Rébellion

par amycybille

 

 

Chapitre Dix-septième : Rébellion

 

 

 

 

 

 

_ "Shika !! cria avec colère la jeune femme.

 

Cette dernière était prélassée dans les eaux chaudes prés du camp de Konoha sous une nuit étoilée. Et comme toute femme prenant un bain de minuit, la jeune femme blonde était ... nue. Et ce spectacle n'avait pas échappé à quelqu'un qui s'était tranquillement assis au bord du lac pour profiter de la vue.

 

_ Oh lala ! se plaignit le l'homme brun, arrête de crier comme ça. C'est galère …

 

_ Non mais ça va pas bien ? s'énerva t-elle, de quel droit tu viens me ... me ... me reluquer quand je suis nue ? Espèce de …

 

_ Espèce de quoi ? la coupa Shikamaru, de pervers ? Je crois que je suis en droit de regarder ma fiancée lorsqu'elle se baigne et de lui dire que je la trouve magnifique, finit-il en se relevant et en commençant à partir.

 

La jeune femme se calma un peu et fut électrisée en se rendant compte de ce qu'il venait de dire.

 

_ Comment ça ta fiancée ? demanda t-elle de loin.

 

Shikamaru s'arrêta et se retourna pour la regarder.

 

_ Oui ma fiancée, c'est ce que j'ai dis ... à moins que tu ne veuilles pas te marier avec moi après la guerre …

 

Puis il repartit vers le camp, un visage serein et tranquille.

 

 

 

 

***

 

 

 

 

_"Je suis sûre et certaine que cela fait plus d'une heure que nous les attendons, s'impatienta la jeune femme aux cheveux rose.

 

Cette dernière regardait par une des grandes et magnifiques fenêtres du couloir, essayant de se divertir comme elle le pouvait depuis prés d'une heure. La nuit était déjà tombée sur le pays, et la lune semblait faire son plus beau sourire. Mélinée elle, s'appuyait comme elle le pouvait contre le mur, essayant de soulager ses jambes souffrantes. De temps en temps, elle laissait échapper un soupir, montrant à son amie que son désespoir était aussi grand que le sien. Soudain, la jeune rose s'emporta.

 

_ Ça suffit ! s'écria t-elle, j'en ai assez d'attendre comme si j'étais un ... une poupée de chiffon qu'on laisse sur un canapé et qu'on revient chercher quand bon nous semble !

 

La jeune blonde sembla surprise par les paroles de son amie et vit cette dernière partir dans une direction quelconque. Elle ne connaissait pas le Palais Impérial, et il semblerait que la rose non plus.

 

_ Qu'est-ce que vous faites, enfin ? paniqua Mélinée, nous n'avons pas le droit d'être seule sans nos fiancés ! Ce serait …

 

_Ce serait quoi, la coupa Sakura en se retournant vers elle, un blasphème ? J'en ai assez d'entendre ce mot sur toutes les bouches. Et j'en ai assez de me faire rabaisser sans cesse par l'homme que j'aime. Et puis j'en ai aussi marre de me faire rabaisser par les hommes tout court. La bible dit que nous sommes tous enfants d'Adam et Ève. Donc tous égaux !

 

Mélinée lança un regard attristé à la rose.

 

_ Je le sais bien mademoiselle, répondit la blonde, mais ce ne sont pas des choses qui se disent …

 

La fleur sembla s'énerver aux paroles de Mélinée.

 

_ Mais tu n'en as pas marre à la fin de tout ça ? s'emporta t-elle, oubliant complètement le vouvoiement obligatoire qu'elle devait à ses congénères. Tu aimes un homme qui ne te considère même pas. Qui ne te voit même pas comme un être humain de son rang. Tu n'as jamais eu envie de te rebeller ? De lui montrer que tu existais autrement que par lui ?

 

Après le discours de la rose, un silence de mort envahit le couloir. La jeune blonde sembla réfléchir aux paroles de son amie. Bien sur qu'elle en avait assez ... oh oui ... elle en avait assez ! Elle leva ses grands yeux bleus vers Sakura.

 

_ ... mais ... comment faire ... ? …

 

_ Allons-nous amuser sans eux, proposa la jeune rose, je meurs d'envie de visiter ce Palais qui m'a l'air splendide.

