Kan.

par Alkatra

Kan.





Froid. Il a froid. Très froid. Il a mal aussi. Il a la sensation que sa tête va exploser. Il ne peut pas ouvrir les yeux à cause de la douleur mais de toute manière il tient à analyser la situation.

Pour qu'il fasse aussi froid c'est qu'il doit être encore dehors, et pendant la nuit. La journée, la saison est bien trop avancée pour que l'air descende à cette température. Il est immobile, cela veut donc dire que ces ravisseurs ont établit un campement. Ils ne sont pas encore arrivés à destination. Malgré qu'il soit évanouit, ils ont tout de même pris la précaution de lui lier les mains et une corde est entourée autour de sa taille. Il ne peut donc pas s'échapper. Pourtant le garçon reste calme. Des situations similaires se sont déjà déroulées au cours de sa vie et elles se sont toutes bien finies. Comment faire pour réussir à quitter ces trois hommes, voir plus si d'autres les ont rejoint pendant son évanouissement ? Cependant, il n'entend aucune voix, ou sons indiquant la présence d'un individu à proximité. Seulement le crépitement des flammes et l'odeur de la fumée qui s'en dégage.

Avec peine, il arrive à ouvrir un œil. Ses déductions se sont révélées juste à première vue. Personne à l'horizon, pourtant quelque chose indique que la situation est étrange. Les hommes sont parti comme s'ils avaient été pris de court. Il tend l'oreille. Rien aux premiers abords et pourtant il sent que des événements ne sont pas normaux. Il écoute encore plus attentivement. « Un combat à lieu pas très loin d'ici. Je ne sais pas qui combat qui mais c'est une chance inespérée pour moi de partir ! ».

Se sentant poussée des ailes, il se relève malgré la douleur lancinante de sa tête et de sa jambe blessée. Il s'avance vers le feu et tente de faire brûler le cordage qui lie ses deux mains. Au bout de longues minutes, la corde finit par céder face à la pression des flammes. Rapidement, il défait la corde autour de sa taille, et commence à partir, la démarche hésitante. Il ne pourra pas aller loin et il le sait. Cependant, la curiosité est trop forte, et au lieu de partir dans la direction opposée au combat qui a lieu, il se dirige droit dessus.

Ces ravisseurs ne sont pas en position de force. Malgré leur puissance, ils ont du mal à résister à la pression de ces ninjas. De plus, les hommes sont en infériorité numérique. Il ne sont que trois, les ninjas sont le double. Le blessé se pose dans un coin pour rester inaperçu et ainsi pouvoir regarder le combat s'en en être mêler. Il avait rarement vu un tel combat. Les deux équipes étaient parfaitement coordonnées, en osmose. L'équipe des ninjas étaient composés de quatre hommes et deux femmes. Les deux femmes étaient très différentes l'une de l'autre. La première avait le visage concentré, des yeux d'un blanc pâle fixant les adversaires. Ces cheveux violet flottaient dans son dos. Elle avait l'air fragile et pourtant elle n'hésitait pas à se lancer dans la lutte. On sentait qu'elle avait besoin de se prouver à elle et aux autres qu'elle était forte. C'était le contraire de la deuxième femme. Elle respirait la force avec ces cheveux rose. Elle assénait des puissants coups de points mais soignait avec une douceur profonde ces équipiers blessés lorsqu'ils en avaient besoin. Elles étaient toutes deux extrêmement jolies.

Les quatre hommes donnaient tout ce qu'ils pouvaient. L'un des quatre était plus vieux que les autres. Il le reconnu ! Hatake Kakashi, l'un des très grands et puissants ninjas de Konoha ! Il ne pensait pas le voir un jour. Tant de récits faisaient son éloge. Cet homme était aussi intelligent que fort, d'un calme à toute épreuve et toujours de bons conseils. Il était très certainement l'un des prochains Hockage à moins qu'il en refuse la charge, son détachement au pouvoir étant légendaire. Le jeune homme ne connaissait cependant pas les trois autres hommes. L'un se battait en compagnie d'un énorme chien. Il avait l'air aussi arrogant que fort, un sourire montrant des canines aux dimensions impressionnantes. Le deuxième, un peu en retrait, avait l'air d'analyser la situation. Il avait les cheveux brun attachés derrière son crâne. Un large front cachait une grande intelligence. Pas de doute, il réfléchissait à une stratégie pour maîtriser les adversaires. Quant au dernier... Il avait disparu !

« Bonjour... »

Ayant pris peur, il se retourne, incapable de pouvoir se défendre. Il découvrit le quatrième homme. Il faisait sa taille, des cheveux aussi noir que ces yeux, le visage pâle. Il pointait un kunai envers la direction du jeune homme.

« Que fais-tu ici ? Tu pensais réellement pouvoir passer inaperçu ? Kiba nous a avertit de ta présence dès que tu es arrivé ici... Je me répète, qui es-tu ?

- Je... Je... J'étais prisonnier de ces hommes avant que vous ne les combattiez !

