Epreuve

par temarina

Chapitre trois : Epreuves

 

L’observation est la considération et l’analyse d’un fait. Après s’être examiné, l’hostilité entre l’Uchiwa et la Hyuuga fut déclarée. Les deux jeunes héritiers avaient activé leur dôjutsu respectif. Sasuke était envahi par l’innocence même, alors qu’Hinata revoyait sa solitude dans les yeux de son vis-à-vis. C’en était insupportable ! Elle flancha et fut sauvé par les bras protecteurs de Naruto et l’aisance en médecine de Sakura. L’affrontement entre le blond et le brun ne tarda pas. L’atmosphère se fit lourde. Quand un cri perçant brisa le silence chargé.

-        Sa-su-keeee !

L’équipe 10 était arrivée dans un vacarme brisant le silence qui s’était installé entre l’équipe 7 et Taka. Cette sonorité permit à la nouvelle équipe de Sasuke de se mettre en position de garde, juste à temps pour les recevoir. Juugo s’excita et se transforma aussitôt sans le moindre contrôle. Il attaqua derechef Shikamaru qui exécuta la manipulation de l’ombre pour arrêter le protagoniste, mais cela n’avait fait que renforcer l’excitation de Juugo qui se remua pour échapper au contrôle du manipulateur des ombres. Entre temps, Ino avait pris pour responsabilité de s’attaquer à celle qui, selon elle, partageait la vie de Sasuke : Karin. Ni Chôji, ni Sakura ne bougèrent, l’un occupé par un paquet de chips, et l’autre, abasourdie par le spectacle dont elle était la spectatrice.

Dans un élan de lucidité, la rose partit pour gifler le brun de son équipe. Celui-ci étant occupé à pourparler avec son ex-meilleur ami. Par négligence ou exprès, Sasuke n’esquiva pas l’attaque et la reçut de plein fouet. Il se rattrapa en utilisant son katana pour reprendre pieds et lança une volée de kunai que Sakura vît trop tard pour l’éviter, la surprise se lisant sur son visage. En effet, la réaction de l’Uchiwa était vive et rapide. La rose ne s’attendait visiblement pas à ce qu’il se reprenne aussi rapidement de son coup de poing, imitant la force de la légendaire Tsunade. Naruto n’ayant plus le temps d’invoquer un clone, se mit entre elle et les kunais. Bien qu’il fût blessé de part en part, Sasuke ne s’arrêta pas là. Il fonçait en direction de la rose et essayait de lui donner un coup magistral au visage. Mais Chôji – en boulet humain (Baika) – s’interposa. Cependant le coup avait été plus fort qu’il n’en paraissait et avait envoyé le garçon enrobé cinq mètres plus loin, entraînant Sakura et Shikamaru dans sa chute.

-        Pas très intelligent les renforts, surtout le gros ! En continuant comme ça, si on n’intervient pas, il va massacrer lui-même ses cons de copains, tu ne crois pas Sasuke ? sourit Suigetsu de ses dents de scie.

Le dernier des Uchiwa ne répondit pas, trop occupé à attaquer Naruto, déterminé à en finir avec lui. Il semblait disposé à reprendre, plus sérieusement, le combat. L’Uzumaki le comprit et se mit en position de combat. Aucun ne doutait de l’évolution de l’autre et se préparait à un combat qui allait selon eux distinguer le meilleur. Le brun activa ses dôjutsu et démontra son Mangekyuu Sharingan pour révéler au blond qu’il avait atteint l’ultime pouvoir de son clan. Son objectif était de montrer que leur lien était définitivement rompu, puisqu’un jour il avait expliqué à Naruto qu’il fallait tuer la personne le plus cher à son cœur pour avoir cette ultime force, et ne se priva pas pour lui fournir la preuve. Aussitôt qu’il les avaient vus, Naruto pensa « Il a eu le Mangekyuu sans me tuer ! Alors je ne suis pas… Sasuke … ». L’Uchiwa constata que son vis-à-vis comprenait où il voulait en venir et s’en félicita. Les yeux de Naruto perdirent de leurs éclats au grand bonheur de Sasuke. Leur affrontement doubla de ferveur avec la colère et la tristesse de l’un et la joie non dissimulée de l’autre.

A l’entente du mot gros, Chôji  fixa le garçon aux cheveux bleus avec colère. Il se leva et fonça sur Suigetsu avec son Nikudan Hari Sensha1. Le garçon aux cheveux bleus fut sauvé de justesse pas son coéquipier roux. En effet libéré de la prise du Nara dû à sa précédente chute, Juugo tenaillé par ses pulsions contrattaqua l’Akimichi avec volonté et force. Les deux antagonistes étaient pris dans un violent combat de Taijutsu déformant le paysage alentour et s’éloignèrent progressivement de leurs équipiers. Leur gabarit similaire rendait leur collision équitable.

