Dix Octobre - Six Heure du Matin - Un Revirement Innattendu

par Sideral88

Dix Octobre

 

...

 

 

 

 

 

 

« Mieux vaut combattre sans espoir que de vivre sans désirs. »

D. De Lamalle

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Membres importants de la Bataille de Kimare :

 

 

 

Attaquants : (Armée de la Coalition)

 

 

 

Kage :

 

·         Gaara no Sabaku - Godaime Kazekage – Général en Chef de l’Armée de la Coalition –  Chef des armées de Suna

·         Nirui Onohama Rokudaime Mizukage  – Général en Chef de l’Armée de la Coalition – Chef des armées de Mizu (A rejoint l’adversaire)

·         A - Yondaime Raikage – Général en Chef de l’Armée de la Coalition - Chef des armées de Kumo

 

Seconds :

 

·         Baki - Vice-Général en Chef de l’Armée de la Coalition – Conseiller principal de Gaara no Sabaku

·         Hishirami Tano - Vice-Général en Chef de l’Armée de la Coalition – Conseillère principale de Nirui Onohama

·         Bee - Vice-Général en Chef de l’Armée de la Coalition – Conseiller principal de A (Duel contre Undead)

 

 

Chef des sections de la Coalition :

 

·         Rock Lee - Membre de l’Alpha Konoha – Responsable provisoire de l’Unité de courte distance (Duel contre Uzumaki Naruto (Clone))

·         Temari no Sabaku - Général de l’Armée de la Coalition – Responsable de l’Unité de moyenne distance

·         Kankuro no Sabaku - Général de l’Armée de la Coalition – Responsable de l’Unité de longue distance

 

Autres généraux de la Coalition :

 

·         Okaido Anatamaru - Général de l’Armée de la Coalition – Commandant en chef des armées de Mizu        (Mort face à Toa Hanamura)

·         Sosuko Uchogu - Général de l’Armée de la Coalition – Commandant en chef des armées de Suna            (Mort en se sacrifiant)

·         Chui-Pen Yong -  Général de l’Armée de la Coalition – Sous-commandant des armées de Mizu

·         Teriuuka Oni - Général de l’Armée de la Coalition – Sous-commandant des armées de Suna

 

Membres de l’escouade Kiiro :

 

·         Naruto Uzumaki (+ KYUUBI) -  Général du Conseil de l’Eau – Nukenin de Konoha – Ex-leader de Kimare (Duel contre Hitsuma Uzumaki)

·         Iko Arame - Ex-membre de KimareCompagnon d’arme de Naruto Uzumaki       

·         Kazumo ArameSensei d’Uzumaki Naruto              

·         Kaora Haruno -  Ex-membre des YAKU

 

L’Alpha Konoha (Sans Rock Lee) :

 

·         Hinata Hyuuga -  Leader de l’Alpha Konoha                                                                                                                                    

·         Shikamaru Nara - Membre de l’Alpha Konoha (Plongé dans un Genjutsu par Arame Saitora)

·         Sai -  Membre de l’Alpha Konoha           (Mort en protégeant l’équipe cinq face à Terui Keitaro)

·         Ino Yamanaka -  Membre de l’Alpha Konoha (Plongé dans un Genjutsu par Arame Saitora)

·         Choji Akimichi -  Membre de l’Alpha Konoha (Plongé dans un Genjutsu par Arame Saitora)

 

Equipe Cinq de Konoha :

 

·         Hinaru Hyuuga Uzumaki - Genin de Konoha – Détentrice du Byakugan Ultime (Plongée dans le coma)                                                                                            

·         Sasoya Yamanaka -  Genin de Konoha

·         Kykio Hatake - Genin de Konoha (Duel contre Hitsuma Uzumaki)

 

 

 

 

 

 

 

 

Défenseurs: (Armée de Kimare + YAKU)

 

 

 

Kage:

 

·         Saitora Arame - Shichikage Mizukage – Chef des Armées de Kimare

·         Nirui Onohama (Ureegan) – Rokudaime Mizukage

 

Second :

 

·         Naitora Arame -  Général en Chef des Armées de Kimare – Conseiller principal de Saitora Arame

·          ??? Arame alias Undead – Général des YAKU   (Duel contre Bee)

 

 

Généraux de Kimare :

 

·         Toa Hanamura - Vice-général en chef des Armées de Kimare – Compagnon d’arme d’Hitsuma Uzumaki         (Mis hors d’état de nuire par Hinata Hyuuga)

·         Neji Hyuuga (Ureegan) - Vice-général en Chef des Armées de Kimare – Responsable de la protection personnelle de Saitora Arame

·         Terui Keitaro - Général en chef des Armées de Kimare – Bras droit de Naitora Arame          (Mort face à Hinaru Hyuuga Uzumaki)

·         Hitsuma Uzumaki - Général en Chef des Armées de Kimare – Bras droit de Saitora Arame (Duel contre Uzumaki Naruto (+KYUUBI)

·         Naruto Uzumaki (Clone)    -    Général de l’Armée de Kimare          (Duel contre Rock Lee)

·         Iko Arame (Clone)      -     Général de l’Armée de Kimare        

 

 

 

 

 

 

 

...

 

 

 

 

Douze ans auparavant -  Près du Palais du Mizukage

 

 

Ni Noir, Ni Blanc

 

Le vent d’automne effleure ma fragile sympathie

Balayant mes peurs, mes futiles réveries

Le vent d’automne vibre cette délicate harmonie,

Qui transcende mon coeur d’une ingrate monotonie.

 

 

Qu’en est-il de notre vanité qui détruit notre misérable existence ?

Qu’en est-il de cette vérité qui me torture jusqu’à outrance ?

Dois-je repousser mes envies et prouver que mon âme est pur ?

Dois-je avaler ces inepties ? Encaisser la force qu’elles me procurent ?

 

Le monde est faible, la vie est fade !

La jeunesse est un aigle, la mort, une baignade,

Et mes ailes s’imbibant, je m’épuise jusqu’à la noyade.

Mon oxygène s’enfuyant, je livre ma dernière croisade.

 

 

 

 

                Il retira sa plume du papier. Son regard vide fixant ses mots. Puis, il aposa sa signature d’un geste délicat et sûr. Le moment était venu. Il se releva, devant lui se dressait la capitale du Pays de l’Eau, le soleil se levant à l’horizon. La mer se teintait d’une couleur féérique, les reflets venant danser sur les façades des maisons tel un balet de lumière. Une belle journée allait commencée, malheureusement pour lui, il se devait d’accomplir une mission venant du plus haut Conseil. L’homme referma son livre avant de le ranger dans sa poche intérieure tout en se dirigeant vers une villa. A l’intérieur, un autre, dégustait une tasse de thé tout en lisant un journal. Il s’arrêta de lire en voyant son ami rentrer dans le salon.

                Déposant délicatement ses lunettes sur la table basse, il croisa ses jambes. Les deux hommes se regardaient, sans parler. Puis, le plus jeune attrapa sa veste accrochée sur le porte-manteau, avant d’enclencher la poignée.

 

-Ne me l’abîme pas de trop. Il nous le faut vivant... Fit celui assis dans le fauteuil.

-Ce n’est pas pour toi que je le fais, mais pour Maitre Saitora...

-Qu’est-ce que tu as écrit ?

-Rien d’intéressant... Répondit-il en claquant la porte.

