Pour un instant d'éternité...

par Shitema

Chapitre 30: Pour un instant d’éternité.

 

 

Hinata, Naruto et Kiba s’avancèrent donc. Ils approchaient d’une porte ouverte, d’où le soleil brillait à travers la pièce. Ils entendaient de légers bruits, comme des grognements. Naruto passa en premier, et pénétra dans la pièce.

Il se retrouva dans une sorte d’animalerie, des objets pour animaux étant disposés partout dans la pièce. Ce n’était pas marqué « vétérinaire » pour rien, sur le porche ! Une porte ouverte joignait cette salle, d’où on pouvait y distinguer une longue table d’opération, et une silhouette apparut soudain dans l’encadrement, tenant un chaton dans ses bras.

Les trois ninjas restèrent bouche bée devant la personne qui venait d’entrer.

 

Ce fut Kiba qui brisa le silence, d’une voix où perçait clairement l’incrédulité.

 

-« Ah ben si je m’attendais à ça… »

 


 

Les trois ninjas restèrent quelques instants bouche-bée devant la jeune femme qui était apparue. Elle les fixait tranquillement, se demandant probablement la raison de leur venue dans son humble animalerie.

 

-« Je peux faire quelque chose pour vous ? », leur demanda t-elle, un sourire chaleureux sur les lèvres.

 

 Aucun des trois ne sut quoi répondre à cette femme, ils étaient tous éberlués et surpris. Ils s’étaient tous attendus à autre chose, mais pas le moins du monde à quelque chose de semblable. Naruto ne put s’empêcher de détailler la jeune femme devant lui sous toutes les coutures, comme pour s’assurer qu’il ne se trompait pas. Devant lui, sous son regard inquisiteur, se tenait une femme d’une vingtaine d’années. Ses longs cheveux avaient quelque chose de particulier : ils étaient d’une singulière couleur rose. Cependant, des mèches plus foncées encadraient son visage, s’accordant assez bien avec son teint légèrement halé. Ses yeux viraient sur une légère teinte de vert foncé, et ses traits de visage transpiraient la gentillesse à l’état pur.

Elle ressemblait peut-être un petit peu à la Haruno, mais ce n’était définitivement pas elle qui se tenait aujourd’hui sous leurs yeux.

Hinata ne put s’empêcher de tourner son regard nacré en direction du blond, s’inquiétant de sa réaction. Mais un sourire d’excuse apparut bientôt sur le visage du réceptacle.

 

-« Pardonnez notre intrusion, nous vous avons pris pour quelqu’un d’autre. », lui dit-il, en souriant, confus.

 

Les yeux de l’héritière Hyûga restaient pointés sur l’Uzumaki, ressentant, malgré qu’il ne cherche à le cacher, sa peine. Elle le comprenait, il pensait avoir enfin retrouvé sa meilleure amie après toutes ces années de séparation. Mais il s’avérait finalement que ce n’était pas elle… Il devait être extrêmement déçu, et probablement un peu abattu. Hinata ressentait son chagrin, et cela l’affectait elle aussi. Elle voulait l’aider, lui faire retrouver un semblant de gaieté, mais elle savait aussi qu’il valait mieux le laisser. Il avait besoin d’assimiler la nouvelle par lui-même, elle ne lui serait d’aucune utilité. Elle ne put s’empêcher de serrer les poings de frustration, elle se sentait complètement inutile. Elle avait fait tant d’efforts afin de ne plus ressentir ce genre de sensation, mais malgré ces années d’entrainements le résultat était le même : elle était impuissante. 

Un instant de silence s’était installé. La jeune femme aux cheveux roses leur adressa un nouveau sourire, en agitant la main.

 

-« Ce n’est rien voyons, ce genre de choses peuvent arriver, ne vous excusez pas autant cela me gêne. »

 

Puis, elle les invita à s’installer dans sa salle à manger. Tous les quatre à table, la mystérieuse inconnue commença alors à leur poser certaines questions. Elle voulait avant tout connaitre l’histoire de ces trois shinobis qui avaient pénétrés dans sa boutique tels des bourrasques. Elle leur avoua être de nature un tantinet curieuse. Kiba consentit à lui résumer dans les grandes lignes, sans dévoiler les détails confidentiels, la raison de leur venue dans ce petit village reculé du pays du Son.

