La tempête

par HopelessAngel__

 

 

Samira montait très lentement les marches qui mènent à son appartement. Sois prudente… ‘’Pourquoi m’a-t-il dit ça? Et Mihoko?’’ Elle arriva devant la porte, l’ouvrit doucement et entra. Silence. Comme d’habitude. Mais ce silence paraissait différent. Il lui glaçait le sang. Elle fit quelques pas jusqu’au salon et vit sa mère, toujours assise à coté de la fenêtre comme Samira l’avait prédit. La jeune fille s’approcha et déposa le souper qu’elle avait préparé sur la petite table à coté de sa mère. Juste comme elle avait lâché le paquet, la femme lui agrippa fermement le poignet et regarda ses mains avant de la fixé droit dans les yeux avec un air furieuse, haineuse. Samira sentait les larmes lui monté aux yeux, l’impuissance lui serrant la gorge. ‘’ Non… Pas ce regard… Je ne veux pas revivre ça encore!’’

-          Du sang… Tes mains sont tachées de sang. Tu es coupable jeune fille, dit-elle d’une voix froide.

Samira était terrifiée. Elle regarda ses mains mais ne vit rien. Ses larmes commencèrent à couler sans relâche le long de ses joues. Pas encore. 

-          Tu l’as tué. Comment as-tu osé!

-          Non... non… non…, murmurait-elle. Je l’aimais… Je ne savais pas.

-          C’est faux! S’il est mort, c’est de ta faute! Il te cherchait!

-          Non ! Je ne savais pas!

Un coup violent la projeta par terre et elle se cogna la tête brutalement contre la table basse.

-          Tu l’as tué! C’est de ta faute s’il est mort! hurla de nouveau sa mère.

La jeune fille avait la tête qui tournait, mais réussi tout de même à se relever. Elle prit quelques secondes avant de tenir sur ses jambes et marcha distraitement vers la porte. Elle n’entendait plus ça mère qui hurlait, elle voulait juste s’éloigner de cet endroit. Le plus loin possible. Plein de souvenirs la submergeait, plein d’images qu’elle essayait d’enterrer au plus profond d’elle mais qui envahissait son esprit malgré l’effort. Le monde qui l’entourait disparût mais elle continuait à marcher comme dans ses souvenirs.  Elle sentait le vent qui soufflait fort et la chaleur sèche comme autrefois. Elle voyait l’entré du village et s’y aventura sans entendre les cris qui lui dictait de ne pas le faire. Tout était sombre autour mais elle avançait d’un pas décidé. Lorsque la lumière fut de nouveau, tout devenu flou et une image s’imposa à son esprit. Un homme aux cheveux foncés qui souriait doucement. Papa. Samira se mit à courir, le plus vite qu’elle pouvait, comme si courir pourrait lui permettre de rejoindre cette image qui s’effaçait de seconde en seconde. Papa…

 

 

Kankuro entra dans le bureau du Kazekage, suivit de sa sœur.

-          C’est en quel honneur cette réunion familiale, ricana Temari.

Le cadet fût le seul à sourire à la blague. L’autre garda son air sérieux.

-          Une tempête arrive, annonça ce dernier.

Aucun des deux ne fût surpris par la déclaration. Leur frère avait toujours sût ce genre de chose avant même que le vent se lève.

-          Je veux que vous informiez les villageois. Dites leur de faire quelques prévisions au cas où la tempête durerait et qu’ils ne trainent pas trop loin de leur maison. Choisissez trois autres équipes de ninjas, genins, chuunins ou juunins, peu importe. Prenez les premiers que vous trouvez et formez des équipes temporaires s’il le faut. Le premier groupe occupez-vous des habitants, faites sûr que les enfants ne quittes plus leur parents. Les deux autres, vous sortirez du village pour prévenir les marchands ou autres personnes de la tempête. Faites-les entrer dans le village pour qu’ils se mettent à l’abri.

-          Même si ce sont des gens d’autres pays? demanda la jeune femme surprise.

-          Oui, répondit-il simplement. Faites du mieux que vous pouvez pour les ramener. Je veux que tout le monde soit de retour au couchez du soleil. Le vent va s’intensifier cette nuit et demain, personne ne pourra sortir. Temari tu t’occupes de la première équipe et Kankuro de la deuxième. Les ninjas qui sortent du village doivent être équipés de masques pour protéger leurs voies respiratoires. Je vais envoyer quelques ANBU pour vous aider.

Les deux ninjas hochèrent positivement de la tête avant de sortir. Gaara regarda dehors par une des petites fenêtres rondes qui se trouvent derrière son bureau. Le vent commençait à se lever. ‘’ Il reste au moins trois heures avant que le soleil se couche…’’

 

 

Kankuro et Temari rassemblaient les ninjas pour former les équipes de secours. Après avoir donné les instructions, ils se séparèrent. Le marionnettiste et les deux équipes se dirigeaient vers l’entré du village. Il s’arrêta et dit à ses coéquipiers de continuer la route sans lui, qu’il allait les rejoindre bientôt. Il disparut sans leur laisser le temps de répondre.