 

Puis elle se retourna et continua à longer le couloir dans une direction qui lui était inconnue. Son amie sembla hésitante à la suivre ... si elles se faisaient prendre ... elle ne voulait même pas y penser Seigneur ! Dans un élan de folie, Mélinée courut vers son amie pour la suivre à travers les couloirs sans fin du Palais Impérial.

 

 

 

 

***

 

 

 

 

Tenten était saoule ...... non elle n'était pas saoule, elle était complètement ivre. Jamais de sa vie elle n'avait bu ne serait-ce qu'une seule goutte d'alcool. Pourtant, lorsque Kuraire lui avait gentiment proposé un verre, elle l'avait pris, sans plus de cérémonie. Malgré la promesse qu'elle s'était faite, elle repensait encore et toujours à Neji Hyuga ... quelle folie ! Elle s'était dit qu'après tout, un petit verre n'était pas la Mer à boire et que cela lui permettrait d'oublier un peu son jeune maitre ! Alors elle avait bu ... par petites gorgées d'abord, se brulant un peu la langue. Puis Kuraire lui avait servi un deuxième verre, que la jeune brune avait bu d'une traite. Ensuite ce fut les autres servantes du manoir Hyuga qui lui avaient rempli à ras-bord son verre, tour à tour. Trois verres, quatre verres, cinq verres ... à la fin, Tenten prit comme résolution de prendre une bouteille entière et de boire au goulot comme la plupart des personnes présentes à la Taverne ce soir. Le village de Konoha était recouvert par une brume blanche et silencieuse ... demain, il allait surement neiger! Les paysans étaient chez eux, bien au chaud dans leur chaumière, mangeant les quelques bricoles qu'ils avaient pu avoir au Marché ce midi. Tout était calme et habituel ... même le boucan que faisait la Taverne, maintenant pleine à craquer. Certaines servantes et certains valets des différentes familles nobles de Konoha se retrouvaient souvent à la Taverne pour décompresser en vidant quelques bouteilles de saké. Les tables rondes étaient disposées un peu partout en vrac dans la pièce. Tout le monde s'amusait. On chantait et rigolait, en montant parfois sur les tables pour faire rire l'assemblée. Tenten et Kuraire rigolaient. Elles étaient assises négligemment sur des chaises autour d'une table, où trois servantes, se tenant par les épaules, racontaient de grandes plaisanteries en chantant de manière comique. Les deux jeunes femmes les écoutaient en buvant avec franchise leur bouteille d'alcool. Tenten ne put retenir un fou rire en écoutant les trois femmes débiter leurs bêtises. Elle essayait tant bien que mal de ne pas s'écrouler de sa chaise tellement elle riait. Kuraire la suivit rapidement, se trouvant dans le même état que la jeune brune. Des heures passèrent ainsi ... puis les personnes ivres tombèrent peu à peu dans un profond sommeil, s'endormant sur les tables, ou même par terre. Kuraire, habituée à la présence d'alcool dans son sang, dessaoula un tout petit peu au cours des heures passées ... contrairement à Tenten, qui n'était pas vraiment très "fraiche" … La jeune Kuraire attrapa la jeune brune par l'épaule et la regarda dans les yeux. Tenten se mit à rigoler en trouvant l'air de son "amie" vraiment sérieux.

 

_" Tenten ... je ne te déteste pas tu sais, lui lança t-elle avec une voix mal assurée, dû à l'alcool.

 

La brune s'arrêta de rigoler, et prit sa bouteille bien-aimée pour prendre une gorgée.

 

_ Mais il faut que tu comprennes que Neji est à moi, s'écria t-elle en tapant du point sur la table.

 

La jeune brune en fut surprise et fit renverser un peu de saké sur sa robe de servante blanche. Quand on sortait du manoir Hyuga, il n'était pas question de porter les beaux kimonos que le Maitre avaient fait confectionner pour ses domestiques ! Ces derniers avaient un vêtement de sortie, moins "élogieux" que les beaux kimonos, mais c'était une sorte de marque afin que tout le village de Konoha les reconnaisse ... eux, les domestiques du domaine Hyuga. Les servantes devaient porter une robe blanche tenue par un corset aux multiples laçages noirs. Les épaules dénudées, les manches jusqu'au début des doigts ... vraiment pas pratique ces tenues !