 

                Sur ces mots, l’homme termina son breuvage avant de remettre ses lunettes. Quelques instants plus tard, on toqua à la porte. Un autre homme entra, suivit d’un serpent qui ondulait à travers les meubles.

 

-J’ai croisé ton fils dans le couloir. Il avait l’air énervé.

-Ne t’inquiète pas, Saitora ! Il saura se retenir.

-Tu m’as l’air bien sûr de toi ! J’en conclu qu’il ne connait toujours pas la verité ? Ajouta l’Arame en s’asseyant à son tour sur un canapé, prenant ses aises.

-En effet, il reste encore dans le flou, mais c’est pour le protéger ! Reprit-il après quelques secondes de silences.

-A vrai dire, ton fils me considère comme un vrai père. Je suis venu m’assurer qu’il éprouve encore quelques sentiments envers toi... comme... je sais pas moi,... de la haine ?

-Il arrivera à me pardonner...

 

                Saitora acquiesça. Puis, il se releva, faisant face à l’énorme baie vitrée. Le soleil, grâce à ses rayons, réchauffait toute la pièce de sa chaleur matinale. On entendait les premiers cris des écoliers se dirigeant vers l’académie et l’odeur des restaurants commençait à innonder les ruelles de leurs saveurs exquises. L’Arame sourit avant de repartir vers la grande porte, laissant son ami, toujours plongé dans sa lecture. Mais alors qu’il s’apprétait à passer le seuil de la porte, il fut interpellé par ce dernier...

 

-Tu es vraiment sûr de toi ?! Je veux dire... Tu as massacré tous les Uzumaki que tu as réussi à trouver, alors, pourquoi celui-ci doit survivre... Pire, pourquoi veux-tu qu’il rejoigne ta cause ? Demanda-t-il.

-Parce qu’il est spécial. Et il faut donner du temps à la vengeance, comme on dit... J’espère juste que ton fils retiendra ses coups, Hitsuma !...

 

...

 

 

...

 

 

 

...

 

 

5h02

 

Sur le littoral – Zone Douze

 

 

                Undead réapparu à la surface, l’eau ruisselant sur son corps. Son attaque avait été stoppé par une masse de chakra en forme de taureau qui se dressait devant lui. Sur le museau de l’animal, son adversaire, assis en tailleur et les bras croisés, le narguait, un sourire en coin. Puis, il se leva, se craquant l’épaule droite avant de dire :

 

-Yo, mec ! Ta technique, elle était pas merdique ! Et cette épée me laisse bouche-bée !

-Obligé de rimer pendant que tu causes ?... Soupira Hachibi.

-Alors tu es aussi un Jinchuriki ? Décidemment, je suis chanceux...

-‘Parait que t’as massacré mon pote Naru’ le timbré ? Permet moi d’en douter, car tu n’es qu’un aliéné dans un corps de bébé !

-Naruto a tenu exactement, sept minutes... Penses-tu être à la hauteur, ringard ? Demanda Undead en rejoignant la plage.

-Le ringard, il va te péter les reins !

-Tiens, ça ne rime plus ! S’exclama le taureau, blasé des jeux de mots de son ami.

-Ouai, mais y’a aucune partie du corps qui rime en « ard », brotha’ ! Répondit Bee en se retournant vers lui.

 

                Undead esquissa un petit sourire discret avant de plonger sa main dans sa poche. Il en sortit un livre qu’il ouvrit. Bee le regarda feuilleter les pages du manuscrit dans un calme olympien, avant de se figer. Il se râcla la gorge avant de s’exclamer.

 

 

 

Résolution

 

Mon âme, mon coeur, ma rage

Me dictent la voie, le passage

Animé par ma foi

Je danse et je tournoie,

Dans les airs comme sous terre.

Je suis libre, tel l’enfer.

 

 

Mon être, ma force, mon corps,

Je ris et je pleure,  encore !

Et je pris chaque heure, ma mort !

 L’Absolution

De tous mes torts,

Ma Résolution,

M’a rendu plus fort !

 

 

                Il claqua son livre, le refermant, avant de recroiser le regard de son adversaire qui était estomaqué. Un long silence s’en suivit, rythmé par les bruits de guerre. Ce blanc fut interrompu par Hachibi.

 

-Putain, c’qu’il t’a mis !

-Oh, la ferme !

-Tu es sans doute un médiocre rappeur de seconde zone... Moi, je suis la poésie à l’état pur, alors tes petites piques en rime, tu peux te les garder !  « Brotha’ » !

-Il commence à me péter les couilles celui-là ! Chuchota Bee en serrant les poings !

 

                Sur ces mots, et sur l’ordre de Bee, Hachibi envoya ses tentacules vers l’ennemi, défonçant le paysage. Un énorme trou se forma au point d’impact, laissant l’eau de mer s’infiltrer dans le cratère. Undead avait réussit à esquiver et commençait à remonter vers Bee en courant sur une des huits queues du démon Taureau. Bee se mit en position de défense, armant ses lames, avant de contrer les enchainements de son adversaire qui n’avait rien à envier aux plus grands de ce monde. En effet, les mouvements de l’Arame était précis et rapide. Malgré la perte de sa vue, Undead ne semblait pas souffrir de cet handicap pourtant contraignant. Bee se replia sur le crâne d’Hachibi, qui en profita pour donner un énorme coup de corne sur Undead qui, malgré sa défense, fut projeté vers l’océan.

 

                L’hommes sans yeux glissa sur plusieurs mètres à la surface de l’eau, avant de se stabiliser. Sur sa joue, une petite entaille s’ouvrit, laissant couler un filet de sang très mince qui s’enfuyait vers son menton. Undead effleura son liquide rougeâtre avant de le goûter.

 

-Ah... La douce sensation de la mort... Reprit-il dans un ton réveur.

 

                Sur la terre ferme, Bee se massait l’épaule droite. Il avait perdu son sourire crétin, optant pour une visage sérieux si rare venant de lui. Il se posait beaucoup trop de question à son goût...

 

-Comment se blaireau peut sentir mes coups sans me voir ?...

-Il a dû suivre un entrainement spécial, basé sur la détection du chakra. Et puis, c’est bien connu, quand on perd un sens, les autres s’eveillent pour combler l’absence dudit sens...

-Attends, Hach’ ! Ce mec m’a défoncé l’ épaule ! Il a senti ton coup de corne !... Il est pas normal.

-Evitons de le sous-estimer, Bee...

-Bon, les deux inséparables, il est temps de vous dire au revoir...

-Il arme son épée !... Bee !! Fit Hachibi.

-Ce ne sont que des conneries... Relax, frérot ! Cette lame ne peut con...*

 

                Soudain, Undead planta violemment l’épée de la Terre dans le sol, séparant la mer en deux. Puis, il récita une inquantation dans une voix lugubre. L’épée se teinta d’un chakra vert, illuminant le métal d’une couleur apocalyptique.

 

Le rouge pour la Flamme

Le jaune pour l’Eclair,

Dans les profondeurs, tu me reclames.

Libère ta puissance, entend ma prière !

 

Donne moi le pouvoir

de l’Epée de la Terre !

Pour triompher du mal,

les renvoyer en enfer !

Car telle est ma volonté,

Ma dernière vérité !

