Ananas

par malinalda

  La nuit était tombée lorsque Sakura, Karin, Tayuya et Temari pénétrèrent dans l’immeuble en ruine. Enfin, il tenait encore debout, mais les fenêtres étaient cachées par des blanches de bois clouées, plusieurs tuiles étaient en morceaux, par terre, surement tombées du toit, sans compter les tags sur les façades.

_Bon, je vous l’avais dis, c’est pas le luxe, dit Sakura voyant l’œil perplexe de ses amis.

_Mais qu’est ce que ton père foutait dans un endroit pareil ? S’emporta Temari.

_Je sais pas, mentit Sakura. Elle les mena au premier étage, passant pas les marches en bois qui craquaient sous chaque pas des jeunes filles.

La, elles s’enfoncèrent dans les couloirs obscurs et Sakura défonça la porte 66 avec son pied. Elles rentrèrent. C’était plutôt poussiéreux, mais des habits étaient présents, pendant d’une penderie. Il y avait aussi une salle de bain dont la lumière laissait à désirer, l’ampoule tombant du plafond.

_Il est suicidaire ou quoi ?! S’exclama Temari en se prenant l’ampoule en plein face. Quand tu sors d’une douche t’es mouillé nan ? L’es ou l’intérêt de faire pendre une ampoule comme ca !

Sakura haussa les épaules. Tayuya s’était assise, son dos appuyé sur un mur fissuré de l’immeuble, quand à Karin, elle avait déjà la tête dans les habits et se souciait peu de ce qu’il se passait autour d’elle. Temari revint de la salle de bain et s’adressa à Sakura.

_Quelqu’un est au courant pour cet immeuble ?

_Non, pas que je sache, c’était un secret entre mon père et moi.

_Pourquoi « c’était » ? Demanda Karin. Ca ne l’est plus ?

_Non, il est mort, répondit Sakura en haussant les épaules.

_Bien, dit Temari, nous passerons la nuit ici.

_Il y a un lit double à l’étage d’en dessous si vous voulez, appartement 12… personnellement je resterai ici, leur informa Sakura, ne voulant pas revoir CE lit aux draps de soie noire.

_Avant, dit Temari, on se prend des fringues, demain on part à l’aube, Annonça-t-elle.

_Y a rien à bouffer ? Demanda Tayuya sortant de sa contemplation du plafond.

Sakura fit non de la tête et alla regarder les habits. Elle les connaissait par cœur, bien entendue, elle devait parfois « poser » avec. C’était des tenues plutôt légères, mais certaines étaient raisonnables, du moins assez pour passer inaperçu dans une ville.  Bientôt, Temari et Tayuya vinrent chercher des affaires, Karin hésitant entre un short noir court ou une jupe en jean. Temari prit une longue robe noire, ouverte sur toute la longueur de la jambe droite.

_Hors de question que je porte des merdes comme ça, se plaint Tayuya.

_T’as qu’à rester dans la combinaison orange ! S’exclama Temari.

Tayuya marmonna quelques jurons dans sa barba et choisit un short large, militaire, avec un haut orange avec dessus le signe « peace ». Quand à Sakura, elle prit une robe tombante jusqu’au genou, rose pale. Elles prirent aussi des chaussures à talons aiguille, Tayuya tombant plus d’une fois en essayant de marcher avec.  Karin semblait, au contraire de Tayuya, nager dans le bonheur. Après une heure d’essayage, elles s’endormirent toute dans la même pièce, Temari attachant ses longs cheveux châtains en une queue de cheval, Karin préférant laisser tomber ses cheveux blonds. Quant à Tayuya, elle s’en fichait royalement et ses cheveux roux et courts ne bougèrent pas.

La pluie du lendemain n’empêcha pas la chaleur de l’été. Elles partirent comme prévu, à l’aube. Mais la pluie ne tarda pas a tomber et les quelques kilomètres qui les séparaient de la ville se furent dans la gadoue, Tayuya ne cessant de râler à cause de ses talons.

Elles arrivèrent en ville après environ 30 minutes non-stop de marche.

_Pff, dit Temari, Il habite à l’autre bout de la ville…

_Jour de chance… dit Tayuya en se penchant par terre.

_J’espère que c’était ironique ! S’exclama Temari qui était prête à exploser pour n’importe quoi.

Lorsque Tayuya se releva, elle tenait dans sa main droite un billet de 500 yens.  

_Avec ça, on peut se payer le métro, cria de joie Temari en arrachant le billet des mains de Tayuya.

_Eh, face de rat ! J’t’ai jamais dis que j’te l’donnais !

Mais Temari avait déjà commencé à se diriger vers la gare, les trois autres filles se contentèrent de la suivre sans broncher.  

_C’est pas un peu risquer de prendre le métro ? Chuchota Sakura à l’oreille de Karin.

_Je sais pas, mais il faut prendre en compte que nous sommes plus de 100 à avoir fuit, ils n’ont pas pu mettre notre photo à la télé, ou du moins pas encore, répondit Karin.