 

-« A vrai dire, nous recherchons une de nos amies. Elle a disparu depuis trois ans maintenant, et nous pensions la trouver ici. Mais il faut croire que non », ricana Kiba, un peu mal à l’aise face à la situation.

 

La jeune vétérinaire sembla comprendre leurs motivations et la déception qu’ils devaient ressentir alors qu’ils pensaient fortement retrouver enfin leur amie. Elle continua à leur poser certaines questions, principalement sur leur relation précise avec la personne recherchée. Ils ne surent pas trop quoi lui répondre, et finirent par être très évasifs en expliquant qu’ils étaient amis depuis leur entrée à l’académie de leur village.

Ce fut ensuite au tour des trois ninjas de demander plus de précisions sur leur hôte temporaire. Hinata décida de commencer la première, une question lui brulant les lèvres depuis qu’elle avait rencontré cette femme.

 

-« Votre couleur de cheveux, elle est naturelle ? »

 

La jeune femme parut surprise de la question, mais se mit soudain à rire légèrement.

 

-« Et bien oui. On me pose assez souvent cette question, je pense que ça doit intriguer de voir une femme avec des cheveux roses. »

 

Soudain, Hinata sentit comme une sensation étrange la traverser. Ses yeux se plissèrent sous la concentration, quel était ce sentiment ? Une réponse lui vint à l’esprit, tandis que Naruto lui touchait le bras en murmurant son prénom.

 

-« Hinata ? Tout va bien ? »

 

La concernée releva brusquement la tête, et rencontra les yeux inquiets de l’Uzumaki.

 

-« Ou-oui, je vais bien. Ne t’inquiète pas Naruto. »

 

Celui-ci hocha lentement la tête, peu convaincu par la réponse de son amie aux yeux de nacres. Il se décida à lui reposer la question une fois qu’ils seraient seuls.

 

-« Ah, mais j’y pense. Nous ne nous sommes même pas présentés, quel manque de courtoisie de ma part. Je me nomme Haruhi », se présenta la jeune femme en s’inclinant respectueusement.

 

Kiba fit rapidement les présentations, ne citant que les prénoms de ses camarades par peur que ces informations ne tombent entre de mauvaises mains. Après tout, ils se trouvaient en plein territoire ennemi, être reconnus comme étant ninjas du pays adverse serait une bien mauvaise chose. Valait mieux conserver un minimum d’anonymat.

 

-« Enchantée de vous connaitre ! »

 

La gentillesse de cette femme parut vraiment adorable aux yeux de nos trois ninjas, peut-être même trop. Une femme aussi gentille dans un pays pareil, c’était assez bizarre pour les trois étrangers. Ils ne s’étaient pas imaginé que de telles personnes pouvaient vivre dans un pays dicté par autant de malfaiteurs. Après tout, le pays du Son était réputé pour être dirigé par l’Akatsuki depuis peu. Ils avaient évincé le seigneur du pays, renversé le gouvernement par la force, et prit le contrôle de toutes les forces commandant cet état. Alors qu’une femme comme Haruhi puisse vivre dans un tel débordement de criminalité et d’insécurité leur parut étrange. Toutefois, ils ne s’en formalisèrent pas. Enfin, tous sauf l’héritière Hyûga.

La nuit finit par tomber.

Après des adieux dans les règles, et des remerciements, l’équipe de Konoha s’éloigna du village. Ils finirent par installer leur campement à la limite du pays du Feu et de celui du Son, sous la demande quasi insistante d’Hinata. Ses deux coéquipiers ne comprenaient pas ce qu’il lui prenait, mais ils obéirent. Une fois leur campement installé, et tous trois installés devant un feu de camp, Hinata se décida à leur faire part de ses pensées.

 

-« Hinata, tu pourrais nous expliquer ce qui se passe ? », commença à s’impatienter Kiba, ne comprenant pas pourquoi elle insistait tant pour rester près de ce village.

 

Hinata darda son regard vers celui de l’Uzumaki, s’inquiétant de sa réaction, celui-ci la fixait calmement, attendant qu’elle ne s’explique. En vérité, il avait confiance en elle, alors si elle jugeait qu’il valait mieux rester dans le coin encore un moment, il ne poserait pas davantage de question. En voyant tant de foi en elle dans les yeux du blond, cela lui redonna la conviction qu’elle savait ce qu’elle faisait.