 

 

                A ces mots, une aura maléfique imbiba le sol, formant un énorme symbôle qui engloba une bonne partie du champ de bataille. Puis, Undead invoqua cinq piliers qui sortirent de la terre dans un fracas épouvantable. Ces cinq tours en bois avaient, à leur sommet, une sculpture des cinq dieux. Seul le pilier du Dieu de la Terre, Saruto-Hiko, avait les yeux colorés, signe qu’il était activé. Bee voulut se dégager, mais il ne pouvait bouger. Ses pieds étaient littéralement encrés dans le sol, scotchés comme si la gravitation avait cruellement augmenté. Derrière-lui, Hachibi, malgré sa force de Biju, ne pouvait faire mieux, et c’était même pire pour lui...

                Le démon hurla de douleur. Bee se retourna.

 

-Hach’ !!!

-Mon... Chakra... Il...

-est attiré vers le sol... C’est exact ! Le coupa Undead.

-C’est quoi ce bordel ?!

-Les cinq épées des éléments renferment le pouvoir des cinq Dieux qui ont façonnés ce monde. Les cinq divinités se sont mis d’accord pour le créer à leur image. Ainsi, Kagutsuti a crée les flammes pour chauffer la Terre et repousser l’obscurité, Hiruko, l’eau pour la refroidir et l’abreuver, Fûjin, le vent pour l’aérer et la faire tourner, Raijin, la foudre pour l’éclairer et la stimuler pour ne pas qu’elle ne sombre dans l’inertie et enfin Saruto-Hiko, le sol pour colmater le tout. Mais malgré leur bonne volonté, quelques démons ont réussi à s’infiltrer dans ce monde, mais les Dieux ne pouvaient s’en occupaient, alors ils placèrent une partie de leur puissance dans ces épées qu’ils enoyèrent sur Terre, plus précisémment sur l’île d’Uzu, le Pays des Tourbillons. Mon clan les a récupéré et c’est depuis ce jour que nous, les Arame, sommes les gardiens de ce monde, car nous avons le devoir de repousser toutes les créatures que les Dieux n’ont pas autorisé. Ainsi, et grâce à leur puissance, ces épées peuvent renfermer une grande capacité de chakra de Biju. Le condamné se retrouve scellé à l’intérieur de ces armes, avant de mourir à petit feu, dévorer par la puissance divine des maîtres de cette Terre.

 

                Undead fit une pose dans son long monologue. Bee le regarda d’un air horrifié. Hachibi avait du mal à rester sur ses pattes mais heureusement pour eux...

 

-Malheureusement pour moi, pour sceller un Biju sans trop perdre de temps, il est nécéssaire que les cinq épées soient réunies. Je n’en ai qu’une, donc le processus est cinq fois plus long. Mais rien, n’y personne ne peut contrer ses effets. Et tant que tu seras à l’intérieur de ce symbôle, tu ne pourras rien faire... «Brotha’ » !

-‘Foiré ! Alors ces putains de légende sont donc vraies... Répondit Bee en serrant des poings.

-Voilà pourquoi les Arame sont faits pour diriger ce monde, car nous sommes les seuls qui puissent en avoir la capacité. Nous sommes le jugement, l’ultime rempart face aux créatures de votre genre.

 

 

« Et quand ton Biju sera entièrement aspiré à l’intérieur, tu sombreras avec lui, car tu es lié à lui ! »

« Brotha ‘ »

 

??? Arame alias Undead

 

...

 

 

...

 

 

...

 

Dans les plaines de Kiri – Douze ans auparavant

 

                Marchant d’un pas lent et régulier, Undead profitait du paysage qui l’entourait. Les rayons du soleil venaient baigner les oliviers qui resplendissaient de beauté. Et ce léger zéphir faisait valser leurs feuilles, donnant à cet endroit un instant de doux répit et de paix dans ce pays mutilé par les guerres intestines.

                Après quelques minutes, Undead arriva près d’un village de campagne. Il se dirigea vers la place du village qui abritait le seul hôtel de cette région reculée. Entrant par la grande porte, il se dirigea vers le réceptioniste qui griffonait des notes sur un cahier de registre. Sans dire un mot, il déplia une photo de Naruto, avec un badge des YAKU. L’homme gloussa avant d’indiquer la chambre par un signe de main, sans dire un mot lui aussi. Undead le remercia d’un mouvement de tête avant d’empreinter les escaliers. Chacun de ses pas résonnaient  dans le bâtiment presque vide et le gérant le regardait en claquant des dents avant de s’enfuir par la porte de derrière.

                Dans une chambre, le blond était affalé sur le lit. Il savoura enfin ses premiers pas dans l’exil. Plus personne à sauver, plus personne à protéger. Rien que lui. Konoha ne craignait plus rien maintenant que la nouvelle de sa fuite avait fait le tour du monde. Mais sa tranquilité fut brusquement interrompue par une porte explosée qui traversa la pièce, avant de s’encastrer contre le mur, pulvérisant un modeste tableau de décoration... Le blond se releva instinctivement, faisant face à l’ombre qui se dressait derrière le seuil de la pièce.

                Il portait un bandeau de Kiri, ainsi qu’une cape représentant les cinq épées des éléments. Mais le plus impressionnant...

 

-Ouah... T’as exactement la même tronche que moi... Fit Naruto en fronçant des sourcils.

                En effet, la forme du visage d’Undead était comparable à celle de Naruto. Ses cheveux en épis, mais d’un noir profond, ainsi que ses yeux fins, étincelant d’un marron ambré,  se conformaient aux traits du blond...

 

-A mon grand regret. Répondit-il.

-J’peux savoir pourquoi vous avez  défoncé ma porte... et puis d’abord, vous êtes qui ?

-Je m’appelle Shinji.

-Et... pour la porte ?

-J’ai pour mission de te ramener au village caché de la Brume. S’exclama Shinji en se dirigeant vers le balcon, sortant une cigarette en piteux état de sa poche.

-Ca répond toujours pas à ma question...

-J’ai toujours révé d’entrer chez les gens comme ça. Confessa Shinji en se grattant l’arrière de la tête, un sourire imbécile sur son visage. 

 

Le blond le regarda, non-amusé, limite blasé. Shinji, le voyant, se ressaisissa en se raclant la gorge mécaniquement. Après un silence génant, Naruto continua...

 

-Kiri... Et pourquoi faire ?

-Une histoire d’organisation scientifique qui pourrait t’intéresser... 

-Ca vous dérangerait de fumer à l’extérieur ? Cracha le blond en allumant le ventilateur.

-Non... Ca m’emmerde...

 

                Naruto, sceptique, prit ses distances de cet individu venu de nul-part. Puis, il ouvrit une fenêtre, lui qui ne supportait pas l’odeur du tabac. Shinji regardait vers la ville, le regard dépourvu de toutes émotions. A vrai dire, il semblait être contrarié de se retrouver en face de Naruto. Après quelques minutes de silence plat, Shinji écrasa le reste de son mégot contre la tapisserie avant de le jeter dans un pot de fleur. Il se retourna pour faire face à son objectif.

 

-Bon, on y va ?

-Si tu crois que je vais te suivre, tu te fourres le doigt dans l’oeil. J’te connais pas, et ton projet à la con, tu peux te le foutre là où je pense.

-Diable, que de grossierté en si peu de mot...

-J’ai l’impression que tu cherches les embrouilles. Répondit le blond.

-Pitié... Ne m’oblige pas à te mettre ta branlé...

-C’est très mal me connaître, Shinji... Sourit Naruto dans un ton sarcastique.

-Tu as quoi ?... Vingt ans à tout péter ?

-Dix-huit. Rectifia l’homme aux yeux bleus.