Shikamaru, encore déstabilisé, ne put arrêter la progression du garçon roux. Sa technique requérant une dose de chakra considérable, il se releva difficilement en lançant l’une de ses « galères les filles » à l’attention de Sakura, qui endossa la responsabilité de l’échec du Chūnin. Protégé in extremis par son coéquipier roux, Suigetsu choisit d’affronter le garçon à tête d’ananas qui avait réussi à maintenir Juugo quelque temps. Et ayant constaté l’exploit du Nara, il supposa que sa capacité à se mouvoir comme l’eau lui permettrait d’échapper au Kage Mane2 de Shikamaru.

Ino et Karin se lancèrent des regards assassins espérant intimider l’autre. La rousse de l’équipe Taka constata avec effarement la beauté de la Yamanaka et elle redoutait de ne pas être à la hauteur de cette Venus issue de Konoha. Quant à Ino, elle avait une tout autre réflexion. Elle dévisagea Karin et ne put s’empêcher de penser à sa meilleure amie.

« Cette fille vit avec Sasuke tous les jours. Je n’ose imaginer le chagrin de Sakura en les voyant! Ne t’inquiète pas je vais la remettre à sa place cette pimbêche à lunette » promit-elle en regardant la rose du coin de l’œil.

En effet, ces dernières années elle avait plus ou moins oublié Sasuke et allait de l’avant pour vivre pleinement son adolescence tandis que son amie continuait à espérer inlassablement le retour du brun. Ino se savait incapable de ramener son amour d’enfance, mais cela ne l’empêcherait pas de régler ses comptes avec cette fille qui vivait un peu trop près de l’Uchiwa.

Une fois de plus, Hinata se sentit de trop. Ses yeux blancs balayèrent l’horizon du regard et chacun de ses amis avait leur adversaire, sauf elle. L’héritière se sentit inutile, son sentiment d’infériorité s’accrut derechef. Elle n’avait pas le niveau, son Jyuken ne serait d’aucune utilité dans ces combats, de plus tout le monde semblait s’en sortir bien mieux sans elle. Comme toujours. Hinata regardait autour d’elle chacune des danses meurtrières de ses alliés et ennemis ; tous leurs mouvements démontraient leur force, sans aucun signe de faiblesse. Elle ne put s’empêcher de remarquer qu’elle fût bien loin de ce niveau lors de son précédent affrontement.

« Je ne vaux rien, je n’ai fait qu’égratigner Sasuke, alors qu’il ne me combattait sans la moindre once de sérieux… Je ne suis qu’une faible » pensa-t-elle.

Hinata était repartie dans l’un de ses passe-temps favoris, c'est-à-dire : s’évaluer par rapport aux autres où elle ne faisait que perdre.

« Même le légendaire pigeon gagne quelquefois » soupira-t-elle, balayant du regard l’horizon.

Sa course visuelle s’arrêta sur la Haruno qui ne s’était pas encore relevée de l’attaque de Sasuke. Inquiète, elle s’approcha doucement de la rose et constata qu’elle était évanouie. La Hyuuga alla donc la retrouver. Voilà donc à quoi elle s’estimait utile : s’occuper et protéger les alliés inaptes au combat et donc invisibles aux yeux de leurs adversaires. Prenant place à ses côtés, elle se mit à détailler les différents duels. Ils semblaient si doués, leurs gestes étaient tous amplis d’une détermination qu’elle effleurât, sans jamais atteindre, à quelques reprises seulement dans sa vie. Force lui était de reconnaitre qu’un gouffre la séparait de ses amis.

Les affrontements variaient selon les niveaux des protagonistes. Sasuke était au niveau deux de son sceau tandis que Naruto avait déjà la forme d’un mini-Kyuubi tout en gardant son esprit et sa volonté supérieure à celle du renard. Chôji et Juugo s’étaient éloignés d’eux et étaient à proximité d’une falaise. Hinata appréhendait que son ami ne tombe. L’héritière avait vu l’Akimichi prendre la deuxième boule de la recette secrète de son clan et redoutait qu’il ne fasse pas le poids contre le membre de Taka. Elle était fascinée par cette force qui poussait le garçon enrobé à se battre. Il n’était pas particulièrement admirable et attrayant par rapport à Naruto aux yeux de la Hyuuga, mais il avait – à n’en pas douter –  cette loyauté envers ses amis et ce côté attachant, tout comme le blond.

Hinata allait regarder le combat des filles, quand soudain, Chôji et Juugo basculèrent dans le vide. Aussi vite qu’elle pût, Hinata accourut vers le ravin et vit Chôji se retenant tant bien que mal sur un arbre tenant que par ses racines. Rassemblant ses forces, la jeune fille arriva à saisir la main de Chôji lorsque l’arbre craqua pour ensuite tomber dans ce gouffre obscur. Quand il arriva à saisir sa main, Hinata sentit son bras tirer au point où elle crut qu’elle allât le perdre. Le garçon était évidemment trop lourd pour elle.

