Uzu-no-kuni.

par A four-handed song

Chapitre 4 :


« Il n'y a rien à faire je n'y arrive pas Teinture-sensei ! »


Akahito ferma les yeux et repensa à sa tranquillité d'antan, au silence, à la zénitude...A tout ce qui faisait son bonheur avant. Mais quelle idée il avait eu là ? S'occuper de l'entraînement de l'enfant renard n'était pas aussi enrichissant qu'il l'avait pensé, celui-ci ne faisait que remuer dans tous les sens. « Quelle impatience » pensa-t-il, puis un sourire doux apparut sur son visage, « Tout comme tante Kushina », il se retourna et fit face à son élève, celui-ci se cogna contre le torse de son sensei, ne s'étant visiblement pas attendu à cet arrêt brutal. Naruto regarda son supérieur, une goutte perla sur son front, il pouvait clairement sentir des envies de meurtres venant d'Akahito. Le jeune blond lui fit un sourire niais en se grattant la tête. Le ninja expérimenté soupira, et reprit sa route. Naruto se releva et le suivit essayant de ménager la susceptibilité de son professeur.


« Au fait Naruto, il me semblait que hier nous avions pris le temps de faire tout Konoha à la recherche d'une tenue moins criarde, qui pourrait potentiellement t'éviter de devenir une cible facile. Où est-elle ? »


Naruto déglutit. Il avait totalement oublié de mettre ses nouveaux habits et avait donc gardé sa combinaison orange...Akahito vit le visage blême de son protégé et soupira.


« La prochaine fois que je la vois sur ton dos, je m'arrange pour la faire exploser, peu importe si elle se trouve encore sur toi au moment de l'explosion, clair ? »


Le jeune genin hocha la tête, pour être clair, ça avait le mérite d'être clair. Akahito afficha un sourire radieux qui contrasta avec son ton effrayant de tout à l'heure. Effrayant c'était le mot qui qualifiait le mieux son sensei d'après Naruto. Effrayant, sadique et susceptible. Oui tout à fait.


« Il commence à faire nuit, nous allons établir le camp et nous reprendrons la route demain matin. »



Tsunade plissa les yeux, elle n'en revenait pas, la Godaime venait de recevoir une missive de Suna, afin d'améliorer l'alliance entre les deux villages ceux-ci ont envoyés les résultats d'une enquête des forces spéciales du pays du vent. Les nouvelles laissaient l'Hokage perplexe, apparemment le Tsuchikage avait été assassiné dans des circonstances assez étrange. Un nouveau dirigeant aller être élu à Iwa, Tsunade soupira, elle espérait sincèrement que le prochain Tsuchikage préserverait la paix...



« Qui es-tu ? »


Naruto se retrouvait encore face à cette fille, la même que la dernière fois...Tout était identique à la dernière fois mis à part que la jeune fille était debout et elle semblait vouloir lui dire quelque chose. Elle le toisait de ses yeux dorés, elle semblait gentille et pleine de douceur.


« Emiko... »


Ce fut un murmure à peine audible, mais Naruto comprit. Emiko s'approcha de lui, tenant d'une main sa longue toge blanche pour l'empêcher d'être en contact avec le sol. Lorsqu'elle fut à sa hauteur, elle caressa tendrement la joue du blond. Celui-ci se sentait étrangement bien, le contact avec la petite brune l'apaisait. Il posa main sur celle de la jeune femme.

« Je suis la clé Naruto, Kyûbi-sama te mènera à moi lorsque tu seras prêt... »


« Tu vas te réveiller oui ? Je ne suis pas ta baby-sitter mais ton sensei. »

Naruto ouvrit brusquement les yeux. Son professeur était penché au dessus de lui et le secouait dans tous les sens. Le genin comprit qu'il était l'heure de se remettre en route. Il venait encore de faire ce rêve. Il se demandait qui pouvait bien être cette fille


« Emiko... souffla-t-il


-Hm ? Tu as dis quelque chose Naruto ? »


