A Deux, On Est PLus Fort

par amycybille

 

 

Chapitre Neuvième : A Deux On Est Plus Fort

 

 

 

 

 

 

Naruto l'avait veillé toute la journée ... cette mystérieuse femme. Après s'être évanouit dans ses bras, la jeune femme n'avait pas repris connaissance. Le blond, ne voulant en aucun cas la laisser seule dans cette forêt, l'avait transporté jusqu'à l’auberge la plus proche. Il était sorti de la forêt et avait fini par trouver ce qu'il cherchait. Il avait pris une chambre et l'avait déposé sur le seul lit de la pièce. Après l'avoir correctement installé dans les couvertures, le Namikaze était parti s'asseoir sur une chaise, prés de la fenêtre, en regardant dehors.

 

_"Le ciel est gris ... un orage arrive ... dit-il, pensif.

 

 

 

 

***

 

 

 

 

Le soleil s'était à peine couché qu'il pleuvait déjà des trompes d'eau. Tout le camp était en remue ménage. Tous les soldats courraient pour mettre à l'abri leurs affaires et se mettre bien au chaud dans leur tente respective. Sakura s'était allongée dans la sienne. Elle écoutait en silence le remue ménage du camp, accompagné du bruit de la pluie qui s'abattait violemment contre le sol. Son regard, fixé vers le "plafond" de la tente, exprimait une grande tristesse.

 

_ Pourquoi ce regard ...?

 

Sakura ne fit aucun mouvement et ne sursauta pas, ayant reconnu la voix qui s'était manifestée juste à coté d'elle. Son regard ne bougea pas d'un millimètre, montrant ainsi à son interlocuteur que la réponse qu'il attendait valait plus qu'il l'aurait cru en la posant.

 

_ Pourtant tu as réussi à maitriser la technique en seulement deux jours ... je ne vois vraiment pas ce qui pourrait autant te rendre triste ... à moins que .... ce soit un truc de femme ... Galèèère .... !

 

La jeune femme se mit à rigoler sous le dernier mot du brun. Ce dernier afficha un sourire en constatant qu'il avait réussi à la faire rire.

 

_ Toujours égal à toi même, Shikamaru, rigola la fleur, qui avait cessé de fixer le haut de sa tente.

 

Shikamaru reprit son air sérieux, et fixa durement la fleur.

 

_ Qu'est-ce qu'il y a ?

 

Sakura reprit brusquement son sérieux, constatant qu'elle avait oublié son problème l'espace d'un instant. Devait-elle le dire à Shikamaru ? ... elle ne savait plus du tout ce qu'elle devait faire.

 

_ Je ... non en fait ... j'aimerais te poser une question avant de te répondre Shika …

 

Le concerné s'approcha un peu plus de la fleur, étant beaucoup plus intéressé par la conversation.

 

_ Je t'écoute …

 

La fleur reposa son regard vers le haut de la tente et se mit à réfléchir, cherchant ses mots …

 

_ Comment ... euh .., hésita la fleur quelques instants, au début je ne t'ai pas vraiment posé de questions sur pourquoi et comment tu voulais m'aider, puisque c'est ce que je voulais ... mais ... maintenant, je veux savoir ... comment tu as su où j'allais ... et quel est ton objectif de départ ? ... lorsque tu es parti, tu avais une idée bien précise en tête ... dis-moi !

 

Shikamaru la regarda un instant, et décida de lui répondre ... Au diable Neji ! Il lui pardonnera.

 

_ Et bien ... commença t-il sérieusement, au début je ne savais absolument pas que tu étais parti ... je ne savais rien ... mais Neji est venu me voir et m'a demandé de te ramener vivante. Hinata était la seule à savoir où tu étais ... je ne sais pas comment elle a fait pour le savoir, surement par la connaissance de ton caractère, mais ce qui est sur c'est qu'elle a tout raconté à Neji, pour qu'il trouve un moyen de te sauver d'une mort éventuelle. C'est comme ça que Neji est venu me voir. Normalement, je devais te ramener au village pour éviter tous risques pour toi ... malgré que je ne t'ai pas ramené tout de suite au village et que je t'ai aidé à t'infiltrer dans ce camp, te ramener est toujours dans mes intentions ... au moindre petit risque, je te ramène illico …

 

La fleur tourna son regard vers Shikamaru, et sourit.