« Cette main, on dirait celle d’Ino… si douce et chaleureuse… Ses yeux nacrés ont la même force et expriment tant de sincérité que ceux de Ino à la couleur de ciel… Ino… » pensa-t-il

« Ino… » murmura-t-il

« Elle m’obligera à suivre des régimes pas possibles, mais si elle ne le faisait pas, est-ce que je l’aimerais pour autre chose que ce qu’elle est ? Shikamaru se moquera alors de moi lorsqu’il l’apprendra, me disant un « Galère Chôji, te laisse pas faire par cette femme. »  Et moi, j’hausserai les épaules, comme à mon habitude. » songea-t-il totalement déconnecté de la réalité. Tentant de rattacher à des pensées futures, espérant que le lendemain se présente à lui.

Il leva la tête vers le ciel à défaut de ne pouvoir regarder les yeux de sa coéquipière, mais arrêta son mouvement lorsqu’il remarqua, enfin, la détresse de son amie. La brune cachait mal sa douleur physique, mais elle tint quand même. Se rendant compte de son cas, Chôji eut un faible sourire. Décidément, il n’allait pas pouvoir finir son régime et voir le résultat et la réaction d’Ino quand il aura perdu ses kilos en trop. Il allait rater aussi le rire moqueur de Shikamaru. Il savait les conséquences fatales de sa recette secrète, mais il savait que s’il n’agissait pas ; il entrainerait la Hyuuga dans sa chute. De sa poche il sortit une boite avec une dernière pilule écarlate à l’intérieur. Il regarda Hinata comme pour lui demander de le lâcher, mais elle ne le fit pas. Elle commença à verser des larmes réalisant le souhait de son ami.

« Hinata… » dit-il

« Je serai forte rien que pour cette fois-ci, je serai forte ! Je ne te décevrai pas Chôji. Ino disais-tu ! Tu la reverras, je tiendrai et tu pourras la revoir » répondit Hinata à son ami lorsqu’il prononça le nom de la kunoichi.

Elle en était certaine, le garçon en face d’elle avait le même besoin et problème qu’elle pour ses sentiments avec un certain blond. Ah les blonds, ils sont aimés, mais aiment-ils en retour ? La jeune Hyuuga était prête à sacrifier son bras pour permettre à son ami de réaliser son rêve ; celui d’être vu et regardé par la fille de ses songes. Hinata sentit son bras se disloquer lentement au fur et à mesure que le temps passait. Le ninja était beaucoup trop lourd. Son dos, ses genoux aussi commençaient à payer le prix de cet effort. Elle tentait de le tirer afin de le ramener près d’elle, mais elle ne réussissait qu’à enliser ses membres dans le sol, risquant de tomber elle aussi. Voyant le visage de son ami, souriant, acceptant cette réalité, son cœur palpita. Il ne devait pas s’avouer vaincu. Il devait avoir confiance en elle ; en ses capacités.

-        Chôji, je serai forte ! Je te remonterai et tu diras à Ino que tu l’aimes ! Fais-moi confiance ! supplia Hinata.

Elle avait déjà entendu parler de ces petites boules et ne souhaitait pas que son ami prenne autant de risque. Juugo s’était transformé en un monstre volant lorsqu’ils étaient tombés. En voyant Chôji accroché à la fille, il souhaita les faire basculer tous les deux. Alors, Juugo dans une colère noire fondit sur Hinata et lui griffa le bras gauche qui saigna abondamment, en de longs filets dont quelques gouttes tombèrent sur le visage de l’Akimichi. Le sang giclant ainsi accentua les pulsions meurtrières de Juugo qui redoubla d’énergie et fonça une seconde fois sur la Hyuuga. Une quantité considérable de liquide ferreux mouilla le visage du jeune Akimichi. Il avait détourné les yeux et prit un teint carmin lorsqu’elle lui avait parlée d’Ino, de ce fait, il n’avait pas vu la couleur du liquide qui était tombé sur son visage et l’avait naturellement – compte tenu de la situation – attribué à de la sueur. De plus, quand la Hyuuga avait gémi en tremblant, il avait naïvement cru qu’elle se moquait de lui, se confortant dans l’idée que tout allait bien. Mais lorsque le liquide inonda sa figure et qu’il le goutât malgré lui, il releva sa tête et fut effaré de sa vision. La chaire de la jeune fille était à découvert et le goût de son sang lui souleva le cœur. Elle allait perdre son bras s’il restait ainsi accroché à celui-ci. Il était évident qu’elle ne pourrait tenir le coup davantage. Il avait espéré qu’un de leurs coéquipiers aide son amie au teint opalin, mais force lui était de reconnaitre qu’il ne pourrait profiter de ce souhait. À contrecœur,  il fit son choix. Il ouvrit la boîte, convaincu qu’il n’y avait plus que cette décision à prendre.