-Sans vouloir te vexer, et malgré ta réputation, je suis un peu déçu...

-J’ai décimé l’Akatsuki, sauvé la vie de mes camarades, battu Pain,...*

-Et ton meilleur ami est mort près du corps de ta meilleure amie, oui je sais... Le coupa l’homme aux yeux silvestre.

 

                Naruto fut surpris. Ce type, qu’il ne connaissait ni d’Eve, ni d’Adam, semblait savoir déjà tout de lui. La pression montait et en guise de précaution, le blond arma un rasengan de dissuasion.

 

-Dégage de ma chambre. Je paierai la porte cassée.

-C’est quoi ce truc qui tourne ? Une veilleuse ? Remarqua Shinji en pointant du doigt la technique.

-Ton dernier souvenir si tu ne te tires pas de suite !

-C’est des menaces ? Je suis sûr que tu peux faire mieux...

 

                A ces mots, Naruto se rua vers lui, son orbre tourbillonante en pointe. Le mur explosa en mille-morceaux, laissant apparaitre une magnifique vue sur la place centrale du village. Les habitants regardèrent avec effroi l’endroit de l’incident, tandis que Shinji se receptionna sur la pointe des pieds, en haut d’un poteau électrique. Naruto se sentait dévisagé par des milliers de regards qui le torturaient. Il entendit même quelques mots insultants venant de quelqu’uns qui avaient bien reconnu le héro de Konoha, mais qui et restera pour eux, l’hôte du démon Renard, si craint...

                C’en était trop, le blond pris la poudre d’escampette, empruntant la sortie de derrière. Shinji regarda son ennemi fuir comme un lâche avant de redescendre de son perchoir. Les habitants le regardèrent et voyant son badge, mais surtout ce symbôle trônant fierement sur son dos, s’inclinèrent respectueusement. Puis l’Arame sortit de sa poche, une montre.

 

-Uzumaki Naruto... Je te donne exactement sept minutes...

 

...

 

 

...

 

...

 

5h16

 

Près de la Porte de l’Horreur

 

 

-Misérable petit imprudent... Cria Hitsuma en envoyant un rayon lumineux.

 

                Kykio esquiva au dernier moment. S’appuyant contre la falaise, il prit appuis avant de s’élancer vers le vieillard. Armé d’une série de Kunai, le jeune Hatake envoya une salve d’une extrème précision, mais le corps d’Hitsuma, en acier pur, n’avait aucune peine à repousser cette attaque d’une faiblesse insultante. Les lames ricochèrent contre lui, tombant lamentablement sur le sol. Kykio, pris au dépourvu, ne pouvait stopper sa lancée, et le vieil Uzumaki prépara son poing surpuissant.

                Mais c’était sans compter l’intervention de Kyuubi qui s’interposa entre les deux, bloquant le bras du général de Kimare, permettant à Kykio de se replier en toute sécurité. La chakra brûlant commençait à fondre les première couche de métal qui encerclait le bras de son adversaire. Hitsuma grimaça de douleur avant de se retirer de l’entreinte mortelle du démon. Mais après avoir quelques pas en arrière, Hitsuma se fit happer par une gigantesque main de chakra rouge qui le plaqua contre la muraille. La structure explosa sous le choc. Kyuubi avait planté une de ses neufs queues dans le sol, pouvant ainsi prendre son adversaire par surprise.

                Le chakra d’une température extrème rongeait le corps du vieillard, pourtant en acier pur. Quelques secondes de supplice pour une éternité... Hitsuma joignit ses mains avant d’envoyer un surpuissant rayon de lumière qui pulvérisa la queue du Renard. Ce dernier échappa un petit gémissement de douleur, mais rien de très grave. Dans les décombres, le visage de l’Uzumaki était infesté de cloque, de la fumée s’échappant encore de son épiderme. Son bras droit, qui avait le plus morphlé, avait les muscles à l’air. Sa peau était partie... Il souffrait énormément, mais fidèle à lui-même, Hitsuma restait stoïque.

 

-Regarde-toi, vieillard !... Tu es pathétique... Savoura Kyuubi en dressant ses neufs queues tel un paon.

 

                L’ Uzumaki ne répondit pas, trop préoccupé à contenir ses cris de douleurs. Il leva son bras tremblottant, pissant le sang. Une vision d’horreur pour un dernier baroud d’honneur. De son côté, Kykio assistait à cette scène, s’efforçant de ne pas régurgiter son déjeuné à la vue de ce cadavre vivant.

 

« Ce type... C’était lui qui avait voulu kidnapper Hinaru dans la Forêt de la Mort... » Pensa-t-il.

 

                Le jeune Hatake reprit les devants, ne voulant plus être un boulet dans ce combat, il se glissa derrière les décombres, prenant soin de ne pas se faire repérer. Il n’était plus qu’à quelques mètres derrière son ennemi qui avait entamé la discussion avec le renard... Et dans un silence le plus complet, il fit une série de mudra...

 

-Je vous ai entendu avant... Il parait que la petite se meurt et que tu dois en finir, je me trompe ?...

-Ce n’est qu’une question de seconde vu la faible résistance que tu me donnes... Répondit Kyuubi.

-Alors je n’ai que deux choix pour parvenir à mes fins... Soit tu laisses ta place à Naruto pour stopper ce flux monstrueux qui détruit le coeur de sa fille et je le broie avec le reste de ma puissance, où je dois résister le plus longtemps possible pour qu’elle sombre dans les méandres de son subconscient...

-Parce que tu penses jouer la montre encore longtemps ? Tu arrives à peine à tenir sur tes deux pattes, vieillard !

-On dit « jambes » pour notre espèce !

-Ta gueule ! S’empressa de répondre le démon renard qui en avait plus qu’assez qu’on le reprenne sur ce genre de futilité.

 

                La situation devenait de plus en plus critique et Hitsuma se pencha sur un quelconque moyen de retarder son ennemi... Dans les décombres, il vit quelques poutres de métal qui devaient soutenir l’infrastructure de la muraille. Puis il regarda le visage de son ennemi. Il était encore sous l’effet de l’Aimant des Abysses. C’était parfait. Kyuubi allait sans doute avoir du mal à s’occuper de lui, tout en esquivant les millions de tonnes d’acier que cette muraille pouvait lui donner. Mais il fallait faire vite, le démon renard commençait à bouger. De plus, ses capacités physiques commençaient à se dégrader... Le vieil Uzumaki fit une série de mudra aussi vite qu’il put avant de faire un signe du bras vers l’avant.

                Les poutres commençaient à bouger, d’abord très doucement, avant de s’élancer à toute vitesse vers le point d’impact : La joue droite de Kyuubi. Le démon renard s’arrêta, voyant ces milliards de particules de métal, plus ou moins grosse, se dirigeaient uniformément vers lui. Il savait très bien qu’il ne pouvait libérer toute sa défense démoniaque, déjà parce qu’il n’arriverait pas à les fondres à temps, vu la résistance d’Hitsuma, mais aussi, il risquerait de blesser Kykio qui devait se trouver pas très loin.  C’est donc en se repliant, qu’il esquivait les premiers débris avant d’entamer une valse coordonnée à travers cette pluie de météorite improvisée...

 

 

Il perdait du temps, beaucoup trop de temps...

 

 

 

...

 

 

...

