J'anéantirais la faiblesse

par A four-handed song

Prologue : J'anéantirais la faiblesse.



« Vous connaissez tous le légendaire Naruto, celui qui a tant fait pour le monde shinobi, mais connaissez-vous réellement son histoire ? Saviez-vous qu'il était prédestiné à devenir le plus grand héros jamais connu ? Vous vous en doutiez n'est-ce pas, mais saviez-vous qu'au commencement, il n'était pas si fort, il n'était pas si sage, et encore plus invraisemblable, il était haït par son village. Oui oui, la légende de Naruto Uzumaki ne s'est pas faite en un jour, oh ça non. Laissez-moi vous raconter la vraie histoire, celle qui n'est pas racontée dans les livres. Suivez-moi, il faut remonter au commencement, le jour où tout a basculé. »



Il faisait nuit, le vent sifflait et la pluie tombait rapidement sur le village endormi. Dans un petit studio délabré du plus vieux quartier de Konoha, un petit garçon regardait la pluie tomber. Ses cheveux blonds et ses yeux azurés faisaient de lui un être à part, que l'on ne pouvait affilier à aucune grande famille du village. Là était le problème, il était désespérément seul. Personne ne s'occupait de lui, et lorsqu'il s'aventurait dehors, dans l'espoir de pouvoir jouer avec quelqu'un, il ne rencontrait que des visages haineux et méfiants. Qu'avait-il donc fait ? Cette question hantait nuits et jours son jeune esprit, d'aussi loin qu'il se souvenait il n'avait jamais causé le moindre tort à quelqu'un, ou du moins jamais en faisant exprès. Il lui est déjà arrivé de bousculer quelqu'un, une ou deux fois, mais rien de plus. Il soupira, regagna son lit, et ferma les yeux. La pièce autour de lui était quasiment vide, il y avait son lit, un placard, une table, un évier, un micro-onde, une douche et des toilettes, le strict minimum. Le jeune garçon se recroquevilla, il avait froid. Il se força à imaginer quelque chose de réconfortant, c'est ainsi que les yeux fermés il imagina la chaleur d'une mère, et la bienveillance d'un père.

Dans ses rêves le jeune garçon était heureux, il se voyait lancer des shurikens avec son père, il se voyait dans un bain chaud se faisant frotter les cheveux pas sa mère. Un sourire se dessina sur ses lèvres, il aimait ça, rêver. C'est alors que comme toujours, son rêve se transforma en cauchemar, il sentit un liquide couler sur son épaule, il ne savait que trop bien ce que c'était. Il leva la tête, toujours assis dans son bain, et il vit du sang couler de la gorge de sa mère.



« Hey Naruto tu te réveilles, on part en mission sauvetage aujourd'hui. »


La voix de son ami de toujours résonna dans sa tête, il ouvrit les yeux, dévoilant deux orbes bleues. Il passa sa main dans ses cheveux, encore ces vieux souvenirs, le temps avait passé depuis, Naruto n'était plus le petit garçon chétif et seul qui passait ses journées à regarder par la fenêtre. Il afficha un grand sourire. Aujourd'hui il n'était plus seul, il avait son équipe, il avait ses amis, il avait son frère. A cette dernière pensée, son regard se voila, Sasuke était partit dans la soirée d'hier, désertant ainsi Konoha, le laissant ainsi à nouveau seul. Tsunade, le cinquième Hokage, l'avait missionné de le ramener au village, avant qu'il ne soit trop tard.


« Shika, j'suis prêt à botter le derrière de cet idiot de Sasuke, et je vais le ramener, et tout redeviendra comme avant ! »


Shikamaru Nara regarda son ami, il ne pouvait s'empêcher de douter de ce qu'il venait de dire. Il semblait être le seul à croire qu'il reviendrait, et que tout redeviendrait comme avant. Il ne répondit pas et tous deux se dirigèrent vers la grande porte du village. Shikamaru avait un mauvais pressentiment, et il n'espérait qu'une chose, ramener tout le monde vivant. Devant l'entrée, les attendait Kiba, Lee et Neji, ainsi qu'un peu plus à l'écart, la coéquipière de Naruto, Sakura Haruno. Celle-ci était en pleurs, elle s'avança devant le jeune blond, et se mit à le serrer fort. Naruto se sentit bien, il se sentit comme dans ces rêves, alors c'était donc cela, la chaleur d'une femme ?


« Ramènes-le moi Naruto, s'il-te-plaît, ramènes-moi Sasuke, au péril de ta vie si il le faut. »


La sensation de bien-être qui avait envahit le jeune homme s'évapora instantanément. Il prit un air faussement entendu, se gratta l'arrière de la tête et lui répondit de ne pas s'inquiéter.


La mission démarra, et les ennemis s'enchaînèrent, la mission s'avérait plus complexe que prévue, leurs opposants avaient tous été marqués par le sceau d'Oroshimaru, l'équipe avait été obligée de se séparer, seul Naruto continua sa route, laissant ses compagnons s'occuper des sbires du sannin. Il prit en chasse son ancien coéquipier. La course-poursuite continua jusqu'à ce que Sasuke s'arrête au pied d'une immense cascade flanquée de deux statues, représentant le légendaire combat qui opposa Madara Uchiha à Hashirama Senju, le premier Hokage. C'est ainsi qu'ils se retrouvèrent l'un en face de l'autre dans ce que tout le monde appelle La Vallée de la Fin.


