Père et fils

par Honoo

Chapitre 6 : Père et fils

 

Enfin de retour ! Je vous entends déjà le dire ! Hey, j’avais un brevet blanc ! Bon, il est vrai que j’ai autant bossé que d’habitude, c’est à dire autant qu’un rat mort, enterré dans un sinistre château en Russie (comment ça, mes comparaisons sont nulles à chier ?) mais le stress m’empêchait d’aligner deux mots sur mon ordi. Encore désolé du retard dans ma routine, mais je vais devoir en annoncer un autre d’une semaine au moins : Je part en stage. Enjoy !

 

 

 

 

 

Le lendemain, Okami se réveilla avec des tremblements dans la main droite. Impossible de faire éclater ce fichu ballon ! Il faisait tourner l’eau jusqu’à ce que le ballon prenne la forme d’un disque, mais il n’éclatait toujours pas. Il comptait demander de l’aide à Kakashi. D’après Kaze, lui aussi savait faire le rasengan. Kaze. Il s’était de nouveau superposé à l’image qu’il avait de son père. Mais sa mère le décrivait comme turbulent même dans ses moments calmes et Kaze était plutôt calme dans ses moments turbulents. De plus, il était blond alors que Kaze possédait des mèches couleur rubis. Mais, si l’on exceptait ça, c’est vrai qu’il lui ressemblait beaucoup… En plus, sa mère semblait étonnamment heureuse depuis qu’il était là… Mais, bon, ce n’était qu’un rêve stupide, et les rêves n’ont rien à voir avec la réalité. Ça ne servait à rien d’y prêter attention. Il arriva pile à l’heure au rendez-vous et y retrouva Akira et Naomi. Kakashi n’était pas encore arrivé lui. Ça ne l’étonnait pas trop : Kaze et sa mère lui avaient dit qu’il était rarement à l’heure. Le loup soupira et salua d’un air mal réveillé ses coéquipiers. Aucun d’entre eux ne paraissait en forme lorsque Kakashi arriva avec une heure de retard. Si peu en forme qu’ils ne dirent rien sur son retard.

 

- Bien, nous allons commencer les missions aujourd’hui, dit Kakashi.

 

Bizarrement, ils semblèrent tous en pleine forme après ses paroles, mais le furent moins lorsqu’ils surent qu’il fallait aider à cultiver une rizière infestée de sangsues voraces. Toute la matinée fut consacrée à la récolte du riz et à combattre des parasites géants avide de sang. Ils durent ensuite désherber un jardin, aider une vieille dame à faire ses courses, promener un caniche… Le fait d’attraper un chat fut leur mission la plus palpitante et la plus importante pour Okami de la journée. En effet, alors qu’ils venaient de capturer le chat, le louveteau laissa tomber la bombe à eau qui lui servait pour s’entrainer et le chat joua avec entre ses pattes, faisant des passes jusqu’à ce que la balle éclate sans raison apparente. Ce fut le déclic pour Okami. Ils ramassèrent leur paye et repartirent chez eux, chacun de leur coté. En rentrant chez lui, il fut accueilli par Kaze qui lui demanda ses progrès, et fut surpris en voyant le sourire qu’arborait son fils. Il prit une balle, qui se déforma bientôt, montrant des pics d’eau  qui firent exploser la bombe à eau. Après les félicitations de son professeur particulier, ce dernier lui tendit une balle de caoutchouc en lui disant « même exercice ». Le loup tenta, sans succès : la balle se déforma à peine. Avec ce nouveau casse-tête, Kaze lui donna un indice :

 

- Si la première étape te demande de créer des courants contraires, la deuxième t’ordonne d’y mettre le plus de puissance possible.

 

Okami recommença donc en y mettant plus de chakra, mais la différence fut presque invisible. Pendant plusieurs long jours, la routine envahit la vie du jeune ninja : il faisait des missions mortellement ennuyeuses la plus grande partie de la journée et tentait de fait sauter ce fichu ballon. Un jour, il arriva à le crever et courut voir Kaze, qui discutait sérieusement avec Hinata. Ils ne l’entendirent pas arriver et il s’arrêta à un angle mort d’où il pouvait tout entendre sans qu’ils puissent le voir. Leur discussion semblait très importante et il ne voulait pas les interrompre pour si peu. Il ne le regretta jamais.