 

-« Cette femme… Haruhi… Elle ne me parait pas honnête. »

 

Les deux autres la fixèrent, l’un surpris, l’autre tout à fait calme.

 

-« Qu’est-ce que tu veux dire, Hinata ? »

 

-« Ce que je veux dire Kiba, c’est qu’elle cache quelque chose. J’en suis sûre. »

 

Kiba parut mi sceptique mi intrigué. Pour que sa coéquipière montre tant de confiance, c’est qu’Haruhi devait bel et bien leur cacher quelque chose. Il savait qu’Hinata n’était pas le genre de personne à incriminer les gens sans preuves. Elle paraissait si sûre d’elle que le doute ne fut plus permis dans l’esprit de Kiba, autant que dans celui de Naruto. Celui-ci regardait Hinata, attendant qu’elle n’éclaircisse ses fameux soupçons. Ce qu’elle ne tarda pas à faire lorsqu’elle sentit les regards insistants de ses deux coéquipiers de mission.

 

-« J’ai senti comme… comme un chakra qui ne m’est pas étranger. Il embaumait dans toute la maison, c’était très étrange », murmura t-elle.

 

Le visage de Naruto montra enfin de la curiosité. Kiba le vit, et décida de lui éclaircir les choses.

 

-« C’est vrai que tu n’es pas au courant des progrès qu’a pu faire Hinata, depuis tout ce temps où tu étais parti du village. »

 

Kiba y vit une occasion de faire remarquer à l’Uzumaki combien Hinata avait pu devenir forte depuis toutes ces années. Il voulait que sa meilleure amie obtienne la reconnaissance qu’elle avait toujours souhaité obtenir de la part de la personne la plus chère à son cœur, j’ai nommé Naruto. Hinata, elle, se sentait un peu gênée. Elle n’avait pas l’habitude qu’une personne ne déballe ainsi toutes ces qualités. Elle était d’une nature assez modeste, entendre de tels compliments l’indisposait un peu, surtout devant l’homme qu’elle admirait depuis si longtemps.

 

-« Hinata a développé la capacité de ressentir les chakra. Pour lui permettre de les reconnaitre, il suffit simplement qu’elle ait eu l’occasion de rencontrer le détenteur rien qu’une fois. Ça suffit amplement. C’est pour cela qu’elle savait avant même de t’avoir vu que tu étais de retour au village » ajouta le maitre-chien, un air taquin placardé sur son visage.

 

L’Uzumaki parut surpris par cette confidence. Il se tourna vers Hinata, la fixant intensément.

 

-« Tu savais que j’étais revenu rien qu’en sentant mon chakra approcher ? »

 

Une légère teinte rosée apparut sur son doux visage, tandis qu’elle baissait la tête, ce que Naruto trouva d’autant plus adorable. Il la trouvait attendrissante lorsqu’elle était ainsi gênée, elle lui paraissait si fragile qu’il n’avait qu’une seule envie : la protéger de tout. La protéger du monde extérieur et des souffrances qu’il pouvait lui occasionner. Il voulait conserver la pureté qui irradiait de ce visage angélique. La grâce qui ressortait à chaque de ces mouvements. Tout chez la Hyûga lui faisait ressentir un monde de tendresse et de douceur, et il n’avait besoin que de ça.

 

-« Hum… Et bien oui, c’est la vérité », murmura t-elle, confuse.

 

Naruto surprit un sourire de venir s’épanouir sur son visage tandis que ses yeux se posaient sur le sol devant lui.

 

-« Je dois dire que je suis impressionné. Tu es incroyable, Hinata. »

 

Hinata leva brusquement les yeux vers Naruto, toute gêne ayant déserté ses traits. Elle n’en croyait tout simplement pas ses oreilles… Il lui avait dit qu’elle était incroyable, qu’elle l’impressionnait… C’en était trop pour elle, elle n’en méritait pas autant. Elle avait seulement fait de son mieux afin d’être à sa hauteur, elle n’avait aucun mérite. Seule, sans cette motivation, elle n’y serait jamais parvenue. Alors, si quelqu’un devait être qualifié d’incroyable, ce n’était surement pas elle mais plutôt l’homme qui se tenait face à elle, les yeux plantés dans les siens. Kiba, voyant que la situation dérapait favorablement, décida de se dégourdir les jambes un peu plus loin. Il se leva sans que personne ne fasse attention à lui, et s’enfonça dans la forêt, Akamaru sur ses talons.

