Le désir

par amycybille

Chapitre trentième : Le désir

 

 

 

 

Tenten attisa encore une fois le feu qui flamboyait avec énergie dans la cheminée de la chambre de Neji. Malgré toute sa bonne volonté la jeune femme avait du mal à retenir ses membres de trembler … le baiser et les paroles de son maitre flottaient toujours dans sa tête et surtout dans son cœur. Elle était perdue et ne savait plus comment se comporter.

 

_ Je crois que tu as assez attisé ce feu, murmura le Hyuga avec une pointe d’amusement dans la voix.

 

La jeune servante stoppa brutalement son activité, se sentant à présent complètement stupide. En rentrant dans la chambre de son maitre quelques minutes plus tôt, elle l’avait trouvé en compagnie de Mélinée, tous deux assis en silence près du feu, contemplant ce dernier le regard vide. Elle avait alors tout de suite sentit que quelque chose s’était passé en son absence. Peut-être s’étaient-ils disputés ? Mais malgré l’ambiance lourde de la pièce, Tenten avait commencé ses tâches sans rien dire.

 

_ Vous avez raison, répondit-elle en essayant de contrôler le son de sa voix pour lui cacher son trouble et sa gêne, j’ai fini mes tâches … je vais me retirer, finit-elle en se relevant avec dignité, s’apprêtant à prendre la direction de la sortie.

 

_ Viens plutôt me détendre, lui ordonna t-il d’une voix pleine de sensualité en s’enfonçant un peu plus dans son fauteuil.

 

Aux paroles de Neji Mélinée sembla se réveiller et Tenten piqua brutalement un fard des plus impressionnants.

 

_ Que … que je vous détende …, s’étrangla la jolie brune sans vraiment comprendre les intentions de son maitre, qui la regardait avec un regard flamboyant.

 

_ A quoi jouez-vous ? s’énerva brutalement Mélinée en quittant son fauteuil pour se relever de toute sa hauteur afin de dominer son mari, qui ne semblait pas lui accordait la moindre attention.

 

_ Il y a à peine quelques heures vous m’avez demandé d’être honnête avec vous, répondit-il avec un sourire sincère en posant lentement son regard sur sa femme, c’est ce que je fais.

 

Mélinée sentit alors son cœur se serrer avec une force incroyable, jamais elle n’aurait pensé souffrir autant.

 

_ Qu’est-ce que vous insinuez ? lui demanda t-elle avec crainte en retenant comme elle pouvait ses larmes.

 

_ J’insinue que faire chambre à part est une excellente idée. N’est-ce pas le principe du mariage après tout ? lui demanda t-il en la fixant avec autorité, vous êtes ma femme et votre seul devoir est donc de me donner des héritiers.

 

_ Avez-vous seulement compris ce que je vous ai expliquée tout à l’heure ? cria t-elle avec rage en sentant ses larmes couler sans aucune retenue.

 

_ Vous m’avez avoué votre amour, soupira t-il en se relevant à son tour afin de dominer sa femme, et vous m’avez reproché de vous faire souffrir.

 

_ En faisant chambre à part c’est exactement ce que vous faites, cria t-elle encore une fois le pointant du doigt comme pour l’accuser, vous me faites souffrir !

 

_ Et j’en suis désolé, lui répondit-il sincèrement en posant son regard sur Tenten qui n’avait pas bougé d’un pouce, écoutant attentivement ce que les époux se disaient, mais je suis un homme d’honneur et par conséquent je me dois d’être honnête … je ne vous aime pas. Alors tombez amoureuse d’un autre et prenait le comme amant, c’est la seule chose que je puisse faire pour vous.

 

Tenten était restée près de la cheminée sans rien dire. Mais en voyant Mélinée s’écrouler à terre tel un pauvre animal blessé au plus profond de lui-même, la brune ne put rester à l’écart plus longtemps. Elle ressentait la souffrance de sa maitresse et comprenait parfaitement ses sentiments. On ne pouvait pas ordonner à une femme de changer l’homme de son cœur comme on lui demandait de changer de robe ! Son maitre ne pouvait pas être aussi cruel !

 

_ Ne faites pas ça ! hurla t-elle presque en se jetant aux pieds de Neji comme pour l’implorer, ne rejetez pas l’amour de votre femme, je vous en supplie !  Même si vous ne l’aimez pas … restez auprès de vous lui suffit amplement … il est impossible pour une femme d’oublier l’homme qu’elle aime ! Vous ne pouvez lui demander quelque chose d’aussi cruel !

 

Mélinée fut tellement surprise par l’intervention de sa servante qu’elle en arrêta ses pleurs. Pourquoi prenait-elle sa défense alors qu’elle était elle-aussi amoureuse de son mari ?  Neji, lui, écarquilla bien grands les yeux, ne comprenant apparemment aucunement l’intervention de la jolie brune. Cette dernière était toujours agenouillée à ses pieds et ne semblait pas vouloir se relever.

