Une Femme Chatiée

par amycybille

 

 

Chapitre Dix-huitième : Une Femme Châtiée

 

 

 

 

 

La grande salle était silencieuse ... cela était totalement normal puisque le bal avait été stoppé, et les familles priées de retourner dans leur domaine ou dans leur chambre afin de repartir demain matin. Les quelques personnes de la salle étaient silencieuses, la plupart bouillonnant d'une rage contagieuse. L'Empereur était assis sur son trône, sa femme était assise à sa gauche et ne semblait vraiment pas très bien ... elle était un peu pâle. La famille Uchiwa au grand complet; composée du père, de la mère, du fils ainé et de son épouse, Hanabi Uchiwa ... la famille Haruno; père, mère et grand-mère ... la famille Hyuga; père, mère et fiancée du futur Empereur ... la famille Intaka uniquement composée du père ... toutes ces familles étaient postées prés de l'Empereur, formant un cercle autour de deux jeunes filles, retenues prisonnières par deux gardes, qui ne les lâchaient pas des yeux. Naruto, lui, était prés de sa fiancée, qui lui tenait toujours le bras. Elle semblait triste, et elle devait surement se retenir pour ne pas fondre en larmes. Son fiancé posait parfois sa main sur celle d'Hinata pour la réconforter. L'ambiance était morbide, et personne n'osait parler. La jeune femme aux cheveux roses semblait abattue. Par sa faute, elle s'était fait prendre ... par sa faute, son amie s'était fait prendre. Elle n'était qu'une incapable! Elle avait vraiment pensé pouvoir échapper à ce garde ... mais en s'échappant, elle avait envenimé la situation ... et encore plus lorsqu'elle l'avait frappé. Elle savait qu'elle était en faute, mais elle ne savait en aucun cas ... ce qui allait se passer maintenant. Parfois, ses parents tournaient vers elle leur regard rempli de tristesse et d'affolement, mais elle leur envoyait toujours un sourire pour les rassurer. Mélinée elle, semblait calme ... mais intérieurement c'était la catastrophe! Elle savait parfaitement ce qui allait se passer pour elles. Elle connaissait le sort que l'on réservait aux femmes ayant commis de telles fautes ... et le regard brûlant de haine de son père, n'arrangeait pas son affolement.

 

Soudain, un bruit de porte qui s'ouvre se fit entendre, l'assemblée vit les deux hommes attendus entrer avec rapidité dans la grande salle et se poster prés de leur famille respective. Une fois cela fait, l'Empereur constata qu'il pouvait commencer. Il se leva de toute sa hauteur, et fixa avec autorité les deux jeunes femmes soumises devant lui. Il fit un signe à ses gardes, et ces derniers lâchèrent les deux fiancées et les obligèrent à se mettre à genoux devant l'Empereur. Sakura avait mal à l'épaule, à l'endroit où le garde appuyait fortement pour la maintenir à genoux, alors qu'elle ne se débattait en aucun cas. En balayant l'assemblée du regard, elle vit le regard de son fiancée la fixer durement. Elle savait qu'elle avait eu tord ... elle n'était pas d'accord avec les règles, la société ... mais ce n'était pas une raison pour faire n'importe quoi et risquer la vie de tout le monde! Jamais elle n'aurait pensé qu'un jour, elle lancerait un regard désolé et soumis à Sasuke Uchiwa ... mais là, prisonnière de ses fautes, c'est ce qu'elle fit avec consentement.

 

_ Bien ! commença l'Empereur, je suis assez fatigué et contrarié ce soir alors nous n'allons pas tourner autour du pot une seule seconde! Ces deux jeunes femmes sont accusées d'avoir contrecarré la bienséance sous tous ses angles. Elles ont bravé l'interdit de ma demeure, elles se sont promenées dans ce Palais sans leur fiancé respectif, elles ont même agressé un de mes gardes …

 

Au fur et à mesure que l'Empereur parlait, l'assemblée semblait de plus en plus consternée par ces aveux.

 

_ Le châtiment pour autant de fautes est la mort, finit le troisième avec conviction.

 

Les différentes familles semblèrent satisfaites par la conclusion de leur Empereur. Les Haruno eux, s'écroulèrent littéralement sous l'annonce. En plus de perdre leur honneur, ils allaient perde leur enfant unique. Quelle malédiction les avait bien frappé !? Sasuke et Neji se regardèrent avec gravité. Personne ne pouvait remettre en cause le jugement de l'Empereur ... ils ne pouvaient donc rien faire pour les aider. L'Uchiwa ferma les yeux avec force en soupirant avec anxiété.