Le ninja n’était plus qu’à deux rues de sa destination, il sauta sur un toit, puis un autre avant de redescendre par terre. Il marcha jusqu’à un petit café et s’apprêta à rentrer mais une voix interpella :

-          Vous chercher Samira?

Il se tourna et regarda la femme qui lui faisait face avant de répondre :

-          Oui.

-          Elle est partie rejoindre son père, dit-elle d’une voix froide et méprisante.

-          Pouvez-vous l’avertir de ne pas sortir de chez elle ce soir. Une tempête se prépare.

-          Elle ne reviendra pas. Elle est sortie du village.

-          Que voulez-vous dire? demanda-t-il, inquiet.

La femme se retourna et se dirigea vers l’immeuble qui se trouvait en face du café. Avant d’entrer elle dit :

-          Elle est sortie du village pour rejoindre son père.

 

Cinq minutes plus tard Kankuro rejoignait les ninjas qui l’attendaient à l’entrer du village. Il s’approcha d’un garde et lui demanda s’il avait vu une fille de seize ans, pas très grande et qui a de longs cheveux noirs. Le garde affirma qu’une jeune fille correspondant à la description était sortit du village, il y a à peine trente minutes.

-          Je lui ai dit de ne pas trop trainer mais elle ne semblait pas m’écouter.

Le ninja ravala le commentaire qu’il allait faire; Les gardes n’étaient pas supposés laisser entrer et sortir les villageois sans autorisations.

-          Quelle direction a-t-elle prit?

Il lui indiqua le sud. ‘’ Elle est partit depuis seulement trente minutes, elle ne doit pas être bien loin.’’  Après avoir vérifié que tout le monde aient le matériel nécessaire (masque, capes, etc.), il leur assigna chacun une direction pour couvrir le plus de terrain possible au alentour du village et donna le signal de départ.

En soixante minutes de course, Kankuro ne rencontra qu’un seul voyageur qui s’était perdu depuis quelques jours. Il lui indiqua la direction du village et lui dit de se dépêcher. Il lui restait un peu moins de deux heures avant le coucher du soleil. ‘’Elle ne peut pas être retournée au village, je l’aurais assurément croisé sinon. Merde mais qu’est ce qu’elle fou au juste!? ‘’ Il continua d’avancer. Le vent devenait de plus en plus fort, le sable le fouettait à travers la cape et le capuchon de cette dernière refusait de rester sur sa tête tout comme son ‘’bonnet’’ avec les oreilles de chat. Il rencontra enfin trois marchands qui venaient du pays de la pluie pour faire du commerce. Après les avoir prévenu pour le retrait au village, il leur demanda s’il n’avait pas croisé une jeune fille aux longs cheveux noirs. Un homme lui répondit :

-          Oui, nous l’avons vue il y a cinq ou dix minutes. Nous avons essayé de l’interpeller mais elle était trop loin. Elle se dirigeait par là.

Il lui indiqua la direction.

-          Vous allez la chercher? lui demanda l’homme à la barbe.

-          Bien sûr, je ne vais tout de même pas la laisser alors que la tempête arrive.

-          Mouais… Alors soyez prudent et…

Il prit quelque chose dans le chariot et lui tendit.

-          Prenez cette lampe de poche. Il va bientôt faire noir.

Le ninja le remercia et se remit en route. ‘’ Zut! J’espère qu’elle va bien… Il ne me reste plus grand temps.’’

 

 

Lorsque Samira revint à elle, le manque d’air l’étouffa. Elle mit sa main devant sa bouche pour empêcher le sable et la poussière d’y entrer. Elle toussota un peu avant d’ouvrir les yeux. La peur s’empara de son corps quand elle vit la tempête qui faisait rage autour d’elle. Elle regarda dans toutes les directions à la recherche d’un point de reperd mais ne vit rien. Que du sable. La jeune fille tomba à genoux, désespérée.  Elle prit son visage entre ses mains autant pour se protéger du sable que pour arrêter le torrent de larmes qui s’échappaient de ses yeux, mais n’y parvint pas.

‘’ Je suis perdue… ‘’

Alors qu’elle avait perdu tout espoir de vivre, une main se posa sur son épaule. Elle se retourna et ne vit pas exactement la personne qui lui faisait face mais sous le coup de la surprise, elle lui sauta au cou.

-          Papa!

‘’ Suis-je déjà morte…?’’ L’inconnu lui mit une cape sur les épaules avant de prendre sa main et de la trainer plus loin. La jeune artiste ne comprenait rien ; elle sentait bien la chaleur de sa peau. Elle avait envie de lui demander où il l’amenait mais le vent soufflait si fort que même en criant il était peu probable de comprendre quoi que ce soit. Après quelques minutes, ils atteignirent une colline de sable plus haute. En s’approchant, Samira découvrit, avec soulagement, que cette colline était en réalité une grotte.