Tokage no tani

par Elerosse

Chapitre 6 : Tokage no tani.

 

 

Naruto se réveilla difficilement, endolori de partout, il se releva et remarqua alors que des bandages recouvraient toutes les coupures qu’il avait reçues lors de sa fuite.

De plus, il était dans un lit avec une épaisse couverture qui le recouvrait.

 

-         Tiens, le mioche est réveillé, se moqua une voix caverneuse.

 

Le genin tourna la tête vers la personne ayant parlé, il sursauta en voyant un monstre, un lézard aussi gros qu’un bœuf, il tenait sur ses pattes arrières et portait pour seul vêtement un pagne, un disque d’acier était fixé à son bras gauche et une lance était accrochée à son dos. Il avait de grands yeux dont les pupilles, à l’instar des chats étaient fendus verticalement.

La créature l’ignora momentanément et se dirigea vers une ouverture découpé dans le bois.

Naruto regarda enfin autour de lui, il se trouvait dans une simple maison d’une pièce de forme circulaire.

Les murs étaient recouverts d’amoncellement de boue séchée.

La créature grogna et claqua sa langue en cadence.

 

-         C’était peut-être le langage de son peuple, pensa Naruto.

 

La bête retourna à sa position d’origine, adossée à un mur et toisa l’humain avec dégoût.

Une forme passa soudainement par l’ouverture d’où la grosse brute avec dialogué.

C’était un gecko, un lézard de la taille de Naruto, il était très maigre par rapport au tas de muscles qui le surveillait mais possédait tout de même des muscles finement sculptés, le bout de ses doits étaient enflés.

Il portait comme habit, un chapeau de paille allongé devant son visage ainsi un obi jaune terne qui retenait deux katana croisés dans son dos, il mastiquait une tige en bois.

D’un doigt, il releva son chapeau, ses yeux n’étaient pas fendus comme ceux de son camarade mais bien ronds.

Le gros claqua de la langue à répétition puis s’en alla.

 

-         Excuse l’attitude de mon grognon de compagnon, c’est un nocturne, il ne supporte pas de rester éveillé le jour, logique non ? Et manque de pot, c’est lui qui a dû te surveiller, au fait, je suis Miko mais tu peux m’appeler Miko.

 

La chose avait dit toute sa phrase d’une seule traite et rapidement, il n’avait pas l’air essoufflé, il devait avoir l’habitude.

 

-         C’est le même nom… que tu me proposes, dit Naruto après quelques secondes d’ébahissement.

-         Etonnante constatation, Miko va prendre soin de toi lors de ton séjour, si tu as des questions pose-les à Miko, Miko servira aussi de traducteur, tous mes congénères ne parlent pas tous humains, Miko trouve ce langage fascinant, tant de complexité, tant d’expression, de mots… savais-tu que les humains utilisaient plusieurs mots pour dire la même chose ?

-         On appele ça des synonymes, dis, je ne veux pas paraître impoli mais… tu parles toujours autant ?

-         Beaucoup, souvent, tout le temps, mes congénères pensent que Miko est un moulin à paroles, une pipelette, un…

-         Stop ! J’ai compris, euh, on est où ici ?

-         A Tokage no tani ( la vallée des lézards ) évidemment ! s’écria joyeusement Miko, franchement, honnêtement, où croyais-tu être ?

-         Ben, justement, si j’ai demandé, c’est que je ne savais pas.

-         Tu peux te lever ? La mère de Miko, notre mère, notre reine veut te voir, c’est bizarre, ça fait presque deux cent ans qu’elle n’a pas reçu de visiteur, d’habitude, elle nous demande de les chasser, tu dois être spécial pour avoir attisé sa curiosité.

 

Ne lui demandant pas son avis, Miko attrapa Naruto et le plaça sur son épaule comme un vulgaire sac de pomme de terre et passa par l’ouverture malgré les protestations du blond.

 

Naruto suivait Miko dans un sombre tunnel, après être sorti de la case, le Gecko avait emmené le genin à l’entrée d’une caverne où le lézard le laissa enfin avancer par ses propres moyens.

Le cheminement se termina dans une grande salle, le blond fit quelques pas et regarda partout autour de lui.

 

-         Elle est où ta mère ? Il fait trop sombre, ici.

-         Devant toi, Miko pense que tu devrais lever les yeux.

 

Naruto s’exécuta, il devina grâce à une lumière tamisée venant d’un trou dans le plafond, une gigantesque silhouette.

Le genin avait entendu par cette peste de Katsumi, que son père pouvait invoquer un crapaud géant et tenir facilement debout sur sa tête.

Cela donnait la même impression au blond.

 

-         La grande Iguane ! s’extasia Miko devant la massive créature.

 

En effet, elle ressemblait à une Iguane, sa peau était granuleuse et de couleur de pierre, ce qui expliquait pourquoi Naruto ne l’avait pas vu du première coup.

