Anthropologie

par melie

Chapitre 8 : Anthropologie.

La musique assourdissante, le sol vibrant sous mes pieds tant la puissance des enceintes nous entourant est à son maximum manquent de m'étourdir. Face à moi Yamaka , Ino et Sakura rient aux éclats se déhanchant comme des diablesses sur la piste de danse. Je les fixe sans oser les rejoindre mes doigts tripotant nerveusement l'énième verre d'eau gazeuse que j'ai dû commander à ce rythme-là je ne vais pas tarder à filer aux toilettes.
Inspirant profondément pour essayer de chasser ma nervosité, ainsi que pour fuir cette sensation d'étouffement dans ce qui me rappelle davantage une boite de sardine qu'une boite de nuit, je retire ma veste, ou plutôt la veste customisée qu'Ino m'a prêté, et m'enfonce davatange dans mon siége,les joues rosies. Pourquoi a-t-il donc fallu que j'accepte de laisser Ino m'habiller de la tête aux pieds?! Tout en me faisant cette réflexion je me détaille d'un oeil critique...
Une mini-jupe... je n'avais jamais mis de mini-jupe, dieu seul sait à quel point je peux trouver ça indécent, je n'ai jamais été à l'aise pour ce qui était d'exposer son corps en public... Quant à ce top noir dos-nu et sans bretelles... Ces bouts de tissus parviennent à peine à couvrir mon corps...Si Neji ou mon père me voyait...
Je pousse un gémissement de frayeur en m'imaginant leur réaction, lorsque Sakura bondit face à moi , essouflée, les joues rosies par l'exitation et le regard brillant:

-Alors Hinata tu ne viens pas danser? S'écrie-t-elle d'une voix forte pour couvrir la musique

Je secoue lentement la tête , ne me voyant pas hausser la voix dans un endroit pareil. Mon amie léve les yeux au ciel puis s'écroule près de moi :

-On est venu ici pour danser tu sais... pas pour marquer les sièges de la trace de notre popotin ! Insiste-t-elle en souriant, allez viens danser, ne fais pas ta timide, tu verras c'est génial !

Sur ce elle se reléve et m'empoigne par le bras, avant de se glisser à travers le foule en me tirant derriére elle. J'essaye en vain de me débattre , mais elle ne semble pas vouloir me lacher. Enfin quand nous arrivons au beau milieu de la piste de danse , elle consent à me libérer avant de se mettre à danser avec grace et assurance, faisant onduler ses hanches et agitant ces bras au rythme de la musique, les yeux clos, elle se laisse litt¨¦ralementtransporter. Je l'observe de plus en plus mal à l'aise...
Jamais , Ô grand jamais je ne pourrais danser ainsi! C'est à peine si mon corps accepte de bouger pour éviter les danseurs de cette folle piste de danse qui ne s'aperçoivent plus de la présence d'autrui. Lentement , mais surement , je recule en arriére, laissant Sakura dans l'efferverscence de sa danse, d'ailleurs elle semble déjà avoir trouvé un compagnon de jeu... en tout les cas, ce grand brun qui vient de la rejoindre semble parfaitement enclin à jouer ce rôle...
Dans ma progression vers un abri , je manque de m'écrouler par terre tant mes gestes sont gauches, cependant à ma grande sursprise au lieu de rencontrer le sol, je reste maintenue en l'air...Ahurie, je tourne la tête de gauche à droite avant d'apercevoir un garçon au-dessus de moi, me tenant par la taille.Cette proximité soudaine me fait rougir et je me dégage précipitamment de ses bras.

-Hé ! Tu pourrais au moins me remercier sans moi , tu t'écrasais comme une merde contre le sol ! me lance-t-il , allez viens par là , je connais une exellente façon de me remercier, viens avec moi, ajoute-t-il en attrappant mon bras pour m'entraîner avec lui

Bon sang ! Qu'est-ce que ce type me veut encore ! J'en ai assez de me faire traîner de droite à gauche comme une vulgaire poupée de chiffon ! Mais c'est qu'il serre mon bras ce bougre d'âne ! J'essaie à nouveau de dégager mon poignet, mais rien à faire , cet olibrius s'y accroche comme un noyé s'accrocherait à une bouée de sauvetage:

-Calme-toi qu'est-ce qui te prends ma belle ? allez fais pas ta rabat-joie suis-moi, tu vas voir on va s'éclater! s'exclame-t-il en se retournant vers moi

Son visage se trouvant à présent à deux centimétre du mien, je peux aisément sentir les effluves d'alcool émanant de sa bouche, il me sourit ... Un sourire absent , et quelque peu inquiétant:

-J'avais pas remarqué... mais t'es plutôt mignonne dans ton genre , tu le sais? me murmure-t-il en s'approchant davantage de moi d'un pas chancelant

Ma parole ! Ce mec est complétement sôul...Sans s'arrêter de sourire ,il passe un bras autour de mes épaules et les presse briévement :

-Je vais te présenter aux potes! Pas de doute ! Tu vas leur plaire!