 

-« Non, je n’ai aucun mérite. Si j’ai pu seulement m’améliorer c’est grâce à toi Naruto, je n’ai rien accompli d’extraordinaire… »

 

-« Bien sur que si… »

 

Ils étaient tous deux perdus dans un monde ailleurs, un monde où leurs sentiments refaisaient soudainement surface. Noyés dans les yeux de l’autre, ils se fixaient à travers les flammes qui crépitaient. La noirceur de la nuit les englobait d’une impression de solitude, leur donnant l’impression d’être seuls au monde. Leurs prunelles ne se lâchaient pas une seconde, pas même pour cligner. Ils se sentaient comme absents, déconnectés de la réalité. Naruto n’avait plus qu’une seule idée en tête : la prendre dans ses bras et tout lui avouer sur ses sentiments, rien d’autre. Il voulait qu’elle sache, sa dernière tentative s’étant soldée par un échec lamentable quelques jours auparavant. Il n’en pouvait plus de rester ainsi face à elle, la femme qu’il aimait plus que tout, muet, et si loin physiquement. Il ne se contrôlait plus, un étrange sentiment impérieux prenant le contrôle de ses mouvements et de ses pensées.

C’est ainsi qu’il se leva lentement, les yeux toujours plongés dans ceux de la Hyûga, et qu’il contourna lentement le feu de camp pour se poster face à elle. Hinata l’avait suivi du regard tout du long. Celle-ci, complètement hors de toute lucidité, se releva également, se retrouvant tout près du blond. Elle n’avait pas lâché ses yeux azurs qui lui servaient de lumière dans l’obscurité. Ses prunelles y étaient ancrées, elles ne pouvaient s’en décrocher aisément. Et il faut dire qu’elle ne le souhaitait en aucune façon. Ce moment, elle en avait rêvé maintes et maintes fois, elle ne voulait pas revenir à la réalité. Surtout que le regard de Naruto lui paraissait si doux, si tendre qu’elle aurait pu faire n’importe quoi s’il lui avait seulement demandé.

Naruto baissa son regard vers la jeune fille toute proche de lui désormais. Un simple mouvement de sa part, et ils seraient réunis. Oui, enfin réunis. Contrairement à lui, elle dût relever les yeux pour avoir encore une fois la chance de plonger dans ses orbes océans. Son expression se fit si implorante, si pleine d’espoir, qu’il ne put résister à l’attraction davantage. La main du blond se souleva lentement et vint effleurer tendrement la joue de la brune, dans une caresse délicate. Elle succomba sous ce frôlement exquis, et laissa ses yeux se fermer pour savourer au maximum tout ce que ce contact pouvait lui apporter. Elle en trembla presque lorsqu’elle sentit la main du blond se perdre dans sa nuque et y demeurer. Elle n’ouvrit pas les yeux, de peur de s’apercevoir que ce n’était qu’un rêve. Ce ne serait pas la première fois malheureusement…

Mais là, elle sentit que quelque chose était différent de d’habitude. Elle sentait clairement la respiration du blond sur sa peau, la faisant agréablement frissonner. Sans compter que la main libre du blond avait élu domicile dans le bas de son dos, rapprochant davantage son corps de celui de l’homme lui ayant volé son cœur. Elle avait l’impression que son cœur allait exploser tellement elle était heureuse. Il battait à tout rompre, et sa respiration se faisait difficile. Elle sentit que les mains du blond cherchaient à la rapprocher encore davantage, si cela était encore envisageable.

 

-« Hinata… Ouvre les yeux… »

 

Ce chuchotis murmuré d’une voix suave tout près de son oreille lui procura un léger frisson de plaisir qui lui parcourut tout le long du corps. Elle se sentait si bien ainsi dans les bras de Naruto qu’elle n’avait aucune envie d’ouvrir les yeux pour s’apercevoir finalement que tout cela n’était pas réel. Rien qu’une illusion de son esprit…

 

-«  Hinata… »

 

Deux mains encadrèrent tendrement son visage, lui intimidant tacitement de lui faire confiance. La jeune Hyûga se sentit comme rassurée et décida de faire ce qu’il lui demandait, en espérant apercevoir le visage de l’Uzumaki devant ses yeux…

Elle souleva craintivement ses paupières, et put effectivement voir le sourire attendri de Naruto. Elle ne prit conscience seulement à cet instant que tout ce qu’elle vivait était effectivement la réalité et non une fourberie de son esprit. Sa bouche s’entrouvrit, marquant son visage d’un air abasourdi que Naruto trouva plus que touchant. Il planta ses orbes azurs dans ceux nacrés de sa compagne, et se jeta à l’eau.