 

_ Oui, ... je m'en doutais ... à la vu d'un seul risque ... tu me ramèneras …

 

Shikamaru répondit positivement d'un mouvement de tête.

 

_ Et je sens, que ça ne va pas tarder ...., chuchota Shikamaru, un air pensif sur le visage.

 

Sakura comprit tout de suite où il voulait en venir, et décida de répondre à sa question.

 

_ De toute façon, commença la fleur, ... maintenant tout est fichu …

 

Une larme coula le long de la joue de la jeune fille. Shikamaru le remarqua, mais ne dit rien. Qu'est-ce qu'il pouvait faire de toute façon ? ... rien. La fleur se mit à sangloter tout en continuant sa phrase.

 

_ ... je ... Sasuke Uchiwa ... m'a découverte ... je ... je ne sais pas comment il a ... a fait ... mais ... je ... je croyais pouvoir y arriver ... mais ... maintenant, je n'arrête pas de ... de me demander si ... si ... si ... les femmes sont finalement ... ... traitées comme elles le devraient ... est-ce que ... tout ça ... est finalement ... ce qu'il faut faire ... on a beau vouloir ... se rebeller ... on y arrive jamais ... il y a tou...toujours quelque chose ... qui empêche une femme de dire ce qu'elle pense ... est-ce ... vraiment ... la volonté de Dieu ... cette soumission ... est-elle vraiment ... une création ... de Dieu ? …

 

La jeune fille s'effondra en larmes, cachant son visage de ses mains. Shikamaru l'avait écouté attentivement, et avait parfaitement compris malgré les sanglots de Sakura. Le jeune homme attrapa délicatement les mains de la jeune femme qui cachaient son visage baigné de larmes, et l'obligea à les retirer.

 

_ Sakura ... regarde moi dans les yeux ! ordonna t-il en séchant les larmes de la fleur, à l'aide du bout de ses doigts.

 

La jeune fille obéit, trop affaiblie pour résister à quoi que ce soit.

 

_ Écoute, commença Shikamaru, malgré que je sois un homme, je n'ai jamais traité les femmes de cette façon. Jamais ! C'est même à cause de toutes ces conneries sur les femmes, que j'ai perdu celle que j'aimais ... ... c'est vrai que jamais aucune femme n'a réussi à se sortir de cette merde ... mais que peux faire une femme contre une société entière ? ... mais quoi qu'il en soit, je peux te certifier ... que Dieu n'a jamais voulu que cela arrive ...

 

_ Et ..., commença la fleur toujours en sanglotant, ... comment ... ment ... peux ...tu ... le ... le savoir ... ?

 

Shikamaru sourit à cette question.

 

_ Et bien ... je sais que Dieu n'a jamais voulu ça, ... car il envoie sur terre des femmes comme toi ... qui se battent pour être libres et avoir le droit d'exister autrement que par les hommes ... d'elles-mêmes ... et quand je vois ces femmes là, je me dis que Dieu nous envoie un signe ... un signe qui fera réagir de plus en plus de femmes sur terre ... des femmes qui commenceront à se poser des questions ... et qui finalement se rebelleront toutes ensembles et gagneront ce combat ! Je sais très bien qu'on ne pourra pas changer les choses aujourd'hui, mais petit à petit ... les siècles passant ... je pense que cela viendra ... mais si nous ne faisons rien ... rien ne bougera jamais ... et c'est dans cette esprit là, que je vais agir à partir de maintenant.

 

La fleur sourit. Il avait réussi à rallumer la flamme qui s'était éteinte au fond d'elle.