« Je tiendrai Chôji, je te le jure, je vais tenir ! » chuchota-t-elle pour se rassurer elle-même.

L’adolescent condamné relâcha la main de la Hyuuga. Rapidement, sans hésitation, car il savait que s’il prenait son temps afin d’y réfléchir davantage, son amie aurait tôt fait de le rejoindre. Libérant la dextre de la Hyuuga, il se laissa tomber. Le cœur de la brune manqua un battement, le temps suspendit sa course dès que ses doigts immaculés quittèrent la main de son ami. Elle tenta de le rattraper, en vain. Elle le vit porter la petite boule à ses lèvres, l’air serein. De désespoir reflétant son impuissance, Hinata cria le nom de Chôji. Cette détresse attira l’attention de tous qui se tourna vers elle et avait même réveillé Sakura. Les duels s’étaient arrêtés, tous restèrent sans bouger l’étonnement dans les yeux.

-        Chôji ! hurla-t-elle d’une voix blanche et cristalline.

L’interpelé regarda Hinata en lui gratifiant un sourire sincère et avala la dernière pilule. Juugo rit nerveusement, esquissant un cercle du haut des airs, quand une apparition le cloua au sol. C’était Chôji, une paire d’ailes de papillons dans le dos qui rouait de coups le roux. Celui-ci –  trop surpris ou nerveux pour réagir normalement – se laissa faire. Les autres combattants, dus au cri et le renversement de situation, stoppèrent leurs attaques pour devenir les spectateurs de ce combat violent qui mettaient en scène ceux dont ils avaient lourdement sous-estimé la force. Chacun de leur mouvement était si puissant que le sol en tremblât sous leurs pieds. Naruto détourna les yeux de sa cible un instant afin de s’assurer que la perle à la chevelure de nuit allait bien. Mais dans son mouvement, une attirance magnétique se fit ressentir au plus profond de lui-même vers les ailes de chakra de Chôji. Profitant de la situation, Sasuke fonça sur lui, kunai en main. Le garçon aux cheveux de blés n’évita pas le coup et le reçu de plein fouet à l’abdomen.

Le cerveau de l’Uzumaki attiré par les ailes de Chôji ne sentit que très moyennement toute la douleur que pouvait apporter l’attaque du brun. Il se plia de douleur, certes, mais la vision ailée accaparait son esprit et Kyuubi faisait déjà son œuvre de cicatrisation des blessures. Hypnotisé, il l’était. Sans en comprendre la cause. Qu’avaient donc ces ailes de si magnétique ? Sasuke, étonné de l’attitude de son adversaire, recula de quelques pas et observa les personnes présentes. L’Uchiwa n’était pas spécialement admiratif des ailes de l’Akimichi et trouva d’ailleurs la réaction de ses semblables terriblement naïfs. Il les détailla brièvement puis son regard s’arrêta sans le vouloir sur les yeux nacrés d’un des ninjas présents.

Celle-ci contrairement aux autres affichait un air triste et angoissé. Hinata, toujours sous le choc, n’avait de cesse de repenser aux conséquences de son incapacité. Elle voyait Chôji lui sourire et prendre la petite sphère coloré, encore et encore… Son trouble n’échappa au brun et celui-ci fut surpris de cette inquiétude. Il essaya de deviner les raisons de sa réaction, mais n’en trouva aucune qui soit assez rationnelle pour éveiller un telle peur chez la Hyuuga. N’ayant connaissance de la raison, il se concentra sur le combat qui émerveillait tant ses confrères, ne souhaitant pas gagner son affrontement par la triche. Ses réflexions incitèrent le dernier des Uchiwa à achever son adversaire, mais son égo ne les lui permit pas.

Dû à une frappe herculéenne du garçon aux ailes de chakra, le membre de l’équipe Taka connu sous le nom de « Juugo » fut enfoncé plus profondément  dans le sol. Il sentit quelque chose se briser en lui. Quelque chose qui avait toujours été là, en lui, caché. Qu’était-ce donc cela ? Au fond de son âme, il la sentit se réveiller. Une si grande chaleur l’envahit.

« Il y avait si longtemps… » pensa-t-il.