 

_ Si je la laisse rester auprès de moi cela voudrait dire que je lui laisse l’espoir d’être aimée un jour, soupira le Hyuga en fermant les yeux, et je ne peux être aussi cruel …

 

_ Je vois … pleura à nouveau la jeune Mélinée en se relevant avec difficulté avant de se diriger vers la sortie, chambre à part c’est parfait. Vous aurez votre héritier ne vous inquiétez pas, finit-elle amèrement en partant.

 

Tenten sentit tout à coup ses larmes couler sur ses joues halées tandis que Neji retournait calmement s’asseoir dans son fauteuil. La jolie brune sentait son cœur lui faire affreusement mal. Non, ce n’était pas la souffrance de Mélinée qu’elle ressentait … mais la sienne.

 

_ Pourquoi pleures-tu ? s’inquiéta calmement le Hyuga  en entendant les pleurs de sa servante redoubler.

 

La jeune femme se sentit tout de suite stupide en se rendant compte qu’elle ne connaissait même pas elle-même la réponse à la question de son maitre. Courageusement, la jeune femme se releva et sécha comme elle put ses larmes.

 

_ Viens m’embrasser, lui demanda t-il avec douceur en ouvrant ses bras, tu es la seule que je désire …

 

Le cœur de Tenten manqua violemment un battement. Non, jamais son maitre ne lui dirait quelque chose d’aussi plaisant à entendre. Elle avait du mal entendre … oui c’était ça … elle avait mal entendu ! Voyant que la jeune femme le regardait avec incompréhension, Neji sourit davantage et tendit ses bras vers elle comme pour lui confirmer ce qu’il voulait.

 

_ Ma douce, murmura t-il d’une voix virile et chaude, ma belle Tenten … par pitié ne me rejette pas …

 

Sentant un bonheur sans limite lui emprisonner le cœur, la jeune femme arrêta brutalement de réfléchir et se jeta sans aucune délicatesse dans les bras de son maitre, qui l’accueillit avec soulagement. Heureux comme jamais, le Hyuga l’embrassa avec une fougue non dissimulée, passant avec envie ses longues mains sur le corps frissonnant de la jolie brune, qui répondait avec ardeur à ses baisers.

 

 

 

 

***

 

 

 

 

Hinata ne put retenir des soupirs de bien-être s’échapper de ses lèvres entrouvertes. Le corps brulant de Naruto ondulait sensuellement au-dessus de celui de la brunette qui s’accrochait avec force aux draps de soie de leur lit conjugal. Malgré l’intensité du plaisir qu’elle ressentait, la Namikaze ne perdit pas pour autant son désir premier.

 

_ Naru…to, soupira t-elle en passant avec douceur ses mains blanches dans les cheveux or de son mari, n’ou…bli pas ta pro… ta pro…messe …

 

Le Namikaze n’arrivait plus à penser correctement. Les soupirs de sa femme avaient un effet des plus dévastateurs sur son corps. Il essayait tant bien que mal de se retenir pour offrir à Hinata le plus de plaisir possible.

 

_ Oui … mon … amour, lui murmura t-il avant d’écrasant ses puissantes lèvres sur celles de sa bien-aimée.

 

Le cinquième Hokage se força à reprendre ses esprits afin de réaliser ce qu’il avait en tête. Il stoppa soudainement ses vas-et-viens, ce qui fit gémir sa femme, qui n’avait apparemment pas envie qu’il s’arrête.

 

_ A moi …, chuchota t-il en concentrant comme il pouvait son chakra dans son membre fièrement dressé, à moi … rien qu’à moi, répéta t-il en pénétrant l’ancienne Hyuga d’un coup sec tout en déversant son chakra en elle.

 

La belle brune cria violemment en sentant le sexe de son mari bruler en elle, lui infligeant une brûlure insupportable qui lui enflamma tout le corps, la faisant horriblement souffrir. Le blondin recommença ses vas-et-viens en continuant comme il le pouvait de déverser son chakra au fin fond du corps de sa femme, qui essayait tant bien que mal de souffrir en silence.

 

_ Chut … c’est bientôt … fini …, lui susurra t-il en caressant avec tendresse ses long cheveux bleuté.

 

Brusquement, Hinata sentit une énorme secousse au niveau de son bas ventre. Tout son corps sursauta dans un énorme spasme incontrôlable.  A ce moment-là, le blondin sentit un plaisir intense l’envahir. Il  gémit de plaisir avant de s’effondrer sur le corps en sueur de sa femme, qui sentait la douleur de son bas-ventre s’atténuer petit à petit. Comprenant qu’il venait de la marquer, elle sourit de toutes ses dents et enlaça tendrement son mari, le serrant plus fort contre sa poitrine chaude.