«Pourquoi t'acharnes-tu à me suivre ? Tu n'es qu'un idiot Naruto ».


Sasuke se tenait à plusieurs mètres de lui, un rictus de haine tordait ses lèvres, Naruto lui, le regardait, il semblait perdu. Se devait-il réellement d'attaquer son ami ? Devait-il réellement se battre contre son coéquipier, contre son frère ? Il repensa à tous les moments qu'ont vécu l'équipe sept : Les missions de sauvetages des chats du village, la mission au pays des vagues, ou bien encore l'examen chûnin. Ils avaient tous traversés ensemble, pourquoi est-ce qu'ils en étaient arrivés là ?


« Sasuke arrêtes maintenant, reviens au village, Sakura t'a beaucoup pleuré tu sais...Reviens avec nous.


-Je n'ai aucune envie de revenir, j'ai quelque chose à accomplir, et tu ne peux pas comprendre. Je m'affaiblis dans ce village de nuls, ce n'est pas en restant dans cette équipe de raté que je vais pouvoir accomplir ma vengeance.


-Je suis le mieux placé pour te comprendre, j'ai grandis seul moi aussi.


-Tu as toujours été seul, moi j'avais une famille avant, j'avais un frère, une mère, un père. Aujourd'hui je n'ai plus rien, je vis au milieu des ruines de mon clan, je vis avec les souvenirs de cette nuit. Je vis avec le désir de le tuer, de tuer Itachi pour tout ce que j'ai enduré par sa faute. »


Il avait fini sa phrase en lui lançant une nuée de shurikens, Naruto les esquiva et effectua un multiclonage.


« C'est tout ce dont tu es capable, espèce de raté ? Toujours les même techniques, tu ne sais donc faire que cela, le Kage Bunshin ? C'est pitoyable. Tu n'es qu'un idiot sans intérêt. Comment peux-tu te prétendre mon rival ? Alors que tu transpires la faiblesse ».


Naruto ne répondit pas, ce duel dura longtemps, le genin aux cheveux dorés commençaient à perdre du terrain, il ne voulait pas se résoudre à blesser son ami. C'est d'ailleurs ce qui le fit perdre...Son adversaire lui n' hésita pas, il perfora son ancien camarade d'un chidori au niveau du poumon. Le bras de Sasuke lui transperçant le corps fut la dernière chose que Naruto vit avant de s'effondrer, inconscient.


Ploc, ploc, ploc.

Il ouvrit les yeux, il se trouvait dans une pièce sombre. Il ne connaissait que trop bien cet endroit. Il essaya de se lever, peine perdue, une douleur persistait au niveau de son thorax. Une voix rocailleuse se fit entendre.


« Tu es bien pathétique gamin. Tu avais toute ma puissance à disposition, et tu n'as même pas essayé de l'utiliser, kuf kuf kuf. »


Naruto n'essaya même pas de rétorquer, il fixait les ténèbres, sans sourciller. Il ne réfléchissait à rien, il se sentait comme vide, dénué d'envies.


«Si tu veux prendre possession de mon corps, vas-y Kyûbi, je n'ai rien à perdre tu sais . »


Derrière sa grille le renard observait le garçon étendu au sol. Il n'avait pas pour habitude de se laisser faire. Il sentait que quelque chose avait changé. Le démon s'allongea et reposé sa tête sur ses pattes.


« Je n'aime pas les victoires faciles, je préfère prendre le contrôle moi-même. L'autre emmerdeur d'Uchiha a raison, tu transpires la faiblesse. Il a cherché à te tuer, je ne m'y connais peut-être pas en amour, mais une chose est sûre, si il te portait ne serait-ce qu'un peu en estime, tu ne serais pas allongé là gisant dans ton sang le poumon perforé. Je ne suis peut-être que haine et désolation, mais je sais reconnaître ces sentiments si pathétiques que sont l'amour et l'amitié. Crois-moi, tu vas peut-être périr de la main de celui que tu considérais comme l'un des tiens, et tu veux que je te dise ? Au village, seule la disparition de l'Uchiha n'émouvra les villageois. La tienne ne changera la vie de personne. A part peut-être celle de quelques personnes. Pour les autres tu n'es que le réceptacle du démon, et un piètre réceptacle qui plus est, même pas assez fort pour être utilisé comme une arme, c'est pathétique. »


Naruto serra les poings, combien de temps encore allait-il se laisser insulter ? Combien de temps encore allait-il supporter d'être la cible des moqueries, ou des visages haineux ? Que fallait-il qu'il fasse de plus pour prouver aux autres qu'il avait sa place au village ? Il ne voulait plus être faible, il ne laisserait plus jamais personne se mettre en travers de sa route, la prochaine fois qu'il croiserait Sasuke Uchiha, il l'anéantirait.


Kyûbi sourit, la suite allait être intéressante.