La colère du Vent

par Reika-San

 

La colère du Vent

 

 

 

                 ~ Sabaku no Temari regardait au loin, ses yeux en amandes fixaient un point  indéterminé ; peut-être étaient-ce les montagnes, peut-être le ciel ou encore les nuages qui le parcouraient … Mais ce dont elle était sûre cest que son esprit allait beaucoup plus loin que ce quelle voyait, oui … beaucoup plus loin …

Elle devait bien se lavouer, son esprit divaguait au grès du vent vers une silhouette, une odeur, un visage que jamais elle ne pourrait oublier …

 

… Elle était là …

 

… naviguant entre son âme et son cœur, créant en elle une douce euphorie qui la faisait sourire malgré elle …

 

… Cette émotion …

 

…mélange de mélancolie et de tendresse … ses gestes précis, efficaces, calculés et doux à la fois … son visage, un vrai masque d’impassibilité teinté dennuie mais qui laissait parfois entrevoir un léger sourire.

 

Temari se secoua la tête comme pour ordonner ses pensées qui erraient un peu trop à lorée de ses sentiments. Ses yeux scrutaient toujours le paysage aride et morne de Sunagakure ( village caché du Sable ) …

 

« Ce paysage Lui ressemble comme deux grains de sable …

 

… et sans le vouloir vraiment, sans être certaine de ce qu’elle désirait, elle se mit à croire quIl était là près delle, que son souffle chaud lui balayait la nuque, que ses prunelles sombres la fixaient …

Elle soffrit le luxe de fermer les paupières, juste un instant, le temps de Le revoir, de Le caresser du regard …

La jeune fille réouvrit ses yeux embués de souvenirs avec un discret soupir … que naurait elle pas donnée pour Le voir là. Maintenant. De pouvoir Le toucher, Le sentir, Laimer …

 

« Ques-tu devenue ma pauvre kunoichï, toi qui te disait féministe, tu es devenue dépendante dun souvenir … du souvenir dun homme qui plus est … pensa-t-elle intérieurement

Ce nest pas nimporte quel souvenir … et ce nest pas nimporte quel homme … se rebella sa conscience …

 

…C’est Lui …

 

                ~ Shikamaru Nara regardait au loin, ses yeux en amandes fixaient un point  indéterminé ; peut-être étaient-ce les montagnes, peut-être le ciel ou encore les nuages qui le parcouraient … Mais ce dont il tait sûr cest que son esprit allait beaucoup plus loin que ce quil voyait, oui … beaucoup plus loin …

Il devait bien se lavouer, son esprit divaguait au grès du vent vers une silhouette, une odeur, un visage et surtout un caractère quil ne pourrait jamais oublier …

 

… Elle était là …

 

… naviguant entre son âme et son cœur, créant en lui une douce euphorie qui le faisait sourire malgré

lui …

… Cette émotion …

 

…mélange de mélancolie et de tendresse … ses gestes rudes mais empreints d’une féminité timide et prudente, son sourire chaleureux, son visage plein de mimiques qui vous faisaient sourire malgré vous.

 

Shikamaru se secoua la tête comme pour ordonner ses pensées qui erraient trop à lorée de ses sentiments. Ses yeux scrutaient toujours le paysage verdoyant et lumineux de Konohagakure ( village caché de la Feuille )…

 

« Ce paysage Lui ressemble comme deux gouttes deau …

 

… et sans le vouloir vraiment, sans être certain de ce qu’il désirait, il se mit à croire quElle était là près de lui, que son souffle chaud lui balayait la nuque, que ses prunelles couleur forêt le fixaient …

Il soffrit le luxe de fermer les paupières, juste un instant, le temps de La revoir, de La caresser du  regard …

Le jeune homme ouvrit ses yeux embués de souvenirs avec un discret soupir … que naurait il pas donné pour La voir là. Maintenant. De pouvoir La toucher, La sentir, Laimer …

 

« Ques-tu devenu mon pauvre shinobi, toi qui te disait macho et fier de lêtre, tu es devenu dépendant dun souvenir … du souvenir dune femme qui plus est … pensa-t-il intérieurement

Ce nest pas nimporte quel souvenir … et ce nest pas nimporte quelle femme … se rebelle sa conscience …

 

…C’est Elle …

 

Comme si le temps avait lu dans leurs pensées, une douce rafale de Vent séleva à Suna et à des kilomètres de là, à Konoha. Levant doucement sa tête vers le ciel, Temari laissa son regard senvolait.

 

« Jaimerai tant que tu sois avec moi murmura-t-elle un peu pour elle-même mais surtout pour celui dont elle désirait la présence …

 

« Mais je suis là …dit une voix rauque troublant ainsi la quiétude du paysage et la jeune femme.

 

Avant quelle nait pu bredouiller une quelconque phrase, Shikamaru la prit dans ses bras et lui confia que plus jamais il ne la laisserait …

 

Heureuse de pouvoir enfin humer son odeur masculine et réconfortante, Temari sabandonna à son cou et commença à sendormir, son légendaire sourire aux lèvres …

 

« Merci le Vent …

 

THE END

 

Alors cétait comment ?!

Pas trop guimauve … moi perso je trouve que jai jouée vraiment dans le sentimental. Mais ça me paraît impossible de faire autrement avec ce couple!