 

_ Alors …, lui chuchota son mari un air plus que satisfait sur son beau visage halé, est-ce que l’épouse du cinquième Hokage est satisfaite de son puissant et valeureux mari ? demanda t-il avec arrogance en embrassant amoureusement les lèvres sucrées de son amante, qui mit fin au baiser pour lui répondre.

 

_ Oh oui …

 

 

 

***

 

 

 

 

Elle arriva finalement jusqu’à sa fenêtre et y entra sans faire de bruit. Avec rapidité, la Hyuga se déshabilla pour enfiler sa robe de nuit blanche, la même que celle qu’elle portait lorsqu’elle était la femme de l’Hokage … en pensant à cela, un sourire s’afficha sur son beau visage de porcelaine.

 

_ Mademoiselle Hinata, vous êtes là ? demanda avec inquiétude un jeune homme derrière la porte de la chambre d’Hinata.

 

Cette dernière se précipita dans son lit.

 

_ Oui, répondit-elle simplement, que voulez-vous ?

 

_ Je sais que vous n’étiez pas là tout à l’heure, la gronda presque Shinato à travers la porte, où étiez-vous ?

 

_ Je …, hésita la Namikaze, je dormais surement …

 

_ Non, s’écria méchamment le blondin en entrant sans prévenir dans la pièce, je suis entré il y a une heure de cela et vous n’étiez pas là !

 

La Namikaze parut choquée qu’il ose ainsi entrer dans sa chambre sans son autorisation et remonta un peu les draps sur elle. Elle allait répondre, mais se stoppa un instant … ce rêve … oui c’était un rêve qu’elle avait déjà fait ! Celui où Shinato la violait … Oh non … elle ne voulait en aucun cas refaire ce rêve affreux, mais malgré sa lucidité intérieur, Hinata se surpris à répondre.

 

_ Je ne vous permets pas d’entrer comme cela Shinato, le gronda t-elle sans retenu, sortez !

 

_ Non, s’indigna t-il en fermant la porte à clé, je suis un ninja du sixième et je suis ici pour vous surveiller ! Vous n’avez pas le droit de sortir de cette maison durant la nuit ! Alors où étiez-vous ?

 

Hinata réfléchit au quart de tour, cherchant rapidement une excuse absurde comme elle le faisait d’habitude. Si ça continuait cet abruti allait tout faire tomber à l’eau !

 

_ Vous voulez vraiment le savoir ? demanda t-elle en faisant mine d’être triste.

 

_ Je dois le savoir, répondit-il durement en s’avançant lentement vers la jeune femme allongée dans son lit double.

 

_ Je suis allée faire une promenade à cheval en forêt, c’est tout, dit-elle en tournant légèrement sa tête sur le côté.

 

_ Vous n’avez pas le droit, répondit-il simplement en s’asseyant tranquillement sur le bord du lit, je vais devoir vous dénoncer Hinata.

 

_ Mais je voulais simplement être seule dans la forêt pour …

 

_ Pour faire quoi ?

 

_ Pour penser tranquillement à Naruto, il me manque …

 

_ Vous ne parlez que de lui bon sang ! s’énerva brusquement Shinato en se positionnant à califourchon sur Hinata, il est mort !

 

_ Sortez de mon lit ! s’emporta Hinata en sentant Shinato l’emprisonner entre son corps et le matelas.

 

_ Il est mort, reprit-il encore, et il ne vous aimait même pas, Hinata … mais moi je vous aime !

 

Hinata cessa soudain de se débattre, comprenant ce que le cousin de son mari voulait. Après tout, cela faisait plus de trois ans qu’elle faisait semblant d’apprécier sa compagnie pour mieux le berner …

 

_ Sortez de ma chambre, ordonna t-elle calmement en tournant la tête sur le côté afin de ne plus l’avoir dans son champ de vision.

 

_ Non Hinata …

 

_ Qu’est-ce que vous voulez ? demanda t-elle avec un peu d’agressivité dans la voix, qu’est-ce que vous me voulez à la fin ?!

 

Shinato sourit légèrement à la question de la princesse Namikaze et voulut embrasser son cou pour mieux lui faire comprendre ce qu’il attendait d’elle, mais une force surhumaine  l’expulsa violemment hors du lit, l’envoyant valser contre le mur de la chambre.

 

La jeune femme resta comme paralysée devant ce spectacle.

 

_ Qu’est-ce que …

 

_ Petite garce, s’indigna avec rage le cousin de son mari en essayant tant bien que mal de se relever, tu es marquée … l’enfer t’emporte ! lui cria t-il en se dirigeant vers la porte de sortie.

 

 

 

 

***

 

 

 

 

Hinata se réveilla en sursaut, en sueur, la respiration plus que saccadée.