-Euh.. je .. je préférerais rejoindre mes amies sur la piste de danse... je bafouille tout en me concentrant pour ne pas tomber dans les pommes tant son haleine m'étourdit

-Tu veux pas boire un verre avant? insiste-t-il tandis que ses mains commencent à descendre le long de ma taille, ou au moins laisse-moi te présenter mes potes...

Alerte rouge ! SOS ! Qu'est-ce que je suis censée faire dans ces cas-là?
Lui coller une claque? Barraqué comme il est... c'est moi qui risque de mordre la poussiére...
C'est pas vrai ! Où sont passées Sakura et les autres? Paniquée je tourne la tête de droite à gauche à la recherche de mes amies...
Nada! Rien ! Je ne les vois nulle part, elles ont apparement déserté la piste de danse , pour une destination qui m'est , malheureusement, complétement inconnue...

-Hina-chan , mon coeur, je te cherchais partout ! lance une voix derriére moi

Je fais volte-face et sens ma panique s'envoler en reconnaissant Rock Lee, un des amis de Neji. Il s'avance vers moi un sourire enjoleur accroché aux lèvres:

-Excuse-moi mon vieux, j'aimerais récupérer ma petite amie si tu le permets, explique-t-il d'un tron tranquille en fixant l'importun -qui me tient toujours par la taille qui plus est !- d'un regard inébranlable.

J'observe mes deux "prétendants" s'affronter du regard, lorsqu'enfin l'inconnu bourré daigne me lacher en marmonnant des paroles inintelligible. Soulagée , je me tourne vers Lee pour le remercier mais ce dernier est déjà tourné vers Sakura et Ino qui viennent de surgir dieu seul sait d'où:

-Lee? Qu'est-ce que tu fais ici?

-Sakura ! Toujours aussi belle, me réserveras-tu le prochain slow? quémende mon sauveur de petit minute d'un ton suppliant

-Cours toujours ! Répond mon amie du tac au tac

Alors là c'en est trop. Un peu d'estime que diable ! Ce type vient de me sauver la mise ! Pensais-je outrée en la fixant, au lieu de quoi je finis par baffouiller:

-Euh... Sakura.. Lee vient de me tirer d'un mauvais pas tu sais... alors ...

- Oh très bien ! Dans ce cas accorde-lui un slow ! me coupe mon amie avec un sourire, Lee a toujours eu une ame très chevalresque, il est temps de l'en récompenser!

-Il n'y a qu'avec toi que je rêve de danser Sakura, intervient-il en se plantant près d'elle et en attrapant sa main.

D'un geste vif Sakura retire sa main et soupire "Lee! Amis ! ça te dit quelque chose? Parce que ... c'est ce qu'on est mon vieux, ni plus ni moins! ". Sans un mot, alors que Lee s'est lancé dans une déclaration enflammée, Ino se glisse derrière moi et chuchote :

-C'est toujours comme ça... Lee fait des avances, et c'est encore pire quand il a un coup dans le nez... et Sakura repousse... Seulement, si c'était Sasuke qu'elle avait en face d'elle, je te jure qu'elle ne se serait pas fait prier!

Curieuse d'en apprendre plus, je me penche vers elle:

-Dis-moi, vous connaissez Sasuke , Naruto et tout les autres depuis longtemps?

-Non, seulement depuis deux ans... avoue Ino avec un sourire.

-Hinata? Depuis quand tu traines dans ce genre d'endroit? Je croyais que tu détestais tout ce qui se rapprochait de près ou de loin à une fête? Et depuis quand tu t'habilles comme ça?