 

-« Hinata… Il faut absolument que je t’avoue quelque chose, je ne peux plus garder tout ça pour moi… Ça a trop longuement duré, il faut que tu saches… »

 

Hinata était en dehors de la réalité. Elle ne saisissait pas le sens de ces paroles, et c’est à peine si elle ne les entendait, perdue dans le bleu de ces yeux.

Les mains toujours fermement ancrées sur la nuque de l’héritière, il prit enfin la décision que le jour de tout lui dire était arrivé. Il le souhaitait plus que tout. Il fallait qu’elle sache enfin tout ce qu’elle représentait pour l’homme qu’il était. Qu’elle sache qu’elle était unique pour lui, qu’il ne se voyait pas vivre sans elle à ses côtés, qu’il souffrait chaque seconde loin d’elle. Il fallait qu’elle sache tout cela…

 

-« Hinata… », lui murmura t-il sans trouver les mots tant il ne savait pas par où commencer.

 

-« Oui…? »

 

Elle était pleine d’espoir. Oui, elle espérait vraiment qu’il lui dise les mots qu’elle avait tant prier entendre depuis toutes ces années.

 

-« Je… Tu es vraiment… Euh je… Oh et puis zut ! Je t’aime Hinata. Je t’aime plus que tout, tu es ce que j’ai de plus cher. Je ne veux pas être loin de toi plus longtemps, ça suffit. Je veux vivre avec toi chaque instant de ma vie, que ce soit les bons ou les mauvais. Tu es une femme comme je n’en ai jamais connu, tu es unique. Je ne m’imagine pas continuer sans toi à mes côtés, j’ai besoin de toi. J’ai envie d’être avec toi, que nous partagions tout. Je ne peux vivre pleinement qu’à tes côtés... Tu me fais complètement perdre les pédales, près de toi j’ai l’impression de devenir fou. Ta simple vue suffit à me couper le souffle. Et la seule chose que je redoute par-dessus tout, c’est de te perdre… », débita t-il d’une traite.

 

Hinata resta muette, abasourdie, et sonnée. Elle ne pouvait prononcer un seul mot, son cerveau complètement hors-service. C’était inespéré… Elle avait l’impression de rêver… Mais non, c’était bien réel… Elle ne rêvait pas, Naruto l’aimait, elle…

Elle ne put empêcher une larme de rouler sur sa joue tandis que Naruto la fixait, une légère lueur de peur dans ses prunelles. Oui, elle n’avait pas répondu à ses sentiments, il fallait qu’elle se débrouille pour le faire sinon il penserait qu’elle ne l’aimait pas. Ce serait stupide de rester ainsi stoïque alors que l’homme dont elle était éperdument amoureuse lui avouait enfin les sentiments qu’elle espérait qu’il lui porterait un jour. Elle se décida donc à lui faire comprendre qu’elle aussi elle l’aimait, plus que de raison.

Elle se mit sur la pointe des pieds, et déposa tendrement ses lèvres sur celles du jeune homme. Il resta étonné d’un tel aplomb pendant quelques secondes, puis répondit enfin pleinement à son baiser. Il resserra son étreinte sur Hinata, l’emprisonnant entre ses bras, et la serra de toutes ses forces contre lui. La brune fit de même, se serrant contre le torse de son aimé.

Le baiser s’intensifia au fur et à mesure, gagnant en passion et détruisant toute retenue ou convenance. Ils l’avaient tellement attendu : Hinata, durant toutes ces années, Naruto, depuis le temps passé loin d’elle lors de son entrainement avec Jiraya… Alors maintenant qu’ils étaient ainsi serrés l’un contre l’autre, se délectant du bonheur de savoir leurs sentiments réciproques, ils ne se privaient pas pour s’embrasser à en perdre la raison. C’était plus fort qu’eux, ils en avaient besoin. Besoin d’étancher leur soif de l’autre, de se prouver que tout cela était bien réel, qu’ils ne nageaient pas en plein rêve…

Ils s’embrassaient à perdre haleine, et ne s’accordaient pas même une seule seconde de séparation.