 

_ Tu as fait un cauchemar ? lui demanda son mari légèrement ensommeillé en étreignant un peu plus sa femme contre lui. Je vais te réconforter …

 

La jolie brunette sentit les mains de ce dernier caressait avec amour sa poitrine, qui se soulevait à un rythme soutenu. Se remettant un peu de son rêve, la jeune femme soupira de soulagement et s’abandonna avec bonheur aux caresses de son mari.

 

_ Je suis à toi maintenant, lui lança t-elle avec un sourire en levant son visage vers celui de Naruto.

 

_ Toute à moi, lui susurra t-il sensuellement en l’embrassant délicatement.

 

_ Aucun homme ne pourra plus jamais me faire de mal …

 

 

 

 

***

 

 

 

 

Sakura entra discrètement et en silence dans la  chambre de son fiancé. La pièce était complètement sombre mais un léger rayon de lune lui permit de distinguer le corps puissant de l’Uchiwa, endormi paisiblement sous les couvertures bleu nuit. La jeune femme s’approcha lentement du lit à baldaquin, essayant de maitriser sa folle envie de se jeter dans ce lit pour implorer son futur mari de la toucher encore et encore …

 

_ Mais qu’est-ce que je raconte ? s’inquiéta subitement la fleur en s’arrêtant à mi-chemin de l’objet de son désir.

 

La future Uchiwa prit sa tête entre ses mains pendant quelques secondes, essayant de calmer cette pulsion qui semblait grandir au fur et à mesure que le temps passait. Depuis cette nuit-là, cette nuit où il l’avait prise avec autorité, Sakura sentait quelque chose naitre au fond de ses entrailles … quelque chose qui lui était totalement inconnu. La seule chose qu’elle avait compris c’était qu’elle avait incontestablement envie de refaire l’amour avec cet homme … une envie devenue de plus en plus pressante et de plus en plus douloureuse.

 

_ Viens, lança le maitre des lieux  en tendant un bras vers sa fiancée, qui sursauta brusquement à l’appel de l’Uchiwa.

 

_ Tu … tu es réveillé ? lui demanda t-elle en rougissant à la vue du torse dénudé de son fiancé, qui s’était légèrement relevé à l’aide de ses coudes.

 

Devant sa confusion, et comprenant pourquoi la fleur se trouvait dans sa chambre en plein milieu de la nuit, Sasuke ne put s’empêcher de lancer un sourire carnassier à sa future femme.

 

_ Je n’ai jamais vu les yeux d’une femme exprimer autant de désir pour un homme, lui dit-il apparemment satisfait de la situation. Me désires-tu autant que je te désire ? lui demanda t-il en se mettant debout  sans aucune pudeur.

 

A la vue de la nudité de son futur mari, Sakura cria et protégea ses émeraudes du spectacle à l’aide de sa main gauche.

 

_ Pourquoi es-tu gênée ? s’amusa le ténébreux en s’approchant d’elle à une rapidité ahurissante, tu seras bientôt ma femme …

 

Sentant son fiancé la prendre dans ses bras avec autorité, la jeune femme essaya de se libérer en vain de son emprise. Avec habilité, Sasuke colla le dos de sa fiancée contre son torse et la tint avec force contre lui, lui intiment silencieusement de cesser de vouloir le fuir.

 

_ Tu as envie de moi, n’est-ce pas ? lui murmura t-il sensuellement à l’oreille en desserrant un peu son étreinte.

 

Sakura n’en pouvait plus. Son fiancé était là, complètement nu et collé à son dos. Son bas-ventre brulait littéralement et l’empêchait de réfléchir correctement.

 

_ Surement pas ! cria t-elle presque en laissant des larmes de frustration couler le long de ses joues rougies par le désir et la gêne. Pourquoi j’aurai des envies pareilles à ton égard alors que tu me traites comme si j’étais un objet ?!! Tu n’as aucun respect pour moi, aucune estime … jamais je ne serai heureuse avec toi …

 

Complètement résignée, la jeune femme fit tomber toutes ses résistances et cessa de se débattre, se laissant aller sur le torse de son fiancé telle une poupée de chiffon vide et démembrée.

 

_ Je ne sais pas ce qu’être un bon mari signifie Sakura, mais sache que j’ai beaucoup de respect et d’estime envers toi … et que je suis heureux qu’on m’impose ce mariage, lui chuchota t-il à l’oreille en déposant une pluie de baisers sur le cou appétissant de sa fiancée.

 

_ Qu’est-ce … tu m’as … fait ? lui demanda difficilement la fleur en essayant d’arrêter ses larmes de couler, pourquoi j’ai … j’ai autant envie … de toi ? Cela me fait … presque mal …

 

_ Je t’ai marqué, lui avoua t-il avec un sourire en la dirigeant tranquillement vers son lit où il l’allongea avec douceur.

 

_ Et qu’est-ce que … c’est ? interrogea t-elle en essuyant ses larmes du revers de sa main.