- Ça ne répond toujours pas à ma question... Qui es-tu ?

- Il faut me protéger ! Si vous ne les battez pas ils me reprendront ! S'inquiéta le blessé.

- Répond ! S'énerva le brun. Il s'avança et touchant de son kunai la poitrine du jeune homme répéta sa question. Qui es-tu ?

- Je m'appelle Kan. Je viens d'un petit village près de Kiri. Ces hommes m'ont enlevé alors que j'étais chez moi. Je ne sais pas ce qu'ils me veulent ! Mentit Kan. »

L'homme continua de fixer ce nouvel individu. Fallait-il le croire ? Son instinct lui indiqua de continuer à se méfier. Il ne pouvait cependant pas le laisser tout seul. Il décida donc de rester près de lui au cas où. Lui indiquant sa prise de position, Kan eut l'air de se détendre. Il se sentait en sécurité près de ce ninja.

Se retournant de nouveau vers le combat, il vit les trois hommes acculés, ses compagnons les entourant. C'était donc bientôt terminé. Ils avaient gagné. Malheureusement, les hommes, sortant un parchemin, réussir à se volatiliser. Les ninjas, éberlués, rejoignirent leur compagnon.

« Bordel, mais comment ont-ils fait ? On ne peut pas se barrer comme ça ! S'énerva l'homme au chien.

- Si, ils le peuvent... Au lieu de t'énerver, réfléchis un peu, répliqua l'homme aux cheveux attachés. Ils ont certainement utilisé le même parchemin qu'utilise parfois Naruto...

- L'invocation inversée ?

- Tu as tout compris... Ces enfoirés sont plus malins que nous l'avons pensé. J'aurais du inclure cette hypothèse dans notre stratégie !

- Ta stratégie était excellente Shikamaru, affirma Kakashi, les autres acquiesçant à son propos. Nous n'aurons pas pu faire beaucoup plus. Ils restaient très forts, nous allons devoir le signaler à Tsunade à notre retour de mission. Alors Sai, as-tu découvert qui était cet étranger ? Continua-t-il, fixant Kan. »

L'homme au kunai qui s'appelait donc Sai, fit signe que oui. « Il affirme s'appeler Kan et avoir été enlevé par ces hommes avant que nous n'arrivions. Il affirme habité près de Kiri. » Malgré ces propos, il fit comprendre au groupe qu'il doutait de ces paroles et qu'il fallait rester méfiant.

« Très bien, fit Kakashi, l'air de rien. Kan, je suis Hatake Kakashi, ninja de Kono...

- Je sais qui vous êtes Kakashi-san, beaucoup de récits tournent autour de vous et je vous ai tout de suite reconnu.

- Hmm, et bien tu en as donc déduis, je suppose, que nous sommes des ninjas de Konoha. Tu as donc déjà fait « connaissance » avec Sai. Commençons les présentations par les femmes, galanterie oblige. Celle aux cheveux violet se nomme Hinata et l'autre Sakura. Celui qui est avec le chien s'appelle Kiba, et celui avec les cheveux attachés, Shikamaru.»

Il parlait sereinement, comme s'il parlait avec une personne qu'il connaissait depuis longtemps. Il avait caché son sharingan, signe montrant qu'il n'essayait pas de faire entrer le jeune homme dans un de ces genjutsu. Kan, bien que resté méfiant et sachant que son mensonge n'était pas passé aussi bien qu'il le souhaitait, restait impressionné par ce personnage, et il avait l'envie de le connaître.

« Je vois que tu es blessé, dit Sakura. Veux-tu que je t'examine, si tes blessures sont superficielles, je serais capable de te les soigner sans dépenser trop de chakra.

- Oui j'accepte avec plaisir, si ça ne vous dérange pas Sakura-san... »

La jeune kunoichi s'approcha du jeune homme et commença son auscultation. Ces mains commencèrent à luire, et la guérison commença. Dix minutes plus tard, celle-ci se redressa.

« Et bien, tu n'avais rien de grave mais beaucoup de petites blessures ! Tu as dû être maltraité !

- Je ne sais pas vraiment, je suis tombé dans les pommes lorsqu'ils m'ont enlevé, je ne sais pas combien de temps je suis resté inconscient, avoua-t-il.

- Au moins, dorénavant tu pourras nous suivre, dit Kakashi en s'avançant.

- Vous... Vous suivre ?

- Ne crois pas que nous allons te laisser ici sans protection. Tu vas nous suivre, tu restes en danger, jusqu'à temps que nous ayons capturé ces hommes. Cependant, étant donné que nous sommes en mission, tu ne peux pas rentrer avec nous à Konoha tout de suite, j'en suis désolé.

- D'ailleurs, nous devrions partir maintenant ! S'exclama Kiba. Je crois avoir percu l'odeur de Naruto à quelques kilomètres d'ici ! »

Le visage de Sakura se crispa. Enfin ils allaient découvrir les raisons de son départ.