Prologue

par Yuzuka

_

_

Avant, je voulais me marier à un bel homme riche avec de la renommée... Cela paraissait tellement "facile", mais j'avais dix ans à l'époque et je rêvais encore du prince charmant, fidèle, beau et riche. Puis j'avais grandi et les désillusions étaient arrivées : parce que les princes n'existaient pas ou alors, ils se faisaient bien rares.

 

C'était il y a onze ans. J'avais donc eu le temps de cogiter sur ce problème. Car oui, j'avais décidé de tout faire, absolument tout, pour y arriver seule. Oui, j'allais devenir riche ! Non pas que j'étais tant que ça en manque d'argent, je pensais être dans la moyenne, quoique peut-être légèrement en dessous. Mais je voulais pouvoir vivre aisément, sans me soucier d'être un peu trop juste à la fin du mois. Et encore, c'était si peu ça ! Je désirais beaucoup plus... J'avais une soif de richesse : je voulais vivre dans le luxe. Pourquoi pas après tout ? Chacun ses ambitions !

 

Certains pensent que l'argent ne fait pas le bonheur, mais au fond, tout le monde sait qu'il y contribue fortement. Certes, mon but pouvait paraître bien commun : qui n'a jamais désiré posséder un compte en banque bien rempli ? Mais moi, j'avais la motivation pour y parvenir et en plus de cela, je venais juste d'obtenir mon diplôme. Je me doutais bien que cela n'allait  pas être facile, mais je pensais pouvoir y arriver. Non : j'allais y arriver !

 

C'était comme une certitude. Un rêve de toujours à réaliser. Ma mère pourrait alors être fière de moi. Je savais qu'elle souhaitait mon bonheur – comme presque toutes les mères, non ? – et j'aimais tellement voir son sourire se dessiner sur ses lèvres, alors je faisais tout pour ne pas la décevoir : je travaillais bien à l'école, je m'appliquais, j'étais sérieuse et en même temps, cela m'aidait pour accomplir mon rêve.

 

Je venais de recevoir une lettre d'embauche annonçant que j'étais prise dans la société Hyûga. Mes débuts dans la vie active commençaient bien. Presque deux semaines que j'avais mon diplôme et je trouvais déjà du travail dans une grande société de conception de logiciel informatique. C'était mon domaine, là où j'excellais le plus. J'allais gravir les échelons jusqu'à être au sommet, puis ensuite créer ma propre entreprise à mon nom. Cela allait prendre du temps, ainsi que des efforts, du travail, des heures et des heures supplémentaires mais j'étais enfin prête, moi, Sakura Haruno, et je ne reculerais devant rien. J'avancerais certainement doucement, mais sûrement. Jusqu'à devenir l'élite dans cette société où il est mauvais de faire partie des plus faibles.

 

Enfin, c'est ce que je pensais à l'époque. Que j'étais la seule maitresse de ma destinée, que rien ne pouvait me toucher, comme invincible au milieu de la foule turbulente de Tokyo.

Mais la bonne nouvelle de mon embauche fut accompagnée d'une tout autre nouvelle lorsque mon portable sonna :

 

« Sakura, c'est Ino, ta mère est à l'hôpital, viens vite ! »

 

Mon sang ne fit qu'un tour. Ma mère ? À l'hôpital ? Que lui était-il arrivé ? Ino était une amie d'enfance qui travaillait comme infirmière dans un l'hôpital non loin de chez moi : je décidai d'y aller à pied, la circulation étant toujours trop dense dans cette grande ville. Il ne me fallut que dix minutes pour atteindre le hall de celui-ci : j'avais parcouru le trajet en courant.

 

J'arrivai, toute essoufflée, mes cheveux roses collants mon visage. Sans perdre de temps, je demandai à la personne qui s'occupait de l'accueil où se trouvait la chambre de ma mère puis pris les escaliers pour aller la rejoindre.

 

J'avais hésité devant la porte de sa chambre de peur de ce que j'y découvrirai, dans quel état elle serait. Après avoir pris une profonde inspiration, j'ouvris la porte.

_

_