Le blond secoua la tête, il avait pensé tout haut. Ce qui le préoccupait le plus c'est qu'à chaque fois, elle lui parlait de Kyûbi, elle paraissait le respecter et ne pas le craindre. Il ferait des recherches, il devait peut-être exister un clan dont la particularité était d'avoir des yeux dorés. Il n'y avait pas que ça, il avait remarqué un tatouage sur l'épaule d'Emiko. La prochaine fois qu'il rêverait d'elle, il essayerait de se concentrer là-dessus. Les deux ninjas se remirent en route, le trajet qui restait à parcourir était encore long. Alors qu'ils sautaient d'arbres en arbres, Akahito demanda à son élève :


« Dis-moi Naruto, qu'est-ce que tu attends de cette mission ? »


Le blond réfléchit, il avait conscience qu'il s'agissait peut-être d'une mauvaise farce, mais il se devait d'en avoir le cœur net.


« Je ne suis pas si idiot mais si vous étiez à ma place Akahito-sensei que feriez-vous ? Peut-être que d'ici quelques heures je rencontrerais des gens de ma famille, pour moi cela signifierait la fin de ma solitude... »


Oui Akahito comprenait, ils étaient dans la même situation. Ce ne fut qu'en fin de journée et après deux jours de course qu'ils arrivèrent dans les environs du nouveau village. Il fallait être prudent, ils ne pouvaient pas se pointer comme des fleurs au beau milieu d'un village ninja potentiellement ennemi. Alors qu'Akahito allait expliquer son plan il se rendit compte qu'il était tout seul.


« Bordel c'est pas vrai il m'aura vraiment TOUT fait. »


Il s'élança à la poursuite de Naruto, celui-ci s'approchait de l'entrée du village. Il atterrit devant une gigantesque porte rouge, close. Elle était ornée d'un tourbillon bleu marine, avec au centre de la porte un étrange symbole. Il fut rejoint par son sensei qui lui adressa un regard noir. Le plus expérimenté des deux ninjas regarda la porte, il ferma les yeux et constata qu'il ne sentait aucun chakra à proximité. Il s'approcha alors d'avantage, et il fut surpris de connaître le symbole au centre de la porte. Il s'agissait d'un fuinjutsu, une forme très particulière qui réagit au sang, tous les fuinjutsu ou presque se réalisent avec une goutte de sang mais celui-ci nécessite pour l'ouvrir, que celui qui désire ouvrir la porte contienne le sang de celui qui l'a posé. Autrement dit il s'agissait d'un fuinjutsu qui pouvait se faire et se défaire entre membre d'une famille. C'était bien sa veine. Alors qu'il cherchait une solution, son élève qui réfléchissait beaucoup moins approcha son doigt du sceau. Alors que son sensei allait l'arrêter, celui-ci s'arrêta. C'était EVIDENT et lui il n'y avait pas pensé. Si ce clan est bien le clan Uzumaki alors un Uzumaki pourrait en théorie ouvrir la porte. Il indiqua à son élève de reculer, il se mordit le pouce et l'apposa au niveau du centre du sceau. Au début rien ne sembla se passer puis une lumière jaillit et c'est alors que la porte s'ouvrit. Le genin regardait la scène émerveillé, il n'avait pas compris ce qu'il s'était passé. Lorsque la porte fut complètement ouverte les deux ninjas restèrent bouche bée. Ils traversèrent l'entrée, le moins que l'on puisse dire c'est que le village appelé Uzu-no-kuni semblait paisible, une immense fontaine se trouvait au centre du village, à la place des traditionnels jets d'eau se trouvait des tourbillons, c'était réellement un paysage agréable. Alors qu'ils allaient d'avantage pénétrer dans l'enceinte du village, une kunoichi apparut. Elle portait un habit semblable aux jounins de Konoha comme l'uniforme d'Akahito à la différence que la veste n'était pas kaki mais d'un rouge flamboyant. Elle devait d'ailleurs avoir le même âge que ce dernier, une chevelure châtain coupée court, des yeux turquoises, une silhouette fine et chétive. Elle menaçait les deux ninjas avec un katana noir dont la garde était ornée d'un tourbillon rouge.


