé ces paroles avec des étoiles dans les yeux)

-     …En fait, Naruto et moi avons fusionné nos chakras pour réaliser un jutsu démentiel… Le problème, c’est qu’il était extrêmement instable et c’est Naruto qui le portait… Alors quand l’explosion s’est déclenchée, il n’a pas eu le temps de se dégager… contrairement à notre ennemi…

-     ATTENDEZ ! Malgré ce jutsu de malade vous avez été… vaincus… par un seul… adversaire ?

 

Ino était perplexe, un genin ne pouvait pas faire le poids face à Sasuke alors qu’en plus, il survive à une attaque combinée avec Naruto qui avait visiblement fait de gros progrès, cela était complètement irréaliste ! Tous les genins présents suivaient à peu près le même cheminement dans leur esprit puis Tenten silencieuse jusque là n’y tint plus et posa la question !

 

-     Mais bordel ! Vous vous battiez avec qui ? Aucun genin ou même chunin n’aurait pu survivre à cette attaque !

-     …à vrai dire, on n’en a pas la moindre idée…

-     Un tricheur. (devant les regards interrogatifs de l’assemblée Neji reprit) J’ai entendu une rumeur qui disait que certains villages envoyaient des Juníns pour éliminer les genins les plus prometteurs des autres villages afin de les diminuer pour le futur.

-     Ça serait une explication logique, en tout cas, c’était une idée désespérée que de fusionner le feu et le vent pour créer un jutsu ! Galère, vous avez de la chance d’être encore en vie ! (Sakura et Sasuke ne relevèrent pas mais ils se demandaient comment Shikamaru avait pu comprendre aussi vite les faits avec si peu d’informations. Naruto était du genre protecteur avec ses techniques)

-     Attends une seconde ! flemmard, on sait tous que Sasuke-kun maitrise le Katon mais tu as l’air de supposer que Naruto maitrise le Futon. Ça se saurait si ce baka était aussi doué ?

-     Galère… (le ton était encore plus ennuyé qu’à l’accoutumée alors Ino sut)

-     Naruto cache bien des mystères… (l’ensemble des visages se tournèrent alors vers le blessé)

 

Ils se focalisèrent sur les blessures du jinchuriki. Le bras droit était complètement bandé de la main à l’épaule et ils apercevaient encore les restes de brûlures sur la partie droite de son visage. C’était vraiment impressionnant. Mais ce qui intriguait le plus Shikamaru fut que ses vêtements avaient l’air d’avoir été pulvérisés, la partie supérieure droite n’était plus qu’un souvenir. En fait, si son ami n’était pas torse nu c’est que le reste de son haut tenait au niveau de l’épaule gauche par un bout de tissu d’à peine deux centimètres. Les bandages au niveau de sa tête avait été arrachés à la va-vite car ils en restaient au niveau du cou. Tout ceci avait renforcé l’impression visuelle d’un guerrier lors de sa démonstration, d’ailleurs le génie de la Bunke décida d’aborder le sujet :

 

-     Uchiwa-san, d’où vous venait une telle puissance à Naruto et à toi ? (Le ton de Neji était davantage inquisiteur que curieux et il avait gardé son attribut activé)

-     Cela ne te regarde pas. Je te prierais de désactiver tes yeux. (Sasuke se rappelait que son clan et celui de Neji était rivaux depuis des générations)

-     C’est pas le moment pour ces conneries ! (Le fait que ce soit Shikamaru qui s’énerve ainsi calma la plupart des protagonistes encore surpris, surtout que le manipulateur d’ombre n’avait pas prononcé son mot !)

 

Un moment de silence embarrassé pris soudain place. Tous se demandaient comment Naruto avait pu prendre aux combats dans son état et aussi pourquoi il avait saigné si subitement après un tel déploiement de puissance. Cependant, Neji avait bien compris qu’on lui cachait quelque chose d’important à propos du shinobi soi-disant le pire cancre que Konoha n’ait jamais connu, foutaises.