 

_ Les accusées ont-elles quelque chose à rajouter ? demanda l'Empereur en s'approchant d'elles.

 

Sakura semblait complètement affolée par la nouvelle. Elles allaient mourir par sa faute ! Elles allaient mourir justes pour ... un caprice ?

 

_ Votre Majesté, répondit la rose la voix cassée, j'ai quelque chose à dire !

 

L’Hokage s'approcha doucement d'elle afin de bien la voir derrière ses yeux fatigués par la vieillesse.

 

_ Et bien parlez ! ordonna t-il de mauvaise humeur.

 

_ J'accepte volontiers mon châtiment, mais par pitié votre Majesté, laissez la vie à Mélinée Intaka, supplia t-elle au bord des larmes, elle n'a fait que me suivre ... je l'ai forcé à venir, à me suivre dans mon caprice et ma vanité !

 

L'Empereur sembla surprit par sa demande. Il leva un sourcil.

 

_ Je vous en supplie Majesté, pleura presque la rose, épargnez-la!

 

L'Empereur sembla réfléchir, et au bout de quelques minutes il déclara.

 

_ Fort bien, J'accepte votre requête Mademoiselle, vous serez la seule châtiée. Libérez la demoiselle s'il vous plait, ordonna t-il à ses gardes.

 

Ces derniers s'exécutèrent rapidement. Mélinée regarda avec stupeur son amie, lui faisant comprendre qu'elle ne la laisserait pas seule face à son châtiment, mais la fleur lui ordonna de se taire par un regard autoritaire. La blonde baissa les yeux, résignée. Neji Hyuga fit un signe à sa fiancée afin qu'elle vienne prés de lui. Elle ne se fit pas prier, accourut vers lui, et lui prit le bras qu'il lui tendait.

 

_ Bien, conclu le troisième, Sakura Haruno sera pendu, demain à l'aube !

 

La fiancée du futur Empereur poussa un cri d'horreur et posa la main sur sa bouche, horrifiée par cette annonce. Naruto, voyant la détresse de sa fiancée, voulut supplier son grand-père de revoir son jugement, mais il n'eut pas le temps de dire quoi que ce soit.

 

_ Je m'y oppose, s'écria le cadet des Uchiwa en sortant de l'Assemblée pour se placer devant sa fiancée, je fais opposition !

 

Toutes les familles étaient consternées que quelqu'un contredise la décision de l'Empereur. Jamais on n’avait vu pareil chose ! Le père Uchiwa était choqué que son fils cadet ose contester le troisième en public. Il s'avança et s'apprêta à réprimander son fils, mais l'Empereur le vit et lui dit avec calme.

 

_ Laissez Mr Uchiwa ! Je trouve l'audace de votre fils ... tout en son honneur.

 

Puis il se tourna vers le ténébreux et lui ordonna.

 

_ Dis-moi ! Parle ! Si tes arguments sont convaincants, je reverrai mon jugement!

 

Sakura était ... surprise pour ne pas dire choquée de l'attitude de son fiancé. Pourquoi prenait-il sa défense ? Pourquoi prenait-il le risque de bafouer son honneur en public pour elle ? Elle ... qu'il ne semblait même pas considérer ... qu'il ne semblait même pas respecter ... pourquoi ? …

 

_ Haruno Sakura est ma fiancée légitime et je me dois de prendre sa défense! Ainsi que pour l'amitié que nos deux familles se vouent depuis des siècles. Je sais que ses actes sont totalement immatures votre Majesté ... mais vous devez le savoir, elle a été kidnappé par un fou, ce qui la beaucoup chamboulée. De plus elle a été anéantie par son échec avec la marrine, elle s'est sentie misérable et inutile. Majesté, je me porte garant de sa bonne conduite à partir de maintenant, je vous jure Majesté que ce genre d'incident ne se reproduira plus jamais, et surtout pas sous votre toit. Par pitié Majesté !

 

L'Empereur sembla touché par le discours du ninja, et se retourna vers son siège pour s'y asseoir. Ses arguments semblèrent avoir eu de l'effet sur le vieil homme.

 

_ Très bien ! s'exclama t-il, j'enlève la peine de mort ... Mais je fais ça uniquement pour la famille Haruno, qui est une famille qui compte beaucoup pour moi dans ce pays. Je ne pourrais supporter le déshonneur qu'elle pourrait subir par un manque de maturité !