 

La voix de Sakura était faible et brisée, ce qui fit un mal fou à son fiancé, qui s’allongea avec douceur sur son corps fragile. A ce moment il la sentait aussi vulnérable qu’une poupée de porcelaine que l’on aurait maltraitée et violentait quelques minutes plus tôt.

 

_ Ton chakra n’acceptera désormais que le mien, lui expliqua t-il vaguement en embrassant amoureusement la future Uchiwa, tu es liée à moi pour toujours … et un tel lien doit-être alimenté régulièrement par … la chose dont tu as tant envie en ce moment même.

 

Sakura ne comprenait pas trop ce que son fiancé tentait de lui expliquer, mais elle s’en fichait. Son esprit était brouillé par ce désir qui lui était inconnu … elle le voulait … elle voulait Sasuke, et c’était la seule chose qu’elle comprenait en ce moment même.

 

_ Ne me fuis pas, implora le ténébreux en passant sa main au niveau de l’entre-jambe de la fleur, la caressant sensuellement à travers le tissu nacré de sa camisole.

 

Sous les caresses de son fiancée la jeune femme se put se retenir de gémir de plaisir. Comme elle avait rêvé de ce contact ! Voyant l’abandon total de sa fleur, Sasuke comprit qu’à présent elle était complètement à lui … grâce à cette marque qu’il avait cru ne jamais utilisé de sa vie … grâce à elle … sa fiancée serait à tout jamais sous son emprise. Où qu’elle aille à présent elle ne pourrait plus jamais se passer de lui. Ses ainés l’avaient maintes et maintes fois mis en garde à propos de cette marque si mystérieuse que seuls les ninjas de haut-rang pouvaient utiliser.  On lui avait raconté que très peu de ninjas  avaient vraiment marqué une femme, que le marquage n’était pas une pratique très répandue, et qu’elle était plutôt mal vue. Son oncle lui avait bien assez répété son opinion sur la question.

 

« Si tu marques une femme, tu l’as condamne à être liée à ton sort. Tu vis, elle vit. Tu meurs, elle meurt ».

 

 

 

 

***

 

 

 

 

_ Tenten …, susurra sensuellement Neji à l’oreille de Tenten sans cesser un instant d’embrasser le cou halé de sa servante qu’il tenait fermement dans ses bras, allongé avec arrogance au-dessus d’elle.

 

La jolie brune riait sous les assauts incessants de son maitre, qui ne cessait de vouloir la toucher et la reprendre tout entière encore une fois.

 

_ Deux fois ne vous suffit pas ? rigola joyeusement la brune en essayant de se dégager du corps nu de l’Hyuga, je dois retourner à ma chambre. Si on remarque mon absence on va me disputer, essaya t-elle de le raisonner.

 

_ Tu es ma servante, lui répondit-il avec autorité la coinçant entre le lit et son corps, j’ai le droit de t’avoir toute une nuit si j’en ai envie. Tu es à moi, lui murmura t-il avec douceur en embrassant amoureusement Tenten, qui perdit pied devant tant de tendresse.

 

_ J’ai envie d’un bain, reprit-il avec un sourire au coin agaçant.

 

_ Maintenant ? s’offusqua légèrement la jeune femme en sentant son amant se dégager de ses bras pour sortir du lit encore chaud. Vous voulez un bain à cette heure-ci ? lui redemanda t-elle pour savoir si elle avait bien compris les désirs de son maitre.

 

_ Tout à fait, lui répondit-il en enfilant une chemise légère avant de se retourner vers son amante qui le regardait avec incompréhension. Devrais-je te l’ordonner avec un peu plus de conviction ? l’interrogea t-il avec amusement.

 

La jeune servante sursauta brusquement et sortit rapidement du lit de son maitre pour s’habiller prestement. Une fois présentable, la jolie brune alla en vitesse sortir quelques servantes de leur lit bien douillé pour l’aider à apporter l’eau chaude jusqu’à la chambre du Hyuga. Non sans se plaindre les servantes s’exécutèrent. Une fois le bain de Neji fini, les servantes s’éclipsèrent en vitesse, désireuses de retrouver la chaleur de leur lit. Ravie de son caprice, le Hyuga se déshabilla prestement et rentra avec satisfaction dans l’eau chaude, sentant tous ses muscles de relaxer.

 

_ Lave moi, ordonna t-il à Tenten en la fixant avec envie.