 

_ Neji est quelqu'un de mauvais! la mit-elle en garde.

 

Tenten la regardait sans comprendre vraiment, essayant de faire arriver l'information dans son cerveau embrumé par l'alcool.

 

_ Je t'avoue que comme la plupart des femmes qui croisent sa route, je suis tombé follement amoureuse dés la minute où je l'ai vu …

 

Tenten sembla comprendre quelques brides, mais sursauta lorsque la jeune femme aux cheveux noirs comme l'ébène l'attrapa par les épaules, une grimace désespérée sur le visage.

 

_ Il ne faut pas que toi aussi tu succombes à son charme diabolique, s'écria t-elle, il ne faut pas tu m'as bien comprise ?!!

 

La brunette comprit l'information, mais se mit à rire aux paroles de la jeune femme. Kuraire ne l'avait pas lâché, et sembla désespérée par la réaction de Tenten.

 

_ Oh oui, tu peux bien rire ... mais ne viens pas te plaindre si un jour il t'arrive quelque chose !

 

Kuraire lâcha brusquement la jeune femme, et sortit dehors en prenant sa cape. Tenten ne comprit pas vraiment la réaction de la jeune femme et sembla tout d'un coup intéressée par ce qu'elle disait. Mais elle ne put faire quoi que ce soit car une énorme nausée lui traversa le corps, et sans attendre elle se précipita dehors sans une seule pensée pour sa cape. Elle courut vers le puits où était assise Kuraire, et régurgita tout ce qu'elle avait mangé juste derrière le puits. La jeune femme aux cheveux noirs s'engouffra un peu plus dans sa cape, sentant le froid arriver... l'Hiver était là et la neige n'était pas loin! Elle attendit patiemment que la brunette ait fini de vomir ses tripes afin de lui parler plus sérieusement. Tenten se releva tant bien que mal en s'appuyant sur le puits de pierre afin de ne pas s'écrouler. Elle arriva prés de Kuraire, toujours en tenant le puits comme support, et balaya le village du regard ... elles étaient seules dans les rues de Konoha.

 

_ Le jeune maitre a fait tuer une jeune servante il y a quelques mois déjà ... il l'a fait décapiter sur un ordre personnel …

 

En entendant ça, la jeune Tenten se retourna vers Kuraire. Elle semblait avoir un peu retrouvé sa conscience ... peut-être grâce au froid intense qui sait ? Mais de toute manière, avec les litres d'alcool que la jeune brune avait bu, elle ne sentait pas vraiment le froid glacial …

 

_ Pour ... pour … quoi ? essaya de questionner Tenten malgré son handicap.

 

_ Parce-que ... elle n’avait pas succombé aux avances de Neji, soupira la femme aux cheveux ébène.

 

La jeune brune ouvrit grand ses yeux, surprise par la réponse de la servante ... Neji ? Neji faire une chose pareil ? ...

 

_ ... le maitre n'est pas méchant, chuchota la brune en se prenant la tête entre ses mains.

 

_ Si je te dis ça c'est pour toi ..., répondit Kuraire, aller viens ! Il faut rentrer, lui dit-elle, le Maitre arrive demain matin.

 

Elle prit la jeune fille par le bras pour la soutenir durant le trajet jusqu'au manoir. Le ciel commençait déjà à devenir blanc ... blanc comme les flocons qui commençaient à tomber sur Konoha.

 

 

 

 

***

 

 

 

 

Les deux jeunes femmes couraient en rigolant de bon cœur. Admirant un très beau jardin intérieur ... d'immenses plantes, un magnifique petit bassin, de grandes statues de pierre.

 

_" Regarde ça ! s'écria Sakura en se dirigeant avec entrain vers une porte gigantesque faite de pierre.

 

Les deux jeunes femmes arrivèrent essoufflées devant l'objet de leur intérêt. Une immense porte de pierre qui devait faire au moins dix fois leur taille. On pouvait remarquer que la pierre de la porte avait été taillée en de fins dessins représentant divers personnages. Les deux femmes avaient l'air impressionné par tant de travail et de talent que représentait cette porte. La blonde la détailla avec un peu plus d'intérêt et remarqua quelque chose.

