Troisième cycle ?

par T-twix

Karin courait le plus vite possible. Elle était dans la forêt de Konoha. Une forêt aussi vaste que magnifique, mais la rousse n’avait pas le temps de pique-niquer. Elle devait se rendre à Konoha aussi vite que possible. Elle ne savait pas la situation du village à l’heure actuelle. Peut-être n’y avait-il rien à craindre, peut-être le village était déjà tombé. Karin voulait se rassurer, mais ses derniers ennemis n’avaient fait qu’embrouiller ces pensées.

Elle s’en voudrait éternellement si elle n’arrivait pas au village à temps…

 

Konohamaru transpirait beaucoup. Il se fatiguait assez rapidement du maniement d’Enma, le Roi des Singes, sous la forme du bâton aux mille formes. Enma s’était cloné, et avait formé une barrière pour protéger Konohamaru de l’énorme rocher que venait de lancer Giriko. Le Sarutobi remercia son invocation dans un murmure avant de voir Sakura foncer droit sur Giriko, se faisant lamentablement contrer. Néanmoins, le sourire de Sakura en dit long sur son attaque. Elle ne voulait que le ralentir, et c’était chose faite.

D’épais câbles sortirent du sol pour empêcher le Shin Gogyou de bouger. Et aussi impressionnant, ils arrivèrent à le ralentir quelques secondes avant qu’il ne se libère. Le ninja ayant une peau aussi noir que le charbon se libéra en explosant les câbles qui semblaient être plus dur que de l’acier. Le ninja des Shin Gogyou enchaîna rapidement les mudras, préparant rapidement son chakra pour une nouvelle technique.

-          Doton, Elan Terrestre !

Aussitôt, un grand séisme se fit sentir par les ninjas de Konoha, avant que des fissures n’apparaissent sur le sol. Et quelques centièmes de secondes plus tard, de nombreux petits débris sortirent du sol. Neji comprit alors.

Les débris firent s’agrandir les fissures, jusqu’à ce que des débris de tailles supérieures à un être humain se mirent à sortir à des vitesses épouvantables.

Furuo et Seigi sourirent. Si Giriko passait véritablement aux choses sérieuses, alors ceci n’était rien comparé à la suite du combat. Les ninjas de Konoha comprendraient alors la signification de l’expression « force majeure ».

Sakura esquiva un débris à l’aide d’un petit saut sur le côté, avant de frapper lourdement le rocher. Celui-ci s’envola en direction de Giriko, qui se mit à sourire de toutes ses dents. Il tendit le bras et bloqua sans plus de cérémonie le rocher de plus de deux mètres de diamètre…

Avec un seul doigt.

 

Naruto lança une flopée de kunai que Midoki esquiva aisément. La blonde lança à son tour un kunai, mais chargé avec du chakra de type vent condensé à l’extrême. Le kunai siffla rapidement en l’air, et Naruto ne put l’esquiver que légèrement, au prix d’une légère blessure sur le bras gauche. Le jeune homme fit un Kage Bunshin, faisant de ce fait apparaître une dizaine de clones. Ceux-ci ne pouvant pas rester indéfiniment au combat, ils foncèrent tous vers la belle utilisatrice du vent. Celle-ci sourit avant de tendre une main vers les clones.

-          Fûton, Secousse du Vent, murmura la Shin Gogyou.

Aussitôt, alors que les clones de Naruto s’approchaient dangereusement, tous furent détruits par une véritable et puissante onde de choc. Naruto fut étonné. Même pas besoin pour elle de faire des mudras en ce qui concerne le Fûton. Un désavantage pour le jeune homme. Mais celui-ci ne resta pas abattu ainsi, et décida de mettre le paquet pour la battre. Voyant la détermination de Naruto, Midoki lâcha un soupir.

-          Sérieusement, tu pouvais pas te laisser faire ? Tu m’obliges à forcer un peu, Naru-chan, soupira Midoki.

Cette fois-ci, Midoki fit quelques mudras, avant de tendre la paume de sa main vers le ciel. Naruto écarquilla les yeux. C’était impossible ! Et pourtant, une sphère bleutée se forma dans la main de la femme en face de lui, avant de laisser sortir quatre pointes, semblable à un shuriken, de cette même sphère. Son jutsu le plus puissant… Midoki sourit, avant de lancer une pique à Naruto.

-          Tu n’as pas le monopole du Rasengan et de la maîtrise du Fûton…

« Fûton, Rasenshuriken ! »

Midoki, alias Kaze

Elle lança l’orbe shuriken sur Naruto. Celui-ci, affolé, ne savait pas quoi faire, et le temps qu’il avait été très réduit. Quand soudainement, une voix s’éleva dans son esprit. Naruto reconnut alors Mjöllnir, et son visage affolé devint serein. Il avait bien un jutsu plus puissant que le Rasenshuriken, mais celui-ci n’était pas vraiment de lui. Il s’agissait en quelques sortes de son héritage. Le marteau de la légende apparut dans les mains de Naruto, ses cheveux repartirent en pics et ses yeux prirent une couleur dorée. Le chakra s’accumula de manière encore plus rapide et précise qu’auparavant. Il était temps. Temps de montrer la puissance de Mjöllnir au monde…

« Mjöllnir, Mépris du Ciel »

Naruto Uzumaki

Un éclair d’une puissance tout simplement phénoménale fracassa l’orbe shuriken de Kaze, sous le regard ébahi de celle-ci. Naruto était donc capable d’une telle prouesse, malgré l’avantage du vent sur la foudre. Un sourire s’agrandit sur le visage de Kaze. Après tout, Naruto était bel et bien le descendant direct de Minato. L’onde de choc dévasta à nouveau les terres déjà dévastées du village de Konoha. Naruto respira un grand coup pour récupérer un maximum d’oxygène.