 

Les familles semblèrent un peu soulagées, et inquiètes ... si une femme se rebellait, elle pourrait le refaire une deuxième fois ! Hinata sourit en entendant le verdict de l'Empereur, et tourna son visage baigné de larmes de joie silencieuses vers son fiancé. Ce dernier lui rendit son sourire, heureux que son grand-père eut retrouvé la raison. Sakura, elle, n'en revenait pas ... non seulement il avait pris sa défense ... mais en plus, il l'avait sauvé d'une mort certaine …

 

_ Merci votre Majesté, remercia le ténébreux, vous êtes …

 

_ Mais ..., le coupa l'Empereur, ses actes ne seront pas impunis ! Je veux un châtiment .... et un suivi strict de son comportement !

 

L'Uchiwa fit une révérence devant l'Hokage et dit.

 

_ C'est tout à fait normal votre Majesté !

 

_ De retour au domaine Haruno, expliqua le vieil homme, j'ordonne que cette jeune femme soit suivie de prés par son fiancé et la marrine de Konoha ! Je désire ardemment avoir deux rapports, chaque semaine, résumant son comportement ... l'un, écrit de votre main, expliqua t-il en désignant le fiancé, et l'autre de la marrine. Je veux qu'aucun écart ne soit fait à son égard. Me suis-je bien fait comprendre ? demanda l'Empereur.

 

_ C'est très clair votre Majesté, répondit poliment le ténébreux, vos ordres seront suivis à la lettre.

 

Le troisième sembla satisfait. Il se mit à regarder le plafond pendant quelques minutes, et reposa son regard sur le fiancé.

 

_ Le fouet me semble le meilleur châtiment approprié à la situation, proposa l'Empereur au fiancé.

 

Les personnes dans la salle frémirent en cœur. Le fouet ? Pour une femme ?

 

_ Grand-père, s'écria le fils du quatrième, pardonnez mon offense, mais je me dois d'intervenir ! Je doute qu'une femme supporterait la souffrance du fouet.

 

L'Empereur regarda son petit-fils et lui expliqua.

 

_ Mon enfant, si je laisse cette demoiselle sans punition, elle recommencera ... et ça je ne peux le permettre! Quand le corps souffre, l'esprit s'élève, murmura l’Hokage.

 

Naruto ne sut que répondre. En comprenant qu'il ne pourrait rien faire de plus, il s'inclina et se tut. L'Empereur retourna son attention sur l'Uchiwa.

 

_ Je propose trente coups de fouet, dit le vieil homme, cela vous convient-il ?

 

Sakura sembla plus que désespérée ... trente coups de fouet ... oh Seigneur !

 

_ Douze coups de fouet, votre Majesté, contredit le ténébreux.

 

Il n'était pas question que sa fiancée ait de quelconques séquelles de ce châtiment !

 

_ Alors vingt-cinq coups ! Pinailla l’Hokage.

 

_ C'est trop Majesté, dix-huit coups !

 

_ Et bien vingt coups dans ce cas, et c'est ma dernière offre jeune homme ! s'impatienta l'Empereur.

 

_ Très bien, ce sera vingt coups de fouet votre Majesté, se résigna l’Uchiwa.

 

 

 

 

***

 

 

 

 

Sakura soupira pour la énième fois, son corps fragile assit mollement contre l'angle de la fenêtre solidement grillagée. Sa tête reposait comme elle le pouvait sur la pierre froide et dure. L'air était humide et les deux fenêtres de la cellule laissaient entrer sans gêne le froid grandissant de l'extérieur. La fleur avait froid, tout son corps tremblait avec hargne. Ses beaux yeux émeraude semblaient mornes et fatigués. Dehors, la neige tombait avec conviction, ne s'offrant aucun répit.

 

_ Eh, ma jolie ! s'écria une voix masculine non loin de la rose.

 

La jeune femme ferma les yeux avec force ... quand allaient-ils la laisser tranquille, non de Dieu ?! Son châtiment n'était pas assez dur pour qu'on la fasse aussi souffrir dans l'attente ?! Elle tourna lentement la tête dans la direction de ses compagnons de détention. La fleur était seule, dans une cellule séparée des autres par une énorme grille. Intérieurement, elle remercia fortement ses geôliers pour l'avoir isolé de ces ... types complètement ... cinglés ! Ils étaient là, assis prés de cette énorme grille, à la regarder avec avidité et stupidité.