 

- … Tu devrais peut être le lui dire, Okami est grand et te respecte profondément, il attends depuis si longtemps…

 

- Je sais Hinata, mais j’ai peur. Et s’il me rejetait ? Je vous ai abandonné pendant treize ans et vous ai laissé vivre des moments difficile pendant treize ans, d’un certain point de vue. J’ai trop peur pour lui dire…

 

- °Pour me dire quoi ?° pensa le petit.

 

- Il a le droit de savoir que son père est là…

 

- °Papa est de retour ? Ce n’est pas vrai ! Je… Je vais enfin le connaître !° pensa le gamin en sentant une chaleur sans bornes envahir son cœur.

 

- Hinata…

 

- Naruto, tu es son père et il meure d’envie de te connaître !

 

Ce fut ce moment que choisi Okami pour sortir de sa cachette, sans s’approcher de qui que se soit sur l’instant. Naruto et Hinata le remarquèrent enfin.

 

- Okami… murmura le renard.

 

- Pa… Papa ? chuchota le loup avant de se jeter dans ses bras en hurlant, les larmes aux yeux : Papa ! Tu as fait quoi pendant tout ce temps ? Pourquoi tu me l’as pas dit en revenant ? Et pourquoi…

 

Naruto s’attendait à une toute autre réaction de la part de son fils qui le bombardait de question, mais il doutait qu’il y aurait pu en avoir une meilleure. Il serra son fils contre lui tout en le calmant et en le rassurant. Il ne partirait pas, pour rien au monde. Il s’en voulait de n’avoir pu connaître son enfant plus tôt et de ne pas l’avoir vu grandir, mais il allait rattraper le temps perdu dès maintenant. Officiellement, il était toujours mort, et ce statut lui permettait de n’avoir aucune mission pour le moment. Tsunade tenait à avertir le conseil à leur prochaine session, et Naruto comptait bien y assister.

 

- Okami, je t’assure que je vais profiter au maximum de mon temps libre pour rattraper le temps perdu.

 

- Pour moi, le simple fait de savoir que tu es là me suffit, répondit Okami en souriant.

 

Naruto dû répondre à toutes les questions de son fils et fut fier de savoir qu’il avait réussi à percer le ballon. Tard dans la nuit, il alla finalement se coucher en bougonnant. Naruto, pour se faire pardonner de le forcer d’aller se coucher, lui raconta une des nombreuses anecdotes qui lui étaient arrivées pendant son errance, même si son enfant lui disait qu’il n’avait absolument pas besoin d’histoire pour s’endormir. Chose tout a fait vraie, d’ailleurs. Il s’endormit rapidement, sous le regard de son père retrouvé. Ce fut le lendemain matin qu’eu lieu la réunion du conseil. Naruto était légèrement en retrait par rapport à Tsunade et affichait son masque et sa capuche.  Plusieurs membres du conseil se plaignirent de la présence d’un inconnu en ces lieux, jusqu’à ce que Tsunade leur fasse savoir que c’était à cause d’une affaire de la plus haute importance. Ils commencèrent par régler quelques petits problèmes sans intérêts, puis arrivèrent enfin à la partie intéressante : l’affaire qui impliquait cet homme étrange.

 

- Allez-vous enfin nous dire qui est cet homme, Tsunade ? demanda Danzou.

 

- Ça vient, le borgne ! Tout d’abord, je me dois de vous rappeler que l’anniversaire de la disparition de Naruto arrivera bientôt, pour la treizième fois.

 

- Oui, il faut fêter la disparition d’un être aussi démoniaque, lança Hiashi.

 

Sasuke et Tsunade craignirent un instant que Naruto ne lui saute au cou pour mettre fin à ses élucubrations, ce qui n’aurait pas été du meilleur effet pour sa réinsertion. Mais il ne bougea même pas un muscle et ils se rassurèrent.

 

- Hiashi ! cria Tsunade, Je vous ai déjà dit de ne pas insulter Naruto ! Il a droit à autant de respect que vous, et même à plus. Mais ce n’est pas pour vous demander de commencer les préparatifs que je suis là…

 

- Pourquoi alors ? demanda Homaru.