 

La jeune femme sentit ses joues s’enflammer à la demande de son maitre. Elle venait de faire l’amour avec lui, mais elle était incapable de le toucher hors de la pénombre des couvertures et de la nuit. Essayant de se reprendre, la jolie brune s’avança avec courage vers la baignoire posée près du feu de la cheminée. Voyant son malaise, le Hyuga sourit tendrement et prit délicatement la main gauche de se servante pour la porter à ses lèvres afin d’embrasser avidement sa paume. A ce contact Tenten sentit une brulure lui enflammer le bas de son ventre, une envie incontestable que Neji la touche davantage lui prit tout à coup à la gorge. Remarquant le désir briller dans les yeux noisette de son amante, le Hyuga sentit une grande satisfaction l’envahir. Cette femme avait envie de lui, et de lui seul. Il voulut se lever pour l’embrasser une bonne fois pour toute, mais quelqu’un toqua doucement à la porte, brisant involontairement l’ambiance intime de la pièce. Tenten voulut dégager sa main de l’emprise de son amant, mais ce dernier n’était pas de cet avis et refusa silencieusement.

 

_ Entrez, lança le maitre des lieux avec agacement, montrant bien à l’intrus qu’il les dérangeait.

 

Ce dernier ouvrit rapidement la porte et écarquilla les yeux de surprise à la vue de la scène qu’il avait devant lui. En reconnaissant Shôta, le garçon qui avait essayé de l’embrasser le soir du mariage de l’Hokage, Tenten crispa tous les muscles de son corps. Quant à Neji, il continuait toujours d’embrasser avidement la paume et maintenant l’avant-bras de son amante.

 

_ Que veux-tu ? s’impatienta tout à coup Neji en remarquant que le jeune homme était resté bloqué devant la porte sans un mot.

 

Reprenant ses esprits, Shôta sentit une rage sans nom lui posséder les tripes.

 

_ Je vois … lança t-il d’une voix accusatrice en fixant méchamment la servante du Hyuga, qui sentit sa gorge se nouer sous ce regard haineux.

 

_ Et que vois-tu ? demanda Neji d’un ton supérieur en fixant durement son serviteur.

 

_ Rien mon seigneur, se reprit rapidement Shôta en montrant la bouillote chaude qu’il avait entre les mains, je viens juste apporter cette bouillote à votre femme 

 

_ Sa chambre est en face, trancha le Hyuga sans laisser au garçon le temps de finir sa phrase.

 

Résigné, Shôta se retourna dignement pour sortir, mais sa colère prit le dessus sur sa raison.

 

_ Enfoiré, grinça t-il entre ses dents en s’apprêtant à sortir.

 

_ Tu parles de moi ? le stoppa brusquement l’homme aux yeux nacré d’un ton dur. Sois un homme et viens me dire ce que tu as au fond de tes tripes au lieu de murmurer lâchement dans ta barbe, le défia t-il avec arrogance comprenant que le sujet sensible était sa servante.

 

Voulant éviter que son camarade soit puni inutilement, Tenten se retourna vers Neji et le supplia du regard d’arrêter son manège, mais ce dernier lui fit ce sourire au coin agaçant qui signifiait qu’il était le maitre.

 

_ C’est indigne d’un ninja de haut-rang de profiter des servantes, lâcha fortement le jeune serviteur qui s’avança un peu plus vers son adversaire pour mieux lui montrer sa détermination, vous avez les plus belles femmes nobles à vos pieds grâce à votre rang et à votre richesse. Les servantes sont pour les hommes du peuple ! Alors laissez-nous nos femmes et gardez les vôtres !

 

Tenten s’offusqua silencieusement du discours de son camarade. Elle voulut lui crier ce qu’elle pensait mais son amant fut plus rapide.

 

_ Tu es énervée parce qu’elle est à moi ? demanda le Hyuga en souriant avec arrogance afin de faire encore plus enrager son adversaire.

 

_ Si vous ne l’aviez pas marqué elle serait déjà à moi, cria avec rage Shôta en défiant le ninja du regard, je l’aurai prise sur le champ en plein milieu de la cuisine impériale !

 

Aux paroles de son rival, le Hyuga se leva brusquement sans aucune pudeur, montrant fièrement son corps musclé et athlétique au frêle serviteur qui se permettait de croire qu’il pouvait lui voler sa Tenten aussi facilement. La jeune femme voulut raisonner son amant, mais avant qu’elle ait pu faire le moindre mouvement son maitre l’attrapa par la taille avec autorité et colla son dos contre son torse mouillé. Elle sentit son maitre lui défaire prestement son corset et passer ses longues mains avides sur sa poitrine. La jolie brune sentit la gêne l’envahir en sentant le regard de Shôta les scruter avec haine.

 

_ Regarde bien, esclave, tonna Neji avec arrogance en passant une de ses mains sous les jupes de son amante cherchant la chaleur de ses cuisses, je suis le seul au monde à pouvoir la toucher. Je suis le seul que son chakra accepte et ce pour toujours.

 

Malgré la gêne que la présence d’un intrus lui procurait, Tenten ne put s’empêcher d’apprécier les caresses de l’Hyuga et de gémir légèrement lorsque la main de son maitre atteignit son mont-de-vénus.