 

 

 

 

5h26

 

Porte de l’Horreur

 

                Kaora en avait enfin terminé, mais le résultat ne comblait pas ses espérences. Apparament, et excepté ce seul petit défaut lié aux émotions, l’Ureegan n’avait aucun point faible. Quant à Toa, la belle aux cheveux roses l’avait plongée dans un genjutsu, le laissant seul dans les méandres de son esprit, sans porte de sortie... Son compte était reglé et le pauvre chercheur de Kimare n’allait plus pouvoir revoir la lueur du jour, ormis son corps inerte de toute vie qui gisait sur le sol...

 

                Le petit groupe s’était de nouveau réunis dans l’enceinte de la muraille après la petite escapade des frères Arame sur le champ de bataille pour récupérer l’épée de la Foudre. Kazumo l’avait soigneusement emballée à l’intérieur d’un long tissu en soie, trônant sur son dos. Quant à Iko, il avait l’air beaucoup moins excité que d’habitude. Il repensait à ce que son frère lui avait dit. Il ne l’avait pas expliquer clairement, mais le jeune Arame savait ce qu’il comptait faire, maintenant qu’il avait regagné son arme de toujours. Ce dernier, d’ailleur, était en train de révéler ses intentions aux deux femmes...

 

-Le jour va bientôt se lever, nous devons impérativement se rendre dans le Palais pour stopper mon père. Et maintenant que j’ai retrouvé Raijin, je pense sincèrement pouvoir le battre.

-Cette arme est aussi puissante que ce que raconte les légendes ? Demanda Hinata en examinant la lame.

-Ce sont les meilleurs épées qu’un maitre en Kenjutsu peut trouver sur cette terre. Confirma Iko, d’un sérieux les plus troublants. Elles ont été formé par les Dieux en personne pour repousser les forces des ténèbes à la génèse de notre époque.

-Depuis quand tu parles comme ça toi ? S’exclama son frère en se retournant vers lui.

-Je me répète : je me faisais extrèmement chier à Kimare...

-Pourquoi ne pas attendre Naruto avant de partir, nous aurions plus de chance de s’en sortir ? Demanda Kaora.

-Non. Il faut profiter de la nuit. Notre père en possède quatre, celle-ci est la dernière qu’il n’ait pas en sa possession. La nuit, la puissance de ces épées sont considérablement réduites, et vous voyez le résultat. Je ne vous laisse même pas imaginer quand les rayons du soleil frappent ces lames... Commença le plus grand des Arame.

-Le jour est synonyme de renaissance, de l’éveil des Dieux. Et la nuit, le repère des ténèbres. Si notre père compte se servir des épées, il faut à tout prix éviter de le combattre de jour, sinon, sa puissance décuplera... Termina Iko en réajustant le col de sa veste.

 

                Kaora et Hinata se regardèrent. Apparement, ces histoires à dormir debout étaient à prendre très au sérieux. Et après quelques secondes de refléxion, le groupe se décida de se mettre en route vers la capitale qui leur tendait les bras... La Hyuuga jeta un dernier coup d’oeil vers le champ de bataille, avant de suivre la marche. Mais alors qu’elle s’apprétait à passer la première porte intérieure, une voix s’éleva dans le ciel...

 

-Hinata-sama !!!

 

                Tous se retournèrent au son de cette voix enfantine. Puis, une petite fille se posa près d’eux, essoufflée. Dans ces bras, une autre jeune fille qui haletait comme un chien, son visage orné de long symbôle mystérieux...

 

-Hinaru !! Paniqua la femme aux yeux de perle en se précipitant vers sa fille.

-Elle est... comme ça depuis... une bonne demi-heure... et son état ne fait... qu’empirer... Répondit Sasoya en reprenant son souffle.

-Kaz’ ?!

-C’est mauvais, Iko... Répondit son frère en s’avançant vers la petite fille.

 

                Hinata la coucha sur le dos, la serrant fortement dans ses bras. Elle lui déboutonna son gilet, laissant apercevoir son corps mutilé. Elle était brûlante de fièvre... Hinata la caressa doucement, chuchotant son prénom doucement. Le coeur d’Hinaru battait la chamade, et rien ne semblait pouvoir la calmer. Un mal inconnu... Puis, Hinata remarqua le collier brillait d’un étrange rouge menaçant. Elle activa ses Byakugan et vit l’horreur se dessinait dans sa vision psychédelique. Le chakra, si caractèristique de Kyuubi, se deversait à l’intérieur d’Hinaru, absorbant son chakra naturel comme un cancer. La petite luttait comme elle pouvait mais la force du démon était beaucoup plus forte qu’elle.

                Hinata releva la tête vers Kazumo, paniquée.

 

-Qu’est-ce qui se passe ?... Demanda-t-elle, son regard suppliant.

-Iko ! Plante l’épée dans le sol...

-Hein ?! Pouffa-t-il.

-Bon, j’vais le faire moi-même... Répondit Kaz’ en s’accroupissant.

 

                Le mercenaire s’exécuta, la pointe de l’épée fermement ancrée dans la terre. Il chuchota avant que l’épée ne s’illumina dans un jaune foudroyant. Puis, cinq piliers sortirent. Après quelques secondes, Hinaru semblait se calmer. Hinata observa le flux de chakra rouge s’enfuir du corps de sa fille pour se loger dans la lame. Elle voulut arracher ce maudit collier qui torturait sa fille, mais Iko lui empécha, agrippant sa main.

 

-Non ! Il ne faut surtout pas couper le flux aussi brutalement !

-Alors, comment le stopper ? Demanda-t-elle en déserrant son entreinte.

-J’en sais rien, tout ce que je sais, c’est que c’est une très mauvaise idée...

-Iko a raison. Naruto m’a clairement expliqué ce système de flux. Expliqua Kaora. Pour qu’il s’arrête, il faut que ce soit le porteur initial du chakra qui stoppe en premier, en l’occurence, Kyuubi dans ce cas là...

-Si j’ai bien compris, faut que Papy Kyuu en termine vite fait, ou alors la petite... ?

-Kazumo-san ?! Demanda l’héritière, le voyant concentré, ses mains entrelacées, posées sur son front.

 

                Ce dernier releva difficilement une paupière, signe qu’il ne fallait pas trop le déranger. Le mercenaire peinait à tenir sa technique, lui qui n’avait jamais eu l’occasion de se former à cette technique d’Hijutsu de très haut niveau. Tout ce qu’il avait entendu était les indications de son père alors qu’il n’était encore tout jeune... Il vacillait, tout de suite supporté par son frère.

 

-Merde... Il n’y arrivera pas... Lâcha Iko le voyant grimacer.

-Hinaru... Hinaru... !! Ma chérie !... Accroche-toi !! Sanglota sa mère en lui écartant une mèche rebelle.

 

                Puis, elle jeta un coup d’oeil derrière-elle, des larmes couvrant ses joues rosées... On entendait un tel bordel, signe que le combat était loin d’être terminé... Puis, elle se mit à prier, fermant ses yeux de neige.

 

 

 

« Naruto... Je t’en supplie.... Dépèche-toi.... .... .... Naruto .... »

 

 

 

...

 

...

 

...

 

 

5h32

Dans les Plaines de Kiri

 

 

                Hitsuma regardait son ennemi dans cette tempète de métal. Kyuubi utilisait ses neufs queues pour repousser les millions de tonnes d’acier qui se dirigeaient vers lui... Mais le démon renard était pris dans une boucle sans fin. En effet, plus il détruisait ses géants de métal, plus il engendrait des débris qui se retournèrent une nouvelle fois, contre lui, et ça, jusqu’à ce qu’ils soient réduits en infime poussière... Le démon perdait beaucoup trop de temps, tout ça à cause d’une malheureuse couche de fer qui lui recouvrait la joue droite... Et alors qu’il allait entamer sa énième parade, il prit une décision qui n’allait sans doute pas plaire au blond...