 

- Je pourrais terminer sans être interrompue ? Comme je le disais, ce n’est pas pour vous faire commencer les préparatifs que je vous ai réunis, mais pour vous dire que cette célébration n’aura pas lieu.

 

- Quoi ?! demandèrent à la fois Tsume, Inoichi, Shikaku et Chouza, Mais, pourquoi ? Vous aviez vous-même dit que le jour de la mort du sauveur du village devrait être un jour de deuil pour le village !

 

- Ça doit en être un ! rétorqua la blonde, Je me demande juste pourquoi on devrait célébrer la mort de quelqu’un qui ne l’est pas.

 

Ne laissant que peu de temps à l’assemblée pour comprendre, le jinchuriki s’avança.

 

- Je peux vous affirmer que votre ninja est à Konoha en ce moment même.

 

Deux secondes. Ce fut le temps que mit Hiashi pour donner ses impressions :

 

- Il faut le trouver et l’exécuter ! Ce démon ne mérite que la mort !

 

- Mais vous êtes… elle fut stopper par la main que le  renard dressait devant elle.

 

- Hiashi-sama, commença-t-il, vous n’aurez pas à le chercher longtemps, je sais exactement où il est.

 

- Où ça ? demanda Hiashi en rage.

 

- Devant vous.

 

Et il abaissa masque et capuche, regardant Hiashi d’un air neutre malgré les horreurs qu’il avait prononcées à son encontre. L’Hyuga semblait bouche bée, tout comme le reste du conseil excepté Tsunade et Sasuke. Puis, le regard d’Hiashi passa de la surprise à la rage intense et sauta sur Naruto sans que personne ne puisse l’en empêcher. Il n’atteignît jamais sa cible. En effet, alors qu’il était à moins d’un mètre de lui, il fut violemment repoussé par une onde de chakra malsain. Alors qu’il relevait la tête, Hiashi vit le blond entouré d’une couche de chakra rouge sang.

 

- Hiashi ! cria l’hokage, Restez calme bon sang !

 

- On doit tuer cette abomination ! dit le concerné avec une voix bouillonnante de rage.

 

- Hiashi-sama, si vous essayez encore de nous faire du mal, à moi ou à ma famille, je ne pense pas que je retiendrais Kyubi de vous écorcher vif, et je le ferais moi-même avec grand plaisir, prononça le renard d’une voix aussi glaciale que celle de la Mort.

 

Après cet incident, l’aura de chakra disparu. Les parents de ses amis d’enfance étaient fous de joie, non seulement du retour de Naruto, mais aussi que quelqu’un ait enfin réussi à faire taire ce stupide Hyuga. À sept voix contre quatre, Naruto pu réintégrer le village. Alors qu’ils allaient se séparer, laissant les conseillers, Danzou et Hiashi bouillonner de rage et de fureur…

 

- Tsunade-sama ! C’est terrible !

 

Un ANBU entra, apparemment paniqué.

 

- Qu’y a-t-il ?

 

- C’est… C’est Hidan ! Il est ressorti, aidé par plusieurs individus étranges !

 

- Quoi ? C’est pas vrai ! Vous savez où ils sont ?

 

- Mes coéquipiers les ont suivis…

 

- Je peux vous aider ? demanda le renard.

 

- Certainement pas ! répondit Hiashi d’une voix haineuse, Tu ne peux en aucun cas servir à la défense du village ! Tu n’es qu’une abomination qui se rallierait à ce psychopathe !

 

- De plus, tu vas d’abord devoir passer une période de test avant de complètement pouvoir être considéré comme un membre du village, tu n’as donc pas encore le droit d’être impliqué dans cette affaire. C’est une des lois des fondateurs du village, rajouta Danzou, de nouveau neutre.