Sa marque maudite se résorbait avec une lenteur déconcertante dans une brulure intense, faisant crier le pauvre homme agonisant. Enfin, après tant d’années, elle avait repris sa place, celle qu’elle n’aurait jamais dû quitter… Il n’en avait jamais eu le contrôle, trop envieux d’être libéré, il avait rejeté les siens et rejoint un serpent avide de pouvoir et qui ne l’avait jamais vu comme il le souhaitait à cet instant. Sans l’avoir jamais vraiment été, il comprit à quel point elle lui avait manqué…

Son humanité…

Son bien-être ne fut que de courte durée, cependant. Telle une digue se brisant, un flot : de cris, de sang, de corps inanimés, créa un tsunami de souvenirs douloureux. Pour la première fois depuis qu’il avait rejoint sans le savoir les rangs de cette organisation maudite, il ressentit tout le poids de ses crimes. Face à cette géhenne, il ne put retenir ses larmes. Dans ses derniers moments, il souhaita tant avoir leur pardon. Leur dire que ce qu’il avait fait, ce qu’il était, était contraire à qui il voulait tant être autrefois…

Tournant la tête, il vit la jeune femme angélique qui resserra sa poigne autour de son bras blessé.

« Pardonne-moi. » pensa-t-il. « Je n’ai pas su contrôler cette malédiction, je n’ai pas été assez fort pour oser en finir. »

-        Kimimaro… soupira-t-il adressant à son équipe un premier, et dernier, sourire.

Les yeux ouverts, il poussa son dernier soupir. Ses coéquipiers ne bougèrent pas et le regardèrent s’éteindre. Sasuke ne perdit nullement son air froid, copié par les deux autres membres de son équipe. Attribuant la défaite de son coéquipier à sa faiblesse, il ne considéra même pas le fait d’afficher une tristesse dans son regard. La froideur de ses yeux signifiait aux ninjas présents, l’importance du roux à son cœur. Les morts ne lui étaient d’aucune utilité, peu importe qui ils étaient. Cependant, lorsqu’il croisa le regard terrifié de la jeune Hyuuga face à son manque d’intérêt, il vacilla. Pourquoi le regardait-elle ainsi ? Était-ce donc si mal de ne pas se sentir attristé par cette mort ?  Se reprenant, séance tenante, il se rappela son objectif : la perte de Konoha.

« Il faut battre en retraite. La mort de Juugo retarde mon plan. » pensa-t-il.

Il vit les mains du garçon aux cheveux bleus figés dans la position qu’il eût amorcé dans son agonie. Le jeune homme ne comprit pas pourquoi celui-ci avait tendu ses bras. Qu’avait-il tenté de faire ?

Suigetsu ne dit rien. Mis à part la sensation de vie qui le regagnait depuis sa libération du Kage Kubi Shibari3du Nara ; il ne ressentait rien. Son attitude était identique à son élément. Le trouble de l’apparition ailée passé, il redevint calme et insouciant comme si de rien n’était.

« La vie continue, il ne faut jamais s’attarder à un mort et s’occuper des vivants. » pensa le jeune garçon aux cheveux bleus sans se retourner pour voir, une dernière fois, le corps de son équipier. Il vit l’Uchiwa chanceler et se précipita pour le rattraper, mais ce dernier avait déjà repris le contrôle de son corps. Il se rétracta en pensant que le brun serait vexé d’être aidé à tenir debout et se retourna vers la fille de l’équipe pour lui faire signe de donner de son chakra au brun.

Karin ne put détacher ses yeux du corps inerte de son coéquipier. Elle aurait souhaité lui faire ses adieux une dernière fois, mais l’attitude de son équipe l’en dissuada. Elle regardait les ninjas de Konoha qui étaient horrifiés à la vue du roux. Se remémorant la forme de Juugo avec sa marque activée et remarqua que les ninjas de la feuille, excepté Hinata, ne l’ont vu que sous cette forme. Il était donc normal de les voir si effarés devant son air calme et… humain. La rousse rejoignit ses équipiers et ne put s’empêcher d’espionner la réaction de Sasuke. Quel ne fut son étonnement lorsqu’elle surprit le changement du regard, froid et hautain, du brun lorsqu’il croisa celui si innocent de la Hyuuga. Elle le vit tituber. Karin  amorça un geste afin d’aller réexaminer le garçon qui obnubilait ses pensées, mais Suigetsu l’en empêcha ; esquissant un geste afin qu’elle s’approche. 

« N’y va pas. Ce n’est qu’un peu de fatigue. » lui dit-il

« Bien » répondit-elle, pas très convaincue.

Un gémissement étouffé brisa le silence attirant l’attention des ninjas de la feuille. Tous se retournèrent vers Hinata croyant que l’adrénaline créée par son corps s’était estompée et que la douleur commençait à l’assaillir. Cependant, ils virent que ce son singulier ne s’était pas échappé de ses lèvres. Courageusement, elle tenait son bras, sans mot dire. Lorsqu’un second gémissement bien précis attira leurs attentions vers l’Akimichi. Ce dernier, alors que l’attention était porté sur la jeune femme, avait rejoint un des derniers arbres encore debout sur la montagne. Le contre coup du comprimé lui brulait l’estomac. Les conséquences de son action avaient été plus rapides que Chôji ne le pensât et se rendit bien compte qu’il n’arriverait pas à l’hôpital à temps.

