Une nouvelle vie

par Locumen444

Une nouvelle vie

 

Réveil en sueur pour Hinata, ce cauchemar la hanterait-il jusqu'à sa mort ? Elle se déplaça jusqu'à sa petite salle de bain et aspergea son visage d'eau. Le teint livide, elle accourut vers les toilettes et vomit. Ces songes la rendaient malade, et ce, tous les matins. Elle se releva. Le goût amer de son estomac le suivrait jusqu'au déjeuner, mais tant pis, elle n'avait pas le temps de se laver correctement la bouche, et, dans ce monde ravagé, chaque minute comptait. Elle retourna dans sa chambre et entreprit de s'habiller, avec les mêmes habits que cinq ans auparavant. Cinq ans… En y repensant, la jeune Hyûga reteint un sanglot. Beaucoup de gens étaient morts ce jour-là, sa famille, ses amis, son amour… Ses souvenirs furent de trop. Hinata fondit en larmes. Elle resta ainsi quelques minutes, regardant parfois brièvement les photos de ces êtres chers et maintenant disparus, puis, dans un élan de courage quotidien, sortit de la galerie qui lui servait de chambre. Elle fit quelques pas dans le couloir sinistrement éclairé avant de croiser Kakashi. Celui-ci n'avait pas beaucoup changé durant ces années, mais avait malencontreusement perdu l'usage de ses jambes cinq ans auparavant.

 

"- Bonjour Hinata, à voir ton visage, tu a encore fait ce cauchemar…"

 

La jeune femme acquiesça d'un signe de tête. Kakashi ne savait que trop bien la souffrance qu'elle éprouvait.

 

"- Et si nous allions manger ? dit l'homme en s'avançant vers le lieu de prédilection."

 

Elle le suivit en silence, l'épiant de dos. Le grincement régulier de sa chaise roulante rythmait sa marche. Ils ne mirent pas longtemps pour arriver dans une pièce de grande envergure. Elle contenait un nécessaire de cuisine sur la gauche et une immense table en bois autour de laquelle se trouvaient plusieurs chaises sur la gauche. La salle baignait dans la lueur des flambeaux dispersés ci et là sur les murs. Dans un coin, deux hommes discutaient bruyamment. Longtemps parés de verts, ils avaient abandonnés cette couleur au profit du noir, plus discret durant cette période de malheur. Si auparavant on les reconnaissait grâce à leur coupe et leurs sourcils légendaires, aujourd'hui l'un portait des cheveux courts, les sourcils proéminents, et l'autre était chauve, le visage présentant les cicatrices de graves brûlures. En effet, Gaï avait eu le malheur de se trouver au centre d'une explosion, le jour fatidique, et, après des heures de soins, il était sauf mais défiguré à jamais : ses oreilles n'étaient plus que deux trous, son nez ressemblait à une petite bosse perforée à deux endroits, ses sourcils restaient inexistants. Seuls ses yeux n'avaient pas l'air d'avoir souffert. Lee, quant à lui, avait perdu l'usage de son œil gauche. Une salve de shurikens lui avait atterri sur le visage, le rendant borgne et parsemant quelques cicatrices ci et là. Il cachait maintenant son invalidité avec des bandages teintés de noir. Malgré ces changements, ils restaient fidèles à eux même, la fougue de la jeunesse guidant leur pas.

 

"- Les autres ne sont pas levés ? demanda Kakashi, coupant les hommes dans leurs bavardages incessants.

 

- Aaah, mais c'est mon cher rival, tonna Gaï dans un sourire éclatant. Et bien, Shikamaru est sorti chercher du gibier et Kurenaï monte la garde quant aux autres, ils dorment sûrement.

 

- Bon, ils ont encore une demi-heure pour se lever. Les fouilles doivent être commencées à 10 heures tapantes, pour ne pas perdre de temps. Gaï, tu iras avec Lee dans le secteur Nord.

 

- Yeaaaah, on va s'y mettre tout de suite. N'est-pas Lee ? s'exclama le concerné.

 

- Oui, Gaï-senseï.

 

- Sur ce, à plus Kakashi, dit Gaï en se hâtant dans le couloir.

 

-N'oubliez pas d'être rentré avant 17 heures, sans quoi, on ne vous reverrait pas de sitôt, ajouta l'homme au Sharingan.

 

- Au fait, Kakashi-san, lança Lee dans le départ, Sakura-chan m'a rappelé de vous prévenir d'aller la voir pour vos douleurs.

 

- J'y penserai, lui répondit le Jounin."