Midoki fonça sur le Jounin, ce qui le surprit. Ne devait-elle pas être effrayée de la puissance du marteau divin ? Naruto grogna a resserrant sa poigne sur le marteau. Il frappa Midoki, mais étonnamment, l’arme fut bloquée assez aisément.

-          Naruto ! Mets-toi hors de portée, immédiatement ! cria la voix de l’esprit-loup de Mjöllnir.

Naruto obéit sans se poser de question, tandis qu’une onde de choc venant du ciel détruisit l’endroit où se trouvait le jeune homme auparavant. Les yeux écarquillés, Naruto constata ce que tenait Midoki dans sa main gauche.

-          Naru-chan, tu n’es pas le seul à posséder une arme mythique comme Mjöllnir, sourit la blonde.

-          C’est quoi cette arme ? demanda Naruto.

En effet, dans la main de Midoki se trouvait une dague. Cette arme, qu’elle avait trouvée dans le musée d’archéologie de Konoha, l’avait rendue heureuse. Désormais, il ne restait plus qu’un seul verset à éveiller et le Ragnarök aurait lieu. Mais ce qui troublait Naruto était comment la blonde pouvait s’en servir. C’est alors qu’il comprit, et ces yeux s’ouvrirent en grand. Midoki laissa un petit sourire en coin trainer sur son visage, avant de prendre la parole.

-          Tu comprends. Tu es décidément comme tes oncles et ton père, Naru-chan, expliqua Midoki. Ce sens de logique implacable qui fait passer tes sentiments avant ton devoir.

-          Quel est ton vrai nom ? demanda alors Naruto d’un ton inquisiteur.

-          Tu veux vraiment savoir ? Tu veux vérifier ta théorie ? sourit-elle énigmatiquement.

-          Es-tu une Namikaze, comme l’était mon père ? Et qui sont ces oncles dont tu parles ? demanda le blond, ses poings se serrant à cause de l’énervement.

-          Bon, je ne répondrai pas maintenant à toutes tes questions, Naru-chan, mais je vais au moins te dire mon nom…

 

 

 

« Nishina Namikaze, l’esprit du Vent. »

Le blond se concentra encore plus. Ses doutes étaient confirmés, cette femme était bien une Namikaze. Sa maîtrise d’une arme légendaire en était la preuve. Mais il y avait plusieurs problèmes. D’une part, Naruto ne pouvait pas lutter contre elle sans utiliser Mjöllnir, alors il ne se voyait pas trop lutter alors qu’elle disposait désormais d’une arme du même calibre que Mjöllnir.

-          Au fait, cette arme est le troisième cycle du Ragnarök. Mjöllnir a dû t’en parler, vu le temps que tu le possèdes, déclara la Namikaze.

-          Le troisième cycle ? demanda Naruto.

-          En fait, t’es moins bon que Minato dans les jeux d’esprit, sourit Nishina. Cette arme s’appelle Gram. Une fois sortie de son fourreau, la dague prend sa véritable apparence, celle d’une épée. L’attribut principal de cette arme est de changer de forme à volonté, expliqua Nishina. Tu comprends ce que cela veut dire, n’est-ce pas ? sourit ensuite la Namikaze.

Aussitôt, la dague se transforma en claymore, une grande épée de deux mètres de hauteur, que la blonde fut obligée de tenir à deux mains. Le sourire de la blonde inquiéta sérieusement Naruto.

-          Voyons voir si tu peux me battre, comme tu semblais affirmer tout à l’heure, sourit la Namikaze.

 

 

Sakura esquiva le rocher et en propulsa deux autres. Elle était en train de gaspiller son chakra, mais elle n’avait pas le choix que de faire une diversion. Et cela agaçait autant Giriko que ça l’amusait. Voir ces petits ninjas essayer de le tuer alors qu’avec cent ans d’entraînement, ils n’y arriveraient sans doute pas.

-          Vous commencez à m’agacer sérieusement… maugréa le Shin Gogyou.

L’aura de Giriko se fit encore plus sombre qu’à l’accoutumée. Cette fois, il allait les écraser avec sa technique la plus puissante. Et cette fois-ci, il y aurait des morts ! Son chakra se concentra dans la paume de sa main droite. Puis le membre des Shin Gogyou toucha le sol avec cette main, y déversant le chakra accumulé, et il fit quelques pas en arrière.

-          Ca y’est, il en a marre… soupira Seigi.