Ino se précipita sur lui et implora du regard Sakura pour venir en aide à son ami. La rose se pencha sur le garçon enrobé en activant un Shousen3, bientôt rejointe par celui de la blonde en pleurs. D’un geste doux, mais ferme, Chôji les repoussa et désigna Hinata du regard. Les deux meilleures amies ne comprenant pas immédiatement suivirent les yeux tristes et chaleureux du garçon, pour enfin comprendre ce qu’il voulait. Le ninja blessé continuait à`perdre son sang, malgré son garrot improvisé. Sa vision commença à se brouiller, ses sens se troublèrent… n’y tenant plus ; elle sombra dans l’inconscience et fut rapidement rattrapée par Shikamaru.

Sakura se leva et s’approcha de la nouvelle patiente afin de la soigner. Tandis qu’Ino s’acharnait sur son coéquipier en lui intimant l’ordre de ne pas mourir au risque de se faire ressusciter puis tuer de ses propres mains. Shikamaru s’approcha de son meilleur ami les yeux dans les vagues. Essayant de retenir ses larmes en guise de soutien à Ino. Le génie Nara se remémora le combat et se rendit compte bien trop tard qu’ils n’ont pas agi en équipe. Il se tourna vers son ami et lui fit un sourire d’excuse qui disait tout ce qu’il y avait à dire.

« Trop tard, j’ai reçu ton attention Ino. J’aurais tant souhaité que tu me remarques, plus tôt. Tes mains sont si délicates ; te l’ai-je déjà dit ? Ino… » pensa l’Akimichi.

Il tenta de repousser les mains de la jeune fille, mais elle refusa même de songer à l’idée d’abandonner. Elle se devait – elle voulait – persévérer, même si la jeune femme savait qu’elle tentait de soigner ce qui ne pouvait se guérir. Il essaya de se redresser, mais la voix autoritaire d’Ino lui fit abandonner sans compter la douleur que ce seul geste lui fît.

-        Je suis désolé Ino, toussa-t-il, Shikamaru… T’as des chips ? dit-il pour détendre l’atmosphère… en vain, puis il ajouta ; même si je ne serai plus, nous sommes toujours une équipe… alors vous devez prendre soin de vous, d’accord ?

-        Ne dis pas ça… Je te paye à manger, d’accord ? Reste tranquille ! cria presque Ino en pleurs, tandis que  Shikamaru prit les mains de son ami dans la sienne.

-        Et mon régime ? murmura le mourant

Aucun ne répondit ; ignorant de quoi parlait leur équipier. Un sourire se dessina sur le visage paisible de leur ami. Cependant, il fut loin d’être contagieux. Au même moment, l’équipe Taka se remit peu à peu de leur état de fatigue et décida de partir ; profitant de l’inattention des ninjas de Konoha.

« Au final, je ne t’aurai dit. Tu ne sauras jamais mes sentiments pour toi… J’aimerais te dire que j’ai été heureux, que ma courte vie fût bien heureuse : grâce à toi. Ne pleure pas, Ino. Laisse-moi voir ton sourire, une dernière fois. » pensa-t-il

Chôji sourît faiblement à cette pensée. Mais ses yeux s’obscurcirent à la vue des larmes de son unique amour. Il tourna la tête, pour voir celui à qui il devait son bien-être depuis sa jeunesse, malgré les railleries des autres. Le regard de ce dernier était marqué par le désespoir…  

« Ma vie a commencé, lorsque tu m’as rejoint sur le toit, ce jour-là. Je suis devenu ton meilleur ami et je ne vivais que par ce lien. Puis Ino nous a rejoints. Je me rappelle de sa réaction et de la tête que tu faisais à chaque fois qu’elle nous criait dessus. Et Dieu sait qu’elle crie beaucoup » pensa-t-il de nouveau.

-        Je suis désolé… reprit Chôji dans un effort.

-        Chut ! On va te soigner. Je vais te soigner ! pleura la blonde, paniquée.

-        Ino, laisse-le parler ! souffla le génie Nara.

L’Akimichi le remercia et commença son récit ayant de plus en plus du mal à parler, son sang affluant dans sa gorge.

-        J’aurais voulu vous dire que tout ira bien, mais ce serait mentir. Je suis désolé de ne pas vous avoir assez dit à quel point vous compter pour moi. Désolé de vous infliger ça une deuxième fois… Asuma-sensei aurait été fier de nous jusqu’à la fin ! Et je suis fier moi aussi d’avoir été des vôtres ! Vous avez fait de moi… un garçon heureux. N’oubliez pas que vous pouvez  toujours compter l’un sur l’autre. Toujours.