 

Lee s'enfonça alors dans les méandres des galeries, suivant son maître. Kakashi soupira. Décidément, ils ne changeraient jamais. Il posa alors son regard sur Hinata, qui ne l'avait pas attendu et dévorait quelques morceaux de pains. Il soupira à nouveau. Non, personne ne changerait avant longtemps. Il s'excusa auprès de la Hyûga et se décida à aller voir la medic-nin. En y repensant, cela faisait aujourd'hui cinq ans. Cinq ans que le fils du Yondaime était mort, et que tout le monde avait justement changé : certains mentalement, d'autres physiquement. Plongé dans ses pensées, il n'avait même pas remarqué qu'il se trouvait devant la chambre du cerisier faisant aussi office de clinique. Porte fermée, le Jounin frappa. Rien… Il frappa à nouveau. Toujours rien… Il s'apprêtait à refrapper quand une femme à demi-endormie lui ouvrit, maugréant des insultes en tout genre.

 

"- Moi aussi, ça me fait plaisir de te voir, Sakura, se moqua-t-il.

 

- Vous savez très bien que je dors jusqu'à onze heures, Kakashi-senseï. La prochaine fois, je vous accueille avec un joli coup de poing entre les deux yeux, clama la jeune femme.

 

- Du calme, s'il te plaît. C'est Lee qui m'a averti que tu voulais me voir. Ca veut dire que tu l'as fini ? demanda l'homme.

 

- Pas tout à fait, mais pour l'instant c'est le mieux que je puisse faire. Je vais vite le chercher, attendez-moi là et ne touchez à rien, ordonna-t-elle.

 

- Oui, oui, pas de problèmes, souffla-t-il."

 

Le cerisier disparut derrière une étagère et l'homme se mit à la détailler. Celle qui fut l'élève du Godaime avait longtemps connu une période de dépression et essuyé quelques tentatives de suicides. Mais grâce à l'aide des autres survivants, elle s'en était sortie, non sans quelques séquelles, mais au moins elle était vivante. Elle avait troqué son ancienne tenue contre une autre qui convenait mieux à sa condition de medic-nin. Elle portait maintenant une paire de bottes noires, une jupe beige et un T-shirt, noir lui aussi, sur lequel se trouvait un rectangle rouge contenant un cercle blanc. Et par-dessus tout ça, elle portait une veste de médecine blanche. Kakashi était plongé dans ses pensées quand la rose revint, l'objet de ses désirs en main. Il la regarda l'air crédule. C'était ça qu'elle avait fini ?

 

"- Ne me dis pas que c'est… l'interrogea l'homme la voix hasardeuse.

 

- Oui, c'est le remède demandé, répondit-elle.

 

- Mais ce sont de simples feuilles... rétorqua-t-il.

 

- Et bien, les feuilles du tilleul épineux ont souvent prouvé leur effet antidouleur, lui expliqua-t-elle.

 

- Mais, je t'avais demandé des cachets. Comment veux-tu que j'avale des feuilles ? s'écria-t-il.

 

- C'est simple, tu les bois en infusion, comme un thé… dit une voix derrière lui."

 

Kakashi se retourna brusquement. L'homme qui avait parlé se trouvait être Yamato. Lui, c'était un cas isolé, aucun dommage ne l'avait affecté en surface. Mais, la destruction du village avait causé la mort de sa famille et, depuis lors, il était devenu froid et distant. Il restait souvent seul, s'entraînant sans relâche, dans l'espoir qu'un jour, il puisse tuer de ses mains l'homme derrière tout ça, Uchiha Sasuke. Mais, il n'empêche que sans lui, les survivants n'auraient jamais eu un abri si confortable. Grâce à son affinité Mokuton, il avait posé des poutres pour consolider les galeries et construit le mobilier.

 

"- Et bien, c'est rare de te voir. Tu as enfin lâché ton entraînement ? plaisanta Kakashi.

 

- Disons que la faim commençait à me gagner, grogna l'ancien Anbu.

 

- Bien, allons manger alors, enchaîna le Jounin. Sakura je viendrai chercher le remède plus tard.

 

- Bien Kakashi-senseï."

 

Il repartit vers la cuisine, accompagné de Yamato. Mais, une chose le chiffonna. Les portes de chaque chambre étaient grandes ouvertes et personne ne se trouvait dans chacune d'elle. Il sentait un problème et ce fut vite confirmer quand il vit Hinata courir vers l'entrée. Sans attendre plus longtemps, il la suivit le plus rapidement qu'il put, Yamato allant même jusqu'à le pousser. Il arriva enfin vers le poste de surveillance. Et ce qu'il vu le subjugua. Tous les survivants, excepté Sakura, se trouvaient là, certains inertes et dispersés ci et là, d'autres tentant de tenir tête à trois ninjas. Une lueur rouge trop bien connue brillait dans leurs yeux.