 

-     Sinon, c’est moi ou Naruto a… changé ? Je veux dire vraiment changé. (Chôji redoutait cette question mais depuis qu’il avait vu son ami tuer de sang-froid, elle lui brulait les lèvres)

-     Ouais, galère… je pense que cela doit avoir un rapport avec ce qu’il a du subir pendant sa semaine de prison…

-     Il a fait de la prison ?! Pour quel motif ? (Les trois équipiers du team Gaï n’étaient évidemment pas au courant)

-     Ne pas avoir tué un ennemi au cours d’une mission. (C’est la voix neutre de Sasuke qui répondit au trio en appuyant ses dires par un visage fermé)

-     J’ai du mal à le croire. (Lee regardait avec perplexité le blond inconscient et se repassait les derniers évènements de la matinée, ce bain de sang)

-     Et pourtant… (c’est la voix tirée par la fatigue que Sakura leur confirma l’information)

 

Un autre silence s’abattit sur le groupe. Ils se remémoraient tous de l’impassibilité et l’implacabilité dont avait fait preuve le ninja face à son adversaire du son. Il était dès lors difficile de croire que cette machine à tuer puisse avoir failli. Soudain, une idée un peu farfelue lui traversa l’esprit pourtant :

 

-     Reconditionnement mental ? (La question avait claqué dans l’esprit des jeunes genins encore sans expérience)

-     C’est l’explication la plus logique et ça collerait avec ses saignements à la tête. (Visiblement, Shikamaru avait déjà réfléchit à la possibilité car c’est du dégout et non de la surprise qu’exprimait son visage)

-     Les enfoirés ! Ils l’ont peut-être réduit à l’état de légume. (à la plus grande surprise de tous et même de son auteur, ces mots provenaient d’Ino. Elle n’était certes pas une proche de Naruto mais ce genre d’expériences la révulsait plus que tout.)

-     En même temps, on est sûr de rien… Et connaissant Naruto, il ne nous racontera rien ou alors une version édulcorée… (Le ton blasé et fatigué de Shikamaru calma tout le monde instantanément) et encore s’il s’en souvient…

 

Plus personne n’osait troubler ce silence. Ils essayaient de comprendre toutes les ramifications de ces révélations et ce que cela impliquait pour eux. En effet, si l’un d’eux avait réellement été traité de la sorte… se pourrait-il que l’on fasse de même avec eux ? Pouvaient-ils encore faire confiance à leurs dirigeants ?

 

-     Que proposes-tu Nara-san ?

-     Galère, pas le choix… On doit attendre d’en savoir plus, on fait peut-être fausse route… sinon vous avez récupéré combien de médaillons ?

-     Deux médaillons sur ceux d’Oto, un serpent et une limace.

-     Un seul médaillon sur ceux de Kumo, celui du crapaud.

-     Bien, combien de médaillons avez-vous vous autres ?

-     Le médaillon du crapaud

-     Deux médaillons, la limace et le serpent.

-     Et nous un seul, celui de la limace. Je pense que celui du crapaud devrait aller à l’équipe de Sasuke, Sakura et Naruto, c’est le seul dont ils ont besoin pour aller à la tour. D’ailleurs, je vous conseille d’y aller dès que l’autre baka sera réveillé. Pour ceux qui reste, ça ne vous dérange si on prend celui du serpent et qu’on vous laisse la limace ? Je crois savoir Neji que ta fierté t’empêche de t’en prendre à nous ou à des blessés tel que Naruto…

-     … (Le silence du Hyûga fut pris pour un oui)

-     Bien, on est tous d’accord et gagnant. Je pense que l’on peut se donner rendez-vous à la tour au plus tard dans quatre jours. Ça ira vous avec Naruto ?

-     … (D’un simple hochement de tête, les deux équipiers de la team 7 signalèrent que ça irait)

-     Bien, à plus !

 

Sur ces dernières paroles et après s’être réparti les médaillons, tous quittèrent la zone. Cependant, la team 7 était à la recherche d’un endroit isolé et facilement défendable pour attendre que leur compagnon reprenne des forces. Ils finirent par trouver un arbre creux près d’un plan d’eau où ils pansèrent leurs plaies et attendaient le réveil du blond. Quand ce dernier se décida enfin à ouvrir les yeux, il s’était écoulé deux jours. Malgré les soins conjugués de Sakura et Kyûbi, Naruto sentait que son bras droit n’était pas au mieux de sa forme et sa vision était un peu trouble. Cependant, le jinchuriki incita ses compagnons à se diriger vers la tour prétextant qu’il devait y avoir une infirmerie. A la nuit tombée, le trio se dirigea vers la tour avec une grande précaution. Il est clair que le groupe n’était plus en état de combattre avec deux de ses membres diminués assez fortement. En effet, Sasuke ne pouvait plus se servir du sharingan sans ressentir une violente douleur au niveau du cou et Naruto ne pouvait quasiment plus faire de sceau. Seule Sakura était en état de se battre mais elle n’était pas et de loin la plus puissante des kunoïchis.