 

_ ... Nous allons atteindre ton but ensemble ! Tu deviendras un ninja talentueux, même si je dois y laisser la vie. Sasuke le sait ... temps pis ! Je vais aller lui parler, et il ne te dénoncera pas à ses supérieurs ... crois-moi ... même s'il faut que j'utilise la force.

 

 

 

 

***

 

 

 

 

Neji était effondré sur son lit aux draps noirs, les yeux dans le vide. Il avait cherché partout ... partout ! Chaque recoin de la ville, chaque rivière, chaque maison ... il avait même étendu ses recherches en dehors de la ville ... mais rien ... que du vent, et aucun signe d'Hinata. Il avait appris la disparition de sa cousine par des valets et des servantes. Personne n'avait vu la jeune Hyuga, comme envolée. Il avait prévenu son oncle, qui avait organisé de grandes recherches ... Tout le monde croyait dur comme fer à l'hypothèse du kidnapping ... ou encore à cette homme en noir qui était venu demander la main de sa cousine à son oncle, qui avait tout de suite refusé. Mais Neji n'y croyait pas ... le sac d'Hinata avait disparu, ainsi que sa cape ... il était sur qu'elle était partie ... qu'elle avait fugué ... fuit son destin ... Neji savait très bien que sa cousine était malheureuse à l'idée de se marier avec un homme qu'elle ne connaissait pas ... et surtout ... qu'elle n'aimait pas ! Mais ce n'était pas la première, et ne sera surement pas la dernière. Neji n'aurait jamais accepté une union pour sa cousine avec un homme comme cet inconnu en noir. Il fallait quelqu'un de confiance ... et Naruto était le candidat idéal. En apprenant le futur mariage du blond et de sa cousine, Neji avait été soulagé. Mais il semblerait que la petite brunette n'avait pas été de cet avis. Le brun soupira ... il ne pouvait rien faire de plus qu'attendre ... et le comble pour lui, la disparition de sa cousine, le jour de son anniversaire ... quel cadeau ! ... à cette pensée, Neji se rappela soudainement du "cadeau" que lui avait envoyé Sasuke. Neji sourit ... le brun lui avait fait le cadeau idéal au bon moment ... il avait besoin de se détendre ... il était sur les nerfs et devait de calmer en oubliant sa cousine … Neji se leva et se dirigea vers la porte de sa chambre. Arrivé prés de celle-ci, il l'ouvrit et regarda tous les recoins du couloir. Voyant qu'aucune servante n'était dans les parages, il utilisa sa voix pour en appeler une. Quelques secondes plus tard, une jeune servante arriva auprès de son jeune maitre.

 

_ Apporte-moi la jeune femme brune que l'on a apporté pour moi tout à l'heure ! ordonna l'Hyuga.

 

La jeune servante fit apparaitre une mimique déçue sur son visage. Neji le remarqua, et lui répondit d'un air blasé.

 

_ Écoute Kuraire ... tu m'as bien détendu la dernière fois, mais j'ai besoin d'une vraie femme !

 

La dite Kuraire prit un air offensé sous les paroles du beau brun. En le remarquant, Neji soupira bruyamment.

 

_ Mais enfin, regarde-toi ! s'énerva Neji, tu as peut-être mon âge, mais tu es plate comme une limande. Ton corps ressemble à une planche ! Une ou deux fois, ça passe. Mais, après avoir fait l'essentiel avec toi, on s'ennuie. J'ai besoin d'avoir une vraie femme sous mes mains !

 

Ces paroles firent s'éveiller une rage folle chez la jeune femme. Une rage tellement forte, qu'elle oublia un instant à qui elle s'adressait et s'énerva.