 

_ Son chakra réagit au moindre de mes désirs, continua d’expliquer fièrement le maitre des lieux, Quand j’ai envie d’elle … elle a envie de moi. Et où que je sois elle viendra à moi pour satisfaire son envie et la mienne, finit-il en introduisant ses longs doigts dans l’intimité à présent humide de Tenten, qui s’était totalement abandonnée à lui, ne remarquant même pas que l’intrus était parti en claquant la porte pour montrer son mécontentement en vain.

 

 

 

***

 

 

 

 

Sakura para avec adresse l’attaque puissante de son maitre d’arme. Possédée par une fierté sans nom, elle ne put s’empêcher de sourire et par conséquent de baisser sa garde une fraction de seconde. Ce fut assez pour son adversaire pour la désarmer habilement. Le katana de la jeune femme vola sous le choc et vint s’écraser pitoyablement sur le sol, marquant ainsi la fin de l’entrainement.

 

_ Sakura, s’indigna lascivement le ninja aux cheveux blanc en baissant les bras d’un geste nonchalant, reste concentré bon sang ! Ce n’est pas avec une concentration de pigeon que tu vas réussir à battre un seul ninja du sixième.

 

La jeune femme soupira bruyamment en s’écroulant sans aucune délicatesse sur ses genoux, comme si la fatigue du siècle venait soudainement de lui tomber dessus.

 

_ J’en ai marre, se plaignit-elle en croisant lourdement les bras sur sa poitrine, ça fait des heures qu’on s’entraine j’en peux plus !

 

Le ninja copieur soupira à nouveau et fit un signe de tête affirmatif à l’intention de son élève.

 

_ Très bien, répondit-il avec amusement, va te préparer pour la ronde de ce soir, la nuit ne va pas tarder à tomber. Chizuru est revenue de Konoha … et il semblerait que du courrier t’attend, finit-il en lui adressant un clin d’œil bienveillant.

 

En comprenant le sous-entendu de son ami, Sakura lui offrit le plus beau de ses sourires et se releva d’un bond avant de se jeter sur lui telle une furie en manque de chair fraiche.

 

_ Dis-moi ce que tu sais, le menaça t-elle en faisant mine de l’étrangler, crache le morceau Kakashi ! Sasuke t’as contacté ? Quand revient-il me voir ? Il a donné à Chizuru une lettre pour moi ? Aller dis-moi ! Dis-moi, dis-moi, dis-moi, dis-moi, dis-moi !!

 

Kakashi rigola fortement sous les assauts incessants de son élève qui semblait plus que déterminée à lui soutirer le plus d’information possible. Cela faisait plus de trois mois qu’elle n’avait pas vu son ex-mari et l’attente de son retour devenait de plus en plus difficile pour la jeune femme.

 

_ Calme-toi Sakura, lui intima t-il en l’attrapant par les épaules pour contrôler ses sauts d’excitation irritants. Oui Sasuke m’a contacté, il viendra te voir demain soir vers minuit mais c’est Hinata qui …

 

Le pauvre Hatake ne put finir sa phrase car sa jeune élève poussa un cri de joie tellement aigüe qu’il dut se boucher les oreilles pour ne pas sentir ses tympans fondre sous la puissance du son.

 

_ Pour l’amour du ciel, se plaignit le ninja copieur en lançant un regard désespéré à l’Uchiwa, qui s’arrêta immédiatement les joues en feu.

 

_ Pardon, s’excusa t-elle un peu gênée d’avoir laissé sa joie  exploser avec aussi peu de délicatesse. C’est juste que … je suis tellement contente !

 

_ Je m’en doute, rigola le ninja copieur en croisant lourdement les bras sur sa poitrine, mais tu ne dois pas oublier qu’il nous faut être discret. Si les ninjas du sixième apprennent que Sasuke et Naruto sont toujours en vie, tu peux être sure qu’ils les traqueront jusqu’au bout du monde pour les renvoyer dans la tombe. Et si notre cinquième Hokage venait à mourir … tous ces partisans et tous les opposants à Orochimaru se retrouveraient sans chef et sans espoir d’un retour à la normal. En attendant que Naruto ait fini de rallier les pays voisins à sa cause nous devons, nous, de notre côté, tout faire pour que Naruto et Sasuke restent mort pour le Sixième. Et bien entendu nourrir la population.

 

_ Oui, répondit tristement la jeune femme en sentant à nouveau un énorme poids tomber sur ses frêles épaules. Je vais me préparer pour ma ronde, finit-elle en prenant le chemin de la maison des Hatake.

 

Elle avait juré à ses quatre amies qu’elle incarnerait le cavalier de la nuit sur son territoire au péril de sa vie, mais se battre tous les soirs contre ces cinglés de partisans du sixième lui faisait parfois un peu peur. Il y a quelques semaines elle avait même été gravement blessé et avait vu la mort d’un peu trop près. Depuis elle s’entrainait comme une possédée pour perfectionner sa maitrise des arts ninjas afin d’éviter ce genre d’incident malvenu.