A la fin de la fin de la quatrième journée de l’épreuve, ils étaient à moins d’un kilomètre de la tour mais préférèrent prendre une pause durant la nuit. Il serait bête de gâcher tous leurs efforts à cause de la fatigue pour plonger tête la première dans un piège. Alors qu’ils mangeaient, Naruto sentit une présence. De suite, ils se mirent en position défensive et ordonnèrent à l’espion de se montrer. Il s’agissait de Kabuto et bien que Naruto aurait aimé se débarrasser du traître, il ne pouvait rien tenter sans se trahir et puis sa forme actuelle ne l’assurait pas de sortir vainqueur. Le risque que Kabuto n’aille répéter ses informations à l’Akatsuki ou à Orochimaru était trop grand.

 

-     Ah ! Vous êtes de Konoha ! Puis-je me joindre à vous ? Ne vous inquiétez pas, j’ai déjà mon quota de médaillons. (Si Naruto ne savait pas à qui il avait à faire, il aurait cru sincère)

-     « LUI AUSSI, C’EST UN SACRE ACTEUR ! JE SUIS CERNE DE NINJAS D’OPERETTES ! »

-     Hn. Montre les nous ! (L’ordre de Sasuke ne souffrait aucune répartie)

-     Les voilà ! Alors… (Le sourire hypocrite du médecin paraissait tellement sincère que Sakura allait accepter quand)

-     Mauvaise idée. On ne te connait pas, tu pourrais être d’un autre village venu éliminer la concurrence avant la fin de l’épreuve.

-     Hn. Au mieux, tu cherches juste une escorte pour la tour.

 

La réponse de ses coéquipiers instilla le doute dans l’esprit du cerisier. De plus, ses deux amis regardaient de façon peu amène le ninja isolé. Elle les trouvait un peu parano sur le coup ou peu aimable, il était normal de s’entraider entre shinobis du même village mais ses partenaires avaient l’air décidé à refouler Kabuto.

 

-     Je vois… Vous savez j’ai des notions de médecine, je pourrais vous soigner un peu mieux. Et en plus, tu m’en dois une Uchiwa pour la fois où je t’ai renseigné. (Le ton était des plus diplomatiques, pourtant cela énerva le blond)

-     « OH ! C’EST UN VICIEUX LE BINOCLARD ! IL VA LES RETOURNER COMME DES CRÊPES ! »

-     Hn… (L’Uchiwa se rendit compte qu’il n’avait pas tellement le choix, leurs arguments ne tenaient plus)

-     … (Naruto bouillait intérieurement mais il était contraint de s’avouer vaincu… pour l’instant)

-     Vous savez, il n’a pas tort et puis Naruto a besoin de soins plus pointus que les miens.

-     Je crois qu’ils l’ont compris mais merci de m’appuyer jeune demoiselle.

 

Naruto resta cependant sur ses gardes durant toute la nuit et aux premières lueurs du soleil, il réveilla tout le monde. Dans son esprit, c’était plus tôt ils seraient à la tour, plus loin ils seraient de Kabuto. Par contre, en réfléchissant aux éliminatoires, le ninja torturé se demanda quelle seraient les conséquences de l’absence de l’équipe d’Oto et si toutes les autres équipes seraient présentes ou alors s’il y en aurait d’autres ? Il ne pouvait pas anticiper et c’était bien la première fois depuis longtemps. Il était sur un pied d’égalité avec tous les autres, du moins à ce niveau là. Enfin, au moins il quittait la forêt en vie mais le résultat était encore pire que la première fois. Il se disait que c’est une preuve comme une autre qu’il pouvait modifier l’avenir. . Si Naruto s’était concentré, il aurait pu entendre le rire et les moqueries de son locataire spirituel.

 

« AHAH ! VAS-Y TORTURES TOI ! C’EST UN SPECTACLE TRES DIVERTISSANT DE TE VOIR REFLECHIR ! AHAH ! »

 

 

Prochain chapitre samedi 6 septembre

« La tour de la fin et des combats »

N’oubliez pas d’aller lire le chapitre 0 de temps en temps, merci !