Sakura ne répondit rien. Elle avait faim et soif. Elle voulait se sécher et trouver un lit bien chaud. Un métro arriva et elles se mirent dans la file d’attente pour prendre des billets. Et la première personne que Sakura remarqua, alors qu’il sortait du métro en poussant tout le monde : Sasuke Uchiha.

 

 

« Et merde, et merde, et merde… » C’était les seuls mots qui semblaient effleurer l’esprit du bel homme. Il était neuf heures moins deux, il ne serait jamais à l’heure. Enfoiré de Naruto, s’il l’attrapait ce soir, il le tuerait sur place ! Il poussa les personnes devant lui, ne faisant pas attention à leurs injures. Lorsqu’il sortit de la gare, il se couvrit la tête avec sa mallette noire pour ne pas se mouiller, puis il courut en traversant la route. Il arriva enfin devant le bâtiment de son bureau.  Neuf heures cinq. Il poussa un juron et monta les escaliers de l’immeuble quatre à quatre, avant d’arriver tout essouffler devant le bureau de Tawaki. Sasuke était en retard. Il n’en revenait pas.

_Monsieur est en retard, dit Tawaki en montrant sa montre, un petit sourire sur le visage.

_Hn.

Sasuke était de mauvaise humeur. Naruto, il allait le tuer, c’était sur !

_Vous vous êtes enfin décidé à faire la grâce matinée, monsieur ? Demanda Tawaki qui semblait  heureux.

_... Mon colocataire à fait tomber le jus d’orange et a casser un verre, le connaissant il n’aurait rien ramassé, expliqua Sasuke en étudiant les feuilles qui avaient été sur le bureau de Tawaki avant de se retrouver dans ses mains.

_Une femme de ménage serait peut être la bienvenue chez vous ?

_Pas besoin, répondit non gentiment le beau brun avant de rentrer dans la pièce d’à coté.

 

 

Temari n’eut aucun mal à retrouver son chemin dans la ville. Le métro les avait déposés à seulement quelques mètres de chez son ami. Elles s’arrêtèrent devant une petite porte de bois foncé ou Temari tapa comme une folle.

_Shikamaru ouvre bordel ! Dépêche toi abrutit il pleut !

_Ouais ouais…

Lorsqu’il ouvrit la porte, Sakura fut plutôt surprise. Elle ne l’avait pas imaginé comme ça, et elle voyait mal Temari trainer avec quelqu’un comme lui. Il avait des yeux de glandeurs, une queue de cheval. Le premier mot qui vint à l’esprit de Sakura fut :

_Ananas.

Oups, ca lui avait échappé. Karin se retourna vers elle, un sourire aux lèvres. Elle devait penser la même chose.

_Hein ? Demanda Shikamaru qui semblait s’être réveillé. Vous êtes 4 filles ! Rêve Temari, c’est trop la galère les fil

Elle ne lui laissa pas le temps de finir sa phrase, le poussa et entra, invitant ses 3 amies à la suivre, ce qu’elles firent sans prêter attention à Shikamaru. Elles s’assirent autour d’une petite table ou Shikamaru les rejoints.

_De quoi t’as besoin cette fois ? J’ai vu que tu t’étais enfuit …Demanda-t-il en soupirant.

_De faux papiers, d’argent, dit Temari avec un petit sourire au coin des lèvres.

_Pourquoi tu rigoles ? Demanda son ami.

_T’as pas changé, dit elle en souriant de plus belle. Bref, dit-elle soudain, perdant son sourire. On a faim.

_Ouais ouais, dit il en se levant et en allant chercher de la nourriture dans une pièce à coté.

Temari ne se gêna pas pour prendre la télécommande et allumer la télé, pas plus grande qu’une feuille A4, mais certainement plus gros qu’une imprimante. Elle zappa quelques chaines jusqu’à trouver la chaine des informations.

 

_Plus de 150 prisonniers ont prit, hier, la fuite de la prison Sugamo, suite à l’intervention d’un inconnu s’étant présenté comme étant un conseillé de l’empereur, présenté sous de faux papier, il a put infiltrer la prison et à divertit les gardes pendant que les prisonniers s’échappaient. 50 ont été retrouvé durant la nuit, mais 100 restent encore en liberté. Le procureur, Hatake Kakashi, nous a déclaré avoir engagé le jeune Uchiha sur cette affaire, qui a lui-même refusé de nous accorder une interview. Plusieurs centaines d’unités spéciales sont dans les villes les plus habitées du Japon afin de retrouver les…

Temari éteignit la télé et soupira.

_Les filles, je crois qu’on va avoir besoin d’un bon relooking.

_Hors de question, dit strictement Tayuya.

_Alors retourne en prison, j’m’en fou moi ! Lui répondit Temari.

Tayuya ne répondit rien. Shikamaru revint, un plateau dans les mains qu’il posa sur la table. Il y avait du café, du thé, des tartines de beurre, de confiture et de Nutella, des crêpes et des croissants. Toutes les quatre avalèrent le plateau, mangeant à leur fin.

_Shika, dit Temari une fois qu’elle eut avalé un morceau de tartines de confiture, tu pourrais aller nous acheter des colorants pour les cheveux ?