 

- Tant pis pour vous…

 

Shikaku jura et sorti de la salle. L’hokage rompit le conseil et demanda à l’ANBU de la suivre dans son bureau pour de plus amples explications. Chacun rentra chez lui, et le ninja blond arriva à son domicile très rapidement. Toute la matinée s’était écoulée. Il trouva Hinata en train de préparer le déjeuner. À sa plus grande surprise, les ramens dominaient le menu. Alors qu’ils venaient de finir, on frappa à la porte et la brune alla ouvrir, et elle fut impressionnée par ce qu’elle voyait : les douze de Konoha, Iruka, Gaï et Kurenaï, accompagnée de son fils, ainsi que Konohamaru, Moegi et Udon se trouvaient tous sur le seuil. Ino prit la parole en première :

 

- Alors, Hinata, Naruto est rentré et tu ne nous préviens même pas ?

 

Immédiatement, tous entrèrent, sur l’invitation d’Hinata et découvrir un Naruto étonné  de voir autant de monde si vite. Il préféra taire les événements concernant la fuite d’Hidan. La plupart d’entre eux affichaient un visage heureux de revoir le blond mais Shikamaru montrait son éternel air blasé. Seul l’éclat de ses yeux révélait son bonheur. Neji lui reprochait d’avoir laissé sa cousine livrée à elle même avec son fils et éclata de rire devant la tête du jinchuriki. Ils demandèrent à Naruto de raconter son histoire et Konohamaru lui ordonna de lui apprendre une nouvelle technique. Les filles se seraient mises à baver devant le renard, si elles n’avaient pas été mariées et que Hinata n’était pas là. Sakura reprocha assez violemment à Sasuke de ne pas l’avoir prévenue et il aurait sûrement fini à l’hôpital si Hinata ne lui avait pas sauvé la mise. Après ces retrouvailles, Gaï, qui était toujours aussi excité qu’avant la disparition de Naruto, demanda un duel pour tester le niveau du Kyubi, chose que ce dernier refusa poliment, plus pour la santé du tigre de jade que pour la sienne. Plus de deux heures plus tard, ils repartirent, laissant Naruto et Hinata seuls. Lorsqu’Hinata lui dit qu‘elle était étonnée que sa sœur ne sois pas venue, le renard l’informa que son père n’avait pas beaucoup apprécié la nouvelle de son retour. Après ça, il avait certainement deviné qu’il habitait chez sa fille et avait interdit à Hanabi d’aller la voir. La perle soupira en disant que malgré son byakugan, il ne voyait pas plus loin que le bout de son nez. En l’entendant parler, le jinchuriki demanda à sa bien aimée si elle avait fait des progrès pendant son absence, et elle lui répondit avec un sourire qu’il pourrait bien se faire surprendre.

Ils étaient donc en train de s’entrainer l’un contre l’autre lorsqu’Okami rentra d’une journée remplie de missions exaspérantes. Après avoir observer ses parent se battre il se décida enfin à annoncer son retour en leur sautant dessus. Parmi les éclats de rire, Okami demanda des conseils à son père pour le rasengan. Il lui répondit une chose étrange :

 

- Concentre du chakra dans ta main jusqu’à ce que la douleur devienne insupportable.

 

Il était vrai qu’il avait assez mal à la main après ses entrainements, mais il ne pensait pas qu’il fallait se faire mal exprès. Il lui obéit, et très vite, la douleur était presque insurmontable. Il continua quand même… et fit éclater le ballon ! Après quelques hurlements de joie et félicitations reçues de ses parents, le loup demanda à passer à l’étape suivante.  Son père lui dit :

 

- Tu dois y mettre la même puissance en faisant tourner des courants contraires le plus vite possible sans faire éclater le ballon. Petite démonstration…

 

Il prit un ballon de baudruche, le gonfla d’air et le tint dans sa main gauche. C’est tout. Devinant qu’il y avait anguille sous roche, Okami activa son Byakugan et fut terrifié par la quantité monstrueuse de chakra se trouvant dans le ballon et par la vitesse à laquelle il faisait tourner l’air à l’intérieur. Naruto sourit, avant de lui dire de s’y mettre. Il lui envoya le ballon, Okami tenta de faire pareil que son père, et le résultat ne se fit pas attendre : la balle éclata après moins d’une seconde.

 

- Rhaaa ! Mais c’est pas vrai !