                -Naruto... Je suis désolé... Mais c’est mon unique moyen d’arrêter cette merde...

 

                De son côté, le vieil Uzumaki, qui en profitait pour se soigner, fronça des sourcils. En effet, Kyuubi s’était arrêté, aménageant, au préalable, une petite barrière, histoire d’être en paix pour quelques secondes... Puis, le renard sortit ses griffes, et d’un geste brutal, il planta ses ongles bestiaux sur le visage du blond, arrachant profondémment une grosse partie de sa joue. Il hurlait de douleur. Chaque centimètre qu’il ôtait, décuplait sa souffrance.

 

-Espèce de... Commença Hitsuma avant de se retourner violemment.

 

 

                En effet, derrière-lui se tenait une silhouette qui se jetait droit vers lui. Dans une main, un éclair strident, accompagné d’un horrible son à percer les timpans, comme mille oiseaux qui croasseraient à l’unisson. Hitsuma reconnut alors le jeune Hatake qui criait à plein poumon. Son Raikiri n’était plus qu’à quelques centimètres de l’omoplate de l’Uzumaki. Et dans un cri de délivrance, il hurla...

 

 

 

CA !!!!

C’EST DE LA PART D’HINARU !!!

ENFOIRE !!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Echec...

 

 

...

 

 

...

 

 

...

 

 

 

Konoha – un ans auparavant

 

 

                Dans un parc de la ville, Kykio marchait, les mains dans les poches, en direction de son point de rendez-vous. Il avait le regard baissé, fixant ses pieds, sans trop faire attention à ce qu’il y avait devant lui. Après une bonne dizaine de minute à rentrer dans des arbres, l’Hatake arriva près de son but : le seul petit pont qui surplombait un cours d’eau paisible. Il s’assit sur la rembarde tout en regardant autour de lui. Puis, il jeta un coup d’oeil sur sa montre. Elle ne devait plus trop tarder...

 

                Mais une Hyuuga, croisée de sang Uzumaki, n’est jamais en avance... Et très souvent en retard... Et c’est avec une bonne dizaine de minutes que la blonde fit son entrée à coup de signe de main, courant à travers les paisibles promeneurs qui la regardaient bizarrement. Kykio se remit debout et Hinaru s’arrêta devant-lui, posant ses paumes sur ses rotules. Elle était essoufflée...

 

-Qu’est-ce t’as foutu ?... T’as croisé une offre promotionnelle sur des Ramens, ou t’es tombé dans le trou ?

-Ahah... Très drôle, Môssieur j’ai-une-coiffure-indescriptible. Répliqua-t-elle en désignant du doigt la dite coupe de cheveux plus qu’apocalyptique.

-C’est de l’art, Mâdemoiselle ! Tu ne peux pas comprendre ! Fit-il en se replaçant une mèche rebelle d’un geste de mannequin.

 -Y’a rien à piger, ça ressemble de plus en plus à rien. J’te préférais les cheveux courts ! Non mais, sans blague, regarde-moi ça, on dirait qu’ils sortent du lave-linge !

-BON ! C’EST POUR CRITIQUER MA COIFFURE QUE TU M’AS FAIT VENIR !!! Se vexa Kykio.

-JE NE CRITIQUE PAS TA COIFFURE ! JE DIS JUSTE MON AVIS !

-T’AS UN AVIS DE MERDE !!

-REPETE UN PEU POUR VOIR !

 

                La dispute continua encore sur plusieurs minutes, passant de la coiffure atypique de l’Hatake, aux manies gastronomiques plus que douteuse de la jeune Hyuuga, sans oublier l’éternel débat de « j’en ai une plus grosse que toi ». Et c’est après avoir basculé dans le ruisseau, à la suite d’une petite bagarre imprévue, que les deux se couchèrent sur l’herbe, regardant les lumières de Konoha s’allumaient à l’approche de la nuit. Après avoir séché, Kykio lui redemanda.

 

-Bon ! Pourquoi tu m’as fait venir ?...

-Ah oui !! Exulta-t-elle en se levant précipitamment.

 

L’Hatake la regarda, elle avait joint ses mains dans la position du lièvre, avant de dire.

 

BYAKUGAN

 

-Whouaa… S’exclama le garcon en se redressant.

-J’y suis enfin arrivée !!!

-Ta mère est au courant ?

-Non pas encore, j’vais lui faire la surprise ce soir !! Elle sera trop fière de moi !!

 

Kykio approuva d’un mouvement de tête, puis la Hyuuga interrompit sa technique, sautillant de joie. Après des mois d’entrainement acharnés, elle avait enfin réussi à ce que tout Hyuuga se devait de réaliser. Elle avait éveillé son Byakugan, certe un peu tard, mais le résultat y était ! Elle se retourna vers son ami.

 

-Et toi ? T’as des trucs nouveaux à me montrer ?

-Moi ?... Bof, pas grand chose de si spectaculaire !... Soupira le génie en se frottant l’arrière de la nuque.

-Allez ! Fait pas ton timide !! Dit-elle en pinçant la joue gauche de son ami.

-Okay ! Okay... Arrête ça, je déteste quand tu me fais ça...

 

La Hyuuga s’exécuta, toute contente d’elle, puis attendit patiamment que l’Hatake se mit en position. Le bras tendu vers le bas, il se concentra, avant de relâcher toute sa puissance. Des éclairs bleus jaillirent le long de sa main. Hinaru était restée ébahie devant tant de beauté. Cette technique semblait si puissante ! Et dans un souffle, l’Hatake fit :

 

...

 

 

...

 

 

 

...

 

 

 

5h34

Dans les Plaines de Kiri

 

 

 

 

R A I K I R  I

 

         

                Le temps s’était arrêté... Le vent ne soufflait plus, et les millions de tonnes de métal dansant s’éffondrèrent sur le sol dans un fracas épouvantable. Deux petites gouttes de sang tombèrent sur la terre, se mélangeant au sable qui se teinta d’un rouge poupre. Les yeux d’Hitsuma tremblaient. Incompréhension. Il voyait la main de son ennemi sortir de sa poitrine, à l’endroit exact où se situait le coeur. Il pouvait voir les doigts de Kykio guidant les filets de son sang. Ce dernier resta accroché sur le dos de son ennemi, le fixant d’un regard meurtrier.

                Le vieillard balbutait quelques mots dans sa barbe, comme s’il ne pouvait croire ce qu’il lui arrivait. Mais, aussi étrange que cela puissait paraître, il ne ressentait aucune douleur, pire, il se semblait enfin en paix avec lui-même...

 

...ET MAT

 

                Kykio se détacha de son adversaire, retirant sa main couverte de sang, avant de se replier. Hitsuma restait debout, tel un roc. Imbranlable. De son côté, Kyuubi, qui avait sacrifié sa joue pour rien, était surpris. Comment un adversaire tel que lui pouvait se faire battre par un gamin de douze ans, alors qu’il tenait tête à une des plus puissantes forces de ce monde ? Le démon chassa ses pensées avant de se diriger vers lui, enjambant poutres et poutrelles qui obstruaient son chemin.