Ses deux coéquipiers ne dirent rien ; assimilant ce qu’il avait dit mot par mot, pour ne rien oublier. Chôji se tourna alors vers Sakura affairée à la blessure de Hinata et lui demanda dans un murmure : « Comment va-t-elle ? »

-        Son état est stable. Sa vie n’est pas en danger. répondit le ninja médecin avec professionnalisme afin de rassurer son ami

-        Tu lui diras que je suis désolé… ce n’était pas sa faute. Et que je n’ai pas pu lui dire…

L’Akimichi laissa sa phrase en suspend laissant un doute aux personnes présentes. Il le sentait, c’était la fin. Il regarda l’opale endormie, puis le visage de son meilleur ami… et, enfin, il regarda celui de son amour ; voulant graver le visage de celle qu’il aime plus que tout dans son esprit avant de partir.

Ino pleura doucement la tête sur le corps inanimé de son ami. Shikamaru  était sous le choc et regardait dans le vide sans pouvoir arrêter ses larmes. Impuissante devant autant de détresse, Sakura s’approcha de lui et le prit dans ses bras. Naruto reprit lentement conscience ; en effet, dû au coup de kunai, il avait sombré dans cet univers n’ayant que pour dernière vision le dos ailé de son ami. Lorsqu’il fut totalement sur pieds, Naruto cria de son air joyeux : « C’est extra ton truc Chôji » ne réalisant que maintenant les larmes de ses amis La rose qui se releva pour frapper son équipier fut devancée par l’héritier des Nara.

-        Mais qu’est ce que j’ai dis ? fit le blond ahuri.

C’est alors qu’il le remarquât : le corps inerte dans les bras d’Ino, en pleurs. Il baissa la tête et constata qu’une fois de plus il n’était pas assez fort pour défendre les personnes qui lui étaient importantes. Une larme coula le long de sa joue puis s’écrasa sur le sol poussiéreux. Il s’agenouilla et hurla sa colère, sa tristesse, mais, surtout, sa haine qu’il ressentît envers sa propre personne. Couché en position de chien de chasse, l’hôte du démon renard se leva. Devant lui se dressait le portrait familier d’une cage dorée.

-        Que me veux-tu gamin ? Tu es venu réclamer mon aide ? persifla Kyuubi.

-        Non ! répondit l’Uzumaki violemment.

Dans une témérité inconsciente, il se posta juste devant la cage, tenant les barreaux.

« Mais à quoi tu sers, bon sang à part faire mumuse et envahir mon corps ! »

Pris de cours le renard ne répondit pas. Naruto avait déjà repris le sens inverse pour sortir de son intérieur quand le démon cracha :

« Tu ne vaux rien sans moi, tu ne tiens pas une minute devant cet Uchiwa sans faire appel à moi ! Tu n’es qu’un faible ! Ceux qui te voient comme un être humain meurt parce que tu n’es pas capable de les défendre et tu pleures parce qu’on t’appelle « démon » ? Alors que t’es même pas foutu de te battre sans moi ? Me fais pas rire ! L’élément inutile, ici, c’est toi ? »

Quand il ouvrit les yeux, il vit Sakura soigner Hinata, Ino près de Chôji du chakra vert autour de ses mains et Shikamaru au loin construire un brancard de fortune pour porter leur ami. Le blond se rendit compte – qu’effectivement – il brillait par son inutilité. Son incapacité à ramener Sasuke avait été transférée sur son impuissance face à la mort de l’Akimichi. Il était un démon et ses amis n’avaient été sauvés que grâce à la force que le démon lui avait donnée et non à sa propre force. Il était oiseux.

Sakura pleura doucement en injectant son chakra guérisseur en l’héritière Hyuuga. Elle n’osa prendre place près d’Ino ou Chôji, sa meilleure amie gardant jalousement le corps de l’Akimichi ne laissant personne s’en approcher. La rose surveillait l’état de la blonde en s’assurant qu’elle ne repousse pas trop ses limites puisque la Yamanaka s’obstinait à introduire du chakra sur le corps du défunt. Le cerisier guettait aussi le comportement du Nara qui n’avait même pas essayé d’arrêter son amie se contentant de préparer le brancard.

Ino réagissait propre à sa personnalité Elle n’acceptait pas facilement la situation, elle ne voulait faire son deuil. Elle ne le ferait probablement que lorsqu’elle réalisera par elle-même que ses efforts son vain. Tandis que Shikamaru avait fait appel à son sang-froid et sa rationalité légendaire. Il ne savait quoi faire d’autre que de s’occuper afin de ne pas penser à la mort de son coéquipier. Peut-être espérait-il que ce dernier se relève, réclamant un petit encas ?

Hinata reprit lentement conscience ; la douleur à son bras étant plus que vive. Elle ouvrit les yeux et remarqua que ceux de la rose étaient rougeâtres. Son sang ne fit qu’un tour. Elle tenta de se redresser, malgré la souffrance qui aurait dû la clouer au sol, forçant le ninja médecin à arrêter son jutsu ; elle lutta ardemment afin de se relever, mais la souffrance eut raison de sa volonté et la fit retomber dans l’inconscience.