 

_ Regarde, dit-elle à son amie, c'est une représentation du paradis et de l'enfer !

 

_ Tu es sûre de ça ? demanda la jeune rose, en essayant de comprendre ce que ces dessins signifiaient.

 

_ Oui, en haut il y a des nuages où vivent les anges, lui expliqua t-elle, ce sont des enfants avec des ailes regarde ... et en bas ce sont les démons ... on voit bien qu'ils sont représentés avec des dents pointues, et d'ailleurs ils ont même des fourches !

 

_ Oh, s'écria la rose en admiration devant la perspicacité de la jeune femme blonde.

 

Les deux fiancées restèrent figées d'admiration devant cette magnifique porte pendant quelques minutes, lorsqu'elles furent coupées par un élan de voix.

 

_ Et vous là-bas !

 

Elles sursautèrent et tournèrent la tête vers le garde qui ne semblait pas très heureux de les voir ici.

 

_ Vous n'avez pas le droit d'être ici, s'écria t-il d'une voix autoritaire en s'avançant vers elles, et vous …

 

Mais le garde se stoppa, semblant être sous le choc. Les deux femmes se regardèrent, sans comprendre ce qui lui arrivait.

 

_ Je vous connais Mademoiselle, s'exclama le garde en regardant la jeune femme aux cheveux rose, vous êtes la fiancée du grand Sasuke Uchiwa ! Que faites-vous …

 

Sakura pesta contre ses saletés de cheveux facilement reconnaissables par leur couleur ! Elle comprit qu'il serait inutile de mentir à présent, ... elles avaient été découvertes ... la jeune femme ne se laissa pas le temps de se poser plus de question, elle attrapa le bras de son amie et se mit à courir aussi vite qu'elle put en direction du premier couloir qu'elle trouva. En comprenant que leur seule chance était de fuir, Mélinée suivit sans se faire prier la rose, priant pour que ce garde ne les suive pas ... mais en vain.

 

 

 

 

***

 

 

 

 

_ Qu'est-ce qu'il lui prend de nous garder aussi longtemps un soir de bal ? s'énerva un jeune homme aux yeux corbeaux.

 

Il marchait vite, au coté de son ami. Il semblait assez énervé ... avec toutes les bêtises de Kimaru, il avait raté l'essentiel de la fête, bien que cette dernière était loin d'être terminée. L'homme portait une veste bleu nuit, qui mettait en valeur ses yeux ténébreux et son teint blanc comme la neige. Arrivée à son bassin au niveau de sa ceinture, la veste se découpait en plusieurs pans qui tombaient gracieusement au niveau de ses genoux. Elle était munie de manches assez larges et longues. Son pantalon était discret et noir, se fondant avec ses bottes noires qui lui donnaient un air plus que viril. C'était la tenue des ninjas pour les grandes occasions. D'ailleurs l'homme qui marchait à coté de lui portait la même tenue, sauf que sa veste à lui était blanche.

 

_ Que veux-tu ? Les lois sont les lois mon cher Sasuke, répondit l'homme aux yeux nacré, tu as quand même tué un homme de ta propre patrie ... et c'est interdit !

 

Les deux hommes se regardèrent, un air amusé sur leur visage. Sasuke retourna son regard dans la direction où il marchait et chuchota à son ami.

 

_ Il a tout gobé Neji ... tu entends ça ? Il a tout cru ... c'est trop facile!

 

L'Hyuga rigola à faible sonorité en se remémorant avec quelle stupidité, le fameux grand conseillé du quatrième Hokage, avait bu leurs paroles mensongères.

 

_ C'est vrai que je dois quand même remercier cet abruti de Lisharu ... s'il n'avait pas approché de trop prés ma fiancée, j'aurais dû trouver un autre mensonge pour la faire sortir du camp ni vue ni connue.

 

_ J'avoue que tu t'en ais bien tiré ... je dois dire que la situation était désespérée, dit calmement Neji.

 

L'Uchiwa se tourna vers lui et lui lança avec colère.

 

_ C'est la dernière fois que tu essaies de me duper comme un vulgaire abruti, c'est clair ? Surtout lorsque cela concerne ma descendance !