                Le vieil Uzumaki passa sa main contre sa blessure mortelle avant de la ramener vers son visage, sentant l’odeur de son propre cruor.  Puis, ses yeux se posèrent sur la silhouette de Kyuubi qui s’avançait vers lui. Sa vue se troubla, le laissant divaguer. De Kyuubi, il passa à Naruto, le fixant de ses yeux bleus qui l’avaient tellement hantés. Puis, ce fut au tour de Kushina qu’il voyait. Ses longs cheveux rouges dansant derrière son dos au rythme de sa marche... Il secoua la tête, voyant qu’il commençait à perdre le sens de la réalité.

                Derrière-lui, l’Hatake tomba sur les fesses, épuisé. Il avait fait sa première victime, et pas n’importe laquelle... Kyuubi l’appela, l’ordonnant de se mettre derrière-lui, question de sécurité. L’Hatake s’éxecuta sans un mot, contournant Hitsuma, sans le perdre des yeux.

 

-Tu... as de bons alliés... Naruto...

-C’est toujours Kyuubi, vieillard ! Le rectifia le démon.

-J’ai... besoin de parler à mon... neveu... Kyuubi... Quémanda le vieillard en faisant pression sur sa plaie. 

 

Le renard le regarda d’un air mauvais, mais il sentait percevoir une once de sincérité dans ses paroles. Et puis, Hinaru était toujours en proie de son chakra monstrueux. Le renard soupira, son heure de liberté touchait à sa fin...

 

-De toute façon, je dois m’en aller...

-Merci...

-Hitsuma !... L’interpella-t-il. Je ne t’aime pas, et toi non plus, mais je dois l’avouer, tu as été un adversaire digne de ma personne...

-Disparait, sale démon... Tu vas me faire pleurer... Sourit le vieillard.

 

                Kyuubi ferma les yeux, laissant son esprit s’en aller vers sa prison. Ses cheveux se décolorèrent, revenant à son jaune initiale. Puis, ce fut au tour de ses griffes de se retracter pour redevenir des ongles, et son chakra disparut dans les airs, arrêtant le flux.

                A quelques mètres d’ici, le cristal étincelant s’éteignit peu à peu et Kazumo put enfin arrêter de jouer les martyrs. Le mercenaire s’écroula à terre, tout de suite soutenu par son frère. Hinata etouffa un cri de soulagement avant de reserrer son entreinte sur sa fille qui retrouva des couleurs. Le coeur d’Hinaru retrouva un rythme normal, des perles de sueurs s’évacuant de son visage fatigué.

 

-Il a... réussi ? Demanda la femme aux cheveux roses.

 

                Les doutes de Kaora furent rapidemment balayées. En effet, c’était terminé. Naruto reprennait le contrôle de son corps. Le blond se retourna, voyant Kykio qui se tenait debout, sans dire un mot, le fixant. L’Uzumaki baissa les yeux avant de recroiser le regard froid de son oncle qui se mourait, affalé sur un rocher. Mais il sentait une gène sur son visage. Il passa sa main contre sa joue et grimaça de douleur.

 

« Putain... Kyuu’.... t’abuses... » Pensa-t-il.

-Naruto...

-Je...*

-Non laisse moi parler... avant... rien que toi et moi...

 

                Naruto se tut, avant de demander à Kykio de retrouver les autres. Le jeune Hatake s’exécuta, toujours en silence. Le blond attendit qu’il soit hors de portée de voix avant de reprendre...

 

-Tu t’es laissé faire ?...

 

Le vieillard ne répondit pas, préférant détourner son regard.

 

-Tu as lutté contre Kyuubi en personne, mais tu te fais avoir par une technique si prévisible ?

-Le gosse m’a eu par surprise, et j’étais déjà bien amoché.. Répondit-il pour sa défense.

-Ne me ment pas...

-...

-Pourquoi ?! Demanda-t-il en s’accroupissant pour être à la hauteur de son oncle.

-Je voulais te rendre plus fort...

-Quoi ?

-Si tu dois arrêter Saitora, alors tu devais impérativement me battre ! Et tu as parfaitement réussi mon test, même si tu t’es replié pour laisser faire Kyuubi...

-Tout ça, juste pour me tester ?...

-Tout ça, pour me rassurer. Rectifia Hitsuma.

-Je te préviens, je ne suis pas d’humeur à décoder tes devinettes...

-Saitora est un homme extrèmement dangereux, je voulais être sûr que tu étais prêt ! Mais tu as choisi de laisser Kyuubi combattre à ta place, et je ne pouvais définitivement pas laisser ce démon m’enterrer ! C’est plus fort que moi, après tout, c’est à cause de lui que ma vie s’est transformé en un cauchemar sans nom...

-Alors quand tu as remarqué que Kykio allait se joindre au combat, tu t’es résolu à mourir de sa main ? Juste pour conserver ton honneur ?

-Je préfère mourir comme ça que de renier mes convictions. Kyuubi reste et restera, pour moi, mon enfer. Et c’est aussi le cas pour toi, mais je pense que tu l’as remarqué ! Continua le vieil Uzumaki.

-Tu sais, à la longue, on s’adapte, même si son odeur de fenec crevé est toujours aussi fort...

-En tout cas, tout mes espoirs sont enfin comblés... Je te sens capable d’en terminer avec tous ça...

-Je ne te comprends pas ! Si tu étais de mon côté depuis le début, pourquoi avoir choisi le camp de Saitora ?

 

                Mais Hitsuma ne daigna répondre, préférant chercher dans sa poche intérieure, son livre qu’il lança en direction de son neveu. Naruto l’intercepta, lisant la première de couverture...

 

-« Shinjitsu »... J’te l’ai déjà dit, ça ne m’intéresse pas de lire ta biographie.

-C’est tout sauf ma vie qui est écrit dedans... Naruto, ceci est plus de trente ans d’informations diverses sur toutes les personnes que j’ai croisé... Tu trouveras les réponses à tes questions...

-Sur Saitora ?

-Entre autre... Naruto... La meilleure arme contre un homme n’est pas un sabre ou une panoplie de technique, mais le passé de celui-ci. Quand tu connais tout de ton adversaire, tu pourras prédire ses tactiques, contrer ses tentatives mais surtout, le déstabiliser psychologiquement... comme je l’ai fait avec toi...

 

                Naruto se résigna aux paroles de son oncle, rangeant l’ouvrage dans la poche de son pantalon.  Soudain,  Hitsuma se prit d’une violente toux, crachant des litres d’hémoglobines sur les rochers. Naruto se rua par instinc vers lui, soutenant sa tête pour ne pas qu’il se cogne. Hitsuma  sentait ses dernières secondes arriver, il fallait faire vite... Et dans un effort surhumain pour une personne aux portes de la mort, Hitsuma se mis sur le dos, blotti dans les bras du blond.

 

-J’ai... encore... une dernière... faveur à te ... demander... Fit-il difficilement, suffoquant et vomissant.

-Hitsuma ... Soupira Naruto en essuyant les filets de sang coulant sur le menton de son oncle.

-Je ne... te l’ai jamais dit... mais... tu n’es... pas seul... dans cette famille...

-Que ?...*

-J’ai un fils... Et tu l’as déjà rencontré... d’ailleurs vous n’êtes.... pas en très bon terme...

-Un fils ?... Toi ? Répéta l’homme aux yeux océans.

-Il s’appelle Shinji... C’est l’homme qui t’a... forcé à venir à Kiri... Mais depuis que... tu l’as combattu... il aime se faire... appelé... Undead !