Shikamaru avait cessé de pleurer depuis un moment. Lui aussi, surveillait son amie qui repoussait ses limites, dépensant son chakra sur le corps inerte de son meilleur ami. Il n’avait pas eu le courage de l’arrêter, espérant un miracle. Il l’ignorait, mais il ne l’avait pas arrêté. Après avoir frappé Naruto une réaction irréfléchie et non méritée du blond, il ne dit rien pensant que ce dernier avait l’habitude et que ça lui avait fait un bien fou de le tabasser ainsi. Quelques minutes plus tard, l’Uzumaki l’avait rejoint comme si de rien n’était et ne se soucia donc plus de ce qu’il pouvait penser.

« J’aurais dû assurer ses arrières c’était mon rôle… Je suis le chef d’équipe et mon incompétence a tué mon meilleur ami… » pensa-t-il douloureusement.

Hinata se réveilla une seconde fois et la douleur de son bras était à présent supportable grâce à l’intervention de Sakura. Lorsqu’elle se leva, elle vit Naruto et Shikamaru arrivés un brancard en main. Sakura s’était levée dès qu’elle avait vu que sa patiente pouvait supporter la pression de sa blessure. Voyant ses amis approchés la rose voulut détacher Ino de son ami, mais fut repoussée sans ménagement par cette dernière. Hinata et Naruto regardèrent leurs amis souffrir sans pouvoir faire quoi que ce soit pour les aider. Le garçon à la chevelure d’ananas s’était précipité pour aider le ninja médical à se relever recevant ainsi les foudres de son amie blonde.

La Hyuuga s’approcha alors doucement de la Yamanaka et la fit se relever en douceur l’écartant ainsi du corps du défunt. Chaque mouvement lui fit faire une grimace de douleur qu’elle transformât – non sans mal – en un sourire, quand la blonde la fixa de ses perles océanes. Les deux meilleurs amis d’Ino se regardèrent et furent blessés par la réaction de celle-ci qui laissait tomber ses barrières avec Hinata, mais qui les avaient sauvagement chassés lorsqu’ils avaient tenté un geste vers elle.

« Pourquoi m’a-t-elle, ainsi que Shikamaru, repoussée et pas elle ? »

Aussitôt qu’Ino avait été écarté du corps de son ami, Shikamaru et Naruto prirent délicatement le corps de l’Akimichi pour le mettre sur le brancard. La jeune fille blonde continuait de pleurer sur l’épaule déjà humide de la jeune Hyuuga.

« Je prendrai soin de celle que tu aimes Chôji, pour toi.  Vous auriez été heureux si j’étais plus forte. Je suis tellement désolé d’être aussi faible » pensa Hinata, éclatant en sanglot.

***

De retour au village, tout le monde attendait le retour de Naruto. Il obtint des acclamations, des félicitations ainsi que quelques cris de joie. Les villageois se figèrent, devant la mine abattue et sans expression des jeunes ninjas, remarquèrent le corps inerte de Chôji Akimichi sur un brancard improvisé. La géhenne de la tristesse se lisait sur chacun de leurs visages. Lorsqu’ils aperçurent les traits sombres et tirés du « génie Nara », tous eurent un frisson d’effroi. Son visage était fermé, et sévère. Terrifiant. Contrastant avec le superbe décor d’un soleil couchant qui teintait les nuages de merveilleux coloris. Shikamaru tout à sa peine et à ses remords ne le remarqua pas. Aucun ne semblait se rendre compte de l’euphorie et le cœur en fête dont étaient animés les villageois. Leurs pensées étant axées sur leur défunt ami. Leurs visages n’exprimaient rien qui puisse faire deviner leur état émotionnel. Seule la jeune Yamanaka pleurait auprès de son ami et coéquipier mort, ne voulant s’en éloigner de peur de le perdre. Mais elle l’avait déjà perdu, et elle le savait sans se l’avouer. Les autres étaient tombés dans une léthargie cervicale. Plus rien n’avait d’importance à leurs yeux ou n’existait. Sans s’arrêter, ils marchèrent le long de la place publique, avant d’être rejoint par Kiba et Shino, qui les accompagnèrent jusqu’à la morgue.

Les obsèques eurent lieux quelques jours plus tard présidés par Kakashi. Tsunade étant dans un profond coma, dû à sa dépense énergétique pendant le combat qui opposait Konoha à Pein.

________________________________________________________

Nikudan Hari Sensha1 : avec le boulet humain (Nikudan Sensha) il y a des kunais enroulés sur le praticant

Kage Mane2 : manipulation de l’ombre pour faire faire à son adversaire ce qu’on veut

Kage Kubi Shibari3 : Technique qui consiste à étrangler son adversaire avec les mains de son ombre.

Shousen4 : jutsu médicale (changeant la couleur du chakra en vert)