« Qui êtes-vous et comment avez-vous pu passer outre le sceau Uzumaki ? »


Elle n'avait cessé de fixer le ninja le plus grand, sans se préoccuper du genin. Lorsque son attention se porta enfin sur celui-ci elle écarquilla les yeux et en laissa tomber son arme. Elle regardait le jeune homme comme si il s'agissait d'un fantôme. Naruto parut d'ailleurs gêné par la situation ne comprenant pas les agissements de cette femme. Alors qu'elle s'avançait vers lui, elle fut interceptée par Akahito. Celui-ci avait les sourcils froncés et un air dur.


« Ne le touchez pas. »


Sa voix était froide, et sembla faire sortir la kunoichi de sa transe. Celle-ci reprit contenance et les pria de la suivre, il fallait au plus vite les emmener près de l'Uzukage. Lors du trajet les yeux des ninjas de Konoha allaient ici et là, détaillant le village d'Uzu. Ils n'avaient vu un endroit comme celui-ci, la nature y était très présente. Les maisons étaient des sortes de cabanes géantes dans des arbres tout aussi énormes. Le village était entouré de cascades, il y avait énormément d'animaux et les villageois paraissaient souriants et joyeux. Le bureau du Kage se trouvait au sommet d'un immense chêne. Ce qui surprit le plus Akahito était le manque apparent de gardes, ou même de ninjas pourtant il sentait de nombreux chakras, mais il n'y avait personne. Ils arrivèrent donc devant la porte du chef du village. La kunoichi approcha sa main de la poignée et avant de l'ouvrir elle déclara :


« Attendez quelques minutes s'il-vous-plaît, notre Kage est assez...imprévisible et j'aimerais d'abord le prévenir de...votre arrivée. »


Elle pénétra dans le bureau. Les deux membres du village de la feuille attendirent alors sur le pas de la porte une dizaine de minutes. Ils avaient clairement entendus quelque chose de lourd tomber mais ils n'avaient pas bougés, préférant obéir à la jeune femme. Le porte s'ouvrit brusquement sur un homme, très grand et impressionnant, comme Jiraya, il avait une longue chevelure blanche et en bataille ramenée tant bien que mal en une couette basse dans le bas du dos. Il devait avoir dans la cinquantaine et il portait un yukata rouge et blanc et avait à sa ceinture un katana blanc. Son regarde bloqua sur le premier ninja qu'il croisa.


« Akahito, tu es vivant... »


Le susnommé haussa un sourcil, il ne connaissait pas cet homme pourtant lui semblait le connaître. Le vieil homme tourna alors son regard vers le plus jeune ninja qui venait de se racler la gorge. Ses yeux s'agrandirent encore plus à cause de la stupéfaction, cette fois-ci l'homme sortit entièrement du bureau et il se baissa à hauteur du blond. Naruto le regardait sans comprendre, le Kage approcha sa main de son visage et il caressa les cicatrices du jeune genin.


« Tu ressembles tellement à ma petite Kushina. »


Naruto ne comprenait pas, qui était Kushina ? A l'entente de ce nom Akahito eut un hoquet de surprise, cet homme il ne pouvait être...


« Grand-père ? »


La voix du rouquin était tremblante, il n'avait osé parler fort, cela lui semblait tellement irréaliste. Naruto lui, paraissait perdu, son sensei venait-il de l'appeler Grand-père ? Le Kage qui s'était redressé affichait un grand sourire, satisfait d'avoir été reconnu, et surtout heureux d'avoir retrouvé ses petits enfants.


« Je suis si heureux de vous avoir retrouvés mes chers petits, vous ne savez pas à quel point vous m'avez manqué.. »


Mes chers petits ? Le blond haussa un sourcil.