Aussitôt, les représentants de la foudre et du feu au sein des Shin Gogyou sortirent de leur silence, se préparant à l’attaque. Si Giriko y allait aussi fort, alors les ninjas de Konoha présents seraient en grand danger. Le Tonnerre des Shin Gogyou se décida à intervenir juste après ce moment.

-          Doton, Atlas ! s’exclama d’une voix sombre Giriko.

Un tremblement de terre aussi puissant que rapide eu lieu, les ninjas de Konoha se regroupèrent pour bloquer l’attaque du puissant ninja toujours sous sa forme la plus puissante. Deux grandes parois de pierre les écrasèrent, mais Sakura arriva à briser cette partie de l’attaque à l’aide des dernières gouttes de chakra à sa disposition.

Giriko sourit. La rose venait de faire la chose la plus stupide à faire lors de la technique nommée Atlas. Elle venait de détruire deux murs qui les écrasaient, mais qui les protégeaient légèrement de la suite, qui allait ô combien douloureuse pour eux.

-          Impossible… murmura Neji en regardant le ciel.

Des centaines de rochers, sans doute immenses, étaient en train de chuter vers eux. Ils n’avaient que quelques secondes pour se protéger, mais rien ne leur vint en tête. Sakura se releva et prit une pilule militaire. Elle regarda Chôji, puis Shikamaru. Celui-ci acquiesça, malgré une expression inquiète sur son visage.

-          Chôji, aides Sakura, demanda le génie de Konoha.

Le ninja du clan Akimichi acquiesça à la demande de son meilleur ami. Les bras de Chôji s’amplifièrent, tandis que Sakura se mit en position de défense. A eux deux, ils pareraient l’attaque de Giriko. Même si le prix à payer serait leur vie. Konohamaru se positionna également autour des autres ninjas, ayant toujours Enma en forme de bâton aux mille formes.

-          Je vais vous aider, même si je dois y laisser la vie, déclara fortement le Sarutobi.

 

Naruto recula instinctivement, évitant de se faire couper en deux par la lame de Nishina. Le regard de Naruto fut soufflé. La lame avait touché le bout de son nez, laissant quelques gouttes d’hémoglobine couler jusqu’à sa bouche. Le blond lécha les quelques gouttes de sang.

-          Impressionnant, félicita-t-il.

-          Tu ne fais que m’esquiver depuis tout à l’heure Naru-chan, soupira Nishina. Si tu ne fais pas mieux, tu ne pourras pas me battre et récupérer ta copine, sourit-elle.

Naruto se concentra, son chakra s’accumulant dans ses jambes. Aussitôt, il se lança vers l’utilisatrice de Gram. La lame de la Namikaze rétrécit rapidement, devenant immédiatement un fleuret. La Namikaze combina son Fûton avec le style d’arme à sa disposition, créant ainsi une arme toutes distances, transperçant tout sur son chemin. Le blond sentit le vent transpercer son épaule, la douleur faisant rage dans son cerveau. Mais le blond délogea la petite lance de vent à l’aide de Mjöllnir. Nishina haussa un sourcil, étonnée. Les armes mythiques étaient d’un niveau égal, et pourtant Naruto pouvait facilement battre l’attaque de la Namikaze. Celle-ci serra les dents.

-          T’es comme ton père, grogna-t-elle. Cette maîtrise est affolante.

Aussitôt, elle rangea son arme, surprenant Naruto. Puis le blond put voir ce que la blonde préparait. Le bras de Kanon, qui était derrière Nishina, subit une longue entaille, peut profonde certes, mais qui laisserai une cicatrice. Le regard de Naruto s’agrandit, tandis que Mjöllnir disparut.

-          Arrêtes ! s’exclama le blond.

-          Trop émotif, soupira Nishina.

Naruto vit Nishina au corps à corps, la jambe tendue. Le coup fut d’une puissance phénoménale, et Naruto sentit son corps se tordre de douleur, tandis qu’il était expulsé plus de cent mètres, traversant les débris du village comme un couteau traverse du beurre.

 

 

Konohamaru tomba au sol, transpirant à grosses gouttes. Ses bras étaient lacérés, il n’avait plus la force pour se lever. Il regarda à ses côtés, et put voir que Chôji était dans le même état que lui, et Sakura également. Mais ils avaient réussis à bloquer l’intégralité de l’attaque de Giriko. Celui-ci était étonné et amusé. Les ninjas de Konoha avaient réussi à bloquer sa technique. Mais l’homme à la peau noire n’en avait pas terminé avec eux, il y avait encore des survivants. Il enchaîna alors les mudras rapidement. Aussitôt, un immense rocher se forma dans sa main droite, dont la paume était tournée vers le ciel. Le rocher rétrécit alors pour changer de forme, devenant une lance.

Le Shin Gogyou la lança vers le groupe de Konoha. C’est à ce moment-là que les yeux de certains ninjas brillèrent avec la flamme de la Volonté. L’arme de pierre fila l’air rapidement…

 

 

 

« Chôji, Sakura !! »

 

 

 

 

-          Qui êtes-vous ? demanda un garde.

 

 

« Moi ? Je suis celui qui va réduire Kumo en cendres. »

Shinjima Ura