Il la dévisagea bizarrement.

_T’es bien comme t’es…

_Euh… pour moi si tu peux me trouver un décolorant plutôt… demanda timidement Sakura.

_Raa galère, soupira le jeune homme en attrapant les clefs et en sortant de la maison.

_Des que tu lui demandes quelque chose il le fait dans la minute qui suit ? Demanda Karin qui n’en revenait pas.

_Ouais, c’est le genre de gars qui a pas envie de se prendre la tête pour rien… Il fait souvent des comparaisons sexistes mais à part ça… il est plutôt sympa, et c’est un pro de l’informatique, il va nous faire une nouvelle identité… Nous trouver des parents enfin… tout le tralala quoi…

_T’as pas les cheveux noirs naturellement ? demanda Karin qui se fichait un peu de ce que disait Temari.

_Non, dit Sakura timidement.

_Ils sont de quelle couleur ?

_Tu verras… dit elle en rougissant.

C’est vrai que sa couleur de cheveux était plutôt spéciale… Si elle leur avait dit, les trois jeunes filles ne l’auraient certainement pas cru. Sakura débarrassa le plateau et se dirigea dans la pièce ou Shikamaru l’avait prit. C’était une toute petite cuisine, très, mais alors vraiment très, remplie, et surtout, bordélique.

_On dormira ici ce soir, dit Temari d’une voix forte et autoritaire pendant que Sakura revenait s’installer autour de la table. Mais connaissant ce charmant jeune homme, il va vouloir qu’on se casse au plus vite et va nous trouver un appart’ dès cette après-midi. Et nous trouver un job, au Japon, y a rien de plus simple !

_Pas envie de me teindre les cheveux… se plaint Tayuya qui revenait enfin sur terre.

_Dans ce cas mets toi des rallonges, proposa Karin. Même si ça coute chère… tu peux essayer non ?

_Ouais Shika sera d’accord, tu le rembourseras plus tard, dit Temari.

Tayuya acquiesça et le reste de la matinée se passa sans encombre. Shikamaru revint vers 11 heures.

_Putain t’es long comme gars toi ! Cria Temari qui avait besoin d’exploser.

_Ouais Ouais... répondit simplement Shikamaru en posant le sac qu’il avait dans les mains sur la table. Regarde ce que je t’ai prit, dit il a Temari en cherchant quelque chose dans le sac qu’il venait de poser.

Il sortit une coloration…

_j’ai pensé que le blond t’irait bien, dit Shikamaru en lui tendant le colorant.

Temari jeta le produit par terre et cria comme une folle contre Shikamaru, elle pensait qu’il se foutait d’elle parce qu’il trouvait qu’elle avait tout l’intérieur d’une blonde… La dispute dura bien 30 minutes avant que la jeune fille se calme et boude sur le canapé.  Ils mangèrent sans encombre et l’après midi passa comme une flèche…

_Karin, le noir ça te va beaucoup mieux, commenta Temari en la regardant sortir de la salle de bain.

_Shikamaru et Tayuya ne sont toujours pas revenus ? Demanda Karin sans prêter attention au compliment de son amie.

_Non, Shika toujours enfermé dans son bureau à nous chercher des trucs et Tayuya n’est toujours pas revenue de chez le coiffeur… et Sakura est toujours dans la salle de bain.

_Ouais, mais elle ose pas sortir de la douche… Je lui ai dis que je l’attendais dans le salon avec toi. Dis Tema, je sais que tu veux pas faire cette coloration mais tu devrais essayer au moins… Et puis on va te couper les cheveux…

_On s’occupe de Sakura avant, dit Temari qui faisait tout pour retarder le moment ou elle devrait se retrouver blonde.

 

Sakura se regardait dans le miroir. Cela faisait tellement longtemps qu’elle n’avait plus vu ses cheveux… Enfin cette couleur tout du moins. Son père les lui avait colorés en noir, il trouvait que ça faisait plus « vampire » et que les hommes préfèreraient.

_Sakura ! Cria Temari. Si tu sors pas d’ici je défonce la porte ! Après on aura plus le temps de te couper les cheveux bordel !

Sakura ouvrit la porte, et lorsqu’elle vit les yeux de Temari, elle la referma aussitôt.

_Eh ! Cria Karin. Elle avait les cheveux… roses ?

_Ouais, dit Temari. Allez ouvre, t’es super jolie comme ça !

Sakura rouvrit timidement la porte. Après avoir reçu les compliments de ses deux amies, elles lui coupèrent les cheveux au niveau du menton. Puis ce fut au tour de Temari, qui contre son gré, se retrouva blonde, les cheveux mi-longs, qu’elle eut vite fait de coiffer en quatre couettes derrière sa tête. Tayuya rentra en fin de soirée, des longs cheveux roux lui tombant dans le dos.

 

 Voila un nouveau chapitre ^-^

Je sais il est arrivé vite mais bon… Le prochain arrivera dans les prochains jours… On se rapproche de leur rencontre à grands pas :P