Etre uni, voila ce à quoi ils aspiraient.

Peu après, Naruto souleva la brune dans ses bras, celle-ci le laissant faire. Elle comprit immédiatement ce qu’il cherchait à faire lorsqu’il l’amena jusque dans une de leur tente. Ils y entrèrent tous deux. Naruto déposa finalement Hinata sur le sol, s’y allongeant avec elle par la même occasion. La surplombant, la regardant, la jeune fille comprit qu’il cherchait son consentement. Elle plongea dans ces yeux obscurcis par le désir et la tendresse et lui fit un sourire d’approbation, toute crainte disparut de son cœur. Elle voulait que ce soit lui, lui et lui seul… Ça n’avait toujours été que lui…

 C’est ainsi que dans l’obscurité de cette forêt deux âmes s’unirent, ne recherchant qu’à assouvir mutuellement la preuve d’un amour infini.

 

 

Un peu plus tard, un jeune homme accompagné de son fidèle compagnon à quatre pattes reprit sa place près du feu de camp. Il remarqua que ses deux compagnons manquaient à l’appel, un coup d’œil à la tente lui suffit, les bruits répondant à sa question.

 

-« Et bien, il y en a qui ne s’embêtent pas… »

 

Il pouffa à sa remarque, mais se mit à sourire en songeant que ces deux là s’étaient probablement enfin trouvés.

 

* C’est pas trop tôt !* songea t-il.

 

Mais une pensée prit vite place dans son esprit…

 

-« Eh ! Mais qui va devoir se taper tous les tours de garde ?! Oh non, la vie est vraiment injuste… »

 

C’est sur ces mots qu’il s’installa près du feu, une couverture sur les épaules, et qu’il se mit à maugréer contre ses deux coéquipiers…

 

 

***

 

 

Près du campement de nos trois ninjas de Konoha, deux silhouettes encapuchonnées se trouvaient postés près de la demeure d’Haruhi.

L’une des silhouettes, plus imposante que l’autre, se prit à murmurer quelques mots à l’adresse de son compagnon de voyage.

 

-« Ta cousine nous a rendu une fière chandelle. Je dois dire qu’elle est assez douée pour ce qui est de mentir… »

 

L’autre silhouette, bien moins imposante que son compagnon, se tourna vers la maison à son tour et murmura quelques mots à l’adresse de sa propriétaire.

 

-« Oui… Je ne te remercierais jamais assez pour tout, Haruhi. Merci… »

 

C’était vrai que dans le passé, sa cousine aux cheveux roses lui avaient été d’une grande aide lorsqu’elle en avait eu besoin à des moments peu glorieux de sa vie, après son départ de son village.

 

-« Allez, viens Sakura, nous devons y aller maintenant. »

 

La dénommée tourna le dos à la maisonnée, et fixa son regard émeraude dans celui ébène de son camarade.

 

-« Ça ne te fait rien d’être si près de ton meilleur ami, et de devoir partir comme un voleur en lui cachant ta venue ici ? Tu n’as pas envie de le revoir, après tout ce temps ? »

 

L’autre silhouette se détourna de sa vue, et lui dit d’une voix qui respirait les regrets dissimulés.

 

-« Nous avons une mission. Pas le temps de s’attarder avec des choses comme cela. Naruto peut très bien se passer de nous. Et puis, nous le reverrons bien assez tôt de toute manière… »

 

De telles paroles surprirent Sakura, qui décela dans le timbre de sa voix une pointe d’amertume. Alors, malgré tout ce qu’il pouvait dire, son meilleur ami lui manquait quand même un tantinet ? Cette constatation fit légèrement sourire Sakura.

 

*Je te le ramènerais, je te le promets. Naruto, je te ramènerais Sasuke…* songea t-elle.

 

-« Allez, on y va. »

 

Sur ces mots, ils prirent tous deux la route, l’un rempli soudainement de nostalgie, l’autre emplit d’un espoir et d’une résolution sans failles.