 

_ Au fait Sakura, l’arrêta brusquement Kakashi en fronçant légèrement ses longs sourcils blancs, as-tu enfin mis Hinata au courant pour Naruto ?

 

A la question de son maitre d’arme, l’Uchiwa sentit la culpabilité lui serrer les entrailles. Lorsque le sixième avait attaqué le Palais Impérial ce fameux soir d’hiver, tout le monde avait vu Orochimaru tuer de sang-froid le troisième Hokage avant de s’attaquer au cinquième lui-même. Ce dernier avait perdu son combat et s’était retrouvé en plein milieu de la cour extérieur complètement ensanglanté et vidé de toute force. La fleur se rappelait encore le hurlement déchirant qu’Hinata avait poussé à la vue de son mari à moitié mourant, gisant sur le sol tel un pantin désarticulé. Tout le monde avait cru à sa mort … tout le monde avait cru que son cœur s’était arrêté suite à ses nombreuses blessures … tout le monde, mais pas Sakura. Au milieu des cris et des pleurs, au milieu de tout ce sang et de ces corps vidés de toute vie, la jeune femme s’était précipitée auprès de son Hokage et lui avait prodigué les premiers soins. Après l’avoir sauvé d’une mort imminente, la jeune femme avait fait son possible pour trouver Kiba, le seul ninja médecin qu’elle connaissait, afin d’éloigner définitivement Naruto de la mort qui le guettait. Après des heures de batailles acharnées, Orochimaru et Madara avaient finalement gagné … le cinquième et ses plus fidèles ninjas avaient dû fuir Konoha et le pays du feu. Avant de partir, Naruto avait fait promettre à la fleur de ne révéler à personne que lui et Sasuke étaient en vie, et surtout pas à Hinata. Sakura avait accepté avec regret de garder ce lourd secret.

 

_ J’ai passé deux longues années à lui mentir, répondit la fleur de cerisier en se retournant difficilement vers Kakashi, je lui ai assuré que l’homme qu’elle aimait était mort et enterré. Je l’ai vu souffrir de l’absence de Naruto alors que j’avais la chance de voir de temps en temps Sasuke. Je l’ai vu sombrer lentement dans la folie à tenter de contrôler ces crises … provoquées par cette fichue marque que Naruto lui a faite.

 

_ Si Hinata ne voit pas très vite le cinquième, elle risque de mourir pour de bon. Si la marque n’est pas alimentée régulièrement, la femme ressent une douleur qui s’amplifie au fil du temps … jusqu’à causer sa mort. Tu dois dire la vérité à Hinata !

 

_ Mais Naruto ne sait même pas qu’elle est en vie, s’offusqua la jeune femme en faisant mine de s’arracher les cheveux, comme pour montrer que la situation était trop compliquée pour avoir une solution convenable.

 

Quelques jours après la victoire d’Orochimaru,  l’Uchiwa était venue la voir et lui avait expliqué qu’ils avaient dû mentir à Naruto en lui annonçant qu’Hinata avait été tué par le sixième.

 

_ Naruto et les autres devaient partir du pays du feu et aller chercher des alliés ailleurs afin de revenir et de chasser une bonne fois pour toute ce sale serpent, lança la jeune rose en massant doucement ses tempes endolories, mais Naruto ne voulait pas laisser Hinata aux mains d’Orochimaru … alors Sasuke a dû lui faire croire qu’elle était morte pour qu’il puisse mieux se concentrer sur leur objectif premier.

 

_ Vous êtes deux abrutis, soupira le ninja copieur avec désespoir, en faisant ça vous avez volontairement condamnés Hinata. Sans Naruto elle ne peut vivre, c’est le principe même de la marque.

 

_ Je n’en savais rien, se défendit Sakura en sentant les larmes lui brûler les yeux, oh qu’est-ce que je vais faire seigneur ? Tout est ma faute !

 

_ En tout premier lieu il faut que Sasuke dise la vérité à Naruto. Ensuite ils pourront ensemble décider de la marche à suivre.

 

_ Sasuke m’a dit que Naruto suivait un entrainement spécial. Il cherche à maitriser son démon pour de bon, lui expliqua t-elle en s’accroupissant avec désespoir, il doit à tout prix finir. S’il apprend qu’Hinata est en vie et qu’en plus elle est à l’agonie sans lui … il arrêtera tout et se précipitera chez elle. Il ne doit pas revenir … il est le seul à pouvoir battre Madara et Orochimaru, il ne doit pas prendre de risques …

 

_ Naruto sait ce qu’il a à faire, la coupa Kakashi en fixant durement son élève, il connait ses responsabilités en tant qu’Hokage. Mais il est aussi un mari, et en tant que tel il a des responsabilités envers sa femme. Hinata dépend de lui, et c’est lui qui l’a voulu en la marquant.

 

 

 

 

 

Amy.