 

_ Quoi ?! Aucun homme n’a jamais trouvé à redire de mes talents ! Et vous, vous dites l'inverse ?! De toute façon, que ce soit moi ou une autre, vous trouvez toujours à redire de vos conquêtes. Même avec la grande Yuria, qui est une experte, vous avez trouvez à redire. Et avec cette fille, ce sera la même chose ! De toute façon, elle doit à peine avoir dix-sept ans, et vous, vous en avez eu vingt hier. Elle doit être déplorable !

 

La jeune femme n'avez pas fini de dire tout ce qu'elle lui reprochait, mais en sentant le regard brûlant de rage de l'Hyuga se poser sur elle, la jeune fille se dépêcha de fuir le couloir. Elle avait eu un moment d'égarement et pria pour que cela ne se reproduise pas. Elle avait horreur qu'on lui fasse des reproches dans le domaine du "plaisir masculin". Elle était une experte et personne ne devait lui dire le contraire, mais elle ne pouvait rien contre son jeune maitre. S'il ne la voulait plus, tant pis. La jeune femme arriva devant la porte de la chambre des domestiques. Le "cadeau" de Neji était arrivé hier soir, mais l'Hyuga avait été trop occupé par la disparition d'Hinata, et n'avait pas "déballé son cadeau". Il avait juste ordonné aux domestiques d'enseigner à la nouvelle arrivante les tâches qui devaient être effectuées dans le manoir afin qu'elle commence son rôle de servante le lendemain. Kuraire entra sans frapper dans la chambre.

 

 

 

 

***

 

 

 

 

Tenten était épuisée. Elle n'était arrivée qu'hier, et déjà, elle était crevée par le travail phénoménal qu'on lui attribuait. Les autre domestiques ne s'étaient pas gênés pour lui donner à faire, sans rien dire à personne, leur propres tâches. Tenten s'en était aperçu, mais n'avait rien dit à personne. Elle préférait se faire toute petite, pour que personne ne la remarque trop. En arrivant, les domestiques lui avaient donné le kimono que toutes les servantes portaient dans cette demeure. Le kimono était noir, parsemé de fleur rouge, avec de longues manches. Pas très pratique pour travailler, mais un des domestiques lui avait expliqué, que Monsieur Hyuga voulait des domestiques en bonnes tenues et élégants, se fichant complètement du coté "pratique".

 

Alors qu'elle avait voulu se reposer après ses tâches épuisantes, la jeune servante du nom de "Kuraire", était entrée dans la chambre des domestiques, et lui avait jeté, sans aucune délicatesse, une chemise de nuit longue et blanche en lui ordonnant d'aller dans la chambre du jeune maitre. Tenten n'était pas du genre à refuser ce qu'on lui ordonnait, surtout si cela venait du maitre des lieux, alors elle s'exécuta sous le regard noir de la servante.

 

A présent, elle marchait tranquillement dans les couloirs de ce grand manoir, à la recherche de la chambre de l'Hyuga. Enfin, ... tranquillement, n'est pas vraiment un mot approprié pour la qualifier. Tenten était stressée, qu'est-ce que cet homme lui voulait ... ? ... Elle se répétait cette question des centaines de fois dans la tête. Elle n'était pas stupide, elle savait très bien ce qu'il voulait, mais cette question était comme, pour se rassurer sur ce qu'elle savait déjà. Avec Naruto, elle était en sécurité, mais ... il avait du partir du camp. Elle ne lui en voulait absolument pas! Il avait un devoir à accomplir, il ne devait pas se soucier d'elle. Mais le capitaine Uchiwa, en avait profité pour la vendre ... enfin la donner à Neji Hyuga pour son anniversaire. Tenten avait par le passé repoussé avec violence les avances du brun. Et ce dernier s'était vengé à sa façon ! Elle avait peur, mais ne pouvait rien faire. Au camp, elle pouvait encore se défendre avec l'aide de Naruto, mais là ... elle était prisonnière. Elle arriva devant la porte de la chambre du brun, et toqua, la main tremblante. Elle dut attendre quelques secondes avant de voir la porte s'ouvrir sur le beau brun aux yeux nacré.