-Undead ?...

...

 

 

...

 

 

« Je m’appelle Shinji »

 

 

« J’ai pour mission de te ramener au village caché de la Brume. »

 

Shinji Uzumaki alias Undead

 

 

...

 

 

...

 

 

-Oui... Je me souviens de lui... Il m’a mis une sacrée branlée d’ailleurs...

-Il me hait... depuis qu’il est né... Il se dit être un Arame... tout ça parce que je lui ai ... fait croire n’importe... quoi ! Mais je n’ai plus... le temps de t’expliquer en détail... Naruto... il faut que tu arrives... à le sauver de l’emprise... de Saitora... Il faut que... ce cercle de haine disparaisse avec... moi ! Tu m’as compris ?... Naruto ?...

 

                Les deux shinobis se fixèrent, l’un de ses yeux tremblottant, signe qu’il luttait harduement contre la mort. Et puis, une brise se leva, apportant à ce moment un zeste de tragédie hollywoodienne dispensable... Naruto, qui avait sa main collée contre la blessure de son oncle, la retira doucement. Le visage d’Hitsuma, d’un blanc virginal, était figé. Sa bouche, immobile et légérement entreouverte, ainsi que ses paupières figées signifiaient qu’il avait trépassé.

                Et après quelques secondes de recueillement, Naruto referma les paupières du vieil Uzumaki d’un geste lent et délicat, avant de se relever.

 

-Compris... Hitsuma... Répondit-il d’une voix monotone

 

...

 

....

 

 

5h45

 

...

 

...

 

                Dans l’enceinte de la Porte de l’Horreur, Hinaru releva difficilement les paupières. La lumière sélénite de l’astre nuptiale l’aveuglant, rendant sa vue aussi percante qu’une taupe myopathe en phase terminale. Cependant, la petite distingua deux silhouettes abstraites, perchées devant elle. Elle entendait des voix qui prononcèrent son prénom dans un bourdonnement inaudible, comme si on l’appelait à travers un réseau de tuyauterie bordélique... On lui caressait ses cheveux en pagailles. Elle aimait ce contact... Puis, elle reconnut le parfum de sa mère, si délicat, qui venait lui titiller le nez.

 

« Ma chérie ... »

 

                Sa voix. Oui, c’était bien elle !... Hinaru retrouva peu à peu ses esprits. Les silhouettes obscurs et diforme se précisèrent, pour enfin révéler ses parents. Cette image, elle l’avait tellement voulu. Sa mère et son père, côte à côte, la regardant, la protégeant d’une aura mystique, cette alchémie parentale qu’elle n’avait jamais connu... La belle aux yeux de perle esquissa un sourire uzumakiesque à souhait...

 

-Vous avez vu... comment je l’ai défoncé... ce mec... Dit-elle entre deux respirations.

 

                Hinata sauta au cou de sa progéniture, soulagée de la retrouver saine et sauf. De son côté, Naruto resta silencieux, un sourire en coin. Il réalisa à quel point elle avait prit de son caractère. Son côté « m’as-tu-vu ? » ainsi que son insolente répartie qui ferait rire n’importe quel clown dépressif. Un peu en arrière, Sasoya était en train de soigner Kykio qui avait pas mal morphlé après son attaque. Les frère Arame ainsi que Kaora regardèrent ce spectacle de retrouvaille atendrissante.  Cependant, Iko ne put s’empécher d’ouvrir sa gueule...

 

-Bon, je voudrais pas passer pour le pète-couille de service, mais le happy-end est encore loin... Faut se bouger !

-Un peu de douceur dans ce monde de brute, Iko... Répondit Kazumo en frappant son frère d’un coup de poing sur la tête.

-Aie putain... C’est ça ce que tu appelles « douceur ? »... Exulta-t-il en se massant le haut du crâne.

-A peu de chose près.

 

                Le petit groupe resta quelques minutes pour se reposer. Naruto s’était assis, laissant Hinata lui prodiguer quelques soins rudimentaires, tandis que le reste se préparait à ce qui allait être la fin de cette guerre. Saitora les attendait de pied ferme.

                Hinata examina la joue meurtrie de son Apollon. Elle effleura la blessure de ses doigts gracieux. Le blond émit un gémissement de douleur entre ses dents serrés, puis il tourna lentement la tête vers elle. Leurs visages n’étaient qu’à quelques centimètres. Leurs regards se perdant dans les méandres de leur désir. Plus rien ne semblait avoir d’importance pendant ce court instant. Les discussions parallèles se tamisaient, ne laissant que le bruit de leurs respirations saccadées par la tension sexuelle qui se dégageait de leurs corps. Puis, la belle émit un « merci » discret. Naruto ne répondit pas, savourant ce moment qu’il ne connaissait que dans ces rèves les plus profonds.

                Et puis le temps s’immobilisa...

 

Elle avait pris ses lèvres

               

 

...

 

 

...

 

 

...

 

 

5h56

Littoral de la Zone Douze

 

                Undead regardait sa proie se vider de son chakra, piégée, incapable de bouger. L’étrange symbôle qui les englobait émanant une lumière d’un noir osbscur. Il entendait les jurons de Bee qui se maudissait de s’être fait piégé aussi facilement, tandis qu’Hachibi resistait du mieux qu’il pouvait au flux gargantuesque de l’épée de la Terre...

                Cependant, le général des YAKU, les bras croisés, sentit une présence plus au moins appréciable à son goût. Il tourna lentement la tête vers la silhouette qui avançait vers lui. Ce dernier transportait un homme sur son dos comme un vulgaire sac à patate. Puis, l’homme le jeta au sol, le cadavre inerte d’un shinobi du Feu.

 

-Qu’est-ce tu veux, sous-créature mutante décérébrée ? Demanda Undead d’un ton hautain.

-Nous venons d’apprendre, à notre grand regret, la mort d’Hitsuma Ora. Lâcha-t-il.

 

Undead équarquilla ses yeux. Son père ? Mort ? Tout en gardant ses émotions, il lui demanda.

 

-Et qui est l’heureux élu de cette triste nouvelle ?

-Moi.

-Toi ?

-Je veux dire, mon original... S’expliqua le clone.

-Ainsi, Uzumaki Naruto a réduit en cendre celui à qui je dois cette chienne de vie ?

-Vous êtes triste ? Demanda naïvement le clone.

-Pas plus que ça... Mais je ne peux laisser le meurtrier de mon paternel s’en tirer aussi facilement. Et ?... Qui c’est lui ? Demanda Shinji en examinant le cadavre qui se dessinait sous ses pieds.

-Un shinobi du Feu du nom de Rock Lee. Pas très efficace à vrai dire.

-Rien qu’en le voyant, on peut mesurer sa médiocrité...

-Qu’allez vous faire ? Maitre Uzumaki ?

 

                Shinji soupira longuement . D’un côté, il avait promis à Saitora de rester sur le champ de bataille. Que Saitora voulait que Naruto s’en prenne à lui pour pouvoir assouvrir sa vengance. Mais s’en était trop pour le fils d’Hitsuma qui retira l’épée du sol, provoquant l’effondrement de sa technique de scellement.

 

-Maitre Uzumaki ?

-Toi, tu t’occupes de ces merdeux... Moi...

 

 

 

 

« Je vais détruire ce que je hais... »

Shinji Uzumaki alias Undead

 

 

 

 

...

 

 

...

 

 

6h00

Un Revirement Innatendu