« Excusez-moi le vieux sénile mais je crois qu'il y a erreur, Teinture-sensei et moi ne sommes pas frères. »


Akahito faillit s'étouffer à l'entente du fameux « Teinture-sensei », le plus âgé paraissait ne rien comprendre puisqu'il rajouta :


« Je suis peut-être vieux mais pas encore sénile je suis conscient que vous n'êtes pas frères, Akahito-kun est le fils de ma fille aînée Yurika et tu es le fils de ma petite dernière, Kushina. »


Ce fut au tour de Naruto de ne pas comprendre alors que son sensei se mordit la lèvre, ça y est, c'était dit...Son regard alternait entre le vieux et son sensei, cherchant un semblant de soutien dans les yeux du rouge, celui-ci baissa les yeux, finissant de convaincre le jeune ninja. Il ne savait pas quoi dire, alors il avait un grand-père, et un cousin ? Alors il n'était pas seul ? Mais pourquoi personne ne lui avait rien dit ? Ne connaissant pas la situation l'Uzukage les pria de rentrer dans son bureau. Une pièce simple, dans laquelle trônait un bureau et quelques bibliothèques. Il montra les deux fauteuils du doigt et les intima de s'asseoir. Avant de parler, il les regarda, ils semblaient tous les deux déboussolés mais il ne put s'empêcher de penser qu'ils avaient l'air d'avoir bien grandit, ils paraissaient en excellente santé et surtout ils avaient l'air d'être de bons ninjas, particulièrement le plus vieux des deux, duquel émanait une aura impressionnante. Celui-ci le fixait sans réellement le voir, il semblait perdu dans ses pensées, comme le plus jeune d'ailleurs.


« Akahito et... »


Il laissa sa phrase en suspend, il se rendit compte qu'il ne connaissait pas le nom de son petit fils.


« Naruto »


Ce fut le blond qui, dans un murmure, avait décliné son identité. Le Kage acquiesça, Naruto, c'était un prénom original, cela ne l'étonnait pas de Kushina.


« Je suis désolé, je n'ai jamais eu l'occasion de te voir depuis ta naissance...Je n'avais d'ailleurs pas vu tes parents depuis l'annonce de ta venue au monde...


-Et pourquoi vous n'êtes jamais venu me chercher ? »


La tête toujours baissée, la voix de Naruto était chevrotante, on sentait toute l'émotion qu'il ressentait. Puis il leva les yeux vers son grand-père, ses beaux yeux bleus étaient maintenant rouges. Avec une voix pleine de colère il continua :


« J'ai toujours été seul, vous n'êtes jamais venu...Pourtant vous saviez où chercher, vous saviez pour Konoha et le démon ! »


Naruto s'arrêta, il avait sentit une main sur son épaule, celle de son sensei qui le regardait d'un air compréhensif et remplit de tristesse. Cela calma Naruto, ses yeux redevinrent aussi bleus que le ciel.


« Le Conseil du Village n'aurait jamais laissé le jinchûriki de Kyûbi quitter le village... »


Le vieil homme acquiesça.


« Lorsque je suis venu vous chercher je me suis heurté à un mur, Naruto tu étais sous haute surveillance du Conseil -les deux conseiller, le chef de la Racine et les Uchiha...Ils m'ont empêchés de voir le Sandaime et de t'approcher, et ils auraient menacés la vie d'Akahito si je ne m'en allais pas très vite...Et celui-ci ne voulait pas quitter Konoha. »


Naruto se tourna vivement vers son cousin, pourquoi n'avait-il pas saisi cette chance ?


« Je...Après la mort de Maman et de tante Kushina j'ai...je ne voulais pas laisser Naruto seul au village. Je ne voulais pas qu'on se serve de lui comme une arme, j'ai préféré rester dans l'ombre et le surveiller. Il y a quelques mois de cela les choses ont changées et évoluées pour Naruto et pour le village. Après la mort de Sandaime, Jiraya-sama est revenu au village s'occuper de lui et Godaime-sama a fait le ménage dans le Conseil du village. C'est pourquoi j'ai enfin pu m'approcher mais...je ne savais pas comment te dire que nous étions parents. »


Il regardait le petit blond, espérant que celui-ci comprenne qu'il n'avait pas eu d'autres choix. Ce dernier ferma les yeux, il avait retrouvé des membres de sa famille et cela en quelque sorte grâce à la vieille et à son vieux pervers de sensei. Un sourire franc apparut sur ses lèvres, soulageant ainsi les deux hommes. Une nouvelle vie allait pouvoir commencer.