Je me retourne vivement et croise le regard désapprobateur et perplexe de Neji. J'ouvre la bouche prête à rétorquer quelque chose. Mais qu'est-ce que je pourrais bien dire? Les rares fois où j'ai été à des fêtes bondées de la société moderne dans laquelle nous vivons , eh bien ma foie, je n'en ai pas gardé de bon souvenirs... A seize ans, j'ai eu ma première gueule de bois à la suite d'une fête de fin d'année dans mon pensionnat pour jeune fille ,et le lendemain je me suis retrouvée allongée dans la salle de chimie. Mon premier réflexe avait été de dégobiller sur les souliers vernis du principal qui avait été alerté par le concierge de la présence d'élèves ,en "mauvais état", dans la salle. Par la suite mon père m'a tout de suite retiré de cet établissement pour me placer sous la tutelle d'un professeur particulier qui passait tout les jours à la maison. Après cette courte et regrettable expérience au pensionnat, où en tout et pour tout je n'avais passé que deux ans, en effet tout le reste de ma période scolaire , je l'avais passé au manoir, à voir défiler bon nombres de professeurs en tout genre, les seules fêtes où je me suis rendue ont été des mondainités ennuyeuses à rencontrer le "must" de la société, soirée où je passais mon temps debout derrière mon père sans un mot , "honnorant les invités de ma présence" pour reprendre les termes exacts de mon paternel .Oui, décidément ce genre de festivités ne m'avait pas réussi:

-Toi t'es le cousin d'Hinata, n'est-ce pas? Je suis la soeur de Mayaka! intervient soudain Yamaka avec un sourire, désolée de tout les désagréments que ma soeur a pu te causer, oh et c'est moi , enfin nous, rectifie-t-elle en désignant Ino et Sakura , qui l'avons trainé jusqu'ici. Et pour les fringues, faut demander à notre styliste personnelle!

-Votre styliste personnelle? répéte mon cousin en fronçant les sourcils

-Bah oui, Ino quoi ! C'est inné chez elle, elle sait ce qui va ou ne va pas à quelqu'un d'un seul coup d'oeil. Je me souviens que pendant un temps elle avait même proposé de relooker des personnes de notre quartier en échange d'argent avec lequel elle rachetait du matériel pour réaliser de nouvelles créations, un vrai travail de pro. Je me suis toujours demandée...

Alors que Yamaka n'en finit pas avec son monologue, Neji, sans un mot me prend par le bras pour m'attirer à l'écart. Yamaka trop absorbée par ses souvenirs ne semble même pas remarqué qu'on ai parti. En fait... il me semble qu'elle est un peu pompette. Non rectification, me dis-je à moi-même en la regardant se hisser sur le bar et parler à une lampe, elle est complétement ivre.

-Bon et maintenant dis-moi comment t'as atteri là? Habituellement t'es du genre à te terrer à la maison pour dessiner pendant des heures et des heures en rêvassant ! me chuchote-t-il avec un léger sourire moqueur, alors explique-moi ce soudain revirement de situation.

-Ecoute... marmonais-je, moi-même je me demande comment j'ai fait pour atterir ici! Alors... je pense que je ne vais pas pouvoir répondre à ta question... par contre , si tu es venu en voiture... je veux bien que tu me raccompagnes au campus !

- Neji ! Bon sang ! Neji ! Viens récupérer Lee, il commence à partir dans son délire-là ! tonne soudain Ino un peu plus loin

-Désolé cousine, mais tu fais tes premiers pas dans le monde, loin du patriarche, alors, débrouilles-toi donc un petit peu... si t'as besoin d'aide, je serais en train de remettre Lee à sa place, me rétorque mon cousin avant de s'éloigner.

Hébétée, je le regarde partir et disparaitre dans la foule mouvante de danseurs. C'est bien la première fois que Neji me laisse livrée à moi-même, bon d'accord, pas vraiment , surtout à l'époque où son père venait de décéder... Enfin, ça c'est une autre histoire. Toujours est-il que depuis ma plus tendre enfance, j'ai été étroitement surveillée par divers garde du corps, ou par mon cousin, et quand ce n'était aucun des deux , je me trouvais soit chez Kiba à jouer avec les chiots du chenil, soit avec une baby-sitter...
Un étrange sentiments de victoire et à la fois de peur m'envahit. J'avais obtenu ce que je désirais... la liberté d'agir par moi-même et de faire ce qu'il me plaît, c'était à la fois un véritable soulagement de constater que, pour une fois, j'étais hors de portée des griffes de mon père, mais c'était aussi effrayant, effrayant de se dire que la sur-protection et la sévérité que j'avais connu jusqu'ici était sur le point de disparaitre... Je m'appuie contre le mur, regardant autour de moi, et maintenant? Qu'étais-je censée faire?

-Hinata?