 

_ Ta descendance ? questionna Neji un sourcil levé, ta fiancée tu veux dire …

 

_ Ma descendance ou ma fiancée, c'est du pareil au même ! s'énerva le ténébreux, la fiancée mène à la descendance, inutile de les différencier !

 

Neji soupira.

 

_ Je plains ma pauvre Sakura …

 

L'Uchiwa s'arrêta soudainement en plein milieu du couloir, juste devant la porte où les deux jeunes fiancées auraient dû se trouver, mais l'Uchiwa ne sembla pas le remarquer.

 

_ ... ta pauvre Sakura ? demanda amèrement Sasuke

 

L'Hyuga s'arrêta à son tour, intrigué par la soudaine colère de son ami.

 

_ C'est ce que j'ai dis, répondit Neji en regardant le ténébreux d'un œil perçant.

 

Sasuke afficha un sourire amer, et lança calmement.

 

_ Dis-moi mon cher Hyuga ... imaginons que tu ais eu à choisir ta fiancée ... aurais-tu choisis Sakura Haruno ?, demanda t-il en s'approchant avec hostilité prés de son ami.

 

Neji vit tout de suite où l'Uchiwa voulait en venir, et répondit d'une voix neutre.

 

_ Sans aucun doute oui.

 

_ Je vois ..., murmura le brun, mais il semblerait que celle que tu aurais choisie soit ma fiancée et pas la tienne !

 

Neji laissa échapper un rire amer.

 

_ Mais mon cher Uchiwa, je ne toucherai pas à ta chère fiancée n'ais crainte ... j'aimerai seulement savoir comment tu arriveras à te faire aimer d'elle comme j'y suis arrivé …

 

_ Mais qu'est-ce qui te dit qu'elle n'ait pas amoureuse de moi en ce moment même ? le coupa Sasuke, plein de rage.

 

Les deux jeunes hommes ne purent continuer leur discussion car un valet accourut vers eux les poumons en feu.

 

_ Mr Uchiwa ! hurla t-il à en perdre haleine, Mr Uchiwa !

 

L'Uchiwa et son ami se retournèrent vers le valet qui semblait vraiment affolé. Ce dernier s'arrêta prés d'eux en essayant de reprendre son souffle.

 

_ Oh Dieu soit loué, se plaignit-il, oh ! Et vous êtes là aussi Mr Hyuga !

 

Les deux hommes se regardèrent une fraction de seconde, inquiets.

 

_ Allons, que se passe t-il ? demanda avec autorité l'Uchiwa, Parle!

 

_ Oh Monsieur ! s'écria le valet, on a retrouvé votre fiancée dans une partie interdite du Palais Impérial ... accompagnée de votre fiancée Mr Hyuga !

 

Mais qu'est-ce qu'il raconte cet abruti ?

 

_ Que racontes-tu là ? s'énerva Sasuke, ma fiancée est juste …

 

Il chercha du regard la porte où il avait laissé sa fiancée quelques heures plus tôt. Ils étaient juste devant, et il n'y avait personne. Non ! Elle n'avait pas osé lui faire ça ?! Pas maintenant !! Il ouvrit la porte avec rage, et fronça les sourcils en constatant qu'elle était vide.

 

_ C'est pas vrai ! s'écria t-il avec colère en refermant la porte avec rage.

 

L'Hyuga fixa le valet avec autorité et lui ordonna.

 

_ Parle, dépêche-toi !

 

Le valet essaya d'expliquer à ses supérieurs la situation avec des phrases claires et précises malgré son affolement.

 

_ Oh je ... l'Empereur m'envoie vous chercher ... euh ... votre fiancée a offensé sa Majesté ... oh ... euh ... ils sont tous dans la grande salle ... il faut que vous vous y rendiez ... euh …

 

Comprenant que le valet était bien trop niais pour leur expliquer clairement la situation, Neji prit l'initiative de courir en direction de la grande salle où le bal devait se dérouler. Son ami le suivit aussitôt, inutile de perdre son temps avec ce valet qui n'avait rien compris à la situation. Ce dernier se retrouva seul dans le couloir, et entreprit de retourner dans la grande salle, en marchant cette fois-ci.

 

 

 

 

 

 

Amy.