 

Neji ouvrit la porte et découvrit la jeune fille brune qu'il avait demandée. Il la regarda de haut en bas, et ne put s'empêcher de la contempler plus longuement. Elle avait un visage assez enfantin, surement du à son jeune âge, ses cheveux brun tombaient dans son dos, jusqu'au creux de ses reins. Neji remarqua avec surprise, une once de peur dans ses beaux yeux chocolat. Mais, il oublia bien vite ce regard, lorsqu'il descendit plus bas. Il admira avec délice ses formes généreuses, qu'il devinait sous cette chemise de nuit blanche. L'Hyuga ferma les yeux, voulant se calmer, sinon, il allait devenir fou !

 

_ Entre, et installe toi sur le lit! ordonna t-il d'un ton qu'il voulait neutre.

 

La jeune fille entra sans rien dire et se dirigea d'un pas lent vers le lit baldaquin, pendant que l'Hyuga fermait la porte. Tous ces membres tremblaient. La question qu'elle faisait défiler dans sa tête depuis tout à l'heure, refusait à présent de lui revenir. Sa démarche n'était pas du tout celle d'une femme assurée, elle tremblait à vu d'œil et respirait de façon irrégulière. Arrivée devant le lit, elle fit ce que l'Hyuga lui avait demandé et s'assit au bord, toujours tremblante. Neji vint vers elle, après avoir "correctement" fermé la porte. Il marcha jusqu'à son lit, jusqu'à ce qu'il arrive juste devant elle. Tenten n'osait pas le regarder dans les yeux, trop gênée et trop tremblante. Neji remarqua le malaise de la jeune femme, il pouvait aussi entendre dans le silence de la pièce, son souffle de plus en plus saccadé. Le brun s'accroupit à la hauteur de la jeune fille et la regarda dans les yeux. Tenten sentit brusquement, son cœur cogner contre sa poitrine avec une force phénoménale. Elle avait horriblement chaud et sentait dans chaque partie de son corps les pulsions que son cœur effectuait. Neji voyait bien que la jeune fille était mal à l’aise. Il pouvait entendre les battements de son cœur précipités d'où il était. Il posa alors sa main sur la joue de la jeune fille, qui était plus que brûlante. Tenten ne sentait à présent plus ses membres, elle avait tellement peur. Il replaça une mèche de cheveux derrière l'oreille de la jeune fille. Cette dernière sursauta à ce geste plein de douceur. Le brun s'approcha dangereusement de son visage, ce qui fit paniquer Tenten. L'Hyuga s'approcha de son oreille et chuchota :

 

_ Tu n'es pas comme les autres ... vraiment pas comme les autres.

 

La jeune fille resta étonnée de l'attitude du brun. Que voulait-il dire par la ? Neji ne lui laissa pas le temps de se poser plus de question, il la poussa délicatement en arrière, pour qu'elle se retrouve allongée sur le lit. Tenten, prise au dépourvu se laissa entrainer par le brun, qui se positionna en califourchon au-dessus d'elle. Son cœur faillit exploser dans sa poitrine lorsqu'elle se retrouva sous l'Hyuga. Ce dernier se pencha délicatement vers elle, s'allongeant sur la jeune fille. Il se mit à l'embrasser dans le cou, et lui chuchota encore une fois à l'oreille :

 

_ N'ai pas peur ... je ne te ferai aucun mal ... fais-moi confiance.

 

Neji avait dit cela, en regardant la jeune fille droit dans les yeux. Cette dernière sentit son cœur se calmer soudainement à l'entente de cette phrase. Comme si son cœur croyait en ces mots. La jeune fille se perdit de longues minutes dans le regard nacré de l'homme. Elle le trouvait incroyablement beau, il avait une voix si virile et en même temps, tellement douce.

 

_ Va juste me chercher de quoi me rafraichir, lui dit-il en se relevant avec une extrême douceur.

 

 

 

 

Amy.