Je me tourne vers la personne qui vient de parler et aperçoit Shino, derrière ses lunettes noires , il me semble y voir un brin de surprise. D'un coup d'oeil , il me dévisage des pieds à la tête avant de lancer avec un pâle sourire:

-Je ne t'imaginais pas comme ça... Kiba m'avait dit que t'étais plutôt du genre renfermé.

Je grimace, je suis donc vouée à vivrre avec l'image d'éternelle introvertie collée sur moi?

-Moi non plus... crois-moi, j'ai encore du mal à croire que c'est moi, marmottais-je gênée

-Laisse-moi deviner, on t'as trainée de force ici?

J'aquiesce d'un signe de tête, et Shino continue à sourire avant d'ajouter:

-Tu veux qu'on aille au bar prendre un verre ? Et qu'on s'afflige ensemble sur le comment du pourquoi des endroits pareils existent?

Je sourie, et finit par accepter sa proposition. Nous nous laissons donc tomber quelques secondes plus tard sur les tabourets rembourrés du bar, nos verres à la main, coca-vodka pour lui diabolo menthe pour moi, nous commençons ce qu'il a appelle "l'étude scientifique du genre humain". Bientôt j'apprends que pour lui, on peut tout deviner d'une personne rien qu'en regardant sa façon de bouger. J'apprends aussi que ses parents sont entomologues, et que très tôt, Shino avait appris à se servir des techniques d'observation utilisées pour les insectes pour les humains, à ses heures perdues entre deux cours à la fac. Il aspire aussi à devenir anthropologue, mais pour ça il aimerait avant tout décrocher une licence de dessinateur pour reproduire fidélement les croquis qu'il aurait à faire pour ses recherches plus tard:

-Si tu regardes bien sa façon de bouger à elle, tu vois qu'elle se sent seule, sa main est tendue vers le haut, et oblique, on pourrait croire qu'elle cherche à attraper la main d'un autre... mais que cette main , elle n'arrive pas à l'atteindre, pour moi ce sont des signes d'une profonde solitude.

-Shino.. c'est.. Sakura, je lui lance en regardant mon amie qui danse au milieu de la salle et qui ne m'a pas l'air seule le moins du monde avec ce brun qui paraît complétement collée à elle.

-Sakura Haruno, amoureuse de Sasuke Uchiwa, desespérement arrogant et désinterressé de tout, sauf par sa réussite dans l'équipe de foot de la fac. Il sait charmer les gens quand il le faut, mais la plupart du temps, en réalité, il s'en fout complétement. l'exact opposé de Naruto Uzumaki , plus spontanné et parfois lunatique à cause de problèmes personnels... tu sais Hinata, ça fait longtemps que je les observe, et je peux te dire que malgré les apparences... ces gens là cachent pas mal de choses. Que ce soit Yamaka, Ino ou Sakura, je peux te dire qu'elles cachent bien leur jeu. En fait je dirais que tout le monde au campus cache bien son jeu.

Je le dévisage étonné, il semble tellement sérieux...

-La vie ne fais de cadeaux à personne... chuchota-t-il sans quitter la piste de danse des yeux.

-Eh Hina-chan ! Tu viens? On rentre, Yamaka ne se sent pas bien! me lance soudain Ino en arrivant derrière moi

Je tourne la tête vers elle, elle soutient Yamaka qui en effet a une sale mine. Finalement après avoir salué Shino qui décidément est un garçon étrange, je me dirige vers Ino et l'aide à soutenir notre amie. Ensemble, nous l'emmenons jusqu'à la voiture:

-Dis-moi, qu'est-ce que tu foutais avec Aburame? me questionne Ino tout en aidant Yamaka à s'installer dans la voiture

-Tu veux dire Shino? C'est un ami à Kiba, expliquais-je

-Je le sais bien... mais il tu devrais te méfier de lui... Il est... étrange..

Sceptique, je relève la tête vers mon amie, d'accord Shino est bizarre, mais ce n'est pas non plus un psycopathe, non? Avant que je ne puisse lui demander où elle veut en venir, Ino se relève et retourne à l'intérieur de la boite en marmonnant qu'elle va chercher Sakura. Quelque peu déroutée par l'attitude de mon amie, je me laisse tomber contre le siège, prés de Yamaka, cette dernière dort comme un loir. "... tout le monde au campus cache bien son jeu..." , qu'est-ce qu'il voulait dire par là?

Fin du chapitre 8


Un bail que je n'avais pas mis de chapitre, je sais, un an, c'est bien ça?
Hem désolée pour cette très longue absence.