 

_ Quoi ? demanda t-elle d'une voix lassée.

 

Les hommes rigolèrent à son ton si détaché.

 

_ Je me sens un peu seul ma belle ! s'écria un des hommes, ... approche un peu, ne sois pas timide !

 

La demande de leur camarade fit rire la totalité de la cellule. Quelle bande d'abrutis !! Qu'avait-elle fait au Seigneur pour qu'il la punisse autant ? ... ah oui ... avoir fait preuve d'immaturité et de stupidité !

 

_ Non merci ..., répondit la rose d'un ton détaché en retournant son regard vers la fenêtre.

 

Ces hommes continuèrent leurs harcèlements avec vigueur pendant un long quart d'heure ... ou peut-être même plus ... mais ça, la jeune rose ne saurait le dire, car ses yeux se fermèrent doucement sous la fatigue et le froid qui s'abattaient sur elle.

 

_" Je vous ordonne de me laisser passer, c'est clair ?!, s'écria t-elle.

 

La rose sursauta avec violence, sortant de son sommeil sans rêve. Dans son sursaut, elle dut se rattraper aux barreaux de la fenêtre, où elle était inconfortablement assise, pour ne pas tomber au sol. En sentant soudainement la chaleur agréable du sommeil se remplacer par le froid glacial et humide de sa cellule, la jeune femme se frictionna ardemment les bras, oubliant totalement la cause de son réveil.

 

_ Je suis désolé Mademoiselle, mais les femmes ne sont pas autorisées à voir les prisonniers ! répondit une voix masculine avec autorité.

 

La jeune rose détourna avec rapidité son regard vers ses deux geôliers, postés debout dans le couloir, prés des escaliers menant hors de la "prison". Apparemment, ils parlaient à une jeune femme que Sakura ne put voir d'où elle était.

 

_ Je suis la fiancée du fils du quatrième Hokage, alors je pense avoir le droit de …

 

_ C'est bon, la coupa une voix masculine dans le couloir, laissez-là passer ! Nous allons rester quelques instants.

 

La jeune Sakura crut reconnaitre la voix de sa meilleure amie ... Hinata ? que faisait-elle ici ?! Ses doutes s'envolèrent lorsque sa vue confirma que son ouïe lui avait belle et bien dit la vérité. La jeune femme brune descendit entièrement les escaliers, se révélant dans la lumière des torches du couloir de la prison. Elle paraissait affolée. La rose remarqua que le chignon qu'elle était censée avoir était complètement tombé, laissant une bonne masse de ses cheveux noir bleuté voler jusqu'au creux de ses reins. Elle tenait avec anxiété sa robe, évitant ainsi une chute accidentelle. Les yeux de la brune cherchaient avec nervosité quelqu'un en balayant les cellules du regard, et Sakura comprit que ce quelqu'un ... c'était elle. Elle se leva précipitamment de sa fenêtre, et accourut aux barreaux donnant sur le couloir illuminé.

 

_ Hinata ! s'écria t-elle, je suis là !

 

Lorsque la brune entendit les appels de son amie, elle se précipita aussi vite qu'elle put à la cellule de la rose. Une fois réunies, les deux jeunes femmes s'attrapèrent les mains à travers les barreaux de la cellule, et explosèrent en larmes.

 

_ Oh Sakura, s'écria en pleurs la jeune brune, j'ai tellement eu peur pour toi ! Pendant un long moment j'ai cru que je ne te reverrai plus.

 

Les jambes de la rose lui firent défaut, et elle s'écroula à terre, sur le sol de pierre humide et dur, sans pour autant lâcher les mains de sa meilleure amie. Toute la souffrance qu'elle ressentait la fit soudainement craquer. Peut-être parce qu'Hinata était présente ... qui sait ?

 

_ Hinata, pleura t-elle, j'en ai assez d'être ici ! Je veux rentrer à la maison, dit-elle comme une petite fille.

 

La fleur sentit soudainement deux présences en plus dans la pièce ... elle leva son visage baigné de larmes vers les nouveaux venus, mais tourna brusquement la tête vers Hinata, ne voulant pas que son fiancé la voit pleurer comme une petite fille fragile et faible. La deuxième personne prés de Sasuke lança un hoquet de surprise qui résonna dans toute la prison.

 

_ Qu'est-ce que ..., s'écria t-il, ... Sa ... Saku ... mo ... ? bégaya t-il.

 

 

 

 

 

Amy.