Le gueule de l’iguane s’ouvrit et sa langue passa entre ses dents acérés pour tâter l’air, elle conversait par petits cris et autres claquements de langue.

 

-         La reine fait savoir à Miko qu’elle est curieuse, elle se demande pourquoi un jeune humain se trouvait dans sa forêt sans y chercher du pouvoir comme ceux que vous appelez habituellement ninja, cherchent couramment.

-         Je cherchais juste un remède contre un mal qui me ronge, j’ai perdu mes compagnons de route en arrivant dans cette forêt.

 

 Miko traduisit les paroles de Naruto à sa reine, qui répondit dans la foulée.

 

-         Elle demande à Miko de quoi tu souffres.

-         Je ne sais pas exactement, lorsque j’utilise mon chakra intensément, je souffre beaucoup.

-         Qu’est-ce que le chakra ?

-         Hein ?

-         Je ne comprends pas ce terme et je dois être précis avec la reine-mère.

-         C’est… ce qui permet aux ninjas de faire un jutsu…

 

Miko inclina la tête sur le côté, en signe d’incompréhension.

 

-         ça me permet de… faire des clonages, des métamorphoses, de marcher sur les murs ou le plafond, je vais te montrer.

 

Il rassembla ses mains et concentra son chakra dans ses pieds, d’un bond, il monta sur le mur au-dessus de l’entrée puis il se déplaça vers le haut, d’un autre saut, il arriva au plafond où il s’y suspendit la tête à l’envers.

La matriarche siffla et Miko claqua ses mains.

 

-         Pouvoir spirituel, fallait le dire plus tôt, le réprimanda Miko gentiment, chakra, chakra, chakra ! Un nouveau mot dans mon répertoire, quel doux accord !

 

Naruto relâcha son accroche et atterrit près du lézard qui lui servait de guide.

Miko paraissait fou ou folle, le ninja n’arrivait pas à différencier son sexe mais ce n’était pas important, l’attitude de la bestiole, l’effrayait, comme si apprendre un nouveau mot de vocabulaire était la plus grande découverte du siècle.

La grande Iguane la stoppa par une mélodie venant du fond de sa gorge.

 

-         Tu ne cherches donc pas plus de pouvoir ? traduisit Miko à Naruto.

-         Non, je serais déjà heureux si je rentre chez moi sans mon problème, pour être plus fort, je m’entraînerais durement à cela.

-         La mère apprécie ta noblesse de cœur et consent à te donner ce que tu désires.

-         Génial, remercie-la infiniment de ma part.

-         Mais avant cela, tu vas devoir faire quelque chose.

-         Quoi donc ? demanda Naruto mal à l’aise.

 

Miko ne répondit pas mais son sourire et ses yeux à demi-clos ne laissait rien présager de bon.

 

 

Naruto attendait sur le chemin balisé, il était au centre d’un carrefour qui indiquait plusieurs directions, derrière lui, là d’où il venait, une pancarte indiquait le pays de la foudre, à sa droite, le pays des rizières, à gauche, celui du brouillard et en face, celui du feu, son pays, sa maison.

Il ne savait pas quoi faire, devait-il rentrer sans Sakura et son père ?

Ils avaient quitté facilement Konoha sous un camouflage avec la couverture de Sanjirô mais que ce passerait-il s’il franchissait les portes sans soutien ?

 

-         Naruto ! s’exclama une voix bien connue à sa gauche.

 

Sakura lui sauta au cou tandis que Sanjirô regardait la scène d’un air espiègle, le blond succomba à un excès de questions sur sa santé.

Cela commençait à être routinier d’être mitraillé de mots, avec Miko, ses oreilles commençaient à avoir de l’expérience.

Il tilta quand Sakura sortit quelques mots comme : Sanjirô, décision, t’abandonné volontairement, épreuve, guérison.

Le sabreur faisait de grands signes à sa fille pour qu’elle se taise mais la rose lui tournait le dos et donc ne le voyait pas.

Naruto rigola nerveusement.

 

-         Un mois à me triturer les méninges pour savoir si vous étiez sains et saufs… à vous imaginer dans l’estomac d’une bestiole ou perdus je ne sais où…

-         Allons, ne m’en veux pas, c’est pour ton bien, tu es en vie, non ?

-         Ouais, faisons comme si rien ne s’était passé, soupira le blond d’un air tragique.

-         Tu es guéri ? demanda Sakura.

-         Oui, je peux user à balle de mon chakra.

-         Super ! Alors dit-moi ! C’est quoi le défi mortel de cette forêt ? le harcela le père de Sakura excité.

-         Vous saviez pour ça aussi ? dit Naruto en craquant ses poings.

 

Sanjirô se massa le cuir chevelu, espérant que les bosses qui commençaient à gonfler ne dureraient pas longtemps.

Comme Naruto l’avait décidé, il garderait le secret de la vallée des lézards jusqu’à ce qu’il ne puisse plus se taire.