 

Ce fut la seule et unique phrase prononcée par le fils du renard après plus d’une heure passée à faire éclater de balles. Il ne s’attendait pas du tout à une telle difficulté. Et son père lui avait dit qu’il avait bien une solution de facilité, mais il avait refusé. Il réussirait tout seul ! Après le peu de temps qu’il avait passé dessus à son goût, ce fut l’heure d’aller dîner. Sa main tremblait tellement qu’il avait des problèmes pour manger et n’arrivait pas à tenir ses baguettes. Sa mère l’aida, à son plus grand déshonneur et en provoquant l’hilarité de son père. D’ailleurs, il n’aurait pas mangé si ce dernier ne le lui avait pas ordonné, en lui rappelant que se forcer ne ferait qu’aggraver l’état de sa main et de son moral. Il aurait aimé continuer après manger, mais ses parents le lui interdirent formellement. Impossible qu’il continue s’il ne pouvait déjà plus se nourrir tout seul ! Le renard commença donc à lui parler pour dévier son attention du rasengan.

 

- Au fait, Okami, tu es donc de l’élément vent, comme moi, non ?

 

- C’est assez compliqué, en fait. Tu savais que tous les Hyuga sont normalement de type Suiton ? Eh bien, étrangement, j’ai réussi à écoper de ton Futon et du Suiton de maman. Tsunade-chan m’a dit que c’était sûrement à cause du démon renard. Mais malgré ma double affinité, je n’arrive pas à les combiner pour faire des techniques Hyouton. Certainement parce que je suis trop jeune et trop « indiscipliné » comme le dit Tsunade-chan.

 

- Ça veut dire que tu peux utiliser les techniques Futons et Suitons ?

 

- Oui, mais étant un combattant de corps à corps, j’utilise bien plus les Futons.

 

- C’est bien ! Les junins ont du mal à faire comme toi en générale, tu sais.

 

Ils continuèrent à discuter comme ça pendant longtemps, l’un apprenant des choses sur son fils, l’autre lui faisant promettre de lui apprendre de nouvelles techniques dès qu’il le pourrait.

 

- Tu ne crois pas qu’on devrait aider maman à faire la vaisselle ? demanda une fois Okami.

 

- Non… C’est les femmes qui s’occupent de ça.

 

Comme pour prouver qu’il avait tort, une casserole lui atterri soudain dans la figure, apparemment lancée par une Hinata en colère devant les répliques machistes de son bien aimé.

 

- Il a raison, Naruto, tu devrais m’aider si tu ne veux pas regretter d’être revenu.

 

Après avoir lancé un regard noir à sa progéniture, le blond y alla en marmonnant des excuses et des projets de punitions pour son fils, chose qui lui value une deuxième casserole dans le visage. Après leur discussion, il fut l’heure d’aller se coucher, aussi bien pour les adultes que pour les enfants. Après avoir vérifier que son fils dormait bien, il alla dans sa chambre rejoindre Hinata, qui lui en voulait encore un peu. Ils s’endormirent, l’un dans les bras de l’autre.

Plusieurs heurs s’étaient écoulées depuis que la maison s’était endormie, quand deux hommes, portant un masque à la façon des ANBU pénétrèrent à l’intérieur, armés d’un kunaï chacun. L’un d’eux monta vers la chambre d’Okami tandis que l’autre avançait vers la chambre de la perle et du renard. Alors qu’il se tenait au dessus du jinchuriki, un rictus déforma ses lèvres et il abatis son arme en direction du cou du renard.

 

 

 

 

 

Naruto, Hinata et Okami survivrons-t-ils ou bien déciderais-je de les tuer ? Vous allez me dire « S’ils meurent, tu pourras pas continuer ta fic, alors pas d’inquiétudes ! » et vous aurez complètements raison. Que pourrais-je leur faire ? Je vous ferais quand même remarquer que le résumé ne parle absolument pas d’Okami lorsqu’il repartira…  Après tout, ce serait une bonne raison pour quitter le village…. Peut-être ai-je réussi à conserver le doute… Ah ! Oui ! Pas de prochain chapitre avant cinq commentaires, radins (c’est une blague, je n’aurai jamais penser que vous m’enverriez autant de comms… Je tiens à préciser que les cinq commentaires sont obligatoires, eux).